Vous êtes ici : Accueil -> Hommes et femmes de notre histoire -> Grandes familles -> Rochefoucaud (de la) -> 1728 - Inventaire du château de Verteuil, après le décès du duc François (...)

1728 - Inventaire du château de Verteuil, après le décès du duc François VIII de la Rochefoucauld

D 1er juillet 2009     H 01:40     A Jean-Claude, Pierre     C 0 messages A 3584 LECTURES


Depuis l’époque de Charles Quint, Verteuil est le plus réputé des châteaux d’Angoumois. Il aura fallu au notaire cinq jours pour venir à bout de l’inventaire : 461 items, c’est beaucoup de pages à écrire !

L’introduction à ce texte est ici. - Glossaire des mots oubliés de cette page.

Le château de Verteuil (16)
Dessin de Jean-Claude Chambrelent (2009)

Page en cours de rédaction.

Voir aussi Généalogie de la famille de la Rochefoucauld 1ère partie 2ème partie

Château de Verteuil

Vacations des 15, 16, 17, 18 et 19 novembre.

Et advenant le quinzième jour du mois de novembre mil sept cent vingt-huit, ce requérant ledit sieur de Grandmaison, nous nous sommes transportés de ladite ville de La Rochefoucauld en la ville de Verteuil, où étant avons procédé à la continuation dudit inventaire, ayant interpellé François Delaistre, concierge dudit château et garde-meuble général des maisons de mondit feu seigneur et qui a les clés de tous les endroits où sont les meubles, de nous faire ouverture de toutes les chambres et autres lieux dépendant de la succession de mondit feu seigneur, lequel dit Delaistre ayant acquiescé à notre requête, sommes montés par un degré de pierre à la grande salle dont il nous a fait ouverture, où étant nous avons procédé à la continuation dudit inventaire, en présence dudit sieur Arnaud, fondé de procuration, comme dit est.

Premièrement, sommes entrés dans la grande salle dudit château, où avons trouvé :
- 329. Trois tables servant à manger et une autre ser¬vant de buffet, montées sur leurs tréteaux, de bois de noyer, chêne et peuplier, fort usées, estimées 7 livres ;
- 330. Plus, sur lesdites trois tables, trois tapis de Turquie fort usés, troués et déchirés, estimés 20 livres ;
- 331. Plus, sur la table du buffet, un grand tapis de moquette aussi fort usé et déchiré, estimé 5 livres ;
- 332. Plus neuf chaises de bois de noyer, beaucoup plus que mi-usées, couvertes de vieille moquette à fleurs vertes et blanches, neuf tabourets et deux formes de pareille moquette et pareille usure, le tout estimé 8 livres ;
- 333. Plus vingt tabourets couverts de triple vert, mi-usés, estimés 14 livres ;
- 334. Plus un dais de damas vert à ramages, fort ancien et usé, estimé 10 livres ;
- 335. Plus deux grands chenets de cuivre, fort anciens, une pelle et deux tenailles de fer, le tout estimé 10 livres ;
- 336. Plus un grand chandelier de cuivre, à quatre branches, estimé 5 livres.
- 337. Et entre deux croisées de ladite salle s’est trouvé un ancien tableau avec son cadre noir, repré¬sentant David portant la tête de Goliath, estimé 6 livres ;
- 338. Plus une tenture de tapisserie haute-lisse, fort ancienne et usée, en sept pièces, représentant Holopherne et Judith, estimée 110 livres.

- 339. Et de ladite salle sommes entrés dans l’appartement de feu monseigneur où avons trouvé, dans la cheminée, deux chenets de cuivre anciens, une pelle et une paire de tenailles de fer, le tout estimé 4 livres ;
- 340. Plus une tenture de tapisserie haute-lisse, en quatre pièces, représentant Actéon, mi-usée, estimée 120 livres ;
- 341. Plus six fauteuils, quinze chaises et six tabourets, couverts de vieux damas cramoisi cloué et galonné d’or faux, le tout estimé 45 livres ;
- 342. Plus trois chaises et un tabouret couvert d’un gros de Tours rayé, estimés ensemble 5 livres ;
- 343. Plus une table de bois de noyer faite en menuiserie, fort ancienne et usée, avec ses deux guéridons, estimée 50 sous ;
- 344. Plus un tapis de tapisserie à roses et bouquets, estimé 5 livres ;
- 345. Plus un lustre à quatre branches, en bois doré, fort ancien et en partie dédoré, estimé 3 livres.

Et la nuit étant survenue, nous nous sommes retirés et avons remis la continuation dudit inventaire à demain.

Et advenant le lendemain, seizième dudit mois de novembre mil sept cent vingt-huit, entre les six et sept heures du matin, nous nous sommes transportés de la ville de Verteuil au château dudit lieu, avec ledit sieur de Grandmaison et les arbitres, et ’continuant ledit inventaire, sommes entrés de ladite chambre de mon¬seigneur dans une autre chambre à la suite où couchait mondit feu seigneur, où avons trouvé :
- 346. Deux petits chenets de fer battu, une pelle de foyer, une paire de pincettes et des tenailles de fer, le tout estimé 4 livres ;
- 347. Plus un bois de lit en noyer avec sa paillasse, les deux estimés ensemble 5 livres :
- 348. Plus un lit de plume avec son traversier en coutil de Bruxelles, pesant soixante livres, deux ma¬telas de laine couverts de vieille futaine, pesant soixante-dix livres, une couverte de Marseille et une autre piquée, en taffetas blanc et vert, le tout estimé 50 livres ;
- 349. Plus la garniture dudit lit, en taffetas jaune à frange et mollets de soie, composée de quatre rideaux, deux cantonnières, deux bonnes-grâces, le fond, le dossier, la courte-pointe, les deux fourreaux des piliers, six pentes, tant du dehors que du dedans, et les quatre pommes, le tout estimé 100 livres ;
- 350. Plus l’alcôve tendue d’un mauvais tapis à pieds, de jonc, estimé 30 sous ;
- 351. Plus deux porte-carreaux de bois de chêne sur l’un desquels est un carreau de damas à petites fleurs, et sur l’autre un carré de brocatelle fond blé, les deux usés, le tout estimé 3 livres ;
- 352. Plus deux fauteuils, six chaises et six pliants de damas caffard jaune et vert, et la tapisserie de l’alcôve, en deux pièces, dudit damas caffard, le tout fort ancien et plus que mi-usé, estimé 30 livres ;
- 353. Plus deux fauteuils de commodité, à crémaillère, l’un couvert de damas jaune, à cadre de taffetas de pareille couleur, l’autre couvert de même taffetas tout en plein, étant plus que mi-usé, estimés 10 livres ;
- 354. Plus deux tables de bois de noyer faites en menuiserie, mi-usées, l’une de bois « partye d’ébayne », estimées 6 livres ;
- 355. Plus un tapis de velours rouge, fort ancien et usé, avec une méchante frange de soie, estimé 7 li¬vres ;
- 356. Plus un grand miroir avec son cadre de bois d’ébène à plaques et chapiteau de cuivre doré, et un autre petit miroir à cadre de bois d’ébène, à chiffres et « auvanceaux » d’argent, la glace cassée et celle du grand fort tachée, estimées ensemble 20 livres ;
- 357. Plus trois rideaux de crépon blanc, savoir deux à l’alcôve et un à la croisée, fort usés estimés 50 sous ;
- 358. Plus, dans l’endroit de la chaise percée s’est trouvé un tabouret percé garni de serge verte, estimé 5 sous ;
- 359. Plus, dans la garde-robe s’est trouvé cinq pièces de tapisserie de mauvaise bergame à bandes jaunes, fond vert, anciennes et usées, estimées 50 sous ;
- 360. Plus un bois de lit tendu d’une housse de serge verte, et la garniture composée de deux rideaux, deux bonnes-grâces et un dossier, le tout fort usé et troué, estimé 4 livres 10 sous ;
- 361. Plus un matelas de laine couvert de mauvaise futaine, pesant vingt livres, un lit de plume et son traversier pesant trente-cinq livres, le tout estimé 8 livres 10 sous ;
- 362. Plus une vieille couverte de toile de coton piquée, estimée 45 sous ;
- 363. Plus une autre couverte de laine blanche, fort gâtée des teignes, estimée 6 livres ;
- 364. Plus une grande armoire à deux battants, en bois de chêne, presque neuve, n’ayant aucune façon de menuiserie, estimée 8 livres ;
- 365. Plus deux vieilles tables de bois de chêne sur l’une desquelles est un petit cabinet de bois d’ébène, à plusieurs tiroirs, et sur l’autre un vieux morceau de tapis de serge verte, un vieux fauteuil couvert de point de Hongrie, deux chaises, l’une couverte de vieille.....et l’autre de vieille tapisserie à roses, le tout fort usé et presque inutile, estimé 5 livres ;
- 366. Plus deux petits chenets de fer estimés 30 sous ;
- 367. Plus un vieux bahut fermant à cadenas, lequel ayant été ouvert, s’est trouvé presque inutile, estimé 10 sous.

Et de ladite garde-robe sommes entrés dans l’anti¬chambre de feu monseigneur, dans laquelle on va de sa chambre et où s’est trouvé :
- 368. Une tapisserie de cuir doré ayant cent six peaux cousues ensemble, mi-usée, estimée 60 livres ;
- 369. Plus quatre fauteuils anciens, couverts de damas caffard fond vert à fleurs blanches ; usés, estimés 4 livres ;
- 370. Plus vingt tabourets de différentes façons, cinq couverts de même damas que les fauteuils, cinq couverts de tapisserie, six couverts de tapisserie au petit point, avec des inscriptions, et les quatre autres couverts de tapisserie à gros points, façon de Turquie, estimés 11 livres ;
- 371. Plus deux petits cabinets d’ébène noir, sur leurs pieds aussi noirs, garnis de leurs tiroirs, fort anciens et usés, dans lesquels ne s’est rien trouvé, estimés 4 livres ;
- 372. Plus un autre petit cabinet aussi à petits tiroirs, garni de plaques et couvert de peau de chagrin, dans lequel ne s’est rien trouvé, estimé 15 li¬vres ;
- 373. Plus une petite cassette de bois d’ébène à plaques de cuivre doré, garnie de satin, dans laquelle ne s’est rien trouvé, estimée 50 sous ;
- 374. Plus deux pyramides de ferblanc à mettre des fleurs, estimées 10 sous ;
- 375. Plus un miroir moyen, avec sa bordure et chapiteau de bois doré, fort vieux et dédoré, estimé 10 livres ;
- 376. Plus cinq vieux tableaux dont deux sans bordure, représentant, l’un le Roi dans sa jeunesse, deux monsieur et madame de Liancourt, un St-Jean au désert, et le dernier une Joconde, estimés ensemble 4 livres ;
- 377. Plus un grand crucifix d’ivoire blanc, avec son cadre et sa croix de vieux bois doré, ladite croix posée sur un fond de velours vert, le tout fort ancien, estimé 8 livres ;
- 378. Plus un vieux rideau de fenêtre, de damas garni de franges et mollets d’or, estimé 40 sous.

- 379. Et de là sommes entrés dans la petite chambre joignante, où il y a une tenture de tapisserie de damas cramoisi, en quinze laizes, bordée de mollets d’or faux, mi-usée, estimée 50 livres ;
- 380. Plus cinq tabourets de bois, de noyer tournés en menuiserie, couverts de même damas cramoisi et autour desquels est clouée une frange de soie cramoisie, estimés 5 livres ;
- 381. Plus quatre autres petits tabourets couverts de brocard fond blanc à fleurs d’or, estimés 3 livres ;
- 382. Plus un petit lit à tombeau, d’un autre damas cramoisi à grands ramages, bordé sur toutes les coutures d’un petit « passepoint » d’or, avec les quatre pommes et une petite pente au haut du dossier, plissée et bordée, le bois de lit sanglé et garni de deux matelas de laine pesant cin¬quante livres, couverts de vieille futaine, un lit de plume de coutil de Bruxelles à petites raies noires, pesant quarante livres, un traversier de même coutil pesant six livres, deux couvertes piquées, une de toile de coton brodée de soie brune, l’autre de taffetas incarnat et blanc, le tout estimé ensemble 90 livres ;
- 383. Plus, à la fenêtre de ladite chambre, un rideau de damas blanc tout déchiré, garni de franges et mollets.d’or, estimé 2 livres ;
- 384. Plus, dans la cheminée, une petite grille, une pelle et une paire de tenailles, le tout estimé 2 livres ;
- 385. Plus deux tableaux de Vierges, avec leurs cadres de bois en sculpture, fort anciens, estimés 3 li¬vres ;
- 386. Plus deux petits tableaux « de glaces », à bordures de bois d’ébène, représentant une Vierge et l’Adoration des trois Rois, estimés 30 sous ;
- 387. Plus un petit crucifix d’ivoire sur un tableau de velours noir, avec sa croix, la bordure en bois doré et fort dédoré, estimé 1 livre ;
- 388. Plus quatre autres petits tableaux dans leurs vieux cadres dorés, les cadres fort usés, estimés 2 livres ;
- 389. Plus un autre petit tableau d’enfants nus, estimé 5 livres ;
- 390. Plus un cabinet de bois de noyer, à deux armoires et un tiroir, presque neuf, avec sa ferrure, dans lequel il ne s’est rien trouvé, estimé 6 livres.

- 391. Et de là sommes entrés dans une petite antichambre joignant la précédente et servant de garde-robe, dans laquelle il s’est trouvé quatre petits morceaux de tapisserie d’Asie ou réseau de laine sur de la toile blanche, lesdits morceaux fort anciens, usés et troués, avec la garniture d’un petit lit, de même façon que la tapisserie et consistant en rideaux, pentes, soubassements, fond et dossier de toile, le petit bois de lit garni d’une mauvaise paillasse, deux matelas de laine courte, couverts de toile, pesant trente-six livres, un traversier de plume dans un vieux coutil, pesant six livres, et une couverte de laine blanche gâtée des teignes, ledit châlit ayant quatre pommes de bois doré, le tout estimé 20 livres :
- 392. Plus une table de bois de chêne avec un vieux tapis de serge verte, sans franges, le tout estimé 1 livre.
- 393. Plus trois petits pliants couverts de vieux velours à ramages, fond bleu, estimés 1 livre.

- 394. Et de là sommes revenus dans un petit cabinet autrefois appelé la Petite chapelle, où s’est trouvé un chandelier de bois d’ébène garni de cinq branches de cristal, et une lunette en cristal vert, qui est cassée, lesdits objets estimés 1 livre ;
- 395. Plus une petite cassette à senteurs, couverte en peau et garnie de feuilles d’argent, estimée 5 livres ;
- 396. Plus une petite boîte noire dans laquelle il y a six couteaux à manches d’agate et à lames dorées, estimée 3 livres ;
- 397. Plus un pot à bouquets à trois corniches, avec deux petits tableaux, le tout de cuivre émaillé et fort ancien, estimés ensemble 2 livres ;
- 398. Plus quatre petites cassettes de différentes façons, fort usées et inutiles, estimées 1 livre ;
- 399. Plus une branche de cuivre doré à mettre bougie, sur un petit tableau d’ébène, estimée 10 sous ;
- 400. Plus deux petites caisses à bouquets de papier, de velours noir, une soucoupe de cuivre émaillé, quatre reliquaires de différentes façons, le tout fort ancien, estimé 30 sous ;
- 401. Plus vingt-trois petits tableaux de paysages, avec leurs cadres de bois doré, la dorure presque tout effacée, estimés 50 sous ;
- 402. Plus huit anciens tableaux peints sur toile, sans cadres, la peinture en partie effacée et la toile un peu déchirée, représentant des jeunes sei¬gneurs de la maison et des dames, estimés, à cause de leur usure, 30 sous ;
- 403. Plus treize autres tableaux de têtes, dans leurs cadres de bois doré, la dorure un peu effacée, ’ et trois autres petits tableaux peints sur bois, le tout estimé 5 livres ;
- 404. Plus seize autres petits tableaux à cadres de bois d’ébène, représentant diverses figures, les pein¬tures et cadres fort anciens et usés, dix autres petits tableaux de plâtre doré, un petit.....sur un taffetas rouge, et treize autres petits de plâtre non doré, le tout estimé 4 livres ;
- 405. Plus un cadre de miroir, en ébène, garni de huit plaques d’argent, estimé 6 livres ;
- 406. Plus un petit miroir en.....dont la couverture est en broderie déchirée, estimé, avec un petit reliquaire et cadre en bois d’ébène, 2 livres ;
- 407. Plus six soucoupes de verre blanc, rayé, six autres soucoupes de verre uni, six petits dragons de verre façonné, un coquemard de cristal, cassé, deux tasses aussi de cristal, dont l’une est cou¬verte, le tout estimé 2 livres ;
- 408. Plus deux petites coupes de verre façonné, un petit coquemard en terre de Flandre, quatre plats de faïence dont deux un peu cassés par les bords, le tout estimé 1 livre.
- 409. Et de là sommes allés dans la chambre au-dessus du portail, où s’est trouvé, dans le foyer, une paire de petits chenets à pommes de cuivre, une pelle et une paire de tenailles de fer battu, le tout estimé 50 sous ;
- 410. Ladite chambre tendue de cinq pièces de tapisserie ancienne et usée, appelée des Vendangeurs, ladite tapisserie estimée 50 livres ;
- 411. Plus un lit complet en damas cramoisi bordé d’un petit passepoint d’or, comprenant quatre rideaux, deux bonnes-grâces, le fond d’en haut, le dossier, les quatre petites pentes du dedans, les trois soubassements unis et bordés d’or, les trois pentes d’en haut plissées, ayant aux rideaux seize laizes, les quatre pommes ayant des galons et houppes d’or faux, le bois de lit garni d’une vieille paillasse, d’un lit de plume dans un vieux coutil rayé, pesant, avec son traversier, soixante livres, un matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant aussi soixante livres, une couverte de laine blanche fort gâtée des teignes, une autre couverte de toile de coton piquée, le tout estimé 130 livres ;
412. Plus une table de bois de noyer faite en menuiserie,
sur laquelle est un tapis de Turquie fort ancien et usé, estimée 5 livres ;
- 413. Plus un grand fauteuil roulant à crémaillères, couvert de vieille moquette à ramages, estimé 2 livres ;
- 414. Plus un autre fauteuil couvert de velours à ramages, fond blanc, les bras couverts de tapis¬serie, estimé 30 sous ;
- 415. Plus quatre chaises et trois tabourets couleur de frù (sic), estimés 5 livres.
- 416. Et de là sommes allés et entrés dans la première garde-robe, où s’est trouvé un petit vieux bois de lit usé, avec une mauvaise paillasse, un matelas de laine couvert de toile, un traversier de plume pesant cinq livres, une mauvaise cou¬verte de laine blanche et le tour du lit consis¬tant en trois rideaux, deux bonnes-grâces, le fond et le dossier d’une petite étoffe de fil et laine de la Porte de Paris, tout usée et déchirée, le tout estimé 7 livres ;
- 417. Plus une mauvaise petite table carrée, de bois de sapin, estimée 10 sous.
- 418. Et de là sommes retournés et allés dans la seconde garde-robe, où s’est trouvé un petit bois de lit, avec sa paillasse, son matelas de laine couvert de vieille toile et pesant dix-huit livres, son traversier de plume couvert de vieux coutil, pesant cinq livres, une couverte de lame blanche toute trouée, et la garniture dudit châlit formée de trois vieux morceaux de bergame, le tout estimé 5 livres ;
- 419. Plus un vieux tabouret percé, couvert de vieille serge verte, estimé 5 sous.
- 420. Et de là sommes allés dans l’antichambre du bâtiment neuf, où s’est trouvée une tapisserie haute-lisse, en quatre pièces, trouée en plusieurs endroits, appelée des Grands personnages, laquelle a été estimée 80 livres ;
- 421. Plus quatre chaises et huit tabourets de bois uni, couverts d’un vieux brocard fond blanc, estimés 10 livres ;
- 422. Plus quatre autres tabourets couverts de vieux velours, vert, à ramages, estimés 2 livres ;
- 423. Plus quatre autres petits tabourets couverts de vieux velours, dont un tout déchiré, estimés 1 livre ;
- 424. Plus deux tables de bois de noyer, faites en menuiserie, avec leurs tiroirs sans serrures, étant mi-usées, estimées 5 livres 10 sous ;
- 425. Plus deux tapis de vieux drap noir à franges d’or faux, couvrant lesdites tables, lesdits tapis fort usés, estimés 4 livres ;
- 426. Plus un tableau représentant une dame qui tient une perle en sa main, le cadre de bois de noyer, estimé 3 livres.
- 427. Et de ladite antichambre sommes entrés dans une chambre du même appartement dans laquelle s’est trouvée une tapisserie de cuir doré estimée 50 livres ;
- 428. Plus un lit complet, d’une moire d’argent à fleurs et bouquets doublée de taffetas blanc, consis¬tant en deux grands rideaux, deux bonnes-grâces, le fond, le dossier, les pentes de dehors et de dedans, lès soubassements et les quatre pommes, le tout de moire fond blanc de diffé¬rentes façons et garni de franges, crépines et mollets or et argent, la garniture beaucoup plus que mi-usée, estimé 105 livres ;
- 429. Plus le bois dudit lit, en chêne, avec sa paillasse de toile d’étoupe, deux matelas de laine couverts de vieille futaine et pesant soixante-quatorze livres, un lit et.son traversier, les deux cou¬verts de vieux coutil de Bretagne et pesant huit livres, une couverte de laine d’Angleterre et une autre de Marseille, le tout fort usé, estimé 40 livres ;
- 430. Plus huit chaises couvertes d’un vieux brocard fond blanc, estimées 8 livres ;
- 431. Plus une table de bois de noyer faite en menuiserie et couverte d’un vieux tapis de drap vert, le tout estimé 6 livres.
- 432. Et de là sommes entrés dans la petite garde-robe qui est tendue d’une vieille tapisserie en quatre pièces et fort usée, appelée Monplaisir, estimée 10 livres ;
- 433. Plus un petit bois de lit en bois de noyer, garni d’une paillasse de toile d’étoupe, d’un matelas de laine couvert de vieille toile de futaine, pesant trente livres, un vieux traversier de plume couvert de vieux coutil et pesant sept livres, une couverte de laine blanche trouée en beaucoup d’endroits, le tour du lit formé d’une garniture fil et laine à fond blanc et fleurs vertes, composée de trois rideaux, deux bonnes-grâces, le fond et le dossier, le tout estimé 15 livres ;
- 434. Plus un tabouret percé, couvert de serge verte, estimé 15 sous ;
- 435. Plus une fort vieille chaise en tapisserie à roses, et une petite table de noyer, estimées 25 sous.

- 436. Et de là sommes entrés dans la grande chambre du bâtiment neuf, où avons trouvé, dans la cheminée, une paire de chenets à pommes de cuivre, une pelle de fer et des tenailles aussi de fer, le tout estimé 50 sous ;
- 437. Ladite chambre tendue d’une tapisserie de haute-lisse, en cinq pièces, presque mi-usée, appelée de la Licorne, estimée 150 livres ;
- 438. Plus un lit de velours violet, en broderie, composé de quatre rideaux, deux. bonnes-grâces, deux cantonnières, les trois pentes, les trois soubassements et les quatre pommes de mêmes velours et broderie, la broderie or et argent, les rideaux, bonnes-grâces, cantonnières et grande pente de dehors doublés d’un taffetas satin vert pareil à la courte-pointe, le dossier plissé et le chantourné bordé d’un petit liseré or et argent, et au milieu du dossier deux petits mollets or et argent qui prennent depuis le haut jusqu’au bas et font de petites pentes, les fourreaux des piliers de même satin, autour des petits pents un pareil mollet, et au bas une frange de la hauteur de deux pouces, pareille à celle qui est sur le carré de la courte-pointe, au bas des grandes pentes de dehors, une crépine avec une frange sous ladite crépine, de la hauteur de six pouces, au bas des rideaux et soubassements, une pareille crépine simple en haut desdits soubassements, une frange de deux pouces autour de toutes les pièces dudit lit, le tout or et argent fin, ledit lit couvert d’une housse de taffetas vert avec sa petite pente sur les quatre pommes, et quatre bouquets de plumes vertes et blanches, le tout fort ancien, estimé 550 livres ;
- 439. Le bois de lit en noyer uni et la paillasse qui est dessus, estimés ensemble 5 livres ;
- 440. Plus un matelas de laine couvert de yieille futaine, pesant quatre-vingts livres, un lit de plume de vieux coutil de Bretagne, pesant quarante-huit livres, un traversier de plume couvert de vieux basin, pesant six livres, une couverte de Marseille et une autre couverte de laine blanche d’Angleterre, trouées et gâtées des teignes en divers endroits, le tout estimé 50 livres ;
- 441. Plus deux fauteuils de même velours que le lit, et six pliants dudit velours, avec franges or et argent dont il en manque en plusieurs endroits, ayant chacun leur housse de taffetas vert, plus que mi-usés, estimés 20 livres ;
- 442. L’alcôve couverte d’un grand tapis de Turquie, fort ancien, troué et déchiré, estimé 20 livres ;
- 443. Plus six tabourets couverts de brocard fond bleu à franges de soie, fort usé, estimés 8 livres ;
- 444. Plus trois vieux fauteuils de paille dont les bois sont très mauvais, sur lesquels bois il y a trois petits matelas de brocard fond rouge à fleurs d’argent, estimés 6 livres ;
- 445. Plus une table de bois de noyer avec son tiroir et ses deux guéridons de bois, faits en menuiserie, ladite table couverte d’un tapis de drap vert à frange or, argent et soie, le tout estimé 7 livres ;
- 446. Plus un miroir moyen à bordure de bois doré, estimé 15 livres ;
- 447. Plus une petite cassette d’ébène avec son pied tourné, fort usée et vermoulue, ornée de deux mains, une agrafe, deux chiffres, trois rosettes et deux « onceaux », le tout d’argent, estimé 30 livres ;
- 448. Plus un dais en broderie à carreaux, composé de sept pentes, le fond et le tour aussi en broderie à carreaux or et argent, et au bas desdites pentes une crépine or et argent de la hauteur de quatre pouces, ledit dais fort ancien et usé, estimé 80 livres.

- 449. Et de là sommes allés dans la garde-robe du côté de l’horloge, où s’est trouvé un bois de lit en noyer, fort ancien et cassé, estimé 25 sous ;
- 450. Plus un matelas de laine couvert d’une vieille toile trouée, pesant vingt-cinq livres, un traversier de plume couvert d’un vieux coutil pesant huit livres, une couverte de laine blanche, trouée et gâtée des teignes, le tour du lit de vieille serge rouge aussi trouée et déchirée, composé de trois rideaux, deux bonnes-grâces et le dossier, le tout estimé 6 livres ;
- 451. Plus deux vieilles chaises et un tabouret percé couvert de vieille toile, estimés ensemble 1 livre ;
- 452. Plus une vieille table de chêne, mi-usée, estimée 1 livre ;
- 453. Plus deux petits anciens chenets de fer, estimés 1 livre.
- 454. Et de là sommes montés dans une chambre au-dessus de ladite garde-robe, où s’est trouvé un vieux bois de lit et une mauvaise paillasse, estimés 25 sous ;
- 455. Plus la garniture dudit bois de lit, en fil et laine, à fond blanc et fleurs vertes, composée de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, le dossier et le tour, le tout bien mauvais, estimé 30 sous ;
- 456. Plus un vieux matelas de laine couvert de vieille toile, pesant vingt livres, et un traversier de plume couvert d’un vieux coutil, pesant cinq livres, estimés 50 sous ;
- 457. Plus une mauvaise couverte de laine blanche, toute trouée, estimée 1 livre ;
- 458. Plus une mauvaise chaise et un tabouret couverts de mauvaise [tapisserie], estimés 15 sous ;
- 459. Plus une vieille table très mauvaise, estimée 5 sous ;
- 460. Plus deux petits chenets de fer fort anciens, estimés 15 sous.

- 461. Et de là sommes montés dans une chambre au-dessus de la précédente, appelée de l’Arsenal, où nous avons trouvé dix-huit fusils dont l’un est à rouet, et une paire de vieux pistolets aussi à rouet, tant bons que mauvais, estimés 100 livres ;
- 462. Plus un mauvais bois de lit, sa paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant vingt livres, un mauvais traversier de plume couvert d’un mauvais coutil, pesant cinq livres, une couverte blanche, de laine, toute déchirée, et autour dudit lit, trois rideaux et deux bonnes-grâces de serge, le fond et le dossier de toile, le tout estimé 6 livres 10 sous ;
- 463. Plus un vieux fusil à rouet dont le bois est cassé, estimé 2 livres ;
- 464. Plus un bâton percé dans lequel s’est trouvé une lame d’épée, estimé 15 sous.

- 465. Et de là sommes montés en haut du château et sommes entrés dans la première petite chambre du corridor, où s’est trouvé un petit bois de lit de chêne mi-usé, avec une paillasse de toile et un mauvais traversier de plume pesant cinq livres, le coutil fort usé, le tour du lit d’une serge rouge avec frange et mollets de soie, composé de trois rideaux, une bonne-grâce et deux pentes, de même serge, frange et mollets, le rideau de la « ruelle » et le dossier d’une plus mauvaise serge unie, le fond de toile, le tout très usé, troué et gâté des teignes, estimé 7 livres ;
- 466. Plus une mauvaise chaise couverte de moquette, avec une petite table de bois de chêne, les deux estimées 1 livre.

- 467. Et de ladite chambre sommes entrés dans une seconde pareillement petite, où s’est trouvé un pareil bois de lit, paillasse et garniture, un traversier de plume en vieux coutil, pesant quatre livres, le tour du lit de même serge rouge, deux rideaux, un dossier, deux bonnes-grâces et deux pentes, le tout garni de frange et mollets, le fond n’étant que de vieille toile, le tout estimé 5 livres 18 sous ;
- 468. Plus une vieille chaise couverte de moquette et une mauvaise petite table de bois de noyer, estimées 1 livre.

- 469. Et de là sommes allés dans la troisième petite chambre, dans laquelle s’est trouvé un pareil bois de lit et un traversier pesant cinq livres, la garniture dudit bois de lit étant faite de mauvais drap et serge rouge de différentes façons, et composée de deux rideaux, deux bonnes-grâces, un dossier et deux pentes, le tout garni de frange et mollets, le fond du lit n’étant que de vieille toile, le tout estimé 7 livres ;
- 470. Plus une mauvaise chaise couverte de tapisserie et une petite table de chêne, estimées 1 livre.

- 471. Et au bout dudit corridor sommes entrés dans une quatrième petite chambre où s’est trouvé un pareil lit, une paillasse et un traversier de pareille pesanteur que celui de la précédente, la garniture de différentes façons, composée de deux rideaux, une bonne-grâce et une pente de drap rouge avec frange et mollets,- un autre rideau et le dossier, de serge rouge, le rideau de la « ruelle » étant d’une étoffe de la Porte de Paris, fil et laine, le fond dudit lit fait de toile, le tout vieux et usé, estimé 6 livres ;
- 472. Plus une vieille chaise de moquette et une petite table de bois de chêne, le tout vieux et usé, estimé 1 livre.

473. Et sommes aussi entrés dans une cinquième petite chambre du même corridor, à côté de la précédente, dans laquelle s’est trouvé un pareil bois de lit, sa paillasse, un traversier couvert de vieux coutil et pesant cinq livres, la garniture du lit étant de serge rouge et composée de trois rideaux, deux bonnes-grâces et le dossier, le fond fait de vieille toile, le tout estimé 6 livres ;
- 474. Plus une vieille chaise couverte de vieille moquette et une table de bois de chêne, estimées 20 sous.

- 475. Et desdites petites chambres sommes descendus dans la première chambre sur l’appartement neuf, où nous avons trouvé deux petits chenets de cuivre ayant chacun une pomme de cuivre, estimés 1 livre ;
- 476. Ladite chambre tendue d’une tapisserie en quatre pièces, ancienne et usée, appelée de Monplaisir, dans laquelle sont représentés des châteaux de la maison [de La Rochefoucauld], ladite tapisserie estimée 30 livres ;
- 477. Plus trois petits morceaux d’étoffe fil et laine, « sur la porte de la cheminée », fort mauvais et déchirés, qui n’ont été estimés à cause de leur inutilité ;
- 478. Plus un bois de lit de noyer, avec une mauvaise paillasse, deux matelas de laine dans de vieille futaine, pesant cinquante-six livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil et pesant sept livres, une couverte de toile de coton piquée et une autre couverte de laine rouge, le tout fort ancien et usé, estimé 15 livres 10 sous ;
- 479. Plus la garniture dudit bois de lit, en vieux damas cramoisi, consistant en quatre rideaux, deux bonnes-grâces et trois pentes de dehors, dudit damas, avec un vieux point d’Espagne or et argent sur toutes les coutures, avec un mollet aussi or, argent et soie autour desdits rideaux, bonnes-grâces et pentes, au bas desquelles pentes est une crépine aussi or et argent, au-dessous de laquelle crépine est une grande frange de soie, les quatre pommes aussi de damas, galonné d’or faux, les soubassements et le dossier d’un autre damas, avec franges et mollets de soie, le tour dudit lit et les trois pentes de dedans faits en mauvais taffetas cramoisi, piqué et troué, le tout estimé ensemble 40 livres ;
- 480. Plus une mauvaise table de bois de chêne et son tapis de moquette, estimés 1 livre ;
- 481. Plus trois fauteuils brisés et six pliants de vieux velours cramoisi, estimés 4 livres ;
- 482. Plus, sur la porte d’entrée, un vieux tableau représentant une Madeleine, dans sa bordure de bois noir, estimé 1 livre.

- 483. Et de la susdite chambre sommes entrés dans la garde-robe y joignant, où avons trouvé un petit bois de couchette avec une mauvaise paillasse, un matelas de laine couvert de toile et pesant dix-huit livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil, pesant quatre livres, et une très mauvaise couverture de laine blanche, hors d’usage, le tout estimé 6 livres ;
- 484. Plus une petite table de chêne sur deux tréteaux, une mauvaise chaise de moquette et un tabouret percé couvert de serge jaune, le tout fort vieux, estimé 30 sous. Et la nuit étant venue, nous nous sommes retirés et avons remis la continuation dudit inventaire à demain.

Et advenant le lendemain dix-septième dudit mois de novembre mil sept cent vingt-huit, nous sommes transportés de ladite ville de Verteuil au château dudit lieu, avec ledit de Grandmaison et lesdits arbitres, et continuant ledit inventaire,

- 485. Sommes entrés dans la seconde chambre sur l’appartement neuf et le pont de bois, où avons trouvé, dans la cheminée, une paire de petits chenets de fer à pommes de cuivre, fort usés, estimés 25 sous ;
- 486. Ladite chambre tendue d’une tapisserie de haute-lisse, composée de cinq pièces et représentant les Travaux d’Hercule, fort ancienne et trouée, estimée 30 livres ;
- 487. Plus un bois de lit de noyer, fort usé, avec une vieille paillasse de toile d’étoupe, un lit de plume et son traversier, pesant les deux cinquante livres, un vieux matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant trente-deux livres, une couverte d’Angleterre, de laine blanche, gâtée et mangée des teignes, une autre couverte de toile de coton piquée et fort usée, et la garniture du lit en vieux taffetas vert à carreaux, avec franges et mollets de soie, ladite garniture composée de deux grands rideaux, deux bonnes-grâces, le fond, le dossier et les trois soubassements, le tout usé et troué à ne pouvoir plus servir, estimé 41 livres ;
- 488. Plus une table de bois de chêne, estimée 1 livre ;
- 489. Plus deux fauteuils et huit pliants, avec des housses de même taffetas que le lit, très mauvais et usés, estimés 4 livres 10 sous.
- 490. Et de ladite chambre sommes entrés dans la première garde-robe, près la cheminée, où s’est trouvé un petit bois de couchette en charpente et bois de chêne, avec une paillasse de toile d’étoupe, un matelas couvert de vieille toile, pesant dix-huit livres, un petit traversier de plume et la moitié d’une vieille couverture de laine blanche, le tout estimé 5 livres 10 sous ;
- 491. Plus un vieux bois de fauteuil et deux chaises garnies de vieille tapisserie, et un tabouret percé couvert de serge rouge, le tout estimé 30 sous.
- 492. Et de là sommes allés dans la seconde garde-robe joignant la première, où avons trouvé un bois de lit entièrement usé, avec une petite paillasse, un matelas de laine pesant vingt-cinq livres, un petit traversier pesant quatre livres, une mauvaise couverture de laine blanche, les rideaux, les bonnes-grâces d’une mauvaise satinette rapiécée, le tout estimé 7 livres 10 sous ;
- 493. Plus trois vieilles formes de chaises, dont deux couvertes d’une mauvaise moquette déchirée, estimées 1 livre.

- 494. Et de là sommes entrés dans un petit réduit, où s’est trouvé un petit bois de lit estimé 15 sous.

- 495. Et de là sommes allés, dans un autre petit réduit, au-dessus du précédent, où s’est trouvé un petit bois de lit estimé 15 sous.

- 496. Et de là sommes descendus en bas du degré, où avons trouvé un bois de couchette estimé 1 livre.

- 497. Et de là sommes remontés par le même petit degré et allés dans une chambre entre les deux tours, proche le pont de bois, où s’est trouvé, dans le foyer, une paire de chenets, une pelle et une paire de tenailles, le tout de fer, estimé 2 livres ;
- 498. Ladite chambre tendue d’une tapisserie haute-lisse, à grands personnages, en quatre pièces désassorties, presque hors d’usage, estimée 19 livres 10 sous ;
- 499. Plus un bois de lit de chêne fort usé, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant trente-quatre livres, un lit de plume avec son traversier, pesant ensemble cinquante livres, une couverte de laine blanche d’Angleterre plus que mi-usée, et la garniture du lit, en damas cramoisi, composée de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, un dossier, deux pentes et deux soubassements, le tout dudit damas, avec franges et mollets de soie cramoisie, le fond du lit d’un vieux taffetas, aussi cramoisi, le tout estimé 60 livres ;
- 500. Plus un fauteuil, un tabouret et cinq chaises, le tout garni d’une vieille moquette usée et déchirée, estimé 4 livres ;
- 501. Plus un vieux et petit fauteuil garni de serge jaune, estimé 1 livre ;
- 502. Plus une petite table de bois de chêne, estimée 25 sous.
- 503. Et de là sommes entrés dans la garde-robe, où s’est trouvé un méchant bois de couchette, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile et pesant huit livres, un traversier de plume en vieux coutil, pesant trois livres, et une mauvaise garniture de laine blanche, déchirée et hors de service, le tout estimé 7 livres 10 sous ;
- 504. Plus une mauvaise chaise couverte en tapisserie, un pliant et un tabouret percé, le tout estimé 18 sous.
- 505. Et de là sommes entrés dans une autre chambre à côté, appelée la chambre du Four, laquelle avons trouvée tendue d’une tapisserie haute-lisse, à grands personnages, consistant en cinq pièces, fort ancienne et usée, estimée 75 livres ;
- 506. Plus deux bois de lit de noyer avec leurs paillasses, sur l’un desquels se sont trouvés deux matelas de laine couverts de toile et futaine, pesant cinquante-quatre livres, un traversier de plume en coutil, pesant sept livres, une couverte de laine blanche gâtée des teignes, une autre couverte de toile de coton piquée, et la garniture du lit, en vieux damas vert à petits ramages, composée de trois rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, le tout bordé d’un petit mollet de soie, le dossier, le fond et les trois pentes en taffetas à grain d’orge, ayant au bas desdites pentes une crépine de soie verte, la courte-pointe en petit taffetas vert doublé de vieille toile blanche bordée d’un petit mollet de soie, et les quatre pommes du lit garnies de toile blanche, le tout fort ancien et usé, estimé 38 livres.
- 507. Et au-dessus du même lit sont aussi deux matelas de laine couverts de vieille futaine trouée, pesant quarante livres, un traversier de plume pesant sept livres, une couverte de laine blanche, une autre couverte de toile de coton piquée, pareille à celle du premier lit, et la garniture dudit lit, de vieux camelot blanc, composée de quatre rideaux et deux bonnes-grâces, avec un mollet de soie de plusieurs couleurs et une frange au bas desdits rideaux, les trois pentes de dehors en tapisserie au point à la turque, avec une crépine de soie aussi de plusieurs couleurs, la courte-pointe, le fond, le dossier et les trois pentes de dedans de toile satinée blanche, avec les quatre pommes aussi blanches, le tout fort ancien et usé, estimé 42 livres ;
- 508. Plus une table de bois de chêne unie, avec un mauvais tapis de serge verte, estimée 30 sous ;
- 509. Plus quatre pliants et quatre chaises couvertes de vieille tapisserie à coquilles, estimés 4 livres ;
- 510. Plus quatre autres vieilles chaises de tapisserie de roses, estimées 30 sous ;
- 511. Plus un vieux tableau de paysage dont la peinture est effacée, estimé 10 sous.

- 512. Et de ladite chambre sommes entrés dans la garde-robe, où avons trouvé un bois de couchette presque neuf, estimé 50 sous ;
- 513. Plus une vieille paillasse de toile d’étoupe pourrie, estimée 5 sous ;
- 514. Plus un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant vingt-quatre livres, estimé 4 livres 10 sous ;
- 515. Plus un traversier de plume, le coutil fort usé, pesant quatre livres, estimé 15 sous ;
- 516. Plus une petite couverte de laine blanche toute trouée, estimée 10 sous ;
- 517. Plus un petit tabouret percé, couvert de serge verte, estimé 5 sous.

- 518. Et de ladite chambre et garde-robe sommes allés en une autre chambre neuve du corridor joignant la précédente et dans laquelle il n’y a pas de cheminée, laquelle avons trouvée tendue de six pièces de tapisserie, tant grandes que petites, appelées Monplaisir, fort anciennes et usées, estimées 36 livres ;
- 519. Plus un bois de lit en chêne, fait de menuiserie, presque neuf, une paillasse, un lit de plume et un traversier de coutil simple, plus que mi-usé, pesant quarante-deux livres, un matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant trente livres, une couverte de laine blanche mi-usée, et la garniture dudit lit, composée de deux grands rideaux, deux bonnes-grâces, le dossier de « toille dantelle à raysaux, sur lequel dit « raysaux sont des bandes de toille rouge et « jaune », le fond d’une vieille toile blanche, lé tout estimé ensemble 40 livres ;
- 520. Plus un fauteuil et douze tabourets garnis de moquette rayée rouge et vert, le tout estimé 14 livres ;
- 521. Plus une petite table de bois de noyer avec un petit miroir, estimée 3 livres.
- 522. Et de ladite chambre sommes entrés dans la petite garde-robe joignante, où avons trouvé une petite-couchette presque neuve, une mauvaise paillasse, un petit matelas de laine couvert de toile usée, un traversier couvert de vieux coutil, pesant quatre livres, et la moitié d’une vieille couverte de laine blanche, le tout estimé 6 livres ;
- 523. Plus un petit fauteuil couvert de moquette usée, un vieux pliant sans garniture et un tabouret percé couvert de serge jaune, le tout estimé 15 sous.
- 524. Et de ladite chambre et garde-robe sommes allés à la seconde chambre neuve joignant la précédente, où avons trouvé, dans le foyer, deux chenets à pommes de cuivre, estimés 6 livres ;
- 525. Dans ladite chambre une tapisserie de Bergame à bandes de point de Hongrie, pentes et soubassements en quatre pièces vieilles et plus que mi-usées, estimé 12 livres ;
- 526. Plus un bois de lit en chêne presque neuf, sur lequel sont une paillasse, un lit de plume et un traversier, pesant les deux quarante livres, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant trente livres, une couverte de laine blanche d’Angleterre un peu gâtée des teignes, autre couverte de toile de coton piquée, et la garniture dudit lit, composée de quatre rideaux d’un vieux damas à grands ramages, couleur noisette, avec deux cantonnières, deux bonnes-grâces, trois pentes, trois soubassements et trois petites pentes de velours, le tout à petites fleurs fond blanc, orné d’un galon velouté noir en broderie de soie blanche, avec mollets et crépines de soie, le dossier d’un autre velours à ramages, fond blanc, fleurs, violettes, le fond n’étant que de toile, le tout estimé ensemble 75 livres ;
- 527. Plus un fauteuil de tapisserie au point à la turque, au bas d’amours, estimé 30 sous ;
- 528. Plus six tabourets couverts de triple rayé vert et rouge, mi-usés, estimés 5 livres ;
- 529. Plus quatre autres tabourets de triple, couleur de feu, estimés 3 livres ;
- 530. Plus une table de bois de noyer tourné, usée, estimée 3 livres.

- 531. Et dans la garde-robe joignant à ladite chambre s’est trouvé un petit bois de couchette avec sa paillasse, un vieux matelas de laine couvert de mauvaise toile, pesant quinze livres, la moitié d’une mauvaise couverture de laine, un mauvais tabouret couvert de moquette, un autre vieux tabouret percé couvert de serge jaune, le tout estimé 6 livres.
- 532. Et de ladite chambre (garde-robe) sommes entrés dans la troisième chambre neuve joignant la précédente, où s’est trouvé, dans le foyer, une paire de chenets à pommes de cuivre, estimée 6 livres ;
- 533. Ladite chambre tendue de sept morceaux de tapisserie de Bergame vieux et usés, estimés 10 livres ;
- 534. Plus un bois de lit, une paillasse, deux matelas de laine couverts de vieille toile, pesant cinquante-quatre livres, un traversier de plume en vieux coutil, pesant six livres, une couverture de laine blanche fort gâtée des teignes, une autre couverture de toile de coton piquée, le bois de lit garni de deux rideaux, deux bonnes-grâces, le fond, le dossier et les six pentes, tant de dehors que de dedans, en brocatelle de Turin par bandes vertes et couleur de paille, le tout vieux et usé, estimé 55 livres ;
- 535. Plus un fauteuil et un tabouret couvert de tapisserie de « Savonière (?) », fond jaune à fleurs noires, estimés 3 livres 10 sous ;
- 536. Plus une forme et douze tabourets garnis de triple rayé rouge et vert, estimés 8 livres.

537. Et de là sommes entrés dans la garde-robe, où il s’est trouvé un bois de couchette avec sa paillasse, sur laquelle est un matelas de laine couvert de vieille toile et pesant dix-huit livres, un traversier de plume couvert de coutil, vieux et usé, pesant cinq livres, la moitié d’une vieille couverture de lame blanche, une vieille table de bois de chêne et un vieux tabouret percé couvert de serge rouge, le tout ensemble estimé 5 livres 10 sous.

- 538. Et de là sommes passés dans un salon où il n’y a aucuns meubles et sommes entrés ensuite dans la chambre au bout, où logeait feue madame de Sillery, où nous avons trouvé deux chenets à pommes de cuivre, très petits, estimés 2 livres 10 sous ;
- 539. Ladite chambre tendue en plein de quatre pièces de tapisserie haute-lisse, de la tenture des Vendangeurs, très usées et trouées en plusieurs endroits, estimées 50 livres ;
- 540. Plus un bois de lit en noyer, fait en menuiserie et mi-usé, sur lequel se sont trouvés une paillasse, deux matelas de laine couverts de vieille futaine et pesant soixante livres, un traversier de plume couvert de basin, pesant huit livres, une couverture de laine blanche gâtée des teignes, une autre couverture de toile de coton piquée, et la garniture du lit, en taffetas jaune, avec la housse garnie de frange et mollets de soie de même couleur, ladite garniture composée de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, le fond, le dossier, la courtepointe, les fourreaux des piliers et les quatre pommes, le tout dudit taffetas jaune, antique et usé, estimé 80 livres ;
- 541. Plus un fauteuil à « cramaliers » et six pliants couverts du même taffetas jaune que la garniture du lit, le tout antique et fort usé, estimé 10 livres ;
- 542. Plus cinq chaises et trois tabourets de vieille tapisserie à coquilles, le tout vieux et usé, estimé 3 livres 15 sous ;
- 543. Plus deux tables de bois de noyer fort usées, sur l’une desquelles est un tapis de taffetas jaune pareil au lit, avec frange et mollets de soie, et sur l’autre un tapis de drap vert à frange d,e soie verte, le tout estimé 6 livres ;
- 544. Plus un tableau de paysage, dans un cadre de bois, estimé 3 livres.
- 545. Et de là sommes entrés dans la garde-robe, où nous avons trouvé un vieux bois de lit tendu de trois rideaux, deux bonnes-grâces de vieille serge, une vieille paillasse, un matelas de laine couvert de toile, pesant trente livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil et pesant six livres, et la moitié d’une vieille couverture de laine bleue, le tout ’fort usé et antique, estimé ensemble 8 livres ;
- 546. Plus un fauteuil portant pour malade, fait de velours feuille morte, avec sa housse et rideaux, le fond de vieille serge violette, et un tabouret percé couvert de serge verte, le tout fort vieux et mauvais, estimé 2 livres.

- 547. Et de là sommes revenus par ledit salon et sommes entrés dans une autre chambre où logeait autrefois madame Sabatier et dans laquelle se sont trouvés deux petits chenets de fer battu estimés 1 livre ;
- 548. Plus une petite table de bois de chêne couverte d’un mauvais tapis de serge verte, estimée 22 sous ;
- 549. Plus cinq fauteuils et quatre chaises, le tout couvert de vieille moquette, estimé 2 livres 10 sous ;
- 550. Plus un mauvais bois de lit, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile et futaine, pesant vingt-huit livres, un traversier de plume et coutil, pesant six livres, une mauvaise garniture de laine rouge trouée, ledit bois de lit garni de trois rideaux, une bonne-grâce, un dossier et trois pentes, le tout de vieille serge verte, avec frange et mollets de soie, estimé 12 livres 10 sous.
- 551. Et de là sommes entrés dans un petit passage où s’est trouvé un bois de couchette, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant quinze livres, un petit traversier de plume pesant 3 livres, et la moitié d’une vieille couverte de laine blanche, Je tout estimé 3 livres 10 sous.
- 552. Et de là sommes entrés dans un petit cabinet appelé le cabinet à écrire de monseigneur, où avons trouvé une petite table de bois de noyer, carrée, presque neuve, une autre de pareil bois, ovale, aussi presque neuve, et une vieille forme de bois dégarnie, le tout estimé 5 livres ;
- 553. Plus un bois de lit avec son châssis garni de vieux satin, le tour du lit tendu de trois rideaux et d’une bonne-grâce, le dossier fait d’une dentelle à réseaux, et sous la dentelle une toile rouge, ledit lit composé aussi d’un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant vingt-quatre livres, un traversier de toile pesant sept livres, et une couverture de toile de coton piquée, fort antique, le tout estimé 15 livres.

- 554. Et de là sommes revenus dans le même salon et sommes montés par un petit degré dans la chambre de monsieur Le Maistre, dans laquelle il s’est trouvé un vieux bois de lit, avec une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant vingt livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil, pesant cinq livres, une mauvaise couverture de laine blanche rongée des teignes, un mauvais tabouret garni de toile, et une vieille et antique table montée sur deux tréteaux, la garniture du lit étant composée de trois rideaux et de deux bonnes-grâces, d’une vieille étoffe fil et laine de la Porte de Paris, le tout estimé 12 livres.

- 555. De là sommes descendus et retournés par les chambres neuves et revenus en haut du degré, où s’est trouvé un petit degré par lequel sommes montés dans la troisième, chambre entre les deux tours, dans laquelle se sont trouvés deux petits chenets, la pelle et les tenailles, le tout de fer, estimé 30 sous ;
- 556. Ladite chambre et l’alcôve où est le lit, tendues de sept morceaux de vieille étoffe fil et laine, estimés 1 livre ;
- 557. Plus un ancien bois de lit en menuiserie garni d’une paillasse, de deux matelas de laine couverts de vieille toile et pesant cinq livres, un traversier de plume en vieux coutil, pesant, avec le lit, quarante livres, une couverture de laine blanche gâtée des teignes, et la garniture dudit bois de lit faite en petit satin rayé de plusieurs couleurs, doublé d’une grosse mousseline, ladite garniture composée de trois rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, le fond, la courte-pointe, les deux pommes et le tapis de table, avec frange et mollets soie, le tout de plusieurs couleurs, fort ancien et usé, estimé 40 livres ;
- 558. Plus quatre vieux pliants couverts de vieille moquette verte à fleurs, une chaise et un pliant couverts d’un vieux coutil rayé, et une vieille table de chêne, le tout estimé 2 livres.
- 559. Dans les deux garde-robes se sont trouvés un vieux bois de couchette, un tabouret percé, un autre bois de couchette, une paillasse et un mauvais matelas de bourre, un traversier de plume couvert d’un vieux coutil, pesant trois livres, et la moitié d’une mauvaise couverture de laine blanche, le tout estimé 3 livres.

- 560. Et de là sommes montés par un marchepied de bois dans l’endroit où travaille le tapissier, et nous n’avons trouvé qu’une couchette et deux chaises couvertes de vieille moquette, le tout estimé 30 sous.

- 561. Et de là sommes allés dans une grande chambre qui communique avec deux petites et dans lesquelles couchent les valets, où nous avons trouvé cinq couchettes, une petite table de bois de chêne, trois vieux pliants, une chaise et un tabouret sans garniture, le tout estimé 9 livres.

- 562. Et de là sommes allés dans la grande galerie dudit château, dans laquelle se sont trouvés, d’un côté de la galerie, quatre tableaux, dont deux dans des cadres dorés, un dans un cadre de bois de senteur et l’autre dans un cadre de bois d’ébène, lesdits tableaux représentant feu monseigneur le cardinal de La Rochefoucauld assis dans un fauteuil, un autre monseigneur le prince, un autre feu monseigneur le duc de La Rochefoucauld, et le dernier un paysage, et de l’autre côté de ladite galerie, entre les croisées, sont vingt-trois tableaux sur toile qui « dépeignent » la généalogie de la maison et qui sont enchâssés dans la boiserie de la galerie, pourquoi ils n’ont été estimés, les quatre premiers estimés 42 livres ;
- 563. Plus dix formes et dix-sept tabourets tournés, de bois de noyer, presque neufs, le tout couvert d’un vieux velours cramoisi, avec une frange de soie clouée, le velours beaucoup plus que mi-usé, estimés ensemble 90 livres ;
- 564. Plus dix autres tabourets couverts d’un triple couleur de feu, fort usés, estimés 10 livres ;
- 565. Plus une table de bois de noyer tournée en menuiserie, presque neuve, couverte d’un vieux tapis de velours cramoisi, doublé de taffetas de pareille couleur, à frange de soie-, le tout estimé 10 livres ;
- 566. Plus deux lustres à six branches et vingt bras à mettre des bougies, le tout de bois doré, estimé 25 livres ;
- 567. Plus s’est trouvé, au bout de ladite galerie, un dais d’un brocard vieux et usé, avec un cordonnet d’or, par bandes, et ses quatre pentes, estimé 25 livres.
- 568. Et de là sommes entrés dans le salon de ladite galerie, où s’est trouvé une table d’ombre, de bois de chêne, à six pans, .presque neuve et garnie d’un tapis de velours, avec ses six pentes et six bourses bordées d’un mollet et d’une frange de soie, le tout cramoisi et vieux, estimé 7 livres ;
- 569. Plus deux autres tables de bois de noyer tourné en menuiserie, presque neuves, sur chacune desquelles s’est trouvé un tapis de vieux drap vert à frange d’or faux, estimées 12 livres ;
- 570. Plus deux formes, six chaises et six tabourets de bois de noyer et chêne, le tout couvert d’un vieux velours cramoisi, les chaises ayant des galons d’or faux, les formes et les tabourets des franges de soie clouées, le tout estimé 25 livres ;
- 571. Plus un grand sopha ou fauteuil et quinze tabourets, le tout de bois de noyer tourné en menuiserie et couvert d’un triple fort ancien et usé, estimé 20 livres ;
- 572. Plus un lustre en bois doré, à six branches, avec son cordon de soie rouge, estimé 6 livres ;
- 573. Plus quatre petits miroirs de glace dont deux ont chacun leurs deux branches et bobèches, les deux autres n’en ayant qu’une, lesdits miroirs appliqués ayant des chapiteaux de cuivre doré, estimés 15 livres ;
- 574. Plus six tableaux peints sur toile, enchâssés dans la boiserie dudit salon, qui représentent messeigneurs et mesdames les ducs et duchesses de La Rochefoucauld et que l’on n’a pas cru devoir estimer.

- 575. Et de là sommes entrés dans une chambre au bout de la galerie, où s’est trouvé une paire de chenets de fer battu, avec une pelle et des tenaillés, le tout estimé 50 sous ;
- 576. Ladite chambre tendue de trois pièces de tapisserie en brocatelle de Turin fond vert à bandes rouges, le tout fort gâté, estimé 20 livres ;
- 577. Plus un bois de couchette en bois de chêne et de noyer, presque neuf, avec une paillasse, deux matelas de laine couverts de basin neuf et pesant cinquante livres, un lit de plume couvert de basin, pesant trente-cinq livres, un traversier pesant cinq livres, une couverte de laine d’Angleterre gâtée des teignes, une couverte de Marseille et la garniture du lit attachée à un châssis dont les deux rideaux et les deux bonnes-grâces sont de mousseline avec de petits galons d’or, le dossier, le fond et les pentes de devant de taffetas vert et taffetas blanc, les trois pentes de dehors et les trois soubassements aussi de taffetas vert et blanc, les carreaux garnis d’une espèce de petite dentelle d’or, au bas desdites pentes une frange or et soie, la courte-pointe de taffetas « à la Chine » fond d’or garni de fleurs de soie de plusieurs couleurs, le tout estimé 100 livres ;
- 578. Plus, autour dudit lit, une housse composée de quatre rideaux et deux bonnes-grâces d’un taffetas rayé vert et blanc, avec franges et mollets de soie, le tout estimé 20 livres ;
- 579. Plus six fauteuils d’alcôve en bois de noyer, presque neufs, ayant le fond, le dossier et la housse de même taffetas, estimés 18 livres.

- 580. Et de là sommes entrés dans la garde-robe de ladite chambre, tendue de cinq vieux morceaux de bergame déchirés et usés, dans laquelle s’est trouvé un bois de lit presque neuf, une vieille paillasse, un matelas de laine couvert de vieille futaine et pesant dix-huit livres, un traversier de plume couvert de basin et pesant cinq livres, une vieille couverture de laine rouge trouée, une mauvaise table de bois de chêne, une vieille chaise de tapisserie et un tabouret percé couvert de vieille serge verte, le tout estimé 18 livres.

- 581. Et de là sommes montés par un petit degré dans une chambre au-dessus de la précédente, dans laquelle s’est trouvé, dans la cheminée, une paire de chenets à pommes de cuivre, estimée 3 livres ;
- 582. Ladite chambre tendue en plein d’une tapisserie de brocatelle de Turin usée et rapiécée, estimée 12 livres ;
- 583. Plus un bois de lit de noyer, presque neuf, avec une vieille paillasse, un matelas de laine couvert de vieux basin, pesant trente livres, un lit de plume et son traversier, en coutil à petites raies, fort usés et pesant cinquante livres, une couverte de laine d’Angleterre gâtée des teignes, une autre couverte de toile de coton piquée, la garniture du lit consistant en deux grands rideaux, deux bonnes-grâces, le fond, le dossier et la courte-pointe, le. tout en damas caffard fond rouge à ramages, fort passé et usé, estimé 50 livres ;
- 584. Plus deux fauteuils et six pliants de bois de chêne uni, avec des housses de damas caffard, estimés 8 livres ;
- 585. Plus une petite table de bois de noyer, faite en menuiserie, estimée 3 livres 10 sous ;
- 586. Plus un tapis de drap vert avec sa frange de soie, estimé 30 sous.

- 587. Et de là sommes entrés dans une garde-robe à côté de ladite chambre, où s’est trouvé un bois de couchette avec une mauvaise paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant dix-huit livres, un traversier de plume couvert de vieux basin, pesant cinq livres, une mauvaise couverte de laine blanche, une petite table, un pliant couvert de vieux coutil, un tabouret percé couvert de vieille serge, le tout estimé 7 livres.

- 588. Et de là sommes descendus et revenus par le grand portail et entrée dudit château dans les appartements bas, premièrement dans celui à main gauche en entrant, où sommes entrés dans une chambre appelée la chambre de l’alcôve, dans laquelle nous avons trouvé une paire de petits chenets à pommes de cuivre, estimée 4 livres 10 sous ;
- 589. Ladite chambre tendue de neuf morceaux de tapisserie de Bergame Monplaisir, désassortis, fort anciens et usés, estimés 40 livres ;
- 590. Plus un bois de lit fort ancien et usé, avec une vieille paillasse, deux matelas de laine, un traversier de plume vieux et usé, une couverte de laine blanche gâtée des teignes, une couverte de toile de coton piquée, et la garniture dudit lit composée de quatre rideaux, deux cantonnières, deux bonnes-grâces, trois pentes, trois soubassements et les quatre pommes, lé tout de tapisserie d’Angleterre, de moire, par bandes, couleur noisette, le fond, le dossier, les petites pentes et la courte-pointe en taffetas couleur de rose pareil à la doublure des rideaux, le tout avec frange, mollets et crépine en soie de plusieurs couleurs, vieux- et fort passé, estimé 95 livres ;
- 591. Plus trois fauteuils et trois chaises de bois de noyer, le tout presque neuf, avec les housses, fonds et dossiers en tapisserie de moire pareille au lit, estimés 15 livres ;
- 592. Plus six tabourets couverts de triple, couleur de feu, passés de couleur, estimés 6 livres ;
- 593. Plus un petit et vieux fauteuil couvert de moquette, estimé 5 livres ;
- 594. Plus une petite table de bois de noyer tourné, avec un petit tapis de Turquie fort ancien, estimés les deux 3 livres 15 sous.

- 595. Et de ladite chambre sommes entrés dans la petite garde-robe à côté, où avons trouvé deux morceaux de tapisserie de Bergame, une méchante table de bois de chêne, un tabouret percé garni de serge verte, le tout estimé 1 livre.

- 596. Et de là sommes entrés dans une autre chambre où se sont trouvés deux petits chenets à pommes de cuivre, estimés 50 sous ;
- 597. Ladite chambre tendue d’une tapisserie haute-lisse en huit pièces, appelée les Moralistes, estimée 80 livres ;
- 598. Plus un vieux bois de lit usé et vermoulu, avec une paillasse, deux matelas de laine couverts de vieille futaine, pesant ensemble soixante livres, un traversier de’ plume et coutil, fort usé, pesant six livres, une vieille couverte de toile de coton piquée, ledit lit garni de quatre rideaux, le fond, le dossier, les pentes de dedans et la courte-pointe en taffetas de Chine fort vieux, les deux bonnes-grâces, les deux cantonnières, les trois pentes de dehors et les soubassements du lit garnis de réseaux argent et soie fort anciens, les pentes garnies au bas d’une crépine d’argent avec frange et mollets de soie, les quatre pommes fort vieilles et mauvaises, tout ledit lit avec sa garniture estimé 48 livres ;
- 599. Plus quatre chaises de triple vert, estimées 5 livres ;
- 600. Plus une vieille table de bois dé noyer couverte d’un tapis de serge verte, estimée 2 livres.
- 601. Et de là sommes entrés dans la garde-robe, que nous avons trouvée tendue de trois morceaux de tapisserie de Bergame, estimés 1 livre ;
- 602. Plus un petit châlit presque neuf, sur lequel se sont trouvés une mauvaise paillasse, un matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant vingt-cinq livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil, pesant cinq livres, une vieille couverte de laine blanche trouée en plusieurs endroits, une mauvaise table de bois de chêne, une vieille chaise de moquette, sans dossier, le bois de lit tendu de deux rideaux et’ deux bonnes-grâces d’une petite étoffe coton et soie rayée, doublée d’une vieille toile rouge, ledit lit sans fond ni dossier, estimé 12 livres.
- 603. Et de là sommes allés dans une autre chambre appelée la chambre bleue, qui communique de plain-pied avec la précédente et dans laquelle nous avons trouvé deux petits chenets à pommes de cuivre, une pelle et des tenailles de fer, le tout estimé 3 livres 10 sous ;
- 604. Plus un bois de lit de noyer presque neuf, avec une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant quatre-vingts livres, un lit de plume et son traversier couverts de coutil de Bretagne, une couverte de Marseille et une autre couverte de toile de coton piquée, ledit lit tendu d’un clamas bleu à grands ramages, la garniture composée de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, avec le fond, le dossier, la courte-pointe, les soubassements, les pentes de dehors et de dedans, les quatre pommes et les fourreaux des piliers, le tout dudit damas, garni de franges, mollets et crépines or, argent et soie noire, le tout fort ancien et passé, estimé 130 livres ;
- 605. Plus douze fauteuils d’alcôve en bois tourné, les fonds, dossiers et housses de même damas que le lit, avec les mêmes franges et mollets, estimés 50 livres ;
- 606. Plus une table de bois de noyer avec son tiroir, et un guéridon de même bois avec un tapis de vieux drap vert à frange de soie, estimés 6 livres ;
- 607. Plus un vieux miroir moyen, à bordure d’ébène, estimé 20 livres ;
- 608. Plus un grand cabinet et son pied, en bois d’ébène, avec plusieurs tiroirs, le tout vieux, vermoulu et en mauvais état, estimé 6 livres ;
- 609. Ladite chambre tendue de huit pièces de tapisserie en brocatelle fausse Venise, à ramages, fond bleuet bordure de plusieurs couleurs, estimées 30 livres.

- 610. Et de là sommes entrés dans la garde-robe de ladite chambre où nous avons trouvé un bois de couchette, une paillasse, un matelas couvert de vieille futaine, pesant dix-huit livres, un traversier de plume couvert d’un vieux coutil, pesant cinq livres, une couverture de laine blanche tout usée, une vieille chaise, un vieux fauteuil couvert de moquette, un tabouret percé couvert de toile, le tout estimé 8 livres ;
- 611. Plus trois pièces de tapisserie de Bergame vieilles et usées, estimées 2 livres.

- 612. Et de là sommes entrés dans un petit cabinet rond qui donne sur la terrasse et qui est tendu d’une tapisserie de brocatelle à fleurs, fond bleu, bandes et bordures noires, qui a été estimée 10 livres ;
- 613. Plus trois chaises et deux tabourets de vieux bois, garnis de brocatelle pareille à la tapisserie, estimés 5 livres ;
- 614. Plus un vieux tableau de paysage avec son cadre de bois « fors passé », estimé 1 livre.

- 615. Et de là sommes entrés dans un petit cabinet à écrire où s’est trouvé un fauteuil ancien, une forme et un carreau couvert d’un vieux taffetas velouté fond blanc à fleurs vertes, estimés 50 sous ;
- 616. Plus une petite table de bois de chêne, à tiroir, sur laquelle est un tapis velouté fort usé, estimée 1 livre ;
- 617. Plus une soucoupe de cuivre émaillé, estimée 25 sous ;
- 618. Plus une autre soucoupe de verre rayé et une petite marmite de pareil verre, une petite jatte de faïence, une « gouolle » de cristal un peu cassée et une petite canne avec une poignée d’ébène, le tout estimé 25 sous ;
- 619. Plus une écritoire de maroquin, estimée 2 livres ;
- 620. Plus une petite cassette de cuivre, estimée 1 livre ;
- 621. Plus une petite tablette à mettre des livres, estimée 5 sous ;
- 622. Plus deux chaises de moquette et deux escabeaux de bois, estimés 2 livres.

- 623. Et de là sommes entrés dans la chambre de monseigneur l’abbé, appelée la chambre de la Voûte, où nous avons trouvé une paire de petits chenets à pommes de cuivre, une pelle et des tenailles de fer, le tout estimé 4 livres ;
- 624. Ladite chambre tendue de vieilles indiennes à bouquets, fort mauvaises, estimées 6 livres ;
- 625. Plus un bois de lit fort usé, une mauvaise paillasse, deux matelas de laine couverts de vieille futaine, pesant ensemble quatre-vingts livres, un lit de plume et un traversier couverts de vieux coutil, une couverte de Marseille, une couverte de toile de coton piquée, avec des dessins de soie brune, ledit lit tendu de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, avec la housse, le fond, le dossier, la courtepointe, les fourreaux des piliers, les quatre pommes, deux petits rideaux et une petite pente devant la cheminée, le tout de pareille indienne que la tapisserie, estimé 50 livres ;
- 626. Plus une table de bois de noyer, à tiroir, couverte d’un vieux tapis de Turquie, estimée 5 livres ;
- 627. Plus deux grands fauteuils de commodité couverts de tapisserie « en point à la turque », l’un à carreaux fond blanc et soie verte, l’autre tout de laine de plusieurs couleurs, les deux estimés 10 livres.
- 628. Et dans un petit endroit à côté de ladite chambre s’est trouvé une chaise percée couverte de serge jaune, avec son pot de chambre de faïence, estimé 3 livres 15 sous.
- 629. Et de ladite chambre sommes allés de plain-pied dans le cabinet au miroir, où il ne s’est rien trouvé.

- 630. Et dudit cabinet sommes venus, dans la garde-robe de ladite chambre, où nous avons trouvé une mauvaise couchette, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant dix-huit livres, un traversier de plume en vieux coutil, pesant cinq livres, une mauvaise couverte de laine blanche, une mauvaise chaise de tapisserie et deux mauvaises tables de bois de chêne, le tout estimé 5 livres 10 sous ;
- 631. Plus un autre bois de lit tendu de trois rideaux et deux bonnes-grâces, le dossier de mauvaise serge verte, le fond de toile, une paillasse, un matelas de laine couvert de toile et futaine, pesant vingt-cinq livres, une mauvaise couverture de laine blanche et une grande armoire de bois de noyer à deux battants, le tout estimé 8 livres ;
- 632. Plus un vieux coffre à bandes de fer, dans lequel il ne s’est rien trouvé, qui a été estimé 4 livres.

Et la nuit étant survenue, nous avons remis la continuation dudit inventaire à demain.

Et advenant le lendemain dix-huitième dudit mois de novembre mil sept cent vingt-huit, vers les sept heures du matin, nous nous sommes transportés de ladite ville de Verteuil au château dudit lieu, avec lesdits sieurs de Grandmaison, témoins et arbitres susnommés, en présence dudit sieur Arnaud, et continuant ledit inventaire, sommes allés à l’appartement joignant la chapelle par la galerie et sommes entrés premièrement dans une des chambres hautes dans laquelle était autrefois le garde-meuble et dans la cheminée de laquelle nous avons trouvé :
- 633. Une paire de petits chenets à pommes de cuivre, estimée 3 livres ;
- 634. Ladite chambre tendue d’une tapisserie de haute-lisse en cinq pièces, fort ancienne, de « doreures et bestions », qui a été estimée 120 livres ;
- 635. Plus un bois de lit de noyer, avec une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille futaine et pesant soixante-dix livres, un lit de plume et son traversier de coutil rayé, mi-usé, pesant cinquante livres, une couverte de Marseille et une autre couverte de laine d’Angleterre très gâtée des teignes, et la garniture dudit lit, de velours à bandes de tapisserie par flammes, consistant ladite garniture en quatre rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, trois pentes de dehors, trois soubassements et les quatre pommes, le tout de même velours avec franges et mollets d’or, argent et soie au bas des trois pentes d’en haut, une « campanne » à tour de tapisserie, ledit lit doublé d’un brocard couleur de citron, à fleurs blanches, le fond, le dossier, la courte-pointe et les petits pents de dedans étant du même brocard, autour duquel lit est une housse de taffetas vert composée de deux rideaux et deux bonnes-grâces garnis d’une dentelle or et argent, le tout fort ancien et passé, estimé 230 livres ;
- 636. Plus deux fauteuils, six chaises et six pliants de velours vert avec franges et mollets or, argent et soie, estimés 22 livres ;
- 637. Plus trois fauteuils de commodité, un à crémaillère, couvert de vieille serge verte, un autre . couvert d’un vieux taffetas aurore piqué, et l’autre couvert d’une vieille tapisserie en point à la turque, tous vieux et usés, estimés 10 livres ;
- 638. Plus un grand miroir à bordure d’ébène et chapiteau garni de plaques de cuivre doré, vieux et usé, la glace tachée, estimé 15 livres ;
- 639. Plus une table de bois de noyer ovale, avec son tiroir, couverte d’un vieux tapis de drap vert, estimée 4 livres 15 sous.

- 640. Et de là sommes entrés dans l’une des garde-robes de ladite chambre où nous avons trouvé un bois de lit, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant quinze livres, un traversier de plume couvert de vieux coutil, pesant cinq livres, une couverte de laine blanche toute trouée, deux vieilles chaises, l’une couverte de tapisserie, l’autre sans garniture, et une petite table de bois de chêne, le bois de lit tendu d’une garniture en vieux damas vert à ramages, consistant en quatre rideaux, une bonne-grâce et trois pentes, avec frange et mollets de soie, le tout estimé 22 livres.

- 641. Et de là- sommes entrés dans un autre endroit servant aussi de garde-robe, où avons trouvé un petit bois de couchette, une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille toile, pesant quinze livres, un traversier de plume couvert de mauvais coutil, pesant trois livres, la moitié d’une couverte de laine blanche et un mauvais tabouret percé couvert de serge rouge, le tout estimé 4 livres.

- 642. Et de là sommes montés dans la chambre appelée de la Prison, où s’est trouvé, dans la cheminée, une paire de chenets à pommes de cuivre, estimée 50 sous ;
- 643. Ladite chambre tendue de sept pièces de tapisserie haute-lisse désassorties, à grands personnages, fort anciennes, trouées et usées, estimées 60 livres ;
644. Plus un bois de lit sur lequel se sont trouvés une paillasse, un matelas de laine couvert de vieille futaine, pesant trente livres, un lit de plume et un traversier en mauvais coutil, pesant quarante livres, une couverture de laine blanche fort trouée et gâtée des teignes, une autre couverture de toile de coton piquée, le lit tendu en housse d’une vieille tapisserie en point à la turque, à bâtons rompus, doublée de taffetas rayé de plusieurs couleurs, la garniture composée de trois rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, le tout avec frange et mollets de soie, la courte-pointe doublée de toile pareille à la doublure des rideaux, le fond et le dossier aussi de même taffetas, avec trois cordons de soie pour « trousser » les rideaux, le tout estimé 45 livres ;
- 645, Plus un fauteuil en damas caffard jaune, fort usé, estimé 23 sous ;
- 646. Plus quatre pliants couverts de housses en tapisserie pareille à celle du lit, estimés 30 sous ; 647 ; Plus une table de bois de noyer avec son tapis de tapisserie pareille à celle du lit, estimée 45 sous.
- 648. Et de ladite chambre sommes entrés dans la garde-robe, où s’est trouvé un bois de couchette garni en pavillon, d’une serge rouge fort usée, avec une paillasse, un matelas de laine couvert d’une méchante toile, pesant quinze livres, un traversier en vieux coutil, pesant trois livres, une couverture de laine blanche et rouge gâtée des teignes, le tout estimé 7 livres ;
- 649. Plus deux petites tables de bois de chêne mi-usées, estimées 2 livres ;
- 650. Plus deux pliants avec des housses de tapisserie pareille à celle du lit de ladite chambre, estimés 15 sous ;
- 651. Plus un tabouret percé, couvert de mauvaise serge, estimé 10 sous.

- 652. Et de ladite garde-robe sommes descendus dans l’office où nous avons trouvé sept tables avec leurs chaises et tréteaux, l’une desquelles est de bois de noyer, très mauvaise, estimées 3 livres.
- 653.- Dans ledit office s’est trouvé une soupente dans laquelle il y a une paillasse, un matelas couvert de vieille toile, pesant sept livres, un traversier en vieux coutil, pesant trois livres, et la moitié d’une vieille couverte de laine bleue, le tout estimé 3 livres ;
- 654. Plus deux grands bancs faits de madriers, de la longueur de seize à dix-sept pieds, estimés 1 livre.

- 655. Et dudit office sommes entrés dans la chambre de madame Petit où nous avons trouvé un bois de lit garni de trois rideaux, un fond, un dossier et trois pentes d’une mauvaise serge rouge, avec des passements, un mollet et une crépine de laine de plusieurs couleurs, et sur ledit lit une paillasse, un vieux matelas de laine couvert de vieille toile et futaine, un vieux traversier de plume pesant cinq livres, une mauvaise couverte de laine blanche et rouge, deux mauvaises tables avec leurs tréteaux, le tout estimé 15 livres.

- 656. Et de la susdite chambre sommes entrés dans l’office où est la faïence, où nous avons trouvé trois petits saladiers de verre ouvragé, cent trente pièces de faïence, tant grandes que petites, pour les fruits, trois pots-burettes, le tout estimé 5 livres ;
- 657. Plus deux cafetières en cuivre, estimées 30 sous ;
- 658. Plus dix-sept corbeilles d’osier pour mettre des fruits, dix-neuf autres pièces de bois pour servir lesdits fruits, le tout estimé 30 sous ;
- 659. Plus deux petits flambeaux, quatre chandeliers de cuivre, un lustre à quatre branches rompues, six petits étuis pour mettre des glaces, le tout de cuivre, estimé 10 livres.

- 660. Et dudit office des faïences sommes descendus dans la cuisine où nous avons trouvé deux gros chenets et une pelle, le tout de fer, estimé 5-livres 5 sous ;
- 661. Plus sept tables dont quatre faites en gros madriers et trois en planches, estimées 3 livres 10 sous.

- 662. Et de ladite cuisine sommes allés dans le garde-manger. où se sont trouvées trois tables en madriers, avec leurs tréteaux, estimées 2 livres.

- 663. Et dudit garde-manger sommes montés dans la chambre au-dessus des...., où se sont trouvés quatre mauvais bois de lit avec leurs paillasses et matelas de laine, pesant cent cinq livres, les quatre traversiers en vieux coutil, pesant vingt-deux livres, quatre vieilles couvertures de laine blanche hors d’usage, et les quatre garnitures desdits lits si mauvaises qu’on n’a pas cru devoir les estimer, le reste estimé 25 livres.

- 664. Dans l’une desdites chambres s’est trouvée la batterie de cuisine, consistant en huit marmites, tant grandes que petites, avec leurs couvercles, vingt-deux casseroles rondes à queue, grandes et petites, deux grands cassereaux, dix tourtières et quatre couvercles, tant grands que petits, deux grandes poissonnières avec leurs feuilles de ferblanc, trois grands fours à biscuits," deux carrés ’ et un long, trois petites cuillers ovales, onze autres cuillers à pot, dix écum’ôirà, tant grands ’que petits, dont un a le manche cassé, cinq passoirs, aussi tant grands que petits, deux"grands « fritiers » autrement dits « braziers », couverts, six chaudrons, tant grands que petits, trois poêlons à queue et pieds, trois grandes poëlonnes ; trois seaux, une grande cuvette à lambris (?), huit pelles à confitures, tant grandes que petites, le tout de cuivre rouge et jaune, ladite batterie de cuisine fort usée et bosselée, estimée ensemble 400 livres ;
- 665. Plus trois poêles de fer à frire, quinze broches, quatre grils de fer, un mortier de fonte, un autre de bois, trois grands trépieds de fer dont un est cassé, vingt autres petits trépieds, deux pelles à feu, deux couperets et deux couteaux à hacher la viande, deux boîtes à présure, en ferblanc, le tout vieux et usé, estimé 20 livres.

- 666. Et de là sommes allés dans une grande salle basse, près de la chapelle, servant présentement de garde-meuble, dans laquelle nous avons trouvé deux grandes armoires à placards et étages, pour serrer les meubles, dans l’une desquelles s’est trouvée la garniture d’un lit à l’impériale, en moire couleur de feu, toute parsemée de bouquets d’argent, doublée de taffetas d’Angleterre de même couleur, ladite doublure bordée en plein d’un cordonnet d’argent, ladite garniture de lit composée de quatre rideaux, deux bonnes-grâces, deux cantonnières, avec l’impériale, les grands et petits pents, les soubassements, le fond, le dossier, la courte-pointe et les quatre pommes, le tout de moire parsemée des mêmes bouquets d’argent et orné d’une grande et d’une petite dentelle d’argent en guise de franges et mollets, dont il manque beaucoup ainsi que des bouquets, glands, boutons et boutonnières, ledit lit fort usé et passé, estimé 170 livres ;
- 667. Plus deux fauteuils, six chaises et six pliants couverts de tapisserie en point de Turquie, fond rouge, avec des franges de laine, le tout fort vieux et passé, estimé 11 livres ;
- 668. Plus un vieux fauteuil à crémaillère, garni de mauvaise serge rouge, estimé 30 sous ;
- 669. Plus une tenture de tapisserie appelée des Crostets, en onze pièces, tant grandes que petites, fort ancienne et usée, trouée en divers endroits, doublée, tant en plein que vide, d’une vieille toile, estimée 300 livres ;
- 670. Plus deux pièces de tapisserie de haute-lisse, verdure et bestions, fort usées, estimées 40 livres ;
- 671. Plus deux pièces de tapisserie à la licorne, trouées en divers endroits, estimées 45 livres ;
- 672. Plus neuf pièces de tapisserie de deuil, en vieille serge noire, estimées 15 livres ;
- 673. Plus une pièce de tapisserie de haute-lisse à grands personnages, estimée 10 livres ;
- 674. Plus cinq pièces de tapisserie en point de Hongrie, trouées en plusieurs endroits et fort passées, estimées 15 livres ;
- 675. Plus cinq autres pièces de tapisserie de Bergame Dauphine, aussi très passées, estimées 12 livres ;
- 676. Plus quinze autres pièces de bergame commune, assez bonnes, estimées 30 livres ;
- 677. Plus un dais de damas cramoisi avec sa queue de même damas, trois pentes garnies d’un mollet or et argent, avec ses cordons de fleurs, fort usé, estimé 20 livres ;
- 678. Plus douze vieux coutils rayés, à mettre de la plume, et trois autres vieux coutils blancs, estimés 25 livres ;
- 679. Plus quatre carreaux de brocatelle de différentes couleurs, deux autres carreaux, un de damas couleur de chair et l’autre de damas couleur caffard, avec leurs quatre glands de soie chacun, quatre autres carreaux de différentes façons, sans glands, savoir deux au petit point de tapisserie, fond de soie, un autre de velours fond vert feuilles mortes et un autre de velours cramoisi, avec une espèce de point d’Espagne en or, tous lesdits carreaux fort passés, anciens et usés, estimés ensemble 20 livres ;
- 680. Plus deux écrans pour malades, savoir un de moire couleur de paille et l’autre de soie à petits points, estimés 5 livres ;
- 681. Plus un tapis de table en point de Turquie, fond rouge, avec une inscription dans le milieu, estimé 3 livres ;
- 682. Plus vingt pièces d’étoffe de la Porte de Paris, fil et laine, pour garnir un canapé en forme de lit de repos, lesdites pièces garnies d’un petit mollet de soie, estimées 8 livres ;
- 683. Plus trois petits morceaux de brocard d’or, fond blanc, un autre de brocard d’argent, fond rouge, pour servir à des fauteuils de paille, lesdits morceaux vieux et usés, estimés 5 livres ;
- 684. Plus trois écrans, dont deux en étoffe de la Porte de Paris et le troisième à deux colonnes, en mauvais taffetas, fort anciens et usés, les trois estimés 1 livre ;
- 685. Plus une petite bande de tapisserie en point de Turquie, pour couvrir une forme, estimée 25 sous ;
- 686. Plus deux petits fauteuils à impériales, garnis l’un de rideaux de toile de coton à fleurs, l’autre de ferrandine brune, le tout vieux et usé, estimé 3 livres 10 sous ;
- 687. Plus une housse de serge verte bordée d’un petit galon de soie aurore, pour couvrir un lit à tombeau, estimée 6.livres ;
- 688. Plus une autre housse de lit, aussi à tombeau, en futaine grain d’orge, estimée 3 livres ;
- 689. Plus une autre housse de serge verte bordée d’un petit ruban aurore, composée de deux rideaux, deux bonnes-grâces, un fond et un dossier, le tout vieux et usé, estimé 8 livres ;
- 690. Plus deux douzaines de housses de chaises, en futaine, percées et fort usées, estimées 5 livres ;
- 691. Plus un grand bahut ancien et hors d’usage, estimé 10 sous ;
- 692. Plus un bassin en étain, pour malade, pesant trois livres, estimé 30 sous ;
- 693. Plus quatre matelas couverts de toile bleue à carreaux, pour les écuries, pesant ensemble quatre-vingts livres, fort usés, estimés 20 livres ;
- 694. Plus deux lits de plume en vieux coutil rayé, l’un neuf et l’autre vieux, pesant les deux cinquante livres, estimés 28 livres ;
- 695. Plus quatre vieilles chaises en tapisserie, dont deux en point de Hongrie et deux à coquilles, fort usées, les quatre estimées 30 sous ;
- 696. Plus un vieux tapis de Turquie de différentes façons, très vieux et mauvais, estimé 80 livres ;
- 697. Plus trois tabourets couverts de triple, couleur de feu, estimés 45 sous ; .
- 698. Plus six couvertes de Marseille, estimées 60 livres ;
- 699. Plus six autres couvertes de toile de coton piquée, estimées 45 livres ;
- 700. Plus le bois du canapé, estimé 3 livres ;
- .701. Plus le bois du lit à l’impériale ci-dessus inventorié, ledit bois de lit fort ancien et plus que mi-usé, estimé 5 livres 10 sous ;
- 702. Plus un vieux jeu de trictrac en ébène, avec ses dames en ivoire et en ébène et ses deux cornets, et un jeu d’échecs avec ses pièces, le tout estimé 5 livres ;
- 703. Plus trois soubassements et les fourreaux des piliers, le tout de taffetas rayé blanc et vert, estimé 50 sous ;
- 704. Plus huit petits miroirs de toilette à petites bordures de bois d’ébène, les glaces fort lâches, estimés 16 livres ;
- 705. Plus quatre chaises et quatre tabourets couverts de moquette, quatre autres tabourets couverts de triple vert, le tout fort ancien et presque hors d’usage, estimé 4 livres ;
- 706. Plus deux rideaux de toile de coton bordée de soie rouge, deux autres rideaux de toile de coton unie, quatre autres rideaux de toile damassée et quatre autres rideaux de toile de lin unie, usés, estimés les douze ensemble 40 livres ;
- 707. Plus les ornements de la chapelle dudit château consistant en dix petits.....pour mettre le missel, couverts de différentes façons, huit chasubles de différentes façons, avec leurs étoles et manipules, savoir : une de velours cramoisi chargée d’une croix en broderie avec un galon d’or à côté ; une autre d’une étoffe rayée à fond violet et or, garnie de galon or et argent ; une autre d’une étoffe blanche, poil de chèvre, avec un passement d’argent rayé ; une autre de tabis vert chargée d’une croix, fond blanc, fils d’argent ; une autre chamarrée de plusieurs sortes d’étoffes ; deux noires garnies de galons noirs et blancs, et la huitième en étamine violette, le tout fort ancien et usé ; plus deux devants d’autel, savoir : un de velours rouge avec une croix d’or en broderie et galons d’or et d’argent, et un en tabis, plus quatre « crédans » dont deux de velours cramoisi et les deux autres de tabis vert, aussi fort anciens et usés, le tout estimé 400 livres ;
- 708. Plus un calice, sa patène et la boîte à hosties, le tout en argent vermeil doré, le bassin, la sonnette et les deux canettes, le tout en argent, pesant six marcs quatre onces, à raison de 43 livres le marc, estimé 279 livres 10 sous ;
- 709. Plus quatre voiles pour le calice, de différentes façons, deux bourses de clamas brodé avec un fil d’or, deux croix de velours vert pour mettre sur une chasuble, deux aubes dont une unie et l’autre en dentelle, fort ancienne, quatre grandes nappes d’autel, quatre autres nappes fines et treize lavabos, le tout fort usé, estimé 30 livres ;
- 710. Plus le nombre de sept cent quatre-vingts aunes de cadis noir, largeur d’un tiers, et plusieurs morceaux ayant servi pour le deuil de feu Monseigneur, tant aux Cordeliers qu’au château, restant des trois cent dix-sept aunes livrées par le marchand, les trente-sept aunes manquant, tant sur l’aunage que sur ce qui en a été donné pour habiller les pauvres, estimé 10 sols, l’autre revenant à la somme de 140 livres ;
- 711. Plus six grandes armoiries, deux cent trente moyennes et soixante-quatorze petites, qui n’ont été estimées, ayant servi pour le deuil.

Et de là sommes entrés dans la chapelle où il ne s’est rien trouvé qui fût à inventorier, y ayant six mauvais carreaux de moquette tout à fait usés et non estimables.

- 712. Et de la chapelle sommes remontés dans une chambre appelée la chambre de Monsieur de Pons, au-dessus de celle dite de la Prison, où se sont trouvées six pièces de tapisserie de haute-lisse dites d’Action, fort anciennes et trouées, estimées 130 livres ;
- 713. Plus un bois de lit garni d’une paillasse, d’un lit de plume et d’un traversier en vieux coutil de Bretagne, pesant ensemble quarante-cinq livres, avec un matelas de laine couvert de vieille toile et futaine, pesant trente livres, une couverture de laine d’Angleterre très gâtée des teignes, le bois de lit tendu de deux bonnes-grâces, deux cantonnières, les trois pentes, les trois soubassements et le dossier, de velours cramoisi garni de petit galon, crépine et mollets or, argent et soie, la courte-pointe, le fond, les trois pentes de dedans de damas cramoisi à ramages, orné partout du même galon, et les quatre pommes de même damas, le tout vieux, usé et fort taché, estimé 150 livres ;
- 714. Plus un fauteuil à crémaillère, couvert de serge rouge, et six vieilles chaises de tapisserie à roses, le tout estimé 4 livres ;
- 715. Plus une table de bois de noyer avec son tiroir, couverte d’un tapis de serge verte cloué à ladite table, et deux autres petites tables à écrire, en bois de hêtre, les trois estimées 3 livres ;
- 716. Plus deux petits chenets à pommes de cuivre, une pelle et des tenailles de fer, le tout estimé 4 livres.
- 717. Et de là sommes entrés dans la garde-robe où avons trouvé un vieux bois de couchette, une vieille paillasse, un tabouret percé couvert de vieille serge rouge, et un petit banc de bois de chêne, le tout estimé 2 livres ;
- 718. Plus les deux grandes armoires du garde-meuble (dont le contenu a été inventorié plus haut), estimées 20 livres.

Et de là sommes montés dans la chambre au linge où nous avons trouvé quatre grands cabinets en bois de chêne, mi-usés, dont ouverture nous a été faite par demoiselle Marie Boudaud qui a la garde des clés de ladite chambre et desdites armoires dans lesquelles sont l’argenterie et le linge, dans lesquelles armoires ayons trouvé :
- 719. Premièrement, vingt-six linceuls de toile de Hollande, fort passés et usés, estimés ensemble 195 livres ;
- 720. Plus vingt autres linceuls de toile de Paris, plus que mi-usés, estimés 50 livres ;
- 721. Plus soixante-un linceuls de toile de brin du pays, moins que mi-usés, estimés 122 livres ;
- 722. Plus vingt-trois autres linceuls de toile du pays, un peu moins fins que les précédents, estimés 34 livres ;
- 723. Plus trente-six autres linceuls de pareille toile, plus que mi-usés, estimés ensemble 45 livres ;
- 724. Plus cent neuf linceuls de toile de chanvre, mi-usés, estimés 230 livres ;
- 725. Plus dix-sept autres linceuls de pareille toile, mais de moindre largeur, aussi mi-usés, estimés 25 livres 10 sous ;
- 726. Plus soixante-sept autres linceuls de toile de reparonnes, aussi mi-usés, estimés 70 livres ;
- 727. Plus onze linceuls de grosse toile d’étoupe, estimés 11 livres ;
- 728. Plus neuf nappes de toile damassée, pour grandes tables, mi-usées, estimées 100 livres ;
- 729. Plus vingt-trois autres nappes ouvrées, imagées et de différentes grandeurs, un peu plus que mi-usées, estimées ensemble 56 livres ;
- 730. Plus quarante-sept autres nappes de toile de Paris, aussi de différentes grandeurs, mi-usées, estimées 90 livres ;
- 731. Plus vingt-sept nappes de toile de lin du pays, de médiocre grandeur, pour petites tables, estimées 41 livres 10 sous ;
- 732. Plus cinquante-sept autres nappes de toile de reparonnes, de différentes grandeurs, plus que mi-usées, estimées 45 livres ;
- 733. Plus soixante-dix-neuf autres nappes de très grosse toile commune et fort usées, pour l’usage de la cuisine, estimées 25 livres ;
- 734. Plus vingt-une nappes de toutes espèces, les vingt-une estimées 21 livres ;
- 735. Plus onze douzaines de serviettes et trois serviettes séparées, de toutes espèces, estimées ensemble 40 livres ;
- 736. Plus mille quatre cent cinquante-une aunes de toile de toutes espèces et largeurs, estimées 15 sous l’aune, revenant le tout à la somme de 1,088 livres 5 sous ;
- 737. Plus soixante-dix aunes de toile d’étoupe, estimées à raison de 8 sous l’aune, revenant le tout à 28 livres ;
- 738. Plus quatre douzaines de serviettes damassées, plus que mi-usées, estimées 9 livres ;
- 739. Plus neuf douzaines de serviettes de toile ouvrée, fort usées, estimées 19 livres ;
- 740. Plus trois douzaines et quatre serviettes de toile de Paris, aussi fort usées, estimées 30 livres ;
- 741. Plus quarante-une douzaines et cinq serviettes de toile du pays, de différentes grosseurs, estimées 80 livres ;
- 742. Plus soixante-une douzaines de serviettes de chanvre et de reparonnes, fort usées, estimées 90 livres ;
- 743. Plus cent huit mauvais tabliers de cuisine, de grosse toile d’étoupe, estimés 10 livres ;
- 744. Plus cent cinquante torchons de pareille qualité, estimés ensemble 8 livres.

Et la nuit étant survenue, nous nous sommes retirés et avons remis à demain la continuation dudit inventaire.

Et advenant le dix-neuvième dudit mois de novembre mil sept cent vingt-huit, vers lés sept heures du matin, nous nous sommes de ladite ville de Verteuil transportés au château dudit lieu avec lesdits sieurs de Grandmaison, témoins et arbitres, et en présence dudit sieur Arnaud, fondé de procuration ;

Où étant, sommes retournés dans la chambre au linge, accompagnés de ladite demoiselle Boudaud, laquelle ayant ouvert un cinquième cabinet mi-usé, y avons trouvé :
- 745. Huit grands flambeaux de vermeil doré, trois petits flambeaux, une grande buire, deux carafons couverts dont un a une chaîne, une patène en vermeil doré pour l’usage de la chapelle, une tasse aussi en vermeil, deux gobelets, une salière, deux petites fourchettes, deux soucoupes en vermeil doré, deux cadenas pareillement en vermeil, une croix en argent pour le service de la chapelle, sur laquelle sont bien gravées les armes de la maison, le tout pesant cent cinquante marcs et trois onces, estimé à raison de 43 livres le marc, revenant le total à 6,466 livres 2 sous 6 deniers ;
- 746. Plus un petit tableau représentant une Vierge et des enfants, le cadre orné d’argent et de pierreries, et un autre tableau plus petit, représentant aussi une Vierge, le cadre noir garni d’argent, les deux fort anciens, estimés 60 livres ;
- 747. Plus une écritoire de bois de cèdre, garnie d’argent, estimée 20 livres ;
- 748. Plus un vinaigrier sans couvercle et un sucrier, le tout en cuir bouilli, à l’antique, avec une garniture d’argent, les deux estimés 12 livres ;
- 749. Plus deux miroirs de toilette, très petits, estimés 10 livres ;
- 750. Plus un petit bureau estimé 3 livres ;
- 751. Les cinq armoires ou cabinets renfermant le linge et l’argenterie estimés 25 livres ;
- 752. Plus trois tables à poser le linge, estimées 5 livres ;

Lesquels objets, tant linge qu’argenterie et autres meubles, sont demeurés en la garde de ladite demoiselle Marie Boudaud qui s’en est volontairement chargée.

Et de là sommes allés à la bibliothèque où nous avons trouvé :
- 753. Un fauteuil couvert de velours cramoisi, avec de grands pieds en forme de colonnes, ornés de pièces d’argent ciselé, lequel a été estimé 20 livres ;
- 754. Plus une table de bois de noyer faite en menuiserie, avec un petit tiroir, et couverte d’un ancien tapis de drap vert, le tout estimé 6 livres ;
- 755. Plus une écritoire de bois d’ébène faite en marqueterie, avec une garniture d’argent, estimée 10 livres ;

Plus se sont aussi trouvés dans la bibliothèque plusieurs livres « regardant divers étages à tablettes du haut en bas dudit cabinet, dressés aux aparoirs » [1] .
- 756. « Histoire de la princesse de Montpensier, manuscrit. » — Ce manuscrit ne figure pas parmi ceux dont M. L. Delisle a donné la description.
- 757. « Manuscrit couvert de velours. » — Sous cette dénomination il est impossible de reconnaître un des manuscrits qui ont figuré à la vente de M. Ch. Labitte.
- 758. « Bonnes mœurs, manuscrit couvert de velours. » - Ce volume est indubitablement celui qui a figuré sous le numéro 20 à la vente Ch. Labitte et que M. Delisle décrit ainsi : Volume sur papier- contenant le « Livre de bonnes mœurs » de Jacques Le Grant, la traduction d’un morceau du IVe livre de l’Enéide, une « déclaration en brief des quatre parties du monde », plus le « Livre des sages », deux oraisons et « une aventure qui advint au sieur et dame du Chastel en Bretaigne ». Le Livre des sages est une compilation analogue à celle qui forme les deux premières parties du manuscrit français 572 de la Bibliothèque nationale ; il débute par ces vers, qu’on trouve aussi dans le manuscrit 572 :
Ce fut d’avvril XVIIe jour,
En ce printemps que la rouse est en flour,
Guaye saison que tout se renouvelle,
Les prés verdoyent et toute fleur est belle,
Yver se passe et la morte saison,
Et les oyseaux commancent leur chançon...

Quant à l’aventure du sieur et de la dame du Chastel, c’est la légende que M. Chazaud a tout récemment publiée, d’après un manuscrit de Saint-Pétersbourg, à la suite des Enseignements d’Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon (Moulins, 1878, in-8°), p. 137-209.

La date de la transcription et le nom du copiste sont indiqués à la fin du Livre de bonnes moeurs : « Ce livre est à Regnault des Exars et a esté escript en l’an mil quatre cent soixante et douze, et de sa main est pareillement la plus grande partie de cellui qui est icy emprès. »

Au commencement et à la fin sont plusieurs petits morceaux historiques assez intéressants, savoir : 1° Vers sur la mort de Jacques de Beaumont [2] ; 2° Notice sur la fondation de la chapelle de Notre-Dame de la Belle-Croix, à la Châtaigneraie-sur-Vouvant (Vendée), arrondissement de Fontenay-le-Comte, en 1471 ; 3° Vers sur la représentation du mystère de saint Jean-Baptiste, le 30 juin et le 1er juillet 1492, probablement dans une ville du Poitou ; 4° Vers sur la mort de Louis Bouhault, évêque de Maillezais [3], en mars 1474 (probablement 1475, nouveau style). Voici le texte de ces quatre morceaux :

I. Memoyre doyt l’on bien avoyer
De la mort d’ung bon chevalier
Nommé messire Jacques de Beaumont,
Auquel Dieu fasse pardon.
En son vivant estoit seigneur
De grans vertus et honneur
De Bressuire, Lezay et La Mothe,
Chascun de ce bien le nothe,
Auquel lieu il trespassa
Et de ce monde s’en alla
Le jour de Pasques flouries,
Environ heure de matines,
En l’an mil III c XII et IIIIxx,
Qui entretenoyt fort les Poctevins
Durant la vie du roy Loys.
Il le tenoyt de ses bons amys,
En grant crédit et auctorité.
Par tieul il estoit réputé.
De Poictou il estoit seneschal
Et envers le roy bon et loyal,
Tant du père que du filz,
En tous ses faitz et en ses dictz.

II. L’an de grâce mil IIIIc LXXI, ou moys de mars, fut commaincé le bastiment et edifflee de la chapelle de Nostre-Dame de la Belle-Croix qui est située et assise prèz le grant cymentière de La Chastaigneraye sur Vouvant, auquel lieu n’avoit jamais heu nulle chapelle ne édiffice, mes seullement la belle croix et l’ymage de Nostre Damme, ainsi comme de présent elle est enclouze au dedans ladicte chapelle, et parce que de longtemps paravant illec y avoit grande dévocion de peuple, et à l’intercession de la glorieuze Vierge Marie nostre benest Sauveur Jhesu Christ y fasoit pluseurs beaux miracles, comme guarir gens do pluseurs malladies, à femmes ensainctes en leur enfanter qui estoient en dangier de mort et le frut d’elles secourir, et aider aucunes personnes en leurs affaires et nécessités de perdition de corps et de biens. Et à icelle cause, par le beau voyage et miracles qui là advenoient, les manans et habitans de la ville dudict lieu de La Chastaigneraye, avecques aultres bienfaicteurs, firent bastir et ediffier ladicte chapelle. Si prierons tous d’affection, de corps et de ame, la benoyste glorieuze Vierge Marie, royne des cieulx, qu’i luy plaise tousjours que (sic) par son intercession augmenter en ladicte chapelle la devocion du peuple et ses miracles, et aussi préserver et garder en corps et en ame tous ceulx et celles qui la servent et honnourent, et en la fin que tous et toutes par son moyen, puissons parvenir au benest réaulme de paradis. Amen.

III. En ville doyt estre honnouré
Et de ung chascun bien prizé,
D’une entreprinze par eulx faicte,
Bien commancée et aussi parfecte,
De jouer en parsonnages,
Sans porter à aucuns dommages,
La vie et mistère de saint Jehan Baptiste,
Qui estoit grande et bien comprinze.
Soixante joueurs en y avoit,
Ainsi que besoign en estoit.
En deux jours le convint faire,
Car en ung ne se povoit parfaire,
Le dernier jour de juing et premier de juillet,
Ainsi que par cest escript se mect,
En l’an mil IIIIc IIIIxx et XII :
Ce n’est pas chouse de frivolle.
Ung grand peuple s’i trouva,
Et de plusieurs lieux s’i amassa.
Grandement y furent joués
Les parsonnages et demennés,
En manière que tous les présens
Si en estoient fort contens ;
Et parfoix estoit piteux à voer
Tout le mistère à regarder :
Car maintes personnes en plouroyent
De la pitié qu’ilz en avoyent.
Lors ou chastoau seigneur ne damme n’y avoit,
Fors le cappitaine qui y estoit.

IV. En l’an mil IIIIc LXXIIII,
De ce bien je m’en recorde,
Ce fut ou mois de mars,
Que Saturne fasoit ses regars,
Frère Louys, evesque de Maillezais,
A Dieu si fit son deceps
Et fut au lieu du Busseau
Où il avoit basti de nouveau
Et y fasoit sa demourance,
Car prins l’avoit en sa plaisance.
Puis fut menné et enterré
En la grant église de son evesché.
Prions à Dieu, par le mérite de sa passion,
Que à son ame face pardon.

Ledit evesque estoit de l’ordre de saint Benoist et fut abbé de Bourgueil par avant et aussi par amprès qui fut evesque, et estoit de l’oustel des Rouhaulx près La Mesleraye.

Ce manuscrit, qui portait le n° 20 au catalogue de vente, a été acquis par la Bibliothèque nationale, où il est classé sous le n° 4,187 du fonds français des nouvelles acquisitions.

- 759. « Histoire de Louis XI, manuscrit couvert de velours. » — Mémoires de Philippe de Commynes. — Beau manuscrit sur parchemin, du commencement du XVIe siècle.
En tête de la première partie est un frontispice où l’on voit l’auteur offrant son livre à l’archevêque de Vienne.

Voici le commencement et la fin de la première partie :

Monseigneur l’arcevesque de Vienne, pour satisfaire à la requeste qu’il vous a pieu me faire de vous escripre et mectre par mémoire ce que j’ay sceu et congneu des faictz du roy Loys unzeiesme, à qui Dieu face pardon, nostre maistre et bienfacteur et prince digne de très excellante memoyre, je l’ay faict le plus près de la vérité que j’ay peu ne sceu avoir souvenance. Du temps de sa jeunesse ne sçaurois-je parler sinon par ce que je luy en ay ouy dire ; mais despuis le temps que je vins à son service jusques à l’heure de son trespas, où je estoie présent, ay faict plus continuelle résidance avecques luy que nul de l’estat en quoy je le servoye, .qui pour le moins a tousjours esté de chambellan, ou occupé en ses grans affaires....................................................................

Pourrait l’on veoir de plus beaux exemples pour congnoistre que c’est peu de chose que de l’homme et que ceste vie est bien misérable et briefve, et que ce n’est rien des grans et des petitz dès qu’ilz sont morts, que tout homme en a le corps en horreur et en vitupère, et qu’il fault que l’ame sur l’heure qu’elle se sépare d’eulx et aille recepvoir son jugement, et ja la sentence est donnée selon les œuvres et mérites du corps.
La page qui fait face au commencement de la seconde est tout entière occupée par une grande et belle miniature représentant une bataille dans laquelle est engagé le roi Charles VIII. — Suivent les premiers et derniers mots de cette seconde partie :

Pour continuer les mémoires encommancés, vous vueil dire comme advint que le roy Charles VIIIe, de présent régnant, entreprint son voyage d’Ytalie, auquel je fuz, et partit de la ville de Vienne, qui est ou Daulphiné, le XXXIIIe jour d’aoust l’an M CCCC IIII° XIII, et fut retourné en. son pays envyron le mois d’octobre M CCCC IIIIXX XV, où il y eut mainte disputation sçavoir s’il yroit ou non ; car l’emprise sembloit à tous gens saiges et expérimentés très déraisonnable ; et n’y eut que luy seul qui la trouvast bonne, et ung appelle Estienne de Vers, natif de Languedoc, homme de petite lignée, qui jamais n’avoit veu ne entendu nulle chose ; ung autre s’en estoit meslé jusque là, à qui le cueur faillit, homme de finances, appelle le général Brissonnet, qui despuis, à cause dudit voyage, a eu de grans biens en l’église................................................

Depuys Mérovée jusques à Pépin y eut trois cens trente-trois ans que avoit duré ladicte ligne de Mérovée ; despuys . Pépin jusques à Hue Cappet y a eu deux cens trente-sept ans que a duré ladicte vraye ligne de Pépin à Charlemaigne son fllz. Celle de Hue Cappet a duré en vraye ligne trois cens trente et neuf ans, et faillit au roy Phillippes de Valois. Celle dudit roy Philippes de Valloys a duré en vraye ligne jusques au trespas du roy Charles huitiesme, qui fut l’an M CCCC IIIIX° XVIII, et cestui lui a esté le dernier de ceste ligne qui a duré cent soixante-neuf ans, et y ont régné sept roys, c’est assavoir ledit roy Phillippes de Valois, le roy Jehan, le roy Charles cinquiesme, le roy Charles sixiesme, le roy Charles septiesme, le roy Loys unzeiesme et le roy Charles huitiesme. Et fin.

Anne de Polignac, fait observer M. Delisle, était la nièce de Philippe de Commynes. L’exemplaire des. Mémoires sur les règnes de Louis XI et de Charles VIII qu’elle a possédé mérite une attention spéciale. La naissance de deux membres de la famille, de La Rochefoucauld y a été marquée sur le feuillet de garde du commencement.

Ung lundy quinzyesme de juillet mil syx cens deux, demye heure après mydy, nasquit à Paris ma fille Charlotte de Roye de La Rocheffoucault.
Le mardy neufviesme de septambre mil six cens trois nasquit à Verteuil mon fils Fransois de Roye de La Rocheffoucault, conte de Roucy, à neuf heures du matin trante-six mynutes.
OC DE BIRON.

- 760. « Histoire de la vie de saint Hiérosme, manuscrit. » Manuscrit portant le n° 9 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 761. « Psautier de la Vierge, couvert de velours. »
- 762. « Les triumphes de messire François Pétraque, manuscrit couvert de velours. » Manuscrit portant le n° 26 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 763. « Les dits de plusieurs sages philosophes, manuscrit couvert de velours. » Manuscrit portant le n° 18 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 764. « Méditation très dévote sur le mistère de la Passion de nostre Sauveur Jésu Chrit. » Manuscrit en parchemin, de 110 sur 75 millimètres, inscrit sous le n° 11 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte, et acquis par M. le marquis de Lambertye.
- 765. « Vers de François premier, manuscrit. » Manuscrit portant le n° 29 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte..
- 766. « La connoissance des poids et mesures du temps passé. » — Commence : « Pour avoir entière et soufflsante congnoissance des poix, nombres et mesures du temps passé selon la langue latine et romaine ancienne, et pareillement selon la. grecque, il est besoing d’entendre le fondement de la matière qui est telle comme elle s’ensuit. As estoit monnoye d’étin ou de cuyvre, comme l’on dit maintenant le billon ou menu change, et valoit peu plus de quatre deniers tornois.... » En tête sont les armes d’Anne de Polignac. Manuscrit en parchemin, de 55 feuillets de 240 sur 185 millimètres. Écriture du temps de François Ier, reliure en velours rouge. Inscrit sous le n° 32 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte et acquis par- M. le duc de La Rochefoucauld Bisaccia.
- 767. « Instruction de l’ordre des chevaliers de Saint-Michel, manuscrit. » Inscrit sous le n° 34 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 768. « Le temple de Bocace ou miroir des grands, manuscrit. » Inscrit sous le n° 21 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 769. « Espitre de saint Hiérosme à une dame romaine, manuscrit. » Inscrit sous le n° 10 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 770. « Vie de l’home crestien, manuscrit. » Inscrit sous le n° 17 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 771. « Prières, manuscrit. » Inscrit sous le n° 8 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 772. « Heures manuscrites, deux tomes. » Inscrit sous les n°s 5 et 6 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 773. « La sainte Bible en latin et françois, manuscrit, deux tomes. »
- 774. « Contemplation de l’amour de Dieu, manuscrit. » Inscrit sous le n° 15 au catalogue de la vente de M. Charles Labitte.
- 775. « Psalterium Davidicum, manuscrit. »
- 776. « Le Jouvencel, manuscrit couvert de velours. » Le Jouvencel de Jean de Bueil. En tête : « Cy commence la table de ce présent livre appelle le Jouvencel, nouvellement fait et composé par ung discret et honnorable chevallier, pour introduyre et donner couraige et hardement à tous jeunes hommes qui ont désir et voulenté. de suivre le noble stilleet exercisse des armes.... » Le texte du Jouvencel s’arrête à ces mots : « Mais il n’eut pas loysir ne aussi de faire forgier son artillerie qu’il n’eust nouvelles de ses ennemis comme après la lecture de ses gaiges qui lui ont esté envoyées. » — Dans le bel exemplaire du Jouvencel qui a été copié pour Louis de Bruges (ms. français 192 de la Bibliothèque nationale), le passage correspondant se trouve au bas du fol. 254 v°.

Les 18 pages suivantes sont remplies par le morceau intitulé : « Cy après sont les serymonnies et ordonnances qui se appartiennent à gaige de bataille fait par querelle, scelon les constitutions faictes par le bon roy Phelippes de France. »

Les trois derniers cahiers du volume, comprenant quatorze feuillets, contiennent l’exposition du Jouvencel. « S’ensuit l’exposition du Jouvencel faicte en l’honneur de Dieu, de la glorieuse Vierge Marie et de monseigneur saint Michel l’ange, ausquelz je supplie et requiers qu’il leur plaise me donner grâce de parfaire mon livre à la vérité.... »

L’exposition du Jouvencel, qui manque dans les mss. de la Bibliothèque nationale, et que La Curne de Sainte-Palaye signala en 1754 à l’Académie des inscriptions d’après un manuscrit défectueux du comte d’Hérouville [4], est une source d’informations très précieuses pour le règne de Charles VIII. L’auteur Guillaume Tringant nous apprend comment et par qui le Jouvencel a été rédigé : « .....Et pour ce que je scay que le livre du Jouvencel est fait en intention de soustenir droicture et bonne querelle, et les exemples qui y sont mys sont faitz et escripz en ceste intention et non pas pour faire guerre et tirannye par orgueil, par guerre et par avarice, et au rapport de plusieurs bons cappitaines et compaignons qui ont suivi les armes et ont veu la pluspart des choses escriptes ou livre appelle le Jouvencel, Jehan Tibergeau, sieur de La Mothe, Martin Morin et maistre Nicole Riolay, serviteurs du sire de Bueil, mon maistre et le leur, au rapport des vaillans hommes qui ont suyvy la guerre et de ce qu’ilz ont veu ou escript à moins mal qu’ilz ont peu, et le plus à la vérité que possible leur a esté, les choses escriptes ou dit Jouvencel.....

Et moy Guillaume Tringant, dit messire Oder, nourry en la compaignie des troys dessus dis, qui ay ouy débatre à eulx mesmes et autres la certayneté et vérité des faitz, ay voulu escripre et déclairer à mon povoir les choses ainsi que je les ay peu entendre et comprendre..... »

Un exemplaire du Jouvencel, venu de la bibliothèque d’Anne de Polignac, mérite une considération particulière : le premier mari de cette clame, Charles de Bueil, tué à la journée de Marignan, était l’arrière-petit-fils de Jean de Bueil, auteur du Jouvencel.

Volume sur parchemin. 190 feuillets. 300 millimètres sur 250. Écriture du commencement du XVIe siècle. Reliure en velours vert, avec fermoirs émaillés aux armes de La Rochefoucauld et de Polignac ; les plats sont semés de grands M en cuivre doré.
Acquis par M. le duc de La Rochefoucauld Bisaccia, sous le n° 24 du catalogue de la vente de M. Charles Labitte [5].

Et d’illec sommes montés dans une des chambres dudit château où avons trouvé :
- 777. Plusieurs liasses de papiers concernant les terres de Verteuil, Montignac, St-Claud, Genat, Marcillac et Anville, lesquels nous n’avons pas jugé à propos d’inventorier en détail « crainte d’y causer de la confusion », consistant lesdits papiers en baux et autres papiers qui ne sont pas en ordre.

Et de ladite chambre sommes retournés dans l’un des offices dudit château où avons trouvé :
- 778. Deux grands brocs, deux pintes, un flacon, dix pots de chambre, deux grands plats, trois plats moyens, neuf assiettes mazarines, onze assiettes pour la soupe, trente-neuf assiettes plates, une boîte en salière, le tout d’étain commun, pesant 63 livres, estimé 8 sols la livre, revenant à 65 livres 4 sous.
- 779. De là sommes allés dans les écuries où se sont trouvés deux bois de couchette en charpente, estimés 2 livres ;
- 780. Plus, dans une autre petite chambre, trois paires de tenailles à tirer de la glace, estimées 2 livres ;
- 781. Plus un petit bois de lit usé, estimé 2 livres 10 sous ;
- 782. Plus, dans une autre petite chambre, un ancien bois de couchette estimé 1 livre 10 sous.
- 783. Et dans une « chemize » s’est trouvé une paire de bœufs appartenant à la maison, estimée 100 livres. ;

Et de là sommes allés dans la grange au foin où s’est trouvé :
- 784. Environ dix brasses de foin très mauvais, estimé 8 livres la brasse, revenant à 80 livres ;
- 785. Plus deux charrettes et deux tombereaux, avec leurs roues, le tout fort usé, estimé 30 livres.

Et dans une petite « ruhe à carrosse » s’est trouvé :
- 786. Une petite calèche dont le bois est garni de velours vert brodé or et argent, avec une grande frange et crépine d’argent autour, deux gros carreaux de même velours et broderie, le tout estimé 70 livres ;
- 787. Plus un autre petit train sur lequel sont deux fauteuils couverts d’indienne fond blanc, fort usés, estimés 5 livres.

Et de là sommes allés dans les maisons de Rosquet où il ne s’est trouvé aucuns meubles à inventorier.
- 788. Et d’illec nous sommes transportés dans la maison qui est au bout dudit château et est occupée par la demoiselle Marie de Boudaud, dans laquelle se sont trouvées de grandes armoires de huit pieds de haut, sept pieds de large et deux pieds et demi de profondeur, estimées 50 livres.

- 789. Et étant descendus dans la chambre basse de ladite maison, y avons trouvé une chaudière ou alambic, avec tous ses accessoires, pour « tirer » de l’eau de fleurs d’oranger, estimée 40 livres. Et la nuit étant survenue, nous avons remis la continuation dudit inventaire.


Fin de l’inventaire du château de Verteuil. Il se poursuit au château de la Terne (Luxé 16)


[1Comme je l’ai annoncé dans les quelques pages d’introduction dont j’ai fait précéder cet inventaire, je me bornerai à relater ici les manuscrits, d’après les notices que leur a consacrées M. Léopold Delisle dans son opuscule intitulé : La Bibliothèque d’Anne de Polignac et les origines de l’imprimerie à Angoulême.

[2Jacques de Beaumont-Bressuire, fils d’André de Beaumont, seigneur de Bressuire, et de Jeanne de Torsay, entra en possession de la baronnie de Bressuire en 1440, étant alors âgé de vingt ans. Sa vie s’écoula paisible et obscure jusqu’à l’avènement de Louis XI, qui, dès la première année de son règne, lui conféra la dignité de chambellan. Sa complaisance à l’égard de son maître fut telle, que Brantôme, qui avait eu entre les mains toute sa correspondance avec Louis XI, a pu dire : « C’estoit son second Tristan L’Ermite, car il estoit fait à sa main pour cela. » Il avait épousé, le 26 janvier 1451, Jeanne de Rochechouart, fille de Jean 1er de Rochechouart, seigneur de Mortemart et de Vivonne, qui mourut en 1482, le laissant père de trois filles. A la mort de Louis XI, il parvint à gagner les bonnes grâces d’Anne de Beaujeu et obtint d’elle la charge de sénéchal de Poitou, qu’il n’exerça pas longtemps, la mort étant venue le surprendre au château de La Mothe-Saint-Héraye, le 15 avril 1492.

[3La date de la mort de ce prélat, fait observer M. L. Delisle, auquel cette notice est empruntée textuellement, a été inconnue aux auteurs du Gallia christiana (II, 1374), aussi bien qu’à l’abbé Lacurie (Histoire de Maillezais, p. 123).

[4Mémoires de l’Académie des inscriptions, XXVI, 721. — Le manuscrit signalé par La Curne de Sainte-Palaye est peut-être celui que possède aujourd’hui la bibliothèque de l’Arsenal.

[5Tout ce qu’on vient de lire sur le Jouvencel de Jean de Bueil est emprunté au mémoire de M. Léopold Delisle, intitulé : La Bibliothèque d’Anne de Polignac et les origines de l’imprimerie à Angoulême.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Verteuil-sur-Charente - 18e siècle - Châteaux - Glossaires - BNF - Gallica - Inventaires - Rochefoucauld (de la) - SAHC - Société Archéologique et Historique de la Charente -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1146 - 1390 - Chronologie des actes d’organisation des communes en Saintonge, Aunis, Angoumois et Poitou

2.  1789 - Chenaud et Puymangou (24) : cahier de doléances des paroisses

3.  1650 - la présence bénédictine dans le diocèse de Saintes + carte

4.  1720 - Etat de l’hôpital de Barbezieux (Charente)

5.  1319 - Hommage féodal au seigneur de Didonne, Arnaud Bernard de Preissac


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Paléographie - Etape 1 - Je n’y comprends rien !

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux