Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Abbayes, monastères, églises et commanderies -> 1723 - Généralité de la Rochelle - Enquête statistique sur les (...) -> 1723 - L’Abbaye aux Dames de Saintes (Charente-Maritime) + audit fait (...)

1723 - L’Abbaye aux Dames de Saintes (Charente-Maritime) + audit fait en 2009

D 23 avril 2009     H 21:38     A Pierre     C 0 messages A 1305 LECTURES


agrandir

En 1723, Jean-Jacques Amelot de Chaillou, intendant de la Généralité de la Rochelle, lance une enquête sur les établissements religieux et hospitaliers de la Généralité, dans le but d’établir une "statistique". Le questionnaire envoyé par courrier comprend 6 questions :
- historique de la fondation
- nom de l’établissement
- ordre de rattachement
- effectifs
- revenus
- charges

Nous avons dépouillé pour vous les réponses à cette enquête. Voir l’introduction de cette rubrique

C’est la crise, on ne cesse de le dire ! A l’Abbaye aux Dames de Saintes, le compte d’exploitation est déficitaire de 8%. Les dettes augmentent de façon inquiétante, et les frais financiers avec. Quel miracle pourra sauver l’abbaye du dépôt de bilan ? Le Roi a demandé un rapport. Histoire Passion fait l’audit des comptes, et propose des solutions.
La hiérarchie des salaires de 1723 est aussi présentée ici.

Exclusivité - L’audit des comptes de l’Abbaye par Histoire Passion - Vous pouvez proposer des solutions - Exclusivité

L’audit des comptes, et la hiérarchie des salaires, par Histoire Passion

Ce document fait un inventaire complet du personnel travaillant pour l’Abbaye. Il est une mine d’informations.

Source : manuscrit original – Bibliothèque Municipale de Saintes (fonds ancien) – MS 664-1 – Transcription : Pierre Collenot

Copie d’un mémoire que l’on a fourni à M. lintandant quil a demandé par ordre de la cour le 26 de Xbre 1723

Fondation de l’abbaye de Xaintes

L’abbaye Notre-Dame hors les murs de la ville de Xaintes a esté fondée par Godefroy et Agnesse, Comte et Comtesse de Saintonge en 1047

Ordre de saint Benoist

Revenu

le revenu consiste aux articles cy-après nommez

- Premièrement une maison sur les ponts affermée sous seings privés 45 #

Les maisons et les moulins du pont de Saintes

- St Vivien, une métairie à St Vivien les Saintes, cultivée à moitié fruits, composé de terres labourables, est d’environ 50 journaux de bois taillis qui ne servent qu’à chauffer le four, cette métairie peut valloir de revenu 500 #

- il y a encore un moulin sur le ponts et une rente sur les moulins de Lusserat avec quelques domaines à St Palais, estimé le tout 60 pochées de grains qui peuvent valloir 360

- Corme Royal est en régie et Madame l’abbesse en prend les fruits depuis 1714. auparavant il estoit affermé au Sr Poitevin 5,500 #, y compris les dixmes de la Clisse, Nanaras, Rensannes, Pizany et Lisloi qui sont affermez depuis en particulier ; il y a aussy environ 30 journaux de bois taillis qui ont toujours été exploitez avec la ferme, de sorte que déductions faites des sousfermes, Corme Royal ne peut valloir que 3,910

- Il y a encore une forest d’environ 150 journaux ou les bois sont les 3 quarts fayans et le reste chesnes tant bons que mauvais où Madame l’abbesse fait prendre les bois necessaires pour les réparations de ses églises et maisons

- Pont l’abbé est en régie depuis 1722. Il estoit affermé auparavant au Sr Perruchon y compris St Michel, St Sulpice et Ste Radegonde 5,900 #. Il peut valloir encore autant 5,900

- Le Gua, affermé au Sr Pierre Granier, le 21 janvier 1722. Reçu Marsay Notaire Royal 4,800.

- St Sorlin, affermé au Sr Garresché, le 21 janvier 1722, par mêmes notaires 4,700

- Luzac et Mozac, affermé au Sr Briou le 19 juillet 1720, par même notaire 4,400

- St Pierre de Salles et Marennes, affermé au Sr Guibert le 24 janvier 1722, par même notaire 4,400

- St Denis d’Olleron, affermé au Sr Auger Castes, le 10 janvier 1720, par même notaire 10,000

- Vix en Poitou, affermé au Sr Denfer par (blanc) notaire 6,500

- La Mongie est affermée au curé du lieu depuis 1712, par Mr Levasseur, porteur de procuration à 120 # par an 120

- St Julien de Lescart [1] est affermé au Sr Dumont le 24 juin 1719 par Marsay 1,100

- Herpes [2], est affermé à Jean Cholet le 12 Xbre 1722 30

- Les coustumes de sel de Marennes sont des revenus casuels et médiocres depuis plusieurs années cependant elles peuvent valloir année commune 4,000

- Les marais sallans ne consistent qu’en 12 L 8 aires [3], c’est aussi un revenu casuel qui peut valloir année commune 300

- Les dixmes de La Clisse affermées à Nicolas en avril 1722 par Poitevin notaire royal 350

- Les dixmes de Nancras affermées au Sr Mimau le 22 avril 1723 par Marsay Notaire Royal 250

- Les dixmes de Rensannes affermées à Nicolas en avril 1722 par Poitevin 235

- Les dixmes de Pizany, affermées au Sr Philippe Magné en avril 1722 par Poitevin 555

- Les dixmes de Lislau affermées au Sr Sonné en avril 1720 par Poitevin 200

- Les dixmes de Brou affermées au Sr Videau le 15 avril 1719 par Marsay notaire royal 220

- Les dixmes des marais gadieres affermées au Sr Besson le (blanc) par Marechal notaire royal 500

- Les dixmes du Bourg la Boirie et Nodes affermées au Sr Guibert le 1er janvier 1722 par Marsay notaire royal 2,450

- Les dixmes de Boursefranc affermées au Sr Romanin le 28 Xbre 1722 par Marsay notaire royal 700

- Plus un contract de 200 # de rente viagère donné par Mr de la galissonnière pour l’aumone dotale de la dame de la Galissoniere sa fille par Marsay notaire royal en date du (blanc) 200

- Plus un autre contract sur l’Hostel de Ville de Paris en date du 21 juillet 1721, de 160 # de rente viagère, et qui a esté réduite pour le principal à 2,666 # et lad. Rente à la somme de 106 # 12 s. 9 d. à Paris par le Sr Grenon le 3 octobre 1722 en faveur de la Demoiselle D’Amouve, et donnée pour son aumône dotale, cy 106 # 12 s. 9 d.

Total des revenus : 56,831 # 12 s. 9 d.

Madame l’abbesse de Xaintes prend très peu de dotes pour les filles qu’elle reçoit dans son Monastère, elle n’en reçoit que pour faire et acheter leurs emmeublemens, ce sont des Demoiselles qui n’ont pas de bien,

Quant aux Bénéfices, il n’y en a aucun qui soit uny à l’abbaye.

Charges de l’abbaye

- Il y a actuellement 52 Dames de Chœur et 36 sœurs converses qui font 88 religieuses pour leur nourriture et entretien, à chacun 300 # 26,400 #

- Pour la nourriture de quatre chanoines de St Palais qui confessent et administrent les sacremens aux religieuses, ensemble la nourriture de l’aumônier et de l’intendant de Madame, à 250 # chacun 1,500

- Pour la pension de 4 chanoines de St Palais pour desservir et administrer les sacremens de la parroisse 800

- Pour les gages de l’aumônier pour instruire les domestiques 200

- Pour un prédicateur et sa nourriture et autre les gratifications 300

- Pour quatre aubits fondez pour chacun desquels on paye annuellement un tonneau de froment, un tonneau de vin qui se prennent sur le revenu de la maison esnoncée des autres parts, n’ayant point d’autres fonds 800

- Pour une messe de prime, tous les jours à 6 heures et un grand nombre d’autres avec plusieurs services pendant l’année 500

- Pour les aumônes fondées et celles qu’on fait journellement aux communautez mandiantes, prisonniers, personnes honteuses et à la porte, 1,200 # qui se prennent aussy sur les revenus esnoncez des autres parts, n’ayant pas d’autre fonds 1200

Autres charges des décimes et pensions congrües aux vicaires perpetuels

- Pour les decimes ordinaires et extra-ordinaires et dons gratuits et subventions 4,200 #

- pensions congrües de Mr le vicaire perpetuel de Pont l’abbé, en grains et argent 500

- à celuy de Ste Radegonde 300

- à celuy de Beurlé 300

- à celuy de St Sulpice 400

- à celuy de St Michel 300

- à celuy de Corme Royal 300

- à celuy de la Clisse 300

- à celuy de Nencras 300

- à celuy de Pizany 300

- à celuy de St Sorlin en grains et argent 490

- à celuy du Gua 400

- à celuy de St Just 500

- à celuy de Marennes 600

- à celuy de St Denis d’Olleron 200

- à celuy de Brou 300

- à celuy de St Julien 300

- à celuy de Monpoulin 300

- à celuy de Vix 300

- à celuy de Couture 300

- à celuy de La Mongie 300

Autres charges indispensables

- Pour l’entretien annuel des deux églises de l’abbaye et pour les luminaires, livres et ornemens 3,000 #

- Pour les réparations et entretiens de 20 églises, avec les livres et ornemens 1,500

- Pour les réparations et entetiens des bâtimens de l’abbaye, ensemble des maisons, châteaux, chays, granges, halles, parquets, prisons, fours, fuyes et vaisseaux vinaires dependans des terres 3,000

- Pour les medicamens de la poticaire 1,000

- Pour les ports de lettres et messageries 600

- Pour la nourriture des 51 domestiques à 70 # 3,570

- Pour les charroys, nourriture, entretien et achat des chevaux 1,500

Gages des Officiers de Justice et ceux de la Maison

- Pour les officiers de Justice des terres de Madame l’abbesse 500 #
- Au médecin 200

- au chirurgien 120

- à l’apoticaire 75

- à l’intendant 400

- au maître d’hostel 250

- au Receveur de Corme Royal 200

- à l’organiste 100

- au tapissier 150

- à deux filles pour servir Madame l’abbesse 150

- à deux filles pour servir Madame de Biron 150

Gages des domestiques

- à trois sacristains chacun 50 # 150

- à deux laquais chacun 60 # 120

- au Portier 50

- aux deux boullangers et chacun 55 # 110

- au Mr Jardinier 90

- à quatre vallets de jardiniers, chacun 36 # 144

- au cordonnier 36

- au souffleur d’orgues 30

- aux deux bouchers 60

- au Mr chartier 75

- au garçon chartier 60

- au Palfrenier 36

- à deux vallets à corme Royal 50

- à deux vallets pour tirer l’eau à la maison et charroyer le bois, chacun 45 # 90

- au garde de la metairie de St Vivien lez Saintes 36

- à un petit garçon pour garder les moutons 18

- à un autre pour garder les vaches 18

- à un autre pour la volaille 12

- à un autre petit garçon arboliste 12

- à deux couvreurs, à chacun 60 # 120

- au garde forest de Corme Royal, 4 pochées de bled et 75 # en argent 115

- au prevost de Corme Royal, 4 pochées de bled 40

- à celuy de Pont l’abbé, idem 40

- à celuy du Gua, id 40

- à celuy de St Sorlin, id 40

- à celuy de Marennes, idem, 40

- à celuy de Vix en Poitou, id 40

- à celuy de St Julien, id 40

- à celuy de St Denis en Olleron 40

- à une fille cordonnière pour faire les soulliers des Dames de la maison 66

- pour quatre servantes de peines au-dedans de la maison 120

- pour deux servantes de peines au dehors de la maison 48

- une servante à Corme Royal 36

Total des charges 61,387 #

Récapitulation

Le Revenu de l’abbaye est de 56,831 # 12 s. 9 d.

Toutes les Charges sont de 61,387 #

Partant, les charges sont plus fortes que les Revenus de la somme de 4,555 # 7 s. 3 d.

Cet excedent de depense provient de la cherté sur toutes les denrées, ce qui fait que lad. Abbaye se trouve endettée de plus de plus de trente mille livres, pour raison de quoy elle paye interests.


Compte d’exploitation de l’Abbaye aux Dames de Saintes (année 1723)

Audit fait en 2009 de la situation de l’Abbaye aux Dames en 1723

Effectifs de l’Abbaye :
- Dames : 52 Dames de Chœur et 36 sœurs converses soit 88 religieuses
- Personnel : 51 domestiques

Autres personnel de l’établissement
- Ecclésiastiques : 8 chanoines (dont 4 pour la paroisse St Palais, qui dépend de l’abbaye, mais qui est une prestation extérieure), 1 aumônier, 1 prédicateur

Vicaires des paroisses dépendant de l’abbaye : 20

Autre personnel

Remarques à propos du compte d’exploitation :
- Les remboursements d’emprunts et les frais financiers ne sont pas cités dans le compte d’exploitation. Cela signifie que la situation est certainement plus mauvaise qu’indiqué.

Propositions d’actions à engager pour redresser la situation économique de l’abbaye - Discussion

- Le contexte économique de 1723

La situation économique est particulièrement morose en cette année. La crise financière consécutive à la débâcle monétaire du système de Law fait sentir à plein ses effets.
Les établissements religieux de la province sont tous durement touchés. Voir à ce sujet :

- Agir sur les charges
L’application de la méthode des 20/80 incite a regarder d’abord les gros postes de dépenses.

  • Les frais liés à l’accueil, hébergement des dames viennent en premier rang. Ne pourrait-on pas réduire un peu le train de vie des religieuses. Elles ne sont tout de même pas entrées à l’Abbaye pour avoir une petite vie confortable. Pour les convaincre que c’est possible, leur montrer que 300 livres par an pour leur hébergement et nourriture, c’est près de 8 fois le salaire d’un employé de base.
    La hiérarchie des salaires de l’Abbaye aux Dames de Saintes
    Année 1723 - Histoire Passion
  • Frais de personnel : C’est le second poste des charges. Effectif rémunéré 87 personnes (dont 51 domestiques). A noter que l’abbesse n’émarge pas au compte d’exploitation présenté ici, alors qu’elle perçoit certainement le produit de son "bénéfice".

Dans les frais de personnel, la masse la plus importante est constituée par les portions congrues versées aux 20 vicaires des paroisses composant la mense abbatiale.

Ne serait-il pas judicieux de remettre tout ou partie de ces paroisses entre les mains de l’évêque de Saintes, et d’alléger ainsi les frais de personnel des portions congrues versées aux 20 vicaires ?

- Agir sur les revenus, créer de nouveaux revenus

  • Augmenter la pression fiscale sur les contribuables vivant dans les zones dépendant de l’abbaye : en cette période du XVIIIème siècle, les seigneurs montrent l’exemple dans ce domaine. L’inflation a réduit leurs revenus, exprimés le plus souvent sous la forme de redevances en argent ou en produits, sans clause d’indexation sur les prix. Pour se refaire une santé financière, ils commencent par demander à leurs notaires feudataires d’identifier les niches fiscales dans lesquelles les contribuables ont su, par des moyens divers, échapper aux redevances seigneuriales. Il y a probablement du grain à moudre de ce côté, avec des arrérages de 25 ou 30 années.
  • L’abbaye possède de nombreuses vignes : elles produisent du vin "à brûler" comme presque toutes les vignes de Saintonge. Il est contraire aux constitutions monastiques que les Dames, vouées à la prière, entrent dans un processus de fabrication. Ce problème peut se régler avec la création d’une "fabrique" confiée à des laïcs. Cette fabrique se chargerait de produire et de commercialiser un produit nouveau, se démarquant des eaux-de-vie communes de la province par un assemblage original, avec un nom qui tire profit de la belle réputation de l’abbaye. Nous suggérons "Bénédictine", tout à fait en situation ici, mais ce n’est qu’une modeste proposition. Les profits de la fabrique seraient partagés entre l’abbaye et ses promoteurs. Ainsi, les revenus de l’abbaye s’accroîtraient, tout en respectant la vocation monastique de la maison et de ses Dames.

- Agir sur les structures

  • L’intendant perçoit 400 livres par an ; c’est le salaire le plus important versé au personnel de l’abbaye. Nous ne contestons pas ce niveau de salaire, qui correspond à celui d’un poste-clé dans le fonctionnement de cette maison. Mais cette rémunération élevée exige, en contrepartie, la mise en œuvre d’une bonne compétence en gestion et en administration du temporel. Nous préconisons que l’abbesse vérifie que l’intendant exerce rigoureusement les responsabilités de sa charge. S’il existe des doutes sur sa compétence et/ou sur la pertinence de ses actions, il ne faudra pas hésiter à le remplacer par une personne plus adaptée aux circonstances.

à suivre ...


[1St Julien de l’Escap, près de Saint-Jean d’Angély (17)

[2Herpes, commune de Courbillac (16)

[3Livres et aires, mesures spécifiques aux marais salants. Voir cette page

Dans la même rubrique

1723 - Généralité de la Rochelle - Enquête statistique sur les établissement religieux et hospitaliers

1723 - Le prieuré de Lanville à Marcillac-Lanville (Charente)

1723 - L’Abbaye de Fontdouce à Saint-Bris des Bois (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Récollets de Royan (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Cordeliers de Barbezieux (Charente)

1723 - Le couvent des Récollets de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Minimes de Châteauneuf (Charente)

1723 - Les Filles de la Charité dites Sœurs grises au Château d’Oleron (Charente-Maritime)

1723 - L’Abbaye de la Frenade à Merpins (Charente)

1723 - L’Abbaye de la Grâce-Dieu à Benon (Charente-Maritime)

1723 - L’abbaye de Sablonceaux (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital Saint-Jacques de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Récollets de Jarnac (Charente)

1723 - L’abbaye Saint-Léonard des Chaumes à Dompierre-sur-Mer (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital de Tonnay-Charente (Charente-Maritime)

1723 - Les Filles de la Charité dites Sœurs grises à La Tremblade (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Capucins de Rochefort (Charente-Maritime)

1723 - La maison des Jésuites de Marennes (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital de Brouage (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Bénédictines de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Capucins de Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Capucins de Tonnay-Charente (Charente-Maritime)

1723 - Les Filles de la Charité de l’hôpital des orphelines de Rochefort (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Cordeliers de Pons (Charente-Maritime)

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Saintes - 17 Saintes - 18e siècle - Bibliothèque Municipale de Saintes - Economie - Finances - Ordre de Saint Benoit -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Sainte-Soule ou Sainte-Soulle (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

2.  1866 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 4 Tome IV

3.  1789 - Saint-Cybard de Montmoreau (16) : cahier de doléances de la paroisse

4.  1197 ? - The good usages and the good customs and the good judgments of the commune of Oleron.

5.  1502 - Angoulême (16) : Peste et disette. Les malades expulsés. La peur chasse les notables


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Généalogie de la famille de Montalembert - 1ère partie

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux