Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » La Révolution et l’Empire » 1789 - 1799 - La Révolution Française » 1789 - 1792 Des États généraux à la République » 1793 - Lettre de Pierre Roux-Fazillac au Comité de salut public du district (...)

1793 - Lettre de Pierre Roux-Fazillac au Comité de salut public du district de Cognac

D 29 août 2018     H 15:25     A Pierre     C 0 messages     A 9 LECTURES


1793 est une année charnière de la Révolution. Le 21 janvier, Louis XVI a été exécuté, et la France entre dans une période noire, la Terreur, avec ses milliers d’exécutions sommaires.

La Convention Nationale envoie à travers la France des émissaires chargés de prêcher la bonne parole révolutionnaire auprès de la population.

Source : Bibliothèque de Cognac, fonds Albert, manuscrits, T. L p. 253. Communication de M. Jules Pellisson / Revue des bibliophiles - 1880 - BNF Gallica

Voir en ligne :

Une lettre de Roux-Fazillac [1]

A Angoulême, département de la Charante, le 5 octobre 1793, l’an second de la République Française une et indivisible (2).

Le représentant du peuple, député par la Convention nationale dans les départemens de la Charante et autres circonvoisins, aux citoyens composans le comité de salut public et de surveillance du district de Cognac dans le département de la Charante.

Citoyens, indépendament des mesures de salut public que vous avez déjà prises, il vous en reste encore quelques unes à prendre pour assurer dans le département de la Charante le triomphe durable de la paix et de la liberté. Ces mesures, pour être plus efficasses, doivent être concertées entre tous les comités de ce département, et il faut que pour établir ce concert nécessaire vous envoyez un de vos membres le trèze de ce mois à Angoulême. Requérez auparavant de toutes les autorités constituées les renseignements qui pourront mettre votre commissaire, dans le cas de répondre à toutes les questions suivantes :

A quel point en est-on du recensement des grains dans votre district ?

Quelles sont les communes qui ont satisfait au décret ?

Quelles sont celles qui n’y ont pas satisfait ?

Et quel est le résultat de ce recensement ?

Les meubles des émigrés sont ils vendus ?

Quels sont ceux qui ne le sont pas, et pour quelle cause ne le sont ils pas ?

Les pères et mères des émigrés ont ils tous satisfait au décret qui les oblige de payer pour l’entretien de deux volontaires par chaque émigré ?

A-t-on commencé la vente des immeubles ? Y a-t-il quelques uns de ces biens qui n’ayent pas été séquestrés, et pour quelle cause ne l’ont ils pas été ? Il faut donner sur cet article des instructions fort étendues à votre commissaire ; lui donner votre oppinion motivée sur chacune des questions qui souffrent quelque difficulté, pour que dans le comité général nous puissions les lever, et que la vente du bien de ces traîtres à leur patrie ne souffre plus aucun retard dans ce département.

Vous aurez aussi à examiner quels sont ceux des membres des corps administratifs, officiers municipaux et juges dés tribunaux et généralement tous les fonctionnaires publics qui, dans l’étendue de votre district, par leurs sentimens inciviques et leur tendance au foedêralisme, ont mérité d’être destitués de leurs fonctions. Vous sçavez qu’un décret de la Convention nationale vous prescrit de les faire mettre en état d’arestation et de rendre compte au comité de sûreté générale des arrestations que vous aurez prononcé.

Examinez eh même temps quels sont ceux de vos concitoyens qu’un amour inaltérable de la liberté et de l’égalité a rendu dignes de remplir les fonctions de ceux qui seront destitués ; que votre commissaire porte les procès-verbaux qui contiendront le nom de ceux que vous jugerez devoir être destitués et des patriotes que vous proposerez pour les remplacer.

Je vous recommande aussi de veiller avec le plus grand soin sur l’exécution des décrets et des arrêtés concernants lès secours à accorder aux familles indigentes des deffenseurs de la patrie. Je vous requierre également de surveiller l’exécution des décrets et arrêtés tendans à faire lever la récolte et labourer les champs de ces mêmes deffenseurs de la patrie. Faites vous rendre compte fréquemment par les autorités constituées et par les commissaires des communes de tout ce qui aura été fait à ce sujet. Après toutes les mesures de salut public commendez par les circonstances et par le péril dans lequel se trouve la patrie, vous en aurez encor d’autres à prendre ; celles cy sont applicables à toutes les circonstances, et l’humanité, la justice, la politique même nous en font un devoir impérieux. Il s’agit d’abolir la mendicité, non pas comme on l’a vu chez les despotes en faisant plonger dans des cachots tous ceux que la misère a réduit à cet état qui avilit et qui dégrade les hommes, mais en procurant du travail aux uns et des secours à ceux qui sont dans l’impuissance phisique de se procurer leur subsistance. Concertez entre vous, citoyens, les moyens par lesquels nous pourront arriver à ce but salutaire ; que la difficulté de vous procurer des fonds ne vous arrête pas ; assés et trop longtemps les riches se sont nourris et engraissés des sueurs, et du sang du pauvre ; il faut qu’enfin le pauvre trouve sa subsistance dans le superflu du riche. Assés et trop longtemps encor les ennemis de l’intérieur ont secouru les ennemis du dehors et leurs alliés transfuges : il faut qu’ils expient ces crimes et que leurs richesses surrabondantes ayent désormais, malgré eux, une honnête destination.

Tels sont, citoyens, les objets sur lesquels je vous invite de délibérer, avec la plus grande attention, et de me communiquer le résultat de vos délibérations, afin que, après en avoir délibéré moi même dans un comité général avec vos commissaires jepuisse prendre un arrêté dont l’exécution confiées à vos soins produira les effets généreux que nous devons en attendre.

ROUX-FAZILLAC

(Original avec cachet de cire rouge, fruste, sur lequel on peut lire néanmoins : Représentant du peuple français.
Bibliothèque de Cognac, fonds Albert, manuscrits, T. L p. 253. Communication de M. Jules Pellisson)


[1Pierre Roux de Fazillac, né à Excideuil en 1743, mort à Nanterre en 1833, député de la Dordogne à l’Assemblée législative et à la Convention.

Dans la même rubrique

1789 - 1790 Les Charentes et l’organisation des départements, districts et communes

1789 - Regnaud de Saint-Jean-d’Angély, député contesté, chauffard à Paris

1789 - 1791 - La Révolution en Charente et Charente-Inférieure, dans les gazettes

1789 - 1795 - Les représentants de Charente et Charente-Inférieure à l’Assemblée Nationale

1790 - Lettres patentes du roi Louis XVI sur la liberté d’opinion

1790 - La sédition populaire de Varaize (17) : récit à l’Assemblée Nationale

1790 - Le Thou (17) - Une révolution qui inquiète les petits paysans

1790 - 1794 - Les francs-maçons d’Aunis et de Saintonge dans la Révolution

1790 - 1791 - Breuillet (17) : le Serment Fédératif du 14 juillet

1790 - Feuillade (16) : les habitants demandent en vain leur rattachement à la Dordogne

1790 - Des nobles de Saintonge protestent contre l’abolition de la noblesse par l’Assemblée Nationale

1790 - La sédition de Varaize (17) : débat à l’Assemblée entre l’Abbé Maury et Regnaud de Saint-Jean d’Angély

1790 - La vente des biens ecclésiastiques en Charente-Inférieure

1790 - 1802 - Noms révolutionnaires des communes de Charente et Charente-Maritime

1790 - Les Charentais viennent au secours de la Patrie en danger

1790 - La sédition de Varaize (17) dans les sessions du Conseil général de la Charente-Inférieure

1790 - La sédition de Varaize (17) : le récit des événements

1790 - Jarnac (Charente) - La fête de la Fédération du 14 juillet 1790

1791 - Arrêté des officiers municipaux de la Ville de La Rochelle, sur la liberté du culte

1791-1792 Les Jacobins de Cognac d’après le registre de leurs délibérations

1791 - 1792 - L’abbé Boutiron, curé de Périgny (17), raconte son émigration en Espagne

1792 - Courrier d’une citoyenne de Cognac dans la Feuille Villageoise

1792 - L’émigration du clergé de Charente-Inférieure en Espagne

1792 - Saint-Ouen-d’Aunis (17) : Vente aux enchères publiques des biens du Prieuré

1793 - Lettre de Pierre Roux-Fazillac au Comité de salut public du district de Cognac

...
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Angoulême - 16 Cognac - 1789-1799 Révolution française - 18e siècle - District de Cognac (Révolution) -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.