Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Fêtes, jeux, divertissements -> 1565 – Brouage : le spectacle naval offert au jeune roi Charles IX (...)

1565 – Brouage : le spectacle naval offert au jeune roi Charles IX tourne au drame

Les commentateurs n’en retiennent que l’aspect ludique

D 27 octobre 2009     H 12:34     A Jean-Claude, Razine     C 0 messages A 854 LECTURES


agrandir

A la suite de troubles créés par les guerres civiles, en l’an de grâce 1564 le roi Charles IX entreprit avec sa mère Catherine de Médicis le tour de ses provinces pour connaître ses sujets et se faire connaître d’eux, dans un but de pacification. Charles IX quitta donc sa capitale le 24 janvier 1564 avec sa cour. Ce voyage allait durer presque deux ans. Au bout de 20 mois le roi arriva en Aunis et Saintonge où il reçut un accueil chaleureux. Le 5 septembre 1565 il fit son entrée à Brouage où la ville lui réserva bon accueil à grand renfort d’artillerie tirée du bord des navires. Plusieurs chroniqueurs se firent l’écho de cette visite. Cette simulation de bataille navale si elle amusa fort le roi Charles IX eut des conséquences dramatiques puisqu’elle fit deux morts et plusieurs blessés. Mais cet incident ne sembla émouvoir ni le roi ni les narrateurs de cet évènement puisque les « reporters » en firent mention sur un ton badin.

Sources :
- Pour l’épisode de 1565 : L’Aunis et la Saintonge – de la guerre de 100 ans à Henri IV – H. Clouzot par L. Canet éditions 1933
- Pour l’épisode de 1576 :

  • Histoire politique et religieuse de la Saintonge et de l’Aunis par Daniel Massiou
  • Henri IV en Gascogne - Ch. De Batz-Trenquelléon - Paris - 1885 - BNF Gallica.

En savoir plus sur ce voyage et voir une carte du périple

1565 - Brouage - La bataille navale offerte au jeune roi Charles IX

Brouage : la citadelle
Dessin de Jean-Claude Chambrelent

La bataille navale racontée par Abel Jouan serviteur de Charles IX :

« Le mercredi 5. jour dudict mois, le roy partit de Marennes pour aller disner & voir un beau port de mer, auquel lieu l’on a faict une nouvelle ville qui s’appelle le Broage [17], auxquels lieux s’amasserent tous les habitans, tant dudict lieu, que des villages circonvoisins, en fort belle ordonnance, & tirèrent d’artillerie des vaisseaux qui estoient dedans ledict port, qui en ne prenant pas garde à eux tuèrent deux hommes, & en blesserent quelques autres.

Et puis après disner, les mariniers donnèrent plaisir au roy d’un combat des vaisseaux contre vaisseaux sur la mer, que en ce faisant, bruslèrent une de leurs navires.

LE COMTE DE RHIGNRAVE EN VOULANT SAUVER UN MARINIER DEVIENT LA RISEE DE TOUTE LA COUR.
par H. Clouzot.

Cet acte fort courageux à l’origine eut des suites drolatiques qui amusèrent le Roi et sa cour. Il fut relaté en ses termes après la mort de Charles IX :

« Je vous raconteray ce que je vez en l’an 1565 que le défunct roy Charles fesoit son voyage par ce royaume et entre autres estant à Brouage en ladite année et au mois de septembre, ceux du pays des isles luy vouloyent faire voir de quelle façon un navire marchand estant trouvé à la mer par un navire de guerre ou pirate est attaqué.

Pour ceste cause accomodèrent un vieil navire de trente cinq ou quarante tonneaux, et l’équipèrent de voiles et autres ustenciles propres à le faire naviguer, et dedans iceluy y mirent un capitaine et huit ou dix mariniers, lequel navire fut suivy de deux chaupes équippées en guerre (où je me trouvai) et le balans à coups de canon et d’arquebus l’emmenèrent si avant dans le dit havre qu’au droit le logis où estoit le Roy à sa fenestre il s’arresta, et là y eut un grand combat attaquant et défendant, enfin après avoir eu le dit navire bien résisté et que ceux des chalupes virent ne pouvoir monter dedans, jettèrent certains artifices du feu sur le tillac avec la poudre qui fit que incontinent le voilà prins dans les voiles qui furent plustost bruslées que l’on eut loisir de le regarder, de là se prirent aux masts, aux cordages et tellement au corps du navire qu’en présence de Sa Majesté et de toute sa court, le dit navire brusla jusqu’à l’eau, en quoy faisant les mariniers qui estoient dedans, tous gens expers à naviger, attendoient presque le feut les surprirent et puis se jettoient à la mer, de manière que l’un d’iceux ayant attendu jusques au dernier faisant mine de ne savoir nager, se précipita à la mer, et fit tellement le plongeon que la plupart pensoient qu’il se fust noyé. Là-dessus M. le comte de Rhingrave, seigneur aleman, voyant ceste homme s’estre jeté assez près du bord, eut opinion que se jettant avec son cheval dans le dit havre, il sauveroit, ce marinier, et sans marchander poussa son cheval dans la mer, cuidant que ce fust platière ; mais il s’y fust tost lancé que luy et son cheval se perdirent de veue sous l’eau, et eut bien besoing que celuy qu’il voulait sauver le sauvast de ce peril éminent. Mais enfin estant sauvé et amené à terre, le Roy en fit bien grande risée contre le dict sieur comte, qu’avoit voulu traverser la mer à gué, et fit donner au capitaine du navire nommé Mitrault cent escus pour la perte qu’il avoit fait en icelui. »

1576 – Brouage - De nouvelles joutes nautiques en l’honneur du futur Henri IV

Henri de Navarre, futur Henri IV fit maints séjours en Saintonge et Aunis, à La Rochelle notamment. A l’age de 5 ans il y séjourna avec son père car cette ville faisait partie de son gouvernement de la Guyenne. Il y revint une seconde fois à la suite de Charles IX, où il fut logé plusieurs jours à l’Hötel d’Huré, rue Bazoges. Avec la suite royale, il assista donc au spectacle naval donné en l’honneur du roi Charles IX, à Brouage en septembre 1565.

Plus de dix années s’étaient écoulées, obscurcies par des luttes fratricides et les exactions des guerres de religion lorsque Henri de Navarre pénétra de nouveau dans cette place forte.

Au lendemain de la Saint-Barthélemy, Henri, converti au catholicisme du bout des lèvres et le poignard sur la gorge quitta précipitamment Paris se sentant menacé par les chefs de la Ligue. Il s’enfuit avec sa sœur Marguerite et gagna à grosses journées Niort où il abjura le catholicisme avant de s’acheminer vers ses états de Béarn.

Le prince fit un détour par La Rochelle qu’il connaissait donc depuis fort longtemps. Il y resta une semaine. Le 4 septembre il s’embarqua pour Brouage. Il y fut reçu magnifiquement par le Baron de Mirambeau. Selon la chronique :

« Il y eut des joutes sur l’eau, des feux d’artifice. A dîner on servit au Prince et à sa sœur une quantité d’oiseaux si rares qu’ils étaient inconnus à la plupart des gentilshommes de leur compagnie. Sur le soir on leur donna le spectacle d’un combat naval entre un vaisseau monté par des Maures et quatre pataches qui l’attaquèrent avec beaucoup d’art et y mirent le feu ».

Agrippa d’Aubigné laissa lui aussi un témoignage, il écrivit pour la circonstance, lors de la visite du Roi de Navarre :

« Pour visiter son gouvernement. Il voulut, dit d’Aubigné, commencer par Brouage, où Mirambeau le traita en toute magnificence, notamment avec quantité d’oiseaux inconnus à ceux de sa suite, et sur le soir, lui fit voir le combat d’un grand navire plein de Mores, combattu en diverses manières, par quatre pataches, enfin brûlé, l’équipage à la nage ; cela fait avec les plus exquis artifices de feu ».

Ce genre de spectacle était semble-t-il dans la tradition lorsque Brouage voulait rendre hommage à des hôtes de marque. Cette fois cependant la bataille navale ne fut émaillé d’aucun incident et deux jours plus tard le Roi et la Princesse de Navarre forts satisfaits de leur hôte prirent congé du Baron de Mirambeau avant de regagner leurs états.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1560-1574 Charles IX - 17 Hiers-Brouage - 16e siècle - Fêtes, jeux, divertissements - Marine - Médicis (Catherine de) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Sud-Ouest du 23 août 2009 - Histoire Passion : ces histoires locales exhumées

2.  1731 - Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, condamné aux galères

3.  1638 - Jacques Boyceau de la Barauderie - Traité du jardinage

4.  1851 - Le ton monte entre la Charente-Inférieure et l’Algérie - Archives

5.  961 - 1628 - Histoire des institutions municipales de La Rochelle


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  1743 - Le commerce des étoffes à la Foire de Bordeaux

4.  1880 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - T VIII

5.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 16ème siècle - 1500-1549 - Table chronologique des sources


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux