Vous êtes ici : Accueil -> Chronologie de l’histoire locale -> 1617 - 1629 - Les révoltes protestantes - les sièges de St Jean (...) -> Saint-Jean d’Angély -> 1621 - Saint Jean d’Angély - Le siège de la ville d’après les (...)

1621 - Saint Jean d’Angély - Le siège de la ville d’après les Mémoires du cardinal de Richelieu

D 24 mai 2008     H 00:46     A Pierre     C 0 messages A 1368 LECTURES


agrandir

Les Mémoires du cardinal de Richelieu couvrent la période 1600-1638 : une tranche de l’histoire de France qui fut riche en évènements dans les provinces de Saintonge et d’Aunis, et le cardinal y joua un rôle de tout premier plan.

Source : Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l’Histoire de France depuis le XIIIème siècle jusqu’à la fin du XVIIIème - Mémoires du Cardinal de Richelieu - MM. Michaud et Poujoulat - Paris - 1837 - Google Books.

Armand Jean du Plessis de Richelieu, cardinal, duc et pair de France, ministre de Louis XIII. Né à Paris le 9 septembre 1585, il meurt le 4 décembre 1642. Pour en savoir plus, sur Wikipédia

1621

Le Roi, étant à Saumur, sut qu’il y avoit ordre de l’assemblée de La Rochelle de lui refuser les portes de Saint-Jean-d’Angely, et qu’ils avoient fait entre eux un département de toutes les provinces de la France dans lesquelles ils étoient dispersés, lequel faisoit le partage, non-seulement des villes qu’ils appeloient de sûreté, mais de tout le royaume qu’ils avoient divisé en dix-huit églises, subdivisées, les unes en d’autres églises simples, les autres en colloques qui avoient nombre d’églises simples sous eux. En chacune de ces églises, ils avoient nommé et ordonné des chefs pour commander les armées, avec des conseillers qui les devoient assister, et pouvoir d’établir un ou plusieurs lieutenans sous eux, et donner toutes les autres charges, à condition toutefois qu’on prendroit provisions de l’assemblée générale. Ils avoient aussi ordonné des gouverneurs de toutes les places particulières, et fait des lois de police et de gouvernement, tant en paix qu’en guerre, lesquelles ils vouloient être observées parmi eux. Ils ordonnoient le duc de Bouillon pour leur chef général, avec pouvoir de commander et exploiter leur armée générale ; mais il se garda de se méprendre, et n’y voulut point entendre ; la charge enfin demeura au duc de Rohan et à son frère, qui n’en eurent pas l’issue qu’ils espéroient. Cet acte de rébellion et dessein formé d’établissement d’une république dans le royaume, anima le Roi davantage contre eux au lieu de l’étonner, et l’affermit en la résolution de se faire obéir par la voie de ses armes (1).

Il part de Saumur le 17 mai, s’en va droit à Saint-Jean-d’Angely ; le duc de Rohan, n’osant s’y enfermer, y laisse son frère ; les villes de Saint-Maixent, Fontenay, Maillezais, Marans, font joug à Sa Majesté. Parabère, gouverneur de Niort, quoique de la religion prétendue, lui demeura fidèle. On s’assura aussi de Loudun, et on envoya La Chesnaye dans le château, bien qu’on ne se défiât pas de la personne d’Armagnac, premier valet de chambre du Roi, qui y commandoit, mais seulement de la religion prétendue qu’il professoit. Le comte de Saint-Paul prit Gergeau par composition, M. le prince, Sancerre ; on s’assura en Bretagne de Châtillon et de Vitré ; on récompensa Pontorson de 100,000 écus ; on désarma les huguenots à Blois, à Tours, à Rouen, au Havre, à Caen, à Dieppe, à Saint-Quentin, à Vitry et en plusieurs autres places dans les provinces ; on les défit lorsqu’ils commençoient à s’assembler en Beauce, Vendomois et Dunois ; on usa de semblable diligence dans les autres lieux où ils vouloient faire le même. Ce qui fit que le Roi, avec plus de sûreté, entreprit le siège de Saint-Jean, après avoir, au préalable, par ses lettres-patentes données à Niort le 27 mai, déclaré les villes de La Rochelle, de Saint-Jean et tous leurs adhérens de l’assemblée, criminels de lèse-majesté.

Le sieur de Créqui prit d’emblée, le dernier mai, le faubourg de Taillebourg, environné de la rivière de Boutonne, qu’ils avoient seul gardé, ayant brûlé tous les autres ; le comte de Montrevel y fut tué. Cela fait, on fit sommer Soubise de rendre la place au Roi. Il répondit qu’il étoit là de la part de l’assemblée, et que l’exécution des commandemens du Roi n’étoit pas en son pouvoir. On commença à ouvrir les tranchées, on dressa les batteries ; le Roi avoit envoyé quérir des Liégeois, qui commencèrent, le 13 juin, à miner le ravelin de la tour Caniot ; la mine ayant joué le 17, on ne put empêcher la noblesse d’aller à l’assaut, où le baron Descry et celui de Lavardin furent tués, et quelques autres de blessés ; mais du côté de l’ennemi, Hautefontaine fut tué, qui étoit l’âme de Soubise, auquel il donnoit le mouvement : ce qui parut bientôt après ; car la ville se rendit la veille de la Saint-Jean sans aucune capitulation formée, mais sous une simple promesse en forme de grâce que le Roi leur fit, de les laisser en liberté de leurs consciences et en la jouissance de leurs biens ; leur remettant tous les crimes qu’ils auroient commis pendant le siège et à l’occasion d’icelui, pourvu qu’ils demandassent pardon à Sa Majesté, et jurassent de lui demeurer fidèles à l’avenir. Cette capitulation fut fidèlement observée par le Roi, mais non par Soubise, qui ne laissa pas de continuer en sa rébellion contre Sa Majesté.

Cette place ayant été la première qui avoit osé fermer les portes au Roi, on jugea que, pour punition qui portât exemple, et en ces mouvemens présens et en tous autres à l’avenir, elle méritoit justement être démantelée, et perdre ses privilèges que le roi Charles IX leur avoit laissés en l’an 1569. Cette juste vengeance, au lieu d’épouvanter les rebelles et les ramener en leur devoir, anima leur courage d’une nouvelle fureur. Ils mirent garnison dans Pons, s’assemblèrent dans le Poitou ; mais Pons fut repris dès le dernier jour de juin, et tout le reste incontinent dissipé. Et d’autant que la source du mal venoit de La Rochelle, le Roi y envoya le duc d’Epernon pour la bloquer, et se disposa d’aller en personne en Guienne …

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1610-1643 Louis XIII - 1621-1629 Les révoltes protestantes - 17 Saint-Jean-d’Angély - 17e siècle - Richelieu (Armand du Plessis de) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 15ème siècle - 1400-1449 - Table chronologique des sources

2.  1641 - Saintonge - Mesures diverses de l’arpent dans les châtellenies

3.  1502 - 1590 - Biographie d’André Thevet, angoumoisin, historiographe et cosmographe du roi

4.  1902 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - T XXXI

5.  1879 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - T VI


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  1819 - Foires et marchés de Charente - Dates et produits vendus

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux