Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » La Révolution et l’Empire » 1800 - 1815 - L’Empire et les Cent-Jours » 1808 - La conscription impériale en Charente : classe 1809

1808 - La conscription impériale en Charente : classe 1809


D 4 janvier 2008     H 16:48     A Pierre     C 0 messages A 2127 LECTURES
agrandir

En lisant le texte de cette affiche préfectorale placardée en février 1808 dans les lieux publics de Charente, on ne peut s’empêcher de penser que la conscription au service des conquêtes napoléoniennes ne se faisait pas dans l’enthousiasme.

Source : archives privées.

AVIS AUX CONSCRITS DE MIL HUIT CENT NEUF ET A LEURS PÈRES ET MÈRES.

MESSIEURS,

LE Décret impérial du 7 de ce mois, et mon Arrêté du 15, publiés et affichés dans ce département, vous ont informés qu’une portion des Conscrits de l’an 1809 est appelée au service d’activité, soit pour entrer dans les légions et dans les différens corps de l’armée, soit pour rester en réserve.

Cette levée, comme la précédente, Messieurs, sera faite en conformité du Décret du 8 fructidor an 13. Les obligations que ce Décret impose aux Conscrits de 1808, et les faveurs qu’il leur accorde, seront les mêmes pour ceux de 1809 ; ces dispositions sont assez connues de tous les administrés, pour me dispenser de les leur rappeler. Je me bornerai donc à les informer que les Conscrits qui voudront jouir de la faveur d’être placés de droit au dépôt, en vertu de l’article 18 du Décret, devront justifier de leurs droits avant le 24 avril prochain (terme de rigueur) ; faute de quoi , ils seront déchus de leurs demandes, et feront partie du dernier détachement, si leurs numéros [1] les appellent à l’armée.

L’expérience m’a prouvé, Messieurs, que des Conscrits, dans l’intention de faire valoir leurs droits à la réforme, ou dans celle de persuader qu’ils y ont droit, se munissent de certificats d’Officiers de santé ou de leurs voisins ; vous êtes prévenus que ces certificats ne seront point lus, et qu’ils seront lacérés sur le champ par le Conseil de recrutement ; s’il s’élève des doutes sur l’existence de quelques infirmités cachées, telles que la surdité, l’épilepsie, etc., le Conseil de recrutement aura recours à des témoignages étrangers. Il résulte de cette observation que les Conscrits se constitueraient inutilement en dépenses pour se procurer de semblables pièces, et qu’ils doivent se présenter avec exactitude, docilité et confiance ; que sans aucune exception, toutes les opérations de la Conscription sont gratuites ; que tous présens, toutes gratifications sont des moyens de corruption que la loi classe dans le nombre des délits, et qui rendent coupables et ceux qui les donnent et ceux qui les reçoivent.

Le calme et l’ordre qui ont régné dans les précédentes levées, me font espérer, Messieurs, que je n’aurai que des éloges à vous donner sur le succès de celle qui va s’opérer. Vos demandes seront tranquillement discutées, et vous apprécierez, sans doute, les égards, les attentions mêmes dont vous serez l’objet ; reconnaissant que la justice vous a été distribuée sans partialité et sans précipitation , vous n’aurez aucun sujet de plaintes, et vous vous soumettrez sans peine aux devoirs qui vous sont imposés par les lois.

A Angoulême, a l’Hôtel de la Préfecture, le 16 février 1808.

Signé RUDLER [2]

A ANGOULÊME, de l’Imprimerie de FRANÇOIS TRÉMEAU.


[1Sous l’Empire, la conscription se fait par tirage au sort. A chaque conscrit est affecté un numéro, et il espère que ce numéro ne sera pas choisi par le sort.

[2François Rudler : 2ème préfet de Charente, du 7 germinal an XIII (28/03/1805) au 12/02/1810

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Rechercher dans le site :