Vous êtes ici : Accueil -> Chronologie de l’histoire locale -> 1789 - 1799 - La Révolution Française -> 1789 - 1792 Des États généraux à la République -> 1790 - Les Charentais viennent au secours de la Patrie en danger

1790 - Les Charentais viennent au secours de la Patrie en danger

D 23 mai 2010     H 00:43     A Pierre     C 0 messages A 1996 LECTURES


agrandir

Lorsque, à la fin de l’année 1790, se manifesta l’hostilité des vieilles monarchies européennes contre la Révolution, l’armée française se trouvait très affaiblie par l’émigration des principaux chefs et par l’indiscipline des soldats.

ll était impossible de la recruter selon les procédés de l’Ancien régime. Le tirage au sort généralisé était inapplicable après l’abolition des milices, réclamée par l’immense majorité des électeurs de 1789, dans leurs Cahiers, et nécessairement décrétée par leurs élus.
La très pacifique Assemblée constituante, à la voix de Mirabeau, avait adopté ce principe inscrit dans la Constitution : « La Nation française renonce à entreprendre aucune guerre dans le but de faire des conquêtes et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple. »

Il fallut, dans l’urgence, faire appel à des volontaires.

Un recensement de ces volontaires a été fait en 1890. Il est probablement incomplet, à l’image de la situation plus que confuse de cette période.

Nous en avons extrait les volontaires signalés comme originaires des départements de Charente et Charente-Maritime.

Source : Les volontaires nationaux pendant la Révolution. Tome 2 / par Ch.-L. Chassin et L. Hennet – Paris - 1899-1902 - BNF Gallica

- BEGOUIN (Jean-François°, de Pont-l’Abbé (Charente-Inférieure), 23 ans.

Volontaire, 15 mars 1793 ; sous-lieutenant. 19 avril 1793 ; lieutenant, 26 mai 1794 ; capitaine à la 179e demi-brigade, 1796 ; retiré lors du second embrigadement ; capitaine au bataillon auxiliaire de la Charente-Inférieure, 1799 ; passò a la 95e demi-brigade, 1800 ; LH : 1807 ; chef de bataillon au
64e de ligne, 1811 ; passé au 102e et Off LH 1813 : passé au 84e, 1814 ; en demi-solde, 1816 ; blessé à Spanden ; retraité, 1820.

- BERTIN (Jacques), de La Rochelle, 21 ans.

Sergent-major, aux Chasseurs du Mail, 11 septembre 1792 ; démissionnaire, 3 juin 1793 ; resté à la compagnie comme chasseur.

- BIQUET (Pierre-François), de Saintes.

Sergent-major ; sous-lieutenant, 30 octobre 1797 ; passé au 2° régiment de Java, 1808.

- BOILEAU (Jean), de Croix-Chapeau (Charente-Inférieure), 25 ans.

Volontaire dans la garde nationale parisienne, 1789.

Canonnier au 1er bataillon de Popincourt, 20 septembre 1792 ; fourrier, 25 janvier 1793 ; sergent, 20 mars 1793 ; congédié de la 20e demi-brigade, décembre 1796.

- BOMARIN (Charles-Jean-Marie), de La Rochelle, (52 ans).

Dragon au régiment de Marbeuf, 1758-1760 ; soldat au régiment de Béarn, 1767-1772. .

Capitaine au Ier bataillon Républicain, 21 septembre 1792 ; capitaine de grenadiers, 28 octobre 1792 ; passé à la 154e demi-brigade ; réformé pour infirmités, 12 avril 1796 ; pensionné, 1800.

- BOUSSATON (Jean), de Bardenac (Charente), 18 ans.

Volontaire ; passé au 4e bataillon colonial, 1809, placé aux Vétérans, 1810.

- CAGNION (Olivier), d’Angoulême, 28 ans.

Caporal, le 21, et sergent-major, le 22 septembre 1792 ; sous-lieutenant à la 47e demi-brigade, 1799 ; tué en Piémont, au combat du 4 novembre 1800.

- CAZENABE (Pierre), de Montlieu (Charente-Inférieure).

Caporal, 1e 1er décembre 1797 ; fourrier, 1er janvier 1798 ; parti, 20 mars 1798.

- CHAPELLE (Guillaume), de Montendre (Charente-Inférieure).

12e bataillon de la République : Embarqué sergent ; détaché à la Réunion, 1796.

- CHENUS (Joseph), de Saint-Genis (Charente-Inférieure), 15 ans.

Caporal ; rayé pour longue absence, 1800.

- CHOSSON ’Louis-Michel), de La Rochelle, 24 ans.

Sergent de cannonniers, 21 septembre 1792 ; sergent-major, 5 décembre 1792 ; congédié, 5 mars 1796.

- COMPIN (Nicolas\ de La Valette (Charente), 23 ans.

Caporal, 6 septembre 1792 ; sergent, 4 juin 1793 ; sans autres renseignements.

- DAUMONT (Jacques-Combaz), de Cormes (Charente-Inférieure), 20 ans.

Volontaire, 15 septembre 1792 ; caporal, 15 mars 1793 ; sergent, 16 avril 1793 ; passé à-la 80° demi-brigade ; tué à Novi, 15 août 1799.

- FORGET (Simon), des Églises-d’Argenteuil (Charente-Inférieure), 28 ans.

Volontaire, 15 septembre 1792 ; caporal, 10 janvier-1793 ; sergent-major, 16 avril 1793 ; passé à la 80° demi-brigade ; blessé à Iéna ; sous-lieutenant au 34e régiment de ligne, 1806 ; lieutenant au 48°, 1810 ; mort à Hassell, 1802.

- GIRANDOT (Pierre), de Moëze (Charente-Inférieure), 27 ans.

4e demi-brigade de ligne, fait prisonnier de guerre le 22 novembre 1793 à Manheim.

- GROUMAU (Antoine), de La Rochelle, 22 ans.

Soldat au régiment du Perche, 1787-1790.

Capitaine commandant la 4" compagnie des Chasseurs de Paris, dite du Mail, Il septembre 1792 ; passé au 15e bis bataillon d’infanterie légère ; adjudant-major ; chef de bataillon à la 15e bis demi-brigade légère, 1794 ; démissionnaire de la 3e, 1797 ; colonel de la garde nationale de La Rochelle ; entré ensuite dans l’Administration des Droits réunis.

- GUITTONNEAU (Gabriel), de Montendre (Charente-Inférieure).

Volontaire à la compagnie Clerjeau, de volontaires de la Charente-Inférieure, 1er mai 1793 ; sergent au bataillon de l’Union, 25 juin 1794 ; passé au 12e balaillon de la République, 1795 ; rentré en France à bord de la Vertu, 1798, et placé à la suite de la 5e demi-brigade d’artillerie de la marine ;
passé au 3e régiment d’artillerie de la marine, 1804 ; présent en 1808 ; sans renseignements ultérieurs.

- LACOMBE (Louis), des Églises (Charente), 24 ans.

Volontaire ; tué à l’ennemi, 31 janvier 1797.

- LAHAURE (Jean-Baptiste), de Saintes, 28 ans.

Volontaire, 21 juillet 1791 ; caporal, 8 février 1793 ; sergent, 8 mai 1793 ; sous-lieutenant à la 106ème demi-brigade, 1800 ; lieutenant, 1805 ; capitaine, 1809. Tué à Raab, 14 juin 1809.

- LAMBERT (Jean), de La Rochefoucauld (Charente), 24 ans.

Volontaire, le 2, fourrier, le 7, et sergent, le 24 septembre 1792 ; sergent-major, le 26 octobre 1793 ; rentré dans ses foyers lors de l’embrigadement.

- LANDRY (Jean), de Vibrac) Charente-Inférieure), 20 ans.

4e demi-brigade de ligne, fait prisonnier de guerre le 22 novembre 1793 à Manheim.

- LECLERC (François), de Polignac (Charente-Inférieure), 19 ans.

4e demi-brigade de ligne, fait prisonnier de guerre le 22 novembre 1793 à Manheim.

- LIBEAUX (François), des Eglises-d’Argenteuil (Charente-Inférieure), 19 ans.

Volontaire, 24 juin 1793, à la compagnie franche Clerjeau, incorporée au bataillon de l’Union, mars 1794 ; passé au 12« balaillon de la République, 1795 ; puis au régiment de File de France, 1806 ; prisonnier de guerre, 1810 ; incorporé à sa rentrée au 29e léger, 1811 ; passé au 11e léger, 1814 ; licencié, 1815.

- MAUGE (Maurice), de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Inférieure), 22 ans.

Avait servi 6 ans au régiment d’Agénois.
Canonnier, 5 juillet 1792 ; caporal, 13 décembre 1792 ; adjudant sous-lieutenant, 1er avril 1793 ; sous-lieutenant, 14 février 1794 ; lieutenant, 2 mai 1794 ; destitué, 16 septembre 1795 ; assassiné par les Barbets, 3 novembre 1795.

- MONDON (François), de Verteuil (Charente), 27 ans.

Avait servi un au au bataillon de Molière.
Sergent au lrr bataillon des Grenadiers de Paris, 25 mars 1793 ; sous-lieutenant, 15 mai 1793 ; lieutenant, 4 décembre 1795 ; retiré lors de l’embrigadement.

- MOUSSET (Pierre), de Marsac (Charente), 28 ans.

bataillon de l’Arsenal : Volontaire ; rayé comme ancien à l’hôpital, 1801.

- NIVET (François), de Cognac (Charente), 31 ans.

Lieutenant au 2° bataillon de la Charente, septembre 1791-juin 1792.

Lieutenant au bataillon des Lombards 4 septembre 1792 ; l’un des chefs du club de Bruxelles et des orateurs les plus exaltés ; capitaine, janvier 1793 ; commissaire national à Cambrai à l’effet de diriger sur l’armée les détachements de la levée des 300.000 hommes, avril 1793 ; aide de camp de Lavalette, 17 juin 1793 ; vice-président du comité de correspondance de la Société révolutionnaire de Lille ; adjudant général, septembre 1793 ; lors de cette nomination Lavalette écrivit au Ministre de la guerre [1] :

« Citoyen Ministre, en élevant Nivet au grade de chef de brigade, tu m’as privé d’un aide de camp qui m’était bien précieux, puisque révolutionnaire prononcé, austère républicain ; nous nous électrisions mutuellement et peut-être chacun de nous en valait mieux.

« Je le demande conformément à la loi que tu m’autorises à prendre pour remplir la même fonction d’aide de camp le citoyen Le Faure, sous-lieutenanl au 13e régiment de chasseurs à cheval, qui a subi l’épuration.

« Je l’adresse ci-joint des exemplaires d’un journal que le brave Châles a imaginé du fond de son lit pour l’instruction générale. Je vais le faire passer à toutes les troupes qui nous avoisinent, car ce n’est pas tout de révolutionner Lille, il faut que cela s’étende autant que nous pourrons [2]. »

En sa qualité d’adjudant général, Nivet. fut chargé de la partie secrète à l’armée du Nord ; arrêté après le 9 thermidor comme complice de Robespierre, mis en liberté, puis arrêté de nouveau, enfin définitivement relaxé par le Comité de Salut Public, en janvier 1795 ; réformé, juin 1795. Capitaine au 3° bataillon de la Charente, 1796 ; réformé à nouveau, 1797. Remis en activité comme adjudant général, 1798 ; attaché à l’état-màjor particulier du général en chef de l’armée d’Italie, puis commandant la place de Milan en état de siège, 1800 ; adjudant commandant, 1801 ; 0fficier de la Légion d’Honneur, 1803 ; employé à l’armée du Nord, 1805 ; commandant à Wittenberg, 1806 ; chef d’état-major du gouvernement de Dantzig, 1807 ; attaché, à l’état-major général de l’armée d’Allemagne et baron de l’Empire, 1809 ; chef d’état-major général de l’armée de Catalogne, 1810 ; retraité, 1811. Rappelé à l’activité comme chef d’état-major de la 14e division militaire, 1814 ; chef d’état-major de la 17e division d’infanterie, à l’armée du Rhin, pendant les Cent-Jours ; retraité de nouveau, 1815.

- ORDONNEAU (Louis), de Saint-Maurice (Charente-Inférieure), 22 ans.

Grenadier, 5 octobre 1792 ; passé, 29 octobre 1792, dans la compagnie franche de Chasseurs de Mormal, incorporée au 4e bataillon des Francs du Nord, et sergent-major ; sous-lieutenant, février 1793 ; lieutenant, décembre 1793 ; aide de camp du général Duhesme, 1794 ; capitaine, 1796 ; chef d’escadron sur le champ de bataille, 1799 ; Légion d’Honneur, 1803 ; Off LH 1804 ; adjudant commandant employé à l’armée de Catalogne, 1808 ; général de brigade, 1813, employé aux armées de Catalogne el de Lyon : commandant supérieur de l’île de Ré et croix, 1814 ; Commandeur LH, 1815 ; baron, 1817 ; en non activité, 1818 ; employé dans la 21e division militaire, 1819 ; dans la 19e et G. O LH, 1821 ; à l’armée des Pyrénées, 1823 ; lieutenant général employé en Espagne, 1823 ; disponible, 1825 ; C *, 1826 ; blessé à Landrecies, à Braîne le Comte, à Maastricht, à la prise de Naples, à Crémone, à Bourg et à Mâcon ; retraité, 1835 ; passé dans la section de réserve, 1841 ; décédé, 28 septembre 1855.

- PLISSON (François), de Saint-Denis (Charente-Inférieure), 33 ans.

Volontaire ; tué par les Chouans, 18 novembre 1799.

- PROUX (Ambroise), de La Rochelle, 20 ans.

Embarqué comme caporal ; armurier, 1er octobre 1796 ; mort à Batavia, 20 mars 1798.

- RAMBAUD (Pierre), de Montendre (Charente-Inférieure).

Tambour ; caporal, 1er avril 1798 ; fourrier, 1er mars 1802 ; passé au régiment de l’île de France, 1806.

- RIQUET (Jean-André-Joseph), de Saintes, 22 ans.

Volontaire au bataillon de l’Union, 19 mars 1793 ; sergent-major, 25 mars 1793 ; sous-lieutenant, 6 mai 1793 ; lieutenant, 6 juin 1793 ; capitaine, 25 juin 1794 ; passé au 12e bataillon de la République, 2 novembre 1795 ; passé à la suite du régiment de l’île de France, 1er septembre 1800 ; mis en pied, 1809 ; parti pour France, 1810.

- ROUHAUD (François), de Couture (Charente), 26 ans.

Soldat au 80e régiment d’infanterie (ci-devant Angoumois), 1791 ; passé au 14e bataillon de la République ; caporal, 1793 ; sergent, 24 juillet 1793 ; sous-lieutenant au 6e régiment de ligne, 1809 ; lieutenant, 1812 ; en demi-solde, 1814 ; retraité,’1816.

- SIMONET (Jean), d’Ecoyeux (Charente-Inférieure), 20 ans.

Entré au service dans l’artillerie, 10 mars 1790 ; passé dans la compagnie de volontaires Clerjeau, de la Charente-Inférieure., puis au bataillon de l’Union ; incorporé au 12e bataillon de la République, 2 novembre 1795 ; passé à la 2e légion des Francs pour l’expédition d’Irlande, puis à la 46e demi-
brigade ; embarqué pour le Sénégal, 1802.

- SORIN (André), de Massac (Charente-Inférieure), 23 ans.

31° demi-brigade

- VIERNAUD (Jean), de Puilboreau (Charente-Inférieure), 18 ans.

Sergent ; retraité, 1802.


[1Archives administratives de la guerre, dossier Le Faure, classement général alphabétique, 1791-1847.

[2« II n’y a pas de pièces jointes. » (Note mise lors de la réception de la lettre.)

Dans la même rubrique

1789 - 1790 Les Charentes et l’organisation des départements, districts et communes

1789 - Regnaud de Saint-Jean-d’Angély, député contesté, chauffard à Paris

1789 - 1791 - La Révolution en Charente et Charente-Inférieure, dans les gazettes

1789 - 1795 - Les représentants de Charente et Charente-Inférieure à l’Assemblée Nationale

1790 - Lettres patentes du roi Louis XVI sur la liberté d’opinion

1790 - La sédition populaire de Varaize (17) : récit à l’Assemblée Nationale

1790 - Le Thou (17) - Une révolution qui inquiète les petits paysans

1790 - 1794 - Les francs-maçons d’Aunis et de Saintonge dans la Révolution

1790 - 1791 - Breuillet (17) : le Serment Fédératif du 14 juillet

1790 - Feuillade (16) : les habitants demandent en vain leur rattachement à la Dordogne

1790 - Des nobles de Saintonge protestent contre l’abolition de la noblesse par l’Assemblée Nationale

1790 - La sédition de Varaize (17) : débat à l’Assemblée entre l’Abbé Maury et Regnaud de Saint-Jean d’Angély

1790 - La vente des biens ecclésiastiques en Charente-Inférieure

1790 - 1802 - Noms révolutionnaires des communes de Charente et Charente-Maritime

1790 - La sédition de Varaize (17) dans les sessions du Conseil général de la Charente-Inférieure

1790 - La sédition de Varaize (17) : le récit des événements

1791 - Arrêté des officiers municipaux de la Ville de La Rochelle, sur la liberté du culte

1791-1792 Les Jacobins de Cognac d’après le registre de leurs délibérations

1792 - Courrier d’une citoyenne de Cognac dans la Feuille Villageoise

1792 - L’émigration du clergé de Charente-Inférieure en Espagne

1792 - Saint-Ouen-d’Aunis (17) : Vente aux enchères publiques des biens du Prieuré

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1789-1799 Révolution française - 18e siècle - 19e siècle - Armée, armement, gens de guerre - Département Charente (16) - Département Charente-Maritime (17) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1789 - Fouquebrune (16) : cahier de doléances de la paroisse

2.  Notice sur la ville de Ruffec (16)

3.  Étienne Contant, émigrant au Québec au 17ème siècle, de Migron plutôt que de Burie (suite)

4.  1486 - 1549 - Documents sur la justice criminelle en Saintonge et Aunis

5.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 16ème siècle - 1500-1549 - Table chronologique des sources

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1562 et 1568 - Pillage de l’abbaye de La Couronne par les protestants

5.  Les enceintes urbaines et villageoises de Saintonge et d’Aunis


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux