Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Archives
Contact
 

1661 - Contre les huguenots de Saintonge et d’Aunis, le plan de d’Aguesseau

Le prélude à la Révocation de l’Edit de Nantes

D 31 juillet 2007     H 03:49     A Razine     C 1 messages     A 1310 LECTURES


On sait aujourd’hui de façon précise que la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685 a été le résultat d’une lutte méthodique entreprise dès le début du règne de Louis XIV. La période des 33 années qui vont de la prise de La Rochelle (octobre 1628) à la mort de Mazarin (1661) ne fut pas pour les Huguenots une période de paix religieuse et de tolérance gouvernementale mais la préface à des mesures de violence qu’adopta plus tard Louis XIV.

Dès 1628 Richelieu essaie, par exemple, d’anéantir le protestantisme dans l’Ile d’Oléron. Les pasteurs durent quitter l’Ile.

De la chute de La Rochelle à l’avènement de Louis XIV, les protestants d’Aunis et Saintonge ont connu des tracasseries d’abord, puis on en est venu aux coups et aux violences. Pour des raisons politiques, comme la Fronde, la région connaîtra des périodes d’accalmie toutes relatives en marquant quelques pauses. Dès 1661, un plan d’action contre les huguenots est défini notamment dans un mémoire de Henri d’Aguesseau dont les propositions seront suivies d’arrêts et de déclarations.

L’auteur, Henri d’Aguesseau : conseiller héréditaire du Parlement de Metz, après avoir occupé successivement les fonctions d’intendant du Limousin, de Guyenne et du Languedoc, fut nommé en 1685 conseiller d’Etat, et directeur-général du commerce. Il est le père de Henri François d’Aguesseau qui deviendra chancelier et garde des sceaux du Régent en février 1717

Source - Mémoire de d’Aguesseau - 1661 - Ms de la Bibliothèque Nationale - Cité dans "L’Aunis et la Saintonge de Henri IV à la Révolution" Par L. Canet, inspecteur d’Académie, agrégé d’histoire - Ed. F. Pijollet, La Rochelle - 1934

Voir en ligne :

Voici le plan d’action proposé par d’Aguesseau :

DESTRUCTION DES TEMPLES

Défendre aux catholiques de se pervertir ; mêmes peines pour les catholiques pervertis que pour les relaps, à cause des perversions des marins pour se marier et des facilités que leur donnent les capitaines de vaisseaux de la religion ;

Imposer plus fortement les hérétiques que les catholiques, les premiers étant plus riches ;

Oter les juges de la religion P. R. [1] de la Chambre de l’Edit ;

Ne maintenir à Marennes qu’un seul maître d’école des R. P. R. ;

Mettre les ministres à la taille ;

Tracasser les consistoires qui ont l’esprit républicain, les rendre responsables des contraventions ;

Restreindre la pompe des synodes et des colloques ;

Règlement des levées et impositions qui corrompent les catholiques ;

Assurer du bien aux enfants de famille qui se convetissent ;

Oter des vaisseaux les officiers de la R. P. R. pour avoir des matelots catholiques ; il s’en peut convertir beaucoup par les soins de l’intendant Demuyn si on ne met point d’officiers ny de commissaires de la religion ;

Pour convertir les matelots sur mer, mettre de bons aumôniers sur les vaisseaux, établir à Rochefort un séminaire de ces aumôniers qu’on formerait pour cet employ ;

Faire un fonds pour marier les filles catholiques à des matelots, qui, pour se marier embrassent souvent quelle religion l’on veut ; et pour avoir aussi des missions fréquentes sur les côtes ;

Donner aux jésuites de Marennes les moyens d’avoir un plus grand nombre de religieux sur toute la côte ;

Obliger ceux de la R. P. R. à faire baptiser les enfants dès leur naissance ;

Tous les règlements que l’on fera ne feront pas grand fruit si tous les officiers du Roy ne prennent pas un grand soin de punir sévèrement les contraventions.


[1R.P.R. la "religion prétendue réformée" nom donné au protestantisme par les catholiques depuis le 16ème siècle

...

Messages

  • " Oter des vaisseaux les officiers de la R. P. R. pour avoir des matelots catholiques ; il s’en peut convertir beaucoup par les soins de l’intendant Demuyn si on ne met point d’officiers ny de commissaires de la religion ;

    Pour convertir les matelots sur mer, mettre de bons aumôniers sur les vaisseaux, établir à Rochefort un séminaire de ces aumôniers qu’on formerait pour cet employ ;"

    Ces deux propositions ne peuvent avoir été faites en 1661. L’intendant Demuin est arrivé à Rochefort en janvier 1674 et a pris sa fonction d’intendant après le 15 août. Il a été disgrâcié en 1683. Le séminaire pour les aumôniers a été décidé le 15 octobre 1683. La décision a été entérinée par lettres patentes du roi en février 1684.

    Le mémoire se situe donc entre 1674 et 1683. La proposition sur le séminaire des aumôniers a été prise en compte après le départ de Demuin.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1629-1685 Le dépeçage de l’Edit de Nantes - 17e siècle - Aguesseau (d’) - Protestantisme - Province Aunis - Province Saintonge -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.