Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Hommes et femmes de notre histoire > Portraits et biographies > Franois Ravaillac (1577-1610) > 1577 (c)- 1610 - Gnalogie de Francois Ravaillac (n Angoulme, mort Paris)

1577 (c)- 1610 - Gnalogie de Francois Ravaillac (n Angoulme, mort Paris)

mercredi 18 avril 2007, par Pierre, 38754 visites.

Franois Ravaillac, n Angoulme vers 1577, et non Touvre, comme cela est souvent crit, assassina le roi Henri IV le 14 mai 1610, rue de la Ferronnerie Paris et fut excut par cartlement, place de Grve, le 27 mai 1610.

On trouvera ici des lments de son ascendance, une famille de notables.

Les Ravaillac d’Angoulme - Notes et documents indits - par M. P. de Fleury
Source : Bulletins et Mmoires de la Socit Archologique et Historique de la Charente. - Anne 1882

Liens :
 Biographie de Franois RAVAILLAC

La famille Ravaillac, originaire ou non d’Angoumois, tait tablie dans cette province au commencement du XVIe sicle, et ds cette poque elle possdait, Angoulme, ces offices de judicature par lesquels tant de familles bourgeoises contemporaines arrivrent aux charges communales ou judiciaires, d’o elles s’levrent plus tard jusqu’ la noblesse.

Des documents authentiques et en bon nombre, provenant des archives dpartementales tant de la Charente que de la Dordogne, nous ont permis de retrouver et de rattacher par des liens de parent nettement dfinis, plus de vingt personnages porteurs du nom de Ravaillac, et d’tablir la filiation suivante :

I. — N... Ravaillac, dont on ne connat ni le prnom ni l’alliance, fut pre de :

- 1 FRANOIS Ravaillac qui suit ;

- 2 MARGUERITE Ravaillac, marie Sbastien Pichot, sergent, qui fait conjointement avec lui, par acte du 5 mars 1567, l’acquisition d’une pice de pr au lieu dit L’Isle-de-Rouhier, paroisse de St-Yrieix [1], et comparat avec ledit Pichot, son mari, dans une acte d’change du 24 mars 1576 [2]. Elle avait cess de vivre avant le 24 mai 1580, poque laquelle Sbastien Pichot, devenu veuf, pouse en secondes noces Marie Delongeville [3].
II. — FRANOIS Ravaillac, procureur au sige d’Angoulesme , se constitue, moyennant 12 livres 10 sous de capital, sur tous les biens de Jean Poivert, par acte pass devant Arnaud Trigeau, notaire royal, le 16 dcembre 1539, une rente perptuelle de trois boisseaux de froment, mesure d’Angoulme [4]. Il vivait encore et tait encore procureur au prsidial d’Angoumois, le 28 octobre 1577, date laquelle il vend Vivien Roudier les biens qu’il possdait Marillac-le-Franc, except ceux acquis de Jeannet Gascon [5]. Il avait pous, une poque inconnue mais antrieure 1570, demoiselle Marguerite Lecomte, fille de Raymond Lecomte, procureur au sige royal d’Angoulme. De ce mariage naquirent :

- 1 JEAN Ravaillac, qui continue la filiation ;

- 2 MICHEL Ravaillac, qui fut, comme son pre, procureur au sige royal et au sige prsidial d’Angoumois, comme il appert par plusieurs actes des annes 1579 1589. Il mourut sans postrit et non mari, en 1604 ou 1605, ayant test, ds le 15 juillet 1588, en faveur de Pierre et Catherine Ravaillac, ses frre et sœur, enfants de Franois Ravaillac et de Jeanne Cousseau, sa seconde femme [6] ;

- 3 PIERRE Ravaillac, mort sans postrit avant le 25 juillet 1579 ;

- 4 CATHERINE Ravaillac, marie en premires noces N... Pichot, dont elle eut un fils, et en secondes noces, avant le 8 dcembre 1582, Nicolas Mesnard, archer du vice-snchal d’Angoumois, dont elle tait veuve avant 1587 et duquel elle eut une fille. Elle vivait encore le 30 dcembre 1604 [7].

De son second mariage avec Jeanne Cousseau, qu’il avait pouse vers 1570 [8], il eut :

- 1 PIERRE Ravaillac, qualifi cuyer dans plusieurs actes, qui pousa, vers 1600, demoiselle Anne Chauvet de Fontbelle et fut pre de Jean Ravaillac, baptis en l’glise St-Paul d’Angoulme, le 8 janvier 1602 [9] ;

- 2 JACQUETTE Ravaillac, morte sans postrit, et probablement non marie, avant le 21 septembre 1587, poque laquelle sa succession est ouverte [10] ;

- 3 CATHERINE Ravaillac la jeune, marie Jean Grazilier, qui comparat comme l’autorisant dans une transaction intervenue le 9 mars 1605 entre elle et Jean Ravaillac, son frre, au sujet de la succession de Michel Ravaillac, leur oncle, dont elle tait lgataire [11].
III — JEAN Ravaillac, marchand, fils de Franois et de Marguerite Lecomte, plaide, le 25 juillet 1579, contre Michel Ravaillac, procureur au prsidial d’Angoumois, son frre, l’occasion de la succession de ladite Lecomte, leur mre commune [12], et, prend, dans un acte du 19 juin 1588 [13], les" qualits de grenier de la mayrie d’Angoulesme et mareschal des logis d’icelle. Il avait pous, vers 1575, demoiselle Franoise Dubreuil, sœur de Nicolas et Julien Dubreuil, prtres, plus tard chanoines de la cathdrale d’Angoulme. Homme de fort mauvaise vie, il dissipa dans la dbauche son patrimoine d’abord, puis une partie de l’avoir de sa femme, laquelle dut recourir la justice pour requrir la sparation de biens, qui fut prononce en 1605 ou 1606 [14]. De ce mariage vinrent :

- 1 GEOFFROY Ravaillac, qui continue la filiation ;

- 2 FRANOIS Ravaillac , n Angoulme vers 1577, qui comparat ds le 28 mars 1602 dans un acte notari, avec Jean Ravaillac, son pre, et Franoise Dubreuil, sa mre, qui poursuit, en 1606, les droits de celle-ci dans la succession de Nicolas Dubreuil, son frre, que nous trouvons encore Angoulme, faisant acte de praticien, le 28 mai 1608, qui est dit frre de Geoffroy Ravaillac, dans un acte notari du 18 septembre 1608 [15], et qui n’est autre, enfin, que FRANOIS RAVAILLAC, le RGICIDE.
IV. GEOFFROY Ravaillac, praticien, n Angoulme vers 1576, fils an de Jean Ravaillac, marchand, et de Franoise Dubreuil, se qualifie clerc dans un acte reu le 21 septembre 1594 par Lacaton, notaire Angoulme, et signe frquemment, comme tmoin, dans les actes de cette tude. Hritier des vices de son pre, il eut, plusieurs reprises, des dmls avec la justice, et notamment, en 1612, avec le sige prsidial de Prigueux, devant lequel il comparut sous la prvention d’avoir assassin ou fait assassiner, prs de Chteau-L’vque, un nomm Jean Fontaneau dont il entretenait la femme, et poursuivi encore par le procureur du Roi au prsidial d’Angoumois, qui l’accusait de plusieurs graves excs commis sur la personne de Jean Ravaillac, son pre, comme de lui avoir arrach la barbe et les cheveux.

Dans l’interrogatoire qu’il subit sur le premier chef, le 3 octobre 1612, il dclare se nommer Geoffroy de Montalque, tre praticien, natif de la ville d’Angoulme, fils de Jean Ravaillac, tre g de trente-cinq trente-six ans et habiter le lieu de Marthon.

Interrog sur le motif qui l’a fait changer le nom de Ravaillac pour celui de Montalque, il rpond que c’est parce que l’arest bailh au parlemant de Paris contre le malheureux Ravailhac, son frre, le luy enjoignoyt, et de faict il prit ledict nom de Montalque et le fyt enregistrer au greffe d’Engoulesme [16].

Examin sur le second chef, le 15 octobre suivant, il rpond la vritt estre que son pre estoyt mauvais mesnager, et ne se contantant d’avoyr dissipp son bien, voullant manger et diciper celluy de sa femme, mre du respondant, elle fust conseilhe par ses parans de se sparer de biens, comme de faict, en ayant form action, la sparation fust juge au sige d’Engoulesme ; que le pre du respondant, indigne, maltraictoyt sa-dicte mre, qui fust cause que par l’advis mesme de son pre, le respondant mena sadicte mre en la ville d’Engoulesme et luy fist charrier quelques meubles, et en seste sorte sadicte mre s’estant retire, son pre avoit retir quelque p.... prs de soy. Ledict respondant y fust pour la chasser, ce dont sondict pre, offanc, fist plainte Engoulesme., Interrog sur l’accusation de s’tre introduit avec plusieurs autres dans la maison dudit Ravaillac, son pre, et de lui avoir tir et arrach la barbe et les cheveux, il respond qu’il ne scayt ce que c’est [17].

Il n’y a point apparence que Geoffroy ait t mari ; avec lui donc dut s’teindre la branche dont il tait le triste reprsentant. On ignore galement ce que devint la branche de Pierre dit l’cuyer dont le fils Jean fut baptis St-Paul, le 8 janvier 1602, et dut, comme les autres parents du rgicide, abandonner le nom de Ravaillac.

[1Archives de la Charente, minutes de Mousnier, notaire Angoulme.

[2Ibid.

[3Ibid.

[4Cet acte est relat dans la transaction du 14 mai 1547, devant Trigeau, notaire.

[5Archives del Charente, minutes de Mousnier, notaire Angoulme.

[6Archives de la Charente, minutes de Gibaud, notaire Angoulme.

[7ibid.

[8Cette date rsulte de la transaction du 9 mars 1605

[9Archives communales d’Angoulme, registre de la paroisse S’-Paul.

[10Archives de la Charente, minutes de Gibaud, notaire Angoulme.

[11Ibid., minutes de Lacaton, notaire Angoulme

[12Archives de la Charente, sentences du prsidial d’Angoumois

[13Ibid., minutes de Lacaton, notaire Angoulme.

[14ibid.

[15ibid.

[16Archives de la Dordogne, B. 132.

[17Archives de la Dordogne, B. 132.

Messages

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.