Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Ponts et chausses, phares > 1787 - Rapport au Roi sur les routes d’Angoumois, par l’Intendant du (...)

1787 - Rapport au Roi sur les routes d’Angoumois, par l’Intendant du Limousin

jeudi 22 décembre 2011, par Pierre, 924 visites.

Ce rapport dcrit l’essentiel du rseau routier d’Angoumois la veille de la Rvolution. Il apporte des informations sur les motifs stratgiques et conomiques de cration des routes, sur leur financement, et sur les relations avec les Intendants des provinces voisines.

Source : Bulletins et mmoires de la Socit archologique et historique de la Charente - 1939 - BNF Gallica


<carte_gis1|objets=mots|id_article=1776|limit=100|scale=oui|height=400px|fullscreen=oui|autocenterandzoom=oui>

tat des Grandes Routes et Communications au mois de dcembre 1787

  N 1. — 42 pieds de. largeur ; De Paris en Espagne par Orlans, Poitiers, Ruffec, Mansle et Angoulme.

Cette route est la premire par son importance. Elle est une des plus grandes traverses du Royaume. Elle mne Bordeaux, ville d’un commerce majeur. Elle passe par Angoulme, Poitiers, Tours et Orlans ; mais elle n’est que d’un petit intrt pour le Limousin et l’Angoumois parce qu’elle traverse une partie dont les dbouchs ne sont pas intressants.

  N 5. — 36 pieds de largeur. De Lyon La Rochelle par Clermont, Limoges, Angoulme, Hiersac et Cognac.

Cette route est intressante. Elle tablit des relations entre Lyon et La Rochelle par Limoges, Angoulme, Saintes et Rochefort. Elle facilite la circulation entre le Bourbonnais et la Marche, le Haut-Limousin, l’Angoumois, la Saintonge et l’Aunis. Elle serait bien plus utile sans la barrire que mettent entre l’Angoumois et le Limousin les droits d’aides qui interceptent le commerce des vins et eaux-de-vie ; le commerce des sels par la Charente jusqu’ Angoulme et depuis cette ville jusqu’ destination est un objet fort intressant.

  N 6. — 36 pieds de largeur. Du Languedoc Nantes par Figeac, Beaulieu, Tulle, Uzerche, Limoges, Saint-Junien, le Pont-Sigoulant [1], Ruffec, Chef-Boutonne et Niort.

Cette route est peu-tre une des plus importantes du royaume et en mme temps de la province. Elle joint la Mditerrane l’Ocan. Elle forme entre ces deux mers la communication la plus courte et la plus directe. Elle traverse tout le Languedoc, le Rouergue, le Bas-Limousin, une partie de l’Angoumois, le Poitou et la Bretagne. Le commerce des deux mers se fera un jour par le secours de la navigation, except pendant la guerre, mais les ngociants qui voudront aller de Marseille Nantes, Lorient et autres ports de la Bretagne et de la Basse-Normandie suivront cette route.

Elle traverse le Limousin dans sa plus grande largeur et tablira une circulation intrieure des objets de subsistance entre le Rouergue, le Haut et le Bas Limousin et le Poitou.

Notons que le rapport dit bien tablira . Par consquent, la route n’est qu’en projet. Qu’en a-t-il t excut ? Tout, sauf la portion Pont-Sigoulant-Ruffec. Elle a pourtant t amorce et la largeur prvue partir des Quatre-Vents , entre le Pont-Sigoulant et les Tuilires, aboutissant au Petit-Madieu. Elle n’a pas t continue. En effet, le Guide du Voyageur en France de 1834 ne nous donne aucune route aboutissant Ruffec par l’Est.

  N 13. — 30 pieds de largeur. Route d’Angoulme Prigueux par La Rochebeaucourt, Mareuil [2] et Brantme.

Cette route est une communication fort intressante entre le Prigord, l’Angoumois, la Saintonge et l’Aunis et, d’un autre ct, avec le Poitou. Elle facilitera la communication de tous les objets de commerce et de subsistance dont elle aura l’abondance.

 N 16. — 34 pieds de largeur. Route d’tape de Limoges La Rochelle par Saint-Junien, Chabanais, Chasseneuil, le Pont-d’Agris, Vars, Beauvais-sur-Matha, Saint-Jean-d’Angly et Surgres.

Indpendamment des dbouchs que procurera cette communication une partie de l’Angoumois, il en rsulte dj une marche plus courte pour les troupes qui passent du Limousin dans l’Aunis. L’tape est dj tablie sur cette route.

La ncessit de rgler la longueur des tapes a pu faire dvier la route vers le Nord par Beauvais-sur-Matha, mais le trac de la route s’est tabli direct par Rouillac et Matha.

  N 17. -— 30 pieds de largeur. Route d’Angoulme Limoges par Pranzac, Montbron, Ecuras, Saint-Mathieu, Gorre, Sreilhac et Aixe. -

Cette route n’est pas porte sur le Guide de 1834. Mais elle a t suivie par les diligences jusqu’ l’ouverture des chemins de fer.

  N 18. — 24 pieds de largeur. Route de la Marche Angoulme par le Dorat, Confolens, le Pont-Sigoulant et La Rochefoucauld.

Cette route est trs intressance pour le commerce de l’intrieur. C’est par cette communication que les vins de l’Angoumois et les sels se portent en Marche et qu’on rapporte en retour le bois mrain. D’ailleurs Confolens est un point intressant, un entrept ncessaire au commerce ; l’activit et l’industrie des habitants doivent faire esprer qu il s’tendra beaucoup davantage dans ce canton, mesure que les communications se multiplieront.

La route ne s’est pas faite telle qu’elle tait projete. Elle est passe par Bellac et Saint-Claud. En 1834, elle n’allait encore que de Chasseneuil Saint-Claud.

  N 19. — 24 pieds de largeur. Seconde route du Poitou Limoges par Confolens, Saint-Maurice-des-Lions, Chabrac, Etagnac et Saint-Junien.

Cette route, trs courte dans ce point, joindra tout le Limousin par la route d’Angoulme et y portera les grains du Poitou dont Confolens est un des entrepts.

Confolens tait en Poitou.

Cette route tait faite en 1834.

  N 26. — 24 pieds de largeur. Route de Mansle Prigueux par le Pont d’Agris La Rochefoucault, Montbron et Nontron.

Cette route est une des grandes communications du Poitou avec le Prigord par l’Angoumois. Il y a dj une route ( le N 15) qui parat avoir le mme objet, mais elle communique dans des parties bien diffrentes et plus intrieures de ces provinces.

La route directe de Montbron Nontron n’a jamais t faite.

  N 27. — 30 pieds de largeur. Route d’Angoulme Libourne par La Rochebeaucourt, Ribrac, St-Aulaye et Coutras.

Partie en chausse d’empierrement, partie en gravier, cette route fort courte en Angoumois, facilite le commerce des grains qui abondent dans cette partie, et la communication avec Coutras, lieu d’entrept de ce commerce entre le Prigord et l’Angoumois.

Cette route existait en 1834.

  N 28. — 24 pieds de largeur. Route des forges de Ruelle aux Mines du Prigord. Embranchement de la route de Lyon La Rochelle n 5.

Cette route est uniquement pour le service du Roi et de la Marine pour le transport des mines du Prigord la forge de Ruelle o se fait la fonte des canons, pour la Marine et d’o on les transporte Angoulme et ensuite Rochefort par la Charente. Cette route n’est place dans l’ordre des routes presses que parce qu’elle sera excute plutt au moyen des fonds que le Ministre de la Marine fait pour le payement de moiti du prix du travail.

On voit que cette numration n’a trait qu’aux routes presses c’est--dire d’un intrt urgent. Quant au trac de cette route n 28, il n’est pas donn.

  N 29. — 24 pieds de largeur. Route d’Angoulme Saint-Aulaye par Roullet, Blanzac, Montmoreau et Aubeterre.

Cette route est absolument intrieure et communique l’Angoumois avec le Prigord pour la circulation des objets de subsistance.

Cette route n’a jamais t excute, du moins telle qu’elle est projete.

  N 32. — 24 pieds de largeur. Route d’Angoulme au Port de Bassau.

Ce chemin est excut. Il l’a t sur les fonds de charit et sur ceux fournis par le comte d’Artois qui a contribu du tiers. L’objet de ce chemin est le transport des bois de la Petite Garenne et leur embarquement au Port de Bassau. Il a encore l’avantage de faire communiquer Angoulme avec plusieurs paroisses au-del de Bassau. Comme il est bien excut et qu’il est utile, il sera mis l’entretien.

  N 34. — Route d’Angoulme Vars et Montignac-Charente par Balzac et le Pont-Sureau. 24 pieds de largeur.

Cette route est trs utile pour le passage des troupes et fort sollicite pour la communication de l’Angoumois avec la Saintonge.

Route d’intrt local. Le Pont-Sureau est le pont sur l’Argence son embouchure dans la Charente.

  N 37. — 24 pieds de largeur. Route d’Angoulme La Rochelle par Saint-Cybardeaux, Beauvais-sur-Matha, St-Jean-d’Angly et Surgres.

Cette route est une des communications les plus courtes de l’Angoumois La Rochelle. Elle est commande par la partie faite en Aunis et Saintonge. Elle est trop courte en Angoumois pour se refuser l’excuter quoiqu’il y en ait dj une qui sera plus frquente par Cognac et Saintes.

Pour comprendre l’observation de l’Intendance, il faut se rappeler que la limite de l’Angoumois tait Sonneville, un peu aprs Rouillac La route projete ira rejoindre la Route N 16 entre Vars et Saint-Cybardeaux.

Cette route est porte sur la carte de 1834,

  N 40. — 24 pieds de largeur. Ancienne route de poste de Paris Bordeaux par Poitiers, Ruffec, Villefagnan et Aigre.

Cette route est un supplment de facilit pour le commerce. On aurait pu se dispenser de la faire attendu qu’il n’y en a qu’une trs petite partie sur la Gnralit de Limoges et que la nouvelle route de Paris Bordeaux aurait t suffisante pour ce canton. Mais M. l’Intendant de La Rochelle ayant fait faire la partie qui lui incombait, M. l’Intendant de Limoges n’a pas pu se refuser a faire excuter la partie dpendante de son dpartement.

Pour comprendre cette phrase du rapport, il faut se rappeler les limites des gnralits.

L’ancienne route, donne par Estienne, passait Chaunay, Sauz, et quittait Montjean la Gnralit de Poitiers pour entrer dans celle de Limoges. Elle y restait jusqu’ Ebron o elle empitait pendant 2 kilomtres sur l’enclave poitevine de Tusson. En quittant cette enclave elle entrait Aigre en Saintonge et elle n’y restait que pendant 8 kilomtres pour entrer dans
l’enclave poitevine de Gourville, longue de 6 kilomtres.

A partir de Saint-Cybardeaux, la route tait sur l’lection de Cognac, dpendant de la Gnralit de La Rochelle et elle y restait jusqu’ Pont--Brac De Pont--Brac Reignac on tait en Saintonge, mais de Reignac Montlieu.on traversait le Petit Angoumois, Gnralit de Limoges.

Par consquent cette Gnralit n’tait traverse par la route qu’en deux endroits, de Montjean Ebron, 20 kilomtres, et de Reignac Montlieu, 16 kilomtres. On comprend que l’Intendant de Limoges ne put pas refuser ce travail son collgue de La Rochelle.

Mais le trac de cette Route 40 nous montre autre chose.

Contrairement ce que dit le rapport, l’ancienne route ne passait pas par Ruffec, mais elle suivait le trac Chaunay, Sauz, Montjean .Villefagnan. Pourquoi n’est-il plus question de la partie Montjean-Villefagnan et pourquoi est-elle remplace par le trajet Ruffec-Villefagnan, dans ce rapport de la Gnralit de Limoges ?

C’est que les Intendants de Limoges et de Poitiers trouvent inutile de refaire la route entre Chaunay et Villefagnan, trs proche et parallle a la route Chaunay-Ruffec. Il fallait refaire 24 kilomtres de routes, alors qu’il y a seulement 7 kilomtres de Ruffec Villefagnan.

Qu’a-t-il t excut de ce projet ? La carte de Cassini tablie dfinitivement sous l’Empire nous montra que contrairement au projet, la route avait t refaite entre Montjean et Malvieille, point de croisement avec la route Angoulme-Cognac. Elle reprenait ensuite partir de Pont--Brac En 1834 la route est termine entre Montjean et Sauz o elle trouve la route ivray-Niort par les Maisons Blanches et Melle. Cette route les Maisons Blanches-Sauz, Malvieille sera la route de Poitiers Cognac.

  N 41. — 24 pieds de largeur. Route de Poitiers Mansles par Civray et Verteuil.

Cette route est absolument parallle et fort rapproche de la nouvelle route de Poste de Paris Bordeaux, consquemment, elle n’aurait d tre excute que des dernires. Mais dans un temps de disette Mme la duchesse d’Enville ayant offert de contribuer la construction de cette route pour une somme gale celle que donnerait le Roi, on a cru devoir fournir ce moyen de subsistance aux pauvres habitants du canton, et c’est ce motif, qui a dtermin l’excution du travail plutt qu’une utilit gnrale. Ce sera d’ailleurs une communication intrieure qui favorisera d’autant le dbouch des denres.

Malgr ce que dit ce rapport, il ne semble pas que cette route ait t excute. Le tirage de la carte de Cassini contemporain de la Rvolution donne un chemin de Genay Poitiers. Entre Genay et Civray il n’y a qu’une petite amorce de 2 3 kilomtres partant de Civray vers le Nord. Rien n’est marqu de Civray Verteuil. Le tirage fait sous l’Empire donne la route jusqu’ Sommires. D’ailleurs, deux ans aprs l’tablissement du rapport, la Duchesse d’Anville vendait sa terre de Verteuil pour migrer, et ses subsides sont partis avec elle.

  N 47. — 24 pieds de largeur. Route de Blanzac Chteauneuf.

Le rapport ne donne pas de note explicative.

  N 48. — 24 pieds de largeur. Route de Barbezieux La Rochebeaucourt par Blanzac et La Vallette.

Sans note explicative.

Barbezieux tait en Saintonge et la route devait traverser l’enclave saintongeaise de Charmant. Nous voyons une fois de plus le bon accord existant entre les Intendances de Limoges et de La Rochelle.

  N 49. — 24 pieds de largeur. Route d’Angoulme La Valette et Saint-Svrin.

Si l’on parvient jamais excuter les routes ci-dessus (47 49), il restera encore faire les communications de bourg bourg, de clocher clocher, de village village, ce qui dmontre qu’il faudra plus de cent ans pour perfectionner toutes les routes du Limousin.

L’estimation de l’auteur du rapport pour le temps ncessaire l’excution des travaux de voirie s’est trouve peu prs exacte malgr la puissance des moyens que le XIXe sicle a eu sa disposition.

 N 53. — 18 pieds de largeur. Embranchement de Suris sur la route de Limoges Angoulme, au-dessus de Chabanais.

La carte jointe au rapport montre qu’on aurait utilis l’amorce faite au-dessus de Chabanais pour le premier trac devant passer devant la Chtardie, et on aurait continu droit sur Suris par l’ancienne Voie Romaine de la Table Thodosienne.

Tel est le rapport fait au Roi par l’Intendant du Limousin au mois de dcembre 1787.

Ce rapport et les notes qui l’accompagnent nous montrent l’immense travail qui avait t prpar par les Intendants pour assurer la prosprit de la France. Le trac des routes est toujours motiv par des besoins commerciaux et en particulier pour favoriser la circulation des grains qui doivent pouvoir aller des contres les plus fertiles vers les pays plus pauvres. La note qui accompagne la Route N 5 montre les inconvnients des barrires douanires intrieures.

L’œuvre de voirie du XIXe sicle n’a t que la mise en excution du programme trac par l’Intendant du Limousin, peine modifi par les circonstances locales.

L. DE LA BASTIDE.


[1le Pont-Sigoulant, commune de La Pruse (16)

[2Mareuil, dpt. Dordogne

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.