Vous êtes ici : Accueil -> Chronologie de l’histoire locale -> 1562 - 1598 - Les guerres de religion (ou Guerres civiles du XVIe (...) -> 1585-1598 - Huitième guerre de religion -> 1588 - Angoulême : Conjuration des habitants contre le Duc d’Epernon

1588 - Angoulême : Conjuration des habitants contre le Duc d’Epernon

D 1er mars 2009     H 23:55     A Pierre     C 0 messages A 793 LECTURES


La réussite cette conjuration conviendrait assez à Henri III, mais il se garde bien de le dire clairement. L’échec de la tentative lui donne l’occasion de se débarrasser de Villeroy, l’organisateur, à défaut du Duc d’Epernon. Machiavel, es-tu là ?

Source : Histoire des guerres civiles de France sous les règnes de François II, Charles IX, Henri III, & Henri IV - Par Arrigo Caterino Davila, Charles Eisen, Edme Mallet, Fierre Jean Gresley, Jacques Aliamet, Noël Le Mire, Arthur Webster Machen - Amsterdam - 1757 - Books Google

Conjuration des Habitans d’Angoulême contre le Duc d’Epernon.

La Cour étoit occupée de ces intrigues, lorsqu’on y reçut la nouvelle d’une conjuration qui avoit éclaté à Angoulême contre le Duc d’Epernon, qui manqua d’en être la victime. Nous avons vu que les Ordres du Roi qui défendoient de recevoir le Duc dans cette Ville, ni de l’y reconnoître , y étoint arrivés trop tard. Quelques Bourgeois qui n’aimoient pas ce Duc, se persuaderent trop légèrement, qu’ils rendroient fervice au Roi, en chassant d’Epernon de leur Ville. Ils envoyèrent à la Cour un homme de confiance, qu’ils adressèrent à Villeroi, pour savoir premièrement de lui, quelles étoient les véritables intentions de Sa Majesté, & l’assurer qu’ils se sentoient assez de courage pour chasser le Duc de leur Ville, & même l’arrêter Prisonnier, quoiqu’il demeurât toujours dans le Château, Place sûre & bien fortifiée. Villeroi ennemi du Duc, & qui avoit expédié les ordres dont on vient de parler, crut que la circonstance & les ordres du Roi s’accordoient parfaitement, & goûta les propositions de cet homme. Il la communiqua au Roi, qui commençant à se défier de lui, ne voulut pas lui déclarer nettement sa volonté. Mais afin qu’il ne pénétrât point ses véritables sentimens, qui étoient toujours les mêmes pour le Duc d’Epernon, il lui répondit froidement : qu’il ne seroit pas fâché de voir ce Seigneur chassé d’Angoulême, & même qu’on le conduisît prisonnier à son Armée, pourvu qu’on n’attentât point à sa vie. Le Secrétaire d’Etat saisit avec ardeur cette réponse, & la rendit au Député des Conjurés : Cet homme fut même introduit quelques jours après dans le Cabinet du Roi, qui se contenta de lui dire, de s’en tenir aux ordres qu’il recevroit du Secrétaire d’Etat. Villeroi ne voulut à la vérité lui en donner aucun par écrit ; mais, il lui dit, que l’intention du Roi étoit qu’ils fissent tous leurs efforts, pour ôter le Gouvernement de leur Ville au Duc d’Epernon & même pour l’arrêter, & qu’ils rendroient en cela un service essentiel à Sa Majesté.

Les Conjurés encouragés par le rapport de Villeroi, très-différent de l’indifférence qu’avoit marqué le Roi, & par l’exagération que leur fit leur Député de tout ce qu’il avoit vu & entendu, comme c’est la coutume en pareil cas, se crurent capables d’exécuter leurs promesses, & projetterent de prendre le Duc d’Epernon, mort ou vif. Ils communiquèrent leur dessein aux Seigneurs de Méré, de la Messeliere, au Vicomte d’Aubeterre, & à quelques autres Gentilshommes du Pays. Le dixième d’Août, Fête de Saint Laurent, ils prirent les armes, coururent tout-à-coup au Château, & s’étant emparés de la porte, où l’on n’étoit point sur ses gardes, ils pénétrèrent jusques dans les Appartemens les plus reculés du Duc, & y attaquèrent ses Domestiques qui étoient dans l’Anti Chambre, tandis qu’il s’entretenoit dans sa Chambre avec Marivaux & l’Abbé d’Elbene. Les Domestiques du Duc d’Epernon se défendirent avec vigueur, malgré leur petit nombre. Raphaël Jeronimi Florentin, défendit long-temps la porte, & tua trois des Conjurés ; mais il fut enfin tué lui-même d’un coup de pistolet. Sorbin, Chirurgien du Duc, prit aussi-tôt sa place, & se comporta bravement. Quoique dangereusement blessé, il arrêta les efforts des assaillans, en appellant à haute voix à son secours les autres domestiques qui étoient dans les chambres basses ; enfin il donna le temps au Duc, & à ceux qui l’accompagnoient, de barricader la porte de sa chambre avec des cassettes & des coffres, & tout ce qui se présenta, pour défendre leur vie, contre une attaque si inopinée. Pendant qu’on combattoit à la porte de l’anti-chambre, ses Gentilshommes ayant à leur tête Lancelot de Nores, Noble Cypriot , & jugeant par le bruit de ce dont il s’agissoit, avoient pris les armes & regagné la porte du Château que Dambleville & Lartigues se chargèrent de garder. Les autres montèrent dans les escaliers, & ayant trouvé les Conjurés qui s’efforçoient d’enfoncer les portes de la chambre, ils les passèrent tous au fil de l’épée, à l’exception d’un des Consuls de la Ville qu’ils firent prisonnier. Le Duc sortit de son appartement, prit ses armes, & se présenta courageusement avec ses amis pour défendre le Château, il descendit dans la cour où le tumulte redoubloit. Le frère du Consul y étoit déjà entré, après avoir escaladé les murs avec quelques gens armés, pour secourir les siens, le Duc les attaqua avec vigueur, & tua leur Chef de sa propre main.. On y prit encore cinq des principaux Bourgeois qui l’avoient suivi, & l’on arrêta ainsi la fureur des Conjurés.

Cependant tout le Peuple s’étoit soulevé dans la Ville au son du Tocsin, & les principaux avoient arrêté la Duchesse d’Epernon, qui, sans se douter de rien, étoit venue entendre la Messe dans la Cathédrale. Les Habitans recevoient à chaque instant des renforts de la Noblesse qui accouroit de toutes parts pour seconder leur projet. Enhardis par ces secours, ils poussèrent des Barricades pour attaquer le Château. Mais le Duc les fit menacer, s’ils usoient de la moindre violence, de faire mourir ses prisonniers, qui étoient des premières familles de la Ville. Il tint par ce moyen le Peuple en bride, jusqu’à ce que Tagent arriva avec ses troupes. Il avoit ses quartiers dans le voisinage, & accourut promptement au bruit qu’on entendoit de loin dans la Campagne. Son arrivée intimida le Peuple ; & les Chefs des Conjurés déconcertés, convinrent enfin, par l’entremise de l’Evêque d’Angoulême & de l’Abbé d’Elbene, que les Prisonniers seraient relâchés. La Duchesse fut pareillement remise en liberté ; les Gentilshommes qui avoient trempé dans la conspiration, sortirent de la Ville, & le Duc fut reconnu comme auparavant Gouverneur au nom du Roi. C’est ainsi que le Duc d’Epernon, autant pas sa modération, après l’accommodement, que par sa valeur à se défendre, étouffa cette dangereuse conspiration , qui manqua de l’accabler lorsqu’il s’en doutoit le moins.

La nouvelle de cet événement acheva d’indisposer Sa Majesté contre Villeroi. Henri ne put se persuader que, si le Ministre eût rapporté précisément au Député des Habitans d’Angoulême, la réponse froide & ambiguë qu’il avoit lui-même faite à leur proposition, ils n’auroient jamais eu l’audace d’attenter à la vie du Duc, malgré la défense expresse qu’il leur en avoit faite. Il conclut que Villeroi s’étoit prévalu de la circonstance pour satisfaire l’inimitié déclarée, & assouvir la haine implacable qu’il portait au Duc d’Epernon. Cette pensée lui fit déplorer son sort, de se voir ainsi entouré de Ministres qui n’écoutoient que leurs passions & leurs intérêts particuliers.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1562-1598 Guerres de religion - 1574-1589 Henri III - 16 Angoulême - 16e siècle - Epernon (le duc d’) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1086 - 1100 - Manuscrits de dom Fonteneau - Table chronologique

2.  1919 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 8 Tome X

3.  Les abbayes et leur pouvoir (paroisses, nominations, collations) en Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1789 - Confolens (16) : cahier de doléances du district (19 paroisses)

5.  Généalogie de la famille de Maulmont, seigneurs de Tonnay-Boutonne (17)


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Études historiques sur la ville de Cognac et l’arrondissement, par F. Marvaud - Table onomastique

4.  Herpes - Courbillac (16) – a 6th century Frankish cemetery

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux