1845 - Colonie agricole de la Vallade (17 Rétaud) : de l’euphorie aux premières interrogations

D 16 décembre 2010     H 16:06     A Pierre, Razine     C 0 messages A 290 LECTURES


Plan général de cette étude Références et bibliographie

Durant toute l’année 1844, les autorités qui confiaient des enfants trouvés ou abandonnés à la Vallade se montrèrent bienveillantes quant au mode de fonctionnement de la colonie. Ne fallait-il pas encourager le Comte de Luc dans son entreprise puisque l’État ne pouvait assurer seul la gestion de tous ces enfants ? Jusqu’à l’automne, il semble que de Luc n’ait pas été critiqué mais plutôt sollicité pour recevoir davantage d’enfants issus des hospices de Charente Inférieure. En 1845, le discours commence à changer et l’administration après plusieurs inspections commence à se poser des questions.

ANNEE 1845

Ce qui s’est passé en France en 1845
- 24/01 : Bugeaud repousse à la Chambre les projets d’instauration d’un pouvoir civil en Algérie.
- 03/02 : Karl Marx est expulsé de France à la demande des Prussiens, et s’installe à Bruxelles.
- 30/03 : la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Orléans met en place un système de participation de ses salariés aux bénéfices de l’entreprise.
- 15/04 : ordonnance sur l’administration des possessions françaises en Algérie.
- 25/06 : combats meurtriers en Algérie (plus de 500 morts arabes près d’Alger)
- 18/07 : nouvelle loi favorable à l’abolition de l’esclavage.
- 08/09 : Louis-Philippe reçoit la reine Victoria dans son château d’Eu.
- 23/09 : Abd el-Kader reprend les armes contre les troupes de Bugeaud.

230 journaux se partagent le marché parisien. En France, on compte 750 journaux.
Liste des documents d’archives associés à cet article

- 24/09/1845 - Lettre du Préfet de la Charente-Inférieure aux membres de la commission administrative des hospices de Saintes et de La Rochelle, pour les inciter à envoyer des enfants à La Vallade (voir ce document)
- 29/10/1845 - État nominatif des enfants trouvés de l’hospice civil de la Rochelle envoyés à la Vallade (voir ce document)
- 04/11/1845 - Le Préfet de la Charente-Inférieure informe le Comte de Luc de la subvention votée par le Conseil Général (voir ce document) - Confirmation du 31/01/1846 (voir ce document)
- 06/11/1845 - La commission administrative des hospices civils de la Rochelle s’inquiète auprès du préfet des dysfonctionnements de la Vallade (voir ce document)
- 15/11/1845 - Rapport d’inspection au Préfet de la Charente-Inférieure sur le fonctionnement de l’établissement de la Vallade. (voir ce document)
- 24/11/1845 - Le Préfet de la Charente-Inférieure tente de rassurer la commission administrative de l’hospice civil de la Rochelle sur le fonctionnement de la Vallade. (voir ce document)

Le 24 septembre 1845, le Préfet écrivait sa satisfaction à la commission administrative des hospices de Saintes et de La Rochelle, suite à la visite du Président du Conseil Général, Mr Dufaure, à la colonie de la Vallade : « les enfants y trouvent réunis un bien être et une bonne éducation morale et religieuse, bien meilleure que chez les nourriciers ». Aussi, le Préfet encourageait-il l’envoi de 25 enfants de 30 mois à 4 ans. Le 4 novembre, il pouvait annoncer au Comte Jean de Luc, l’attribution de 1000 F de subvention pour l’année 1846 devant servir à améliorer la literie des enfants. Déjà, à l’ouverture de la colonie une visite inopinée avait pointé du doigt les lacunes en matière d’hébergement.

Donc, en cette fin d’année, la surveillance se resserrait. Le 15 novembre, le délégué de l’Inspection des enfants trouvés et abandonnés avec le docteur Briault, rédigeait un compte-rendu adressé au Préfet.

Cette enquête donne des renseignements très intéressants sur l’établissement, le nombre des enfants placés d’après leur lieu d’origine. On peut les suivre du lever au coucher. Élevés, « instruits » par des hommes, les soins laissaient à désirer. On peut lire dans le rapport de l’inspecteur : « L’état de propreté de leur tête, du visage, des pieds et des mains prouve qu’il reçoivent les soins que réclame leur âge ; mais aussi qu’ils ne sont pas donnés par des femmes… la nourriture est celle des habitants des campagnes »( lettre du 15 novembre 1845). De fait, on trouverait aujourd’hui ce régime alimentaire bien frugal et déséquilibré pour des enfants de cet âge. Pourtant, on pourra lire dans un autre rapport d’inspection : « La fraîcheur, l’embonpoint de presque tous les enfants attestent d’un bon état sanitaire » (lettre du 24 novembre 1845). Nous sommes en novembre et seuls les plus petits portaient des bas de laine. Quant à l’instruction prodiguée elle consistait en un peu de lecture, de calcul et des cours de religion. Les plus grands étaient employés à l’atelier de saboterie. Mais que faire des plus petits ! Des enfants de 5 ans gardaient une vache ou une brebis ou s’affairaient à des tâches domestiques. On devine l’état d’abandon, la vacuité des jours alors que des enfants d’un âge aussi tendre auraient dû faire l’objet de soins affectueux et maternels !

Ce constat soulignait toutes les insuffisances mais la conclusion donnée à ce rapport restait encore modérée. Les dysfonctionnements furent attribués à la création récente de cette institution, au manque de moyens financiers. Mais d’autres inspections allaient suivre et le discours commencer à changer. Dans les lits, les draps étaient trop petits pour les recouvrir complètement, ce n’étaient que des drapeaux : « Les commissaires, en effet, ont remarqué avec une juste douleur, que faute de ressources suffisantes, M. Duluc (sic) s’était réduit à la cruelle nécessité de coucher ces malheureux enfants sur des paillasses garnies de paille ou de balle d’avoine qui n’étaient recouvertes que d’un morceau de toille tellement étroit qu’il était entièrement inutile à l’enfant ». (lettre du 20 novembre 1845). Ce problème sera cité de manière récurrente pratiquement à chaque inspection.

Malgré la bonne volonté, la misère physique et morale de ces tout-petits transparaît à la lecture de ces documents.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 La Rochelle - 17 Rétaud - 17 Saintes - 1830-1848 Monarchie de Juillet - 19e siècle - Département Charente-Maritime (17) - Enfants abandonnés - orphelins - Luc (de) Jean -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1769 - La Gazette "L’Avant coureur" et la vie culturelle provinciale

2.  1763 - Description de l’Aunis et glossaire des sauniers et des marais salants (30 mots)

3.  1511 - Angoulême - Requête des serruriers pour obtenir leurs privilèges

4.  1723 - L’abbaye de Sablonceaux (Charente-Maritime)

5.  1627 - M. de Bouteville condamné à mort et exécuté pour s’être battu en duel


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Santonismes ou locutions saintongeaises de Bernard Palissy (1506-1589 ?)

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  1819 - Foires et marchés de Charente - Dates et produits vendus


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux