1731 - Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, condamné aux galères

Un curé saintongeais condamné aux galères pour avoir marié des protestants

D 23 avril 2008     H 13:42     A Freddy Bossy     C 3 messages A 1975 LECTURES


En 1731, Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, est condamné aux galères. Son crime : avoir uni 13 couples de protestants.

Voici les pages que B. Robert, pasteur à Pons, a consacrées à sa mémoire (petit fascicule publié chez l’auteur, s.d.).

Ce texte présente l’intérêt de localiser quelques mariages protestants au temps du désert, ce qui est précieux pour les généalogistes ; il permet aussi de retrouver le ton des prémisses de l’œcuménisme.


Arthus Deguip, un curé saintongeais condamné aux galères à perpétuité , par B. Robert, pasteur.

Il ne s’agit pas de l’abbé Jean, de trop fameuse mémoire, ni d’un quelconque de ses confrères parmi ceux qui furent envoyés au bagne par le jury de Saintes pour des crimes infâmes.

Le héros de mon histoire vivait au 18e siècle et, s’il a fini ses jours sur les pontons de Toulon en qualité de forçat, il n’est pas un honnête homme, à quelque Eglise qu’il appartienne, qui ne le considère comme digne d’estime et d’admiration. Bien plus, ses concitoyens s’honoreraient en conservant, en perpétuant sa mémoire, car c’est une des gloires les plus pures de notre pays.

A côté des huguenots victimes du fanatisme catholique dont les noms sont inscrits sur le livre d’or des martyrs pour la foi, il faudrait ajouter ce prêtre qui, sans changer de religion, attira sur lui la haine implacable de Rome et qui fut, lui, martyr pour la charité.

Il s’appelait Jean Arthus Deguip et était « vicaire perpétuel » de Saint-Léger-en-Pons.


Le 27 août 1731, après une longue détention préventive à la prison royale de Saintes et l’instruction de son procès par l’Official de cette ville, Deguip fut livré au bras séculier et comparut devant le Conseil du présidial.

Son crime consistait à avoir témoigné vis-àvis des protestants d’un esprit de tolérance que réprouvait l’Eglise et qui allait à l’encontre des édits royaux.

Ce n’était pas seulement l’hérésie de doctrine qui était interdite et persécutée sous le régime inauguré par la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685, c’était encore cette forme de la charité chrétienne qui s’appelle la pitié. Il fallait être inexorable pour être jugé bon catholique. Il y allait de la liberté, parfois même de la vie, à se montrer plus humain que les inquisiteurs du Saint-Office, inspirateurs des actes de répression cruelle ordonnés par le roi de France.

Arthus Deguip fut condamné « à servir le Roy à perpétuité dans ses galères en qualité de forçat » pour n’avoir pas dénoncé les hérétiques de sa paroisse et surtout pour avoir consenti à marier des protestants sans exiger d’eux l’abjuration formelle de leur foi.

Les époux qu’il avait unis, au nombre d’une trentaine, durent payer chacun une amende de 30 livres et cesser de vivre ensemble jusqu’à ce qu’ils aient satisfait à toutes les exigences de l’autorité ecclésiastique. « Leur enjoignons se retirer incessamment devers le sieur évesque de Saintes, dit l’arrêt, pour, après leur avoir imposé une pénitence salutaire, être de nouveau procédé à la célébration de leur mariage par tels prêtres qui seront commis par ledit sieur évesque. Et jusqu’à ce, leur faisons inhibition et défense de se hanter et fréquenter, à peine de punition exemplaire. »

Quant aux témoins ayant prêté leur concours à ces mariages réputés criminels, ils furent condamnés à de fortes amendes et « au dépens des procédures chacun les concernant ».

Il me paraît intéressant de citer les noms des personnes qui figurent dans l’acte de jugement. Leurs descendants sont parmi nous, à Pons et à Saint-Léger ; mais bien peu, à ma connaissance, ont conservé la foi de leurs ancêtres.

Voici les époux qui avaient eu recours au ministère de Deguip et dont le mariage fut dissous par le présidial :
- Isaac Salmon et Marie Vignaud
- Pierre Constant Raboteau et Anne Brard
- Pierre Lys et Jeanne Thibaudeau
- Pierre Buhet et Suzanne Thirion
- Jean François Pinson et Henriette Guillon
- Daniel Roy et Bénigne Magdelaine Chevalier
- Jean Raimon et Marie Chesneau
- Jean Bastard et Marie Galliot
- Nicolas Gastineau et Marie Auriaud
- Jean Seguinard et Magdelaine Goguet
- Pierre Chaillé et Jeanne Boinard
- François Petit et Marie Hardy
- Jacques Guérin et Elisabeth Lambert.

Les témoins condamnés étaient :
- Dauphin Egreteau
- Jean Vignaud
- Daniel Valentin
- Guillaume Roy
- Jean Guillon de Laguerenne
- Samuel Pinson
- André Tourtelot
- Jean Raclet
- Laurion des Aubuges
- Jean et Pierre Paviot
- François Thirion
- Benaste
- Jean Lys
- Isaac Goguet des Egaux
- Jean Villaine
- Jean Thirion
- et Pierre Thibaudeau.

D’après le registre de la paroisse de St-Léger, le dernier acte signé de la main de Deguip porte la date du 24 janvier 1729 ; un autre , célébré par lui le 13 février, a été signé (vraisemblablement plus tard) par le curé Delmas. De cette date au 8 juillet de la même année, aucun acte ne figure sur ce registre et comme, d’autre part, nous n’y trouvons aucune mention des mariages annulés par l’arrêt de 1731, il faut en conclure que ces mariages eurent lieu à cette époque et que les feuillets contenant les actes ont été détruits.

Si l’on s’étonne du grand nombre de mariages (treize) qui eurent lieu en cette petite paroisse dans le court intervalle de six mois, nous pouvons supposer que, la réputation de tolérance de ce curé s’étant répandue aux environs, des protestants de Pons s’adressèrent à lui pour faire bénir leur union qui ne pouvait avoir sans cela aucun caractète légal ; les cinq kilomètres qui séparent Pons de St-Léger n’étaient pas de nature à les arrêter et plusieurs des noms cités plus haut autorisent cette supposition.


Le cas d’Arthus Deguip ne fut pas le seul. Quinze ans plus tard, en 1746, un autre prêtre saintongeais, Pierre Louis Montfort, curé d’Annezay, fut également condamné aux galères pour « célébration de mariages de religionnaires protestants ».

Dans le drame célèbre de P. Loti, Judith Renaudin, l’auteur met en scène un prêtre qui compâtit aux souffrances des huguenots persécutés et, sachant ce qu’il risque à cela, favorise leur fuite du royaume. J’ignore si Loti a imaginé de toutes pièces son Curé de St-Pierre d’Oleron ; mais l’histoire bien authentique de Deguip nous prouve que cet admirable caractère de prêtre tolérant, poussant la charité chrétienne jusqu’à l’imprudence, n’est pas invraisemblable.

La vie privée, les sentiments intimes du curé de St-Léger nous sont inconnus ; nous ne savons rien de la façon dont il essaya de défendre sa conduite en présence de ses juges ecclésiastiques et de ses juges civils. Nous nous le figurons cependant comme un chrétien puisant sa force dans l’Evangile et prononçant des paroles analogues à celles par lesquelles le curé de St-Pierre se justifie d’apporter lui-même le salut à la famille Renaudin : Je suis « un pauvre serviteur de Dieu, que l’Eglise réprimandera sûrement, qui s’égare peut-être, mais qui agit selon sa conscience et son cœur. »

B. Robert

[Copie intégrale, collationnée.]


Malgré ce que dit le pasteur Robert, les familles protestantes citées ne proviennent pas seulement de Pons, mais aussi des régions d’Arvert, Royan, Cozes...

L’auteur ne cite pas précisément ses sources mais indique simplement : Archives de la Charente-Inférieure.

Cette petite publication, vraisemblablement un tiré à part, n’est pas datée, mais la mention de Judith Renaudin permet de la dater de peu après 1898.

Freddy Bossy

Vos commentaires

  • Le 31 décembre 2011 à 16:55, par Archives-Vendée En réponse à : 1731 - Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, condamné aux galères

    Le ton de l’article rédigé par le pasteur Robert, de Pons, en 1898, reflète bien son époque. D’ailleurs la très belle citation qui clôt l’article est tirée... de Pierre Loti, et elle n’est pas historique ! Rien ne dit en effet que le curé Deguip ait été tolérant. Et s’il avait été, à Dieu ne plaise, tout simplement vénal ? L’explication aurait le mérite de la simplicité.

    Espérons qu’il s’agisse effectivement de tolérance, mais on ne peut la voir avec nos yeux modernes, habitués à l’indifférence religieuse : ce curé agit-il tout simplement par pitié, ou mieux par charité ? Et si tolérance il y a, comment comprendre qu’un prêtre délivre un sacrement à quelqu’un hors de l’Eglise (catholique), s’il croit à ce qu’il fait ?

    Du reste, pourquoi ces protestants, qui cherchaient à conserver leur foi propre à grand risque, auraient-ils accepté de recevoir un sacrement de ce prêtre plutôt que de celui de leur paroisse géographique ?

    Ces protestants ne recherchaient vraisemblablement qu’une chose : pouvoir légitimer leurs enfants, pouvoir tester, donc disposer d’une pièce légalisant leur union, soit un acte de mariage, ce que seul un prêtre catholique pouvait leur fournir. Et s’ils vont chercher ce dernier au loin, ce n’est sûrement pas pour lui demander une bénédiction, comme l’écrit le pasteur Robert. L’acte a dû être rédigé à la sacristie, mais sans être accompagné d’aucune formalité religieuse.

    C’est pour tenter de mieux comprendre ces situations que le "laboratoire des internautes" des Archives départementales de la Vendée lance une recherche sur le cas du curé de Commequiers (Vendée), déjà cité ci-dessus. Il agit en 1717, donc bien plus tôt que celui de Saint-Léger.

    Le dossier de son procès subsisterait-il aux Archives de la Vienne (présidial de Poitiers) ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2010 à 16:48, par Renaud En réponse à : 1731 - Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, condamné aux galères

    Bonjour,
    Le curé de Commequiers, en Vendée, fut, lui aussi,condamné aux galères, mais par contumace, le 30 juillet 1723, par le Présidial de Poitiers. Lui aussi aurait marié de "nouveaux convertis" de toute la France.
    Par exemple : François JACOTY de Siorac La Garde (Siorac de Ribérac) avec Marie-Angélique QUIGNON de Orville diocèse d’Amiens . Quel réseau avait-il en janvier 1717 ?
    Il s’appelait Jean Dominique AYRAULT et je n’ai aucune information sur lui . Ni son passé, ni son devenir.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2008 à 14:09, par Christian En réponse à : 1731 - Arthus Deguip, curé de St-Léger en Pons, condamné aux galères

    Voir Bulletin historique et littéraire de la SHP, 1897, p. 93, qui renvoie à des cas similaires, dont un à Gémozac.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1757 - The Royal Navy attacks the Island of Aix - Diary of an English soldier

2.  1882 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

3.  1496 - Cognac (16) : La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême

4.  1570 - Visite guidée de la Rochelle par Henri-Lancelot Voisin de La Popelinière

5.  1807 - Routes, marais, canaux en Poitou-Charentes : Projets impériaux de grands travaux


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 16ème siècle - 1500-1549 - Table chronologique des sources

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux