Templiers et Hospitaliers de la Rochelle (17)

D 28 janvier 2008     H 22:29     A Pierre     C 0 messages A 3788 LECTURES


agrandir

Regroupement de données et d’archives diverses sur la commanderie templière de la Rochelle, à partir de 1139

Etablissements dépendants de la commanderie de St Jean-du-Perrot :
- 1. enquête papale de 1373 : Remigon, Fontsèche.
- 2. visites prieurales (16e-18e s) : Margot, Fontsèche.

Louis-Etienne Arcère (Histoire de ville de la Rochelle et du Pays d’Aunis - 1757) écrit à propos de la commanderie du Temple de la Rochelle :

Les Commanderies du Temple & de saint Jean du Perot.

La commanderie du Temple a pris ce nom des Templiers qui l’ont possedée autrefois. On ignore la date de la fondation de cette maison religieuse, & le nom du fondateur. Il est vraisemblable qu’elle a été établie par les seigneurs de la Rochelle, & dès-lors il en faudra rapporter l’origine à Guillaume X. duc d’Aquitaine, lequel en 1117 enleva la Rochelle à Isambert de Châtel-Aillon, un an avant la naissance de l’ordre des Templiers. Eléonor, fille de ce dernier prince, Louis le jeune, roi de France, son premier époux, Richard, roi d’Angleterre, fils d’Eléonor, & Othon, petit-fils de cette reine, doivent être placés parmi les bienfaiteurs des Templiers de la Rochelle. Eléonor leur fait don ou plutôt confirme le don des maifons qu’ils possédoient déjà : In aeternum concessimus domos quas in Rupella habebant in occupatu suo id & infra clausuras suas,.. ann. 1139. Louis le jeune leur fait un don la même année : Concessimus molendinos quos apud Rupellam habebamus, & quos Ysembertus de Castro Julii in vita sua ibi tenuerat.... Dans une convention de l’an 1270, entre les abbés de saint Michel en l’Herm, de Maillezais, de Saint-Léonard des Chaumes, & Jean le François, maître des chevaliers du Temple d’Aquitaine, il est fait mention de Guillaume Daulege précepteur : Praceptor militiae templi in Rupella, au sujet des travaux concernant leurs marais respectifs dans la paroisse de Marans. Le titre Praeceptor que prend Guillaume Daulege, désigne le procureur de la maison, en françois, commandeur. Temerius Booz en 1207, Arnaud en 1218 , Boson en 1244, Helie de Burzat en 1250, Guillaume de Letigio en 1291, Helie Depodio, prennent tous la qualité de précepteur au Temple de la Rochelle. A ce titre succéda celui de commandeur. En 1399, Philibert de Naillac, commandeur du Temple. Nicolas de Raval, commandeur de St. Jehan du Perot, la même année. On trouve encore dans les anciens titres la qualité de maître Temerius Booz magister militiae Templi pictaviensîs.... Concessi fratri Guarino, magistro hospitalis de Anglia, & eis qui per temporum successiones magistri hospitalis de Anglia futuri sunt apud Rocellam. Ces maîtres étoient au-dessus des précepteurs, comme il paroît par la convention entre les abbés de Saint-Michel, de Saint-Léonard, de Maillezais & frère Jean le François, magister militiae Templi in Aquitania ; celui-ci entre dans la convention comme partie contractante, & il n’est fait mention que du consentement de Guillaume Daulege, précepteur du Temple de la Rochelle.

L’ordre des Templiers ayant été aboli en 1314 , on donna aux hospitaliers de saint Jean de Jérusalem, les domaines & la maison de ces religieux, à la Rochelle la commanderie du Temple est magistrale. Le commandeur actuel est messire Ferdinand du Langon.

Les hospitaliers de saint Jean de Jérusalem, dont l’ordre avoit pris naissance dans l’Orient en 1048 furent établis à la Rochelle par la Reine Eléonor [1] : elle leur donna un terrein inhabité : locum quemdam de peroc. Richard, son fils, roi d’Angleterre, fait mention de ce don & le confirme dans une charte qui doit être de l’an 1190 [2]. Les hospitaliers de la Rochelle sont distingués des Templiers de la même ville dans une charte d’Eleonor de l’an 1199 : Praeterea damus & confirmamus eis militibus Templi calceam de Peroc & molendina quae fecerunt & facturi sunt circa eandem calceam & placeam ex utraque parte usque ad metas terrae fratrum hospital.... La chapelle des hospitaliers de Saint Jean est devenue dans la suite des temps une cure de l’ordre, dont le curé est exempt de taxes & impositions ecclésiastiques, ainsi qu’il a été jugé par le grand conseil, le 18 Septembre 1728, en faveur de M. Grosleau, curé de la paroisse de saint Jean.

Le commandeur actuel de saint Jean du Pèroc est messire Frin des Touches.


Archives

- 1139 - Charta Ludovici VII Francorum regis et Aquitanorum ducis qui a Deo et militibus Templi molendinos quos apud Rupellam habebat donat et in perpetuum concedit [3] - Charte de Louis VII, roi de France et duc d’Aquitaine, qui donne et concède perpétuellement à Dieu et aux Templiers des moulins qu’il possède près de la Rochelle

Ego Ludovicus, rex Francorum et dux Aquitanorum notum, fieri volumus cunctis fidelibus tam futuris quam praesentibus, quod nos, pro remedio animae nostrae et antecessorum nostrorum, el pro remedio animarum antecessorum Alienordis reginae, uxoris nostrae, Deo et militibus Templi qui ad defensionem sancta christianitatis sunt constituti, donamus et in aeternum concessimus molendinos, quos apud Rupellam [4] habebamus, et quos Isembertus de Castro Julii [5] in vita sua ibi tenuerat, et quos Ganganus de Tauniaco [6] ex dono comitis Pictaviensis reclamabat, et ipse Ganganus eos praedictis militibus Templi donaverat. Praeterea militibus Templi donamus et in aeternum concessimus domos quas apud Rochellam habebat, videlicet in occupatu suo infra clausuras suas, liberas prorsus et quietas ab omni consuetudine, et infractione, et tulta, et talia [et] violentia ministerialium nostrorum, excepto teloneo nostro. Quicunque autem militibus Templi de feodo nostro aliquid dare voluerit, praeter civitatem aut castellum, nos illud volumus et concedimus, ita quod inde servitium nostrum hominum nostrorum non perdamus. Item praedictis militibus Templi donamus et concessimus ut omnes res propriae ipsorum militum per totam terram nostram secure, libere, sine omni consuetudine, et sine omni exactione, sive per terram sive per aquam valeant et veniant. Quod ut perpetuam stabilitatem obtineat munimentum scripto commendavimus, et sigilli nostri authoritate et nominis nostri charactere subterfirmavimus.

Actum publice Parisius, anno incarnationis dominicae MCXXXIX, regni nostri III, astantibus in palatio nostro, quorum nomina subtitulata sunt, et signa

S. Radulpbi Viromanduorum comitis dapiferi nostri
S Guillelmi buticularii
S. Mathaei camerarii.
S.F. constabularii.
Data per manum Algrini cancellarii

Scellée en cire blanche en queue double de parchemin pendant (Note de Besly)

Source : Documents historiques inédits tirés des collections manuscrites de la Bibliothèque Royale - Jacques-Joseph Champollion-Figeac – Paris – 1843 – Books Google


- 1199 - Cette année-là [1199] même, les Templiers de la Rochelle qui étoient en pleine possession de la Chaussée du Perroc, de ses moulins & de ses quais, jusqu’au terrein des Hospitaliers, furent confirmés dans leur droit par Eléonore, Duchesse de Normandie, qui avoit fait le voyage d’outre-mer, & que Louis VII avoit répudiée pour avoir donné lieu à quelque soupçon d’infidélité. Matthieu Paris dit qu’en Orient elle eut affaire à un Infidèle qui étoit de la race du Diable. Le Duc de Normandie, moins crédule & plus politique que Louis, l’épousa parce qu’elle lui apportoit en dot trois belles provinces : la Guïenne, le Poitou & la Saintonge

Source : Histoire critique et apologétique de l’ordre des chevaliers du Temple de Jérusalem, dits Templiers - R.P. Claude Mansuet Jeune, Chanoine Régulier de l’Ordre de Prémontré, Prieur de l’Abbaye d’Étival - Paris - 1789 - Books Google


- 1207 - Le Temple de la Rochelle avoit pour maître, en 1207, Temeruis Boez , qui eut pour successeur le Frère Arnauld en 1218. Boez étoit Trésorier du Roi d’Angleterre, selon les actes de Rymer ; ailleurs , il est qualifié Précepteur de Poitou. En 1244, cette Commanderie étoit administrée par Pierre Bozon , qui fit travailler à un canal, & en 1250 par Hélie de Bursar, ensuite par Guillaume de Letige & Hélie Dupui, qui tous prennent la qualité de Précepteur du Temple de la Rochelle , ce qui désigne le Supérieur, & non le Procureur de la Maison, ainsi que l’a cru le Père Arcere.

Source : (id.)


- 1223 - Bulle du Pape Honorius III contre quelques Templiers en France l’an 1223, lesquels avoient empiété sur le Domaine & la Jurisdiction d’Henri III Roi d’Angleterre , dans la ville de la Rochelle.

HONORIUS Episcopus, Servus servorum Dei, dilectis Filiis, de Gratia Dei, & S. Leonardi de Calmis, & de Rupella Abbatibus, Xantonensis Diœcesis, salutem & Apostolicam benedictionem. [7]

Carissimus in Christo Filius noster HENRICUS Rex Anglorum Illustris, sui Nobis petitione monstravit, quod cum clarae : memoriae HENRICUS avus & RICARDUS patruus ejus Reges Angliae, in Villa sua du Rupella [8] Fratribus Militiae Templi, Xantonensís Diocesis, quasdam domos pia liberalitate donârint, illi facta sibi gratia perperam abutentes, quascumque domos sive possessiones aut homines possunt circum-quaquc infra proprietatsm Regiam apprehendere, sibi et in praejudicium ejus usurpant ; & statim imponentes signa sua taliter usurpatis, non permittunt exinde, Regi debita & conta servitia provenire.

Ad haec, cum de antiqua ipsius Villae Consuetudine sit hactenus observatum, ut quicumque advena sine Domino per annum & diem ibi moratur, statim efficitur Homo Regis ; iidem Templarii, se super hoc Regi praaedicto indebite opponentes, contra hujusmodi Consuetudinem multos sibi usurpare praesumunt ; ac Balivos, & Fideles Regios coram certis judicibus, quos in terra inimicorum Regis Auctoritate nostra se habere proponunt, trahunt frequenter in causam ; alias ipsos, immo Regem, occasione hujusmodi multipliciter molestando. Nolentes igitur eidem in suo Jure deesse, cui potius ex pluribus causis favorabiliter adesse tenemur discretioni vestrae per Apostolica Scripta mandamus, quatinus inquisita super hiis & cognita veritate, Causam (si de partium voluntate processerit) Concordia vel Judicio terminetis. Alioquin quae : inveneretis, sub sigillis vestris Nobis fideliter rescribatis : ut procedamus exinde, prout secundum Deum viderimus procedendum.

Testes autem qui fuerint nominati , si se gratia odio vel favore substraxerint, per Censuram Ecclesiasticam, cessante Appellatione, cogatis veritati testimonium perhibere.

Quod si non omnes hiis exequendis potueritis interesse, duo Vestrum ea nichilominus exequantur.

Dat. Laterani IX. Kal. Julii, Pontificatus nostri anno sexto.

Source : Histoire de l’Ordre militaire des Templiers, ou Chevaliers du Temple de Jerusalem depuis son établissement jusqu’à sa décadence & sa suppression - Pierre Dupuy - Bruxelles - 1751 - Books Google.


- 1235 - Henri III, Roi d’Angleterre ordonne le remboursement de 200 livres sterlings par an, à Robert Grand Maître de l’Ordre des Templiers (& cela pendant cinq années de suite), pour acquitter la somme de 800 livres Tournois, que les Templiers avaient prêtées audit Roi, pour l’acquisition de l’île d’Oleron, près de la Rochelle en France.

Rex omnibus ad quos praesentes Litterae pervenerint, salutem.

Noveritis, Nos & fideles nostros teneri Fratri ROBERTO Magistro Militiae Templi & Fratribus ejusdem Domus, ad solutionem ducentarum librarum, bonorum & legalium Sterlingorum, pro octingentis libris Turonensibus quolibet anno , a Festo Assumptionis B. Mariae, anno Regni nostri decimo-nono, usque in quinque annos sequentes completos (per quos annos Treugae, captae inter Regnum Franciae & Regnum nostrum Angliae, per Ludowicum Regem Franciae & Nos, durare debent.)

Quam quidem solutionem eisdem Magistro & Fratribus Militie Templi fieri volumus, per Nos & heredes nostros Londoniae apud Novum Templum, per manus subscriptorum Attornatorum nostrorum : quos ad dictam solutionem faciendam eisdcm Magistro & Fratribus assignavimus.

De quibus ducentis libris praedicti Magistri & Fratres, Nos & heredes nostros acquierabunt, quolibet praedictorum annorum Parisius in Domo Templi, pro praedictis libris Turonensibus : scilicet de centum libris in Festis omnium Sanctorum, & de centum libris in Festo Ascensionis Domini, versus Comitem Marchie.

Quas quidem praedicto Comiti vel suis Attornatis solvi volumus , pro nobis & heredibus nostris, ibidem praaedictis terminis, pro octingentis libris Turonensibus, in quibus eidem Comiti tenemur occasione Insule Oleronis, quam in manu nostra tenemus : quam quidem Insulam idem Comes petebat versus Nos, in captione praedictarum Treugarum.

Nos autem ad hanc folutionem annuam praedictarum ducentarum librarum pracdictis Magistro & Fratribus (prout praemissum eft) attornavimus dilectum & fidelem nostrum subscriptum : videlicet Venerabilem Patrem R. Dei gratia Cicestrensem Episcopum Cancellarium nostrum, ad solvendum eisdem apud novum Templum London. &c. [9]


- 1299 - Legis (Guillelmus de), praeceptor domus militiae Templi de Rupella - Cartulaire de Saint-Jean d’Angély T II - AHSA Tome 33 - 1903 - p. 198.

- 1307 - Procès des Templiers - Michelet - Minutes d’interrogatoire de Templiers qui ont vécu dans l’tablissement de la Rochelle

- Cartulaire saintongeais de l’abbaye de Vendôme dans AHSA t XXII p. 95-96. En ligne à la BNF

- Voir en ligne, des pages sur les templiers de La Rochelle :

Dans AHSA T I - 1874, pp 20-21, cette présentation du Temple de La Rochelle par L. M de Richemond :

Porte de la commanderie du Temple de La Rochelle
Dessin de Masse - AHSA T I

Les chevaliers du Temple avaient à la Rochelle une maison magistrale considérable et une grande puissance territoriale... Cette commanderie magistrale, qui relevait du grand prieuré d’Aquitaine, remonte en effet presque à l’origine de l’Ordre. Etabli en 1118, cet Ordre religieux et militaire avait reçu sa règle du concile de Troyes en 1128, et la plus ancienne charte des Templiers de la Rochelle date de 1139. Les destinées de la ville naissante sont liées aux progrès de la commanderie. A la suppression de l’Ordre en 1314, les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem ou chevaliers de Malte , dont l’Ordre prit naissance en 1048, rivaux puis successeurs des Templiers, héritèrent de leur influence comme de leurs biens [10]. Leur souvenir s’est perpétué jusqu’à nous. Les noms de Rue et Cour du Temple et Cour de la Commanderie désignent encore aujourd’hui la situation de leur maison, paroisse Saint-Barthélémy. Il subsiste quelques vestiges de leur église. Des pierres tombales ont été mises à nu par les travaux de pavage, le 19 avril 1865, celle de frère Loys Gudin , religieux de Saint-Jean-de-Jérusalem, bourgeois de la Rochelle, veuf de Jehanne Grand, Marie Gudine, femme de sire Estienne Chastenier, échevin de la Rochelle, et la tombe du seigneur de Bonnemie en Oleron.


Le livre La Rochelle et ses environs (pages 201 à 204) contient quelques détails inédits sur la topographie du Temple de la Rochelle, d’après le procès-verbal de visite de cet établissement dressé le 23 juillet 1682 par frère Gabriel Dauvet des Maretz, chevalier de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem , grand prieur d’Aquitaine , commandeur de Saint-Etienne de Reneville, accompagné du frère Laurancin, religieux du même Ordre, de Moreau, notaire, et de Didier Poirel, porteur de la procuration du frère François de la Rochefoucauld de Bayers, commandeur de la commanderie du Temple de la Rochelle. Un porche, surmonté d’une niche richement sculptée contenant la statue de saint Jean Baptiste, donnait entrée dans la commanderie. L’église, entièrement ruinée en 1668, avait été relevée en 1670 par les soins du commandeur Alexandre-Bernard de Loménie de Brienne. Un second procès-verbal du 4 septembre 1756 à la requête de frère Louis des Touches, chevalier magistral , atteste l’importance des revenus de cette puissante commanderie, dite de Saint-Jean-du-Perrot.


Les archives départementales de la Charente-Inférieure possèdent les volumineux Terriers de la commanderie magistrale du Temple de la Rochelle (1675) et ceux des commanderies de Bourgneuf et Thairé (1786). On y trouve les noms suivants : Aimeri, Eble, Raoul et Savari de Mauléon. — 1221, G. Brochard. — 1268, Pierre Daulége. —Bérenger. — « P. de Capdolio ». — P. Charpentier.— Arnaud des Moulins. — 1249, P. Dubois. — 1249, Faure. — Michau. — Remet. — 1250, Foulques de Saint-Micheau. — 1270, Jean le Franceis. — Arnaud de Froidefond. — « Gaifferius », etc.


[1Dans une charte d’Eléonor, de l’an 1139, concernant un don fait aux Chevaliers du Temple de la Rochelle , il se trouve une expression remarquable ; ego Helienord regini Francorum & ducissa Aquitanorum nutum fit quod nos pro remédia anime nostre & antacessorum LV nostrorum. Cette charte, dont j’ai une copie de la main dn feu V. Jaillot, ne se trouve plus dans les papiers de M. le Commandeur du Temple. Le P. Jaillot m’a assuré qu’il l’avoit copiée exactement & avec beaucoup d’attention. Je ne saurois me persuader que ce ne soit pas une faute dans le titre ou dans la copie.
En parlant d’Eleonor dans le ier. vol. on a oublié de marquer son origine .... elle descendoit, selon Besly, de Regnaud I. du nom , comte de Poitiers , tué en 843. De Bernard fon fils puiné , ajoute cet auteur, sont descendus de mâle en mâle tous les comtes de Poitiers & ducs de Guienne jusqu’à la reine Eléonor."

[2Ricardus, Dei gratia, rex Anglie, dux Normanie, Aquitanie, comes Andegavive, archiepiscopis, episcopis , abbatibus, comitibus, baronibus, justiciariis, vicariis, ballivis , prepositis & omnibus ministris & fidelibus suis totius terre sue salutem. Sciatis nos concessisse & presenti carta nostra domui hospitalis servientibus & fratribus ejusdem domus apud Rochellam commorantibus donationem illam quam fecit eisdem fratribus Aliénor mater nostra pro anima sua & antecessorum & successorum nostrorum, videlicet locum quendam qui dicitur Peroc qui est inter mare & Rochellam, predictus autem locus pertingit versus orientem usque ad illam partem insule quam dicta A. mater nostra sibi & nobis retinuit : versus occidentem usque ad veterem portum porrigitur, qui divisionem facit inter predictam insulam & terram Poirache ; versus meridiem usque ad mare ; contra aquilonem usque ad bessam qui dicitur bessa regine. Sic inter istas metas predicta insula concluditur. Ita donationem factam a domina matre nostra concedimus & presenti carta libere & absolute consignamus, testibus Waterio Rochem, Johanne Ludunensi archiepisco, Joanne Ebroicensi, Ragusio Barth episcopo, Wallet de Ferrieres , Joanne de Pret, Villemo de Tiliere, Androz de Chauvigneio & pluribus aliis. Datum per manum Joannis de Alene Lexoviensis archidiaconi vicecancellarii nostri apud Lugdunum, supra Rodanum X. die ulii anno - primo — regni — nostri..*

Richard fut couronné roi l’an 1189, le 3 Septembre. II partit l’année suivante pour aller en Orient combattre les Infïdelles. En passant par la ville de Lyon il donna cette charte le 10 Juillet, & par conséquent en 1190. On trouvera à la p. 100 du 1er. volume de cette histoire l’explication de la partie topographique dont il est fait mention dans cette charte.

[3Mss. de Besly, collect. Dupuy, vol 841, fol. 220. Extrait des Titres de Notre- Dame du Temple de la Rochelle

[4Rupellam : La Rochelle chef-lieu d’arrond. (Charente-Inférieure)

[5Castro Julii : Châtelaillon, commune d’Angoulin, arrond. et cant. de La Rochelle (Charente-Inférieure)

[6Tauniaco : Tonnay-Charente, arrond. de Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférrieure)

[7Cette Bulle est tirée des Actes & Traitez d’Angleterre, de la Collection de Ryemer, Tom. I, pag. 218.

[8La Rochelle, en latin (Rupella) est une Ville maritime de France, Capitale du Pays d’Aunis, autrefois du Diocèse de Xaintes , érigée ensuite en Evêché l’an 1648. par le Pape Innocent X, qui y transféra l’ancien Evêché de Maillezais. La Rochelle étoit autrefois du domaine des Anglois, depuis l’an 1152, orsqu’Eléonore, héritière d’Aquitaine, femme répudiée du Roi Louis VII, contracta un nouveau mariage avec Henri, Duc de Normandie, ensuite Roi d’Angleterre.

[9Cet extrait est tiré de la Collection des Actes & Traittez du Roiaume d’Angleterre, par Thomas Ryemer, Tom I, p. 342.

[10Le 12 août 1224, les bourgeois et habitants de la Rochelle prêtèrent serment à Louis VIII. Sur 11,749, classés par seigneurie, 1,572 étaient hommes du Roi ; 144 avaient pour seigneurs les Templiers, 14 les Hospitaliers, et 17 les religieuses de Sainte-Catherine. (Archive Nationales. — Éphémérides historiques de La Rochelle.)

Dans la même rubrique

Templiers et Hospitaliers dans les diocèses de Saintes et d’Angoulême - Inventaire et carte satellite

Templiers et Hospitaliers de Beauvais-sur-Matha (17)

Cressac-Saint-Genis (16) : une bande dessinée en Charente, au XIIe siècle

1150 - Guillaume de Mauzé lègue ses biens aux Templiers de Beauvais-sur-Matha

1220 - 1297 - Chartes concernant les commanderies de Château-Bernard et d’Angles, près de Cognac

1229 - 1242 - Chartes de donation aux établissements hospitaliers

1232 - Transaction entre les templiers de la commanderie des Epaux et Hugues, seigneur de Didonne et de Tonnay

1310 - Procès des Templiers des diocèses de Saintes et d’Angoulême - Les interrogatoires - 1/3

1310 - Procès des Templiers : les 128 questions de leur interrogatoire

1310 - Procès des Templiers des diocèses de Saintes et d’Angoulême - Les interrogatoires - 2/3

1310 - Procès des Templiers des diocèses de Saintes et d’Angoulême - Les interrogatoires - 3/3

1365 - Le Pape Urbain V convoque les 62 principaux commandeurs Hospitaliers d’Europe à Carpentras

1460 - La commanderie hospitalière du Breuil-du-Pas à Saujon (17) contre le seigneur de Rioux

1522 - 1725 - Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, du prieuré d’Aquitaine

1588 - Temple de l’Ordre de St-Jean de Jérusalem à Angoulême : estimation de sa valeur

1784 - Inventaire de la succession de l’abbé Lefranc, ancien religieux de la commanderie de Saint-Antoine lès Aubeterre

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1137-1180 Louis VII le Jeune - 1216-1227 Honorius III (Censio Savelli ?-1227) - 1216-1272 - Henri III Plantagenet - 17 La Rochelle - 12e siècle - 13e siècle - 14e siècle - Abbayes, monastères, églises - Document en latin - Templiers et hospitaliers -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1908 - 1909 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 7 Tome IX

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1900 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1694 et 1726 - Adjudication et bail de ferme des étangs de la seigneurie de Saint-Maigrin (17)

5.  1460 - Guet et garde à La Rochelle : la banlieue est mise à contribution


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux