Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » La Révolution et l’Empire » 1789 - 1799 - La Révolution Française » 1789 - 1792 Des États généraux à la République » 1790 - Feuillade (16) : les habitants demandent en vain leur rattachement à (...)

1790 - Feuillade (16) : les habitants demandent en vain leur rattachement à la Dordogne


D 9 juillet 2008     H 23:50     A Razine     C 0 messages A 1364 LECTURES

Avant la révolution, le royaume de France était organisé en provinces. Dès 1790, la volonté de l’Assemblée Constituante fut de rompre avec l’ordre ancien en créant des départements ; divisions qui serviraient de référence à toutes les juridictions (administratives, fiscales, judiciaires et religieuses). Une journée de cheval devait suffire pour rallier le chef-lieu du département, cela ne constituait pas un détail. En effet, jusqu’au XIXème siècle, nombre de localités en Charente restèrent très enclavées faute de routes carrossables et de chemins vicinaux comme à Feuillade. Située aux confins de la Charente, proche de la Dordogne, la commune entretenait depuis toujours par sa position géographique des échanges culturels et commerciaux avec la région périgourdine. Pour refuser leur rattachement au département de la Charente les Feuilladois revendiquaient d’ailleurs leur appartenance au pays périgourdin dont ils se sentaient traditionnellement plus proches par les mœurs et le langage. Aussi protestèrent-ils contre leur « annexion » au district de La Rochefoucauld.

Sources :
– Bulletin départemental de la Charente, études locales, 2e année, n. 7—8 janvier-février 1921
- La Charente communale illustrée d’Alcide Gauguié - Histoire et géographie pittoresque - éditon originale 1865

Avant 1790, la France était une mosaïque de provinces aux mœurs et aux cultures très différentes. L’Assemblée Constituante fit décréter par le roi le 9 décembre 1789 la division de la France en 83 départements. Leur nombre exact et leurs limites furent fixés le 26 février 1790 et leur existence prit effet le 4 mars suivant. L’organisation proposée par Jean Cassini visait à homogénéiser le découpage du territoire français tout en retirant les spécificités des provinces provenant essentiellement des privilèges de l’aristocratie locale. Par ce nouveau morcellement du territoire, l’État cherchait à affaiblir définitivement le pouvoir des nobles mais aussi à uniformiser les modes de pensée, la langue, les système des mesures, la monnaie etc… afin d’améliorer l’efficacité de l’administration tout en créant un pouvoir centralisateur. La province d’Angoumois fut augmentée d’une portion du Poitou, du Limousin, de la Saintonge et du Périgord pour former le département de la Charente. Mais ce regroupement de localités jusque là étrangères par les us et coutumes n’allait pas se faire sans difficultés. Ces nouvelles divisions du territoire brisaient des logiques anciennes sur le plan économique mais aussi sur le plan culturel. C’est dans cet état d’esprit que les habitants de Souffrignac et de Feuillade écrivirent une réclamation pour rester unis au département de la Dordogne et au district de Nontron :

« Aujourd’hui 25 avril 1790, MM les officiers municipaux de Feuillade ayant convoqué et assemblé les habitants d’icelle, ont communiqué deux lettres qui leur ont été adressées, l’une sous la date du 16 avril, présent mois, par MM le comte de Broeuil, de Chabrefy, de Sautereau, commissaires du roi pour la formation des assemblées primaires des districts du département de l’Angoumois ou Charente, avec copie de la commission contenant leurs pouvoirs et en même temps un état imprimé des districts dudit département de la Charente et des cantons, d’après lequel ladite paroisse de Feuillade se trouve unie au district de La Rochefoucauld et au canton de Marthon ; la seconde, en date du 18 avril 1790, écrite par le maire de ladite ville de Marthon, tendant toutes les deux à demander à la municipalité de Feuillade l’état des citoyens actifs de ladite paroisse.

Et sur cette communication, les habitants considérant qu’en les attachant au département de la Charente et district de La Rochefoucauld, ce serait contrarier les rapports, les habitudes, les lois, les usages sous lesquels ils ont toujours vécu ; qu’il est conséquemment de leur intérêt de rester unis au département de Dordogne, autrefois Périgord et au district de Nontron, dont la paroisse de Feuillade a toujours fait partie ; que désirant à cet égard, en suivant les principes de l’Assemblée Nationale, exprimer leur vœu, ils se déclarent unanimement désireux de demeurer unis au département de la Dordogne, au district de Nontron, et que pour l’obtenir ils feront toutes les démarches qui seront en leur pouvoir ; qu’en conséquence, la municipalité de Feuillade fera remettre une expédition en forme de ces présentes, soit à MM. Les commissaires du roi pour la formation des départements de la Dordogne et de la Charente, soit aux députés qui seront nommés par le canton de la ville de Nontron pour la formation du département de la Dordogne, afin qu’ils fassent les démarches convenables pour faire accueillir la réclamation de la paroisse de Feuillade partout où besoin sera et le plus tôt possible.

Que cependant la paroisse de Feuillade voulant donner des preuves de son respect pour les décrets de l’Assemblée Nationale, même dans ce qui est contraire aux avantages de cette paroisse, elle juge convenable d’envoyer à ces MM. Les commissaires du roi, l’état des citoyens actifs de ladite paroisse en y joignant la présente délibération par laquelle la municipalité et les habitants de ladite paroisse protestent contre l’union provisoire d’icelle au département de la Charente, district de La Rochefoucauld et canton de Marthon, sans que, d’aucuns des actes ou démarches que feront les habitants de ladite paroisse pour témoigner leur soumission à la division provisoire déterminée par l’Assemblée nationale, on puisse induire qu’ils donnent leurs adhésion et consentement à l’union de ladite paroisse au département de la Charente.

Fait et arrêté et délibéré

Signé au registre :

Girardeau, Lamotte (maire), Andrieux,
Bernard, Vallade, Marsac de Maumont ».

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Rechercher dans le site :