Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Moulins, meuniers et fours -> 1779 - Gensac-la-Pallue (16) : Inventaire des moulins de Gademoulins

1779 - Gensac-la-Pallue (16) : Inventaire des moulins de Gademoulins

D 22 mai 2009     H 19:19     A Pierre     C 0 messages A 2871 LECTURES


agrandir

Un inventaire pour le bonheur des amateurs de moulins, avec un riche vocabulaire. Un glossaire des mots oubliés et des termes techniques guide le visiteur dans une description très visuelle.

Bruno Veillon et Jacques Beaulieu ont fait la transcription de ce document exceptionnel. Histoire Passion les remercie d’avoir aimablement proposé sa publication en ligne.

Source : Archives Départementales de la Charente -

Nota : comme nous l’avons fait pour d’autres inventaires présentés sur ce site, nous avons ajouté un saut de ligne à chaque changement de lieu.

Glossaire en cours de rédaction.

Pour le vocabulaire propre aux moulins, on peut consulter le Vocabulaire du moulin traditionnel au Québec des origines à nos jours : documents lexicaux et ethnographiques - Réjean L’Heureux - Presses Université Laval, 1982 - (NDLR : une immersion dans le français des 17ème et 18ème siècle).

Le moulin : la puissance d’une énergie renouvelable
Photo : Pierre Collenot - 10/2008

3 juin 1779 - Inventaire des moulins de Gademoulins

Aujourd’hui trente juin mil sept cent soixante dix neuf sur les sept heures du matin par devant nous notaire royal en la province d’Angoumois soussigné, étant en notre étude au lieu de La Pallu paroisse de Gensac ont comparu Messire Nicolas CHAUDEY Prêtre de la Congrégation de la Mission, Supérieur du séminaire de la ville de Saintes, demeurant ordinairement aux faux bourgs et paroisse Saint Vivien de la dite ville, étant de présent au Château de Gademoulin susdite paroisse de Gensac, Jean SABOURAUD marchand demeurant au village des mulons paroisse de Saint Brice Charente, et Jean MARTINEAU meunier demeurant aux moulins du dit gademoulin même paroisse de Gensac.

Lesquels nous on dit et remontré que pour satisfaire à la clause insérée au bail à ferme fait aux dits SABOURAUD, MARTINEAU, et leurs femmes, des moulins dépendans du dit château de Gademoulin, en datte du vingt cinq août mil sept cent soixante dix sept, reçû même notaire que ces présentes, controllé à Cognac le six septembre suivant par Bonnet, portant qu’avant d’entrer en jouissance les preneurs feront faire procès verbal des tournans vivants et autres ustancilles servant à l’uzage des dits Moulins, ainsy que des toits d’iceux et autres bastimens compris au dit bail. Ils désirent faire procéder au dit procès verbal ; à cet effet ont requis que nous ayons à nous transporté tout présentement avec eux aux dits moulins situés près le dit château de Gademoulins même paroisse de Gensac, déclarant qu’ils feront comparoir des arbitres à l’effet de nous raporter l’état d’jceux, ce que nous leur avons accordé.

Et nous étant de suite transportés au devant de la porte d’entrée dans le moulin de dessus dudit Gademoulins nous y avons fait rencontre de Pierre DURAND charpentier de moulins demeurant au village du Chaillot paroisse de Champniers en Saintonge arbitre nommé de la part du dit sieur CHAUDEY, et Jean MOREAU aussy charpentier de moulins demeurant au bourg et paroisse de Bourg Charente arbitre nommé de la part des dits SABOURAUD et MARTINEAU. Lesquels dits DURAND et MOREAU moyennant serment par eux tout présentement fait la main à Dieu levée au cas requis ont promis de bien fidellement et en leur honneur et conscience s’acquiter de leur commission, et à l’instant avons en leur présence, celles des dits sieurs CHAUDEY, SABOURAUD, MARTINEAU, et des témoins cy après nommés vasqué au dit procès verbal comme suit.

Premièrement nous avons observé que la fermeture de la porte d’entrée dans le dit moulin du dessus est de bois de peuplier soutenue par deux gons et deux vertuelles, garnie d’un verrouil et est demye neuve. Les murs du toit du dit moulin étant en assés bon état ayant néammoins besoin d’être crépis, les charpentes et lattes du dit moulin en assés bon état, la fenêtre qui donne jour au dit moulin qui a son ouverture au midy étant sans fermeture.
Que la meule du dit moulin ainsy que les dits DURAND et MOREAU nous ont rapporté est enbatardéé de quatre pieres de pays de cinq pouces d’épaisseur, le lit d’onze pouces d’épaisseur aussy de pays mesurée à l’anche, le fert du dit moulin en bon état ayant seulement besoin d’être cotté, l’arbre et le rouet du dit moulin les trois quarts usés ainsy que la rouë, ayant à chaque bout du dit arbre deux liens et un torillon de fert le tout en bon état à l’exception du torillon de lanche qui a besoin d’être chaussé, le pontil et la fuzée en bon état. Les deux chaines sur lesquelles est appuyé le pontil demie uzées, le poirier et autres objets formant le chaslit du dit moulin au tiers uzé, les fouchettes, augettes, et treumië du dit moulin en bon état, la nille quoique petite aussy en bon état, lame aussy en bon état, le cable du dit moulin au quart uzé, le tour demy uzé, y ayant seulement quatre planches bois de peuplier pour la garniture du moulin, l’échalleau et les deux traverses en assés bon état, les pelles du moulin et coulombe tant du moulin que de la fourne au trois quart uzés, ainsy que les deux chevaceau que la fermeture de la porte d’entrée du dit moulin dans une petite chambre par costé, est de bois de peuplier soutenue par deux vertuelles a gons, les deux gons sans autres ferrures quoique vielle peut néammoins servir, la fermeture de la fenêtre qui a son ouverture au midy est de bois de peuplier assés bonne soutenue par deux gons et deux vertuelles fermant avec un verrouil, à laquelle fenêtre il y a deux barres de fert, que la cheminée de la dite chambre est en mauvaise état, de la dite chambre sommes montés par une échelle foncée dans le grenier, laquelle échelle nous avons trouvé en bonne état, que le planché souspied du dit grenier est en mauvais état, qu’à la fenêtre du dit grenier qui a son ouverture au midy il ny a point de fermeture mais seulement un gon et deux barres de fert, la charpente et la latte en mauvais état, du dit grenier sommes allés dans un autre, la porte duquel est sans fermeture, le plancher sous pieds, les charpentes et chaslattes dudit grenier en assés bon état, des dits greniers sommes descendus en ladite première chambre, et de là dans une passés dans une autre chambre basse à costé la fermeture de la porte d’entrée est de bois de peuplier uzée pouvant néanmoins servir soutenue par deux gons et deux vertuelles sans autre ferrure, la cheminée de ladite chambre en assés bon état, que la fermeture de la fenêtre de la dite chambre est de bois de peuplier presque uzée soutenue par deux vertuelles et deux gons, fermant avec un verrouil à la dite fenêtre y ayant deux grilles ou barres de fert, que la fermeture de la porte de la dite chambre ayant son ouverture au midy est de bois de peuplier my uzéé soutenue par deux vertuelles et deux gons, garnie d’un locquet à cache pouces, un verrouil et une serrure, Glossaire :
- embatardée de 4 pierres de pays : la meule est faite de 4 pierres d’origine locale assemblées par un cercle en fer
Fer de moulin

- anche : On appelle l’anche la conduite par laquelle la farine tombe dans la huche ou dans le blutoir, par le moyen de la tempure, ou trempure, qui est un levier à lever la meule supérieure ; ce qui fait moudre plus gros ou plus menu, parce que le petit fer soutient la meule supérieure ; le petit fer pose sur son palier, qui pose sur la braxe ; il sera levé si on tire la corde qui est attachée au bout de la tempure.. (Encyclopédie)

- fert : fer :Le pivot qui soutient la meule ( fig. 8 ) s’appelle fer. On distingue dans le fer plusieurs parties, 1°. le papillon, a ; 2°. la fusée b ; 3°. c c les épaulemens ou rebords de la fusée ; 4°. le corps du fer d ; 5°. le pivot f.
Le papillon a entre dans l’annille
(voir nille) (Traité complet de mécanique appliquée aux arts - Giuseppe Antonio Borgnis - Paris - 1819)

- cotté

- arbre

- rouet de moulin : (Charpent.) on appelle rouet de moulin une petite roue attachée sur l’arbre d’un moulin, qui est de 8 à 9 piés de diamêtre, & a environ 48 chevilles ou dents de 15 pouces de long, qui entrent dans les fuseaux de la lanterne du moulin, pour faire tourner les meules. Rouet se dit généralement de toutes les roues dentées, dont les dents ou alluchons sont posés à plomb. (D. J.) (Encyclopédie)

- roue

- tourillons : ce font deux fortes chevilles de fer enfoncées dans le cœur de l’arbre du moulin. à chacune de ses extrémités, limées, arrondies & polies dans l’extrémité saillante : on fait porter le grand arbre sur ses deux tourillons. Pour qu’il puisse tourner facilement, ils doivent être bien exactement fixés au centre de l’arbre, & le mettre dans un parfait équilibre.. (Encyclopédie Panckoucke - 1788)

- chaussé

- pontil

- fusée : voir fer

- poirier : grosse pièce de bois supportant l’arbre de la meule et sa crapaudine (ou l’arbre vertical et sa crapaudine) - quelquefois appelé palier ou poêlier. (Vocabulaire du moulin traditionnel au Québec) - Poilier : grosse pièce de fer qui porte la fusée et la meule d’un moulin. (Dictionnaire de l’Académie françoise - 1786) - Le pivot du gros fer porte sur une espèce de pas de métal qu’on nomme crapaudine ; il est essentiel que cette crapaudine soit dans le plein milieu du palier, afin que la pointe du gros fer soit bien droite & au niveau du milieu de l’arbre tournant. (Encyclopédie Panckoucke - 1788)

- châlit du moulin

- fourchettes

- augettes ou augets : l’auget, appelé dans quelques endroits sabot, est une petite trémie fermée en dessous, mais ouverte d’un côté, qu’on pose au desous de la grande trémie ; l’ouverture de l’auget se place près de l’œillard des meules, où le grain tombe par petite quantité, dans une proportion réglée par le mouvement de trépidation que l’auget reçoit, au moyen du frayon : & pour que le frayon puisse le faire mouvoir, on prolonge un des côtés de l’auget joignant son ouverture. Cette saillie que le frayon atteint en tournant, s’appelle la main de l’auget. (Encyclopédie Panckoucke - 1788)

- trémie : terme de Meunier ; c’est une sorte de grande cage de bois quarrée, fort large par le haut, & fort étroite par le bas, faite en forme de pyramide renversée, qui sert au moulin pour faire écouler peu-à-peu par un auget le blé sur les meules, afin d’en faire de la farine. Cette trémie est portée par deux pieces de bois, qu’on appelle trémions, qui s’entretiennent par des chevalets. (Encyclopédie)

Une nille de moulin
Source : Encyclopédie

- nille : pièce de fer en forme de croix aux pattes recourbées, possédant en son centre un trou carré. L’arbre ou axe du moulin vient se loger dans ce trou de la nille et assure ainsi la rotation de la meule. Les pattes de la nille sont soudées au plomb dans 4 rainures taillées dans la pierre de la meule. Ce dispositif permet d’éviter que la pierre de la meule soit abimée par le mouvement de l’arbre. Plus bas, dans la description du second moulin, il est dit que sa nille a une branche mal soudée. Pour nille, on trouve aussi l’x de fer ou anil.

- l’âme

- cable

- échalleau

- pelles

- coulombe : s. f. (Charp.) sont deux gros poteaux dans les cloisons ou pans de bois où portent les poutres ; ils sont éloignés de la grosseur de la poutre, & dans l’une & l’autre est assemblé à tenons & mortoises avec embrevement, le tasseau qui porte la poutre. (Encyclopédie)

- fourne

- chevaceau

- vertuelle : penture de porte ou de volet

- gons : gonds

- verrouil : verrou

- foncée : qui a un fond ?

- latte

- chaslattes ou chalatte, ou chanlatte s. f. terme d’Architecture, petite piece de bois, semblable à une forte latte, qu’on attache vers les extrémités des chevrons ou coyaux, & qui saillit hors de la corniche supérieure d’un bâtiment. Sa fonction est de soûtenir deux ou trois rangées de tuiles, pratiquées ainsi pour écarter la pluie d’un mur de face. (P) (Encyclopédie)

- loquet à cache pouces

La meule tournante et sa nille
Source : Encyclopédie
D’ilecq sommes tous ensembles allés au devant la porte d’entrée dans le moulin de dessous, la fermeture de laquelle est de bois de peuplier presque neuve soutenue par deux gons et deux vertuelles, sans autre ferrure, que la fenêtre qui est vis à vis le dit moulin est sans fermeture, que la fermeture de la grande porte près le mur de la chambre est de bois de peuplier vielle et uzée soutenue par deux gons, et deux vertuelles garnie d’une serrure en bois avec sa clef, et d’un verrouil, que les charpentes et lattes du toit du dit moulin quoique vielle peuvent néanmoins servir,
avons de plus observé et les dits arbitres nous ont raporté que la meule du dit moulin d’en bas est blanche enbatardé de quatre pieces de pairs d’épaisseur de sept poulces, le lit du dit moulin aussy de pairs de dix poulces d’épaisseur, que l’arbre du dit moulin, le rouet, et la rouë sont au quart uzés, qu’à chaque bout de l’arbre dudit moulin il y a deux liens et un torillon de fert les trois quart neuf, ainsy que le cheveceau, le chaslit en entier du dit moulin demy neuf, les chaines dudit moulin presque neuves, le pontil et la fusée aussy en bon état, le fert du dit moulin en bon état, la nille ayant ne branche mal soudée, la trémie, fourchette, étangote en assés bon état, les traverses du dit moulin sont les trois quart neuves, la met les trois quart uzéé, le tour en bon état, la masse, la serre en fert, et le cable my uzés y ayant quatre planches bois de peuplier servant de garniture au dit moulin assés bonnes audevant le dit moulin, et trois autres mauvaises planches derrières, avons de plus remarqué et les dits DURANT et MOREAU nous ont observés que les coulombes, et pelles tant dudit moulin que de la fourne sont my uzés, y ayant un vieux tour à costé du premier nille : voir ci-dessus
avons de plus observé que la fermeture de la porte d’entrée dudit moulin dans la chambre à costé d’jcelluy, est de bois de chesne double assés bonne soutenue par deux gons et deux vertuelles, fermant avec un verrouil, que la fermeture de la fenêtre qui ouvre au midy au dessus l’éviere est de bois de peuplier uzée néanmoins pouvant servir, soutenu par deux gons et deux vertuelles fermant avec un verrouil, que la cheminée de la dite chambre est vielle pouvant néanmoins servir, à costé de laquelle cheminée est un placard la fermeture duquel est de bois de peuplier avec un grillage en bois, soutenue par deux fiches, qu’à la fenêtre dont a été cy dessus parlé qui a son ouverture au midy il y a un grillage en bois sans aucune ferrure, que la fenêtre qui avait son ouverture au nord est massonnée y ayant seulement la fermeure en bois soutenue par deux gons et deux vertuelles et un verrouil,
de la dite chambre sommes retournés dans le dit moulin et de la montés par un degré en pierre en bon état, à costé duquel degré sont deux bois servant d’apuy, dans le grenier au dessus la dite chambre la fermeture de la porte duquel grenier est de bois de peuplier vielle et uzéé soutenue par deux vertuelles, deux gons, garnie d’un verrouil, et d’une serrure en bois avec sa clef, le plancher soupied du dit grenier étant vieux et uzé, ayant une ouverture en forme d’œil de bœuf du costé du midy sans aucune fermeture, avons aussi remarqué que la charpante est en assés bon état et la latte en partie pourrie, du dit grenier sommes descendus dans le dit moulin,
et delà sommes antrés dans une écurie à costé dicelluy et observé que la crèche est vielle pouvant néanmoins servir, le ratelier étant neuf et de même longueur que la crèche quaudessus la dite écurie il y a sept vieux sollivaux sans aucune planche, avons de plus observé que la fermeture de la porte de la dite écurie qui ouvre au midy est de bois de sapin assés bonne soutenue par deux gons et deux vertuelles sans autre ferrure, que les charpentes et chaslattes au dessus la dite écurie est en bonne état, de la dite écurie sommes allés en une autre et observé que la porte est sans crochette ne parroissant point y avoir eu de fermeture. La crèche de la dite écurie en assés bon état, le ratelier uzé, au dessus de laquelle sont sept vieux sollivaux uzés, sur lesquels sont des chaslattes pour servir de plancheteau sans être cloués, que la fermeture de la porte qui va de la dite écurie dans un petit réduit appellé "la cave" est de bois de peuplier vielle et uzée soutenue par deux vertuelles et deux gons sans autre ferrure, quaudessus la dite cave il y a cinq vieux sollivaux sur lesquels sont des petits bois fendus pour servir de plancher que les charpantes et lattes audessus la dite dernière écurie et cave sont vielles pouvant néanmoins servir.
Dilecq sommes allés à un toit à costé de la dite écurie la fermeture de la porte bois de peuplier, vielle et uzée soutenue par deux vertuelles, et deux gons garnie de sa serrure en bois avec sa clef audessus duquel sont trois chevrons, dilecq sommes allés dans un autre toit à costé du précédent, la fermeture duquel est vielle pourrie et hors de service, garnie de deux vertuelles et deux gons, sans autre ferrure, que la fermeture de la porte d’entrée dans une écurie à costé des dits toits est de bois de peuplier uzée, soutenue par deux vertuelles et deux gons, garnie d’une serrure en bois avec sa clef. Avons remarqué que la crèche qui est dans la dite écurie est en bon état sans ratelier, quaudessus la dite écurie il y a une poutre garnie de ses sollivaux sur lesquels sont des tricques garnis de terre servant de plancheteau. - dilecq, pour d’illec : de ce lieu (du latin de ille locus)
Dilecq sommes allés dans une chambre à costé de la dite dernière écurie où nous avons observé que la fermeture de la porte d’entrée dans la dite chambre est de bois de peuplier uzée, garnie de deux gons, et deux vertuelles, et d’une serrure en bois avec sa clef, que la petite fenêtre à costé de la dite porte est sans fermeture, que la cheminée qui est dans la dite chambre est en assés bon état, ny ayant au dessus la dite chambre aucun plancher la charpente et latte aussy en bon état,
de la dite chambre sommes allés dans une écurie joignant la chapelle ou nous avons observé que la fermeture de la porte d’entrée est de bois de sappin vielle, soutenue par deux gons et deux vertuelles, garnie d’une serrure en bois avec sa clef, que la fermeture à deux battans de la fenêtre qui ouvre dans la cour est vielle et uzée soutenue par quatre gons et trois ardivalles, ayant trois grilles ou barre de fert à la dite fenêtre, que la crèche et le ratelier sont en bon état, que le plancheteau audessus de la dite écurie est garnie de planches qu’aux deux fenêtres, qui sont au dessus le dit plancheteau, et qui ouvre sur la cour il y en a une sans fermeture, à l’autre il y a une fermeture soutenue par deux gons et deux vertuelles, garnie d’un verrouil,
dilecq sommes allés dans un chais qui est dans la première cour, où nous avons observé que la fermeture de la porte d’entrée est de bois de peuplier demy neuve soutenue par deux gons et deux ardivelles garnie d’une serrure en bois avec sa clef, la charpente, la latte au dit chai ainsi que les murs aussy en bon état.

Dont et du tout ce que dessus nous avons fait et dressé le présent procès verbal, et clos ycelui dans le dit chais dernier énoncé, en présence de Jean NADAUD meunier demeurant au moulin de Chantemerle paroisse de Saint Sévé, et de Pierre RONDEAU chasseron de meunier demeurant au village de La Pallu sus dite paroisse de Gensac, témoins, connus et requis qui ont l’aveu, les dits sieurs CHAUDEY , SABOURAUD, MARTINEAU, et DURAND l’un des experts signé avec nous dit notaire, le dit MOREAU autre expert ayant déclaré ne le savoir faire de ce enquis et interpellés après lecture approuvé les mots en Saintonge, avoit interligné et les ratures de trois syllables.

Signé :
Chaudey Jean Martineau J. Sabouraud
Durand Nadaud Pierre Rondeau
Beaurivier notaire royal héréditaire

En marge : Controllé à Cognac le 7 juillet 1779 reçu quatorze sols – 14

Les éléments d’un moulin à eau
Source : Encyclopédie

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Gensac-la-Pallue - 18e siècle - Archives Départementales 16 - Inventaires - Meunier - Moulins -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1769 - La Gazette "L’Avant coureur" et la vie culturelle provinciale

2.  1763 - Description de l’Aunis et glossaire des sauniers et des marais salants (30 mots)

3.  1511 - Angoulême - Requête des serruriers pour obtenir leurs privilèges

4.  1723 - L’abbaye de Sablonceaux (Charente-Maritime)

5.  1627 - M. de Bouteville condamné à mort et exécuté pour s’être battu en duel


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Santonismes ou locutions saintongeaises de Bernard Palissy (1506-1589 ?)

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  1819 - Foires et marchés de Charente - Dates et produits vendus


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux