Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Cartulaires, chartriers et pouillés -> Cartulaire de l’abbaye de Fontevraud : La Rochelle et (...) -> 1225 – 1250 - Chartes rochelaises en langue vulgaire (français) du (...)

1225 – 1250 - Chartes rochelaises en langue vulgaire (français) du cartulaire de Fontevraud

D 5 août 2009     H 23:38     A Pierre     C 0 messages A 826 LECTURES


Sceau de ville de La Rochelle - année 1225
Ce sceau est conservé aux Archives du Maine-et -Loire

Les 11 chartes présentées ici sont des documents exceptionnels, car peu d’actes en langue dite vulgaire, c’est à dire en français, nous sont parvenus du 13ème siècle. Ce qui nous vaut ce bonheur : ces actes sont passés entre des bourgeois de la Rochelle, le latin étant alors employé pour les actes seigneuriaux ou ecclésiastiques. Une langue française à découvrir.

Source : Bibliothèque de l’Ecole des Chartes - Paris - 1858 - Books Google

Page en cours de rédaction

Il n’y en a pas moins de cinquante-six, la première du mois de février 1225, nouveau style, et la dernière de janvier 1299. Les analyser toutes [1] entraînerait trop loin ; il suffira de faire connaître les onze pièces [2] appartenant à la première moitié du treizième siècle, parce que les documents de cette époque rédigés en français sont extrêmement rares, et parce que les nôtres se rapportent à des contrats passés entre des bourgeois [3], documents aussi rares pour le moins, et qui prouvent par leur forme, par leur écriture comme par leur style [4], à quel point de civilisation et de prospérité était déjà parvenue la commune de la Rochelle, en la cour de laquelle ces chartes ont été rédigées et délivrées. Leur texte est publié d’après les magnifiques originaux qui témoignent de l’habileté des clercs de la Rochelle dans l’art de la calligraphie. Nous ne doutons pas qu’elles n’attirent l’attention des philologues, comme monuments de la langue officielle dans une ville où dominaient la bourgeoisie et le commerce, et qui avait été créée et peuplée, presque spontanément, par des mariniers, des marchands et des artisans accourus de tous les points de la France. Dans la formation de cette langue rochelaise, l’idiome du Nord paraît l’emporter de beaucoup sur celui du Midi ; mais, si la part de ce dernier, semble moins grande pour le fonds, elle se manifeste par l’influence la plus heureuse sur les formes grammaticales : il nous la fait paraître fille plus légitime de la basse latinité, et il nous l’a rendue claire, correcte, élégante même.

Voici l’analyse détaillée, puis le texte complet des onze chartes qui sont antérieures à l’année 1251.

I - Février 1225 [5] . Acensement, ou bail à cens

, par Pierre Mal Airaut, bourgeois de La Rochelle, et par sa femme Jeanne, à Barthélémy le Gantier, d’une maison sise dans ladite ville, avec le terrain sur lequel elle est construite et le jardin qui en dépend, pour la somme annuelle de 26 sous 6 deniers, dont 8 deniers payables au roi, 20 sous à Pierre Durand, charpentier, et 6 sous audit Pierre Mal Airaut. Il y a, en outre, un droit d’entrée, ou pot-de-vin, de 15 sous tournois.

Sachent tuit cil qui ceste présente chartre voiront e oiront que ge Peres Mal Airaut, charpenters, borgeis de la Rochelle, ob l’otrei e ob la volunté de Johane, ma feme, ai baillé e otreié à Berthoume le Ganter une maison que ge aveie en la Rochelle, en la rue en quei est li celers au prior de Parigné, e la place sus quei la maisons siet, e l’ort qui est par darrere. La quaus maisons se tient d’une part a la place dame Alais, feme fahu Pere Joffrei, e d’autre part a la maison Pere Manant, a tenir e a aveir durablement au desus dit Berthoume le Ganter e a ses heirs e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement, a vie e a mort, por xxvi. sols e viij. deners de cens de tau moneie com l’on prendra censaument par la vile de la Rochelle. Des quaus xxvi. sols e viij. deners, li viij deners sunt a rendre chascun an a nostre segnor le Rei a la saint Micheau ; e xx. sols a Pere Durant, charpenter, ou a son comandement par iiij. termes, c’est assaveir : v. sols a Pasques, v. sols a la feste saint Johan Baptiste, v. sols a la saint Micheau, e v. sols a Naau ; e vi. sols a mei ou a mon comandement par ij. termes, c’est assaveir a Pasques iij. sols e a la saint Micheau trois sols ; e por xv. sols de Torneis d’entrée que li diz Berthoumes li Ganters m’en dona. Les quaus deners ge ogui e recegui, e m’en tiengui e tienc a bien paiez. E ob icest cens rendant chascun an, eissi com desus est dit, ge e les meies chouses somes tenu a garir la maison e la place desus dites, ob l’ort qui est par darrere, au desus dit Berthoume le Ganter e a ses heirs e a lor comandement contre totes genz, aus us e aus costumes de la Rochelle. E por ce que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, a la requeste de l’une partie e de l’autre, sires Peres Fouchers, qui adonques esteit maires de la Rochelle, saela e conferma iceste presente chartre dau seau de la commune de la Rochelle, en testimoine de vérité. Ice fu fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. e CC. e xxiiij., on meis de fevrer, veianz e oianz : P. Borser, Johan Borser, Ferrant le Borser, Peronin de Saintes, don Beraut le Cordoaner, e plusors autres [6]. obtrei : octroi, autorisation
otreié : octroyé, vendu
celers : cellier
ort : jardin
fahu : feu (décédé)
heirs : héritiers
Naau : Noël
saela : scella

II - Juin 1225. Vente par les mêmes époux

à Arnaut Davy, charpentier, de leur susdit cens de 6 s., à raison de 65 s.

Ge Peres Mal Airaut e ge Johane, sa femme, faisom asaveir a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que nos avom vendu e otreié a Arnaut Davy, charpenter, vi. sols que nos aviom de cens sus la maison e sus la place que nos baillasmes a cens a Berthoume le Ganter ; la quaus maisons est près de Sainte Katerine, davant le celer au prior de Parigné, e se tient d’une part a la place Alais, femme fahu Pere Joffrei, e d’autre part a la maison Pere Mananz ; a tenir e a aveir durablement au desus dit Arnaut Davy e a ses heirs e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement, a vie e a mort, por lXV. sols de Torneis que li diz Arnauz Davy nos en dona ; les quaus deners nos oguismes e receguismes, e nos en tenismes e tenom por bien paiez. E est asaveir que icist vi. sols de cens sunt a paier chascun an au desus dit Arnaut Davy e a ses heirs ou a lor comandement, par ij. termes, cest asaveir iij. sols a la feste saint Micheau e iij. sols a Pasques. E est assaveir que nos e les noz chouses somes tenu a garir au davant dit Arnaut Davy e a ses heirs e a lor comandement les vi. sols de cens davant nomez contre totes genz. E est veritez que ge Johanne desus nomée, femme au desus dit Pere Mal Airaut, de mon plain gré e de ma propre volunté, ai juré sus les sainz Euvangiles Nostre Segnor que ge jamais encontre iceste vende ne encontre la tenor d’iceste chartre ne vendrai, ne par mei ne par autre, ne demande ne requeste n’i ferai, ne por oscle ne por mariage ne por autre chouse ; e ai renoncié en icest fait a tote force e a tote ajue e a tot privilege de leis e de decrez e a tote costume. E por ce que iceste chouse seit plus ferme e plus estable, a la requeste de l’une partie e de l’autre, sire Willames de Mausé, qui adonques esteit maires de la Rochelle, saela e conforma iceste presente chartre dau seau de la commune de la Rochelle, en testimoine de verité. Ice fu fait l’an de l’Incarnation nostre segnor Jhesu Crist M. e CC. e xxv., on meis de juingi [7]. Guillaume de Mauzé, maire de la Rochelle

III. - Janvier 1230. Vente par Seguin

, fils de feu Seguin du Far, et par sa femme lionne, à Girard de la Chambre, bourgeois de la Rochelle, du cens annuel de 110 s., qui leur est dû sur une maison sise rue du Temple, pour le prix de 70 livres. Dans le cas où la maison ne pourrait solder le susdit cens, les vendeurs assignent divers revenus pour les compléter.

Ge Seguyns, filz fahu Seguyn dau Far, fois assaveir a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge, ob l’otrei e ob la volunté de Bone, ma femme, ai vendu e otreié a Girart de la Chambre [8], borgeis de la Rochele, c. e x. sols de cens, que ge aveie de part le dit fahu Seguyn mon pere, sus la maisun qui fu fahu Roger Brise e sus la place sus quei la maisuns siet ; la quaus maisuns est en la rue dau Temple, entre la maisun dame Aupays, ma mère, e Nicholas Seguyn, mon frère, d’une part, e la maisun qui fu fahu Willame de la More [9], d’autre ; a tenir e a aveir durablement au davant dit Girart de la Chambre e a ses heirs e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement a vie e a mort, por lXX. livres de Torneis que li diz Girart de la Chambre m’en dona ; les quaus deneis ge ogui e recegui, e m’en tengui e tieng por bien paiez. C’est assaveir que li c. e x. sols desus nome sunt a rendre chascun an au davant dit Girart de la Chambre e a ses heirs ou a lor comandement, par iiij termes, de la moneie qui sera prise censaus par la vile de la Rochele, c’est assaveir : xxvij. sols e vi. deners a Pasques, xxvij. sols e vi deners a la feste saint Johan Baptiste, xxvij. sols e vi. deners a la feste saint Michau, et xxvij. sols e vi. deners a Noel. C’est assaveir que ge Seguyns desus nomez e totes les meies chouses, e nomeement iij. quarters de vigne [10], que ge aveie a la Crapaudere, en un tenant, entre les vignes Hugue le Taillander e les vignes de Mont Morillon, somes tenu a garir au davant dit Girart de la Chambre e a ses heirs e a lor comandement les c. e x. sols de cens desus nommez contre totes genz : en tau manere que si, dedenz icestes iij. premeres années, ge ou miz comandemenz achations lX. sols de cens dedenz la vile de la Rochele, en un leuc autresi bien assis com sunt les c. e x. sols desus nomez, li diz Girarz de la Chambre ou sis comandemenz les i deit prendre, en enforcement dau davant dit cens, e s’i tornereient, si tant esteit chouse que il ne peussent aveir les davant diz c. e x. sols sus la davant dite maisun. E quant ge ou mis comandemenz lor aurom achaté e assigné les lX. sols de cens, si com desus est dit, adonques les davant dites vignes seront quites delivres de la davant dite teneure. E si par aventure aveneit que, dedenz icestes iij. premeres années, ge ou mis comandemenz ne lor oguissom achaté e assigné les lx. sols de cens, si com desus est devisé, ge e les meies chouses, e nomeement les davant dites vignes, lor somes tenu a garir e a defendre le davant dit cens durablement contre totes genz. E est ancore assaveir que ge Seguyns desus nomez e ge Bone, sa femme, avom juré sus le saint Evangile Nostre Seignor, de nostre plain gré e de nostre propre volunté, que jamais encontre iceste vente ne contre les diz ne la tenor de ceste chartre ne vendrom, ne autres par nos, ne por oscle ne por mariage ne por autre chouse ; e avom renuncié en icest nostre fait a tote force e a tote ajue de leis e de decrez, e a tot privilege e a totes costumes e a totes noveles institutions. E por ceu que iceste chouse seit plus ferme et plus estable, a la requeste de l’une partie e de l’autre, sire Johans de Jart, qui adonques esteit maires de la Rochele, saela e conferma ceste presente chartre dau seau de la comune de la Rochele, en maire garantie de verité. Ce fu fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. CC. e xxix., on mois de janver [11].

IV. - Juin 1231. Acensement par Pierre de Bordeaux et par Jean de Jart

, exécuteurs du testament de défunt Philippe du Puy, frère de Pierre, à Guérin Odin, bourgeois de la Rochelle, et à sa femme Jeanne, à raison de 30 s., d’un terrain situé en ladite ville et commun entre Pierre et sa nièce Pérouelle. Ce terrain est séparé de celui de Jean Février par un mur mitoyen, sur lequel Odin pourra établir un égout, et même élever des constructions.

Ge Peres de Bordeas, filz fahu Willame dau Peis, e ge Johanz de Jart, aumosners fahu Phelipe dau Peis, frere a mei Pere de Bordeas, faisom assaveir a toz ceans qui ceste présente chartre veiront e oiront que nos, par le conseil de prodes homes e par le profet a Perenelle, fille fahu Phelipe dau Peis davant nome, que nos i conoissiom, avom baillé e otreé a Garin Odin, borgeis de la Rochele, e a Johanne sa femme, la place que ge Peres de Bordeas e la dite Perenele, ma nièce, aviom en la Rochele, par detreis la place au dit Garin Odin, que fahue Perenele dau Peis, mere a mei Pere de Bordeas, laissa a celui Garin. E duret de lé eissi cum la place au dit Garin tent, e de lonc dès icele place deci qu’a la place Johan Fevrer ; e li panz qui est par darrere est communaus a icele place e a la dite place Johan Fevrer, e icil mesmes panz deit porter l’aigue de la dite place que nos avom baillé a Garin e a sa femme davant nomez deci qu’a la rue de la Blaeterie, si tant esteit chouse que li diz Garin e Johanne sa femme, ou quicumques icele place tendra, veogent faire corre lor aigue vers cele part, e aucer ceu que il harbergeront en cele place a engau dau davant dit pan comunau. Esi il ou font, il devent metre a la chenau qui la dite aigue portera, a la raison de cele place, autant cum li diz Johans Fevrers i metra de tant cum cele place duret. A tenir e a aveir durablement la dite place tot eissi cum dessus devisé a Garin Odin e a Johanne sa femme davant diz, e a lor herz e a lor comandement, a faire delivrement tote lor volunté, a vie e a mort, par xxx. sols de cens rendanz chascun an, de la moneie qui sera prise censaus par la vile de la Rochele, a mei Peres de Bordeas e a la dite Perenele ma niece e a noz herz ou a nostre comandement, par ij. termes, c’est assaveir : xv. sols a la seint Johan Baptiste e xv. sols a Noel. Et ob icest cens rendant si cum dessus est dit, ge Peres de Bordeas e totes les meies chouses, quauque part qu’eles seient, e ge Johanz de Jart, corne aumosners, somes tenu a garir au davant dit Garin Odin e a Johanne sa femme, e a lor herz e a lor comandement, la dite place ob le pan e ob le degot dessus diz contre tote gent, aus us e au costumes de la Rochele. E por ceu que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, sire Peres de Roflac, qui adonc esteit maires de la Rochele, saela e conferma, a la requeste de l’une partie e de l’autre, ceste presente chartre dau saea de la comune de la Rochele, en maire garentie de verité. Ceu fut fait l’an de l’incarnation jhesu Crist M. e CC. e xxxi., on meis de Jugn [12].

V. - Janvier 1232. Cession par les susdits Seguin du Far et Bonne sa femme

, à Girard de la Chambre, par suite de l’incendie de la maison désignée plus haut, de l’emplacement de cette maison et de trois quartiers de vigne à la Crapaudière, moyennant une soulte de 15 livres tournois. La charte dit que la devant dite maisons fust arse de l’arson dau fuec qui fut en La Rochele, en la feste seinte Marie-Magdalene (22 juillet) qui fut l’an de l’Incarnation Ihesu Crist MCCXXX.

Ge Seguins dau Far, filz fahu Seguin dau Far, borgeis de la Rochele, fois assaver a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que, cum ge ousse vendu a sire Girart de la Chambre, borgeis de la Rochele c. e x. sols de cens sus une maison e sus la place ou ele seet ; qui est en la rue dau Temple, e se tent d’une part a la maison Willame de la Mote, qui fut fahu Seguin dau Far mun pere, e d’autre part a la maison Richart Bataille ; e por iceaus cent e x. sols de cens li oguisse en convenent a assire lX. sols de cens d’enforcement dedenz la vile de la Rochele, en luec soceant ; e por iceaus lX. sols de cens d’enforcement assire li oguisse baillé en tenences iij quarters de vignes que ge aveie a la Grapaudere, preis de la maison de Monmorllon, entre la vigne Johan Aventure e la vigne Hugues le Taillander ; en après, cum la davant dite maisons fust arse de l’arson dau fuec qui fut en la Rochele, en la feste seinte Marie Magdalene, qui fut l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. CC. e xxx, e la place de cele maison fust eissi remese gaste que li diz Girarz de la Chambre n’en poguist aveir les davant diz c. e x. sols de cens, si cum il deveit ; e ge de l’autre part ne li poguisse achater ne assire les diz lx. sols de cens d’enforcement, si cum ge li aveie en convenent : ge, par lo conseil de mes amis, ob l’otrei et ob la volunté de dame Bone, ma femme, quittai e otreai au davant dit Girart de la Chambre e a ses hers e a lor comandement durablement, a faire delivrement tote lor volunté, la dite place sus la quau ge aveie vendu les c. e x. sols de cens, si cum dessus est dit ; o vendi e otreai a icelui Girart de la Chambre les davant diz iij. quarters de vignes a tenir e a aveir durablement a lui e a ses hers e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement, a vie e a mort, par les lx. sols d’enforcement de cens dont li dit iij. quarter de vignes esteient tenu, que li diz Girarz de la Chambre m’en quitta, e por xv. livres de Torneis que il m’en dona. Les quaus deners ge ogui e recegui e m’en tengui e tenc por bien paiez. E est assaveir que ge Seguins e ge Bone sa femme, dessus nomée, e totes les noz chouses, quauque part que eles seient, somes tenu a garir contre tote gent au dit Girart de la Chambre, e a ses hers e a lor comandement, la dite place e les dites vignes quittes e delivres ob la quinte soume de vendenge rendent a complant [13] e gardes e recez. E ge Bone ai juré sus lo seint Evangire, de mun plain gré e de ma propre volunté, a tenir e a garder ceste vende e toz les convenenz dessus diz ferms e estables durablement ; e que jamais encontre les diz e la tenor de ceste chartre ne vendrai, ne autres par mei, por oscle ne por mariage ne por autre chouse ; e ai renuncié en icest fait a tote force e a tote ajue de leis e de decrez e a totes noveles institucions e a toz privileges e a totes costumes. E por ceu que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, sire Pere de Rofflac, qui adonques esteit maires de la Rochele, saela e conforma, à la requeste de l’une partie e de l’autre, ceste presente chartre dau saea de la comune de la Rochele, en maire garentie de vérité. Ceu fut fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. e CC. e xxxi., on meis de gerver [14].

VI - Mai 1234. Acensement par le susdit Girard et par sa femme Jeanne à Renaud de Saint-Davy, clerc, d’une maison et de ses dépendances, rue du Temple , à raison de 13 livres, dont 10 à prendre sur ladite maison et les 3 autres sur celle que Renaud possédait rue de la Broterie.

Ge Girarz de la Chanbre, borgeis de la Rochele, fois assaveir a toz ceaus qui ceste presente chartre voiront e oiront que ge, ob l’otrei e ob la volunté de Johane, ma femme, ai baillé e otreié a Renaut de Saint Davy, clerc, une maisun e la place sus quel ele siet, que ge aveie en la Rochele, en la rue dau Temple ; la quaus maisuns se tient d’une part a la maison Johan de la Mote, e d’autre part a la maisun Johane, femme Richart Bataille, e durent la maisuns e la place de la rue qui est par davant jusqu’au mur de la vile qui est par detreis ; a tenir e a aveir durablement au davant dit Renaul le Clerc e a ses heirs e a lor comandement a faire tote lor volunté delivrement, a vie e a mort, por xiij. livres de cens que li diz Renaut le Clerc e si heir ou lor comandement en devent rendre chascun an, a mei e a mes heirs ou a nostre comandement, par iiij. termes, de la moneie qui sera prise censaus par la vile de la Rochele, c’est assaveir : LXV. sols a la feste saint Michea ; LXV. sols a Noël ; LXV. sols a Pasques e LXV. sols a la feste saint Johan Baptiste. E est assaveir que ob icestes xiij. livres de cens rendant chascun an a mei ou a mes heirs ou a nostre comandement, si cum desus est dit, ge Girarz de la Chanbre, desus nommez, e les meies chouses sommes tenu a garir au davant dit Renaut le Clerc e a ses heirs e a lor commandement la davant dite maisun e la place sus quei ele siet contre totes genz, franche e quipte e delivre dau cens le Rei e de toz autres cens e de totes chouses, aus us e ans costumes de la Rochele. Veritez est que des davant dites xiij. livres de cens li diz Renaut li Clerz m’a assis les LX. sols sus la maisun e sus la place e sus le verger que il a baillé a cens a Alixandre Toloupe qui sunt en rue de la Broterie, entre le forn qui est apelez le Forn Aupaiz, d’une part, e la maisun Aymeri Bon i monta, d’autre. Les quaus LX. sols ge e mi heir, ou nostre commandement, devom prendre e aveir chascun an par les iiij. quarterons de l’an, c’est assaveir XV. sols a chascun quarteron ; e les autres X. livres devom prendre e aveir sus la davant dite maisun par les iiij termes desus nommez. E si tant esteit chouse que nos ne peussom aveir les davant diz LX. sols de cens sus la maisun e sus le verger e sus la place qui sunt en la Broterie, nos nos en retorneriom a la maisun qui est en la rue dau Temple. E ge Johane, femme au dit Girart de la Chanbre, fois assaveir que ge ai plevi é otreié leaument par la fei de mon cors, de mon plain gré e de ma propre volunté, que jamais encontre icest ascensement ne vendrai, ne autres par mei, ne por oscle ne por mariage ne por autre chouse. E por ceu que iceste chouse seit plus ferme e plus estable, sire Peres Greller, qui adonques esteit maires de la Rochele, saela e conferma, a la requesle de l’une partie e de l’autre, ceste presente chartre dau sael de la commune de la Rochele. Ceu fu fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. CC. e xxxiiij., on meis de mai [15],

VII.— Mai 1235. Acensement par les mêmes époux à Girard de l’Aiguillon, d’une maison sise près du Minage, pour la somme de 100 s., payables aux bailleurs, plus 6 s. à l’église du Lignon, 6 à celle de N. D. de Cougnes, 5 à l’abbaye de la Grâce-Dieu, 6 s. 6 deniers à Bonne la Métayère, plus le cens du roi.

Ge Girart de la Chambre, borgeis de la Rochele, fois assaver a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge, ob l’otrei e ob la volunté de Johane, ma femme, ai baillé e otreé a Girart de l’Aguillun une maisun e la place sus quei ele siet, e la place voide qui est par detrès, que ge avée en la Rochele, près dau minage, entre la maisun qui fut fahu Estene le Coifer, d’une part, e la maisun Willame l’Angleis, d’autre, a tenir e a aver durablement au davant dit Girart de l’Aguillun, e a ses herz e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement, a vie e a mort, por vi. livres e ij. sols e vj. deners de cens rendant chascun an, de la monée qui sera prise censaus par la vile de la Rochele, cest assaver c. sols a mei e a mes herz ou a nostre commandement, par quatre termes : xxv. sols a la feste saint Johan Baptiste, xxv. sols a la saint Micheau, xxv. sols a Noël, xxv. sols a Pasques ; e vi. sols a l’iglise dau Leignon, e vi sols e vi. deners a Bone la Meiteiere, e v. sols a l’iglise nostre dame sainte Marie de Coignes, e v. sols a l’abaie de la Graice Deu [16], e le cens le Rei se il i est. C’est assaver que ob icest cens rendant chascun an, si cum desus est dit, ge Girarz de la Chambre, desus nommez, e les mées chouses sommes tenu a garir au davant dit Girart de l’Aguillun, e a ses herz e a lor comandement, la davant dite maisun e la place sus quei ele siet e la place voide qui est par detrès, contre totes genz, aus us e aus costumes de la Rochele. E si tant esteit chouse que la dite maisuns tornast a vençun, ge Girarz de la Chambre e mi heir l’auriom por tant cum autres i vosdreit doner leaument. E por ceu que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, sire Pères des Brandes, qui adonques esteit maires de la Rochele, saela e conferma, a la requeste de l’une partie e de l’autre, ceste présente chartre dau saeau de la commune de la Rochele, en maire garantie de vérité. Ceu fut fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. CC. e XXXV., on meis de may [17].

VIII - Février 1243. Vente par Pierre Grégoire, bourgeois de la Rochelle, à Jean de Mauzé, aussi bourgeois, à raison de 15 liv., d’un cens de 30 s. sur un terrain situé au Perroc.

Ge Père Grigoire, borgeis de la Rochele, fois assaver a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge ai vendu e otreié e livré a Johan de Mausé, borgeis de la Rochcle, XXX. sols de cens, de la moneie qui sera prise censaus par la vile de la Rochele, sus ma place que ge ai on Parroc ; e se tient d’une part a la place Thomas de Faugeres, e d’autre part a la place que li enfant Johan lo Vilain soleient tenir ; a tenir e a avoir e a espleiter durablement les XXX. sols de cens dessus nomez au dessus dit Johan de Mausé, e a ses heirs e a lor comandement, a faire tote lor volunté delivrement, a vie et a mort, sanz contredit, por XV. livres de Torneis que li diz Johan de Mausé m’en dona e paia enterinement ; e ge les ogui e recegui e m’en tengui e tienc por bien paiez. E sunt a rendre les XXX. sols de cens dessus nomez chascun an au davant dit Johan de Mausé, e a ses heirs e a lor comandement par iiij. termes, c’est assaveir : vij. sols e dime aPas- ques, vij. sols e dime a la saint Johan, vij. sols e dime a la saint Michea, e vij. sols e dime a Naau. E ge Pere Grigoire, dessus nomez, e totes les meies choses somes tenu a garir e a deffendre au davant dit Johan de Mausé, e a ses heirs e a lor comandement, les XXX. sols de cens dessus nomez contre totes gens, quites e délivres de tote force e de toz empaitremenz, aus us e aus costumes de la Rochele, rendant chascun an si com dessus est dit e devisé. E ai renuncié en icest fait a tote force e a tote ajue de leis e de canon, e a toz privilèges e a totes costumes e a totes noveles institucions, e a tote excepcion de non nonbrée peccune e de menor prez, e a totes choses qui me porreient ajuer a venir encontre icest fait, seit de cort laie ou de cort d’iglese. E por ceu que ceste chose seit plus ferme e plus estable durablement, sire Nicholes de Glocestre, adonques maires de la Rochele, saiela e conferma, a ma requeste, ceste presente chartre dau saiau de la comune de la Rochele, en maire garentie de vérité. Ceu fut fait l’an de l’incarnacion Jhesu Crist M.CC.xlij., on meis de fevrer [18].

IX.- Juillet 1245. Acensement par Jeanne de la Chambre, avec le consentement de son mari Gautier de Reisse, à Renaud de Blois, bourgeois de la Rochelle, et à sa femme Armengarde

, d’une maison sise rue du Minage, à raison de 110 sous, dont 4 l. 9 s. 6 d., payables à Jeanne et à ses hoirs ; 6 s. 6 d., au prieur du Lignon ; autant à la veuve de Hélie Macaire ; 5 s. à Notre- Dame de Cougnes, et 3 s. 6 d., à l’abbaye de la Grâce-Dieu ; à la charge aussi, pour les preneurs, d’y dépenser, pendant les quatre premières années de leur jouissance, en réparations et améliorations, la somme de 20 livres tournois.

Ge Johane, fille fahu Girart de la Chambre, femme Gauter de Reisse borgeis de la Rochele, fois assaver a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge, oh l’otrei e ob la volunté dau davant dit Gauler, mon seignor, ai baillé e otreié a Renaut de BIeis, borgeis de la Rochele, e a Armenjart, sa femme, une maison e la place sus quel ele siet, que ge aveie en la rue dau Minage ; la quaus maisons se tient d’une part a la maison Renaut de Gyens, e d’autre part a la maison Joahn l’Angleis ; a tenir e a aveir durablement au davant dit Renaut e a la dite Armenjart, sa femme, e a lor heirs e a lor comandement a faire tote lor volonté delivrement, a vie e a mort, por cent e X. sols de cens rendant chascun an, de la moneie qui sera prise censaus, par la vile de la Rochele, c’est assaveir : iiij. livres e ix. sols e vi. deners a mei Johane e a rnes heirs ou a nostre comandement, par quatre termes, c’est assaveir xxij. sols e iiij. deners e maaille a Noël, xxij. sols iiij. deners e maaille a Pasques, xxij. sols iiij. deners e maaille a la feste saint Johan Baptiste, e xxij. sols iiij deners e maaille a la feste saint Micheau ; e vi. sols e vi deners au prior dau Leignon ou a son comandement ; e vi. sols et vi. deners a la femme fahu Helye Maquaire ou a son comandement ; e v. sols a l’iglise de Coignes ; e ij sols e vi. deners a l’abaie de la Grâce Deu. E est assaveir que ob le davant dit cens rendant chascun an, si cum dessus est dit e devisé, ge Johane dessus dite e les meies chouses somes tenu a garir au davant dit Renaut e la dite Armenjart, sa femme, e a lor heirs e a lor comandement, la davant dite maison e la place sus quei ele siet, contre totes genz, aus us e aus costumes de la Rochele. E fois encore assaveir ge Johane dessus dite que ge ai fiancé e plevi leaument, par la fei de mon cors, de mon plain gré e de ma propre volunté, que ge jamais contre icest ascensement ne contre les diz ne contre la tenor de ceste chartre ne vendrai, ne autres par mei, ne por oscle ne por mariage ne por autre chouse. E ge Renauz dessus nommez e ge Armenjart, sa femme, faisum assaveir que nos e les noz choses somes tenu de metre, dedenz cestes premieres iiij. années, xx. livres de Torneis, en amandement de la dite maison e dau davant dit censif : c’est assaveir chascun an c. sols, a segue e a conoissance de la dite Johane ou de son comandement. E faisum ancore assaveir que nos sus la dite maison ne poom crestre cens par negune manere, ne autres por nos. E por ceu que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, sire Arnaut de Feissac, adonques maires de la Rochele, saiela e conferma, a la requeste daus parties, ceste presente chartre dau saiau de la comune de la Rochele, en maire garentie de vérité. Ceu fust fait l’an de l’incarnacion Jhesu Crist M.CC. e XLV., on meis de juil [19].

X - Mars 1250 [20] - Assignation par Guillaume de la Chambre par son frère Girard bourgeois de la Rochelle, et par leur sœur Marguerite

, de concert avec Nicolas de Glocester, aussi bourgeois, dernier survivant des exécuteurs du testament de leur père Girard, des 20 livres de rente léguées par celui-ci aux religieuses de Saint Bibien d’Argenson sur la dot de ses deux filles Jeanne et Alix, dans le cas où elles mourraient sans enfants. Cette condition s’étant réalisée, le legs fut délivré aux religieuses de la manière suivante : 4 livres sur les vignes de la Jaudun, 6 livres sur deux maisons rue du Minage et 10 livres sur une autre maison rue du Temple.

Ge Willame de la Chambre e ge Girart, sis frères, borgeis de la Rochele, fil fahu Girart de la Chambre, e ge Marguerite, lor seror, faisum assaveir a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que, cum li diz Girart, nostre peres, en son derrer testament, oguist dit e commandé que, se tant esteit chouse que Dex feist son commandement de Johane e de Aleaiz ses filles, noz serors, sanz heir qui d’eles fust eissuz qui après lor mort remainsist vivant, que, dau mariage que il aveit doné e assis a chascune, fussent prises dis livres de rente, e assises en leucs certains et soceables, a doner e a departir chascun an aus nonains de Saint Bibien d’Argençon de l’ordre de Font Ebraud, par la main de ses aumosners ou de ceaus que il aureient establi en lor leuc ; e que li dener de la dite rente lor fussent porté chascun an a lor maisum de Saint Bibien, e baillé e livré en lor mains egaument, autretant a l’une cum a l’autre, por faire lor plaisir e lor volunté ; e Dex oguist fait son commandement de la dite Johane e de la dite Aleaiz, noz serors, sanz heir qui d’eles fust eissuz qui vesquist, e oguist fait autresi son commandement de toz les aumosners dau dit Girart, nostre pere fors, que Nicholas de Gloecestre, borgeis de la Rochele, e de mei Willame de la Chambre e de mei Girart, les quaus il aveit fait e establi ses aumosners e executors de son testament ensembleement ob le dit Nicholas e ob les autres de qui Dex aveit fait son commandement ; nos, por ceu que nos voliom que li devis e li testamenz dau dit Girart, nostre pere, fust tenuz e gardez fermement, si cum il aveit dit e commandé, e que il ne peust deperir ne estre mis en oubli, avom assis e establi dis livres de cens (dau mariage [21]) a la dite Johane, a doner e a departir chascun an aus davant dites nonains de Saint Bibien, si cum desus est dit, en tau manere c’est assaveir iiij. livres sus les vignes de la Jaudum, qui furent fahu Joffrei d’Uisseau ; e cent sols sus une maisum qui est en la rue dau Minage, que tient Nicholas de Sauzei, près des escrenes de Saint Gile ; e vint sols sus la maisum que tient Willame de Loudun, le Mareschal qui est en la rue dau Minage joste la maisum que soleit tenir Willame Grenu. E autres dis livres lor avom assis, dau mariage que li diz Girart, nostre pere, dona a la dite Aelaiz, en la rue dau Temple, sus la maisum que tient Helyes Brunater, joste la maisum Johan de la Mote. Les quaus davant dites vint livres deivent estre donées e departies chascun an aus davant dites nonains, par la main des aumosners au dit Girart ,nostre père, ou par la main de ceaus qui sereient establi en lor leuc, si cum desus est dit. E en garantie de ceste chouse, sire Girart Vender, qui adonques esteit maires de la Rochele, saiela e conferma, a la requeste de mei Willame e de mei Girart e de mei Marguerite, ceste présente chartre dau saiau de la commune de la Rochele. Ceu fut fait l’an de l’incarnacion Jhesu Crist M. cc. e quarante e noef, on mels de marz. [22]

XI. — Décembre 1250. Acensement par Guillemette, avec le consentement de son mari Benoit de Cahors, bourgeois de la Rochelle

, à Etienne de Cahors, aussi bourgeois, de deux quartiers de vignes, situés près de la vieille Aumônerie, à raison de 4 livres. Le preneur pourra se libérer envers les bailleurs, soit par l’assignation d’un revenu égal dans un lieu convenable, soit par le payement de 40 livres en monnaie poitevine.

Ge Willama, femme Beneeit de Kaorz, borgeis de la Rochele, fois assaver a toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge, ob l’otrei e ob la volunte dau davant dit Beneeit de Kaorz, mon seignor, ai baillé e otreié a cens a Estene de Limoges, borgeis de la Rochele, une piece de vigne mancesche, en quei a ij. quarters, que ge aveie on feu sire Willame de Paye, près de la Veille Aumosnerie de la Rochele ; la quau pièce de vigne se tient d’une part a la vigne de la dite aumosnerie de la Rochele, e d’autre part a la vigne au dit Willame de Faye. De la quau davant dite piece de vigne je me suis desvestue e dessazie, e en ai vestu e sazi lo davant dit Estene de Limoges e mis en planere e corporau possession a tenir e a aver e a espleiter durablement, a lui e a ses heirs e a lor comandement, a faire tote lor volunte delivrement, a vie e a mort, por quatre livres de cens de la moneie censau par la vile de la Rochele rendant chascun an a mei e a mes heirs ou a nostre comandement, par quatre termes, c’est assaver : xx. sols a Pasques, xx. sols a la saint Johan Baptiste, xx. sols a la saint Micheau, e xx sols a Naau. E est assaver que covenanz est que, si li diz Estenes de Limoges ou si heir ou lor comandement voleient assaer a mei Willama, ou a mes heirs ou a nostre comandement, quatre livres de cens en la Rochele, en luecs soceables a dit de prodes homes, en eschange daus autres davant dites quatre livres de cens, nos les devom prendre e receveir a toz termes que il les nos voudraient assaer, si cum dessus est dit ; ou si il nos voleient bailler XL. livres de Peitevins en eschange daus davant dites quatre livres de cens, nos les devom prendre e receveir greantablement, a toz termes que il les nos voudreient bailler. E quant il nos aureient assis les dites quatre livres de cens, si cum dessus est dit, ou baillé les XL. livres de Peitevins, a lor chois, la davant dite piece de vigne remaindreit d’ilesques en avant au dit Estene de Limoges e aus sons durablement, quipte e delivre dans davant dites quatre livres de cens e de totes autres choses de part mei Willama e de par les miens ; e en donriom adonques au dit Estene de Limoges e aus sons chartre de quiptance bone e soceable, saielée de saiau autentique. E est assaver que ge Willama dessus nomée e totes les mées choses somes tenu a garir e a deffendre au advant dit Estene de Limoges, e a ses hers e a lor comandement, la davant dit pièce de vigne contre totes genz, franche e quipte e delivre de toz devers e de toz empaistremenz, aus us e aus costumes dau pais, ob lo dreit complant rendant, c’est assaver la quinte some e gardes e recepz. E ge Beneeit de Kaorz dessus nomez fois assaver que la dite Willama, ma femme, a fait lo dit ascensement e toz les davant diz covenanz par ma volunté e par mon assentement, e ge m’en tengui e tienc por bien paiez. E avom renuntié en icest ascensement, e en icez davant diz convenanz, ge Beneeit de Kaorz dessus nomez e ge Willama, sa femme, a tote force e a tote ajue de leis e de canon, e a toz privileges e a totes costumes e a totes noveles institutions, e a tote exception de fait e de dreit, e a totes choses enterinement qui nos porreient ajuer a venir contre les diz ne contre la ténor de ceste chartre, fust en cort d’iglise ou en cort laie. Ensorquetot ge Willama dessus nomée ai plevi e fiancé par la fei de mon cors, de mon plain gré e de ma propre volunté, que ge jamais encontre ne vendrai, ne autres par mei, en negune manere. E por ceu que ceste chose seit plus ferme e plus estable durablement, sire Willames de Faye, adonques maires de la Rochele, saiela e conforma, a la requeste de l’une partie e de l’autre, ceste présente chartre dau saiau de la commune de la Rochele, en garentie de vérité. Ceu fut fait l’an de l’incarnation Jhesu Crist M. CC. e cinquante, on meis de dezembre [23].

[1Les originaux sont tous conservés dans les fenêtres 2, 3 et 4.

[2Dans un acte de 1254, il est question de fahu Estene Pelat, jadis clerc de la commune de la Rochelle.

[3Une d’elles, n° X, provient du prieuré de Saint-Bibien d’Argenson.

[4Ils ont dû passer dans les archives de Fontevraud, parce que les biens et revenus auxquels ils se rapportent sont devenus plus tard la propriété de l’abbaye.

[51225 nouveau style : la charte est datée de février 1224. A cette époque, à La Rochelle et à Rochefort, l’année commençait le 25 mars, jour de la Notre-Dame de Mars (fête de l’Annonciation). Pour convertir en notre calendrier actuel, on ajoute une année à l’année de la charte pour toutes les dates situées entre le 1er janvier et le 25 mars. (précision donnée par Jacques Duguet)

[6Cyrographe original, jadis scellé en cire verte sur cordon de fil vert et blanc. Fontevraud, fenêtre 3, sac 14.

[7Original scellé en cire verte sur cordon de fil rouge et vert. Admirable écriture. Fen. 3, sac 15.

[8Parmi les lettres de Jean sans Terre qui sont imprimées dans les Rotuli litte- rarum clausarum, p. 93, il s’en trouve une, en date du 7 octobre 1207, par laquelle le roi d’Angleterre mande aux bourgeois de la Rochelle et à Savary de Mauléon, son sénéchal ou lieutenant en Aquitaine, de faire payer à Girard de la Chambre, son sergent, quarante livres sur les revenus de la Rochelle.

[9Sic pour Mote.

[10Voici quelques extraits relatifs à des vignes : « Pièces de vignes... doits quaus la premere... qui est vermeille... e la segonde pièce qui est blanche et vermeille...« (Ch. de 1268, décembre.)

« Une pièce de treille... qui se tient d’une part a la treille Rychart Ferebrac, e d’autre part a la vigne de Sainte Katerine, e d’autre part a la treille aus enfans fahu André Berthelot .. » (Ch. de 1265, 8 novembre )

Ceux qui prenaient des vignes à cens s’obligeaient à les faire de dreites façons, c’est assaveir deschaucer, tailler, foïr, probaigner, biner et entre dous ans une fiée rebiner. (Ch.de 1268, décembre.)

[11Original scellé en cire verte sur cordon de fil bleu, rouge el blanc. Fen. 3 sac 8.

[12Cyrogr. orig, scellé en cire verte sur cordon de fil rouge et jaune. Fen. . sac 16.

[13Le complant était un droit féodal payé au seigneur qui avait donné la terre pour planter la vigne. La somme de vendange se compose des deux basses ou petites cuves, qui forment la charge d’un cheval. On trouve encore dans les départements de la Charente-Inférieure, de la Vendée et de la Loire-Inférieure, un assez grand nombre de vignes où le cep et le sol constituent deux propriétés très-distinctes, et dont le propriétaire du sol reçoit de celui du cep, à titre de complant, la cinquième ou la sixième somme.

[14Original jadis scellé sur cordon de fil rouge, et jaune. Fen. 3, sac 8.

[15Cyrogr. orig. jadis scellé sur cordon de fil rouge et jaune. Fen. 3, sac

[16Ordre de Citeaux, fondée en 1135. Elle a fait partie de l’évêché de Poitiers jusqu’en 1317, puis de celui de Maillezais, transféré à la Rochelle en 1648.

[17Cyrogr. orig. scellé en cire verte sur cordon de fil rouge et jaune. Fen. 3, sac 7.

[18Orig. scellé en cire verte sur cordon de fil jaune et blanc. Fen. 3, sac 15.

[19Cyrogr. orig, scellé en cire verte sur cordon de fil bleu et rouge. Fen. 3, sac 8.

[20voir note n°1 - n’ayant pas le jour exact de l’acte dans le mois de mars, on ne peut dire avec certitude s’il est de 1249 ou 1250. Marchegay écrit 1250.

[21mots effacés

[22Orig. N’ayant plus ni sceau, ni cordon. Fen. 4, sac 16.

[23Cyrogr. orig. jadis scellé sur cordon en coton et fil blanc. Fen. 3, sac 9.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 La Rochelle - 49 Fontevraud - 13e siècle - Cartulaires, chartriers et pouillés - Google books -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Images du château de La Rochefoucauld (Charente)

2.  1699 - Ordre de mission donné par le roi à Mr d’Ecoyeux pour ravitailler le Canada

3.  1258 - 1259 - Le Traité de Paris entre Louis IX et Henri III Plantagenet

4.  1752 - Angoumois -Juignac (16) - Foires - Lettres patentes du roi Louis XV

5.  1756 - Histoire de l’Angoumois - par François Vigier de la Pile - Chap. 7


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Herpes - Courbillac (16) – a 6th century Frankish cemetery


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux