Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Faits divers > 1783 - 1786 - Près de Cognac, un sanglier monstrueux défie plus de soixante (...)

1783 - 1786 - Près de Cognac, un sanglier monstrueux défie plus de soixante chasseurs

mercredi 14 avril 2010, par Pierre, 2811 visites.

On peut dire que ce sanglier a donné du fil à retordre aux chasseurs de Saintonge et d’Angoumois réunis pour le détruire. Il faudra trois années de battues et plus de quatre-vingt chasseurs pour en venir à bout. Il avait la peau à l’épreuve des balles, courait vite, traversait rivières, fleuves et étangs. Le chroniqueur nous fait courir la campagne au nord de Cognac et, fidèle à la tradition des chasseurs, il en a peut-être un peu rajouté...

Source : Le Mercure de France - N° 9 - 3 mars 1787 - Google Books

La zone de la chasse au sanglier
Source : Carte particulière des environs de l’estan ou lac de Soulenson pres la ville de Cognac entre les rivieres de la Graneuse et Charante / par C. Chastillon (vers 1600-1610) - BNF Gallica

Le 29 Novembre dernier, dit le Rédacteur du Journal de Saintonge , plusieurs Gentilshommes des environs de Cognac, ont tué un sanglier d’une énorme grandeur. Cet animal avoit la tête extrêmement allongée, le grouin très-pointu, la gueule armée de défenses d’une forme extraordinaire, les soies du corps blanches, celle de la tête de couleur fauve, le cou garni d’une bande noire en forme de cravatte, l’oreille droite & large , & (ce qui doit paroître surprenant eu égard à sa grosseur) ; il étoit d’une agilité peu commune.

En 1783, les ravages affreux qu’il commettoit dans le parc de Cognac, et même dans les faux-bourgs de cette Ville, attirèrent plusieurs Gentilshommes des Provinces de Saintonge & d’Angoumois, qui s’assemblerent le 12 Juin de la même année pour le chasser. Ils l’attaquèrent dans le parc, où il s’arrêta plusieurs fois pour faite tête aux chiens, & en tua & blessa plusieurs : les chasseurs craignant pour le reste de leur meute, furent obligés de l’abandonner, après lui avoir tiré plusieurs coups de fusil à bout touchant.

En Août 1784, plusieurs gentilshommes recommencerent leur chasse, d’après le bruit qui se répandit qu’aucun paysan n’osoit aller travailler dans le parc de Cognac, dans la crainte d’être blessé par ce féroce animal. Ils l’attaquèrent avec aussi peu de succès que la première fois r & se retirerent avec perte de plusieurs de leurs chiens.

Le 28 Janvier 1785, ils revinrent encore a la charge, & le poursuivirent avec vigueur pendant six heures, non sans beaucoup de peine étant toujours obligés de se tenir dans les forts les plus épais & dans les lieux inaccessibles ; après avoir mis tous les chiens hors de combat, le terrible sanglier, écumant de rage, s’élança sur l’un des chasseurs qui le poursuvoit de très-prés, le renversa & blessa son cheval, & de là s’élança comme un trait dans la rivière de Charente, qu’il passa deux fois à la nage, quoiqu’il eût reçu dix-sept coups de fusils chargés à balles & à lingots, & tirés en partie à bout portant, se réfugia dans des crevasses de rochers escarpés, où il avoit vraisemblablement son repaire.

Enfin, le 28 Novembre 1786, cet animal indomptable ayant été poursuivi pendant sept heures par plus de soixante paysans, qui lui tirerent au moins quatre-vingt coups de fusils à bout touchant, sans pouvoir lui faire la moindre blessure, se jetta sur l’un d’eux, le terrassa, le foula aux pieds pendant une demi heure, & lui dévora un bras & une partie du visage, sans que les coups qu’on lui tiroit pussent le faire retirer. Ensuite il passa la rivière de l’Anteine [1]. Le lendemain quatre Gentilshommes se mirent à ses trousses, & le chasserent pendant deux heures ; il traversa l’étang de Salançon [2] quatre fois de suite : en sortant de l’eau, il voulut se jetter sur l’un des chasseurs, Officier au Régiment du Perche ; ce jeune militaire, âgé de 17 ans, lui tira un coup de fusil si juste, qu’il le fit tomber roide mort, avec une seule balle. On trouva, entre la peau & la chair, beaucoup de balles anciennes & nouvelles qui n’avoient pu pénétrer plus avant.


[1La rivière de l’Antenne

[2L’étang du Solençon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.