Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Mer, fleuves, rivières et marais > Façade maritime > 1763 - Guide de navigation sur les côtes d’Aunis et de (...)

1763 - Guide de navigation sur les côtes d’Aunis et de Saintonge

Le petit flambeau de la mer

samedi 29 septembre 2018, par Pierre, 53 visites.

Un ouvrage assez étonnant pour un terrien : tous les conseils nécessaires pour naviguer dans cette zone réputée dangereuse des pertuis qui entourent les îles d’Aix, de Ré et d’Oleron. Des petits croquis avec l’indication des amers. A cette époque, les principaux amers sont les clochers des églises, les moulins et... les gibets ! C’est le moment de prendre la mer, "petit flambeau" à la main.

Le titre du livre est lui-même tout un programme, et nous vous le donnons dans son intégralité :
Le petit flambeau de la mer, ou le veritable guide des pilotes côtiers, où il est clairement enseigné la manière de naviguer le long de toutes les Côtes de France, d’Angleterre, d’Irlande, d’Espagne, du Portugal, d’Italie, de Sicile, de Malte, de Corse & de Sardaigne , & autres Isles du Détroit ; & des Côtes de Barbarie, depuis. le Cap Bon jufqu’au Cap Verd.

Comme aussi toutes les Démonstrations des Côtes, de la manière qu’elles paroissent de la Mer, avec l’heure des Marées en chaque Port, & de la chûte des Courans ; de plus les Sondes & Profondeurs qui se rencontrent tant dedans que dehors le Canal, la qualité des fonds, avec tous les dangers qui y sont.
Les Plans & Baies des principaux Ports & Havres y sont démontrés d’une maniere fort intelligible : comme aussi tous les Amers & plusieurs autres Plans & Baies qui se rencontrent en allant aux Indes Orientales, & une Table des Variations qui se trouvent tant en allant que revenant des Indes.

Dernière édition, par le feu Sieur BOUCARD, Lieutenant sur les Vaisseaux du Roi, revue, corrigée & augmentée.
Au Havre de Grâce,
Chez P. J. D. G. FAURE, Imprimeur & Marchand-Libraire
1763
Avec privilège du Roi.

Pertuit-Breton.

D’Olonne au Pertuit-Breton, la côte court à l’est Sud-est, & il y a de distance environ 6 lieues, ç’est toute terre basse, tant du côté du Poitou que de l’isle de Ré : vous pouvez suivre le mi- canal entre les deux terres, ou aprocher la terre ferme de plus près, à cause du banc de St Martin qui met presqu’à mi-canal droit au Nord-est : quand vous avez l’Eglise de St Martin au Sud Sud-Ouest de vous, vous pouvez raprocher de l’Isle de Ré, & mouiller l’ancre devant St Martin à 3,4,5 ou 6 brasses d’eau, fond de vase & sable.
Du côté de la terre ferme, droit à la pointe de la Trenche, qui fait l’entrée de la Baye de Moran, sont encore des bancs qui mettent bien un grand quart de lieue au large, desquels il se faut donner de garde. Quand vous êtes passé la Rade de Saint Martin , & que vous voulez aller à la Palisse ou à la Rochelle avec un grand’Navire, il faut aprocher la terre ferme, & laisser les deux tiers de l’eau du côté de l’isle de Ré, à cause d’un banc de sable & vase qui est à mi-canal, sur lequel il y a de basse Mer 15 à 16 pieds d’eau, mais au Nord d’icelui 5 ou 6 brasses ; ce banc n’est pas fort dangereux à cause qu’il est mol, mais néanmoins il est bon de n’y point toucher. Quand on est passé ledit banc, & que vous avez la pointe du Plomb, qui est celle de l’extrémité de la Baye de Moran, du côté de l’est, au Nord-Est de vous, alors vous pouvez raprocher la terre de l’isle de Ré, & mouiller à la Rade de la Palisse, si vous voulez, sous le Fort de la Prée, à 6 ou 7 brasses d’eau, fond de vâse, ou bien aller à la Rade de Chef-de-Bois, en suivant toujours le mi-canal, jusqu’à ce que vous ayez la Rochelle ouverte, alors vous allez à l’est dans la Rade où vous mouillez à 5, 6, 7 ou 8 brasses d’eau, fond de vase.

Quand on part de St Martin dans un Navire tirant 11 à 12 pieds d’eau, & qu’il est de basse Mer, l’on ne fait point de compte du banc dont nous venons de parler, & par conséquent de pleine Mer on doit encore faire moins, car il y a de l’eau dessus pour passer sans aucune crainte : il y a aussi partage entre ce banc & l’isle de Ré, à 4 brasses d’eau de basse Mer ; mais de la pointe de l’Isle de Ré , il s’étend un banc de sable & vase bien loin en Mer, ce qui fait que ce partage n’est pas large. Les grands Navires attendent d’ordinaire la marée pour passer sur cedit banc.
Quand on louvoye, soit pour entrer ou sortir du Pertuit-Breton, les marques que l’on doit observer pour éviter le banc de St Martin, qui est un banc de gros cailloux, & sur lequel il ne reste que 5 à 6 pieds d’eau de basse Mer, au plus profond, sont celles-ci :
Quand vous courez du côté de l’Isle de Ré, & que vous commencez à avoir les premières maisons du Bourg de l’Oye par le clocher d’Ars ; alors il faut mettre à l’autre bord, car si vous attendiez que ledit clocher vint par le milieu du Bourg, vous seriez sur le banc de Saint Martin ; & quand vous courez du côté de la terre ferme, alors vous pouvez aller jusqu’à 8 ou 9 brasses d’eau, car en-dehors de cedit banc, allant à l’Ouest, dans le milieu du canal, vous trouverez 12 à 14 brasses d’eau : quand vous avez le clocher d’Ars par un moulin qui est au bout du Sud de l’Oye, alors vous êtes au-dedans du banc, & pouvez gouverner sur la Rade où vous mouillez, ainsi qu’il a été dit.

Balaine.

A la pointe de l’Ouest de l’isle de Ré, est un grand banc de roches qui ne découvre point, & lequel met bien 3 quarts de lieue en Mer : on a fait une grande Tour sur la pointe, dans laquelle on fait du feu toutes les nuits pour éviter ledit banc : ce banc s’apelle les Balaines d’Ars.

Du côté du Sud de ladite isle, depuis les Balaines jusqu’environ à moitié de l’isle, il y a des roches qui mettent bien un quart de lieue au large, & à l’extrémité d’icelle un banc de roches qui se nomme Champ-Chardon, il est bien à une demi-lieue de terre.

Au bout du Sud-est de ladite isle, sous le Village de Ste Marie, est encore un banc ou pointe qui avance un grand quart de lieue en Mer, de laquelle il se faut garder quand on entre ou sort par le Pertuit d’Antioche.

Laverdin.

Au bout de l’est de l’isle de Ré, environ une petite demi lieue au large d’icelle, est encore un petit banc sur lequel il ne demeure que 2 ou 3 pieds d’eau de basse Mer, & même de grande Mer il asséche ; ce banc est rond, ayant de diamètre une portée de mousquet ; il est nommé Laverdin, & il est très-dangereux pour ceux qui entrent & qui sortent par les 2 Pertuis ; savoir, par le Pertuit-Breton & par le Pertuit d’Antioche. Les marques pour éviter ledit banc sont celles-ci : quand vous entrez par le Pertuit-Breton, & que vous voulez aller à la Rochelle, il vous faut ranger la terre de Laleu, que les Holandois apellent Denbos, plus proche que l’Isle de Ré, jusqu’à ce que vous ayez la terre du Plomb ou toute la côte de la Baye de Moran cachée par La pointe des Repenties ; alors vous pouvez faire droite route pour aller mouiller à la Rade de Chef-de-Bois, ainsi qu’il a été dit ci-devant. Si vous entrez dans le Pertuit d’Antioche, il vous faut tenir la Tour de la Lanterne en belle vue, & ne la mettre pas par la pointe de Chef-de-Bois ; car on iroit, sans doute, sur Laverdin. Quand on met la pointe de Chef-de-Bois avec la Tour de la Lanterne, & la pointe des Repenties par la pointe du Plomb, ou que l’on découvre la terre de l’est de la Baye de Moran par la pointe des Repenties, on est fur cedit banc que l’on nomme Laverdin : on peut passer tout autour d’icelui, car entre l’isle de Ré & lui il y a 5 à 6 brasses d’eau.

Pertuit d’Antioche.

Le Pertuit d’Antioche est entre l’Isle de Ré & l’Isle d’Oleron, il est large de deux lieues ; mais au bout de la pointe du Nord de l’isle d’Oleron , est un grand banc de roches que l’on nomme les Antiochois, qui met bien trois quarts de lieues au large du côté de l’Ouest Nord-Ouest ; c’est pourquoi il faut suivre le mi-canal, ou bien ranger l’Isle de Ré de plus proche que celle d’Oleron, en le donnant toutefois de garde de la pointe de Ste Marie, qui est à l’isle de Ré, de laquelle nous avons déjà parlé ; puis quand vous êtes au-dedans, vous vous servez des marques que nous avons dit ci-devant pour parer Laverdin, car il n’y a nul autre danger pour aller à la Rade de Chef-de-Bois.

Si vous voulez entrer dans le Havre de la Rochelle ou dans la Digue, on prend des Pilotes de terre : à l’entrée de la Digue, du côté de bâbord en entrant, il y a un mât planté dessus, que vous rangez de fort proche : on asséche toutes les marées , tant de la Digue de la Rochelle que dans le Havre. Les marées y sont de 3 heures & demie à 4 heures, à la nouvelle & pleine Lune.
Ainsi paroît le bout de l'Ouest de l'Isle de Ré.
Ainsi paroît le bout de l’Ouest de l’Isle de Ré.

Ceci est la suite de la figure précédente, mettant les AA ensemble, elle se montre ainsi quand le clocher d'Ars est à l'est quart au Sud de vous à 2 ou 3 lieues. Cette côte s'étend Est Sud-est & Ouest Nord-Ouest.
Ceci est la suite de la figure précédente, mettant les AA ensemble, elle se montre ainsi quand le clocher d’Ars est à l’est quart au Sud de vous à 2 ou 3 lieues. Cette côte s’étend Est Sud-est & Ouest Nord-Ouest.

Quand l'isle de Ré est au Nord quart de Nord-est de vous, elle paroit ainsi.Quand l’isle de Ré est au Nord quart de Nord-est de vous, elle paroit ainsi.

Lorsque l'on entre par Antioche , l'Isle de Ré paroit ainsi.Lorsque l’on entre par Antioche , l’Isle de Ré paroit ainsi.

Quand le clocher d'Ars est à l'est Sud-est de vous environ 3 lieues la terre de l'Isle de Ré paroit ainsi.Quand le clocher d’Ars est à l’est Sud-est de vous environ 3 lieues la terre de l’Isle de Ré paroit ainsi.

Ainsi se montre le côté du Sud de l'Isle de Ré, quand le clocher d'Ars ou le bout de l'Ouest de l'IsIe est au Nord de vous, & le bout de l'est de ladite Isle au Nord-est de vous trois lieues.
Ainsi se montre le côté du Sud de l’Isle de Ré, quand le clocher d’Ars ou le bout de l’Ouest de l’IsIe est au Nord de vous, & le bout de l’est de ladite Isle au Nord-est de vous trois lieues.

Quand l'on est à l'entrée d'Antioche, environ 2 lieues de terre ; Oleron paroit ainsi.
Quand l’on est à l’entrée d’Antioche, environ 2 lieues de terre ; Oleron paroit ainsi.

Quand vous voulez aller de la Rochelle à la riviere de Charente, Brouage, Oleron ou Seudre, vous prenez un Pilote à la Rochelle, lequel vous mene où vous désirez aller ; nous ne laisserons pas néanmoins de donner les marques que l’on doit observer en quelques-uns de ces courans, en cas qu’on fut forcé d’y aller sans pouvoir avoir des Pilotes de terre.

Isle d’Ais, Bayart, rivière de Charente.

Quand on part de Chef-de Bois pour aller à Oleron, Brouage, Seudre ou Charente ,il faut aller chercher l’Isle d’Ais ; la route pour aller à cette isle est le Sud environ 3 lieues : c’est une Isle plate sur laquelle il y a plusieurs petites maisons, & même une vieille Eglise de pierre, vous rangez cette isle à 3 ou 4 longueurs de cable ; il y a quelques rochers tout autour, mais ils sont tout proche de terre, au large de l’isle d’Ais, entr’icelle & Oleron , mais plus proche d’Oleron que de l’isle d’Ais : il y a un grand banc qui asséche en partie toutes les marées, lequel est long de 2 lieues Sud-est & Nord-Ouest, comme la côte d’Oleron ; il y a passage tout autour de ce banc, mais on ne passe gueres entre Oleron & icelui. Le canal entre ce banc & l’isle d’Ais est large d’une bonne demi-lieue, & c’est par où tous les Navires passent pour aller à Oleron, Seudre, Brouage & Charente, ou pour sortir par Maumesond : on laisse cette Isle à bâbord en allant aux lieux susdits ; si l’on veut aller à Charente on range l’isle tout du long du côté de l’est, gouvernant à l’est jusqu’à ce que l’on soit à l’ouvert de la riviere, & l’on mouille entr’icelle & la riviere de Charente pour prendre un Pilote, car l’on n’entre point en cette riviere sans Pilote.

On peut passer aussi au Nord de l’isle d’Ais, mais il est fort dangereux, tant à cause des roches qui sont à la pointe de Fouras que de celles qui sont au bout du Nord-est de l’isle d’Ais : il y a un banc à la pointe du Sud de la riviere de Charente, que l’on nomme les Palles, lequel avance beaucoup en Mer du côté de l’isle d’Ais ; c’est pourquoi il faut mouiller proche de l’isle à 7 ou 8 brasses d’eau : entre cette Isle & la pointe de la Rochelle, le long de la terre ferme, il y a plusieurs bancs de roches qui mettent bien un quart de lieue en Mer, & que l’on doit éviter,

Brouage.

Quand vous voulez aller de l’Isle d’Ais à Brouage , il faut gouverner au Sud Sud-est, en tenant le clocher de Hiers au Nord du bois qui est plus proche de la Mer que ledit clocher ; & courez ainsi sur ces marques jusqu’à ce que vous ayez la tour de Fouras par une maison couverte de tuiles, qui est au côté du Sud de la riviere de Charente ; alors faites le Sud-Est & le Sud-est quart d’est jusqu’à ce que le Village de Front, qui est au bord de la Mer, vous vienne au Nord de Soubise ; & quand Soubise sera au- dedans dudit Village, ou par le Moulin qui est au-dessus d’icelui, alors vous êtes proche de la pointe de l’est du banc nommé le Banc aux Huîtres ou Louster-Banc, qui est droit devant l’embouchure de ce Havre ; faites après le Sud-est quart au Sud, jusqu’à ce que vous ameniez le clocher de Hiers le plus à l’Ouest par la terre de sable la plus à l’Ouest, sur laquelle il y a un gibet, & le tenez ainsi en faisant le Sud Sud-est en-dedans ; & quand ledit clocher vous viendra par le côté de l’est de la vallée, qui est dans le bois ; tenez-les ainsi, & entrez sur ces marques jusques devant Brouage. Les marées y sont de 4 heures, les courans y sont très-forts.

Pour aller à Seudre, ou pour passer par Maumesond, il faut prendre des Pilotes du lieu, car ces canaux ne sont pas entièrement fiables, & particuliérement celui de Maumesond, ils changent fort souvent, joint qu’ils sont fort tords & étroits, avec plusieurs bancs & roches, dont ne ne peut bien décrire.

Oleron.

L’isle d’Oleron est longue de 4 à 5 lieues Sud Sud-est & Nord Nord-Ouest, & large de 2 petites lieues ; cette isle est presque entourée de bancs tout autour, c’est pourquoi il n’est pas bon de l’aprocher de trop près : du côté de l’est de la pointe d’Alverd & le bout d’Oleron, il y a plusieurs bancs qui barrent presque le passage, & n’y laisse d’ordinaire qu’un canal fort étroit qui change aussi fort souvent ; ce passage s’apelle Maumeson,

Roche-Bonne.

A l’Ouest quart Nord-Ouest de la pointe du Nord d’Oleron 15 lieues, & au Sud Sud-Ouest de la pointe de l’est de l’isle-Dieu 7 ou 8 lieues, est un banc de roches nommé Roche-Bonne ; il y a des roches qui paroissent à l’uni de l’eau de basse Mer ; c’est un banc qui est fort dangereux, auquel on doit bien prendre garde, il contient bien une portée de mousquet de long.
Le bout de l'Ouest d'Oleron paroît ainsi, quand il est à l'est de vous 2 ou 3 lieues.
Le bout de l’Ouest d’Oleron paroît ainsi, quand il est à l’est de vous 2 ou 3 lieues.

Quand Oleron est au Sud-est de vous, il paroit ainsi.
Quand Oleron est au Sud-est de vous, il paroit ainsi.

Depuis Oleron ou l’entrée de Maumesond jusqu’à l’entrée de la riviere de Bordeaux, la côte court au Sud quart Sud est environ 6 lieues ; & du Pertuit d’Antioche à ladite entrée de la riviere de Bordeaux, elle s’étend au Sud quart à l’est 10 à 11 lieues, mais il faut tirer un peu plus au large, à cause de plusieurs pointes de banc qui s’éloignent de l’Isle d’Oleron, & il ne faut point aprocher cette isle de plus près que de 15 à 16 brasses d’eau, puis aprocher la côte d’Alverd si vous voulez passer par la Coubre ; c’est un petit passage qui est le long de la côte d’Alverd, & il faut ranger cette côte tout proche jusqu’à ce que l’on soit au-dedans de la riviere : ce passage est fort étroit, & n’est profond que d’une brasse & demie ou 2 brasses d’eau, ce qui fait qu’il n’entre que des Barques par cet endroit, joint que de grand vent la Mer y est extrêmement grosse.

Entrée de Mathelier.

Le meilleur passage ou entrée de la riviere de Bordeaux, est celui qui est entre les Asnes du Nord & celles du Sud ; ce passage s’apelle Mathelier, il assez large & profond de 3 brasses & demie à 4 brasses d’eau de basse Mer : quand on vient de la Mer ou d’Antioche, il ne faut point aprocher les Asnes de plus près que de 12 à 14 brasses, jusqu’à ce que vous ayez la Tour de Cordouan au Sud-est quart d’est de vous, ou prenant quelque peu de l’est Sud-est davantage , & singlez ainsi avec le flot jusqu’à ce que vous soyez au-dedans des Asnes ; aussi-tôt que vous commencez à avoir 8 ou 10 brasses d’eau, vous êtes assuré que vous êtes au-dedans d’icelles, alors il faut gouverner au Nord Nord-est sur les Dunes noires d’Alverd, & les ranger de près, jusqu’à ce que vous ayez la Tour de Cordouan au Sud de vous, & ainsi vous passez entre la terre & la Mouase qui est un méchant banc qui s’éloigne bien une demie lieue de la Tour de Cordouan vers le Nord , & sur lequel les marées chargent avec violence ; vous conduisez toujours la côte du Nord jusques devant le Bourg de Royan, où vous pouvez mouiller à 6, 8 ou 10 brasses d’eau, & l’on y prend d’ordinaire un Pilote pour aller à Bordeaux.

Quand vous allez de Royan à Bordeaux, vous suivez la côte du Nord jusqu’à la pointe de Méchée : c’est une pointe sur laquelle il y a plusieurs Moulins ; quand vous l’avez au Nord de vous, il vous faut faire le Sud Sud-est jusqu’au proche de Pouillac ; c’est un clocher qui est sur la terre du Sud, & quand Pouillac est à l’Ouest de vous, il faut alors faire l’est Sud-est jusques devant Blaye, en laissant l’isle à bâbord de vous ; vous êtes en obligation de mouiller à Blaye pour faire la déclaration de vos marchandises : le passage entre Pouillac & Blaye est peu profond, & il est bon de laisser monter la Mer une heure ou deux quand vous avez un Navire qui tire au - dessus de 8 ou 9 pieds d’eau.

Quand vous partez de Blaye pour aller à Bordeaux, il faut ranger la côte du Nord, gardant toujours les 3, 4 ou 5 brasses d’eau : mais quand vous êtes devant la riviere de Dordogne, vous raprochez l’Isle du milieu ; elles sont trois en nombre, dont la plus grande est celle qui est la plus à l’est, vous les laissez toutes à tribord de vous, en les côtoyant de près jusqu’à ce que vous soyez au-dedans de la pointe de l’est de l’entrée de la Dordogne, sur laquelle il y a un gibet ; il faut alors ranger la terre du Nord, de plus proche que celle du Sud jusqu’aux quatre petites maisons ; de-là il faut aller à la terre du Sud jusqu’à la Tour de Dublot, où étant, il faut que vous gouverniez au Sud-Ed quart d’est sur la pointe de Lormont : vous passez entre 2 bancs ; savoir, un banc de pierre à bâbord, & un de sable à tribord : ce passage se nomme le Pas, parce que c’est le moins profond de la Riviere, car de basse Mer il n’y demeure que 7 ou 8 pieds d’eau, & il faut attendre la marée pour y passer : quand vous êtes devant la pointe de Lormont, au proche d’icelle, vous gouvernez au Sud-Ouest quart de Sud jusqu’à ce que vous soyez proche de la terre de l’Ouest que vous rangez jusques devant Bordeaux, où vous mouillez à 4, 5 ou 6 brasses d’eau.

Riviere de Bordeaux. Entrée de Grave.

Pour entrer dans la Riviere de Bordeaux par le Sud des Asnes, amenez le Clocher de Soulac à l’Est de vous, ou un peu plus au Nord , & gouvernez sur icelui jusqu’à ce que la Tour de Cordouan soit au Nord quart de Nord-Est de vous, ou au Nord Nord- Est ; alors Royan sera au Nord-Est : vous pouvez gouverner dessus jusques contre la terre du Nord, puis vous gouvernerez ainsi qu’il a été dit ci-devant pour aller à Bordeaux. Les marées de cette Rivière sont Nord-Est & Sud-Est.

Des Anes.

Les Anes de Bordeaux sont deux grands bancs de pierres qui battent presque la riviere , il y a néanmoins trois passages entre iceux, desquels nous avons déjà parlé ci-devant : ces bancs sont fort dangereux, quand on entre ou sort de cette riviere , car les marées portent droit dessus ; de basse mer ces bancs viennent à fleur d’eau : au-dedans d’iceux est encore un grand banc de roches, sur lequel on a bâti la tour de Cordouan, qui sert de marque pour entrer & sortir : il faut bien prendre son temps, quand on entre ou sort de cette riviere, à cause des grandes marées. Les navires qui viennent de Bordeaux attendent d’ordinaire à Royan un vent favorable pour sortir d’icelle : toutes les nuits on allume un feu sur la tour de Cordouan, pour faciliter l’entrée de cette riviere : on le met au Sud Est quart d’Est, prenant un peu de l’Est Sud-Est davantage ; & l’on entre sur ces marques, se gouvernant ainsi qu’il a été dit ci-devant dans le traité du passage de Mathelier.


Le bout de l’Ouest d’Oleron paroît ainsi, quand il est à l’est de vous 2 ou 3 lieues.

Ces cinq figures se doivent joindre ensemble, mettant les lettres semblables l'une avec l'autre, & c'est la représentation des terres entre Oleron & la riviere de Bordeaux, quand on les côtoie. Ce sont toutes dunes de sable.Ces cinq figures se doivent joindre ensemble, mettant les lettres semblables l’une avec l’autre, & c’est la représentation des terres entre Oleron & la riviere de Bordeaux, quand on les côtoie. Ce sont toutes dunes de sable.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.