Vous êtes ici : Accueil -> Chronologie de l’histoire locale -> 1789 - 1799 - La Révolution Française -> 1792 - 1795 La Convention et la Terreur -> 1792 - Barbezieux (16) - La guillotine entre en service

1792 - Barbezieux (16) - La guillotine entre en service

D 10 mars 2007     H 16:48     A Pierre     C 5 messages A 8086 LECTURES


agrandir

29 Décembre 1792. Frais relatifs au montage de la guillotine

Utilisée pour la première fois en France le 21 août 1792 pour l’exécution d’un condamné politique, Louis-David Collenot d’Angremont [1], la guillotine, invention qui avait déjà au moins 2 siècles d’existence, a été promue - dans un but humanitaire - avec le succès que l’on connait, par le docteur Joseph Ignace Guillotin, né à Saintes le 28 mai 1738.

La famille Guillotin avait une branche à Barbezieux. A-t-elle fait la promotion locale de cette invention ? En décembre 1792, elle est installée dans cette ville et entre en service. Elle sera utilisée en France jusqu’en 1977.

Source : La Revue Barbelizienne - Bulletin de la Société Archéologique, Historique et Littéraire de Barbezieux - N° V - Année 1914

Les citoyens Drilhon et Yvon charpentiers (de Barbezieux) demandent aux administrateurs du département le paiement de la somme de 320 livres pour avoir fait et fourni tous les apparaux nécessaires pour l’expédition d’un criminel condamné à être guillotiné.

5 janvier 1793. — Renvoyé au district pour en communiquer au commissaire national et faire vérifier le mémoire des réclamants et sur icelui donner son avis.

Du 15 janvier 1793, l’an 2ème de la République Française.

Vu par le Directoire du département de la Charente l’état des dépenses relatives à l’échafaut de la guillotine qui a été mise en usage à Barbezieux, ensemble la fourniture d’une caisse à tète et une bière ou cercueil avec sa ferrure, celui relatif à la chemise et au voile fournis pour l’exécution :

considérant que d’après les calculs faits par détail de chaque espèce les prix portés au premier état sont excessifs, oui le suppléant du Procureur général syndic, Le Directoire arrête que par le citoyen Filhon préposé à la régie des domaines et droits d’enregistrement au bureau de Barbezieux il sera payé aux fournisseurs et ouvriers conformément à l’état joint au présent savoir :

- 1° pour 42 p. cubes et 6 de bois charpente à 40s le pied la somme de 84L 1s 8d
- 2° pour 10 toises bois de chêne à 8L 80L
- 3° pour les 5 ouvriers qui ont construit l’échafaut où ils ont employé les journées du samedi, dimanche, la nuit suivante et partie du lundi évalué pour chacun 3 jours à 35 sous, fait. . . 26L 5s
- 4° pour la caisse à tête et le cercueil ce dernier ferré 13L
- 5° pour une échelle 4L 10s
- 6° au manœuvre qui a creusé les trous pour planter l’échafaut 1L 10s
- 7° aux scieurs de long qui ont refendu la pièce de 24 p. en quatre à 8d le pied 3L 4s
- 8° pour 2 livres de chandelle à 20 sols ... 2L
- 9° au fournisseur des quatre aunes de ratine et d’une aune et demie de burat pour la robe et pour le voile 12 L
- 10° et enfin à celui qui a fait ladite robe et la voile 3L

desquelles sommes revenant ensemble à celle de 229L 10s 8d

il sera fait compte audit préposé en justifiant les paiements qui seront faits en exécution du présent arrêté.

Les administrateurs du Directoire du département de la Charente.


Extrait des registres de l’État-Civil de Barbezieux

« Le 31 décembre 1792 sont comparus les citoyens Girard Baillely, juge du Tribunal du district de Barbezieux et Laurent Nadaud, greffier audit tribunal lesquels ont déclaré que Jean Colin du village des Grands Poulards, paroisse de Brie-sous-Chalais, âgé d’environ 32 ans est décédé en cette ville le 24 de ce mois sur les trois heures et demye de l’après-midy, dont acte et ont signé Baillely, Nadaud, Filhon, officier public. »

En marge de cet acte est écrit « déceds de Jean Colin condamné à mort ».

G. CHEVROU.


[1je ne l’ai pas trouvé dans mon arbre généalogique

Vos commentaires

  • Le 31 octobre 2011 à 13:51, par seellen En réponse à : 1792 - Barbezieux (16) - La guillotine entre en service

    trés interersant merci est continuer à enrishire votre site

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2007 à 18:07, par Vinet-Drilhon Renée En réponse à : 1792 - Barbezieux (16) - La guillotine entre en service

    votre article m’a trés ibntéressée étant donné que j’ai pu ajouter un drilhon charpentier dans mon arbre
    je ne connaissais pas votre site mais je vais le divulguer aux amis

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2007 à 20:51, par Charles BERG (Histoire et Patrimoine des Rivières et Canaux) En réponse à : 1792 - Barbezieux (16) - La guillotine entre en service

    Bonjour,

    La guillotine n’a pas été "inventée" à proprement parler par Guillotin. Il a perfectionné (avec l’aide de Louis XVI lui-même, dit-on) un engin qui était déjà utilisé en Italie depuis la Renaissance.

    Il est en revanche tout à fait exact qu’il a promu cet engin dans un but humanitaire, pour le substituer à tous les supplices jusqu’alors en vigueur, et en donnant au condamné une mort rapide sans supplice au préalable, quels que soient sa faute et son rang social. On n’a cependant jamais prouvé que la mort était instantanée.

    Ce qui est extraordinaire dans le texte que vous rapportez (le "devis"), c’est l’extrême froideur avec laquelle sont exposés les différents points de ce devis qui concerne tout de même une opération qui consistait à faire mourir un homme ! Les mots "caisse à tête" ou "bière" semble écrits sans la moindre émotion... J’imagine que le trésorier qui établissait son chèque au bourreau en 1977 devait être dans le même état d’esprit. C’est proprement effrayant !

    Sur un sujet plus guilleret, j’ai utilisé autant que possible vos infos sur l’aménagement de la Boutonne en 1776 sur mon site fluvial, et ai mis un lien vers le votre.

    Bien cordialement

    Charles Berg

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1863 - Pièces angoumoisines inédites ou rares - Sté Archéologique et Historique de la Charente

2.  1766 - Monsieur Frétard de Gadeville dans l’affaire Lally-Tollendal

3.  1789 - Description, histoire et anecdotes : la Saintonge, Sablonceaux et Saint-Jean d’Angély

4.  Conversion en texte des tables des publications des sociétés savantes de Charente et de Charente-Inférieure

5.  1372 - Traité de Surgères pour une trève entre Français et Anglais


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Santonismes ou locutions saintongeaises de Bernard Palissy (1506-1589 ?)

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux