Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Abbayes, monastères, églises et commanderies -> Diocèse d’Angoulême -> 1555 et 1556 - Abbaye de la Couronne - Inventaires des reliques et objets (...)

1555 et 1556 - Abbaye de la Couronne - Inventaires des reliques et objets précieux

D 27 février 2007     H 01:37     A Pierre     C 0 messages A 2914 LECTURES


agrandir

Source : Relation du pillage de l’abbaye de La Couronne par les protestants en 1562 et 1568, suivie des inventaires des reliques et objets précieux de cette abbaye, dressés en 1555 et 1556 (Extraits inédits de la chronique française de l’abbaye de La Couronne, par Antoine Boutroys, chanoine régulier de cette abbaye), publiés par G. Babinet de Rencogne, archiviste de la Charente. Paris 1862

Nota : Ce petit opuscule de 34 pages a été imprimé à 100 exemplaires, en tirage à part du Bulletin de la société Archéologique et Historique de la Charente (1er trimestre 1862).

Antoine Boutroys fut chanoine régulier de l’abbaye de La Couronne dans la période 1610-1640. Il rédigea l’histoire de ce monastère depuis sa fondation jusqu’au milieu du XVIIème siècle.

Il raconta en particulier les épisodes de 1562 et 1568 qui virent le pillage de l’abbaye par les huguenots. Parmi les pièces d’archives jointes à son récit, on trouve les deux inventaires ci-dessous faits respectivement en 1555 et 1556.


Des ornemens et reliques qui estoient en cette abbaye

[Le mardy seiziesme novembre 1610, visitant les papiers des Dexmier, et ce par commandement de monseigneur l’abbé messire Jean Volvire, l’on trouva l’inventaire dont ensuit la coppie :]

INVENTAIRE FAICT par le commandement de monseigneur labbe de La Corone tant des omemens de ladicte abbaye que reliquiaire dicelle, monstrees et exhibées par frère Jean Terrasson, sacristain de ladicte abbaye, en présence de frère Pierre Martineau, Jean des Yandrieux, Jacque Censolz, Jean Ymbert, et Jean Boursaut, religieux de ladite abbaye, le cinquiesme jour de may lan mil cinq cent cinquante cinq, et iceux ornemens et reliquiaires mis et rédiges par escrit par moy Artus Bodin, par commandement et ordonnance de mondit sieur abbe, en la présence de messire Jacque Burali, secraitaire de mondit sieur de La Corone, en la forme et manière qui ensuit :

ORNEMENS.

Premièrement, uinct et une aubes fines, dont deux non garnies, auec plusieurs manipules tant blancs que rouges.
(I) Extrait du manuscrit latin coté n° 1 (additamenta).— Dans le texte qui suit, j’ai indiqué par des crochets les alinéas, phrases ou membres de phrases qui appartiennent au P. Boutroys.
Plus huict aubes communes fort usées.
Plus neuf chasubles communes, les aucunes garnies de courtibautz [1].
Dix sept chappes communes.
Plus trente six chappes, dont il y en a une de damas blanc avec la chasuble et deux courtibaux ; le tout neuf.
Plus une chasuble et deux courtibaux de drap dor.
Une chasuble et un courtibaut de uelours cramoisy.
Plus seize chasubles, dont il y en a aucunes garnies de courtibautz.

CENSUIT LES RELIQUIAIRES, [dont maistre Michel Dexmier en a faict un second inuentaire et qui commence : ]

Premièrement, la coronne ou est la saincte espine enchâssée en argent dore.
La uray croix enchâssée en cuiure esmaille.
Le grand tableau Nostre Dame — ni a aucunes reliques.
Le tableau des Apostres.
Un petit tableau ou est enchâsse limage Nostre Dame couuerte dargent.
Deux croix dargent, dont lune moienne.
La croix des festes annuelles.
Le bras de St Maurice enchâsse en cuiure.
Le bras de St Sebastien enchâsse en argent.
Quatre autres bras enchâsses en cuiure dore.
Quatre petites croix couuertes dargent.
Trois custodes [2], dont lune est attachée au poille ou est le sainct sacrement, et les deux autres couurent des reliquaires ; le tout dargent.
Un petit pilier dargent au dessus duquel est la figure Nostre Dame, et au milieu est un christal ou est enchâsse de ses uestementz.
Trois petits tableaux couuerts dargent.
La croix St Christophe.
Un petit tableau enchâsse aux costes dargent ; et au milieu il y a un jaspe.
Le reliquaire de St Biaise enchâsse en un petit tableau dargent enchâsse en forme de liure.
Une petite croix dont le dessus est dargent et le pied de cuiure argenté, dans laquelle il y a du bois de la uraye croix.
Un petit tableau couuert dargent, auquel est enchâsse aucuns reliquaires de St Front, St Léger et St Cler.
Un autre petit tableau couuert dargent ou est enchasse le pigne [3] St Lambert [4]
Un petit christal enchâsse en argent ou il y a quelques reliquaires de St François.
Un autre christal enchâsse en argent ou il y a du reliquaire de St Laurens.
Un petit tableau de cuiure ou il y a des reliques de monsieur St Claud.
La croix des saints patriarches enchâssée en cuiure.
Cinq petites bouestes esquelles sont des reliques de plusieurs saints non enchâssées.
Deux coffres carres et une petite bouette ronde esquels sont aucuns reliquaires.
Le soulier [5] St Front enchâsse en argent.
Un petit coffre de cuiure esmaille, ou il y a des reliquaires.
Un petit tableau faict en façon de roze, couuert en partie dargent.
Le reliquaire de St Fulgence, couuert dargent.
Un tableau de cuiure sur la couuerture duquel est la figure de St Nicolas, et au dedans une croix.
Un petit coffre de cuiure ou sont les machoueres de Ste Luce.
Une petite custode de cuiure ou il y a quelques reliquaires.
Un tableau couuert de bois, dans lequel il y a une croix de cuiure dore.
Un autre tableau de cuiure ou il y a une croix de cuiure dore.
Le tableau de Ste Agathe couuert de cuiure dore.
Une petite croix de cuiure enchâssée en bois.
Un petit leuraut de christal, dans lequel est enchâsse du reliquaire St George.
Six chandeliers de cuiure, les uns grands, les autres petitz.
Plusieurs mittres tant de satin que de tanetas.
Neuf garnitures de cuiure seruant a mettre aux chappes.
Deux grands tableaux de cuiure trouues sur le grand autel, esquelz est enchâssée limage Nostre Dame.
Une chasse de cuiure estant sur le grand autel.
Deux ensensoirs, dont lun dargent et lautre de cuiure.
Trois calices dargent, dont lun du depuis a este conuerti et mis en une paix dargent dore par commandement de monseigneur abbe, et du consentement des religieux et couuent de ladite abbaye, le dixiesme jour de may 1555 [6].
Par le commandement dudit sieur abbe a este ouuert un coffre par ledit Terrasson, sacristain, estant au haut et derrière du cœur de ladite église, fermant a trois clefs, dont ledit sacristain a dit en auoir une, et le prieur une autre , et linfirmier une autre. —Dedans ledit coffre a este trouue une mittre brodée par le dessus dargent dore, garnie de boutons aux pandans.
Une chasse et deux canetaux [7] dargent dore.
Une pomme [8] dargent sur lautel, seruant a eschaufer les mains.
En un coffre estant au derrière du cœur de ladite église a este trouue aucunes botines et chausettes et souliers et deux paires de gans, qui ont serui aux prédécesseurs abbes, lesquels sont asses uieux et uses, et qui ne sont de grand ualeur.
Plus le grand arbre de Jessé [9], partie dargent et autre partie de cuiure dore.

Quae omnia ita esse et sic se habere affirmamus, et in fidem nos subscripsimus. Ainsi signé : Franciscus Abbas Taurellus.

En la présence de frère Arnaud des Escuiers infirmier, Pierre Martineau religieux de ladite abbaye, le quatorziesme jour de may mil cinq cent cinquante-cinq.

Quae omnia ita esse et sic se habere affirmamus et (geramus ?) et in fidem nos subscripsimus. Ainsi signé : J. Terrasson, sacrista. — A. des Escuiers pour auoir este present. — P. Martineau pour auoir este present.

DU QUATRIESME IOUR DAOUST audit an 1555, et en la présence des frères Pierre Martineau, prieur, et Arnaud des Escuyers, infirmier de cette abbaye, a este inuentorie ce qui en suit qui auoit este obmis a inuentorier par le premier inuentaire qui a este faict par maistre frère Jean Terrasson.
Premièrement, un calice dargent dore que mondit sieur labbe a retire de monsieur de Saint-Romain, demeurant a Narsac, pour sept escus quil estoit en gage.
Il y a aussi neuf autels garnis chacun de trois nappes qui sont en tout vinct sept.
Plus quarante deux nappes trouuees dans les coffres derrière le cœur.
Plus esdicts coffres a este trouue soisante aunes de toille de lin et de cherve [10].
Plus un pauillon pour célébrer la messe en pontifical et plusieurs garnitures daubes communes.
Dedans le grand clocher il y a six cloches, deux grosses, deux moiennes et deux petites.
Plus huict nappes telles quelles.
Un parement dautel de tanetas uiollet et jausne que ledict sieur abbe a baille.
Plus du tanetas uiolet qui a este donne par un nomme frère Jean pour sa réception de religieux a Autavaux [11].
Item, neuf paires de corporeaux et le poisle que lon porte le jour du sacrement ; il est de soye.
Quatre cloches, dont trois ont enuiron deux pieds de gueulle, et lautre une petite clochette sans batail.
Desquels meubles susdicts, a la décharge de mon prédécesseur secrestain frère Jean Terrasson, curé de la chapelle, je me suis chargé et charge, [comme plus a plain il apert par l’acte receu par mestre Michel Dexmier, notaire royal, passé le premier iour de may mil cinq cent cinquante six,] dont pour plus sure certification ay signe le présent inventaire le iour et an que dessus. — Ainsi signé : Claud de Corlieu.

[Frère Antoine Boutroys Beauvoisin a coppié le susdict inuentaire sur l’original qui s’estoit trouué chez Dexmier le 16e novembre mil six cent dix, après disné, et a présenté cest original a monsieur l’abbé] [12].

[ COPPIE DE L’INUENTAIRE des reliquaires, croix, calices, canetes, chandeliers et autres joyaux et pierres précieuses qui en l’an 1562 estaient en la charge du secrétain [13] de l’abbaye de La Corone, que les Huguenots vollèrent ladite année, le 22 de may ; escrit de la main de maistre Michel Dexmier, notaire royal et greffier de la seigneurie, ou il compose l’inuentaire qui suit, et y adjoute ce qui auoit esté obmis.]

Premièrement, une corone dor ou estoit enchâssée la saincte espine et enrichie de plusieurs pierreries.
La uraye croix enchâssée en argent dore et esmaillee, ou estoit plusieurs pierres précieuses ; le tout haut de trois pieds de long.
Un grand tableau ou estoit limage de Nostre Dame, dargent dore enrichi de plusieurs pierreries.
Un grand tableau dargent dore ou estaient les reliques des Apostres.
Un petit tableau ou estoit enchâsse limage de Nostre Dame couuert dargent.
Trois autres grandes croix dargent enrichies de plusieurs pierreries, ou il y auoit plusieurs reliquiaires ; lune appelée la croix St Christophe qui estoit de mesme façon que ladite corone.
Une autre croix dargent dore fort grande, ou il y auoit plusieurs reliquiaires, et sappeloit la croix des festes annuelles, en laquelle il y auoit du bois de la croix de Nostre Seigneur.
Le bras de St Maurice enchâsse en cuiure dore.
Le bras St Sebastien enchâsse en argent.
Quatre autres bras enchâsses en cuiure dore.
Quatre autres croix moiennes couuertes dargent.
Une grande custode dargent attachée au poille de ladite église sur le grand autel, en laquelle lon mettoit le sainct sacrement de lautel, en laquelle y auoit une petite coupe dargent dore fermée en façon de calice.
Deux autres custodes dargent couurant des reliquiaires.
Un petit pilier dargent avec un pied large en façon de calice, au dessus duquel estoit limage de Nostre Dame, le tout dargent dore, et au milieu un christal ou estoient enchâsses de ses uestemens.
Trois petits tableaux couuerts dargent dore ou estoient plusieurs reliquiaires, en lun desquels estoit un crucifix dargent.
Une grande pierre de japse enchâssée en argent dore.
Le reliquiaire de St Biaise enchâsse en un petit tableau en forme de liure.
Une petite croix dont le dessus estoit dargent et le pied de cuiure, dans laquelle y auoit du bois de la uraye croix.
Un tableau couuert dargent ou estoient enchâssées des reliques de St Front, St Legier, St Cler.
Un autre tableau couuert dargent ou estoit enchâsse le peigne St Lambert.
Un petit christal enchâsse en argent ou il y auoit quelques reliquiaires de St François.
Un autre christal enchâsse en argent ou il y auoit des reliquiaires de St Laurens.
Un tableau couuert dargent ou estoient des reliquiaires de Ste Claude et plusieurs autres.
La croix des saincts patriarches enchâssée en cuiure dore.
Cinq petites boites divoyre dont les boucles et garnitures estoient dargent, esquelles y auoit plusieurs reliquiaires.
Une petite chasse couuerte dargent ou estoit un soulier pontifical de St Front.
Un petit coffre de cuiure dore et esmaille auquel il y auoit plusieurs reliques.
Un tableau faict en façon de roze, couuert dargent, ou il y auoit plusieurs reliquiaires.
Le reliquiaire de St Fulgence enchâsse en argent.
Un petit coffre de cuiure ou sont les machoueres de Ste Luce.
Un tableau de cuiure dore sur la couuerture duquel estoit limage St Nicolas et au dedans il y auoit une croix dargent.
Un tableau de cuiure dore, dans lequel il y auoit une croix de cuiure dore.
Un tableau couuert de bois, dans lequel il y a une croix de cuiure dore.
Un petit leurault de christal, ou est enchâsse des reliquiaires de S’George.
Le tableau Ste Agathe, couuert de cuiure dore.
Une petite croix de cuiure dore enchâssée.
Un grand tableau dargent ou estoit limage et reliquiaire St Eutrope ; le tout dargent.
Une petite custode de cuiure dore sur laquelle il y auoit une petite croix ou il y auoit un crucify dargent.
Uinct chandeliers de cuiure dore et esmaille, deux grands et autres moiens.
Deux grands tableaux de cuiure dore faisant parementz sur le grand autel, longs de douze pieds, ausquels estoit limage de Nostre Dame.
Une grande chasse de cuiure dore estant sur le grand autel, en laquelle il y auoit une grand quantité de reliquiaires de plusieurs saincts.
Deux encensoirs, lun dargent ayant le bord dore auec une nauette dargent pour porter lencens ; lautre estoit de cuiure esmaille.
Huict bassines de cuiure tant grandes que petites, toutes dorées et esmaillees, seruant ordinairement en ladicte église.
Un calice dor auec sa patène, pesant le tout cinq marcz.
Six autres calices dargent dore desquelz un [14] estoit fort grand, et auec des uis se mettoit en trois pièces, et auec leurs patènes.
Quatre grandes canetes dargent dore.
Une payx dargent dore que messire François comte Taurel, lors abbe, auoit faict faire dun calice dargent auec le consentement des religieux, et ce le 10e jour de may l556.
Une mittre en broderie dargent dore enrichie de pierreries et garnie de boutons dargent dore aux pendans.
Une grande crosse dargent dore garnie de pierreries.
Une pomme dargent grosse comme deux poinctz, seruant a mettre sur le grand autel pour eschaufer les mains.
Une crosse diuoire garnie dargent dore appellee la crosse St Lambert.
Trois bastons assez longs appelles bourdons, garnis dargent, seruant pour les chantres de bastonniers aux festes solennelles.
Larbre de Jessé estant de sept pieds de hauteur, partie de cuiure et dargent dore, au haut duquel il y auoit une croix et un pigeon dargent.
Deux grands chandeliers de cuiure de sept pieds de haut et gros comme le bras.
Six grands piliers de cuiure dore, estant aux costes du grand autel, seruant a attacher des barres de cuiure dore seruant a tenir les courtines.
Deux chasses de cuiure dore et esmaille de grand et exquis artifice, lune au grand autel ou estoit le corps de St Lambert [15], et lautre estoit dedans le cœur de ladicte église ou estoit le corps de St Girauld,
Plus deux autres chasses de cuiure dore et esmaille, lune estant deuant lautel de St Jean, et lautre deuant lautel Ste Chaterine, en ladicte abbaye.
Plus deux grands pilliers destaing de la hauteur de huict piedz, estant deuant lautel du crucifix, pour tenir les courtines.

[Le surplus se trouue entre les papiers des Dexmier, qu’a eu M. Florenceau, au protocolle de l’an 1555 et 1556, le 1er jour de may [16].
Pour les reliques qui estoient en l’église du bourg c’estoit une partie du bras de St Jean Baptiste, enchâssé en un bras d’argent doré enrichi de plusieurs pierreries , et un très beau et riche brasselet au poingnet qui estoit tout garni de pierreries, qui auoit esté donné à ceux qui auoient recouuert........ [17] par les prieurs de St Jean [18]. Ce reliquaire estoit dans une forme de bras........... [19] un doit tout droit, et au gras du bras estoit........... [20] estoit le reliquaire enveloppé d’un tanetas rouge et une uitre par dessus ; il y auoit aussi un escriteau contenant quelle partie du bras c’estoit, et le nom de celuy qui l’auoit donné en cette paroisse et à prière de qui. — Marceau Tessier et autres m’ont faict ce récit des reliques de St Jean.]


[1Courtibautz. — Dalmatiques.

[2Custode. — Terme ecclésiastique. Il se dit du saint ciboire où l’on garde les hosties consacrées, lequel est couvert d’un petit pavillon. Il se dit aussi du pavillon même qui couvre le saint ciboire.

[3Pigne. — Peigne. Il ne s’agit point ici d’un peigne de toilette, mais bien d’un peigne d’apparat, ordinairement en ivoire, employé lorsque les dignitaires crosses et mitres de l’Église officiaient, pour rétablir la décence de leur chevelure souvent dérangée par suite de la cérémonie qui consiste à enlever à certains moments la mitre de l’officiant, et à la replacer à certains autres sur sa tête. — V. Rationale divin, offic., par Guillaume Durand, liv. IV, chap. IV. De compositione capitis.

[4St Lambert. — Lambert fondateur et premier abbé de La Couronne, puis évêque d’Angoulême de 1136 à 1148. Toutes les fois que Boutroys ou les auteurs des inventaires que nous publions ici parlent de cet éminent prélat, ils lui donnent la qualification de saint. On conçoit aisément que les religieux de La Couronne dussent vénérer d’un culte particulier la mémoire du fondateur et bienfaiteur de leur maison ; mais il est bon de faire observer que Lambert n’a jamais été canonisé ni même béatifié.

[5Le soulier St Front. — C’est le soulier pontifical, d’habitude orné de broderies et de pierres précieuses.

[6Il y a un aduenant qui en dit d’autres. Voiez le mémoire de M. Dexmier. (Note du P. Boutroys.)

[7Canetau.— Petite canette, burette de petite dimension.

[8Cette pomme d’argent, creuse à l’intérieur, était remplie d’eau chaude ou de cendre incandescente, pour réchauffer les mains de l’officiant, dans les grands froids d’hiver.

[9C’est l’arbre généalogique de la sainte Vierge.

[10Cherve. — Cherve, charve, charbe, mots de la langue vulgaire usités dans les provinces de Poitou, Saintonge et Angou-mois, qui signifient chanvre.

[11Autavaux. — C’est le prieuré d’Hautevaux (de altis vallibusj, au diocèse de Limoges, dépendant de l’abbaye de La Couronne

[12Je l’ay découuert chez feu M. l’infirmier après son décès, et un autre des reliques qui n’est pas signé, escrit de la main de mestre Michel Dexmier, notaire royal, qui auoit reçu ledit inuentaire, ou il y a deux aduenans. (Note du P. Boutroys.)

[13Secrétain. — Sacristain.

[14Il est dans l’aduenant de l’inuentaire du 1er jour de juin 1556, représenté par F. C. de Corlieu. (Note du P. Boutroys.)

[15Maistre Michel Dexmier, notaire royal et greffier de ceste terre, recognu pour homme de bien, nous a laissé escrit de sa main, que chacun recognoist, le mémoire précédent non signé que j’ay coppié cy-dessus et bien collationné, où il nous dit que le corps de St Lambert estoit sur le grand autel de l’abbaye , dans une chasse de cuiure esmaille, de grand et exquis artifice, et depuis que j’ay ledict mémoire, j’ay demandé à plusieurs anciens de la paroisse ce qu’il y auoit sur le grand autel de l’abbaye auant la ruine des Prétendus. Ils m’ont tous dit que la chasse St Lambert y estoit, ce qui semble contraire à ce que chacun dit, que le tombeau de St Lambert est dans le cœur de l’église éleué d’un pied, lequel ayant esté ouuert furtiuement depuis peu d’années, l’on y a trouué plusieurs reliques. Si quelqu’un dit que lorsque les Prétendus volèrent l’église, qu’on y remit les reliques de St Lambert, qui estoient dans la chasse sur le grand autel, monsieur Dexmier qui a fait des mémoires du vol jusques aux clefs et serrures des portes de l’abbaye nous l’auroit escrit ; et F. Jean Ymbert qui dès lors estoit religieux, prestre et aumosnier, nous l’auroit dit ; et si l’on dit que ceste chasse et les autres qui sont en cest article et aux suiuans ne sont descrites en l’inuentaire escrit par Arthus Bodin et signé de F. comte Taurel, lors abbé, et des religieux, l’on respond qu’ils ont seulement mis en leur inuentaire les reliques et ornements dont se chargeoit F. Claud de Corlieu, comme il confesse au pied de ladite inuentaire reçue par ledit Dexmier, où il y a deux aduenans, l’un d’un calice qui auoit esté obmis, et l’autre des reliques qui furent portées en la chapelle du thrésor au dortouer, et les chasses de St Lambert, St Giraud, et les deux qui estoient deuant les autels de St Jean et de Ste Chaterine y demeurant en leur lieu. Quoy considéré, il me souuient auoir leu en la vie de ce sainct personnage Hélie de Bourdeille , que lorsqu’il estoit éuesque de Périgueux, estant accompagné des éuesques de Sarlat et de Rieux, en l’an 1463, le 25e ou 26e jour de may, il transporta le corps de St Front, apostre du Périgort, du lieu où il estoit en un autre lieu plus honorable, et séparant son chef du corps , il le colloqua dans un grand tabernacle qu’il auoit fait esleuer et richement élabourer au milieu du cœur, basty de lames de cuiure esmaille et doré, renfermant le tout de grilles de fer, suiuant la permission qu’en auoit donnée le pape Eugène IIII, à la prière des chanoines de l’église collégiale de St Front, comme il se lit en sa bulle donnée à Florence l’an 1441, l’onziesme année de son pontificat, où il leur permet la translation du corps de St Front, et de séparer la teste du corps par la main d’un éuesque catholique, et de l’esleuer sur le grand autel de leur église ou en autre lieu décent pour le montrer au peuple, pour accroistre leur déuotion ; ce qu’il permit nonobstant toutes défenses à ce contraires. D’où il se cognoist qu’il n’est permis à toutes personnes de transporter les reliques des sainctz sans la permission du sainct Père,
Cest exemple de St Front m’inuite à dire que le chef ou autres reliques de St Lambert pouuoient auoir esté séparés de son corps, et mis sur le grand autel dans la chasse que descrit Dexmier, et les autres reliques seroient demeurées où est la tombe, au milieu du cœur de l’église , où il fut transporté de la chapelle des abbés par domp Guillaume Singulier, 12° abbé de ceste abbaye, qui décéda l’an 1254. Sans offenser nos prédécesseurs, il faut auouer qu’ils ont eu peu de soin de transmettre à la postérité ce qui est arriué de leur temps. Ou bien la ruine des guerres et pilleries nous a enseueli leur histoire, s’ils en ont faict, depuis l’an 1275, où se est aresté l’historien de ce que nous auons de l’antiquité de ceste maison, où il s’est bien faict et passé des choses mémorables depuis l’an 1275, desquelles nous n’auons point de mémoires. Peut estre que ceux qui vollèrent ceste abbaye enuiron l’an 1350 les auoient emporté, veu que le pape Clément VI qui les excommunia dit en sa bulle qu’ils auoient emporté des instruments publics et des anciens escrits. Outre ce qu’a descrit M. Michel Dexmier, et que d’autres m’ont dit que la chasse de St Lambert estoit sur le grand autel, ce qui m’excite à le croire, est qu’il n’y a point d’apparence que le pigne de St Lambert fut enchâssé dans un petit tableau couuert d’argent comme il est descrit en ces deux inuentaires signés de monsieur l’abbé et de plusieurs religieux notaires et tesmoins qui assuraient ceste vérité, et que son corps fut tout entier dans un cercueil de bois, là où est son tombeau. Voilà mon opinion sur ce sujet ; chacun en prendra ce qui luy plaira.
(Note du P. Boutroys.)

[16Les Dexmier l’ont retiré. (Note du P. Boutroys.)

[17Un mot illisible.

[18St Jean. — C’est le vocable sous lequel est placée l’église paroissiale de La Couronne. Le bourg lui-même s’appelait Saint-Jean de La Palud avant d’avoir pris le nom de l’abbaye, fondée par Lambert en 1118. L’église Saint-Jean de La Palud avait été établie en collégiale, sous l’observance de la règle de Saint-Augustin et la direction d’un prieur, en même temps curé de la paroisse.

[19Quelques mots effacés.

[20Quelques mots effacés.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1908 - 1909 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 7 Tome IX

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1900 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1694 et 1726 - Adjudication et bail de ferme des étangs de la seigneurie de Saint-Maigrin (17)

5.  1460 - Guet et garde à La Rochelle : la banlieue est mise à contribution


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux