Vous êtes ici : Accueil -> Chronologie de l’histoire locale -> 1337 - 1453 - La guerre de Cent Ans -> Chronique du religieux de Saint-Denys (1380 - 1422) -> 1372 - Le siège et la prise de Soubise (17) par le duc Louis II de (...)

1372 - Le siège et la prise de Soubise (17) par le duc Louis II de Bourbon

D 25 février 2008     H 21:30     A Pierre     C 0 messages A 1162 LECTURES


agrandir
L’hôtel de Rohan, à Soubise
Traitement d’image : P. Collenot

Cet épisode se situe à une phase importante de la Guerre de Cent ans (1337-1453), et à un tournant de l’histoire de cette région.

Les troupes françaises, commandées par Louis de Bourbon, Jean de Berry et Bertrand du Guesclin reconquièrent le Poitou, la Saintonge et l’Angoumois sur les Anglais. A la suite de cette reconquête, ces trois provinces seront réunies au domaine royal. Ce sera aussi le moment de la création de la province d’Aunis, séparée de la sénéchaussée de Saintonge, et la formation du "gouvernement de La Rochelle".

Source : Chronique du religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, publiée en latin pour la première fois et traduite De Louis Bellaguet. - Paris - 1841

Malgré ce que pourrait laisser supposer le titre du livre, cet épisode se situe sous le règne de Charles V.

L’auteur de cette chronique est demeuré inconnu. Il était religieux de l’abbaye de Saint Denis. Il avait écrit une histoire de Charles V qui n’est pas venue jusqu’à nous. C’était un véritable chroniqueur, et non pas un historien, c’est à dire qu’il transcrivait les évènements à mesure qu’ils se passaient.

CHRONICORUM KAROLI SEXTI LIB XXXIV

CAPITULUM XLIV

Dux Borboniensis Subizam viribus occupavit


Paulo alcius memini me scripsisse quod dux Borboniensis inclitus, jussu regis, exercitum in Aquitaniam transducendum susceperat, ut recuperaret quedam castra anno exacto ab Anglicis occupata, idque censeo resumendum. Nam profecto, judicio baronum patrie, hanc expedicionem bellicam laudabiliter inchoavit. Sane quamvis auctoritate regia super agendis et aggrediendis rebus evocati dissuaderent bellatorum agmina per patriam equitare ob multitudinem hostium circumadjacencium, sub tectisque hyemis instantem inclemenciam consuluissent declinare, donec aura lenior affulgisset, ipse tamen, summum ignominiam reputans tam diu tempus in vanum terere et marcescere ocio, huc illucque exploratores misit qui referrent si interim aliquid aggredi posset dignum laude. At ubi comperit subsidiarios ville maritime de Soubize Burdegalensem peciisse ut stipendia debita procurarent, et ad custodiam loci sui tantum armatos pugnatores relinquisse qui assiduis erupcionibus Rupelle famosissimum portum, qui in omnes maris margines vela mittit, infestabant, nec sinebant navali subsidio merces communes et peregrinas illuc ferre, ibi suorum commilitonum vires statuit experiri. Operosum equidem non ignorabat urbem multo populari incolatu insignem, fossa duplici ac muro solido circumcinctam, posse viribus occupare. Sed quia semper ardua aggredi amat virtus, de Nyordi oppido Xantonensem urbem perveniens, suos consodales hue illucque dispersos recollegit, et dominum Guastonetum, Guichardum quoque de Villaribus, viros utique industrios, mox ad Rupellam direxit, qui scalas et instrumenta cetera assultibus apta celeriter prepararent. In comitatu suo mille et trecentos viros loricatos ad unguem ac octingentos balistarios et sagittarios tunc habebat ; quos et tripharie dividens, suo illegittimo, marescallo, Fayete nuncupato, senescallo Pictavensi, ac domino Guillelmo Darlande, viris utique strenuitate conspicuis, primam aciem commisit, in qua trecenti viri et totidem sagittarii fuerunt. Dominum vero Johannem de Boynoi cum septingentis bellatoribus jussit tercium ordinem tenere. Et sic aciebus ordinatis, fluvium propinquum per pontem transiens, anteguardiam misit prope villam, die videlicet lune vicesima prima novembris ; sequentique luce, cum per ipsum cum comite Marchie loci fortitudinem attente considerasset, per ambitum equitando, scalas et instrumenta assultibus inferendis apta, sibi per mare alíata, bellatoribus precepit distribuere.

Non reticendum censeo, quod in vanum prius hostes ipsi innotuerant debere reminisci quam fideliter secum anno militaverant exacto, ut ejus propositum immutarent. Sed attendentes ipsum mandatum regium pre cunctis preponere ac intentum sedulo in exhonerandis dictis rebus audaciam sumpserunt exeundi, et anteguardiam subito invaserunt, cum terribili clamore ingeminantes ad arma. Quamvis forcium eciam virorum animos repentina sepe concuciant, nec tamen ipsis defuit audacia resistendi, initumque est atrox prelium, et multi ex invadentibus, eciam ex generosis proavis trabentes originem, in conflictu fuerunt interfecti ; ex aliis eciam quam plures graviter vulnerati. Tandem tamen ex locagiis propinquis Gallici accurrentes hostes retrocedere fecerunt, et sic ambarum portarum ville lignea propugnacula lucrati sunt. Ponte quoque levatili unius porte vi dimisso, multi fossata pertranseuntes muros celeriter attigerunt ; quia tamen non erant balistariis sufficienter muniti, dux eos retrocedere precepit, statuens ut sequenti luce, antequam elucesceret aurora, scale et fossoria debite distribuerentur ad inchoandum assultus.

Tunc eciam capitaneis bellatorum et balistariorum copia sufficienter concessa, circa meridiem, cum lituorum sonitu et deplicato vexillo quod estandardum dicebatur, eos prope villam duxit, monens omnes et singulos, ut petentes per ambitum loca ipsis assignata totis viribus anhelarent ad probitatis titulum acquirendum. Vix hec et similia exhortatoria verba circum eundo milites et armigeros finierat, cum mox, ut leones famelici in predam veherentur, sic et fulminei evolantes fossata transcurrunt, et dum continuatur tractus utrobique, jactus quoque lapidum manipularium ponderosus, quinque scale muris protinus applicantur, ut manutentim pugnarent. Fuerunt et quicum celtibus et fossoriis ferreis murorum saxea fundamenta statuerunt suffodere, ut per subterraneum meatum urbem intrare valerent, interim dum ceteri sex ferme horarum spacio utrinque cum lacertis hectoreis mutuum continuaverunt conflictum, in quo sane multi moribundi ceciderunt, multi eciam evaserunt letaliter sauciati

Referre eventus varios singulorum et quam laudabiliter quisque se habuit in assultibus predictis longum esset et compendio contrarium, quod studiose semper quero. Didici tamen a multis se nusquam alias atrociores gessisse vel pertulisse, et quod adversariis animo consternatis, sub vexillo ducis militantes, sicut primos inchoaverant agressus, sic et priores ingressi villam exclamaverunt et constituerunt predalem. Et quamvis socios subsequentes dux Borboniensis permiserit in urbanos redempcionibus et perangariis multis uti, quia faverant hostibus edictali tamen lege et sub capitali pena prohibuit voce preconia, ne quis ecclesias violaret neque ab eis auferret reliquias, jocalia vel ecclesiastica ornamenta ; et ne villa amplius esset receptaculum hostium, ejus fossata repleri et muros solo equari precepit. Que prescripta sunt dux prefatus per duos insignes milites regi significare curavit. Quod audientes cives Parisienses et viri ecelesiastici sollempnem et generalem processionem peregerunt, et stacionem in ecclesia Sancti Germani Autissiodorensis facientes, inter missarum sollempnia eximius professor in sacra pagina, magister Benedictus Genciani, monasterii Sancti Dyonisii religiosus, pacem regni, strenuitatem ducis, et quomodo fideliter promissa compleverat luculenter more suo commendavit.

CHAPITRE XLIV

Le duc de Bourbon emporte d’assaut la ville de Soubise


J’ai déjà dit ci-dessus que l’illustre duc de Bourbon avait été chargé par le roi de conduire une armée en Aquitaine, pour reconquérir sur les Anglais plusieurs places dont ils s’étaient emparés l’année précédente. Je crois devoir reprendre le récit de cette expédition, qui, au dire des barons du pays, fit beaucoup d’honneur au duc. Lesdits seigneurs qu’il avait assemblés au nom du roi pour prendre part à cette entreprise, n’étaient pas d’avis qu’il entrât immédiatement en campagne, à cause du grand nombre des ennemis qui se trouvaient dans les environs, et lui conseillaient de prendre ses quartiers d’hiver et d’attendre le retour de la belle saison ; mais le duc, regardant comme une honte de perdre le temps dans l’attente et dans l’inaction, envoya de tous côtés des éclaireurs pour savoir s’il y avait quelque bon coup de main à tenter. Ayant appris que les gens de guerre en garnison dans la ville maritime de Soubise étaient allés à Bordeaux pour toucher l’argent de leur solde, et qu’ils n’avaient laissé, pour la garde de la place, qu’un petit nombre des leurs, qui infestaient par des sorties continuelles le fameux port de La Rochelle, et entravaient le commerce en s’opposant au passage des navires chargés de toutes sortes de marchandises, il résolut d’essayer ses forces contre Soubise. Il ne se dissimulait pas qu’il était très difficile d’emporter de vive force une ville populeuse, défendue par un double fossé et par de bonnes murailles. Mais la valeur aime à braver les obstacles. Il se rendit de Niort à Saintes, où il rallia tous ses compagnons d’armes cantonnés ça et là dans les environs, et dépêcha aussitôt vers La Rochelle deux habiles chevaliers, messire Gastonnet et Guichard de Villiers, pour s’y procurer en toute hâte des échelles et toutes les machines propres à donner l’assaut. L’armée du duc était composée de treize cents hommes d’armes et de huit cents arbalétriers et archers. Il la partagea en trois corps, et donna le commandement du premier, qui comprenait trois cents hommes et autant d’archers, à son bâtard, au maréchal Lafayette, sénéchal de Poitou, et à messire Guillaume d’Arlande, chevaliers d’une valeur éprouvée. Il plaça à l’arrière-garde messire Jean de Boinoy avec sept cents combattants. Ayant ainsi réglé son ordre de bataille, il traversa la rivière voisine sur un pont, et envoya son avant-garde sous les murs de la ville, le lundi 21 novembre. Le lendemain, il alla lui même reconnaître la place avec le comte de La Marche, fit le tour des murs à cheval, et donna ses ordres pour la disposition des échelles et des autres machines propres à l’assaut, qu’on lui avait apportées par mer.

Je dois mentionner qu’avant ces préparatifs les ennemis, espérant faire changer le duc de résolution, l’avaient prié de se souvenir avec quelle fidélité ils avaient servi sous sa bannière l’année précédente. Mais quand ils virent qu’il songeait avant tout à exécuter les ordres du roi, et qu’il était fermement résolu à poursuivre son entreprise jusqu’au bout, ils se décidèrent à tenter une vigoureuse sortie, et fondirent à l’improviste sur son avant-garde en criant d’une voix terrible : Aux armes ! aux armes ! Malgré l’étonnement que cause souvent une attaque soudaine aux cœurs les plus intrépides, les gens du duc ne laissèrent pas de soutenir le choc. On se battit avec acharnement, et plusieurs des assaillants, même des plus nobles, furent tués dans la mêlée ; d’autres en grand nombre furent grièvement blessés. A la fin cependant leurs compagnons étant accourus à leur secours de leurs quartiers voisins, ils forcèrent l’ennemi à lâcher pied, et se rendirent maîtres des palissades qui défendaient deux des portes de la ville. Ils abaissèrent de force le pont levis de l’une de ces portes, et plusieurs d’entre eux, traversant les fossés, furent bientôt au pied des murs. Mais comme les arbalétriers n’étaient pas en assez grand nombre pour les soutenir, le duc fit sonner la retraite, remit l’attaque au lendemain, et ordonna que les échelles et les pioches fussent prêtes avant l’aurore.

Ce jour-là, le duc, ayant donné à chacun de ses capitaines un nombre suffisant d’hommes d’armes et d’arbalétriers, et ayant fait déployer la bannière qu’on appelait étendard, conduisit ses gens à l’assaut, vers midi, au son des trompettes, recommandant à tous de prendre autour de l’enceinte les postes qui leur étaient assignés, et de montrer tout ce que pouvait leur vaillance. A peine avait-il fini de donner ainsi ses instructions et ses encouragements en parcourant les rangs, que les chevaliers et les écuyers s’élancèrent avec l’impétuosité de la foudre, comme des lions affamés qui se jettent sur leur proie ; ils traversèrent les fossés au milieu d’une grêle de traits et de pierres énormes qui se croisaient de toutes parts, et appliquèrent aux murs cinq échelles pour atteindre l’ennemi et l’attaquer corps à corps. Pendant ce temps, quelques uns de leurs compagnons cherchaient à saper les fondements des remparts à coups de pioches et d’autres instruments en fer, afin de pénétrer dans la ville par une ouverture souterraine. On se battit de part et d’autre avec acharnement pendant près de six heures ; il y eut un grand nombre de morts et de blessés.

Je ne rapporterai pas tous les incidents de ce siège, ni toutes les prouesses par lesquelles chacun s’y fit remarquer : ce récit serait trop long et contraire à la brièveté dont je me suis fait une loi. Je me contenterai de dire que j’ai appris de plusieurs de ceux qui prirent part à cette action, qu’ils n’avaient jamais assisté à une si rude et si chaude affaire, et que, les assiégés perdant enfin tout espoir, ceux que commandait le duc, et qui avaient commencé l’assaut, furent aussi les premiers qui entrèrent dans la ville et crièrent au pillage. Le duc de Bourbon permit à ses compagnons d’armes de mettre à rançon les habitants et les abandonna à leur discrétion, parce qu’ils avaient favorisé les Anglais ; mais il défendit sous peine de mort, par une ordonnance qui fut publiée à son de trompe, de profaner les églises ou d’en enlever les reliques, joyaux et ornements ecclésiastiques. Et pour que la ville ne servît plus de repaire aux ennemis, il en fit combler les fossés et raser les murailles. Il chargea ensuite deux illustres chevaliers d’aller annoncer ce succès au roi. A cette nouvelle, les habitants de Paris et les membres du clergé célébrèrent une procession solennelle et générale, et firent une station à l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois. Pendant la messe un, célèbre professeur de théologie, maître Benoît Gentien, religieux de l’abbaye de Saint-Denys, prononça un éloquent discours, dans lequel il vanta beaucoup la paix du royaume, la valeur du duc, et la fidélité avec laquelle il avait accompli ses promesses.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1337-1453 Guerre de cent ans - 17 Soubise - 14e siècle - Bourbon (de) - Document en latin - Google books - Province Angoumois - Province Aunis - Province Saintonge -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1913 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1319 - Hommage féodal au seigneur de Didonne, Arnaud Bernard de Preissac

4.  1345 - 1355 - Campagnes des Anglais dans les provinces de l’Ouest.

5.  1490 (c) - Charles d’Angoulême rassemble l’arrière-ban et organise l’arrière


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux