Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Art, culture et éducation -> Collège de Saintes -> 1611 - 1754 - Inventaire de la chapelle du Collège de Saintes

1611 - 1754 - Inventaire de la chapelle du Collège de Saintes

Une richesse née de la générosité des donateurs

D 24 août 2012     H 10:25     A Pierre     C 0 messages A 568 LECTURES


agrandir

Un inventaire qui s’étale sur 143 ans peut surprendre. En réalité, une nouvelle ligne est ajoutée chaque année où il y a eu des dons faits au Collège pour sa chapelle. En un siècle et demi, ce lieu a accumulé une belle collection de richesses. Merci aux généreux donateurs.

Nous présentons un glossaire des mots oubliés de ce document.

Source : Histoire du collège de Saintes (Charente-Inférieure). Fascicule 3 - François Xambeu - Saintes - 1886-1895 - BNF Gallica

Catalogue des meubles de la Sacristie du Collège de la Compagnie de Jésus à Xaintes, baillés pour l’usage de la chapelle ou Église du dit Collège

Archives départementales de la Charente-Inférieure D. 2. Liber tertius Proefecti Ecclesiae Collegii Santonensis. — Pages 124 à 147.

Glossaire


- Amict : Sorte de linge bénit, que le prêtre catholique met sur sa tête, ou sur ses épaules, quand il s’habille pour dire la messe. C’est par l’amict que le prêtre commence à s’habiller pour dire la messe.

- Basane : Peau de mouton préparée, qui sert à couvrir les livres, et à d’autres usages.

- Camelot : Espèce d’étoffe faite ordinairement de poil de chèvre, ou de laine, mêlée quelquefois de soie en chaîne.

- Caffart : Étoffe qui imite le vrai damas.

- Canetille : Fil d’or ou d’argent utilisé en broderie.

- Chasuble : Ornement que le prêtre met par-dessus l’aube et l’étole pour célébrer la messe.

- Corporal : Linge bénit que le prêtre étend sur l’autel pour mettre le calice dessus, et ensuite l’hostie.

- Cotil, coutil : Espèce de toile faite de fil de chanvre ou de lin, qui est lissée et fort serrée, propre a faire des lits de plume, des taies d’oreiller, des tentes, etc.

- Damas : Étoffe de soie, de couleur monochrome avec une armature de satin, caractérisée par un contraste de brillance entre le fond et le dessin formé par le tissage.

- Estolle, étole : Longue bande d’étoffe que les prêtres portent au cou, lorsqu’ils remplissent certaines fonctions ecclésiastiques, et qui pend des deux côtés par devant.

- Linceul : Drap.

- Pale : Carton carré garni ordinairement de toile blanche, et servant à couvrir le calice quand on dit la messe.

- Patène : Vase sacré fait en forme de petite assiette, qui sert à couvrir le calice et à recevoir l’hostie.

- Sarge, serge : Étoffe légère, ordinairement faite de laine.

- Surplis : Vêtement d’église, qui va à mi-jambes, et qui a ordinairement, au lieu de manches, des espèces d’ailes longues et plissées qui pendent par derrière.

- Tavaïolle : Linge garni de dentelles, et quelquefois fait tout entier de dentelle, dont on se sert à l’église pour rendre le pain bénit, ou pour présenter des enfants au baptême.

- 30 octobre 1611. — Une nappe longueur de trois brasses et demie ; une aube de toile baptiste avec dentelles au bas tout à l’entour et aux manches, avec son amict de même étoffe et façon ; un corporal et une pale l’un et l’autre avec dentelles ; un voile de damas à grands fils avec une dentelle d’or ; deux burettes d’argent à façon simple ; une paire de linceuls ; un devant d’autel de satin rouge cramoisi avec un galon d’argent ; deux linceuls et une petite nappe ; un devant d’autel de taffetas rayé, de couleur d’or, rongé, usé et taché ; une croix avec son crucifix sur un pied, le tout d’argent ; un crucifix avec Notre-Dame et St-Jean en tableau à l’huile avec sa corniche dorée ; un tableau de N.-Dame de façon de St-Luc avec sa corniche dorée ; six serviettes fines ; une nappe de toile de Hollande bordée d’une dentelle de quatre doigts ; une bourse de corporal de satin figuré, bordée de broderies d’un pouce de large avec une pale marquée d’un Jésus Marie de fil blanc ; deux corporaux grands dentelés ; une nappe d’autel, une chasuble de satin incarnat avec un clinquant d’argent ; deux serviettes ouvrées pour la communion, on les a cousus ensemble ; deux grands chandeliers d’acolyte teinturés en noir, vernissés et dorés ; douze mouchoirs ; un grand missel nouveau, impression et reliure de Paris, tranche dorée ; un missel nouveau, couvert de basane, tranche jaune, impression de Simon Millanges ; deux coussins de satin rouge cramoisi avec une croix d’urgent ; quatre autres coussins de satin cramoisi découpé, avec un fonds de taffetas vert ; item deux de damas blanc ; item, deux de satin ; un surplis bien ample ; deux aubes de toile neuve avec leurs amicts et cordons ; une nappe de communion.

- 7 novembre 1611. — Trois plats de verrerie à façon de porcelaine ; huit mouchoirs destinés pour purificatoires ; six serviettes fines ; un corporal et une pale avec dentelles et bordures au point luisant ; une chasuble de damas blanc doublée de treillis jaune avec un passement de soie rouge cramoisi, l’estolle et façon tout de mesme ; un calice d’argent à la coupe dorée au dedans avec sa patène, ouvrage de Paris, avec l’étui de cuir bouilli.

- 1 février 1612. - une nappe d’autel de lin, tirant une aune trois quarts ; deux serviettes ; une nappe d’autel un peu grossière tirant deux aulnes ; un voile de taffetas incarnat cramoisi avec frange d’argent ; six mouchoirs ; un devant d’autel de taffetas, façon avec clinquant faux, doublé de toile ; un voile de satin figuré avec une dentelle d’argent fin ; une douzaine de serviettes ; deux grands linceuls ; deux petites nappes de table garnies de cotil d’Allemagne dont a été fait une nappe de communion tirant cinq aulnes ; un voile de taffetas violet avec la pale de même ; deux chandeliers de laiton façon d’argent ; deux petits chandeliers de fonte de façon ordinaire pour un autel ; une bourse de broderie, avec un Jésus en Cana, tissée, pour les grandes hosties ; une aube de toile neuve avec deux amicts et un cordon ; un surplis de toile de Rouen un peu claire avec dentelles ; six mouchoirs de toile baptiste ; un ciel à couvrir le grand autel fait de toile de Flandre a carreaux et petites floquettes, qui a été fait avec ... tour du susdit cotil d’allemagne ; une aube de toile de lin... ; un amict et une ceinture ; une nappe fine et ouvrée ; sept serviettes ; deux nappes d’autel ; deux mouchoirs de toile de Hollande ; un voile de satin blanc ; deux chandeliers d’étain ; un voile de satin blanc doublé de taffetas avec une dentelle d’or, avec cinq croix de clinquant d’or ; quatre pots de terre à fleurs ; trois autres petits pots de terre à fleurs ; un Te igitur (canon d’autel, texte pour la messe) ; un haut de noyer pour la Communion ; deux escabeaux ; une table avec ses tréteaux ; deux confessionnaux ; un tableau avec sa corniche ; deux oratoires ou agenouilloirs ; trois serviettes de toile fine ; deux aulnes de treillis vert ; un Porte Dieu (ostensoir) d’argent avec rayons, avec l’étui de cuir bouilli doublé de … verte ; deux linceuls ; deux nappes ; une nappe de communion.

- Janvier 1613. — Un devant d’autel de camelot violet ; une bourse de satin violet pour corporaux ; une autre bourse de même.

- Décembre 1613. — Un confessionnal à deux agenouilloirs ; un tour d’autel de camelot colombin, garni de passementerie de soie et laine bleue et rouge, quatre images des quatre Docteurs de l’Église latine, en taille douce, en feuilles grandes et avec de l’ouvrage à l’entour ; un petit agnus Dei, en ovale, garni de filets d’or et d’argent avec des boutons et houppes de soie bleue tout a l’entour.

- 12 janvier 1614. - Un petit crucifix d’émail, en façon de demi ovale.

- Avril 1614. — Six purificatoires ; un crucifix duquel la croix est de bois, longue de deux pieds ; deux....de fer blanc pour éteindre les cierges de l’élévation ; un Te igitur fort grand avec une image en taille douce et illuminures. Paris 1613 ; un autre fort petit avec une image de crucifix en taille douce. Paris, Nicolas de la Matsonière ; Evangile de Saint-Jean en taille douce, Paris comme ci-dessus ; un autre Évangile avec image en taille douce, illuminures. Paris comme ci-dessus ; un petit crucifix de buis avec sa croix peinte de noir ; deux cordons de filot blanc avec deux houppes à chacun et avec deux attaches au bout desquelles il y a deux houppes du même filot.

- Mai 1614. — Deux pots de terre de Venise. une chasuble de damas cramoisi façonné avec la croix d’argent et des franges à l’estolle.

- Juin 1614.— Deux amicts de toile de Laval et sept purificatoires ; un devant d’autel ... au point coupé, un voile de toile découpé et une dentelle doublée de taffetas bleu ; six mouchoirs, six serviettes neuves de toile médiocre ; un plat de terre de Venise à façon simple avec quelques traits de peinture ; une chasuble de taffetas violet cramoisi avec un clinquant d’argent ; un surplis de toile de Hollande avec dentelle au col et façonné aux coutures des côtés ; une croix de bois peinte en rouge et marquetée de petites feuilles de nacre avec un petit crucifix de cuivre doré ; un rideau de taffetas vert de la longueur de deux aulnes avec une frange de soie violette et rouge à l’un des deux bouts ; quatre aunes de petite frange de soie rouge ; une nappe de toile façonnée, longue de trois aunes, plus quatre serviettes de toile semblable.

- 1615. — Un corporal de toile de Hollande avec un passement et dentelles tout à l’entour ; deux grands vases à fleurs de terre de Venise ayant un chascun un oiseau peint de chaque côté ; un agnus Dei en façon de … enchâssé et entouré de petites roses d’or et d’argent avec de la canetille d’argent tout a l’entour ; un pavillon de damas violet changeant avec une frange de soie rouge et violette ; une chasuble de sarge de soie noire avec deux passementeries blanches ; un devant d’autel de sarge de soie noire avec deux petits passements blancs ; un voile de sarge de soie noire avec une frange de soie noire et blanche ; six chandeliers de bois a façon.... partie dorée, partie peinte en or de rouge et violet ; une chasuble blanche de satin caffart, figuré, à fond de soie grise avec un passement rouge ; une chasuble rouge de satin caffart figuré, à fond de soie jaune avec un passement rouge : un voile de satin vert sans aucune garniture ; un voile de damas vert figuré, sans aucune garniture ; un corporal avec de la dentelle tout a l’entour ; un agnus Dei petit avec la garniture d’argent ; deux rideaux, deux grands linceuls en toile fine ; une lampe de cuivre cuit au marteau.

- 1616. — Un grand tableau de N. S. portant la croix en détrempe ; un confessionnal avec deux agenouilloirs ; une chasuble de satin cramoisi à ramages bleus et blancs avec une croix de clinquant d’argent ; les quatre Docteurs de l’Église latine, l’image du pasteur portant la brebis sur ses épaules, Saint-Michel, l’image de la mort, le tout en taille douce illuminé, en grand volume en tout 8 pièces. La tentation de N. S., la Résurrection de N. S., l’annonciation de N. Dame en deux pièces, Saint-Jean Baptiste, Saint-Laurent, Saint-Antoine, Saint-Martin, Saint-Claude, Saint-Charles Borromée, l’image d’une âme bienheureuse, et d’une âme aux peines du purgatoire en deux pièces, en tout douze pièces en taille douce illuminées en petit volume.

Le même jour : Moïse, David, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Daniel, Osée, Amos, Jonas, Zacharie, Malachie, Habacuc en tout douze pièces en petit volume en taille douce illuminées.

- 1616. — Un voile de satin vert sans aucune façon ni garnitures ; un missel in-4°, impression de Bordeaux, Simon Millanges.... avec la tranche jaune ; un voile de taffetas violet cramoisi sans aucune garniture ; un corporal de toile fine avec une grande dentelle toute simple tout a l’entour et quatre croix aux quatre coins ; un Te igitur illuminé sur un gros carton couvert de rouge pour les fêtes solennelles ; une boite d’argent (custode) pour conserver de petites hosties, soutenue de trois pieds de griffon : une aube de toile de lin avec son amict ; un missel, Bordeaux, Simon Millanges 1613, 4°, rouge, relié à la fresque avec un crucifix d’or ; un corporal de toile fine avec quatre croix aux quatre coins et une dentelle simple tout autour ; deux aubes de canevas de Flandre ou toile baptiste avec de la dentelle.

- 1617. — Quatre aunes et demie de toile de lin pour faire une aube avec son amict : un calice d’argent doré ciselé contenant les mystères de la vie de Notre-Dame ; une petite tavaïolle au point coupé, une aune de long et une demi-aune de large ; une paire d’espoussettes qui coûtent 80 sols ; un petit coffret doublé de toile dans lequel on met les corporaux ; un missel imprimé à Bordeaux avec son réglet (signet) ; une couverture de velours rouge pour le grand missel avec un beau réglet.

- 1618. - Un devant d’autel de satin blanc enrichi de quatre clinquants d’or ; un ciel de chaire de satin blanc enrichi de clinquants d’or avec une belle crépine et dentelle d’or ; un pavillon de satin blanc, garni de deux clinquants d’or avec la dossine qui est au haut, garnie d’une crépine et dentelle d’or ; un Jésus en broderie d’or ; un grand Jésus en peinture entouré de rayons qui se met sur la grande chaire de l’église ; deux serviettes l’une desquelles est ouvrée, l’autre plenière ; deux grands chandeliers faits en menuiserie qui servent pour l’Elévation que le Collège a fait faire ; un parement ou devant d’autel ; une chasuble avec un pavillon de camelot cramoisi, passementée de passements verts ; un pavillon de taffetas violet garni de beau passement de soie et bordée d’une crépine tout autour ; une nappe de toile fine ; une chasuble de velours cramoisi assortie d’un double et large clinquant d’argent avec un beau Jésus en broderie avec des rayons d’argent, à fond d’étoffe pareille à celle de la chasuble ; un voile de calice de taffetas de Tours à gros grains, cramoisi rouge, bordé de sa crépine de soie ; une belle bourse et corporal de velours cramoisi rouge, orné de leur clinquant ; deux coussins d’autel travaillés à l’aiguille au petit point avec les flocons de soie ; un beau et riche parement d’autel de velours figuré à fond d’or enrichi d une crépine d’or tout de son long sur une frange de soie et de plus bordé de grosses boutonnières d’or de haut en bas, tant plein que uni ; un coussin d’autel de velours cramoisi en broderie d’or : un calice d’argent doré de la valeur de cent livres ; un pavillon de sarge de soie noire à bande d’argent avec son mantelet.

- 1619. — Un parement de sarge verte, passement varié à deux soies ; un petit tour du haut de la chaire avec crépine de soie ; toile pour faire un surplis.

- 1620. - Trois linceuls de bonne toile ; une nappe de toile ouvragée ; une chasuble de camelot ondé garnie de passement de soie incarnate ; un crucifix de bronze doré ; six serviettes.

- 1621. - Un passement de velours vert, chasuble et pavillon, le tout garni d’un clinquant d’argent fin et de frange d’argent et de soie ; une aube de toile de Hollande passementée à points coupés.

- 1622. — Une nappe plate et un linceul ; trois aubes dont l’une de toile de Hollande passementée et a point coupé ; cinq petits corporaux avec une petite dentelle ; un voile de taffetas rouge cramoisi garni de franges de soie blanche et rouge ; un passement de broderie, devant d’autel, crédenccs, pavillon et chasubles, le tout de velours vert et satin blanc ; un tableau pour le grand autel des S. S. Ignace et Xavier ; quatre autres de deux pieds de haut, deux des susdits saints, les deux autres des bienheureux Loïs (Louis de Gonzague) et Stanislaüs (Stanislas Koska) ; deux laizes de velours à fond d’or ; un devant d’autel de damas incarnat et blanc garni de franges et de clinquant d’argent fin ; six purificatoires garnis de petite dentelle : une bourse de satin figurée, doublée de damas vert ; deux petits tableaux de bronze sur un fond de velours noir ; un surplis ; trois aubes ; une ceinture d’aube ; un voile de gaze doublé de taffetas jaune ; une serviette ; deux douzaines et demie de mouchoirs ; deux reliquaires dorés, ouvrage de Milan, à demi ovale, avec leurs pieds ; sept linceuls pour tapisser l’église ; un parement d’autel, pavillon et crédences, le tout en broderie sur frange violette ; un voile de toile doublé de taffetas incarnat avec un corporal.

- 1625. — Six chandeliers de bronze pour le grand autel ; une pièce de damas noir.

- 1627. — Un pavillon de tabernacle d’écarlate rouge parsemé de fleurs aux gros points ; un devant d’autel de même façon avec ses crédences ; un voile de satin rouge doublé de taffetas bleu ; un voile de tapis rouge parsemé de fleurs, doublé de vert ; six tableaux d’albâtre à leur corniche dorée ; une aube pour tous les jours ; un surplis de toile fine garni de dentelle ; deux petites nappes étroites pour servir à la table de la communion.

- 1628. — Une chasuble de damas noir ; une chasuble de camelot violet ; une chasuble de ligature blanche et rouge.

- 1630. — Deux aubes et quatre amicts ; une chasuble de ligature d’argent à fond violet, une autre de même à fond rouge, toutes les deux avec du passement d’or ; une de même étoffe de fond vert et la ligature de soie rouge ; un ornement de damas caffard violet ; deux ornements pour les petits autels de ligature blanche et rouge ; une bourse et un voile de satin couleur d’amarante, doublés de taffetas rouge avec des passements d’or ; un voile et une bourse de satin vert à fleurs avec du passement d’or ; deux corporaux ; deux belles aubes et deux amicts.

- 1631. — une chasuble de satin vert à fleurs avec du passement d’argent ; une autre de satin couleur d’amarante a fleurs, ornée de même ; une autre avec le parement d’autel et de tabernacle, de satin blanc, avec grand passement d’argent ; quatre chandeliers de bois doré pour les autels ; une grande nappe à en faire deux ; un grand linceul neuf ; une lampe d’argent.

- 1632. — Huit bouquets artificiels.

- 1633. — Une nappe de deux aunes de long ; une chasuble et un voile de calice de brocard d’or faux a fleurs de diverses couleurs.

- 1635. — Six bouquets artificiels.

- 1636. — Quatre bouquets artificiels.

- 1638. — Un parement d’autel avec ses crédences et voile de tabernacle, le tout de rase blanche brodé de fleurs de laine de diverses couleurs ; six bouquets artificiels.

- 1639. — Trois aubes arec chacune deux amicts, le tout de toile de lin du pays ; un voile de calice de satin violet avec ramages diverses couleurs et avec une petite dentelle d’or ; un parement de la chaire du prédicateur de rase blanche, brodé de fleurs de laine de diverses couleurs.

- 1640. — Un voile de damas rouge brodé d’une dentelle d’argent avec un corporal de taffetas rouge ayant la même dentelle ; une petite boite d’argent ayant un nom de Jésus garni dessus ; un corporal, une chasuble de satin rouge avec une dentelle d’argent.

- 1642. — Un calice d’argent acheté 63 livres a la grande Congrégation ; un surplis de toile fine valant 21 livres. Une chasuble à moquette noire et blanche pour les morts.

- 1643. — Un devant d’autel de velours violet figuré à fond de satin donné par Monsieur Dupont [Esleu] ; plus un missel d’Anvers couvert de velin rouge à tranche et feuille dorée valant 24 livres.

- 1644. — Une belle image de Sainte-Magdeleine en extase, illuminée d’or, donnée par M. Herpin, sergent, royal, et par sa bonne femme ...
Mademoiselle de Mauréon, fille de Me Bonamis donna trois pistoles valant 30 livres après la mort de sa dicte mère voulant qu’elles fassent employées en deux belles aubes bien dentelées haut et bas, car il a été fait par le moyen de la Supérieure des religieuses de Notre-Dame qui a contribué du sien à ce qu’elles fussent fort belles et ornées comme elles sont. A la veille de Saint-Ignace l’an 1644 fut donnée une bourse à corporaux en broderies de fleurs rouges, sur fond d’argent et un Jésus d’or par dessus, par Madame de Sals de Rocheforand, religieuse de la grande abbaye de Saintes, laquelle pièce avait été faite de sa main propre, ainsi qu’elle escrivit en sa lettre, demandant qu’on priast Dieu pour elle avec son saint serviteur Ignace, afin qu’elle obtint la grâce de bien mourir. « Deus det illi secundurn votum suum ». Item au commencement de la dite année furent faits une douzaine de grands et petits bouquets de tulipes de cire de diverses couleurs, placés dans leurs pots de terre et de fayence blanche, par les religieuses de Notre-Dame (la cire leur ayant été fournie), pour orner l’autel en temps divers, etc.... ; pour les conserver un grand coffre blanc a été fait exprès et mis en la sacristie.

- 1645. — Deux images d’émail de nos B. B. Louis Gonzague et Stanislas Koska avcc leurs corniches de broderie richement parées.

- 1648. — Une douzaine de bouquets artificiels de soie donnés par les Carmélites à N. F... plus une image de Sainte-Anne et de la Vierge avec une corniche de paille artistement travaillée, octogone, donnée par Madame de Naussip religieuse ; plus une autre image de la Véronique avec sa corniche en broderie d’argent donnée par la même au mesme ; quatre bouquets artificiels donnés par les mêmes dames Carmélites.

- 1655. — Marguerite Blanchard, * vesve de la rue des Balais a donné une nappe et trois serviettes ; au mois de janvier a été donné par Madame de Saintes deux aubes de batiste, un amy (amict), une sinture (ceinture) et quatre bouquets...

- 1656. — Un .... tapis couleur de feu par Me Boireaud ; une nappe de chanvre pour le grand autel par Madame Lespuingleux.

- 1657. — Madame de la Roche du Mayne* a donné douze cierges de cire blanche de demi-livre pièce, en suite de la mort de M. l’abbé, son fils ; M. de La Tour, * archidiacre, a donné six livres
pour aumône au soulagement de l’âme de feu M. de Chailonet, son cousin ; un devant d’autel de satin tirant sur le violet donné par la mère de R. P. Colom de Saint-Jean-d’Angély.

- 1666. — Une personne qui ne veut pas être nommée a donné à notre sacristain un riche ornement complet à fond d’argent enrichi de grandes fleurs de fil d’or et de soie, savoir est : un devant d’autel, deux chasubles accompagnées de deux bourses, deux voiles et deux crédences. Item une aube de belle toile de baptiste avec la dentelle au bas et aux manches qui coûtent cent vingt-quatre livres.

- 1673. — Deux devants d’autel de satin à fleurs pour les deux chapelles donnés par la fille aînée de Monsieur Conte, procureur du Roy au Présidial ; une nappe de toile fine pour le grand autel a été donnée à notre église par Mlle Grégoireau la veufve ; un corporal fort ouvragé donné par Mme Conte.

- 1674. — Un beau voile de satin blanc en broderie par la Révérende Mère Prieure des Carmélites de Saintes ; un devant d’autel blanc pour le grand autel a été fait de l’argent donné au R. P. Recteur pour la sacristie ; un petit devant d’autel de satin blanc pour la chapelle de la Ste-Famille ; deux retables de bois de noyer pour les deux chapelles, de divers dons faits au R. P. Recteur pour l’église ; une belle bourse en broderie d’or et de soie avec un corporal, un purificatoire et une pale par la Révérende Mère de Gourges, prieure des Carmélites de cette ville.

- 1677. — Un devant d’autel noir de satin a fleurs donné par une personne qui ne veut pas être nommée.

- 1679. — Une chasuble noire qui coûte 24 livres ; une grande nappe d’autel dont on peut en faire deux ; deux serviettes ouvrées ; le tout donné par Me d’Ars. Me Labbé a donné une nappe d’autel.

- 1680. — Deux nappes d’autel par Mlle Juquoy ; Mlle Madeleine Bruslé a donné au R. P. Champigny cent livres qui ont été employées à faire la lampe de l’église ; Mme d’Ars, la douairière, a donné le tabernacle doré qui a été fait a Paris pour notre église qui a coûté 800 livres, sans comprendre le port.

- 1682. — Mme Bruslé a donné cent livres dont on a payé l’ornement blanc et à fleurs ; on a donné à un régent six mouchoirs dont on a fait six amicts. Les religieuses de Puyberland ont donné une pale de dentelle (points de France) au F. J. Cormier, sacristain, pour l’église ; Mme Jeanne Grégoireau a donné une belle aube de baptiste avec une dentelle de points de France.

- 1683. — Seize bouquets artificiels donnés par la Supérieure des Carmélites ; Mlle Marie Jolly a donné un passement pour mettre au pied du St-Sacrement quand il est exposé.

- 1686. — Mme Marguerite Aygron a donné une grande nappe ouvrée et une autre de chanvre ; Mlle Labbé a donné un pavillon violet pour couvrir le tabernacle.

- 1687. — Mlle Vieuille a donné une belle écharpe au F. Remond.

- 1688. — Un pavillon de toile indienne pour couvrir le tabernacle qui a été ajouté sur les deux autres blanc et violet.

- 1690. — Deux surplis de Baptiste, l’un garni de dentelle neuve de 5 livres l’aune ; l’autre a été garni d’une vieille dentelle prise d’un des vieux surplis de baptiste ; deux surplis de toile commune ; la toile a été donnée par la supérieure des Carmélites, un corporal garni, un amict, trois purificatoires ; un surplis garni de dentelle donné par la Révérende mère Prieure des Carmélites ; trois serviettes plissées et deux corporaux garnis de dentelles donnés par la supérieure des filles Notre-Dame.

- 1695. — Mme Girard a donné six serviettes fines pour l’autel ; Me Jaunclle, une belle nappe d’autel ouvrée ; Me Sheuillet, deux serviettes finies ; Mme Mallet un nœud de ruban pour la lampe, du taffetas et de l’étoffe pour accommoder deux chasubles, et autres bienfaits ; Mr Authomme, conseiller à l’Election, et Mlle Authomme ont donné une aube très belle, la toile de Rouen avec la dentelle de points de France. (Jean de Laville Recteur), Mme Démeynard, une belle dentelle pour le Saint Sacrement ; Mme la supérieure des filles de Notre-Dame, une aube et deux serviettes fines. « On se souviendra de prier Dieu pour ces donateurs. »

- 1699. — Mlle Juquoy a donné six aubes de toile de Rouen ; Mme de Thévenin huit aunes de dentelle.

- 1701. — Mlle Demon a donné de la toile pour une aube ; Mlle Antheaume une grande dentelle de prix, Me Alexandre une belle aube à gronde dentelle et un beau surplis.

- 1704, — M. l’abbé Duplessis, doyen, a donné au P. Champigny deux belles aubes à dentelle, un surplis et deux rochets à dentelle de feu Mgr l’Evêque, son frère.

- 1705. — Mlle Demon a donné un beau passement pour la niche du St-Sacrement ; Mme Duvignau a donné un surplis fort beau pour les prédicateurs, huit corporaux très beaux, deux belles aubes, dix purificatoires et a accommodé le linge de la sacristie.

- 1706. — Mme la lieutenante particulière a donné six serviettes fines pour l’autel.

- 1715. — Mme Du Péron a donné une belle nappe pour l’autel ; Me Gesmond, carmélite, a donné six bouquets artificiels et un voile.

- 1746. — Mlle Du Chêne a donné six purificatoires et un corporal ; Mlle Perrault un taffetas pour mettre sous la dentelle qui est sous le soleil quand on expose le Très St.-Sacrement.

- 1747. — Mlle de Raymond a donné une robe à fleurs, le fond blanc pour un devant d’autel et un jupon blanc ; la congrégation de Messieurs a donné six grands bouquets artificiels.

- 1748. — Mme de Grissac a donné une aune d’une belle étoffe violette à fleurs.

- 1754. — Mme Baune a donné une étoffe de fond blanc semée de fleurs de différentes couleurs et une autre rouge très propre dont on a fait deux chasubles et un devant d’autel rouge ; le Collège a fourni la dentelle d’or.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Saintes - 17e siècle - 18e siècle - Catholicisme - Enseignement - Culture -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1789 - Theil-Rabier (16) : cahier de doléances de la paroisse

2.  Cressac-Saint-Genis (16) : une bande dessinée en Charente, au XIIe siècle

3.  1860 - Répertoire archéologique de la Charente - arrondissement de Confolens

4.  1075 (c) - 1792 - Histoire de l’abbaye Saint-Etienne de Vaux (Vaux-sur-Mer 17)

5.  1703 - Cognac (16) : Rôle des fiefs et arrière-fiefs du Siège Royal de Cognac


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Généalogie de la famille de Montalembert - 1ère partie

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Les enceintes urbaines et villageoises de Saintonge et d’Aunis


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux