Vous êtes ici : Accueil -> Hommes et femmes de notre histoire -> Bans et arrières-bans -> 1635 - Ban et arrière-ban de la noblesse d’Angoumois

1635 - Ban et arrière-ban de la noblesse d’Angoumois

D 17 août 2007     H 11:34     A Pierre     C 6 messages A 13917 LECTURES


agrandir

Titre original : Procès-verbal de l’Assemblée du ban et arrière-ban de la Sénéchaussée d’Angoumois, etc. auquel est joint le Rôle des Nobles de la Sénéchaussée comparants en personne.

Source : Même titre, par Théophile de Brémond d’Ars - Niort - 1866

Pour des notices plus détaillées sur une partie de ces familles, et des illustrations des armoiries, on visitera avec grand intérêt le site de J-M. Ouvrard, spécialisé dans ce domaine.

Pour faciliter la recherche des patronymes, le document original a été remanié pour présenter la liste avec un classement alphabétique. Ce classement a été fait à partir de l’écriture originale des patronymes, qui ne correspond pas toujours à leur écriture moderne.

Quelques repères - Pourquoi Louis XIII convoque-t-il le ban et l’arrière-ban de la noblesse en 1635 ?


Le 5 avril 1635, le Conseil a annoncé la décision d’entrer en guerre contre l’Espagne, qui se montre menaçante aux frontières. La France s’allie aux Pays-Bas et entre dans la Guerre de Trente Ans qui ensanglante de nombreux pays d’Europe depuis 1618.

Le 19 mai 1635, le roi Louis XIII convoque le ban et l’arrière-ban de la noblesse (c’est comparable à un rappel de réservistes).

Celle-ci répond avec un enthousiasme apparemment modéré : sur ce document, il y a 95 défaillants sur 230 convoqués (41%), alors que les sanctions sont - en principe - lourdes : saisie des fiefs et interdiction de porter armes sa vie durant.

La guerre, avec une succession de victoires et de défaites, rend l’Europe et le royaume exsangues. Elle se termine avec les traités de Westphalie, le 24 octobre 1648. Il en résulte un nouveau tracé des frontières européennes.




Définition de l’expression "Ban et arrière-ban" par l’Encyclopédie

EXTRAICT DU CAHIER DU ROOLE DU BAN ET ARRIÈRE-BAN DE LA SÉNESCHAVLCÉE D’ANGOULMOIS. ORDRE DES NOBLES COMPARANS POUR RENDRE LE SERVICE PERSONNEL.

CONFOLLANT, CHABANOIS, LOUBERT et ANGOULESME

Texte du cahierNotes de Th. Brémond d’Ars
PHILIPPES d’AIGREMOND, escuyer, sr de la Vallée, à la charge quil luy sera donné ayde. ( contribuera. ) Est-ce La Vallée, commune de la Magdeleine, ou La Vallée, commune de Tusson ?
CHARLES d’ALLOUHE, escuyer, sr des Ageaux. D’Alloue : d’argent, à deux chevrons de gueules l’un sur l’autre, accompagnés en chef de deux macles de sable. — Les Adjots, commune du canton de Ruffec. — Vertot blasonne ainsi les armes de cette famille : losangé d’argent et de sable. On trouve ailleurs : de sable, à 2 chevrons d’or accompagnés de 2 macles d’or en chef.
PIERRE d’ANGELLY, sr de la Salle et de Louven. (servira, à la charge d’ayde.) Angély : d’argent, écartelé, cantonné de 4 croix de gueules ; aliàs : d’argent, parti et coupé, cantonné de 4 croix alaisées de sinople. — Lonnes (au lieu de Louven), commune du canton de Mansle. — Cette famille était encore représentée, il y a quelques années.
Le sr d’ARGENCE, au lieu et plasse du sr de SOUFFERTE, son père, seigneur de Diract. (ANGOULESME.) Gaspard Joumard, chevalier, sgr de Sufferte et de la Borde, gentilh. ordinaire de la chambre du Roi, marié, 1608, à Gabrielle Tizon d’Argence, fille de François Tizon, chevalier, sgr d’Argence, de Dirac, etc., gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, et de Françoise de la Rochebeaucourt, avec la condition que les enfants à naître de ce mariage ajouteraient à leur nom, celui de Tizon d’Argence. Il en eut trois fils portant chacun le prénom de François. Tout porte à croire qu’il s’agit ici de l’aîné, François Joumard-Tizon d’Argence, chevalier, sgr de Dirac, Sufferte, Montançais, etc., capitaine au régiment de la marine, destiné à être sous-précepteur de Mgr le Dauphin, d’après une lettre de M. de Montausier, son cousin, mais privé, par la mort, de cet honneur. Il s’est marié deux fois : 1° à Marie des Cars, fille de François, comte d’Escars, et de Françoise de Verrières ; 2° à Jeanne-Angélique de Lostanges de Saint-Alvère. — Achard-Joumard : coupé, au 1er, d’argent, à 3 fasces de gueules surmontées de 3 doubles delta de sable, 2 et 1, entrelacés l’un dans l’autre, qui est Achard ; au 2e, d’azur, à 3 annelets (aliàs besans) d’or, 2 et 1, qui est Joumard. — Sufferte, en Périgord ; Dirac, commune du canton d’Angoulême. — Cette famille paraît encore représentée, à Paris, par madame Lejeune de la Mothe, née Tizon d’Argence.
FRANÇOIS AUDET, sr des Oulières, au lieu de Josept Odet, sr du Fouilloux, son père, (DEF.) [1] Odet du Fouilloux : de gueules, à 3 glands d’or tigés de même, 2 et 1. Serait-ce Isaac-François Odet, sr du Fouilloux, marié à Anne de Villemandy ?
CAZIMIR BARBARIN, escuyer, sr de Fonteyroux, servira pour le sr Dumontet. (OB.) Cette famille représentée de nos jours en Angoumois, ne doit pas être confondue avec celle de Barberin qui porte d’azur, à 3 mouches à miel d’or 2 et 1, tandis que les armes des Barbarin, sgrs du Cluzeau, de Fonteyroux, etc. sont : de gueules, au barbarin (poisson) d’argent. (M. d’Ag.) On trouve ailleurs : d’azur, à trois barbeaux d’argent en fasce, celui du milieu regardant à sénestre, et les deux autres à dextre. Quelques auteurs, mais à tort, suivant nous, écartèlent ces armes de celles des Barberin de Reignac en Saintonge. — Le sgr du Montet dont il est ici question, doit être René du Teil, cité plus haut, sgr du Montet, commune de Saint-Christophe près Confolens, relevant de Brigueil.
… BARBARIN, escuyer, sr de Jambes, moyennant quoy, le sr de Pluye, son frère, est exempt dud. service, coume donné pour ayde. (OB.) Evidemment de la même famille que Cazimir qui précède. Jambe ou Jamme (chez), commune d’Oradour-Fanais, canton de Confolens.
CAZIMER BARBARIN. (servira a la charge d’ayde.)
CHARLES DE BARBEZIÈRES, escuyer, sr de la Soudière, (DEF). La Soudière, commune de Saint-Mary, canton de Saint-Claud. Charles de Barbezières, chevalier sgr de la Soudière, Saint-Mary, Villeneuve et Limalonge, marié deux fois 1° avec Henrie Pidoux, 2° à Confolens, en 1626, avec Marie Carion, veuve de Louis Régnaud, chevr, sgr de l’Age-Bertrand. Il paraît n’avoir laissé que deux filles, issues de son 1er mariage. Armes : fuselé d’argent et de gueules. La maintenue d’Aguesseau donne : d’argent, à 6 fusées de gueules en fasce. Cette famille était encore représentée à Bordeaux, il y a quelques années.
FRANÇOIS BARDONIN, escuyer, sr de Souneville et Boisbuchet. (OB.) Boisbuchet, commune du Petit-Lessac près Confolens. Bardonin de Sonneville : d’azur, à 3 molettes d’éperon d’or, 2 et 1. Il s’agit probablement ici de François Bardonin, sgr de Sonneville, marié, le 18 décembre 1628, avec Olive de Villoutreix. Il était fils d’autre François Bardonin, marié à Gabrielle Brouard, et fut père de François Bardonin, sgr de Saint-Romain, marié à Marie-Anne de Fleury, le 8 octobre 1658. — Sonneville, commune du canton de Rouillac, arrondissement d’Angoulême.
FRANÇOIS BARTE, escuyer, sr de Grangeneuve, sera donné ayde. (def.) Barthe : d’azur, à trois tours crénelées de sable mises en fasce.
YZAAC de BEAUCHAMPS, escuyer, sr de Guinbourg. (contribuera) Ce doit être Isaac de Beauchamps, sgr de Bussac, fils de Louis, sgr de Bussac, Souvigné, etc., et de Françoise Vigier, marié, dès 1599, à Esther des Granges. —Beauchamps : d’azur, à l’aigle au vol abaissé d’argent, becquée et membrée de même. Famille représentée en Saintonge. — Guignebourg, commune de Londigny, canton de Villefagnan.
IZAAC de BEAUCHAMPS, escuyer, sr de Villeneufve. (servira, a charge d’ayde.) Isaac, sgr du Parc, de Villeneuve, de Souvigné et du Chastelet-le-Rond, fils de Daniel de Beauchamps, sgr de Villeneuve, et d’Isabeau Chasteigner du Lindois, marié, 1633, avec Marie d’Anché, fille de Jean d’Anché, sgr de Bessé.
HENRY de BÉCHET, sr de Branget. (servira, a la charge d’ayde.) Probablement Henri Béchet, marié à Charlotte Bouyer. Il était fils de David Béchet et de Jeanne de Beauchamps. — Béchet, de Biarges et de Chantemerle : d’azur, au lion d’or. — Branget peut-être pour Branger, commune des Adjots, canton de Ruffec ?
JEHAN de BELLENEUSE, escuyer, sr de Beaupré, (def.)
Le sr de BELLEVAULT, frère dudict sr de Nanteuilh. (servira, à la charge d’ayde.) Peut-être Belvau, commune de Passirac, canton de Brossac ?
YZAAC BERTRAND, escuyer, sr de Lamotte-Sainct-Vincent. (DEF. ) Bertrand de Goursac et de Romefort : Parti, au 1er d’azur à 3 chevrons d’or, au 2e aussi d’azur au chevron renversé d’or. La Mothe-Saint-Vincent, commune de Vitrac-Saint-Vincent, canton de Montembœuf.
Le seigneur baron de BLANCFORT, à cause de son fief de Lespine en Cristeuilh. (def.) Criteuil, commune du canton de Segonzac. — Les Durfort se qualifiaient alors sgrs barons de Blanquefort. — Serait-ce l’un des fils de Jacques de Durfort, marquis de Duras, comte de Rozan, baron de Blanquefort, et de Marguerite de Montgommery ?
Le sr de BOISBELLES. (def.)
Le sr de BOUCQAUROUX. (ob. a la charge de contribution).
GALLIOT de BRESMOND, escuyer, sr de Vernou. (ob.) François-Galiot de Bremond, chevalier, sgr de Vernou-sur-Boutonne etc, capitaine au régiment de Parabère en 1627, gentilhomme de la chambre du Roi, conseiller et maître d’hôtel de S. M. J., Lieutenant de la ville et citadelle de Bourg-sur-mer, marié, 1626, à Jacquette de La Gourgue, dame d’Angeliers près Cognac, était fils de Philippe de Bremond, chevalier , sgr de Céré et de Frégenoux, et de Françoise Gérault du Chironail ; il continua la branche de Vernou qui est encore représentée à Paris. Galiot était neveu de Josias de Bremond, baron d’Ars et des Chastelliers, qui commandait le Ban. — Vernou, commune du canton de Brioux ( Deux-Sèvres ).
JOZIAS de BRESMOND, escuyer, seigneur d’Ars. (ob.) C’est le commandant du Ban ; sa postérité est encore représentée en Angoumois, aux châteaux d’Ars et de Saint-Brice, ainsi que dans les environs de Saintes. — Ars, commune du canton de Cognac. — Bremond : d’azur, à l’aigle éployée d’or, au vol abaissé, becquée (aliàs languée et membrée) de gueules.
Le sr du BREUILH de ROUILLACT. (def.) Etait peut-être de la famille de Chièvres ? Rouillac, canton de l’arrondissement d’Angoulême.
CLAUDE du BREUILH, sr et baron de Théon. (def.) Sans doute Claude du Breuil, marié en 1623 à Marguerite Goulard, fille de Jacques Goulard, baron de la Faye et de Touverac, et de Françoise de la Tousche. Il était fils de Gilles du Breuil et de Gabrielle de Feydy, et père d’Annibal du Breuil, marié à Elisabeth Bonnin en 1666. La terre de Théon étant située en Saintonge, il faut supposer que Claude a été convoqué au ban d’Angoumois, à raison de quelque fief de cette dernière province, qui lui provenait peut-être de sa femme ? — Du Breuil de Théon de Châteaubardon : d’argent, à la bande d’azur, accompagnée de deux étoiles de gueules, l’une en chef, l’autre en pointe. Famille encore représentée par M. du Breuil de Châteaubardon qui habite Vendôme.
JOUACHIN de BRIANSON, escuyer, sr dudict lieu, (def.)
LE sr DE BRIE DE TOUCHEPRÉ. (DEF.) Sans doute Antoine Mesnard, chev. sgr de Toucheprès et de Brie, marié avec Anne le Roux, et fils de David Mesnard, sgr de Toucheprès et de Brie, gentilh. de la chambre du roi, et de Renée Petit. Est-ce Brie en Mazerolles près Montembœuf, ou Brie en la commune des Pins, canton de Saint-Claud ? Mesnard de Toucheprès : d’argent, à 3 porcs-épics de sable, miraillés d’or, 2 en chef et 1 en pointe.
JEHAN-LOUIS de la BROUHE, escuyer, sr du Pouyaud (ob. servira.) Le Pouyaud, commune de Dignac, canton de la Vallette. — Jean-Louis de la Broue, sgr de Dignac, gendarme de la compagnie du cte de Nancy, en 1636, ne paraît pas s’être marié. Il était fils de Salomon de la Broue, sgr de Pouyaud, de Rochereau et du Roulet, écuyer du duc d’Épernon, auteur d’un traité sur la cavalerie, et Jeanne Guy de Ferrières. La Broue : d’azur, au chevron d’or, accompagné en chef de 2 coquilles d’argent, et d’une main de même en pointe, posée en pal. Famille représentée en Poitou.
PIERRE BRUNG, escuyer, sr du Macquen-Aubanie et delà Bastarde. (ob.) Faut-il lire le Maine-Aubineau, commune de Challignac, canton de Barbezieux ? ou bien le Magnou ? — La Bastarde, pour la Bastarderie, commune des Adjots, près Ruffec ? — Brung de Villesoufran portait : burelé d’or et d’azur de 8 pièces, au lion d’or armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout.
CLAUDE BRYAIN, escuyer, sr de Cussact, à la charge de contribution. (OB.) Peut-être pour Briand ? sgr de Coué et de la Chaussée, mairie d’Angoulême : d’argent, au chevron de gueules, accompagné de 3 éperviers de sable, longés et grilletés de gueules. Cussat, commune de Montembœuf ?
PIERRE de CAILLÈRES, escuyer, sr du Breuilh-Lezon, à la charge de luy fournir ayde. Callières : d’argent, à 3 fasces contrebretessées de sable. Ce Pierre n’est pas mentionné dans la généalogie de cette famille qui est encore représentée en Saintonge et en Bordelais. — Faut-il lire le Breuil-Tizon, commune de Payzay-Naudouin ?
JACQUES DE CAMBOURG, escuyer, sr dud. lieu, (Def.)
JEHAN-LOUIS de CASTELZ, escuyer, à la charge quil luy sera donné ayde pour les fraictz de son voyage, (ob. à la contribution).
PHILIPPES de CERCÉ, escuyer, à la charge quil luy sera fourny aide par le sr Seneschal pour contribuer, (OB.) Serait-ce Philippe de Cerzé, marié à Paule de Livennes ? — Cerzé de Port-Foucaud, paroisse de Coulonges, près Saint-Amand-de-Boixe : d’argent, au chevron de gueules, accompagné de....
ABRAHAM de CERIER, escuyer, sr de Javrezac. ( def. ) Abraham, fils cadet de Jean de Céris, sgr de Château-Couvert en Saintonge, et de Jeanne de Puyvert, épousa Renée de la Couture-Renou dont postérité. — Céris : d’azur, à la croix alaisée d’argent. — Javrezac, commune du canton de Cognac. — Famille représentée. On lui donne aussi pour armes : d’azur, à 3 étoiles d’or, et d’azur, bandé d’or.
REGNÉ DE CESCAUD, escuyer, sr de Fontpallais, sr. en partie de la Baronnière, à la charge que ses parprenans aud. fief contriburont. (DEF) Fontpallais, commune de Grassac, canton de Montbron. — La Baronnière, commune des Pins, canton de Saint-Claud.
FRANÇOIS de CHAMBES, escuyer, sr de la Couronne, (servira.) De Chambes de Montsoreau, ancienne et illustre maison , originaire de l’Angournois : d’azur semé de /leurs de lis d’argent, au lion de même, armé, lampassé et couronné de gueules. Famille éteinte. — La Couronne, probablement commune dé ce nom, canton d’Angoulême ?
ROBERT de CHAMBES, escuyer, sr de Lunesse, à la charge quil luy sera donné ayde. (contribuera.) (ANGOULESME.) Est-ce Lunesse, commune d’Angoulême, terre qui est passée, depuis, aux Chausse de Lunesse ? — Chambes (ut suprà).
PIERRE DE CHAMBOURANT, sr de Villevert, au lieu de JOUACHIN de CHAMBOURANT, escuyer, sr de Droux, son père, (OB.) Chamborand (Joachim de), sgr de Droux (élection de Limoges), était fils de Jean de Chamborant, chevalier de l’ordre du roi, colonel d’un régiment d’infanterie, et de Catherine de Châteauvieux, sa seconde femme ; il fut la tige de la branche de Villevert, fief situé en la paroisse de Confolens. Armes : d’or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
OLLIVIER de CHAMBRES, escuyer, sr de la Brousse, (def.) Sans doute de la famille de Chambre ou de la Chambre qui porte : d’azur, au chevron d’or, accompagné de 3 têtes de lion arrachées d’or, 2 et 1. Représentée en Saintonge.
Le sr de CHAMPMARTIN. (def.)
SALLOMON CHAPITEAU, escuyer, sr de Raymondian. (servira, à la charge d’ayde.) Rémondias, commune de Mainzac, canton de Montbron. — Chapiteau : d’azur, à 3 étoiles d’or en fasce accompagnées de 3 chapiteaux de même, 2 en chef, 1 en pointe soutenu par un croissant d’argent. Famille représentée par M. Charles Chapiteau de Rémondias qui habite le château de la Vue, commune de Montbron. Il a épousé dIle du Buc.
JEHAN CHASTAIGNER, sr de la Duransie. (def.) Chastaigner : d’or, au lion posé de sinople, armé et lampassé de gueules. Famille représentée en Angournois et à Bordeaux, par la branche du Lindois.
IZAAC CHASTAIGNIER, escuyer, sr de Lindoix. (def.) Le Lindois, commune du canton de Montembœuf. — Isaac, gentilh. ordre de la ch. du R., fils de René Chasteigner, et de Claude de Salaignac, se maria 2 fois : 1° 1614, à Madeleine de Pons, fille de Ponce de Pons, et de Cécile de Durfort ; 2° en 1628, avec Esther de Larmandie, et continua la branche du Lindois,
YZAAC CHASTAIGNIER, escuyer, sr de la Graule. (def.) La Grolle, commune du Lindois.—Cet Isaac était frère du précédent et paraît n’avoir pas laissé de postérité.
Le sr de CHASTARMAL. (sert a la compagnie du seigneur de Brassac.) Peut-être pour Chatermat, commune de Saint-Cybard-le-Peyrat, canton de la Vallette ?
ANTHOINE de CHASTEAUNEUF de RANDON, escuyer, sr de Nersillac et du Tillou. (def.) Serait-ce Antoine, qui aurait épousé, 1635, Anne de Crugy (aliàs Cruzy) – Marcillac ? — Il est appelé Anne-Guérin, dans la généalogie Cruzy-Marcillac. — Serait-ce plutôt Adam de Châteauneuf-Randon, sgr de Sainte-Hélène, fils d’Alexandre-Guérin, baron de Tournel, et d’Anne de Pelet, lequel Adam épousa, par contrat passé à Tillou, le 9 juin 1630, (reçu par Baufreton, notaire royal), Jacquette Vinsonneau, veuve de Charles de Crugy, marquis de Marcillac, qu’elle avait épousé en 1616, et fille de Jean Vinsonneau, écuyer, sgr de la Péruse et de Tillou, gendarme de la compagnie du duc d’Epernon, et de Jeanne Geoffrion, sa seconde femme ? — Le Tillou, commune de Bourg-Charente, canton de Segonzac, arrondissement de Cognac. Nercillac, commune du canton de Jarnac, a peut-être été mis ici, par erreur, pour Marcillac ? — Châteauneuf de Randon : d’or, à 3 pals d’azur, au chef de gueules.
PIERRE de CHASTEAUNEUF, escuyer, srde Fergemond. (def.) Châteauneuf de Forgemont. : d’azur, à 3 lions passants d’or, lampassés de gueules, l’un sur l’autre. On trouve Forgemon, commune de Saint-Claud.
Le sr de CHASTELLARDZ-SAINCT-FRON. (ob. avec le sr DE MONTIGNY). Châtelard, commune de Saint-Front, canton de Mansle. On trouve vers cette époque, Jacques Couraudin, écuyer, sgr du Chastelard, marié à Anne de la Barre. __ Couraudin : d’azur, à l’arbre tigé et feuillé d’or et de sinople, accosté d’une fleur de lis de gueules (sic). (M. d’Ag.).
LE sr DE CHAUFOUR, frère dudict sr de la Merlière. (DEF.) La Merlière, commune de Cellefrouin, canton de Mansle, arrondissement de Ruffec.
JEHAN de CHAULMONT, escuyer , sr de Flageolles. (ob.)
JEHAN de CHERGÉ, escuyer, sr dud. lieu, à la charge de luy donner ayde. ( ob. ) (ANGOULESME.) Jean de Chergé, sgr de Vallette, demeurant paroisse de Touvre près Angoulême, et marié à Gabrielle Tison, fille de Gilles, sgr de Sigougne, et d’Antoinette du Port. Il était fils de Cybard de Chergé, écuyer, sgr dudit lieu, et d’Elisabeth de Montalembert de Vaux.— Famille représentée en Angoumois et en Poitou. — Chergé : d’azur, à la fasce d’argent, chargée de 3 étoiles de gueules.
GEOFFROY de CHERGÉ, escuyer, sr de Grandchampt, à la charge de luy fournir d’ayde. ( sert pour le sr de l’AGE DE CHASSENEUILH.) Geoffroy, sgr de Grandchamp, second fils de Cybard de Chergé, et d’Elisabeth de Montalembert de Vaux, paraîtrait s’être fixé en Poitou (Élection de Fontenay). On ignore s’il s’est marié et s’il a laissé postérité.
CHARLES CHESNEL, escuyer, sr de Réaux et de Château-Chesnel. (ob.) Ce doit être Charles Chesnel, sgr de Réaux, marié à Louise de Saint-George, fille de Joachim de Saint-George, chevalier de l’O. du Roi, sgr de Vérac, baron de Coué, et de Louise du Fou. Il était fils de François Chesnel, et de Renée de Puyrigaud, et fut père de Josias Chesnel, sgr de Châteauchesnel et de Réaux, marié, 1633, à Marie de Polignac d’Ecoyeux, fille de Louis de Polignac, baron d’Argence, sgr d’Escoyeux, et de Suzanne de Geoffroy-de-Dampierre. — Chesnel : d’argent, à 3 branches de chêne de simple. Famille éteinte dans Frétard. — Réaux, commune du canton de Jonzac (Charente-Inférieure ). Châteauchesnel, commune de Cherves, canton de Cognac.
GABRIEL de la CHETARDIE, escuyer, sr dudict lieu, exempt de la compaignée de Monsr le compte de Jonzact. (def. ) La Chétardie, commune d’Exideuil, canton de Chabanais. — Trotti de la Chétardie : d’azur, à 3 gerbes d’or, au chef d’or chargé de 3 pommes de pin de sinople ; écartelé de sable (aliàs d’azur) à deux chats d’argent passants, l’un sur l’autre.
JEHAN de la CHÉTARDYE, escuyer, sr du Bureau et de Piraveaut, tant de son chef que comme curateur de ses enffans, (def.) Le Bureau, commune de la Péruze, canton de Chabanais.
POL de CHEVREUZE, escuyer, sr du Plan, (def.) On trouve des Plans, commune de la Faye, canton de Villefagnan. — Chevreuse : de gueules, au sautoir d’argent, accompagné de h molettes d’éperon de même, au lambel de 3 pièces aussi d’argent. Famille représentée, notamment par madame veuve Priqué de Guippeville.
PIERRE de CHIÈVRES, escuyer, sr de Rouillact, exempt pour son indisposition, donné pour ayde au fîlz du sieur de la Père, (a la charge de contribution). Sans doute le même que Pierre de Chièvres, sgr de Rouillac, déjà mentionné plus haut, à l’article Geoffroy. — La Père, probablement pour La Peyre ? ou pour la Pille (voir Geoffroy) ?
JACOB de CHIÈVRES, escuyer, sr de Guitres. (ob.) Jacob, sgr de Guitres et de la Vallade, fils aîné de Pierre, sgr de la Vallade, et de Françoise Brivet, épousa, 1613, Jeanne de Lescours, fille du baron de Vassé en Poitou, et forma la branche d’Aujac, encore représentée à la Rochelle. — Armes ( ut suprà, article Geoffroy ). — Guitres, commune de Chassors, canton de Jarnac-Charente.
FRANÇOIS de CHIÈVRE, escuyer, sr du Petit Moullin. (ob. a la charge dayde). Fils de Jacob de Chièvres, sgr du Petit-Moulin, et de Marie Gourdin, il épousa, 1640, Jacquette Bruneau, fille de Louis Bruneau, écuyer, sgr de Granry, et de Madeleine de la Rousse.
MARCQ de CHIEVRE, escuyer, sr d’Aubanis, à la charge de luy donner ayde. (ob. contribuera.) Marc de Chièvres, sgr de l’Aubanye, fils de Pierre, et de Françoise Brivet, épousa, 1627 , Agnès Lériget, fille de Pierre, et de Jeanne Pasquet.
CHARLES CORGNOL, escuyer, sr de Beauregard. ( def. ) Corgnol : d’or, à deux chevrons de gueules. Cette très-ancienne famille ne doit plus être représentée que par des femmes.
CHARLES de CORLIEU, escuyer, sr deLussand. (LESTOILLE à la charge dayde.) Probablement Lusseau , commune de la Pallue, canton de Segonzac ? — La famille Corlieu ou Corliec, originaire d’Angleterre, à laquelle appartenait François de Corlieu, l’auteur de l’Histoire des comtes d’Angoulême, et procureur du roi au siège présidial de cette ville, est encore représentée en Angoumois par MM. de Corlieu de Coursac. — Lestoille : d’azur à une branche de laurier d’or et une palme de même sortant d’un croissant d’argent, surmontés d’une étoile de même en chef. Corlieu : écartelé de sinople, au chevron d’argent, accompagné de 3 quinte-feuilles de gueules ; et d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or.
PIERRE DE COUHÉ, escuyer, sr de la Tousche. (DEF.) Peut-être Pierre de Couhé, marié à Jeanne de Mascuraud, en 1651 ? Il était fils de Jacques de Couhé, sgr de la Mothe, et de Léonarde de la Quintinie. — Cette famille que l’on croit issue des Couhé-Lusignan, portait : Ecartelé d’argent et de sable, à une merlette de l’un en l’autre.
ARTHUR COURAUD, escuyer, sr du Maisne-Charles, tant pour luy que pour le sr de Birac, son père, (servira tant pour luy que pour son père). Arthur Couraud, fils de Pierre, sgr de Birac, et de Jeanne Brunet, épousa Marie Desmier, et semble avoir eu pour fils, Charles Couraud, marié à Marguerite Grimouard. —Le Maisne-Charles, commune de Birac, canton de Châteauneuf. Couraud : d’azur, à l’épervier perché d’or au vol abaissé, becqué et onglé d’argent.
FRANÇOIS de la COURT, escuyer, sr du Rousseau, (def.)
ANTHOINE de COUTZ, escuyer, sr de la Rochepiquet. (def.) La Roche-Piquet, commune d’Oriolles, canton de Brossac. — Serait-ce pour des Coux , sr du Chastenet en Limousin : d’argent, à 3 fasces de sinople, une bande de gueules brochant sur le tout ?
JACQUES de la CROIX, escuyer, sr de Jauvelles, à la charge de luy fournir ayde pour les fraicts de son équipage et voyage, (def.) La Croix de Jauvelles : d’argent, au lion de gueules, à la croix tourtelée d’azur à la droite de la pointe. (M. d’Ag. ) On trouve ailleurs : d’argent, à la croix alésée d’azur, surmontée d’un lion léopardé de gueules ; et encore : d’argent, à la croix pattée d’azur sur laquelle est appuyé un lion de gueules. -— Jauvelle, peut-être commune d’Edon, canton de la Vallette ?
GABRIEL de la CROIX, escuyer, sr de Fenestre. (def.) La Croix des Ombraies : de gueules, à 5 fusées d’argent en fasce. — La Fenêtre, commune de Saint-Sornin, canton de Montbron. — Une famille de la Croix est encore représentée en Angoumois.
Le sr de LA CROIX AU MOISNE. ( def. )
PIERRE DE CURSAY, escuyer, sr de Saint-Masry. Le sr de Boisbretaud en sa plasse. (OB.) Saint-Mary, commune du canton de Saint-Claud ; Boisbertaud, paroisse de Rouillac. Jean de Cursay, sgr de Boisbertaud, marié à Françoise Gentil, était mort avant 1620, et paraît n’ avoir laissé que deux fils : 1° Pierre de Cursay, sgr de Saint-Mary, dont il s’agit ici, et 2° Charles de Cursay, sgr de Puyraud, mentionné plus loin. Ils avaient une sœur, Charlotte de Cursay, mariée à Pierre de la Porte, sgr de la Valade, à qui elle aura peut-être porté le fief de Boisbertaud, et qui aura pu servir en la place de son beau-frère, Pierre de Cursay ? Armes : d’azur, au cœur d’or, soutenu d’un croissant d’argent en pointe (M. d’Ag.) ; d’Hozier donne : d’argent, au cœur enflammé de gueules, soutenu d’un croissant de même ; et Beauchet-Filleau : burelé d’argent et d’azur de 8 pièces, à la bande engrelée de gueules brochant sur le tout. Cursay anciens, éteints.
CHARLES de CURSAY, escuyer, sr de Peyraud. (ob. a la charge de contribution.) Charles de Curzay, écuyer, sgr de Peyraud (aliàs Puyraud), marié, en 1614, avec Marie Goullon de la Rousselière dont il eut : Jean de Curzay, écuyer, sgr de Coulonge, Villers, Saint-André et Bourdeville, marié, 1655, à Marie de Montalembert de Vaux. On trouve Peyraud , commune du Petit-Lessac, canton de Confolens, et Puyreaux, commune du canton de Mansle. On trouve également Puyreaud, commune de Gourville, canton de Rouillac. — Les armes (ut suprà).
MELCHIOR DALMENICQ, escuyer sr de la Chapelle, (OB.)
JEHAN DANCHÉ, escuyer, sr de Bessé. (ob. par son filz qui fait le service.) (ANGOULESME.) Bessé, commune du canton d’Aigre, arrondissement , de Ruffec.
JEHAN DANCHÉ, escuyer, sr de Bessé, (alliby.) Sans doute fils d’autre Jean, cité plus haut. Ils ne figurent ni l’un ni l’autre dans la généalogie de Puy d’Anché, fournie par le Dictionnaire des familles du Poitou. — D’Anché : d’argent, au lion de sable, couronné, armé et lampassé de gueules.
HELLIES DAUPHIN, escuyer, sr de la Faurye, sera donné ayde. (deschargé tant pr sa mère que frères , o la charge de bailler cent-cinquante livres au Sr DE LA CHAUFFIE. ) Dauphin : d’argent, à deux fasces d’azur. — Hélie, sans doute fils de François Dauphin, écuyer, sgr de la Faurie, et de Catherine de Chièvres, mariée en 1603 ?
OZORIOR DAVID, escuyer, sr de la Motte-Tubignen. ( ob. ) David : d’or à 3 coquilles de St-Jacques de sinople. Famille représentée dans la branche de Lastours.
PHILIPPES DEROBERT, escuyer, sr de Vivonne, tant pour luy que pour Anthoine Derobert, son père, à la charge quil luy sera baillé ayde par le sr Seneschal d’Angoulmois pour fournir aux fraitz et despance de son voyage, (à la charge de contribution.)
FRANÇOIS DEXANDREUX, escuyer, sr de Gademoullins. (ob.) Gadmoulin, commune de la Pallue, canton de Segonzac, appartint un peu plus tard, à la famille Gréen de Saint-Marsault.
LOUIS DEXMIER, escuyer, sr de Chenon. (def.) Louis Desmier, sgr de Chenon,.fils d’Alexandre, sgr de Chenon, et de Françoise Guyot d’Asnières, se montra zélé protestant et ne voulut pas servir Henri IV, après sa conversion. C’est à lui que ce prince écrivait « de ne pas le quitter pour aller manger des noix en Angoumois. ». Louis Desmier avait épousé, en 1629, Catherine Brun du Magnou, dont il ne paraît pas avoir laissé de postérité. — Chenon, commune du canton de Mansle. Armes (ut suprà ).
REGNÉ DEXMIER, escuyer, sr de Grosbois. (ob. a la charge d’ayde). Sans doute fils de Jean Desmier, écuyer, sgr de Grosboux (Chatellenie de Verteuil), et de Gabrielle Pailhier, lequel Jean était oncle de Louis Desmier de Chenon, qui précède. — Grosboux, commune de la Forêt-de-Tessé, canton de Villefagnan, arrondissement de Ruffec.
JEHAN DEXMIER, escuyer, sr de Jaudes. (ob. a la charge de contribution). Jauldes, commune du canton de la Rochefoucauld.
ANTHOINE DEXMIER, escuyer, sr de Coulgeant et de Doumezact. (ob. à la charge de contribution) . Antoine Desmier, écuyer, sgr de Coulgens et de Domezac, marié, 1616, avec Isabelle de Farin, dame de Domezac. Il était fils d’Alexandre, écuyer, sgr de Chenon et de Coulgens, et de Françoise Guyot d’Asnières. Coulgens , commune du canton de la Rochefoucauld. — Domezac, commune de Saint-Gourson, canton de Ruffec.
DANIEL DEXMIER, escuyer, sr du Jarricq, servira dayde heu esgard à la valleur de son fief. (ob.) Doit être le même que Daniel Desmier, sgr du Plessis, marié à Christine de la Faye, et fils cadet de Raymond Desmier, sgr du Breuil-de-Blanzac, et de Christine du Plessis.
FRANÇOIS DEXMIER, escuyer, sr de Lerce ? (a la charge dayde, servira.) Ce doit être François Desmier, sr de Lerce (l’Herse ?), capitaine du château d’Angoulême, père de Louise Desmier, mariée à Lyonnet de Lubersac. Il était fils de Raymond Desmier, sgr du Breuil de Blanzac, et de Christine du Plessis-Liancourt. Cette branche des seigneurs du Breuil, du nom de Desmier, semble éteinte depuis longtemps. — L’Herse, commune de Pérignac, canton de Blanzac.
CHARLES DEXMIER, escuyer, sr de St-Bonnet et de la Chaulme. ( def ).
ANTHOINE DEXMIER, sr de Coulgeant. (alliby.) (ANGOULESME.) Coulgens, commune du canton de la Rochefoucauld.
FRANÇOIS DUMAS, escuyer, sr du Mas, de Ligné et de Roussillon. (ob. à la charge dayde). Ligné, commune du canton d’Aigre, arrondissement de Ruffec. - Roussillon, commune de Charmé, même canton. Dumas des Barrières (Angoumois) : de gueules, à 3 têtes de lion couronnées d’or, lampassées de même, 2 et 1.
LE sr DUMESNY, tant pour luy que pour le sr de Castel, sr de Castelnaud, son beau-père, (OB.) Serait-ce Casternaud situé commune de Cellefrouin ?
ANTHOINE DUSSAULT, escuyer, sr de Villars. ( joinct avec le Sr DE RANCOUGNES fourniront ung cheval légier. ) Dusault : d’azur, à l’aigle éployée d’argent, au vol abaissé, becquée et onglée d’or. Famille représentée. — Villars, peut-être commune de Verteuil, canton de Ruffec ?
PIERRE DUSSOUCHET, escuyer, sr de Villars, à la charge dayde, moyennant quoy son père demeurra deschargé, (ob.) Du Souchet de Villars : d’or, à une souche de sinople d’où sortent 3 rameaux de même, à 3 étoiles d’azur en chef. — Villars, commune de Garat, canton d’Angoulême. — Pierre du Souchet était peut-être le même que Pierre, sr du Taillis, conseiller de l’hôtel-de-ville d’Angoulême en 1631 ?
Le sr de FÉDIERS. (def.)
CHARLES FLAMANT, escuyer, sr de Villognon et Simounier. (exempt.) Sans doute Charles Flament, marié à Eymerie Reynaud, dont François-Louis Flament marié à Marie Gréen de Saint-Marsault. Flament de Villognon et de Lugerac : de gueules, à 2 lions passants d’or, lampassés et couronnés d’argent, l’un sur l’autre. Villognon, commune du canton de Mansle. Simounier peut-être pour Simonie, commune du Vieux-Ruffec ?
Le sr de FONTAINE. ( def. )
Le sr de la FOREST, sr de Lenclos. (ob. contribuera).
LE SEIGNEUR DE FREDALGNES, seigneur du fief Deschassat. (DEF ) Chassat, commune de Chabanais.
ANDRÉ FRIQUANT, escuyer, sr de la Forest. (exempt.)
CHARLES GAMBERT, escuyer, sr de Gourdonnet. (servira,à la charge d’ayde.) Sans doute pour Gaubert, du Poirier, paroisse de Verneuil, qui portait : de gueules, à une main d’argent, chargée dans la paume d’un œil de sable, et tenant un rameau de sinople sur lequel est perché un pélican à vol d’argent.
Le sr de la GARDE, (def.) Une famille de ce nom a possédé le château de Nanteuil, commune de Sers, canton de la Valette ; elle portait : d’argent, à l’étoile de gueules.
JEHAN GEOFFROY, au lieu de ROBERT GEOFFROY, escuyer, sr de la Pille et de la Vigerie en Moullidars, moyennant que Pierre de Chièvre, escuyer, sr de Moullidars et Rouillact, luy est donné pour Ayde à contribuer pour les fraictz du voyage. ( Sert pour le sr de Teilhé.) Geoffroy des Bouchaux (paroisse de Saint-Cybardeau) : de gueules, à 2 chevrons d’or. La Pille, commune de Champmillon, canton d’Hiersac. —La Vigerie, commune de Moulidars, même canton. —- Est-ce Jean Geoffroy marié à Bertrande Viaud, ou Jean, marié à Jacquette de Rambert ?

PIERRE de CHIEVRES, écuyer, sgr de Rouillac, fils d’autre Pierre, et de Françoise Brivet. Il avait épousé, en 1627, Eléonore de Montalembert de Vaux, et a formé la branche de Curton qui est représentée à Poitiers. De Chièvres : d’argent, à l’aigle éployée de sable.

Le sr de la GAGUERIE, à cause du fief des Bertrandz. (def. ) Les Bertrands, commune d’Aizecq, canton de Ruffec.
IZAAC de la GARDE, escuyer, sr de Nanteuilh. (ob.) Nanteuil, commune de Sers, canton de la Vallette.__ La Garde : d’argent, à l’étoile de gueules.
Le sr de GLANGES. (contribuera.) Glange, commune de Jaulde, canton de la Rochefoucauld.
GASTON GOULLARD, seigneur baron de la Faye. (def.) Gaston Goulard, baron de la Faye et de Touverac, marié, 1624, à Jeanne de Pontbriand, dame de Montréal, fille d’Hector de Pontbriand, chevalier de l’ordre du Roi, son conseiller en ses conseils d’état et privé, et de Catherine de Montardit. Il était fils de Jacques Goulard, sgr baron de Touverac et de la Faye, et de Françoise de la Tousche du Bois-Tirant. Cette branche des sgrs de la Faye et de Touverac est éteinte depuis longtemps. La maison de Goulard qui porte : d’azur, au lion d’or, armé, lampassé et couronné de gueules, est encore représentée en Poitou.
GABRIEL GOULLARD , escuyer, sr du Breuilh et de la Ferté. (def.) Gabriel Goullard, chevalier de l’Ordre du Roi, gentilh. ordinaire de sa chambre, sgr du Breuil-Milon ( plus tard appelé le Breuil-Goulard), de la Ferté et de la Mothe-d’Anville, etc., marié à Jeanne Boiceau, 1609, fille de Jean Boiceau, sgr de Saint-Martin , de Cerzay et de Pousou, continua la branche de Laléard. Il était fils de René Goulard, sgr du Breuil-Milon, etc., gentilh. ordinaire de la chambre du Roi, et de Marguerite Poussard de Fors. — La Ferté, commune de Villefagnan. — Armes (ut suprà).
PIERRE GOURDIN, escuyer, sr de la Barrière de Touviers. Gourdin de la Faye : d’azur, au calice d’or dans lequel becquettent deux pigeons d’argent, et à un croissant de même en pointe. Au lieu de Touviers, lire Tourriers, commune du canton de Saint-Amand-de-Boixe.
DANIEL GRAIN de St-MARSAULT, sgr de Chastelaillon et de la Garde-de-Merpins. (def.) Daniel, qualifié mestre de camp en 1622, fils de François Grain de Saint-Marsault, et de Marie Chesnel, épousa Marie de Blois, fille de Louis, sgr de Rudepierre et du Roulet, et d’Anne d’Asnières, et en eut plusieurs enfants, entre autres, Benjamin Grain de Saint-Marsault, marié à Suzanne d’Ocoy de Saint-Trojan.— Gréen ( aliàs Grain ) : de gueules, à 3 demi-vols d’or, 2 et 1, — La Garde-Merpins, commune de Pérignac, canton de Pons, arrondissement de Saintes ( Charente-Inférieure ). Merpins, commune du canton de Cognac.
FRANÇOIS de GUEZ, escuyer, sr de Roussines et Ballezact (son filz servira.) Est-ce François Guez, sgr de Roussines, de Balzac et de Puy-de-Neuville, né en 1598, fils de Guillaume Guez, sgr de Balzac et de Roussines, et de Marie de Nesmond ? On serait tout naturellement porté à l’admettre, sans la note marginale du rôle, qui indique que ce François Guez fut remplacé à ce ban de 1635, par son fils. Or, François ne se serait marié avec Anne Préveraud, qu’en l’année 1634 ; son fils aîné, Guillaume Guez, né en 1636, ne pouvait donc pas comparaître au ban de 1635. Voilà qui dérange singulièrement la filiation de cette famille, fournie d’abord par Vigier de la Pile, et ensuite, d’après cet auteur, par M. Castaigne, dans sa notice insérée dans le bulletin de la société archéologique d’Angoumois, anno 1846. Peut-être le père de François s’appelait-il aussi François (et non pas Guillaume), ou peut-être même s’appelait-il François-Guillaume, quoiqu’à cette époque l’usage des deux prénoms ne fût pas encore très-étendu. — Roussines, commune du canton de Montembœuf ; Balzac, commune du canton d’Angoulême. — Guez : de gueides, à deux fasces d’or.
FRANÇOIS GUY, escuyer, sr du Breuilh de Puy-Robert, exempt, à la charge de fournir d’ayde. On trouve Puy-Robert, commune de Salles-la-Vallette. — Guy : d’argent, à 3 boucles de gueules, 2 et 1, au chef d’azur. Les Guy de Ferrières sont encore représentés en Périgord.
ARNAUDET GUYOT, au lieu et plasse de Mathieu Guyot, sr de la Vergne, son père. (ob. a la charge de contribution.) Arnaud Guiot devait être fils de Mathieu Guiot, sgr de la Lande, des Granges, etc., marié à Fabienne des Roziers, lequel Mathieu était fils lui-même de Martial Guiot, sgr de la Vergne, et de Charlotte Pastoureau. — La Vergne, en la commune d’Alloue, canton de Champagne-Mouton. Guiot : d’or, à 3 perroquets de sinople, becqués, membrés et colletés de gueules. Famille représentée, notamment dans les branches du Repaire et de Lesparre.
PIERRE HÉRARD, escuyer, sr de Bramefan. ( servira, a la charge d’ayde. ) Brammefan, commune de Payzay-Naudouin, canton de Villefagnan. — Hérard (aliàs Hiérard) : fascé d’argent et de gueules, à 9 piles, au lion d’argent, lampassé de gueules, brochant sur le tout. Pierre Hérard, lieutenant-colonel au régiment de Rovigni, mort en Catalogne avant 1646, avait épousé Catherine Turpin , sœur des précédents (voir Jehan TURPIN) et laissa : 1° Charles Hérard, écuyer, sgr de Brammefan , 2° Marguerite Hérard, mariée à N. de Brissonnet dont un fils.
GABRIEL HOLLLON, sr de la Gouge, (def.) Serait-ce Gouge, commune de Bernac, canton de Villefagnan ?
GABRIEL HOULIER, escuyer, sr de Beauchamps. (def. ) Sans doute Beauchamp, commune de Plassac-Rouffiac, canton de Blanzac.—Houlier de la Pouyade : écartelé, au 1er d’or, à un chêne tigé et feuillé de sinople ; au 2e d’azur, à 3 étoiles d’or, 2 et 1, et un croissant d’argent en pointe ; au 3e fascé de sable (sic) à 3 molettes d’éperon de même ; au 4e d’azur, au chevron d’or, accompagné de 3 poissons d’argent. Gabriel Houlier, échevin de la ville d’Angoulême en 1630, lieutenant particulier et criminel en la Sénéchaussée, fils de Christophe Houlier, sgr de la Pouyade (paroisse de Saint-Yrieix), épousa Charlotte Laîné dont il eut deux garçons : 1° Elie Houlier, maire d’Angoulême, en 1638, sgr de la Pouyade et de Rouffiac, marié à Catherine de Pâris, dame du Cluseau, qui lui donna une fille unique, Marguerite Houlier, mariée à René Voyer de Paulmy, marquis d’Argenson, maître des Requêtes et ambassadeur à Venise ; 2° Gabriel Houlier, sgr de Beauchamp, qui n’eut qu’une fille, mariée dans la maison de Vassoigne à laquelle elle porta cette terre. C’est sans doute de ce dernier Gabriel qu’il s’agit ici. Cette famille est représentée en Poitou, notamment par M. Houlier de Villedieu, marié à demoiselle Olympe de Liniers, du Plessis.
REGNÉ JAY, escuyer, sr du Puypatrop, au lieu de Louis Jay, escuyer, sr de Moutonneau et de Bourdelaye, son père. (OB.) Jay : fascé d’argent et de gueules en ondes, à 7 piles. (sic-M. d’Ag.) — Puypalot, commune de Ventouse, canton de Mansle. — Moutonneau, commune du canton de Mansle. — Bourdelais, commune de Saint-Front, même canton. — Louis Jay avait épousé, en 1604, Marie de Volvire, fille de Louis, sgr du Vivier, et de Nicole Duza.
JACQUES de JERVOISE, escuyer, sv du Breuilh d’Ambourit. (def. ) Il faudrait peut-être lire ici le Breuil d’Ambernac, commune de ce nom , canton de Confolens ?
TOUSSAINCTZ JOUSSEAULME, escuyer, sr d.......et de Cerpoulier. (def.) Jousseaume, sr de Mirau : Parti, au 1er d’azur à 1 pigeon de sable (sic) soutenant une étoile d’or en chef, au 2e fascé d’or et d’azur à 6 piles. Toussaint devait être proche parent et peut-être fils de Samuel Jousseaume, sr de Mirau, échevin du corps de ville d’Angoulême en 1614. — Cerpoulier serait-il pour Serpouillère, commune de Beaulieu, canton de Saint-Claud ?
REGNÉ JOUSSERAND, escuyer, sr de Londigny. (def. ) Londigny, commune du canton de Villefagnan. — Jousserand : d’azur, au chevron d’or, accompagné en chef de deux roses tigées et feuillées de même, et en pointe d’une main fermée soutenant un faucon aussi d’or.
FRANÇOIS JULLARD, escuyer, sr de la Chaslerye. (def.) La Chalerie, commune de Saint-Cybard-le-Peyrat, canton de la Vallette. Il faudrait peut-être lire Juglard, famille représentée en Angoumois, et qui porte : d’argent, fascé de gueules, chargé d’une croix ancrée de sable, et deux lions passants de gueules, un en chef, un en pointe.
FRANÇOIS de JULLIEN, escuyer, sr du Quantet, à la charge quil luy sera fourny d’ayde pour les fraictz et despans de son voyage par le sr Seneschal d’Angoulmoys. (ob.) Probablement François de Julien, marié avec Eymerie Préveraud ; il était fils de Joachim de Julien, et de Marie de Saint-Laurens. — Julien de la Gagnardie (paroisse de Fontclaireau, près Mansle) ; de gueules parti par une flèche d’argent, à dextre, bouclée de même, et, à senestre, un lion d’or, lampassé de même, armé de sable.
CLAUDE de JUSSAS, seigneur baron d Ambleville. (def.) Il était frère aîné de François de Jussac d’Ambleville, célèbre sous le nom de Saint-Preuil, qui fit prisonnier le duc de Montmorency, à Castelnaudary, et fut décapité à Amiens, en 1641, dans sa 40e année. Ils étaient fils de François de Jussac, baron d’Ambleville, lieutenant-général au gouvernement de Saintonge et d’Angoumois, gouverneur de Cognac, chevalier de l’ordre du Roi, etc, et d’Isabelle de Bourdeille. Claude était, en 1655, gouverneur de la tour du Hâvre. — Ambleville, commune du canton de Segonzac. — Jussac, originaire du Berry : d’argent, à 4 fasces ondées de gueules, au lambel de même de cinq pendants.
ETIENNE LAISNE, escuyer, sr de la Couronne, à la charge quil luy sera donné ayde par le sr Séneschal d’Angoulmoys pour luy servir aux d. fraictz du voyage, (def.) Lainé, de la Barde : d’argent, à la fasce de sable, accompagnée de 3 molettes d’éperon de même, 2 et 1. Etienne, sgr de la couronne, était fils de Pierre Lainé , sr de la Barde, et d’Elisabeth Gabard, mariée en 1603. Il avait pour frères 1° Philippe Lainé, sgr de la Barde, marié, 1628, avec Anne Martin ; 2° Elie Lainé, sr de Francherville, marié à Suzanne Horric, 1649 ; 3° François Laîné, sr de Nanclas, issu du second mariage de Pierre avec Jeanne Bernard, marié, 1644, à Jeanne Forestier, dont Isaac Lainé de Nanclas, nommé lieutenant-général des armées du roi, en 1704, et autre François Lainé, sr de Monjourdan. — Cette famille paraît encore représentée en Angoumois.
NICOLLAS de LAMERYE, escuyer, sr dud. lieu, (def.) Sans doute pour l’Emerie ?
FRANÇOIS du LAUX, escuyer sr de Seguimardrye. (def.) Du Lau : d’or, au laurier de 3 branches de sinople et un lion léopardé de gueules brochant sur le fût de l’arbre ; à la bordure d’azur, chargée de quinze (aliàs 18) besans d’argent. Famille représentée à Paris, et en Angoumois par la branche de L’âge-Bâton à laquelle appartient M. du Lau de L’âge-Bâton, marié à dlle de Meyjounissas. Il habite les environs de la Rochefoucauld.
FRANÇOIS du LAUX, escuyer, sr du Breuilh de Marton. (servira.) Le Grand-Breuil, commune de Marthon, canton de Montbron. Armes (ut suprà).
JEHAN de LESMERYE, escuyer, sr de Monchedune et du Breuilh de Touvre, à la charge de luy bailler ayde. (servira, à la charge dayde.) Armes (ut suprà).
PHILIPPES de LESMERYE, escuyer, sr de la Grave, le Breuilh-au-Vigier, denchoizis. (ob). HELLIES RAYMOND, escuyer, sr du Pérat, en sa plasse. Philippe de Lesmerie, marié à Jeanne Raymond ; il était fils de Joseph, et de Catherine de Jousseran, et fut père de Jean de Lesmerie, marié à Catherine Sauvestre de Clisson. Armes : d’argent, à 3 feuilles de chêne de sinople, 2 et 1. La Grave, commune de Cellettes, canton de Mansle, arrondissement de Ruffec. Le Breuil-aux-Vigiers, commune de Bernac, canton de Villefagnan. Raymond : lozangé d’or et d’azur. Le Perat, commune de Marsac, canton de Saint-Amand-de-Boixe.
FRANÇOIS de LESMERYE, escuyer, sr du Breuilh de Touvre, à la charge d’ayde. (alliby.)
CÉZARD de LESTANG, escuyer, sr de Ville-Sigounes et Maignact en la paroisse de Jaudes. (def.) César de Lestang, marié à Claude d’Alloue. Il était fils de Jean de Lestang, et de Félix de Volvire, et fut père de François de Lestang, marié à Marguerite de Pâris. — Magnac, commune de Jauldes, canton de la Rochefoucauld. Sigogne, commune du canton de Jarnac. — Lestang de Rulle : d’argent, à sept lozanges de gueules, 4, 3.
JACQUES DE LEVAL, escuyer, sr. dudict lieu, (OB.)
NOUEL de LEVAL, escuyer, sr de Boisjolly. (ob. servira a la charge dayde). Peut-être Boisjoly, commune de Saint-Laurent de Cognac ?
JEHAN de LIVENNE, filz du sr de Laumont, au lieu dudict sr de Laumont. (ob.) Jean de Livenne, 2e du nom, chevalier, sgr de Laumont (Paroisse de Bignac), de la Toucherolle, des Rivières, de Mérignac, etc., marié, 1629, à Charlotte de Bremond, fille de Josias de Bremond, baron d’Ars, et de Marie de la Rochefoucauld. Il était fils d’autre Jean de Livenne, sgr de Laumont et en partie de Saint-Genis, et de Marie de la Faye de la Toucherolle, et fut père d’Henri de Livenne, chevalier, sgr de Laumont, Clainville, les Rivières, les Brousses, le Breuil-Bastard, Beaupreau, etc., marié, 1650, à Marie du Fossé. Cette famille, sur le point de s’éteindre, n’est plus représentée que par Mme la baronne de la Porte aux Loups, habitant Angoulême. Livenne : d’argent, à la fasce de sable, frettée d’or de six pièces, accompagnée de 3 étoiles de sable, 2 en chef et une en pointe.
HELLIES de LIVRON, escuyer, sr de Barillaud. (def.) Livron de Puividal : fascé en devise d’argent et de gueules à 6 piles, au franc quartier d’argent, au roc d’échiquier de gueules. (Aliàs, 3 fasces au lieu de 6.) Famille représentée en Angoumois. — Barilleau, commune de Salles-la-Vallette, canton de Montmoreau, arrondissement de Barbezieux.
BERTRAND de la LORANSIE, escuyer, sr de la Seguinerye, moyennant quoy JEHAN de LALAURANTYE, escuyer, sr de Charras, son père, sera exempt, (def.) Bertrand de la Laurencie, sgr de Charras et de Seguinac, marié, 1619, à Léonarde Audier, fille de Bertrand Audier, sgr de Montchenil en Périgord, et d’Antoinette de Pourtenc de la Barde. Il était fils de Jean de la Laurencie, sgr de Charras, et de Suzanne de la Garde, et fut père d’Armand de la Laurencie, sgr de Chadurie et des Thibaudières par sa femme, Marie Cladier, lequel continua la branche de Charras. — La Seguinerie, commune de Saint-Amand-de-Montmoreau ; Charras, commune du canton de Montbron. — La Laurencie : d’azur, à l’aigle éployée d’argent, au vol abaissé. Famille représentée.
FRANÇOIS de LUBERSAC , escuyer, sr de la Chandelière : Jehan de Lubersac, son filz, sert en son lieu et plasse, moyennant ayde. (OB.) Lubersac : de gueules, au lion passant d’or. Famille représentée. Il faut lire évidemment Chaudelerie, commune de Saint-Amand de Bonnieure.
ESTIENNE de LUBERSAC, escuyer, sr de la Foucaudye, au lieu et plasse de FRANÇOIS de LUBERSAC, escuyer, sr de Bachères, son père, et de RAYMOND d’ABZAC, escuyer, sr de Poessact, quy luy sont donnés pour ayde. (ob.) Raimond d’Abzac, sgr de la Forest et de Villard en Périgord, 4e fils de Guy d’Abzac, sgr de Villard, et de Louise Brun de la Vallade, fut capitaine d’infanterie dans le régiment d’Épernon, puis capitaine de cavalerie, et épousa, 1° en 1613, Guionne de Singarreau, dame de Pressac en Angoumois, fille de Jean, et de Catherine de Bermondet, laquelle mourut sans postérité et lui laissa la terre de Pressac ; 2° Anne d’Aloüe, fille de Louis, sgr des Adjots en Angoumois, et de Marie de Livenne, dont postérité. — Abzac : d’argent, à la bande d’azur, chargée au milieu d’un besant d’or, et une bordure d’azur chargée de 9 besans d’or. Famille représentée. — Pressac, commune de Saint-Quentin de Chabanais.
LE sr DU MAISNE GROYER. (DEF.) Serait-ce pour Maine-Groger, commune de Charmant, canton de Lavallette ? — On trouve Izaac de Livron, écuyer, sgr du Maisne-Groyer, capitaine au régiment d’Aubeterre en 1643, marié, en 1630, à Esther Fort. Il était fils de Josias de Livron, sgr du Maine-Groyer, et d’Esther Pastoureau.
HENRY MALLEN, escuyer, sr de Seruat. (servira.)
PIERRE de MARCOSSAINCS, servant au lieu de JACQUES de MONTALEMBERT, escuyer, sr de Vaux, (ob.) Marcossaincs ( aliàs Marcossaines, de Puyromain, paroisse de Saint-Cybardeaux) : d’argent, à 3 hermines de sable, 2 et 1. On trouve Pierre de Marcossaines, marié à Valérie de Couvidou ; il était fils de Louis, et d’Angélique Jay.

JACQUES de MONTALEMBERY, chevalier, sgr de Vaux, Plaissac, Chantemerle, etc., marié, 1621, à Françoise de Festiveau, était fils de Robert de Montalembert, sgr de Vaux, Villandry, Chantemerle, Saint-Simon et Plaissac, et de Jeanne de Livenne. — La branche de Vaux s’est éteinte dans Couturier de Fournoue. Montalembert : d’argent, à la croix ancrée de sable.

FRANÇOIS de MARTIN, sr de Fontenelles. (or.)
CHARLES de la MARTONNIE, filz du sr du Groc. (ob. A la charge qu’il servira pour son frère et pour luy.) Est-ce Charles de la Marthonie, marié avec Claude de Saint-Aulaire, et fils de Jacques de la Marthonie, chevalier, sgr de Puyguilhem, de Condac, Villard, etc., et de Marguerite de Mareuil de Villebois ?— Le Groc, commune de Fouquebrune, canton de la Vallette. — La Marthonie, (Mondot de) : de gueules, au lion d’or, (aliàs, le lion armé et lampassé de gueules ou de sable). Cette famille était représentée, il y a quelques années.
GUILLAUME MASSACRÉ, escuyer, sr de Labrégement. ( JACQUES GIGNACT, Sr DU TREUILH, fait le service pr luy.) L’Abrègement, commune de Bioussac, canton de Ruffec. —Massacré : d’argent, à 3 écureuils de gueules tenant une pomme entre leurs pattes, 2 et 1. Aliàs : d’argent, à 3 écureuils de sable.
PIERRE MASSACRÉ, escuyer, s* de La Salle, (contribuera). Armes ( ut suprà ).
Le sr de MAZIÈRES de GENOUILLACT. ( def. ) Genouillac, commune du canton de St-Claud. — On trouve vers cette époque, Jean Perry, sgr de Mazières, marié à Marie Eschallard ; leur fille, Anne de Perry, épouse, 1607, Pierre d’Abzac, sgr de Villard et de Saint-Pardoux-la-Rivière.
PIERRE MÉHÉE, sr de la Vigerie. (def.) Méhée : de sable, à 3 aigles éployées d’argent, 2 et 1.
JACQUES LE MERCYER, escuyer, sr de la Borde et de la Trimouille, (OB.) La Trimouille, commune de Saint-Angeau, canton de Mansle ; la Borde (aliàs la Barde), commune de Saint-Amand de Bonnieure près Mansle. Le Mercier : d’azur, au chevron d’or accompagné d’un croissant d’argent en chef au milieu de deux étoiles d’or, et d’un limaçon d’argent en pointe.
Le sr de MÉRÉ. ( def. )
JACQUES de MERGÉ, escuyer, sr du Chastellard. (def.) (ANGOULESME.) Armes ( ut suprà. )
JEHAN DE MERGEAY, escuyer, sr de Beaulieu et de Chantrezac. (DEF.) Mergey, sgr du Chastelard : d’azur, à la croix potencée d’or, accompagnée d’une croix bezantée de même, en chaque quartier. Beaulieu et Chantrezac, communes du canton de Saint-Claud, arrondissement de Confolens. — Jean était fils d’autre Jean de Mergey, l’auteur des mémoires, et d’Anne de Courcelles, dame de Blanzac ; il épousa Catherine de Raymond du Repaire.
Le sr de MERSY. (def.)
IZAAC MICHAU de MONTJEON, escuyer, sr de Rochefort, et JEHAN MICHAU de MONTJEON, son frère, quy fera le service au lieu et plasse dud. Yzaac son frère, à la charge de luy fournyr dayde suffisant. (contribuera selon son revenu.)
JEHAN de MONTALEMBERT, escuyer, sr de Sers et de Chantemerle. (le sr de FAYE DAUBETERRE pour luy). Jean de Montalembert, chevalier, sgr de Cers, de la Grange et de Chantemerle, lieutenant du roi des ville et château d’Angoulême en 1644, marié, en 1620, avec Charlotte Chesnel, fille de Louis Chesnel, sgr de Cers, et de Catherine de la Tour. Il était fils de Robert de Montalembert et de Jeanne de Livenne, et forma la branche des seigneurs de Cers, représentée en Saintonge et à Paris. — Sers, commune du canton de la Vallette, arrondissement d’Angoulême. Armes (ut suprà).
PIERRE de MONTALEMBERT, escuyer, sr de Sainct-Simon en Reparsac. (ob. pastoureau contribuera). Fils de Guy de Montalembert, chevalier, sgr de Saint-Simon, et de Marguerite de Condran, marié deux fois, 1° à Joachine de Condran, 2° avec Marie Gaillard (1671), il continua la branche de Saint-Simon, éteinte, il y a quelques années, à Saintes, en la personne de M. Justin de Montalembert de Saint-Simon, décédé sans enfants de son mariage avec demoiselle Anna Deschamps de Brèche. — Reparsac, commune du canton de Jarnac.
Le sr de MONTCHAPEAU. (def.)
REGNÉ de MONTFERMY, escuyer, sr de la Motte. (servira, a la charge dayde.) Probablement René, marié à Antoinette Courault, et fils de François de Montfermy, et d’Elisabeth de Massougnes. Il semble avoir eu pour fils, François de Montfermy, sgr de la Barre, marié à Jeanne des Montiers. — Montfermy : d’azur, au lion d’or, armé de sable, et 3 étoiles d’argent en chef. — La Motte, paroisse de Touvre en Angoumois.
Le sr de MONTIGNY et VILLESION. (ob.) Montigny sans doute pour Montigné, commune du canton de Rouillac, et Villesion pour Villetison, commune de Villefagnan ?
CHARLES de MORAILLES, escuyer, sr de Courgeofau.
JEHAN MOREL, escuyer, sr de Tiac. (servira pour ses frères.) Jean de Morel, sgr de Thiac, du Vigier, de Salles et de Nanteuil, fils de Raymond de Morel, écuyer, sgr desdits lieux, et de Jacquette de Raymond, épousa, en 1630, Marie-Madeleine de la Porte, fille d’Isaac de la Porte, écuyer, sgr de Châtillon, Saint-Genis et la Vallade, et de Louise de Pons-Mirambeau. — Morel : écartelé d’or, à 3 fleurs de lis d’azur, et d’argent à l’aigle de sable ; aliàs : d’argent, à l’aigle de sable en bande, écartelé d’or, à 3 fleurs de lis de sable.
HELLIES de MOREL, sr de Puirousseau. (def.)
Le sr de LA MOTTE SAINCT-GENIS, (ob. a la charge de contribution) . Devait être de la famille de Livenne qui possédait, à cette époque, la seigneurie de la Mothe-Saint-Genis ?
FRANÇOIS de NESMOND, escuyer, sr de la Chauvignière, moyennant quoy Philippes de Nesmond, escuyer, sr de Brie, son père, demeurra deschargé du service et contribution. (servira.) (ANGOULESME.) Philippe de Nesmond, lieutenant-criminel et lieutenant-général d’Angoulême, marié à Léonarde Duverdier dont il eut François, sgr de Brie, marié à Marie Laurent. — Nesmond : d’or, à 3 cors de chasse de sinople, liés de gueules. — Brie, probablement Brie-sous-la-Rochefoucauld, canton de ce nom ?
LOUIS ORRICQ, sr de la Baronnière. (DEF.) Horric : d’azur, à 3 boucles d’or. Famille représentée en Saintonge dans la branche de la Rochetollay.
JEHAN ORRICQ, escuyer, sr Dandonne et de la Barre, (def.) Armes (ut supra). La Barre, commune de Villejoubert, canton de Saint-Amand-de-Boixe ? Est-ce Jean, marié à Anne de Mergey, ou son fils, aussi appelé Jean, marié à Louise Laurens ?
PHILIPPES ORRICQ et ses enffans pour leur fief et seigneurie de Courraden. (ung des enfants servira a la charge dayde). Philippe Horric, sgr de la Courade, marié à Jeanne Vinet, paraît avoir eu pour fils, Antoine Horric, sr de la Vallade, marié à Marguerite de La Loubière. — La Courade, commune de Mareuil, canton de Rouillac. — Armes ( ut suprà ).
LOUIS ORRICQ, escuyer, sr de Bourdet. (def.) Armes ( ut suprà.)
Le sr d’OSLAGNE, escuyer, seigneur du fief d’Oslagne. (contribuera pour le fief qu’il a en Angoulmoys.)
DAVID PERREAU, escuyer, sr de Puydomaille. (def.)
JEHAN PERROT, escuyer, sr de la Chauffe, (le sieur de la FAURIE luy aidera).
JEHAN PERRY, escuyer, sr de la Chaufie, tant pour luy que pour sa mère, moyennant la contribution qu’elle luy fera. (OB.) La Chaufie, commune de Pressignac, canton de Chabanais. Perry : d’argent, à deux lions passants de gueules, séparés d’une bande de sable ; deux griffons pour supports et une tête de licorne pour cimier. On trouve Isaac Perry, écuyer, sgr de la Roche-Genouillac, marié vers 1650, à Renée de Verdelin, fille de Jacques de Verdelin, chev. sgr d’Orlac en Saintonge, lieutenant-colonel du régiment de Navarre, enseigne de la compagnie des gendarmes du duc d’Epernon, et d’Antoinette Gréen de Saint-Marsault, sa seconde femme. Elle était sœur de Marie-Guillemette de Verdelin (issue du 1er mariage), mariée, en 1630, à Jean-Louis de Bremond, marquis d’Ars, tué au siège de Cognac en 1651. Cet Isaac Perry fut père d’Antoinette Perry, mariée en 1675, avec David d’Authon, sgr de la Sablière, fils de René, sgr d’Authon, et de Catherine Guy. — La famille de Perry est encore représentée, notamment par M. de Perry, membre du conseil d’arrondissement pour le canton de Cognac, et veuf de demoiselle Guillet de Planteroche.
FRANÇOIS de la PLACE, escuyer, sr de Torsact. (ob.) Torsac, commune du canton de la Vallette.— La Place, originaire du Limousin : d’argent, à 3 glands de sinople, 2 et 1.
Le sr du PLESSIS. (def.) Est-ce un nom de fief ? est-ce un nom de famille ? On trouve du Plessis, de Chaufour : Fascé d’azur et d’or, à 7 piles. (Sans doute pour : d’azur, à 3 fasces d’or.)
CHARLES de POCQUAIRE, escuyer, sr de Cormiand ? (def.) Peut-être Charles de Pocquaire, marié à Gabrielle Arnaud, et qui semble fils de François de Pocquaire, et de Marie de La Chassagne. — Pocquaire : d’argent, à 5 fusées de gueules en fasce. — Il faut sans doute lire du Cormier, commune de Cherves, près Cognac ?
GILLES de POIVRE, escuyer, sr de la Fenestre, à la charge de luy donner ayde. (contribuera selon la valleur de son fief.) On trouve Gilles Poyvre, qualifié sgr de Rodax, et marié, dès 1628, à Esther de Livron, fille de Josias de Livron, sgr du Maine-Groyer, et d’Esther Pastoureau d’Ordières.
PONS de PONS, seigneur de Bourg-Charante. (contribuera.) Pons de Pons, marié à Elisabeth de Puyrigaud, dame du Bois de Chermans, fille de Jean de Puyrigaud, sgr du Bois de Chermans, et de Suzanne de Gombaud-Champfleury. Il était fils d’autre Pons de Pons, sgr des Brosses et de Bourg-Charente, et de Cécile de Durfort-Civrac. Pons : d’argent, à la fasce bandée d’or et de gueules de 6 pièces. — Bourg-Charente, commune du canton de Segonzac. — Suivant quelques auteurs, la maison des anciens sires de Pons serait encore représentée.
YZAAC de la PORTE, escuyer, sr de Sainct-Genis, Chastillon et la Vallade. (def.) Isaac de la Porte, fils de Pierre de la Porte, sgr de Châtillon, gentilh. de la chambre du Roi Henri IV, et de Jacquette de Livenne, dame de Saint-Genis, épousa, 1603, Louise de Pons, fille de Jacques, baron de Mirambeau, et de Marie de la Porte, dont il eut, entre autres enfants, Jacques de la Porte, sgr de Saint-Genis, marié à Catherine de Morel, en 1613. Isaac se remaria avec Jacquette de Raimond, veuve de Raimond de Morel de Thiac, et n’en eut point d’enfants. La Porte aux Loups : d’azur, à la fasce componée d’or et de gueules, accompagnée de deux loups passants d’or, l’un en chef et l’autre en pointe. La maintenue d’Aguesseau donne : d’azur fascé d’or et de gueules à 6 piles, à 2 renards d’or passants, l’un sur l’autre, en pointe. Famille représentée en Angoumois et en Poitou. Saint-Genis, commune du canton d’Hiersac.
YZAYE de la PORTE, escuyer, sr de Florac, de Vairs et de la Tourvert. (servira ou baillera ung cheval légier). Fleurac, commune du canton de Jarnac ; Vairs, peut-être pour Vars ? Cet Izaye ne figure pas dans la généalogie de la Porte, rédigée par M. de Chergé en 1857. C’est peut-être le même qu’un Isaac de la Porte, sgr de Fleurac, et marié à Marie Petillaud, qui ne se rattache pas non plus à la filiation générale. — Il semble être fils de Samuel de la Porte, sgr du Bois-de-Ret, et d’Elisabeth Perreau.
CHARLES POUSSARD, seigneur de Lignières. (def.) Charles Poussard, chevalier, sgr de Fors, Bazôges, Anguitard, Lignières, gentilh. ordinaire de la chambre du Roi, marié, 1581, avec Esther de Pons, dame du Vigean, fille de François de Pons, baron de Mirambeau, et de Madeleine du Fou. Il était fils d’autre Charles Poussard, sgr de Fors, de Saint-Trojan et de Lignières, et de Marguerite Girard de Bazôges. Famille éteinte. — Lignières, commune du canton de Segonzac. — Poussard : d’azur, à 3 soleils d’or.
HENRY de PRESSAC, escuyer, sr de Chenaux, (def.) Pressac : d’azur, au lion d’argent, couronné d’or, lampassé de gueules, et 8 losanges d’or en pal, 4 à droite, 4 à gauche. — Est-ce Chenaud, commune de Garât, ou Chenaud, commune de Mouthiers ? — Famille représentée. Peut-être Henri, marié en 1657 à Catherine d’Israël ? Il était fils de Gédéon de Pressac de Lioncel, baron de l’Isle, et de Marie de Pons.
REGNÉ PRÉVOST, escuyer, sr de Moullins (a la charge de contribution.) Sans doute de la famille des Prévost de Sansac ?
PIERRE RÉGNAUD, escuyer, sr de Seix et Louis Regnaud, sr des Pallus, son frère, pour ayde. (ob.) Probablement Pierre Régnaud, écuyer, sgr du Maslandry, des Arcailz, etc., marié à Marie de la Borderie, dont il eut Jean-Louis Régnaud, écuyer, sgr du Maslandry, marié à Louise Guy de Ferrières. Régnaud : d’azur, à 3 pommes de pin d’or. La maintenue d’Ag. donne les pommes de pin d’argent. Au lieu de Seix, il faut lire sans doute Scée, commune de Vars, canton de Saint-Amand-de-Boixe.

NDLR : message posté sur le site, le 23/12/07, à propos de cette famille :

Commentaire : Il ne s’agit pas de Pierre Régnaud du Maslandry et les armoiries sont erronées (ce sont celles des Regnauld de Villognon).

En fait, il s’agit de Pierre Regnauld, écuyer, seigneur de Scée, maréchal des logis de la noblesse d’Angoumois lors de ce ban de 1635 et de son frère Louis, écuyer, seigneur des Pallus, tous deux fils d’Abel Regnauld, écuyer, seigneur de Scée, Sallebrache, etc. et de Marie de Ballue (mariés le 2 mai 1585). Il s’agit d’une branche cadette des Regnauld de la Soudière.

Armes : d’argent à deux fasces de gueules accompagnées de six merlettes de sable, posées 3, 2, 1. Cf. Eric Percy-Marinier, HISTOIRE ET GENEALOGIE DE LA MAISON DE REGNAULD DE LA SOUDIERE, PSR éditions, 1995.

THÉODORE RÉGNAUD, escuyer, sr de Villeneufve. (ob. a la charge d’ayde). Sans doute le même que Théodore Regnaud, sgr de Villeneuve et de Poursac, qui rend un aveu à l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, le 18 mai 1656. — Armes (ut suprà). — Villeneuve, commune de Poursac, canton de Ruffec.
PIERRE RÉGNAUD, escuyer, sr de la Fayolle. (donne par contribution aud. Sr de PONLEVIN.) Pierre Régnaud, sgr de Torsay et de la Fayolle, fils de Louis Régnaud, sgr de la Fayolle, et d’Anne d’Asnières (aliàs d’Assier) , épousa 1° en 1635, Esther Pastoureau ; 2° Rébecca Berland, et paraît n’avoir laissé de son premier mariage qu’une fille, Esther Régnaud, mariée, en 1650, à Charles de Gourjault, sgr de Bessé. — Régnaud : d’azur, à 3 pommes de pin d’or ou d’argent. — La Fayolle, commune du Vieux-Ruffec, canton de Ruffec.
REGNÉ RÉGNAUD, escuyer, sr de Villognon et de Puyperoux. (ob. contribuera.) René, fils de Pierre Regnaud, sgr de Villognon, et de Françoise Mounier, dame de Puyperoux, épousa, en 1575, Philippe de Goret ; il devait être âgé, en 1635, d’environ 80 ans, circonstance qui explique comme quoi il ne pouvait guère satisfaire au ban que par contribution. — Villognon , commune du canton de Mansle. — Armes (ut suprà).
YZAAC RENOUARD, escuyer, sr de Servolles, moyennant quoy Pascal Renouard, son frère, en demeurra deschargé. (OB. A la charge dayde). Isaac Renouard, fils de Paschas (Pascal ?) Renouard, sgr d’Armelles, et d’Esther de la Saumière, épousa Louise le Coq dont il eut Henry Renouard, sr de Chemellières, marié avec Marie de Sens (ou de Feus ?).

Servolle, peut-être en Montignac-le-Coq, commune du canton d’Aubeterre ? — Renouard : d’argent, à 3 fasces de gueules frettées d’or.

LOUIS RESNIER, escuyer, sr des Planches Vauzon. (def.) Est-ce Louis, sgr de la Planche et de Vaujompe, mort en 1656, et marié, en 1611, à Noémi de Buor ? ou son fils, également appelé Louis Régnier, sgr de la Planche et de Vaujompe, mort en 1652, et marié, 1639, à Jeanne Bretinaud, fille de Jean, sgr de Plassay et de Pampin, baron de Saint-Surin et de Tonnay-Boutonne, et de Françoise Buhet, sa seconde femme ? — La Planche, en Poitou ; Vaujompe, commune de Saint-Sulpice, canton de Cognac. — Régnier : d’argent, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or ; aliàs : écartelé d’argent, à 4 lions de gueules, armés et lampassés de même.
LUCIEN de RESSAC, escuyer, sr de la Forest. (servira, a la charge d’ayde.)
ODET RESTIER, escuyer, sr de la Faye et de la Taillandie. (servira pour luy et le Sr de CERS). La Taillandie, commune de Bonnes, canton d’Aubeterre. — Restier : d’azur, à 5 bandes ondées d’or.

[NDLR : Précisions apportées par un visiteur, le 23/01/2008 - Odet Restier. Il était le fils de Louis Restier, écuyer, seigneur de la Faye et de la Taillandie. Il avait épousé, avant le 17 août 1633 Marie Regnauld, fille d’Abel Regnauld, écuyer, seigneur de Scée (Vars, 16) et de Marie de Ballue. "Pour le Sr de Cers" : peut-être faut-il lire Scée, il s’agirait alors de son beau-père Abel Regnauld, absent, mais dont les deux fils Pierre et Louis figurent à ce ban.

GUILLEAULME RESTIER, escuyer, sr de la Traversie, à la charge quil se pourvoira par devers le sr seneschal pour luy estre donné ayde. (contribuera.) Sans doute Guillaume Restier, sgr de la Traversière, marié à Renée d’Ansigny. Il était fils de Rolland Restier et de Marie Moreau, et père de David et Jacques Restier. — Faut-il lire la Traverserie, commune des Essards, canton d’Aubeterre ? — Armes (ut suprà).
JEHAN de la ROCHEFOUCAULT, escuyer, seigneur de Roissact. (def.) Roissac, commune de Gensac, canton de Segonzac. — La Rochefoucauld : Burelé d’argent et d’azur, de dix pièces, à 3 chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé. — Ce Jean ne figure pas dans la généalogie de la maison de La Rochefoucauld ; il devait être fils d’Isaac, sgr de Roissac, Marville, Gensac, Chevalon, etc., et de Jeanne de Pons, mariée en 1605, et fille de Jacques de Pons, sgr de la Case, et de Judith de Montberon.
JACQUES de la ROCHEFOUCAULT, escuyer, seigneur de Salles et Genté. (ob.) Fils de Gaston de la Rochefoucauld, sgr de Salles, et de Charlotte de la Rochefoucauld (de la branche de Chaumont), il épousa Marie du Fossé dont il paraît n’avoir laissé qu’une fille, Charlotte de la Rochefoucauld, dame de Salles, mariée à Alexandre de Galard-de-Béarn, comte de Brassac. — Salles, commune du canton de Segonzac ; Genté, commune du même canton.
FRANÇOIS de la ROCHEFOUCAULT, escuyer, sr d’Orbe, Maulmont et Darou. (ob. son filz servira.) (ANGOULESME.) François de la Rochefoucauld, sgr d’Orbe, Chassenet, Maumont, Magnac, Barros, gentilh. ordinaire de la chambre du Roi, chevalier de son ordre, fils de Louis, sgr de Bayers, et d’Angélique Gillier, épousa 1° en 1607, Bertrande des Aages, dame de Magnac, Rouelle et Maumont, fille de François, seigneur des mêmes fiefs, et de Renée des Aages. 2° N... de Réaux, fille d’un avocat du Roi à Angoulême. De ce dernier mariage, une fille unique, et du premier, deux fils dont l’aîné, Pierre de la Rochefoucauld, continua la branche dite de Maumont. — Maumont, commune de Magnac-sur-Touvre, canton d’Angoulême.
HELLIES ROUSSEAU, escuyer, sr de la Mercerye. (servira ou fournira ung cheval legier.) La Mercerie, commune de Magnac, canton de la Vallette. — Famille représentée en Angoumois , notamment par M. Prosper Rousseau de Magnac, fils de Nicolas-Prosper Rousseau de Magnac et de dlle de Livron de Puividal, et petit-fils d’Etienne Rousseau, chevalier, sgr de la Mercerie et de Magnac, et de Suzanne-Rosalie de Montalembert de Cers. M. Prosper de Magnac a épousé, en 1833, dlIe Lucile Bermondet de Cromières, fille du Marquis de Cromières et de dlle Tryon de Montalembert, et en a eu au moins un fils, Prosper Rousseau de Magnac, né le 30 Janvier 1836. Rousseau : d’azur, à une (eau) d’argent en pointe, surmontée de 2 oies de même et de 2 roseaux d’or.
FRANÇOIS du ROUSSEAU, escuyer, sr de Ste-Catherine, à la charge d’ayde. (sert pr le sr de RANCOUGNES et VILLARS-MARANGE. ) Du Rousseau, des granges : de gueules, au chevron d’argent, accompagné de 3 besans de même, 2 et 1, au chef d’argent chargé de 3 losanges de gueules. François appartenait probablement à la branche de Ferrières qui semble être encore, représentée en Angoumois.
CLAUDE DES ROUZIERS, escuyer, au lieu et plasse de Philippes d’Acier, son oncle, escuyer, sr des Brosses, (OB.) (a.) Des Roziers, sgr de la Cour : d’argent, à 3 roses de gueules, tigées et feuillées de sinople, 2 et 1. — Cette famille qui aura peut-être modifié l’orthographe de son nom, doit être la même que celle de MM. du Rousier, habitant encore aujourd’hui la commune de Saint-Maurice, canton de Confolens, où est située la terre de la Cour ?

D’Acier (aliàs d’Assier), sgr des Rrosses : Burelé d’argent et de gueules … de 9 merlettes, 3, 3, 2 et 1. Les Brosses en ladite commune de Saint-Maurice des Lions.

FRANÇOIS des RUAUX, escuyer, sr du Puydorion, fils d’aultre François des Ruaux, escuyer, sr de Moussac. ( ob ). Probablement François de Voyon, sr des Ruaux, de la même famille que le précédent.
HENRY de RUSPIDE, escuyer, servant au lieu de Jehan Ruspide, escuyer, sr de la Bussière, son père. ( ob. ) (ANGOULESME.) Sans doute la Bussière, commune de Mouthiers, canton de Blanzac ? — Ruspide : d’azur, à deux épées d’argent posées en chevron, accompagnées de 3 têtes de lion d’or, lampassées de gueules, 2 et 1.
Le sr de SAINCT-AUBAIN. (def.) Sans doute Saint-Aubin, commune de Villejésus, canton d’Aigre ?
LE sr de SAINCT-HERMINE et du FA. ( def. ) (ANGOULESME.) Est-ce Hélie, chevalier, sgr du Fâ et de la Laigne, marié, 1607, à Izabeau de Polignac, ou Joachim, son fils, sgr du Fâ et de Saint-Laurent, colonel d’un régiment d’infanterie, qui épousa, 1635, Anne de Polignac, fille de Louis, baron d’Argence ? — Sainte-Hermine : d’hermine plein ; aliàs, d’argent, à 6 hermines de sable, 3 et 3. (M. d’Ag.) Famille représentée en Poitou et en Angoumois.
FRANÇOIS de SAINCT-LAURENS, escuyer, sr de Feuillades. (def.) Saint-Laurent : d’azur, semé de fleurs de lis d’or, à un lion de gueules, couronné de même, lampassé d’or.
Le sr de SAINCT-MESME. ( contribuera. ) Saint-Même, commune du canton de Segonzac. — Geoffroy de Culant, sgr de Ciré, Saint-Mesme, le Grolet, etc., fils d’Izaac de Culant, sgr des mêmes lieux, et de Marguerite de Blois-Roussillon, épousa, 1633, Jacquette Méhée, dame d’Anqueville, et continua la filiation des sgrs de Ciré en Aunis, et d’Anqueville en Angoumois. — Culant : d’azur, au lion d’or, Vécu semé d’étoiles de même, au lambel de gueules. Famille éteinte.
SALLOMON GUY, escuyer, sr de Ferrières et de Pontlevin, et BERTRAND GUY et JOSEPT GUY, ses frères, moyennant quoy, PIERRE VIGNAUD, sr de Torsaye, est donné pour Ayde audit Bertrand Guy quy servira, (ob. Bertrand GUY). Salomon Guy, marié à Jeanne Martin ; il semble fils de Roch Guy, et de Marguerite Comaudin (Couraudin ?). On trouve aussi Bertrand Guy, sr de Ferrières, marié à Marguerite de Poermont (sic). — Guy : d’argent, à 3 boucles de gueules, 2 et 1, au chef d’azur. Ponlevin, commune de Champmillon, canton d’Hiersac ; Ferrières, commune de Mainzac, canton de Montbron.

Torsaye peut-être pour Torsac, commune du canton de La Vallette ? Pierre (du) Vignaud devait être de la famille Couraudin ?

FRANÇOIS de SENS, escuyer, sr de Champeranbaud. ( def.)
Le sr de SIRAN. (def.) On trouve Siran, sr du Port en Saint-Thomas de Cosnac (Saintonge) : d’azur, au lion d’or, armé et lampassé de gueules.
JEHAN de TALLERANT de GRIGNAUX, escuyer, sr de Puydevelle. (servira tant pour luy que pr le sr de FLAGEOLLE , son beaupère , et luy donne ayde.) Talleyrand : de gueules, à 3 lions d’or, armés, lampassés et couronnés d’argent, 2 affrontés, 1 en pointe.
REGNÉ du TEILH, escuyer, sr de Montre ? au lieu de Simon du Teilh, son père, escuyer, sr de la Court-Sainct-Cristophe.(OB.) Du Teil, sgr de Saint-Christophe (près Confolens) : d’or, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’argent, au chef d’azur, aliàs : de gueules, au lion d’argent, armé de sable, au chef cousu d’azur chargé d’une couronne d’argent. — René du Teil, écuyer, sgr du Montet, marié à Catherine Dreux. Il était fils de Simon du Teil, écuyer, sgr de Saint-Christophe, et d’Anne Vérinaud.
FRANÇOIS du TEILH, filz de Louis, moyennant quoy ledit Louis demeurra exempt, (def.) Armes (ut suprà).
LIONNET THOUMAS, escuyer, sr de la Barrière, sera donné aide, (OB.) Probablement la Barrière située en la commune de Saint-Quentin, canton de Chabanais ? Thomas de Lézignac : d’or, au cœur de gueules, une étoile d’azur en chef et une croix raccourcie du même en pointe. Cette famille, sans doute la même que celle des Thomas des Maisonnettes, de Montgoumard, etc, qui a donné aux lettres plusieurs personnages distingués, entre autres, le célèbre Thomas de Girac, l’ami de Balzac, est encore représentée en Angoumois par M. Thomas de Bardines.
JEHAN-LOUIS de THOYON, escuyer, sr dudict lieu, (def.) Thoyon (ou Toyon) : d’azur, à la fasce d’argent, accompagnée de 3 têtes d’homme d’or, 2 en chef et 1 en pointe. Famille représentée en Saintonge.
JEHAN TIBAUD, escuyer, sr de Champlorier. (OB.) Champlaurier, commune de Mouzon, canton de Montembœuf.
Le sr de la TOUCHERONDE. (ob. en contribuant).
REGNÉ de la TOUR, escuyer, sr de Sainct-Fort. (def.) René de la Tour, chevalier, sgr de la Ferrière, baron de Saint-Fort-sur-Ney, gentilh. ordinaire de la chambre du Roi, fils de François de la Tour, sgr de la Ferrière et de Saint-Fort-sur-Ney, épousa Marie Vinsonneau, dame de Bouthiers, d’Angeac-Champagne, du Sollanson et de Fougères , fille de Jean Vinsonneau, écuyer, sgr de la Péruse et de Tillou, gendarme de la compagnie du duc d’Épernon, et de Jeanne Geoffrion, sa seconde femme. Il n’eut qu’un fils, Léon de la Tour, mort sans alliance en 1661, le dernier de sa maison, et deux filles : l’aînée, Marie de la Tour, épousa (1662) Jacques de Bremond, marquis d’Ars ; la cadette, aussi appelée Marie de la Tour, se maria deux fois, 1° à Jean-Louis de Verdelin, sgr du Fresne, 2° en 1660, à Louis de Saint-Orens. — Saint-Fort, commune du canton de Segonzac. — La Tour : d’azur semé de fleurs de lis d’or, à la tour d’argent maçonnée et ajourée de sable.
JEHAN TURPIN, escuyer, sr du Puy-Faure, tant de son chef que pour JACQUES TURPIN, escuyer, sr de Joué, son frère. ( ob. servira. ) Ils étaient fils de René Turpin, chevalier, sgr de Jouhé, la Bataille et Ardilleux, et de Madeleine Turpin, dame de Puyferrier. Jacques, l’aîné, qualifié chevalier del’O. du Roi, baron d’Ardilleux, sgr de Jouhé, Puyferrier, la Tour de Raix, etc., épousa, 1629, Jeanne Sochet, fille de Nicolas Sochet, écuyer, sgr de Villebouin et de la Charroulière, pair et échevin de la ville de Poitiers, et de Jeanne de Sainte-Marthe, seule fille de Scévole de Sainte-Marthe ; Jean, son frère cadet, qualifié chevalier, sgr de Puyferrier et de Bouin, épousa en 1645, Marie Tessereau, sœur de Louis Tessereau, écuyer, sgr de Précigny, fille de Pierre, écuyer, sgr de Vrat et de la Guichardière, et de Gabrielle de Lage ; il en eut au moins un fils : Jacques Turpin, chevalier, sgr de Bouin, marié, 1670, avec Françoise Normand de la Tranchade. — Turpin de Jouhé : d’azur, à 3 besans d’or. Cette ancienne maison est encore représentée à Saintes et à Paris, notamment par M. le vicomte Louis de Turpin de Jouhé, marié à Versailles, 1861, à dlle Isabelle-Jacqueline, baronne de Tuyll de Serooskerken , d’une des plus illustres familles de Hollande, désignées par la qualification des 4 grands colliers. — Puyfaure pour Puyferrier ; Jouhé, paroisse de Pioussay, près Ruffec.
PHILIPPES de VASSOUGNES, escuyer, sr de la Forest d’Ortes. (FRANÇOIS DE VASSOUGNE, son filz, servira.) La Forêt d’Horte, commune de Grassac, canton de Montbron. —Vassoigne : d’or, au lion de sable, couronné de même, et trois souches d’arbre aussi de sable, 2 et 1. Aliàs : d’or, au lion couronné de sable, armé et lampassé de gueules. — Famille représentée en Angoumois.
FRANÇOIS de VASSOUGNES, escuyer, sr de la Brechenie. (def.) La Brechenie, susdite commune de Grassac.
Le sr de VENS. (def.)
AIMET VERNANT, escuyer, sr des Housches-Fontenelles. (ob. servira, à la charge d’ayde.) Il faut lire Vernou, de la Fontenelle : d’azur, au croissant contourné d’argent. Amet devait être fils ou frère de Joachim de Vernou, sgr de la Fontenelle et du Colombier, et de Marie-Françoise de Thury. — Famille représentée dans la branche de Bonneuil.
REGNÉ DE VEZEAU , escuyer, sr de la Gèze de Chasse-Neuilh, exempt moyennant que Yzaac Nerier, escuyer, sr de Maquerit quy na aulcung fief, a comparu pour servir au lieu dud. de Vezeau avecques le mesme esquipage quil heust faict. Geoffroy de Chergé, sieur de Grand-Champ, sert en sa place. Chasseneuil, commune du canton de Saint-Claud, arrondissement de Confolens. — Geoffroy de Chergé était fils de Cybard de Chergé, écuyer, sgr dudit lieu de Chergé, et d’Elisabeth de Montalembert. Il paraît s’être fixé plus tard en la paroisse de Saint-Aubin-la-Plaine près Fontenay-le-Comte, en Bas-Poitou. Cette famille est représentée à Angoulême et à Poitiers ; elle porte : d’azur, à la fasce d’argent, chargée de 3 étoiles de gueules.
FRANÇOIS de VEZEAU, escuyer, sr de Rancougnes, avec le sr de Villars-Marange, fourniront ung cheval legier.
PIERRE VIDAUD, escuyer, sr de Cheminade. (DEF.) Vidaud, sgr du Chambaud (paroisse de Saint-Maurice ?) : d’azur, tranglé d’or, à 3 fleurs de lis en chef, et un lion passant de même, en pointe. Famille représentée par MM. Vidaud du Dognon. — La Cheminade, commune de Saint-Maurice.
AUDON VIGIER, escuyer, sr de la Poupadrie. (def.) Il devait être fils ou frère d’Henri Vigier, sgr de la Poupardie, marié à Louise des Escos (aliàs Louise des Champs). — Vigier de Rouffiac et de la Poupardie : d’azur, à 3 fasces d’argent. Aliàs : d’argent, à 3 fasces de gueules.
JACQUES VIGIER, escuyer, sr de Luchet. (def.) Jacques Vigier, sgr de Luchet, fils de Jean Vigier, sgr de Luchet, de Ségeville, etc. et de Claire de Beaumont-d’Usseau, épousa Renée de Fournoux, fille et unique héritière de Philibert de Fournoux, et de Jeanne de la Tousche, sgr et dame de Chastelars , de Passirac, de Bouresse et de Guizengeard. Il en eut Françoise Vigier, dame desd. lieux, mariée à Charles de Larmes, marquis de la Rochechalais, baron de Cuzac et Cuzaguais, dont deux filles : 1° Lydie de Lannes, mariée à Léonor de la Rochefoucauld, marquis de Roissac ; 2° Sylvie de Lannes, mariée à Gaspard de la Tour-Gouvernet. Vigier (ut suprà).

Luchet, commune de Criteuil, canton de Segonzac.

PAUL VIGIER, escuyer, sr de la Motte-Feuillade. (def.) La Mothe, commune de Feuillade, canton de Montbron.
JOSEPH de VILLEDON, escuyer, sr de Ronsenact, Malleberchie et Pierrefons, (def.) Villedon de Malberchie : d’argent, fascé de gueules en ondes, à 7 piles. (M. d’Ag.). Aliàs : d’argent, à 3 fasces ondées de gueules. — Ronsenac, commune du canton de la Vallette ; Malberchie, commune de la Vallette ; Pierrefons peut-être pour Perfont, commune de Boisbreteau, canton de Brossac ? — Famille représentée en Poitou et à la Rochelle.
Le sr de VILLEMONT. ( def. ) On trouve Philippe de Jaucourt, sgr de Villarnoux, baron de la Forêt-sur-Sèvre, qualifié aussi marquis de Villemont, vers 1674. — Jaucourt : de sable, à 2 léopards d’or. Famille représentée.
RÉGNAUD de VILLENEUFVE, sr duMontet, à la charge de luy fournir ayde. (def.)
JEHAN de VOLLUIRE, seigneur du Vivier, (def.) Jean de Volvire, chevalier, sgr d’Aunac, du Couret, de Mortaigne, etc.., marié, 1639, à Marie d’Estivalle. Il était fils de Charles de Volvire, sgr du Vivier, et de Jeanne Bouchard d’Aubeterre, mariée en 1618. Jean ne pouvait donc pas avoir plus de 16 ans, en 1635, ce qui expliquerait peut-être le défaut. Il avait un oncle appelé aussi Jean, marié, 1627, à Marie du Bois, mais il ne paraît pas qu’il ait été sgr du Vivier-Jusseaud. Volvire : burelé d’or et de gueules de 10 pièces.
CHARLES des VOUSTES, sr de Lisle. (def.)
BERTHOULME de VOYON, escuyer, sr de Roumefort, à la charge dayde. (ob.)
JEHANS de XANS, escuyer, sr de Castandiat. (def.) Il faut lire sans doute Xambes, commune du canton de Saint-Amand de Boixe

[NDLR - Correctif apporté par un visiteur du site : X : il s’agit de Jehan de XANS seigneur de Gastaudias à Saint-Paul-Lizonne en Dordogne.

LOUIS de XANS, escuyer, sr de la Court, (ob.) [NDLR : idem - Louis de XANS seigneur de la Tour et Cour de Blanzaguet]

Le Roole des Nobles comparans ou deffaillans sellon quil est cy dessus employé, a esté audiancé en la manière accoutumée, en prézance du dict seigneur d’Ars et des gens du Roy, dont a esté baillé au dict seigneur d’Ars le présant double. A Angoulesme, le second jour de septembre mil six cens trante cinq.

Signé : A. GANDILLAUD. Ph. ARNAULD [2]. LAMBERD [3]. F. POUMET [4].


Définition du ban et arrière-ban par l’Encyclopédie


BAN & ARRIERE-BAN, (Art milit. & Hist. mod.) mandement public adressé de la part d’un souverain à ses vassaux, de se trouver en armes à un rendez-vous pour servir dans l’armée, soit en personne, soit par un certain nombre de gens de pié ou de cheval qui les représentent, à proportion du revenu ou de la qualité de leurs fiefs.

Le ban se rapporte aux fiefs, & l’arriere-ban aux arriere-fiefs, selon quelques-uns : mais d’autres croyent que le ban est le service ordinaire que chaque vassal doit selon la nature de ses fiefs ; & que l’arriere-ban est un service extraordinaire que les vassaux rendent au roi ; d’autres qui font venir le mot d’arriere-ban, de heri-bannum, proclamation du maître ou seigneur, pensent qu’on ne doit mettre aucune distinction entre ban & arriere-ban.

Quoi qu’il en soit, ces assemblées de vassaux convoqués par leurs seigneurs sur les ordres ou à la réquisition du roi, ont commencé en France dès le tems des rois de la seconde race, & il en est fait mention dans les capitulaires de Charlemagne : mais elles ont été plus fréquentes sous les rois de la troisieme race. Car on trouve dans la chambre des comptes plusieurs rôles pour le ban & l’arriere-ban, datés des années 1216, 1236, 1242, 1253, & 1272. Il paroît par le dernier, que les seigneurs fieffés cités par Philippe-le-Hardi, devoient se trouver à jour préfix à Tours, avec un certain nombre de cavaliers & de fantassins, dont les uns alloient à leurs dépens, les autres étoient défrayés ; & ceux qu’on dispensoit du service, s’en rédimoient par une somme d’argent ou une certaine quantité de fourrage. Depuis ce prince jusqu’à François I. on trouve encore plusieurs convocations & rôles du ban & de l’arriere-ban ; dans lesquels, outre les seigneurs laïques, sont aussi compris les archevêques, évêques, abbés, prieurs, chapitres, les maires, consuls & échevins des villes. Les ecclésiastiques étoient obligés d’aller ou d’envoyer au ban & arriere-ban, à cause des fiefs qu’ils possédoient. Lorsqu’ils y alloient eux-mêmes, ils combattoient en personne ; témoin ce que Monstrelet raconte de Pierre de Montaigu archevêque de Sens, & Matthieu Paris, de Philippe de Dreux évêque de Beauvais, qui portoient la cuirasse & combattoient comme les seigneurs & barons.

Dans la suite, les ecclésiastiques ont été dispensés du ban & arriere-ban par plusieurs lettres patentes, & entr’autres par un acte du 29 Avril 1636, entre Louis XIII. & le clergé de France, moyennant certaines subventions que le clergé a promis de payer au roi dans les besoins de l’état. Les rois de France ont aussi exempté de ce service les bourgeois de plusieurs villes de leur royaume, les officiers du parlement de Paris, les secrétaires du roi, & autres personnes privilégiées.

Autrefois l’assemblée du ban & de l’arriere-ban se faisoit par des seigneurs de la premiere distinction appellés missi dominici, envoyés ou députés du souverain ; ensuite par les bannerets sur les ordres du roi ou du connétable. Depuis le roi a adressé ses lettres aux sénéchaux & aux gouverneurs de province. En 1674 & en 1689, Louis XIV. ordonna à tous les nobles, barons, chevaliers, écuyers, & autres non nobles, communautés & autres vassaux, de se trouver en armes au jour & au lieu qui leur seroient désignés par le gouverneur & lieutenant général de sa majesté en leur province, pour aller joindre le corps des troupes sous la conduite du chef qui seroit choisi d’entre eux, afin de les commander suivant la forme accoûtumée. De la Roque, traité du ban & arriere-ban. Voy. NOBLESSE. (G)

Cette milice étoit assez bonne du tems de Louis XI. parce qu’il s’en servoit souvent : elle commença à dégénérer du tems de Louis XII. & de François I. & elle tomba encore davantage sous Henri II.

On n’a point assemblé l’arriere-ban en France depuis 1674. M. de Turenne ne fut point content de cette milice, qui ne se conduisoit pas avec le même ordre & la même obéissance que les troupes reglées. (Q)


[1Défaillant. On compte dans ce document 95 défaillants, sur 230 assignés. Le défaillant s’exposait - en théorie - à la saisie de son fief, et à l’interdiction de porter armes à jamais.

[2Philippe Arnaud, sr de Chalonne, premier avocat du Roi au Présidial d’Angoulême, maire de cette ville en 1639, sous-maire en 1641, maire de nouveau en 1655. Son frère, Pierre Arnauld, conseiller de l’hôtel-de-ville en 1653, a continué la postérité des srs de Chalonne et de Bouex.

[3Est-ce François Lambert, sr des Andreaux et de Lugeac, avocat du Roi, marié à Catherine Meunier, ou l’un de ses fils : Jean Lambert, sr des Andreaux, Procureur du Roi, et Guillaume Lambert, Président de l’Élection, marié à Jeanne Daniaud ?

[4François Pommet, avocat du Roi, maire d’Angoulême en 1641.

Vos commentaires

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1610-1643 Louis XIII - 17e siècle - Ban et arrière-ban - Noblesse - Province Angoumois -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1587 - Conférences de Saint-Brice (16) : Henri de Navarre va-t-il craquer ?

2.  1542 - 1585 - De quel bois se chauffent les seigneurs de Brie ?

3.  1199 - Abbaye de Fontdouce - Bernard de Chaboac et son fils Ramnulphe lui donnent des terres

4.  1723 - Le couvent des Minimes de Châteauneuf (Charente)

5.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 15ème siècle - 1400-1449 - Table chronologique des sources


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 16ème siècle - 1500-1549 - Table chronologique des sources

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1743 - Le commerce des étoffes à la Foire de Bordeaux

5.  1880 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - T VIII


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux