Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

samedi 4 janvier 2014

+ Toutes les brèves

Une publication 2014 de Geste Edition

Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

par Robert MARTEL, Danièle et Jean RIGOLLET - Préface de Nicolas CHAMP.

Formulaire de souscription

Témoins de l’histoire de la Saintonge, les temples suscitent l’intérêt des saintongeais et des touristes. Les auteurs de ce livre ont choisi de présenter les 9 temples « des Iles de Saintonge » : La Tremblade, Arvert, Chaillevette, St Pierre d’Oléron, Marennes,... Ils reviennent sur leur architecture, leur histoire, leur participation au développement des villes...
Ces pierres vibrent encore de la vie trépidante de saintongeais sauniers, marins etc… gagnés aux idées nouvelles. Elles reflètent l’élan libérateur de leur spiritualité.

Un ouvrage qui permet de (re)découvrir les temples de la Saintonge et leur histoire.
Une iconographie inédite montrant les temples dès leur construction jusqu’à aujourd’hui
Le premier beau-livre sur les temples de la Saintonge

- Jean Rigollet, professeur de philosophie en retraite, également passionné par l’histoire, l’archéologie, la linguistique et la photo...
- Danièle Rigollet, pasteur en retraite, est originaire de La Tremblade. Vice-présidente de La Maison de l’Histoire du Protestantisme Charentais, elle a constitué, avec son époux, une photothèque et a modernisé le site de l’association. Elle supervise depuis 2007 et réalise depuis 2011 les expositions estivales annuelles.
- Robert Martel, pasteur en retraite, a participé, dès son origine en 1994 à la création de l’association : La Maison de l’Histoire du Protestantisme Charentais. Il a parcouru la région à la recherche de l’emplacement des Maisons d’oraison que Jean-Louis Gibert, pasteur au « Désert » a installé à partir de l’automne 1755. Il s’est interrogé sur leur présence incroyable
en Saintonge, car dans tout le Royaume de France l’administration royale ne les a pas tolérées et les a détruites.


Préface

J’aime ce petit temple, avec ses braves gens,
Huguenots, fiers et doux qui, des centaines d’ans,
De père en fils, ont l’air d’être toujours les mêmes,
Et qui, bien qu’étrangers, venant de points extrêmes,
Mais se reconnaissant frères par la piété,
S’embrassent, puis s’en vont tous du même côté.
(…)
Vous naissez sur ces rocs, ô cœurs vaillants et droits,
Vous qui doublez les caps, les îles, les détroits,
Sans que jamais la foi qui vous soutient se brise.
Fidèles au vieux banc de la petite église,
Fidèles au vieux toit, fidèles au vieux port,
Le pays reste en vous pieux jusqu’à la mort.

Ces vers, oubliés, sont dus à la plume de Georges Boutelleau (1846-1916) aujourd’hui moins connu pour ses activités littéraires que par celles de son fils, Jacques Chardonne, peintre du Bonheur de Barbezieux. Pourtant, sur le même ton empreint d’empathie que Pierre Loti dans son Roman d’un enfant, ils témoignent de l’attachement historique et sentimental des protestants de Saintonge pour leurs temples, visibles de tous et symboliques de leur foi.

C’est une exploration de l’histoire de ces lieux de culte que réalise ici Robert Martel. Le choix du terrain adopté n’est pas anodin : l’actuelle paroisse des Îles de Saintonge, de part et d’autre de la Seudre, correspond à l’unique territoire de la côte Atlantique où les protestants pouvaient encore dépasser en nombre les catholiques au début du xxe siècle. L’afflux de nouvelles populations liées à l’essor du tourisme balnéaire changea, par la suite, la donne. Cela n’empêche nullement que cette présence de temples, à l’instar des cimetières familiaux, participe de cette « ponctuation protestante du paysage » (J.-Y. Durand) qui fait l’originalité de la presqu’île d’Arvert et des bords de la Seudre.

S’appuyant sur des documents peu connus et sur des recherches faites tant par des acteurs du protestantisme régional que par celles issues du monde universitaire, l’auteur réussit remarquablement à restituer dans le temps long ces temples pourtant majoritairement construits au XIXe siècle. Si des temples édifiés au XVIe au XVIIe siècles, il ne reste plus de traces, leur histoire peut néanmoins être reconstituée et leur mémoire fut parfois réactivée, mobilisée pour justifier la naissance de nouveaux lieux de culte. En revanche, les « maisons d’oraison » mises clandestinement en place dans la seconde moitié du XVIIIe siècle se transformèrent souvent en temples une fois l’exercice du culte protestant rendu possible. Malgré des remaniements, à qui sait observer, certaines demeurent encore visibles au XXIe siècle : l’auteur nous en a minutieusement récapitulé les traces.

Le mouvement de construction date en réalité du XIXe siècle à un moment où un lieu de culte pouvait être financé, non seulement par les fidèles mais aussi par l’État et les communes. Ce qui n’alla pas sans friction ni émulation avec les catholiques ! Ainsi, au cœur de la paroisse des Îles de Saintonge, la trajectoire des lieux de culte d’Arvert démontre magistralement la réintégration des protestants dans la communauté : l’ancienne maison d’oraison d’Avallon, régulièrement rénovée au fil du XIXe siècle, est abandonnée au profit d’un temple, situé au cœur du bourg, encadré symboliquement de la mairie et de l’école. C’est là un exemple pris au milieu de la belle série d’études de cas ici rassemblée par Robert Martel et qui illustre le rôle longtemps majeur des identités religieuses en Saintonge maritime.

Bref, au travers de multiples « petits faits vrais » et d’un parcours exemplaire dans l’ensemble des lieux de culte de la région, Robert Martel nous propose une belle invitation à regarder des monuments majeurs du patrimoine du littoral charentais.

Nicolas Champ, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1783 - Joseph-Ignace Guillotin vend sa maison de Saintes

2.  1681 - Le Conseil d’Etat ordonne la démolition du temple de St Seurin d’Uzet (17)

3.  1875 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 4 Tome X

4.  1642 - Le testament d’Armand-Jean du Plessis, Cardinal de Richelieu

5.  1752 - Journal de navigation de M. d’Ecoyeux dans la rade de Cayenne


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Études historiques sur la ville de Cognac et l’arrondissement, par F. Marvaud - Table onomastique

4.  Herpes - Courbillac (16) – a 6th century Frankish cemetery

5.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux