Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Hommes et femmes de notre histoire » Grandes familles » Sainte-Maure / Montausier » 1644 - Erection du Marquisat de Montausier en Duché et Pairie de (...)

1644 - Erection du Marquisat de Montausier en Duché et Pairie de France

en faveur de Messire Charles de sainte Maure

D 30 octobre 2018     H 17:55     A Pierre     C 0 messages     A 4 LECTURES


Devenir Duc et Pair de France c’est, pour un noble et sa famille, l’Olympe des distinctions honorifiques. Et quand le Roi vous appelle "mon Cousin", c’est le bonheur absolu. Charles de Sainte-Maure y parvient, au terme d’une histoire familiale qui commence en Touraine en 1007.
Un bonheur de courte durée pour cette famille puisque, faute de descendance mâle, le titre tombe en quenouille à la génération suivante.

L’intérêt de ce texte c’est sa lecture au second degré, pour découvrir les ressorts utilisés par la royauté pour susciter la fidélité des meilleurs éléments, y compris ceux qui ont pu commettre quelques écarts, par exemple d’avoir été protestants, et membres de la Fronde, comme Charles de Sainte-Maure.

Nous publions aussi sur Histoire Passion la généalogie de la famille de Sainte-Maure, rédigée en 1730 par le Père Anselme.

Source : Histoire généalogique et chronologique de la Maison Royale de France, des Pairs, grands officiers de la Couronne, etc. - Père Anselme - Tome V - 3e éd° - 1730 -Google livres.

Voir en ligne :

MONTAUSIER. DUCHE-PAIRIE

D’argent à la face de gueules.

La Baronie de Montausier dans l’Angoumois, passa dans la Maison de sainte Maure l’an 1325. par le mariage de GUY de sainte Maure Chevalier, avec MARGUERITE Dame de Montausier, fille unique & heritiere de Foucaud, seigneur de Montausier & de Pétronille de Mosnac, Dame de Jonzac Elle fut érigée en Marquisat par Lettres données à Paris au mois de May 1644. puis en Duché-Pairie en faveur de CHARLES de sainte Maure, Marquis de Montausier, Chevalier des Ordres du Roy, & de ses hoirs mâles, par autres Lettres datées de Fontainebleau au mois d’Aoust 1664. registrées au Parlement de Paris le 1. Décembre 1665. en consequence des Lettres de surannation du 27. Novembre precedent. Cette Pairie a été éteinte par sa mort sans enfans mâles, arrivée le 17. May 1690. Voyez les pieces qui suivent concernant cette érection, apres lesquelles on donnera la Généalogie de la Maison de sainte Maure.

Pieces concernant le Duché-pairie de Montausier.

Lettres Patentes portant érection de la Baronie de Montausier en Marquisat, &c. A Paris au mois de May 1644. &c. Blanchard. Compilation Chron. tome II. Col. 1735.

Erection du Marquisat de Montausier en Duché & Pairie de France, en faveur de Messire Charles de sainte Maure.

LOUIS par la grâce de Dieu, Roy de France & de Navarre ; A tous presens & avenir ; Salut. Comme les marques d’honneur & les dignitez,qui passent à la posterité, sont les recompenses les plus solides de la vertu, & dont les Rois nos Predecesseurs se sont particulièrement servis pour recognoistre ceux d’entre leurs Sujects qui avoient le mieux mérité du public, & rendu des services plus considerables à l’Estat ; aussi à leur exemple nous avons toujours apporté beaucoup de circonspection dans la distribution que nous avons faite de pareilles grâces, & avons pris un soin particulier de ne les repandre que sur les personnes de naissances illustres, & qui par leurs belles actions se sont élevez au dessus des autres, non seulement pour les obliger à nous continuer leurs services, mais aussi pour convier un chacun à les imiter & ayans mis en considération les grandes & recommandables qualitez, qui sont en la personne de notre très-cher & bien-amé Charles de sainte Maure, Marquis de Montausier, Chevalier de nos Ordres, Gouverneur, & nostre Lieutenant General en nos Provinces de Xaintonge & Angoumois, nostre Lieutenant General en la Haute & Basse Alsace, Commandant pour nostre service en nostre Province de Normandie ; lequel est issu de l’ancienne famille de sainte Maure, dont Gosselin de sainte Maure dez l’an mil dix étoit un des plus grands Seigneurs du Royaume, dont sa posterité divisée en plusieurs branches a pris alliance & en a donné dans plusieurs grandes Maisons de ce Royaume, lequel dez son bas âge a commencé de servir le feu Roy noftre très-honoré Seigneur & Pere de glorieuse mémoire, Si nous, sçavoir en Italie au siege de Rosignane & de Cazal, & ensuite en tous les autres qui furent entrepris par les armes de nostredit Seigneur & Pere, & par les nostres dans la Lorraine & dans l’Alsace, mesme en celui de la ville & forteresse de Brissac sous feu nostre cousin de Weymar, où il donna des marques de son courage en plusieurs rencontres, aussi bien qu’en la bataille de Cerné, dans laquelle il prit trois étendarts de Cavalerie de sa propre main ; ces actions de vigueur jointes aux preuves, qu’il a données de sa prudente & sage conduite, nous obligerent à nous servir de luy dans nostre Armée d’Allemagne, qui estoit pour lors commandée par feu noftre cousin le Maréchal de Guebriant, dans laquelle il estoit seul Maréchal de Camp, & où il signala sa valeur mesme après le deceds de nostredit cousin, comme aussi dans le Commandement que nous luy aurions confié en la Haute & Basse Alsace, où dans une rencontre il fut fait prisonnier des ennemis, de chez lesquels estant sorti, nous l’honorasmes pour marques de la satisfaction, que nous avons de ses services de la Charge de Gouverneur & nostre Lieutenant General dans nos Provinces de Xaintonge & Angoumois, où durant les derniers mouvemens excitez dans nostre Royaume, fomentez par les ennemis déclarez de cette Couronne, que nos sujets rebelles avoient introduis particulièrement dans nosdites Provinces, afin de les ruiner & le reste de nostre Estat, s’il leur avoit été possible, ledit sieur Marquis de Montausier auroit non seulement maintenu lesdites Provinces en nostre obéissance, mais aussi après avoir refusé avec une infidélité inviolable les propositions avantageuses,que les ennemis luy firent faire pour l’obliger à s’unir avec eux, il les auroit chassez avec des forces inferieures aux leurs, des places de Xaintonge, Taillebourg & Tallemont dont ils s’estoient emparez, après quoy avec le peu de troupes,qui luy restoit, ayant rencontré une partie de leur armée à Montaucan en Périgord, il l’auroit chargée & défaite, & auroit en cette glorieuse occasion receu une blessure au bras dont il est demeuré estropié : il n’a pas laissé neantmoins depuis de nous rendre des services utiles, soit dans lesdites Provinces, soit ailleurs en divers emplois importans, que nous luy avions confiez, ainsy qu’il continue journellement de faire en toute rencontre avec une fidelité & affection singuliere : considerant aussi l’avantage, que cet Estat a receu des fidèles & signalez services de feu Hector de sainte Maure, frere aisné dudit Marquis de Montausier, lequel dez l’âge de vingt ans, s’estant jette travesty en habit de Religieux dans la place de Cazal, lors quelle fut assiegée la première fois par les Espagnols, contribua notablement par sa valeur & par sa bonne conduite à la deffence de ladite Place, laquelle ayant esté assiegée pour une seconde fois par lesdits Espagnols, il s’y signala sous feu nostre cousin le Mareschal de Thoiras, & en outre deffendit de son chef avec une vigueur & générosité extraordinaire la place de Roffignan dans le Montferrat, attaquée par le Marquis Spinola ; ensuite de quoy il donna diverses preuves de son courage & de sa fidelité & affection envers cette Couronne en diverses occasions, tant dans le Royaume, Lorraine, Allemagne & dans la Valteline, où il fut enfin tué en forçant les bains de Bormio, où s’estoit retirée le reste de l’armée Imperialle, qui avoit esté deffaite dans ledit pays en plusieurs combats, par l’armée qui estoit sous le commandement du feu Duc de Rohan, dont ledit Hector de sainte Maure avoit toujours mené l’avant-garde, & voulant reconnoistre en la personne dudit sieur de Montausier, non-seulement tant de services recommandables, qu’il nous a rendus & à cet Estat ; mais aussi celui dudit feu Hector de sainte Maure son frere aisné, & luy tesmoigner la satisfaction qui nous en demeure par quelque marque d’honneur qui passe à sa posterité, nous avons estimé ne le pouvoir mieux faire qu’en érigeant en titre & dignité de Duché & Pairie de France la Terre & Marquisat de Montausier qui lui appartient en propre, ayant esté laissée en partage par une des filles d’un Duc d’Angoulesme, il y a près de quatre cens ans, à la Maison de sainte Maure qui est aussi très-ancienne & illustre, ladite Terre & Marquisat de Montausier scituée en nostre Province d’Angoumois, cy-devant Chastellenie trés-considerable & fort ancienne, relevant de nous à cause du Chasteau & Duché d’Angoumois, faite Baronnie depuis un très long-temps, & érigée au mois de May de l’année mil six cens quarante-quatre en titre de Marquisat, estant composée de huit ou dix Bourgs ou Paroisses en toute juftice haute, moyenne & basse, avantagée de plufieurs beaux & grands droits, y ayant quantité de Vassaux & de Seigneuries qui en sont mouvans ; ensorte quelle est plus que suffisante de soutenir ledit titre & dignité de Duché & Pairie de France.

Sçavoir faisons, que pour ces causes, de l’avis de nostre Conseil, où estoient plusieurs Princes de nostre Sang & autres grands & notables personnages de cet Estat, & de nostre propre mouvement, grâce specialle, pleine puissance & Autorité Royalle, Nous avons créé & érigé, créons & érigeons par ces presentes signées de nostre main, ladite Terre & Marquisat de Montausier en nom, titre & dignité de Duché de France, pour en joüir par ledit sieur de Montausier & ses hoirs malles procréés en loyal mariage pleinement, perpétuellement & à toujours, sous le nom & appellation de Duché de Montausier en Pairie de France ; ensemble de tous droits, honneurs & prérogatives, prééminences, franchises, libertez, que les autres Ducs & Pairs de France usent tant en justice, jurisdiction, séance en nos Cours de Parlement, avec voye délibérative, qu’en tous autres droits quelconques, soit en assemblée de Noblesse, faicts de Guerre, qu’autres lieux & actes de séance, d’honneur & de rang.

Voulons & nous plaist, que toutes les Causes civiles & criminelles, personnelles, mixtes & réelles qui concerneront tant ledit sieur de Montausier, que le droit dudit Duché, soient traitées & jugées en nostre Cour de Parlement de Paris en première instance, & que les Causes & Procez d’entre les Sujets & justiciables dudit Duché, ressortent nuement par appel du Juge d’iceluy en nostredite Cour de Parlement en tous cas fors & excepté les Royaux, dont la connoissance appartiendra aux Juges par devant lesquels ils avoient accoustumé de ressortir.

Voulons aussi, que ledit sieur de Montausier & ses descendans malles en loyal mariage, se puissent dire & reputer Ducs de Montausier & Pairs de France, & tiennent ledit Duché en plein fief sous une seule foy & hommage de Nous & de nostre Couronne ; duquel Duché & Pairie ledit sieur de Montausier Nous a fait dez-à-present, ainsi qu’il est accoustumé, le serment de fidelité, auquel Nous l’avons receu en sadite qualité de Duc de Montausier & Pair de France, comme tel Nous voulons, que tous les vassaux & tenans fiefs mouvans dudit Duché, le reconnoissent, & luy fassent rendre les foy & hommage, baille leurs aveus & denombremens, quand l’occasion escherra, audit sieur de Montausier & à ses successeurs audit Duché, au mesme titre de Duc de Montausier & Pair de France, sans toutesfois que par le moyen de cette érection, ni des Edicts des années mil cinq cens soixante-six, Juillet mil cinq cens soixante dix-neuf, Décembre mil cinq cens quatre-vingt-un, & Mars mil cinq cens quatre-vingt-deux, faits sur l’érection des Terres en Duchez & Pairies, Marquisats & Comtez, l’on puisse prétendre ores ni pour l’advenir à deffaut d’hoirs masles dudit sieur de Montausier & de ses descendans, ledit Duché & Pairie estre réuni & incorporé à nostre Couronne, & sans que nos successeurs Roys audit cas puissent prétendre aucun droit de propriété & reversion.dudit Duché par le moyen des Edicts & autres choses quelconques, ausquelles Nous avons dérogé & dérogeons de noftre grâce specialle par ces Prefentes en faveur dudit sieur de Montausier & de ses successeurs & ayans cause, sans laquelle dérogation ledit sieur de Montausier n’auroit voulu accepter nostredite grâce & libéralité, ni consentir à la presente création & érection, à la charge aussi que ledit Duché à deffaut de successeurs malles en loyal mariage dudit sieur de Montausier & de ses descendans, retournera à sa première nature, titre & qualité de Marquisat.

Si donnons en Mandement, à nos amez & féaux les gens tenans nostre Cour de Parlement à Paris, Chambre de nos Comptes audit lieu, & tous autres nos Justiciers & Officiers chacun en droit soy, comme à luy appartiendra, que nos presentes Lettres de création & éredion ils fassent lire, publier & registrer, & du contenu en icelles, jouir & user ledit sieur de Montausier & ses successeurs malles en loyal mariage pleinement, paisiblement & perpétuellement, cessans & faisans cesser tous troubles & empêchemens au contraire, nonobstant quelconques, Edicts. Ordonnances, deffenses & Lettres au contraire, par lequel on pourrait prétendre le nombre des Ducs & Pairs estre limité & préfix, auxquelles Nous avons dérogé & dérogeons, mesme à celle de l’an mil cinq cens soixante dix-neuf, & aux dérogatoires des dérogatoires y contenus. Car tel est nostre plaisir : Et afin que ce soit chose ferme & stable à toujours, Nous avons fait mettre nostre seel à cesdites Presentes, sauf en autres choses nostre droit & l’autruy en toutes.

Donné à Fontainebleau au mois d’Aoust l’an de grâce mil six cens soixante-quatre, & de nostre Regne le vingt-deuxième, signé LOUIS : Et sur le reply, par le Roy.

Le Tellier. Et scellé sur lacs de soye du grand sceau de cire verte.

...
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Baignes-Sainte-Radegonde - 1643-1715 Louis XIV - 17e siècle - Lettres patentes et textes royaux - Sainte-Maure (Charles de) duc de Montausier - Sainte-Maure (de) -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.