Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » Le Moyen-âge » 1439 - 1447 - La Révolte de la Praguerie et les écorcheurs

1439 - 1447 - La Révolte de la Praguerie et les écorcheurs

La Praguerie (1440) est une révolte menée par les grands vassaux de France contre les réformes militaires du roi Charles VII. Le dauphin, futur Louis XI, fait partie des révoltés. La fronde est nommée « praguerie » en allusion à la révolte des Hussites à Prague, au début du XVe siècle.

La révolte naquit du mécontentement diffus des grands seigneurs. L’un des événements précurseurs est le complot de Jean II d’Alençon, Jean IV d’Armagnac et Charles Ier de Bourbon. Celui-ci visait à éliminer deux conseillers du roi, Charles du Maine et le connétable de Richemont. La conjuration est découverte et n’a pas de suite.

En octobre 1439, les États généraux réunis à Orléans réclament qu’on mette fin aux exactions des « écorcheurs », troupes de soldats sans solde qui ravageaient les campagnes et proposaient leurs services au plus offrant. Le 2 novembre, Charles VII répond à leurs attentes par une ordonnance portant réforme de l’armée. Les princes refusent l’ordonnance : ils utilisaient beaucoup ces « routiers » et ne voulaient pas en laisser le monopole au roi et à Richemont. Aux mécontents initiaux s’ajoutent d’autres grands seigneurs, comme Georges de la Trémoille, ennemi personnel de Richemont qui a tenté de l’assassiner en 1433. Dunois, le bâtard d’Orléans, les rejoint également. Il craint que Charles VII n’abandonne Charles d’Orléans, demi-frère de Jean et cousin du roi, dans ses négociations avec les Anglais.

En février 1440, Jean d’Alençon gagne le dauphin Louis. Il s’agit de mettre le roi sous tutelle, de placer Louis aux commandes et d’éliminer Richemont. La trahison du dauphin s’explique par la répugnance de Charles VII à lui laisser un apanage ou un territoire à gouverner. Les conjurés prennent alors les armes. La réaction royale est rapide. Malmenés par les troupes royales, les conspirateurs doivent céder le terrain en Poitou, d’où est partie la révolte, pour se réfugier en Bourbonnais. La noblesse refuse de suivre les grands vassaux et les treize bonnes villes d’Auvergne leur ferment également la porte. Écrasés, ils se soumettent dès le mois de juillet, sollicitent la grâce du roi qu’ils obtiennent. Le dauphin vient à résipiscence à Cusset. Charles VII fait distribuer des pensions aux seigneurs révoltés, récompense ses fidèles et confie à son fils le gouvernement du Dauphiné.

Source : Wikipédia


Rechercher dans le site :

Focus sur un article

Les plus lus

1.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

2.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ-R-Le-Forum-Aux-Questions-aux-Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  A propos de la version anglaise du site

2.  1650 (c) - Taillebourg : plan du château et d’une partie de la ville

3.  1893 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1789 - Montjean (16) : cahier de doléances de la paroisse

5.  1822 - Les symptômes de la rage ou hydrophobie, après l’attaque d’un loup à Beurlay (17)


Les plus populaires

1.  1661-1687. — Angoulême (16) - Famine générale. Réformes. Nouvelle aggravation des charges. Misère. Révocation de l’édit de Nantes ; ses conséquences.

2.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1643 - Description de l’Angoumois, Saintonge et Aunis par Pierre d’Avity

5.  1903 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - Le cartulaire de l’abbaye de St Jean d’Angély - Table onomastique 1/2


Dernières mises à jour

1.  1517 - Edit de François 1er - L’Amiral et les gardes-côtes

2.  1746 - 1748 La défense des côtes contre les incursions anglaises

3.  1721 - Règlement pour la division et l’étendue des Capitaineries Garde-Côtes du Pays d’Aunis et Province de Saintonge

4.  1696 - Règlement du ROY pour les fonctions des capitaines gardes-côtes qui commandent les milices destinées à la garde de toutes les côtes du Royaume

5.  1647-1650 - Angoulême (16) : La peste au Pontouvre et dans les faubourgs.