Vous êtes ici : Accueil -> Hommes et femmes de notre histoire -> Grandes familles -> Guillouet d’Orvilliers -> 1708 - 1792 - Louis Guillouet d’Orvilliers : actes de famille - (...)

1708 - 1792 - Louis Guillouet d’Orvilliers : actes de famille - registres paroissiaux de Cherves (16)

D 20 avril 2009     H 19:35     A Pierre     C 0 messages A 1651 LECTURES


agrandir

L’amiral Louis Guillouet d’Orvilliers natif de Moulins, est une "pièce rapportée" en Saintonge, pour avoir épousé Marie-Anne-Thérèse Chesnel. Il a même laissé à Cognac ses canons de marine, donnés par Louis XIV. Sa descendance est souvent mentionnée dans les registres paroissiaux de Cherves, près de Cognac.

Source : Bulletin de la Société des Archives Historiques de la Saintonge et de l’Aunis – Tome I – 1876-1879 – BNF Gallica

A propos de Château-Chesnel, voir l’inventaire de 1787

L’amiral d’Orvilliers

Les pièces suivantes, extraites par M. Jules Pellisson, avocat à Cognac, des registres paroissiaux de Cherves, canton de Cognac, montrent les liens qui unissaient l’amiral d’Orvilliers à la Saintonge, et ajoutent quelques particularités intéressantes à la biographie de cet illustre marin.

Tous les dictionnaires historiques, Michaud, Didot, Lalanne, font naître Louis Guillouet d’Orvilliers à Moulins en 1708. L’acte suivant, copié sur les registres de la paroisse de Saint-Pierre-des-Ménestreaux, de Moulins, et que nous devons à l’obligeance de M. Louis du Broc de Segange, le rajeunit de deux ans. Il était fils de Claude Guillouet, écuyer, seigneur d’Orvilliers, capitaine de frégate et de Marie-Claude de Vic-de-Pontgibaud, de la famille des de Vic, seigneurs de Vic, de Chevannes en la paroisse de Thiel, de la Motte-Chamaron en celle de Saint-Menoux, d’Eschelette en celle de Montoldre, et de Pontgibaud. Elle était veuve en 1736 :

Ce jourdhuy vinq sixième mars mil sept cens dix, a été baptizé Louis Guillouet, né le mesme jour, fils légitime de messire Claude Guillouet, équier, sieur d’Orvilière et de Marie-Claude Devic, sa femme ; son parrin, messire Louis Guillouet, sieur de Larlate, sa marraine, Marie-Elizabeth Devic, fille de messire Gilber Devic, équier, seigneur des Chelettes, des Chevennes, qui ont signés.

Marie-Elisabet de Vic. Guillouet. Decamp, vicaire.

Louis Guillouet d’Orvilliers, incorporé dès l’âge de 15 ans dans les troupes de la garnison de Cayenne, dont son père était gouverneur, entré ensuite dans la marine en 1728, lieutenant de vaisseau en 1743, servit dans l’escadre de M. de Cour, et assista aux combats livrés, en vue des îles d’Hyères et de Toulon, à l’escadre anglaise de l’amiral Mattheuws. Chevalier de Saint-Louis dès 1746, il fut attaché au port de Rochefort, comme lieutenant de la compagnie des gardes de la marine. Capitaine de vaisseau en 1754, il commanda successivement la frégate la Nymphe, puis les vaisseaux le Belliqueux et le Guerrier, et parvint au grade de chef d’escadre peu d’années après. En 1778, lieutenant général et grand croix de l’ordre de Saint-Louis, il commandait l’armée navale qui battit l’amiral anglais Keppel, près des îles d’Ouessant, et dans laquelle se trouvaient plusieurs officiers saintongeais : MM. de Vaudreuil, d’Amblimont, de Réals, de Nieul, du Chaffault, etc.

1747, 31 août. — Mariage de Louis Guillouet d’Orvilliers et de Marie-Anne-Thérèse Chesnel.

Le trente et un aoust mille sept cent quarante sept, après la publication d’un ban de mariage pour premier et dernier au prosne de nostre messe paroissialle aussi bien qu’en celle de Saint-Louis de Rochefort, de messire Louis Guillouet, chevalier, seigneur d’Orviliers et austres places, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis et lieutenant des vaisseaux du roy et de la compagnie des gardes de la marine au département de Rochefort, de laditte parroisse de Saint-Louis de Rochefort, et de demoiselle Marie-Anne-Thérèse Chesnel, dame de Montigny, de celle de Cherves, sans qu’il se soit trouvé aucunne opposition ny empeschement civil ny canonique dans l’une ny l’austre parroisse, comme il apert par le certificat du sieur Vichery, curé dudit Rochefort, en datte du vingt sixiesme dudit mois d’aoust, les parties ayant obtenu la dispense des deux austres bans de nos seigneurs les évesques de Sainte et La Rochelle, icy jointe, et ledit sieur nous ayant communiqué l’aggrément qui l’a eu de la cour pour son établissement en datte du dix neuf jeuillet de la susditte année, signée : Maurepas, et plus bas : Baraille, commendant du port de Rochefort, nous avons procédé à la bénédiction nuptiale des parties cy dessus nommées, la cérémonie des fiançailles estant préalablement observée, en présence de messire Charle-Rocq Chesnel, Louise-Marie-Jeanne Poussard, Françoise Chesnel, Marie-Elizabet Chesnel, Marie-Elizabet Chesnel, Marie-Louise-Elizabet Frétard, Jeanne Hebré de Longueval, Alexandre de Galard de Béard et de Jean-Louis de Longueval, qui ont tous signé avec nous ainsi :

Louis Guillouet d’Orvilliers. Marie Anne Terese Chesnel. d’Escoyeux. Poussart d’Escoyeux, d’Escoyeux de Gadeville, Galard de Béarn. Chesnel de Galard. Hebré Longueval. Fretar de Gadeville. Longueval. Guillet, prieur curé de Cherves.

1766, 8 janvier. — Mariage d’Antoine de Vic de Pongibaud et d’Anne-Marie-Elisabeth Guillouet d’Orvilliers.

Le huit janvier mille sept cent soixante-six, après la publication d’un ban de mariage pour premier et dernier au prosne de nostre messe parroissialle, de messire Antoine de Vic de Pongibaud, enseigne des vaisseaux du roy, de la paroisse de Saint-Louis de Rochefort, et de demoiselle Anne-Marie-Elisabeth Guillouet d’Orvilliers, de celle de Saint-Viviain de Cherves, sans qu’il se soit trouvé aucunne opposition ny empeschement civil ny canonique dans l’une ny l’austre parroisse, comme il m’a aparu par le certificat du sieur curé de laditte parroisse de Saint-Louis de Rochefort, à l’exception cependent de celuy du deux au troisiesme degré de consanguinité dont les susdittes parties ont obtenu dispense de nostre Saint Père le pape, dûment fulminée par l’official le sept du susdit mois, les susdittes parties ayant aussi obtenu de nos seigneurs les évesques de Sainte et de La Rochelle la dispense de leurs deux autres bans, la cérémonie des fiançailles estant aussi préalablement observée, nous avons procédé à la bénédiction nuptiale des susdittes parties, après touttefois que ledit sieur de Vic de Pongibaud nous a fait aparoir le consentement de la cour, ensemble celuy de dame Anne Dubuisson [1], sa mère, et laditte demoiselle Anne-Marie-Elizabetli Guillouet d’Orvilliers, celuy de messire Louis Guillouet d’Orvilliers, chevalier, seigneur de Château-Chesnel, Laleu et austres lieux, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, chef d’escadre des armées navales de Sa Majesté, son oncle et curateur aux causes, en présence du susdit seigneur Guillouet d’Orvilliers, de messire Didier-Erançois-Honorat de Baraudin, chevalier, seigneur de Laulnay-le-Cosquier, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, capitaine des frégattes du roy, lieutenant en premier des gardes de la marine, de messire Louis-François Ignasse de Lafaye, chevalier, enseigne des vaisseaux du roy, de messire Claude Hugon, chevalier, seigneur de Givry, garde de la marine, dame Marie-Anne-Thérèse Chesnel d’Orvilliers, demoiselle Marie-Charlotte Guillouet d’Orvilliers et de messire Louis-Claude Guillouet d’Orvilliers, chevalier, garde de la marine, qui ont tous signé avec nous.

Ainsi signé : Devic de Pongibaud. d’Orvilliers de Pongibaud. d’Orvilliers. d’Orvilliers. Guillouet de Chesnel. Chesnel d’Orvilliers. Hugon de Givrv. Baraudin. Lafaye d’Amberac. Guillet, curé de Chervcs, official.

1773, 20 juillet. — Mariage de Gilbert-Pierre-Alexandre do Chavagnac et de Marie-Charlotte Guillouet d’Orvilliers.

Le vingt juillet mille sept cent soixante et treize après la publication d’un ban de mariage pour premier et dernier eu l’église de cette parroisse, ainsi qu’en celle de Saint-Louis de Rochefort, de messire Gilbert-Pierre-Alexandre de Chavagnac, seigneur de Chauffoud, de Briaigne et austres lieux, enseigne des vaisseaux du roy au département de Rochefort et de demoiselle Marie-Charlote Guillouet d’Orvilliers... (Formules), nous avons procédé à la bénédiction nuptialle des susdittes parties en présence de puissante dame Harenger Dumesnil de Chavaignac, mère de l’époux, de messire Frédéric-Joseph de Chavaignac son frère, de haut puissant seigneur Louis Guillouet d’Orvilliers et de puissante dame Marie-Thérèse Chesnel, père et mère de l’épouse, et de plusieurs autres qui ont signées avec nous :

Chavagnac. d’Orvilliers, de Chavagnac. Harenger de Chavagnac. Chavagnac d’Orvilliers. Chesnel d’Orvilliers. Eléonore Chavagnac d’Orvilliers. Louise Chavagnac. Guillouet d’Orvilliers. Devic de Pongibaud. Hugon de Givry. de Brach d’Orvilliers. Guillouet
d’Orvilliers. Gabeloteau. fr. Ig. Versejac, souprieur. Gautier, curé de Cherves.

1774, 9 octobre. — Mortuaire de Marie-Charlotte d’Orvilliers.

Le neuf octobre a été inhumé dans l’église de cette paroisse le corps de dame Marie-Charlotte Guillouet d’Orvilliers, âgée de vingt cinq ans, épouse de messire Pierre-Alexandre de Chavaignac, enseigne des vaissaux du roi, de la ville de Rochefort au diocèse de La Rochelle, actuellement demeurant au Château-Chesnel de cette paroisse, en présence de messire Jacque Sabouraud, prêtre, et de messire Dabescat, choriste de Cognac,

Sabouraud. Dabescat, vicaire à Cognac. Gautier, curé.

1780, 8 juillet.— Mortuaire de François-Joseph de Châteigner.

Le huit juillet a été inhumé, dans le cimetière de cette paroisse, le corps de messire François-Joseph de Châteigner, mort de la veille, chevalier, ancien major du régiment de Vermandois infanterie, chevalier de l’ordre royal militaire de Saint-Louis, pensionnaire de Sa Majesté, natif du château de Faure, paroisse de Saint-Fort, diocèse de Cahors, demeurant depuis quinze ans à Rochefort, diocèse de La Rochelle, âgé de soixante-douze ans, époux de dame Marguerite-Françoise de Lalain, ayant receu tous les sacrements, en présence de messire Louis Guillouet d’Orvilliers, lieutenant général des armées navalles. grand croix de l’ordre militaire de Saint-Louis, et de messire Antoine Devic de Pongibeaud, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, qui ont signés avec nous :

d’Orvilliers. Devic de Pongibaud. Gautier, Curé de Cherve.

1780, 29 novembre. — Mortuaire de Marie-Thérèse Chesnel.

Le vingt neuf novembre a été inhumé, dans le caveau de cette église, le corps de dame Anne-Marie-Thérèse Chesnel, âgée de soixante-dix ans, décédée de la veille à midi et demi, épouse de messire Louis Guillouet d’Orvilliers, lieutenant général des armées navalles, grand croix de l’ordre militaire de Saint-Louis, ayant receu tous les sacrements en présence de Marie Bureau, veuve Ryot, et de Pierre Lamy, qui ont signé avec nous :

P. Lamy. M. Bureau, veuve Ryot. Gautier, curé.

D’Orvilliers, veuf et atteint d’une maladie grave, se retira au séminaire de Saint-Magloire à Paris, en 1783. On ignore la date de sa mort ; on croit qu’il décéda en émigration après 1791. L. A.

[NDLR Wikipédia indique que d’Orvilliers serait mort à Moulins, en 1792, sans autre précision.]


[1Anne-Euphémie du Buyssnn, fille d’Antoine du Buysson, chevalier, seigneur des Aix, Vielfont et Montcelat, chevalier de Saint-Louis, et de Françoise Lebègue d’Ambly, avait épousé, en 1738, Bernard de Vic de Pongibaud, chevalier, seigneur d’Echelettes, capitaine au régiment des Landes, chevalier de Saint-Louis. Anne-Marie-Elisabeth d’Orvilliers était fille du gouverneur de Cayenne. Elle eut deux filles, Félicité et Marie-Rose, qui ont épousé les deux frères Goyet de Lyvron.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Cherves-Richemont - 16 Cognac - 18e siècle - Chesnel - Marine - Orvilliers (Guillouet d’) - Registres paroissiaux -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1863 - Pièces angoumoisines inédites ou rares - Sté Archéologique et Historique de la Charente

2.  1766 - Monsieur Frétard de Gadeville dans l’affaire Lally-Tollendal

3.  1789 - Description, histoire et anecdotes : la Saintonge, Sablonceaux et Saint-Jean d’Angély

4.  Conversion en texte des tables des publications des sociétés savantes de Charente et de Charente-Inférieure

5.  1372 - Traité de Surgères pour une trève entre Français et Anglais


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Santonismes ou locutions saintongeaises de Bernard Palissy (1506-1589 ?)

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux