Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 

1789 - Cressac (Cressac-St-Genis 16) : cahier de doléances de la paroisse Sainte-Marie

D 9 mars 2009     H 15:40     A Pierre     C 0 messages     A 867 LECTURES


Cressac, aujourd’hui commune, canton de Blanzac ; en 1789, élection et sénéchaussée d’Angoulême, diocèse de Saintes, châtellenie de Blanzac. — Sur sa situation économique, voir une notice inédite de 1760 (Arch. dép. Charente, C 177).

Taxée en 1789 à 1,080 livres de taille, 575 livres d’accessoires, 595 livres de capitation, 673 livres de vingtièmes.

Source : Cahiers de doléances de la Sénéchaussée d’Angoulême et du siège royal de Cognac pour les États généraux de 1789 - P. Boissonnade - Paris - 1907

Voir en ligne :

 Procès-verbal d’assemblée de la paroisse de Sainte-Marie de Cressac

(Orig. ms., 3 p. gr. in-folio. Arch. mun. Angoulême, AA 21.)

Réunion le 9 mars, au devant de la porte de l’église. Président : Jean Moreau, notaire royal et ancien procureur postulant en la baronnie et châtellenie de Blanzac, en l’absence de MM. les juges et assesseurs du siège.

Comparants : Charles Barreau, sieur du Lamble, Jean Barrau, Antoine et François Nicollas, François Dupuy, Hilaire Defarge, Jean Jourdin, Jean Jaulin, Laurent Ecupé, Jean Gaudichaud, Félix Lemasson, Léonard Motard, Jean Jaulin, Pierre Arcicaud, Michel Dumont, Jean Dumont, Jean Aguesseau, François Robines, Jean Michaud, André-Jean Michaud, Jean Bastin, François Mottard, Pierre et François Vivien, François Ecupé, autre Hilaire Defarge, Arthémy Michaud, Etienne Papin, Jean Ardoin, Michel et Jean Rousseau, Antoine Viaud. Jean Desvigne le jeune, Paul Favereau, faisant la principale et majeure partie des habitants.

La paroisse compte 40 feux. 2 députés : Charles Barrau et Michel Rousseau.

16 signatures, dont celle de Petit, grellier d’ollice. Les autres comparants ne savent signer.

 Cahier de doléances et plaintes que les habitants de Sainte-Marie de Cressac ont l’honneur de présenter très respectueusement à Sa Majesté, etc.

(Orig. ms., 2 p. in-4°. Arch. mun. Angoulême, AA 21.)

Lesdits habitants ont l’honneur de remontrer :

- Art. 1er. Qu’ils sont obérés d’impositions, sous toutes les dénominations possibles ;

- Art. 2. Leur injuste répartition, n’y ayant aucune proportion entre l’impôt et la propriété ;

- Art. 3. L’impossibilité de faire ouvrir les yeux aux commissaires éloignés et sourds à nos justes réclamations ;

- Art. 4. L’extrême difficulté où sont les pauvres, les veuves et les orphelins d’obtenir de ces mêmes commissaires les soulagements que Sa Majesté veut bien accorder relativement aux circonstances qui l’exigent ;

- Art. 5. L’émigration d’un grand nombre de cultivateurs que la misère chasse de leurs foyers pour aller dans les grandes villes grossir le nombre des fainéants, pour ne rien dire de plus ;

- Art. 6. Les frais multipliés et ruineux de perception desdits impôts ;

- Art. 7. Les droits excessifs du contrôle, droits si multipliés, si compliqués et si inintelligibles qu’ils facilitent toujours les plus ruineuses vexations, si la sagesse des Etats généraux n’en rend pas la perception plus simple et plus intelligible à tout le monde ;

- Art. 8. La difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, d’obtenir la justice des tribunaux si multipliés et si éloignés qu’elle se trouve entièrement inaccessible aux pauvres et ruineuse pour les riches ;

- Art. 9. L’impossibilité où sont les habitants de faire donner à leurs enfants l’éducation convenable ;

- Art. 10. Le peu de commerce qui se fait dans le pays, vu l’éloignement des grands chemins ;

- Art. 11. Le trop grand nombre des privilégiés qui possèdent une partie des plus fertiles de la paroisse et font retomber leurs impositions sur les malheureux habitants, qui se trouvent encore vexés par les poursuites les plus rigoureuses et les plus injustes des propriétaires des fiefs pour les payements des rentes et autres redevances seigneuriales,

Les habitants de ladite paroisse de Cressac osent espérer que l’assemblée de la province aura la bonté de prendre en considération les causes de leurs maux qui ne sont que trop faciles à vérifier.

Fait à Cressac, le 3 mars 1789.

14 signatures, dont celle du président ; 2 de moins qu’au procès-verbal.

...
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Cressac-Saint-Genis - 16 Cressac-Saint-Genis - 1788-1789 Avant les Etats généraux - 18e siècle - Cahiers de doléances -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.