Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 

INTRODUCTION-

Enfants abandonnés : à l’origine de notre publication, une découverte de Freddy Bossy

QUI ETAIT FREDDY BOSSY ?


D 20 novembre 2010     H 15:42     A Razine     C 0 messages A 462 LECTURES
Plan général de cette étude Références et bibliographie

Un humaniste

Professeur de lettres, dialectologue, lexicologue, Freddy était l’auteur de nombreux travaux de linguistique régionale (parlers gavaches) notamment d’un très savant lexique maritime de la Saintonge et de l’Aunis.

Bien qu’ayant quitté la Charente Maritime, il restait ancré dans la culture saintongeaise qui constituait ses racines. Baptisé dans le culte protestant, prédicant laïc dans la presqu’île d’Arvert, il s’était converti sur la fin de sa vie à l’islam (branche du soufisme). Né en 1954, Freddy est décédé accidentellement fin décembre 2009, noyé dans le lac du Salagou (Hérault) près duquel il habitait depuis quelques années

Un fin lettré

Membre de la commission de la langue poitevine saintongeaise à L’UPCP, il avait en 1993 participé à l’élaboration de la grammaire du poitevin saintongeais (Geste-éditions) de Michel Gautier et du « poitevin saintongeais langue d’oïl méridionale », avec Jean Jacques Chevrier, plaquette éditée en 2002 par le bureau européen des langues les moins répandues. Il était également co-auteur avec Pierre Boismorand et Denis Vatinel de « Protestants d’Aunis, Saintonge et Angoumois (éditions croît-vif, Paris 1998).

« Parmi tous les charentais qui ont contribué au renouveau linguistique entrepris par l’UPCP à partir des années 1970, Freddy Bossy est celui qui a le plus apporté par le sérieux de ses recherches ». (D’après la notice du dictionnaire biographique des charentais par François Julien-Labruyèe édité au Croît Vif).

Freddy Bossy figure donc dans cet ouvrage qui lui consacre l’une de ses pages. C’est dire la place importante qu’il occupait dans le paysage culturel charentais.

FREDDY BOSSY ET LA CAUSE DES ENFANTS PERDUS

Rédacteur à ses heures pour « Histoire Passion », la ferveur de ses contributeurs l’avait attiré ainsi que leur sens du partage et les thèmes traités dans le site. On lui doit plusieurs articles et contributions. Nous aimions sa passion pour les mots et les langues presque oubliés.

Pour avoir correspondu abondamment avec lui durant plusieurs années nous avons pu apprécier son immense culture et surtout sa très grande sensibilité par ses réactions devant des faits qui laissent tant de gens indifférents.

Freddy avait découvert fortuitement un document sur l’histoire de la colonie agricole de la Ronce, située entre La Tremblade et Ronce les bains. Rapidement, il avait fait le lien avec les colonies agricoles du Languedoc, notamment à travers le livre si émouvant de Marie Rouanet « les enfants du bagne ».

Depuis 2009, Freddy s’était passionné pour ce sujet sur lequel nous avons beaucoup discuté. Ses recherches, interrompues brutalement par son décès, Pierre Collenot, créateur « d’Histoire Passion » a décidé de poursuivre son travail conjointement avec les rédacteurs du site. En 2010, aux archives départementales de la Charente Maritime, Pierre a mis la main sur une manne : des centaines de lettres échangées entre l’administration et le Comte de Luc (fondateur des Vallades et de la Ronce), qui éclairent d’un jour nouveau le travail entrepris par Freddy et aussi celui de Marie Rouanet.

Freddy avait manifesté sa volonté de porter à la connaissance du public l’histoire de ces enfants placés à l’âge de l’innocence dans les colonies agricoles. Il avait ressenti intimement et avec force le poids de la douleur et de la misère qui hante toute cette histoire dramatique. Il voulait dénoncer la mascarade de l’hypocrisie derrière le masque de la respectabilité. Je veux écrivait-il que l’on entende le cri de ces enfants. Orphelins, délinquants « voleurs de poule » traités comme des petits forçats.

Qui s’en souvient encore ? C’est un sujet sensible et dérangeant. La voix de Freddy résonne en nous, comme un écho à celles de tous ces malheureux qu’une condition misérable ou les hasards de l’existence condamnait par avance dès l’âge le plus tendre au rejet de la société qui les avait vu naître. Une publication sur le site, est notre façon d’honorer la mémoire de Freddy et de rendre enfin justice à ces enfants en leur restituant leur part d’humanité.

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur :

Rechercher dans le site :