Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Abbayes, monastères, églises et commanderies -> Ordre de Cluny -> 1292 - Les Prieurs-contrôleurs visitent les établissements de l’ordre (...)

1292 - Les Prieurs-contrôleurs visitent les établissements de l’ordre de Cluny en Poitou-Charentes

D 27 juillet 2008     H 02:45     A Pierre     C 2 messages A 2649 LECTURES


1292 - Visite par les Prieurs de Barbezieux et de Saint-Sauveur de Nevers des monastères de la Congrégation de Cluny situés dans la province de Poitou

Source : Bibliothèque de l’École des Chartes - T 5, 4ème série - 1859

Lieux cités dans ce document (localisation donnée par Siméon Luce, en 1859) - Voir : autres établissements clunisiens non cités dans ce compte-rendu de visite.

CharenteCharente-MaritimeDeux-SèvresAutres
(6) Saint-Laurent de Belzaguot, arr. Barbezieux, c. Montmoreau.

(8) Gonzac, c. Barbezieux, arr. Barbezieux [NDLR non-identifié].

(9) Barbezieux, chef-lieu d’arrondissement.

(13) Graves, c. Châteauneuf, arr. Cognac.

(14) Saint-Médard, c. et arr. Barbezieux.

(16) Saint-Eutrope, c. Montmoreau, arr. Barbezieux.

(18) Saint-Genis, c. Hiersac, arr. Angoulême.

(19) Jarnac, chef-lieu de canton, arr. Cognac.

(24) Torsac, c. Lavalette, arr. Angoulême.

(10) Saint-Georges-de-Didonne, c. Saujon, arr. Saintes.

(11) Saint-André, c. Gémozac, arr. Saintes.

(12) Mechers, c. Cozes, arr. Saintes.

(15) Breuillat (le), commune de Paillé.

(17) Grezac, c. Cozes, arr. Saintes.

(20) Medis, c. Saujon, arr. Saintes.

(21) Breuil[-la-Réorte], c. Surgeres, arr. Rochefort. [NDLR : ou Breuil-aux-Moines, Mons, c. Matha ?]

(22) Saint-Palais, c. Montlieu, arr. Jonzac.

(26) Ile d’Aix.

(27) Ile de Ré.

(28) Saint-Vivien, c. la Jarrie, arr. La Rochelle.

(29) Coivert, c. Loulay, arr. Saint-Jean-d’Angely.

(34) Saint-Médard, c. la Jarrie, arr. la Rochelle.

(25) Les Alleuds, c. Sauzé, arr. Melle.

(30) Mougon, c. Celles, arr. Melle.

(31) Saint-Gelais, c. et arr. Niort.

(32) Saint-Paul-en-Gatine, c. Moncoutant, arr, Parthenay.

Vienne

_ (23) Ouzilly, arr. Chatelleraut, c. Lencloitre.

(33) Moustier-Neuf de Poitiers.

(7) Cartelegue (Gironde), arr. Blaye, c. Blaye (Gironde)

(4) Montbert, c. Aigrefeuille, arr. Nantes (Loire-Inférieure)

(3) Le Chatellier, c. Pouzauges, arr. Fontenay (Vendée)

(5) Rosnay, c. Mareuil, arr. Napoléonville [La Roche-sur-Yon] (Vendée)


Parmi les documents qui répandent du jour sur les mœurs du clergé tant régulier que séculier au moyen âge, il en est peu de plus intéressants que les procès-verbaux de visites faites, conformément aux saints canons, par les supérieurs ecclésiastiques. Le monument le plus curieux en ce genre qui nous ait été conservé est sans contredit le fameux registre des visites d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, dont nous devons une édition à la science, au désintéressement et au zèle courageux, on peut le dire, de M. Bonnin. Au moment où cette publication parut, M. Léopold Delisle en fit l’objet d’une intéressante analyse que les lecteurs de la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes n’ont sans doute pas oubliée [1]. La rareté des documents de ce genre [2], et aussi l’intérêt de premier ordre qu’ils présentent pour l’histoire des mœurs nous engagent à publier aujourd’hui un fragment d’un procès-verbal de visite appartenant aux archives du département des Deux-Sèvres, si pauvres du reste, comme chacun sait, au point de vue historique. Cette visite fut faite en 1292, par les prieurs de Barbezieux et de Saint-Sauveur de Nevers dans tous les monastères de la Congrégation de Cluny situés en Poitou.

Nous nous plaisons à faire remarquer que ce document est tout a fait favorable aux Bénédictins réformés de la province de Poitou surtout si on le compare au registre des visites d’Eudes Rigaud. Ici point de ces scandales, point de ces turpitudes dont le registre de l’archevêque de Rouen, publié par M. Bonnin, constate l’existence dans un certain nombre de monastères de la Normandie. Si l’on excepte des infractions assez générales, il est vrai, aux règlements monastiques relatifs au dortoir et au silence, les prieurs se plaisent à constater presque partout une bonne situation spirituelle et temporelle. C’est à peine si, dans toute une province, la conduite de quatre ou cinq religieux donne lieu à quelques réprimandes. A Rosnay, par exemple, il paraît que les moines allaient trop souvent à la bourgade voisine sans permission, y mangeaient et y buvaient. A Rosnay encore on faisait courir sur l’un des religieux de méchants bruits dont les prieurs qui font la visite se réservent de s’expliquer en particulier avec l’abbé. A Saint-Laurent de Belzaguot un moine qui représente le prieur est accusé de tyrannie et d’injustice envers les hommes de ce prieuré. A Saint-Georges de Didonne, deux moines, l’un vieux, l’autre jeune, ont été pris en flagrant délit de chasse sur la garenne du seigneur du lieu. Le vieux, qui a pris la fuite, est-cité devant un chapitre général ; le jeune, qui a été pendant quelque temps détenu par le bras séculier dans une prison de voleurs, est condamné à changer de maison. A Graves, où le prieur n’osait séjourner à cause des guerres, un moine, nommé Jean Tissier, était décrié pour son incontinence et sa passion pour le jeu. Interpellé sur ces faits par les prieurs, ce moine essaya de se justifier d’une façon au moins singulière : il répondit que le prieuré de Graves était en très-mauvais état, que- l’église était découverte, qu’on n’y trouvait ni vin ni blé, rien, en un mot, à boire ou à manger. Un chevalier ayant dénoncé les moines de Saint-Gelais comme ne faisant pas l’aumône à la porte de leur prieuré, selon la coutume, les prieurs visiteurs ordonnèrent qu’il y fût mis bon ordre. Tel est à peu près le compte des délits signalés dans le document que nous publions. On conviendra qu’ils ne sont ni nombreux, ni graves. Il est vrai que notre procès-verbal de visite est relatif à une seule province, aux maisons religieuses d’un seul ordre, et pour une année seulement. Nous n’en avons pas moins jugé utile de le publier ; car c’est seulement, croyons-nous, par la réunion et la comparaison d’une foule de documents analogues que l’on arrivera à se faire une idée juste des mœurs du clergé au moyen âge.

Siméon LUCE.


Visitatio Pictavie facta anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo secundo, per venerabiles de. Barbezillo et Sancti Salvatoris Nivernensis priores,

Die lune post brandonas fuerunt in prioratu de Castellario [3]. In dicto prioratu sunt duo monachi cum priore. Et sunt regulariter in-duti, exeptis in lectis. Preceperunt dicti visitatores priori quod infra Nativitatem Domini emendaret. Domus obbligata est in centum libris Turonensium. Preceperunt etiam visitatores quod una missa qualibet die a monachis celebretur de qua ante pluries negligenciam faciebant. Sunt ibi duo monachi, nomina quorum sunt haec : Helias de Jarnaco, Andreas Paschalis.

Die mercurii sequenti fuerunt apud Montembarulfi [4]. Ibi sunt octo monachi cum priore. Nomina monachorum sunt haec : Simon de Nepulo, Johannes de Coron, Gaudo de Losanna, Johannes de Martine, Johannes Tandens de Rupella, Guillelmus de Coron, Hugo de Martine, Guillelmus de Campo Rupino. Domus est in bono statu spiritualiter et temporaliter, prout dicunt prior et monachi dicti loci, exepto quod dormitorium non est regulare. Preceperunt visitatores quod infra Nativitatem Domini fiat regulare secundum statuta papalia capituli generalis.

Die veneris sequenti fuerunt apud Rocenacum [5]. Ibi sunt novem monachi cum priore. Nomina monachorum sunt haec : Johannes de Playle, Philippus Edirensis, lterius de Vallibus, Guillelmus Gaycbet, Helias Talant, Johannes de Neriaco, Laurencius de Bocheto, Petrus de Blanze, Geraldus de Marolio. Habent unum prioratum sub se in bono statu spiritualiter et temporaliter.prout dicunt prior et monachi, exepto quod dormitorium non est regulare, et monachi sepius ibant in villa sine licencia, et comedebant et bibebant ibidem. Hoc preceperunt visitatores firmiter emendari. Preceperunt etiam visitatores quod silencium, ad minus post completorium et quandiu Dei servicium celebratur, conservetur. Domui plus debetur quam debeat. Et habet suficienciam victualium et amplius usque ad fructus novos. Domus etiam sibi subdita satis est in bono statu, que non debet nisi octo libras monete currentis. De quodam monacho ibidem morante aliqua secreta audivimus et scivimus soli domino abbati revelanda.

Die dominica qua cantatur Reminiscere fuerunt apud Sanctum Laurencium de Bercegolio [6] Ibi est unus monachus cum priore Lambertus nomine. Ibi nichil invenimus corrigendum nisi quod dicebatur quod monachus ibi morans pro priore vexaciones dabat hominibus patrie minus juste. Ipse super hoc excusavit et promisit emendare, si in aliquo excessit, et nos eidem injunximus et precipimus emendare. In temporalibus domus est [in bono statu et in spiritualibus, prout dicit procurator.

Eodem die de domo de Quarta Leuca [7] ibidem inquisivimus quod prior ibi erat et noluimus ad locum accedere propter loci paupertatem et propter hoc quod non est alias consuetum. Ibi est unus monachus cum priore nomine Rotbertus Normannus. Spiritualiter domus est in bono statu, prout dicit prior. De temporalitate certitudinem aliquam habere non potuimus, quia avunculus prioris prior Sancti Laurencii, qui domum predictam regere consuevit, non erat in partibus illis. Tantum habuimus a priore quod domus aut parvum aut inichil debebat nisi avunculo supradicto.

Die lune sequenti fuerunt apud Gonziacum [8]. Ibi est prior cum uno -monacho nomine Petrus de Chabenans. Divinum officium secundum paucitatem monachorum bene ibi celebratur, et spiritualiter domus bene se habet et temporaliter, prout dicit prior et socius ejus. Nam predicte domui tam et plus debetur quam debeat, et potest sufficienciam victualium procurare usque ad fructus novos.

Die martis sequenti fuerunt apud Barbezillum [9]. Ibi sunt quindecim monachi cum priore, quorum nomina haec sunt : Johannes Normannus supperior, Johannes de Casteleto prepositus, Colinus de Venerio sacrista, Hugo de Syvreyo celerarius, Heraudus de Monte, GuillelmusBompar, Ademarus de Castellayo, Teobaldusde Cluniaco, Petrus de Crespeyo, Jocerandus, Gerento, Oggerius, nepotes Petri Lamberti quondam prioris dicti loci, Reymundus de Jardo, Arnaldus Surdi de Barbezillo, Johannes Flandrensis. In spiritualibus est in bono statu, exeptis lectis et quibusdam aliis minutis que preceperunt visitatores emendari. In temporalibus est in tali statu in quali erat anno preterito, videlicet quod debet centum libras, exepto quod invenit aliqua debita de quibus aliis visitatoribus non fecit mentionem, quia hoc- ignorabat et debitum predictum non potuit minuere propter deffectum vini. Suficienciam bladi et vini habet usque ad fructus novos. Ibi prior Sancti Eutropii qui nunc est, quondam prior illius loci, quamdam composicionem fecit cum domino de Barbezillo de quodam nemore quod antiquitus erat eclesie et domini pro indiviso. Et erat illud nemus domui valde necessarium, cum domus predicta ligna non habeat nisi emat. Et illud jus quod habebat in nemore, quiptavit predictus prior Sancti Eutropii pro tribus sextariis frumenti rendalibus, et credit prior de Barbezillo quod ista composicio multum sit damnosa eclesie , et hujusmodi composicionem reputat alienacionem. Et petit prior quod eclesia predicta a lesione predicta et a damno per priorem qui alienavit vel composicionem predictam fecit minus juste exhoneretur, et composicio predicta per ipsum facta irritetur et ad nichilum redigatur. Quod si non possit fieri, petit prior de Barbezillo quod de tanto de quanto eclesiam damnificavit reddat indemnem, vel ad minus tantum reddat eclesie quantum habuit pro predicta composicione illicita et injusta.

Die sabbati sequenti, videlicet post festum beati Mathie apostoli, fuerunt apud Sanctum Georgium de Digdona [10] Ibi sunt octo monachi cum priore, quorum nomina sunt haec : Hugo de Angerans, Hugo de Ounay, Haemericus Borru, Guillelmus de Crusa, Johannes Picardus Helias de Marcilac, Hugo de Berri, Johannes Pictavensis. Ibi sunt duo monachi pro duabus domibus que subsunt domui predicte qui sunt de numero illorum octo, videlicet pro domo Sancti Andree de Olerone [11] et domo de Meschie [12] ubi dicit prior quod non possunt ibi esse nec sufficienter vivere duo monachi in aliqua predictorum domorum,propter reddituum paupertatem, quia domus de Olerone non habet nisi viginti duas libras in redditibus vel circa. Et hoc camerarius inquisivit prout dicit. Et super hoc habet domus recipere archiepiscopum, episcopum, archidiaconum et archipresbyterum. Alia domus de Meschyer non habet nisi viginti libras in redditibus vel circa. Debet sibi octo libras quolibet anno, prout dicit. Quare dicit prior quod in neutra domorum predictarum potest esse vel sufficienter vivere unus monachus cum priore. Quare propter statuta papalia predictas domos tenet ad manum suam, et pro qualibet illarum tenet unum monachum in claustro, prout est supradictum.

Ibi duo monachi, unus juvenis, alter senior, venati fuerunt in garena domini de Digdona, et inventi fuerunt iidem venantes, et antiquior fugit, et junior fuit captus. Quare visitatores antiquiorem citaverunt ad capitulum generale, quia non videbatur eis quod tale factum sine definitorum (?) possent consilio terminare. Juniori pepercerunt, tumque, quia junior per potestatem secularem jam captus et punitus fuerat et positus in prisione latronum, et tum quia ab antiquiori, prout verisimile est, ductus fuerat ad maleficium supradictum, tum illi juniori propter scandalum mutaverunt mansionem. Et correxerunt eum, prout precipit beati patris Benedicti regula. Et ista recognoverunt predicti monachi in capitulo, coram visitatoribus supradictis. Ibi divinum officium celebratur, et spiritualiter bene se habet domus. Tamen preceperunt quod post completorium et in horis canonicis silenciumobservetur. Et strata in lectis habeant infra Nativitatem Domini, prout in statutis papalibus continetur. Domus in temporalibus bene se habet, quia tam vel plus habet quam debet, quanquam alio anno deberet quadraginta libras, prout dicit dicti loci prior.

Eodem die mandavimus pro priore de Gravia [13] quod ad ipsius domum propter maris periculum accedere non potuimus et ab ipso statum domus inquisivimus diligenter. Ibi est verum (?) monachus cum ipso, nomine Johannes Tixiers, de incontinencia et ludo taxilloram diffamatus, prout dicit prior, et credit quod magis sit unus quam non. Domus illa diu fuit sine priore et sine monacho, quia prior absens erat propter infirmitatem suam, et etiam dicit quod secure non audebat in domo habitare propter gerras. Et socius de licencia sua ad terram iverat. Sed multam moram contraxit et propter hoc diu fuit illa ecclesia Dei sermone viduata. Tum precepimus priori quod ad dictam domum accederet et ibidem Dei servicium faceret et fieri procuraret, prout est consuetum.

Postea invenimus socium ejus apud Sanctum Medardum [14], qui moram suam excusavit dicens quod in domo non habehat aliquid ad comedendum nec ad bibendum et quod non habuit a priore vestiarium ex quo fuit in societate sua nisi unam tunicam. De incontinencia et ludo se excusat et dicit quod eclesia est in pessimo statu, eclesia et domus est discooperta, et quod ibi non est vinum nec bladum, nec aliquid aliud quod possit sive comedi sive bibi. Et hoc bene prior confitetur. Sed prior dicit quod accepit eam in deteriori statu quam sit. Domus debet viginti quinque libras vel circa.

Dominica qua cantatur Oculi mei, fuerunt apud Brulacum [15]. Ibi sunt duo monachi cum priore, videlicet Simon de Campania et Guillelmus Catin. Ibi servicium Dei bene fit, prout est consuetum, et bene se habet domus in spiritualibus, ut dicit prior et monachi. Domus debet triginta libras et fere tantumdem quantum sibi debetur, prout dicit prior. Et habet domus sufficenciam victualium usque ad fructus novos, prout dicit prior.

Die martis sequenti fuerunt apud Sanctum Eutropium [16]. Ibi sunt viginti duo monachi cum priore, quorum nomina sunt haec : Durandus supprior (?), Haemericus Barradi, Guillelmus Regis, Johannes Geraldi, Guillelmus Geraldi, Alexander, Johannes Rufi, Johannes Picardus parvus, Johannes de Gatine, Guilotus de Brene, Gaufredus de Artea, Arnaldus de Lagutugne, Guillelmus de Noiis, Petrus Chabot, Helias Bruneti, Johannes Picardus magnus, Robbertus de Meldis, Petrus de Cocat, Hugo de Exartis, Johannes de Miribello, Guillelmus de Paredo, Helias quondam prior Sancti Gelasii. Ibi servicium Dei bene fit, et omnia que ad spiritualitatem pertinent bene se habent, prout dicunt prior et conventus, exepto quod silencium non bene servatur. Et excusant se propter multitudinem peregrinorum. Et hoc preceperunt visitatores emendari. Ibi etiam non est dormitorium regulare. Et hoc preceperunt visitatores infra Nativitatem Domini emendari. Domus debet tantum quadraginta libras et domui plus debetur. Et habet sufficienciam usque ad fructus novos et adhuc amplius, prout dicit prior.

Domus predicta habet prioratus sub se infrascriptos qui sunt in bono statu, ut dicit prior. In prioratu de Grezaco [17], Johannes Cosin procurator, et Petrus Franciscus ; prior tenet ad manum suam. In prioratu Sancti Genesii [18], Petrus Regis prior, Gaufridus Texerii socius ejus. In prioratu de Jarinaco [19], prior et unus monachus cum ipso, Richardus de Consiliaco nomine. In prioratu de Medins [20], Johannes Roberii prior, Gaufridus de Barbezillo socius ejus. In prioratu de Brolio-monachorum [21], prior et socius ejus, Guillelmus Boderii nomine. In prioratu Sancti Palladii [22] supra Nedum, prior et socius ejus Johannes Nicholay nomine. In prioratu de Ouziliaco [23], prior et socius ejus filius Colini de Rocenaco. In prioratu de Torciaco [24], prior et socius ejus, Jacobus Blancheti nomine. In prioratu de Roenne, Reynadus de Onay prior et socius ejus, Guillelmus de Reya nomine. In prioratu Sancti Johannis de Allodio [25], Guido Faubri prior et socii ejus Guillelmus Caille et Petrus Faubri nepos ejus et Guillelmus de Cluniaco et Helias Pacaudi.

Die sabbati sequenti fuerunt in insulam de Ays [26]. Ibi sunt sexdecim monachi cum priore, quorum nomina sunt haec : Johannes de Allodio, Thomas Normannus, Johannes Franciscus, Robbertus Burgundus, Seguinus Burgundus, Hugo Burgundus, Petrus de Lataragia, Henricus dictus Tunica, Johannes Rallar, Raynaldus Burgundus, Nicholaus de Rupella, Guillelmus de Peanset, Guillelmus de Mentine, Gaufredus Scolaris, Hemericus de Betinar,Hugo de Miribello. Ibi omnia.sunt in bono statu spiritualiter et temporaliter, proutdicunt prior et conventus. Et satis habet domus plus quam sibi oporteat usque ad fructus novos. Et nichil debet. Exepto quod dormitorium non est regulare, et preceperunt visitatores infra Natale Domini emendari.

Domus predicta habet sub se prioratus infrascriptos, quorum status bonus est, prout dicit prior.

In prioratu de Re [27] sunt duo monachi cum priore, videlicet Petrus de Aula et Gilibertus Franciscus. In prioratu Sancti Viviani [28] de Vergero, prior et socius ejus, Geraldus nomine. Prioratum de Coives [29] et prioratum de Allodio tenet prior ad manum suam. De primo dicit prior quod est de camera sua, et predecessores sui semper consueverunt eum tenere. Tamen multi dicunt quod ibi consueverunt duo monachi esse. De alio dicit quod non sufficit ad sustentacionem duorum monachorum, et propter hoc tenet ipsum in manu sua virtute papalium statutorum.

Die jovis post Letare Jerusalem fuerunt apud Mogon [30]. ibi sunt septem monachi cum priore, quorum nomina hec sunt : Renaudus de Prato, Matheus de Molaza, Hugo Sacrista, Guillelmus Gachon, Guillelmus de Lacarie, Hiigo de Noiri, Petrus dictus Coronat. Domus spiritualiter et temporaliter est in bono statu, prout dicunt prior et monachi. Satis plus debetur ei quam debeat, et est bene munita usque ad fructus novos. Et adhuc est de residuo. Preceperunt tamen visitatores quod dormitorium fiat regulare, ad minus de stratis, infra Nativitatem Dei.

Die sabbati sequenti fuerunt apud Sanctum Gelasium [31]. Ibi est unus monachus cum priore, nomine Petrus de Crespeio. Domus est in bono statu spiritualiter et temporaliter, prout dicit prior. Tamen denunciavit nobis quidam miles quod elemosina ibidem non dabatur, prout est consuetum. Et hoc preceperunt visitatores emendari. Preceperunt etiam visitatores quod prior melius provideat suo socio in vestiario et aliis quam consueverit providere, quia super hoc monachus conquerebatur.

Die dominica in passione Domini fuerunt apud Sanctum Paulum de Gatine [32]. Ibi est unus monachus cum priore, nomine Johannes Pictavensis. Domus est in bono statu spiritualiter et temporaliter, prout dicunt prior et monachus.

Domus predicta habet quemdam prioratum sub se. Ibi est prior cum uno monacho, Robbertus de Prato nomine, que domus est in bono statu, prout dicunt.

Die martis post dominicam in Passione fuerunt apud Monasterium Novum Pictaviensem [33]. ibi sunt triginta unus monachi cum domino abbate. Domus spiritualiter et temporaliter est in bono statu.

Plus debetur sibi quam debeat in dupplicio. Habet sufficienciam victualium et satis de residuo. Et omnia bene se habent, prout dicunt abbas et conventus.

Preceperunt visitatores in omnibus domibus sex monachorum et supra, quod silencium ad minus horis canonicis et in missis et post completorium servetur, et quod nullus monachus exeat villula , et quod infra Natale Domini habeant strata in lectis.

Actum anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo secundo.

Die lune post Letare Jerusalem fuerunt dicti visitatores apud Sanctum Medardum [34]. Ibi est unus monachus, Robbertus de Mecherio nomine, cum priore. Domus spiritualiter et temporaliter est in bono statu, prout dicunt prior et dictus Robbertus, et etiam fama vicinorum hoc clamat. Satis habet prior et parum debet aut nichil, prout dicit.


Autres établissements de l’ordre de Cluny non cités dans le document ci-dessus :

CharenteCharente-MaritimeDeux-SèvresAutres
Prieuré de Ronsenac

Prieuré de Sainte-Marie-Madelaine de Chastelar (localisation non déterminée)

Prieuré de Saint-Médard de Ruelle

Prieuré de Saint-Maurice de Montbron (+ aumônerie)

Ces 4 établissements sont dits clunisiens par l’abbé Nanglard dans son « Pouillé historique du diocèse d’Angoulême » Bull. SAHC 1894.


Voir en ligne : Les monastères des Charentes


[1Bibliothèque de l’École des Chartes, 2e série, t. III, p. 479.

[2Voir un très-savant article de l’Histoire littéraire de la France, où M. J.-Y. Le Clerc indique, à propos du registre des visites d’Eudes Rigaud, quelques autres documents du même genre. (Histoire littéraire t. XXl, p. 616-628.)

[3Le Chatellier, c. Pouzauges, arr. Fontenay (Vendée),

[4Montbert, c. Aigrefeuille, arr. Nantes (Loire-Inférieure)

[5Rosnay, c. Mareuil, arr. Napoléonville (Vendée)

[6Saint-Laurent de Belzaguot (Charente), arr. Barbezieux, c. Montmoreau.

[7Cartelegue (Gironde), arr. Blaye, c. Blaye

[8Gonzac, c. Barbezieux, arr. Barbezieux (Charente).

[9Barbezieux, chef-lieu d’arrondissement (Charente).

[10Saint-Georges-de-Didonne, c. Saujon, arr. Saintes (Charente-Inférieure).

[11Saint-André, c. Gémozac, arr. Saintes (Charente-Inférieure).

[12Mechers, c. Cozes, arr. Saintes (Charente-Inférieure).

[13Graves, c. Châteauneuf, arr, Cognac (Charente)

[14Saint-Médard, c. et arr. Barbezieux (Charente).

[15Breuillat (le), Charente-Inférieure, commune de Paillé.

[16Saint-Eutrope, c. Montmoreau, arr. Barbezieux (Charente).

[17Grezac, c. Cozes, arr. Saintes (Charente-Inférieure).

[18Saint-Genis, c. Hiersac, arr. Angoulême (Charente).

[19Jarnac, chef-lieu de canton, arr. Cognac (Charente).

[20Medis, c. Saujon, arr. Saintes (Charente-Inférieure)

[21Breuil, c. Surgeres, arr. Rochefort (Charente-Inférieure).

[22Saint-Palais, c. Montlieu, arr. Jonzac (Charente-Inférieure).

[23Ouzilly (Vienne), arr. Chatelleraut, c. Lencloitre.

[24Torsac, c. Lavalette, arr. Angoulême (Charente).

[25Les Alleuds, c. Sauzé, arr. Melle (Deux-Sèvres).

[26Ile d’Aix (Charente-Inférieure).

[27Ilede Ré (Charente-lnférieure).

[28Saint-Vivien, c. la Jarrie, arr. La Rochelle (Charente Inférieure).

[29Coivert, c. Loulay, arr. Saint-Jean-d’Angely (Charente-Inférieure).

[30Mougon, c. Celles, arr. Melle (Deux-Sevres).

[31Saint-Gelais, c. et arr. Niort (Deux-Sèvres).

[32Saint-Paul-en-Gatine, c. Moncoutant, arr, Parthenay (Deux-Sèvres).

[33Moustier-Neuf de Poitiers.

[34Saint-Médard, c. la Jarrie, arr. la Rochelle (Charente-lnférieure).

Vos commentaires

  • Le 23 août 2012 à 15:41, par Marc Vachot En réponse à : 1292 - Les Prieurs-contrôleurs visitent les établissements de l’ordre de Cluny en Poitou-Charentes

    Bonjour !

    Je tiens à signaler une erreur dans les notes de bas de page de l’article de Simeon Luce.

    Un des premiers compte-rendus de visite des prieurs contrôleurs de Cluny (car les prieurés cités ici sont rattachés à Cluny, et ne sont pas simplement Bénédictins) fait mention de prioratu de Castellario. Il ne s’agit absolument pas comme indiqué en bas de page du site de "le Chatellier" en Vendée mais du prieuré (clunisien) de Châtelars la Rivière, aujourd’hui rattaché à Cherves (depuis un décret de 1844). Tout d’abord il faut se concentrer sur les sites Clunisiens de Charente, qui sont tous visités par les définiteurs de Cluny (Montbron : Monteberulfi, Barbezieux : Berbezilum, Gonzac : Gonzacum, Ronsenac : Ronsenacum et bien sur Châtelars la Rivière : Castellario). Un autre indice est qu’à mon sens le prieuré de Le Chatellier en Vendée n’est pas Clunisien. Enfin, le dernier indice est le nom du prieur du Châtelars : Hélie de Jarnac. Ce dernier se retrouve dans des chartes Clunisiennes comme prieur du Chatelars dans le Diocèse d’Angoulême (Engolismensis). La Vendée n’est pas dans le même diocèse.

    Dans cet article, toutes les traductions de lieux sont fausses. Je pourrais, si cela vous intéresse, fournir tous les documents se rapportant à la question Clunisienne en Charente, attestant mes dires.
    Autre erreur : il est dit à la fin de l’article :

    "Autres prieurés non cités dans cet article : Prieuré de Ronsenac
    Prieuré de Sainte-Marie-Madelaine de Chastelar (localisation non déterminée)
    Prieuré de Saint-Médard de Ruelle
    Prieuré de Saint-Maurice de Montbron (+ aumônerie)"
    .
    De fait, tous ces établissements sont cités et à plusieurs reprises !!

    Bonnes recherches historiques,

    Bien cordialement,

    Marc Vachot.

    Répondre à ce message

    • Le 23 août 2012 à 16:07, par Pierre En réponse à : 1292 - Les Prieurs-contrôleurs visitent les établissements de l’ordre de Cluny en Poitou-Charentes

      Bonjour,

      Merci pour votre contribution.
      Nous n’en voudrons pas à Siméon Luce d’avoir fait quelques erreurs sur la localisation des prieurés.
      Seriez-vous d’accord pour rédiger un correctif sur cet article, que nous pourrions placer en encadré en tête de cette page, pour nous démarquer du texte de S. Luce ?
      Une façon de rappeler aux lecteurs que les documents publiés, sur ce site, même s’ils sont d’auteurs reconnus, méritent l’exercice de l’esprit critique.
      Cordialement

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Barbezieux-Saint-Hilaire - 16 Graves-Saint-Amant - 16 Jarnac - 16 Montbron - 16 Ronsenac - 16 Ruelle-sur-Touvre - 16 Saint-Eutrope - 16 Saint-Genis-d’Hiersac - 16 Saint-Laurent-de-Belzagot - 16 Saint-Médard - 16 Torsac - 17 Breuil-la-Réorte - 17 Coivert - 17 Grézac - 17 Île de Ré - 17 Île-d’Aix - 17 Médis - 17 Meschers-sur-Gironde - 17 Paillé - 17 Saint-André-de-Lidon - 17 Saint-Georges-de-Didonne - 17 Saint-Médard-d’Aunis - 17 Saint-Palais-de-Négrignac - 17 Saint-Vivien - 13e siècle - 79 Alleuds (Les) - 79 Mougon - 79 Saint-Gelais - 79 Saint-Paul-en-Gâtine - 86 Ouzilly - 86 Poitiers - Abbayes, monastères, églises - Carte satellite - Document en latin - Ordre de Cluny -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1908 - 1909 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 7 Tome IX

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1900 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1694 et 1726 - Adjudication et bail de ferme des étangs de la seigneurie de Saint-Maigrin (17)

5.  1460 - Guet et garde à La Rochelle : la banlieue est mise à contribution


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux