Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » Le Moyen-âge » 1000 - 1220 - Le Moyen-âge en Saintonge, Aunis et Angoumois » 1061 - Bataille de Chef-Boutonne et invasion de la Saintonge par les (...)

1061 - Bataille de Chef-Boutonne et invasion de la Saintonge par les Angevins

D 13 février 2018     H 01:40     A Pierre     C 0 messages     A 215 LECTURES


Chef-Boutonne (Deux-Sèvres) - Lieu-dit "La Bataille"La période est troublée : de l’Aquitaine aux contrées situées au nord de la Loire, les comtes essayent d’étendre leur territoire et leur influence au détriment de leurs voisins. Des alliances se font et se défont. En 1061, une coalition regroupant Poitou, Aquitaine, Limousin, Angoumois, Périgord, Auvergne, Gascogne, Toulousains et Basques se forme sous la bannière de Guy-Geoffroy comte du Poitou pour s’opposer aux menées de Guillaume comte d’Anjou.

Le choc des deux armées eut lieu près de Chef-Boutonne au lieu-dit qui s’appelle aujourd’hui "La Bataille". Les chroniques du temps nous racontent ce combat sanglant qui se déroula le 21 mars 1061.

Sources :
- Hystoire agrégative des annalles et cronicques d’Anjou contenant le commencement et origine avecques partie des chevalerisreux et marciaux gestes des magnagnimes princes consulz-contes et ducz d’Anjou : et pareillement plusieurs faictz dignes de mémoirre advenez tant en France Italie, Espaigne, Angleterre, Hierusalem et autres royaulmes tant chrestiens que sarrazins depuis le temps du déluge jusques a présent tres breffe proffitable et recreative a tous nobles et vertueux espritz - recueillies et mises en forme par noble et discret messire Jehan de Bourdigné (14..-1547 ?) - 1529 - BNF Gallica
- Chronique des Comtes d’Anjou - Marchegay et Salmon – Paris – 1856 – Google livres
- Histoire de Guillaume IX, duc d’Aquitaine, dit « le Troubadour » - Léon Palustre – Paris - 1882
Transcription : Pierre Collenot

Voir en ligne :

Les sources de cet épisode de l’histoire du moyen-âge en Saintonge sont des chroniques écrites à la louange des protagonistes. Il est donc difficile de les prendre comme vérité historique.
Cependant leur contenu mérite notre attention, car elles restituent l’ambiance du Moyen-âge dans nos provinces.

Le récit de la bataille de Chef-Boutonne est particulièrement intéressant. Il donne des détails saisissants sur ce combat sans merci qui a laissé un souvenir durable.


La multitude des occis assez tesmoignait le sang courant par icelle plaine : car sil eust pleu sang trois jours et trois nuytz la terre nen eust este plus arrousee quelle estoit.

Fait exceptionnel, nous en avons deux versions :
- une version en latin provenant du manuscrit « Gesta consulum Andegavorum » qui pourrait dater de 1140 (c). publié en 1856 par Marchegay et Salmon sous le titre de « Chronique des Comtes d’Anjou ».
- une version en français - traduction assez libre du précédent - datée de 1529, que nous avons trouvée à la BNF sous le titre pompeux d’ « Hystoire agrégative des annalles et cronicques d’Anjou contenant le commencement et origine avecques partie des chevalerisreux et marciaux gestes des magnagnimes princes consulz-contes et ducz d’Anjou : et pareillement plusieurs faictz dignes de mémoirre advenez tant en France Italie, Espaigne, Angleterre, Hierusalem et autres royaulmes tant chrestiens que sarrazins depuis le temps du déluge jusques a présent tres breffe proffitable et recreative a tous nobles et vertueux espritz - recueillies et mises en forme par noble et discret messire Jehan de Bourdigné (14..-1547 ?) ».

Nous donnons ici ces deux versions.

 Version latine - c. 1140

Seneca affirmante, quietissimam vitam agerent homines in terris, si duo hæc verba a natura rerum tollerentur : meum et tuum. Hinc est quod Willelmus, Pictavensium comes, consulatum Santonicum suum esse volebat et vi præoccupatum tenebat, quia patrui sui fuerat. Martellus eumdem consulatum reclamabat quia avi sui fuerat, cujus heredes absque liberis mortui erant ; et ideo ad heredes sororis avi sui honorem debere reverti afffrmabat. Denique hujus litigii causa diu ventilata, multa mala in Andegavensi et Pictavensi pago perpetravit ; et per quatuor annos terra tota circa Losdunum et Mirebellum, a Salmurio usque Pictavis, vastata et fere deleta fuit. Similiter Martellus quidquid erat circa Pictavis, citra Clinnonem fluvium et ultra, necnon suburbia ipsius civitatis succendit ac delevit.

Gosfridus igitur cum Willelmo pugnare disponens, Lisoium grandem natu huic negotio advocavit, in cujus consilio, auctoritate et sententia, uti illi qui in vario genere bellorum versatus fuerat, totius prælii ordinem commisit. Nam, teste Tullio [1], prudentes senes in re gerenda similes sunt navigatoribus qui, quamvis in navigando nihil agere dicantur, cum alii malos, scandant alii per foros cursent, alii sentinam exhauriant, ille clavum tenens sedeat in puppi quietus, quamvis non faciat ea quæ juvenes, tamen raulto ma­jora et meliora facit : ut Lisoius in hoc prælio in quo dominus suus Pictavenses cum duce suo turpiter devicit. Non viribus solummodo aut velocitatibus aut celeritate corporum res magnæ geruntur ; sed consilio et prudentia, quibus non orbari sed augeri senectus solet.

Santonici etiam et multi ejusdem consulatus proceres sæpe cum Martello fœdus pepigerunt fieri, et sui ipsius et ejus cui præsidebant urbis deditionem illi pacti sunt, si usque ad eos quoquo modo posset pervenire. Firmatis itaque amicitiis et fœderatus cum Radulfo viceconsule Thoarci, Martellus cum omni sua gente et amicorum et vicinorum copiis ad urbem Santonicam suscipiendam, tam ipse quam prædictus viceconsul, tetenderunt. E contra Willelmus Pictavorum dux, vir equidem bellicosus, nulli audacia secundus, prudentia præditus, divitiis copiosus, militaribus auxiliis constipatus, cupidus laudis, inflatus supercilio jactantiæ, magni nominis homo gentes maximas congregat, videlicet : Pictavenses, Lemovicenses, Angolimenses, Petragorenses, Arvernos, Guascones, Barros [2], Tholosenses ; necnon alios innumeros coagulaverat et exercitum immensum conflaverat. Isti omnes, adventum Martelli exspectantes, ad oppidum quod Caput Vultonæ dicitur adunati subsistunt ; quod oppidum, alta rupe situm, a capite Vultonæ fluvii sive a cavitate rupium nomen accepit, nam quidam Caput Vultonæ, alii Cavitonium nuncupant. Multi autem qui ibi substiterant, apud se deliberabant an discederent an propius ad bellum accederent. Discedere suadebat fama, quæ felices Andegavorum successus prænuntiabat et, ex felicibus de victoria Theobaldi et Francorum, feliciores fore auspicabantur ; et idcirco metus quammaximus pectoribus singulorum inserebatur ; accedere vero ad prælium eos exhortabatur ira pudorque peregrinorum, nullatenus adhuc repressa temeritate. Confidebant etiam in coagulatorum diffusa multitudine et in sua, sicut jactabant, animositate. Præterea inglorios se esse dicebant nisi multi paucorum stoliditatem compescerent, nisi alienigenas a suis finibus dissicerent.

Quoniam autem principes Aquitaniæ bellum pertrahi conquerebantur, dux eorum Willelmus, festinus in planitie Caput Vultonæ descendens, Martello et suis occurrit. Veniebant igitur Pictavi catervatim, congaudentes et victoriam in manibus autumantes et de spoliis inimicorum diripiendis jam lætantes. Afferebant itaque suos unusquisque funiculos, quibus vinctos ad sua captivatum ducerent Andegavos. Qui cum se conspicerent, accurate quisque suam aciem instruxit. Martellus et sui sagiltarios et pedites suos ordinaverunt, et ipsis præmissis pedetentim, ut mos est, pergebant. Edocebantur autem qualiter acclamarent, qualiter obstarent, qualiter impenetrabiles inimicos feriendo penetrarent ; et ut ad signa sua, nihil reverentes, frequenter respicerent et se ipsos ad ictus hostiles sufferendos obdurarent, licet hæc omnia in aliis bellis bene gestis didicissent. Nec minus e regione Pictavenses cunctatim, stellis innumerabiliores, densabantur et per agmina innumeræ legiones a latere in latus extentabantur, gerentes vincula quibus hostes ligare putabant. Porro manipuli eorum militares, prout erant instructi, loca condicta tenebant. Existimabant enim Andegavos statim fugam arripere ; de fuga quippe sua nulla mentio fuerat, quoniam jam se vicisse putabant. Confidebant siquidem et in multitudinibus suis innumeris et in pectoribus gentium animosis, et in ducalibus ne unquam fugerent edictis.

Ergo bello utrinque parato, ut ventum est ad locum unde aliquantulum jam propiores se inspicerent, pari concurrunt agmina motu. Pictavenses ira metusque, Andegavenses spes adquirendi Santonicum consulatum incitabant. Vociferantur omnes et confusis clamoribus ipsum pulsatur cœlum ; fragor nimius vel de collisionibus armorum vel de illisionibus cassidum resonat et gladiorum ; plangores et ululatus undique vel morientium vel vulneratorum audiuntur. Martellus et Andegavi illos viriliter aggressi sunt acclamantes, et audacter per médias acies irruunt. Globus etiam Turonorum militum, subsequentium dominum suum, multos stravit et vexillum ipsius ducis prostemit ; quod pedites viriliter equitesque sequentes rapuerunt et retinuerunt, quod non mediocrem eis incussit timorem.

Guascones omnes et Lemovicenses confestim fugam inierunt, quos cæteræ gentes insequuntur. Pictavenses stupefacti aliquantulum demorati substiterunt. Martellus et sui simul iliic conversi, eos tanquam segetem in transverso gladiis secabant et eorum corpora detruncantes dimidiabant. Irrorabantur sed potius inundabantur sanguine campi. Pictavenses tremefacti, duce suo graviter vulnerato, respirandi locum non habebant nec aliquatenus respirabant. Insecuti sunt eos fugientes. Illi dumtaxat evaserunt qui effugere quoquo modo potuerunt. Multos capiunt Turonenses, sed Andegavi quos poterant cursu prævenire illis nullæ dabantur induciæ : alios lanceis transfodiebant, alios gladiis jugulabant, in commune nulli parcebant ; et quoniam prædictum oppidum aliquatenus ab ipsis distabat, qui fatigati remanebant aut capiebantur aut in mortem ruebant. Dies itaque ilia Pictavensibus nimium fuit adversa ; fuit enim dies tribulationis et dispersionis, dies mortis et confusionis : cum vinculis, quos ad hostes suos ligandos advexerant,ligati sunt. Willelmus etiam consul vulneratur et capitur. Martellus et sui, cæde peracta, reversi sunt in campum et ibi intra tentoria nocte ilia quieverunt et contra Boream, qui acriter sufflabat, corpora mortuorum congregaverunt.

Martellus posthæc, quam citius potuit, Santonas devenit. Obviam ei venientes qui in urbe erant, apertis portis, urbem ipsi tradiderunt. Itaque cum gaudio ibi requieverunt et Santonicum consulatum receperunt, quem Martellus, facta pace cum Pictavensi duce, quoad vixit tenuit. Nam dux, a plaga prælio facta sanus effectus, episcoporum et religiosorum consilio, hominio a Martello suscepto, prædictum consulatum quietum concessit ; et multis pecuniis liber a captione qua ilium Martellus, in prælio capiens, spatio trium annorum tenuerat, ad propria remeans, ipso in anno finem vitæ habuit. Factum est autem inenarrabile gaudium in Andegavia et Turonia, et cum gaudio in

 Version française - 1529


Le sage et moral Seneque dit que les hommes vivroient pacifiquement sur terre qui auroit osté ces deux dissilabes meum et tuum qui est à dire tien et mien : car de ces deux mots procedent infinies noyses et querelles : et pourtant que quant aucun vendicque quelque chose et autre le cuyde [3] empescher il faut que le discord vuyde et appoincte guerres et batailles / et mesmes entre les princes et grans seigneurs lesquelz n’ont justice que l’espée / et en toutes choses attribuent à eulx autant de droit comme ilz ont de force / ainsi que tous les jours bien apparoist.

Mais pour à nostre propos revenir par ces deux motz entre les comtes d’Anjou Geoffroy et Guillaume de Poictou se esmeut grant guerre : car Guillaume par force et puissance le comte de Xaintonge occupoit le Disant à soy appartenir à quelque tiltre qu’il allegoit. Le comte d’Anjou de sa part disoit que il avoit esté à ses ancestres en ligne maternelle. Et pour ce que en ligne masculine n’y avoit plus d’hoirs le disoit à soy appartenir par succession comme plus proche heritier.
A cause de ce debat (lequel par l’espace de quatre ou cinq ans dura), arriverent plusieurs inconveniens et dommages es pays d’Anjou et de Poictou.

[Note marginale : Le conte Guillaume destruysant le pays de Geoffroy Martel]

Car le conte Guillaume tout le pays de Geoffroy Martel estant en sa proximité destruysoit : et entre autres Mireballoys / Loudunoys : et jusques à Saulmur pilloit et gastoit : et d’autre part le conte d’Anjou pour revenche couroit le pays de Poictou jusques à la rivière de Cluynon [4] et au delà : et tout ce qui estoit à lentour de la ville de Poictiers avecques les faulxbourgs brusla et destruysit.

Et quand les deux contes eurent fait maintes courses lung sur lautre ilz s’advisèrent que tous ces pillages et embrasemens n’estoient que destruction de pays et subgectz : et pource delibererent d’eulx combatre puissance affin de imposer fin par armes à leur querelle.

Geoffroy confermé en ceste oppinion manda à Amboyse Pisoys son seneschal : et combien que il fust ja vieil et aagé : touttefois ne le desprisa il : mais en grant honneur le receut / considérant que les pesantz et difficilles entreprinses ne sont executées et menées à fin seullement par force et puissance corporelle : mais aussi par experience / prudence et bon conseil dont vieillesse nest privee ne depourveue : mais mieulx que jeunesse garnye.

[Note marginale : Note que prudence requiert temps et aage.

Pisoys et autres barons d’Anjou et de Touraine cers le conte arrivez il leur racompta son affaire ainsi que cy dessus avez ouy reciter / et le droit que il pretendoit en la conté de Xaintonge / et oultre leur dist que les xaintongeois desiroient plus quil feust leur seigneur et avoient meilleure affection à luy que au cinte de Poictiers / et que plusieurs fois luy avoient promis que sil povoit conduyre son armee jusques devant la ville de Xaintes luy ouvreroient les portes et le recevroient à seigneur.

Quant les barons par le rapport de leur conte furent acertenez du bon vouloir que les xaintongeoys avoient à luy ilz furent tous doppinion que le conte levast grosse armee et tirast vers Xaintonge pour son heritage recouvrer / et si le conte de Poictiers luy vouloit contredire ou empescher le passage quil feust combattu. L’oppinion de son conseil ouy le conte d’Anjou manda tous ses gendarmes amys et alliez / lesquels ne luy faillirent : mais se trouverent vers luy en grant nombre / et le conte Geoffroy qui veilloit pour son affaire feist tant quil tira facillement le viconte de Thouars en son alliance pour quelque querelle quil avoit contre le conte Guillaume / et deslors en la compaignie diceluy Raoul de Thouars / par le pays de Poictou vers Xaintonge dresse son armee bien garnie et equippee de gens de bien et bons combatans tant de pied que de cheval.

[Note marginale : Le conte de Poitou beliqueux – Quelz gens eut le conte de Poictou en son ayde]

Ce pendant que le conte d’Anjou assembloit ses gens le conte de Poictou ne dormoit : car de se personne estoit homme belliqueux et hardy qui avoit grans alliances d’amys / et pareillement grans tresors et richesses pour payer souldoyers et gens de guerre / et pource eut il a son ayde plusieurs nations circonvoisines / comme Lymosins / Angoulmoys / Perigords / Auvergnatz / Gascons / Tholosiens et autres tant que la multitude deulx estoit innumerable. Eulx assemblez ouyrent nouvelles certaines que les angevins estre des deux pars moindre que le leur ilz les despriserent / et cuydoient les avoir ja vaincus / et mesmes les poictevins avoient apporte chascun son licoul ou cordeau disans ce estre pour emmener & lyer les angevins prisonniers quilz prendroient en ceste bataille.

[Note marginale : les poictevins avoient apporte des cordes pour lyer leurs ennemys.]

Lors marcherent le conte de Poictiers & ses gens contre les angevins et tourangeaulx : lesquels de leur venue advertiz vers eulx sadresserent en ung village nomme Chef de Voultonne situe sur ung rocher prenant son nom du fleuve de Voultonne que aucuns appellent Charentonne ou le conte Guillaume dressa son armee / duquel lieu povoit veoir bien loing a lentour de luy et la attendit la venue de Geoffroy Martel et ses gensou tousjours approchoient deulx marchans en ordre de bataille. Quant lexercite qui au secours du conte de Poictiers estoit venu sceut que les angevins marchoient si hardyement ilz furent tous esbahis de leur courage veu quilz estoient si peu de gens : et disoient les chevaliers par entreulx quil failloit bien dire que les angevins et tourangeaulx fussent belliqueux & hardis de les oser attendre en champ de bataille : et y eut plusieurs deulx qui perdirent courage : et ramenoient a memoire le bon heur & felicite en guerre des angevins et de leur conte : lesquelz navoient jamais perdu bataille. Avec ce moult les espaouroit la victoire quilz avoient obtenue du puissant conte de Chartres Thibault / lequel par eulx fut desconfit et prins / combien quil eust innumerables gensdarmes en son ost. Ces choses considerees les mettoient en grand craincte et deffiance / tant que plusieurs dentreulx eussent bien voulu estre hors de la. Mais dautre part leur donnoit courage la vaillance du conte de Poictiers / et la grant multitude des gens quilz estoient : les vaillances que autreffois avoient faictes leurs ancestres. Davantage disoient que ce leur tourneroit a grant honte et deshonneur silz ne povoient deffendre leurs terres / femmes et enfans : et chasser une poignee de gens qui si peu les estimoient quilz les venoient assaillir jusques en leur pays / et oultre mettoient en avant la mocquerie que lon feroit deulx davoir si grosse assemblee et tant de esmotions / et en fin sen departirent sans coup ferir.

Ainsi quilz estoient entre paour et esperance constituez les armees sentreapperceurent.

Lors les princes d’Acquitaine lesquelz avecques le conte Guillaume estoient le asseurant de la victoire veu la petite quantite qui estoient les tourangeaulx et angevins / luy dirent que il ne devoit plus attendre quil ne frappast sur eulx. Et quant le conte de Poictiers entendit lexhortation de ses gens il descendit en une plaine belle et spacieuse bien propice a batailler et la ordonna ses batailles : et les poictevins voyans en leur armee si grant habundance de gens commencerent a eulx resjouyr et faire grant bruyt cuydans ja estre victorieux / et desja divisoient des ransons de leurs prisonniers : et plus se soulcyoient de departir le butin et despouilles de leurs ennemys quilz ne faisoient de les combatre : car ainsi quilz pensoient il ne restoit plus que de les lier et emmener. Et quant le conte d’Anjou veit ses ennemys descendre contre luy en bataille / combien que ilz feussent en nombre infiny / toutesvoyes ne se effraya de rien : mais ses gens en bataille ordonna. Si mist ses archiers et gens de pied devant leur commandant que marchassent doulcement pas a pas affin de non eulx mettre hors daleine / et les enseigna bien quilz advisassent a ne tirer leurs traictz en vain / et que le plus tost quil leur seroit possible commencassent a dommager leurs ennemys. Moult bien les encouragea et admonesta / combien quilz fussent assez rusez et usitez en guerre / et en telz actes ne eussent que faire destre prescisez ou apprins comme en plusieurs autres batailles eussent este victorieux. Puis vint le conte Geoffroy a ses hommes darmes / leur remonstra comment ilz devoient combatre sans eulx separer / affin que les ennemys ne peussent entrer en eulx / et comment ilz devoient secourir les gens de pied / et plusieurs autres remonstrances leur faisoit pour tousiours leur croystre cueur et vouloir de hardyement combatre. De lautre coste estoit le conte de Poictiers avecques ses gens / ausquelz il commanda que encloyssent les angevins de toutes pars de paour quilz fouyssent / envoya garder les passages affin de arrester les fuyans. Mais les angevins qui a la fuyte ne pensoient / ains a virillement combattre leurs ennemys / par leurs archiers feirent a coups de traict commencer la bataille qui longuement dura avant que le traict leur faillist. Le traict failly les gens de pied dune part / et la gendarmerie de lautre entreprindrent la besongne. Merveilleux bruyt et tempeste estoit de ouyr le heurt des harnoys lung contre lautre / et pareillement le hennir des chevaulx et le froisseys des lances. Certes grant pitie et horreur estoit de ouyr les plainctes / cris et lamentations des navrez / desquelz plusieurs piteusement implorant layde et secours de leurs compaignons se laissoient tomber a leurs pieds / et douloureusement demissans par leurs profondes et ouvertes playes lettoient hors leurs dolentes et fatigues aines.

Le conte Martel et angevins qui en la premiere poincte estoient firent a force ouvrir la bataille de leurs ennemys / et dedans eulx se lancent / tuent et abatent tous ceulx quilz rencontrent / et les tourangeaulx qui les suyvent nen font moins / vaillamment assaillent les angevins et tourangeaulx / et courageusement deffendent les poictevins / les ungs par ardeur de conquester pays / les autres par convoitise de garder ce quilz ont conqueste asprement combatent. Le conte Geoffroy voyant que a lentour de la banniere du conte Guillaume estoient grant nombre de aquitaniens tous bons chevaliers qui tout le faix de la bataille soustenoient sadressa a eulx / leur livra grant assault. Et lors une bande de chevaliers tourangeaulx voyans leur conte si vertueusement combatre se frapperent apres luy / et si fierement sur les aquitaniens vuerent que de ceste venue la banniere du conte de Poictiers fut ruee par terre. Pour laquelle relever se advancerent les poictevins et moult y travaillerent. Mais les gens de pied d’Anjou qui la estoient leur contredirent / et la y eut bien batu : mais en fin les angevins gaignierent et emporterent icelle banniere faisant grant occision des poictevins et de leurs alliez / lesquelz voyans la banniere de leur conte perdue et ravie furent si effrayez que les gascons et lymosins tournerent en fuyte.

Note marginale : Les gascons et limosins en fuyte – Le conte de Poictiers blesse.

Apres la chasse Geoffroy Martel et les siens retournerent au lieu ou avoit este le combat / et reposerent la ceste nuyt / et assemblerent les corps de ceulx qui ce jour avoient este occis et les mettoient lung sur lautre a grans monceaulx / et en firent tauldis contre le vent de bise qui pour lors moult asprement souffloit. Le lendemain matin le conte d’Anjou partit du camp et hastivement chevaucha devers Xainthes : mais les habitans de la ville qui ja avoient ouy les nouvelles comment il avoit vaincu les poictevins vindrent au devant de luy / et luy apporterent les clefz dicelle / en luy faisant toute obeissance / et le recevant comme leur seigneur de conte. Ainsi entre le conte d’Anjou en la ville de Xaintes / en laquelle par quelque temps luy et son armee se reposerent / firent guarir leurs playes et blessures / et furent des xaintongeois humainement festoyez et receuz.

Par long temps tint Geoffroy Martel le conte de Poictiers en prison / et tant que par ladvis des seigneurs et prelatz fut fait appoinctement entre eulx / par lequel le conte Guillaume laissa au conte d’Anjou le conté de Xaintonge et le pays de nordeloys.

[Note marginale : La delivrance du conte de Poictiers.]

Et de ce receut icelluy conte d’Anjou a homme et vassal / lequel luy en feist hommage / et par ce moyen fut le conte de Poictiers delivre / lequel sen retourna en sa terre ou gueres depuis sa delivrance ne vesquit / dont les tourangeaulx et angevins ne furent marriz : car ilz avoient en luy rude et mauvais voysin / et qui en son temps plusieurs maulx leur avoit faictz. Ainsi fut finee la bataille entre les Angevins et Aquitaniens / ainsi que bien au long est declaire en la cronique intitulee gesta comitum andegavensium. Combien que en aucune autre cronique aye leu que ceste bataille fut faicte par Geoffroy Martel du vivant de Foulque Nerra son pere / et que icelluy Foulques en fut fort marry contre son filz / et en eurent querelle ensemble / touteffois la premiere oppinion me semble la plus vray semblable.


[1M.T. Cicero, de Senectute, dialogus.

[2Barros : Basques

[3Cuider : penser

[4Cluynon : le Clain (rivière)

...
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Saintes - 11e siècle - 79 Chef-Boutonne - Armée, armement, gens de guerre - Province Angoumois - Province Anjou - Province Aquitaine - Province Gascogne - Province Limousin - Province Périgord - Province Poitou - Province Saintonge -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.