Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Villes, bourgs et villages > 1839 - Communes de Charente-Maritime > 17 Arrondissement de La Rochelle > 17 Canton Est de la Rochelle > 17 La Rochelle

17 La Rochelle

Commune

vendredi 21 octobre 2022, par Pierre, 35 visites.

Source : "Statistique du Département de la Charente-Inférieure" (1839) par A. Gautier, Fleuriau de Bellevue, Membre du Conseil général ; Bargignac, sous-Préfet de Marennes ; Michel, Conseiller de Préfecture ; Dor, Ingénieur en chef des Ponts et chaussées ; Massiou, Juge d’instruction ; Dubeugnon, Juge au tribunal civil ; Delayant, Professeur de philosophie ; G. Mareschal ; Dières- Monplaisir, Trésorier des Invalides de la Marine ; Chesnet , Docteur-médecin.

- Retour au Canton
- Retour à l’Arrondissement
- Retour au Département

LA ROCHELLE.— Population : 14.857 habitans.

La Rochelle fut bâtie vers l’an 960.— Nous avons exposé les éclatantes vicissitudes de son histoire. Depuis sa ruine comme cité politique et presque indépendante, adonnée exclusivement à son commerce qu’elle étendit malgré les entraves des Anglais, elle devint une des plus riches et des plus florissantes villes du royaume. Celui du Canada, dont elle avait acquis le privilège par ses premières entreprises, eut une grande influence sur le développement de l’industrie et de la navigation françaises. Après l’extinction de ce privilège, et jusqu’au moment de la révolution de 1793, la Rochelle exploita le commerce d’Afrique, en même temps que celui de Saint-Domingue, avec une émulation remarquable. Pendant les six années qui précédèrent la perte de cette colonie, il entra annuellement dans le port de la Rochelle, 240 navires qui se partageaient le commerce de cette ville.

La Rochelle,chef-lieu de deux justices de paix et le siège de la Préfecture, est située au 46e degré 9’ 32” de latitude Nord, et au 32e degré 29’ 2” de longitude Ouest du méridien de Paris ; elle est distante de cette capitale de 48 myriamètres.

Cette ville est bâtie sur le bord de la mer, dans le fond d’une anse dont l’étendue est d’environ 2500 mètres. Le port est divisé en trois parties, qui sont l’avant-port, le hâvre et le bassin de carénage. L’avant-port est un petit golfe dans lequel on a construit une jetée qui rompt l’effort de la mer et qui facilite l’arrivage des bâtimens. Sa longueur est de 655 mètres, elle s’avance au S.-O. et se termine par un éperon pyramidal. A droite de cette jetée est une esplanade, dominée par le rempart, sur laquelle est établi le chantier de construction.

Le hâvre est renfermé dans la ville : c’est un bassin de forme allongée, dans lequel on n’entre qu’avec le flot ; l’entrée en est défendue par deux Tours bâties par le roi Charles V, des ruines de l’ancien château. Ce lieu est appelé La Chaîne, à cause d’une chaîne qui va d’une tour à l’autre, et qui, la nuit, sert à barrer le passage de l’avant-port au hâvre.

Il y a dans le hâvre environ six mètres de hauteur d’eau dans les malines ; mais la mer le laisse à sec dans tous les jusans, et les vaisseaux reposent alors sur la vase qui s’y amoncèle facilement, malgré l’établissement de deux écluses de chasse qui, à mer basse, débouchent avec impétuosité et four­nissent un volume d’eau très-considérable et très-rapide.

Les quais Ouest et Nord du hâvre, autrefois si rétrécis , ont été convenablement agrandis dans toute leur longueur. Sur une partie du quai Ouest, on a planté une allée qui forme une promenade publique fort agréable et extrêmement fréquentée.

Le bassin de carénage communique au hâvre par des portes de flot, et est aussi enfermé dans la ville : c’est un parallélogramme de 140 mètres de longueur sur, 110 mètres de largeur. Les deux angles contigus à la face du Nord, sont tronqués par deux pans de 40 mètres de longueur. Ce bassin a été commencé en 1778 et terminé en 1808. Il peut contenir des bâtimens de 400 tonneaux qui y sont toujours à flot. La face Sud est exclusivement consacrée aux abattages en carène ; on y a planté un rang d’arbres entre les pieux de retenue, qui fait un agréable effet. A quelques mètres en avant des portes, on a construit, pour la commodité des gens de pied, un pont-tournant en fer, d’une forme élégante et d’une grande légèreté. Vis-à-vis la face Nord, est une place triangulaire, plantée d’arbres, au milieu de laquelle on se propose de creuser, par la suite, une fontaine.

Placée au fond du golfe de Gascogne, et seul port de navigation directe entre Brest et Bayonne, la Rochelle voit devant elle des rades aussi belles que sûres, abritées par des îles peuplées et industrieuses, qui offrent elles-mêmes des rades et des ports aux navigateurs. L’établissement d’un môle d’amarrage, à l’extrémité de la pointe des Minimes, vient ajouter encore à tous ces avantages.

Cette ville est bâtie, en partie, sur la continuation des terres hautes où passe la route royale de la Rochelle à Paris. Le reste de la ville est placé sur un terrain autrefois marécageux, qui a été desséché et exhaussé par des remblais. Un grand nombre de maisons sont pourvues de puits creusés dans la glaise ; l’eau en est d’une qualité médiocre ; celle des puits creusés dans les bancs calcaires est plus potable. Des sources éloignées de la Ville d’un demi-myriamètre, fournissent à six fontaines situées dans différent quartiers, par des tuyaux placés sous terre, de l’eau d’une excellente qualité.

La plupart des rues sont alignées et larges ; le pavé est un blocage de pierres arrondies ; c’est une riche collection de quartz, de jaspes, de granits, de porphyres, de traps, de laves, que, de toutes les parties du monde, les vaisseaux ont apportés en déposant leur lest. Depuis quelque temps on a apporté de grandes améliorations au pavage , par l’établissement de larges trottoirs.

Quantité de maisons sont construites avec soin et même avec luxe. Leur élégance est augmentée par une propreté recherchée qui se fait même’ remarquer dans la demeure des classes pauvres.
.
Plusieurs parties des rues sont bordées d’arcades qui s’élèvent jusqu’au premier étage des maisons. Ces portiques ne sont pas tous réguliers ; quelques- uns cependant ont des proportions agréables.

Il y a à la Rochelle, comme siège épiscopal, une église cathédrale et quatre églises paroissiales ; il y existe également un temple pour le culte protestant.

La ville a cinq portes : celles du Nord et de l’Est qui conduisent à la. route de Paris, les deux corps de caserne et l’Arsenal, où se trouve une fort belle salle d’armes , ont la sévérité qui caractérise l’architecture militaire. Les fortifications de la place ont été construites d’après les plans de. M. de Vauban.

L’Hôtel-de-Ville, dont la construction remonte à 1486, est un bâtiment d’un stylé gothique tout-à-fait curieux. On y a fait exécuter il y a quelques années des travaux qüi, en changeant les distributions intérieures, satisfont à toutes les exigences de sa destination. La salle d’honneur est surtout fort remarquable par le bon goût qui a présidé à sa décoration.

La Bourse, où siègent la chambre et le tribunal de commerce, et le Palais de Justice sont des édifices d’une construction solide et d’une architecture remarquable. La porte de l’Horloge a exercé les talens d’un habile architecte nommé Moyse. Cette porte était jadis composée de deux arcades. Cet architecte imagina de supprimer le pilier du milieu, et il en vint à bout sans nuire à la solidité de l’édifice, et ainsi l’ouverture devint aussi vaste qu’élevée. C’est au-dessus de cette porte qui sert d’entrée au port du côté de la ville, qu’est renfermée l’horloge, dans une construction, carrée de pierres de taille, ornée d’un ordre .d’architecture, et surmontée d’un dôme qui produit un fort bon effet.

Une des plus belles maisons de la ville est devenue l’IIôtel de la Préfecture. On a planté vis-à-vis plusieurs allées d’arbres, qui forment une petite promenade long-temps appelée Place Joséphine, du nom de l’impératrice des Français,dont le passage eut lieu à la Rochelle le 6 août 1808.

La tour dite de La Lanterne, a été commencée en 1445, et achevée en 1468 ; elle est située sur les remparts du côté de la mer et sert aujourd’hui de prison militaire.

La Place d’Armes, l’une des plus belles de France , est un carré de 2,700 mètres, planté d’arbres élevés et bordé des deux côtés par des maisons dont les façades sont irrégulières , mais bien bâties ; la cathédrale est sur le troisième côté ; plusieurs allées forment le quatrième. Les remparts sont plantés de deux rangs d’ormeaux qui font une promenade d’autant plus agréable que le pays est un peu dégarni d’arbres.

La place des Petits-Bancs a une fontaine qui paraissait avoir été destinée à devenir un monument de l’orgueil du cardinal de Richelieu. On avait incrusté sur les huit faces de grandes tables ou bas-reliefs de bronze, sur lesquels on avait représenté les principaux événemens du dernier siège. De nombreuses inscriptions rappelaient d’une manière très-étendue, et en termes peu honorables pour les Rochelais, leur rébellion, leur réduction et leur capitulation. L’aspect de ces bas-reliefs déplaisait fortement aux habitaus, et plusieurs fois des mouvemens avaient signalé le mécontentement qu’il leur faisait éprouver. En 1718, quatre-vingt-dix ans après le siège, ces tables de bronze disparurent dans une seule nuit. On prétendit que cet enlèvement avait été l’ouvrage de quelques bourgeois, dont le patriotisme avait voulu venger leur Ville de cet affront. On ne fît cependant àucune poursuite pour découvrir les auteurs de cette action hardie ; mais la vérité est que ce fut la cour qui les fit disparaître secrètement, et que l’on feignit d’attribuer cet événement1 à des particuliers, poür sauver à la fierté royale l’aveu d’une condescendance qui pouvait la compromettre.

En dehors de la porte des Deux-Moulins, sur le bord de la mer et dans une situation élevée, on a planté un joli cours appelé le Mail ; c’est là qu’en 1826, a été ouvert un superbe établissement de bains de mer, qui attire, chaque année, un grand nombre d’étrangers. Les uns y viennent pour raison de santé ; les autres pour prendre leur part du plaisir que procurent une société charmante et les fêtes brillantes que donne l’administration de cet établissement. (On trouve la description de l’établissement des bains de mer, à l’article de la commune de Saint-Maurice.)

La Rochelle avait un hôtel des monnaies, supprimé en 1838, dont la lettre était H. Elle possède un hôpital civil et un hôpital militaire. Le nouveau séminaire diocésain est un des plus beaux édifices de la ville.

Un très-bel abattoir public, un marché couvert, de vastes halles pour la tenue des foires qui ont lieu les 15 Mars, 1er Juillet et 20 Novembre, une raffinerie de sucre, un moulin à vapeur pour l’exploitation d’une minoterie et d’une huilerie, d’élégans et commodes hôtels garnis, sont autant d’établissemens utiles.
.
La ville possède de plus une bibliothèque d’environ 20,000 volumes , un jardin botanique et un cabinet d’histoire naturelle qui renferme les plus riches collections : elle a aussi une Académie royale de belles-lettres, sciences et arts, établie par lettres-patentes du mois de Février 1782, et une Société d’agriculture instituée par arrêt du Conseil-d’état du 15 Février 1762.

La ville de la Rochelle a donné naissance à plusieurs hommes qui ont marqué dans les lettres, les sciences et les affaires publiques. ( Voir à l’article Biographie.)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.