Vous êtes ici : Accueil -> La boite à outils du chercheur et du curieux -> Glossaires -> Glossaire du français du 14ème siècle, dans les chroniques de Froissart - (...)

Glossaire du français du 14ème siècle, dans les chroniques de Froissart - 2ère partie I - W

D 19 octobre 2009     H 23:35     A Pierre     C 0 messages A 3070 LECTURES


agrandir
Jean Froissart

"Trop avoit cru au conseil de ses marmousets, parquoi son royaume avoit été en grand branle." - Au temps évidemment oublié où le roi avait son "fou" comme conseiller.

Le français de Jean Froissart (né vers 1337 à Valenciennes - mort après 1404) vous déconcerte ? Pour vous "destouiller la vie", découvrez dans ce glossaire un vocabulaire oublié, et une langue française enrichie par ses échanges avec les autres langues d’Europe. Quelques mots ont parfois survécu dans des expressions locales, ou dans d’autres langues.

Cette deuxième et dernière partie du glossaire (mots commençant par les lettres I à Y) comprend 978 mots.

1ère partie du glossaire (de A à H)

Source : Les chroniques de Sire Jean Froissart qui traitent des merveilleuses emprises, nobles aventures et faits d’armes advenus en son temps en France, Angleterre, Bretagne, Bourgogne, Escosse, Espaigne, Portingal et ès autres parties - T 1 - Jean Alexandre C Buchon - Paris - 1835 - Books Google

Les enluminures qui illustrent cette page proviennent d’une édition des Chroniques de Froissart conservée à la BNF (BNF FR 2643)

Glossaire des mots français du quatorzième siècle devenus hors d’usage au dix neuvième [NDLR et encore plus certainement au 21ème siècle], avec des exemples tirés uniquement des Chroniques de Jean Froissart.

I - 22 mots

Iaue, iaulve, iawe (eau).

Idoine (propre à).

Illuec, illec (là).

Impétrer (obtenir). - Pour impétrer qu’on les pût combattre.

Impositeur (percepteur de l’impôt).

Incrédible (incrédule). - Pour venger les souffrances Notre Seigneur et détruire les incrédibles.

Incoulper, inculper (accuser).

Inditté (informé). - Quand il eut bien inditté et instruit son varlet.

Infortunité (infortune).

Inobédience (désobéissance).

Inquisité (recherché). - La chose fut examinée et inquisitée.

Ire, ireur (colère).

Iré (courroucé). - Pour laquelle chose il étoit moult iré.

Ireusement (avec colère, en colère). - Il prit une épée et s’en vint ireusement assaillir ce dit ours. -Quand-elle fut venue, elle la nomma par son nom, et lui dit moult ireusement.

Ireux (emporté).

Issir, istre (sortir).

Isnelle (léger).

Isnellement (rapidement).

Issue (sortie, race). - Si fesoient souvent des issues sur les gens du comte d’Armagnac. - Ceux étoient de son issue et de son conseil.

Ist (sort ; de issir). - Ne vous ébahissez pas si grand peuple ist de Bruges contre vous.

Istiez [que vous] (sortiez). - S’il convient que vous en istiez en trouble, vous y entrerez en joie.

Istreroit [il] (il sortirait ; d’issir). - Et eut le roi conseil que il istreroit pour parler à eux.

J - 30 mots

Jà (déjà)

Jà-soit-ce-que, jassoit-ce-que, jassoit-que (quoique).

Jake (jaquette).

Jaque (casaque mise sur la cuirasse, justaucorps). - Et avoit vêtu un noir jaque de velours qui moult l’échauffoit.

Jangle (conversation). - Atant rentrèrent-ils en autres jangles.

Jangler (plaisanter).

Jengle (plaisanteries). - Garçqns montés par leurs jengles et par leurs bobans en honneurs.

Jeuer (jouer). - Ainsi que enfans jeuent et s’ébattent.

Jeu parti (jeu bien partagé). - Et quand ils se voyoient à jeu parti au plus fort de leurs ennemis.

Jeuwiaux (joyaux). - Et l’avoit le duc enrichi en bons jeuwiaux en or et en argent.

Joiel (joyau). - Si se douta à perdre si riche joiel que le bassinet du roi, qui éloit estimé à tant de florins.

Joignant, joindant (près de). - Et leur convenoit passer assez près de Clermont, joignant des fossés et des murs.

Joïr (jouir). - Vous ne pouvez paisiblement jour de la couronne fors par bataille.

Joli (joyeux, gai). - Il en fut toujours plus lie, plus gai et plus joli. - Et sachez bien qu’il n’y avoit si preux, si riche, ni si joli, qu’il ne fût en grand effroi de lui-même.

Jolier (rendre joli). - Tous s’efforcèrent à jolier leurs vaisseaux.

Jolier [se] (s’orner). - Lors s’armèrent et se jolièrent plus de vingt milie Parisiens.

Jolieté (galté). - Quelque bonne prise, dont nous etoffions nos jolietés

Joliettement (élégamment). - Et se demeuroient joliettement sur leurs chevaux.

Joliveté (gaîté). - Et puissiez voir entre ces nouveaux chevaliers toute joliveté et apperleté.

Jou (je). - Ainsi fui-jou infortuné.

Jone (jeune). - Le jone roi de France étoit au gouvernement de ses oncles.

Jouée (soufflet sur la joue). - Il lui donna une jouée.

Jouel (joyau).

Journée (voyqge). - Ni aller à Lille à leur journée.

Josne, jovene (jeune).

Juponnier (feseur de jupons).

Jupper (appeler). - On n’oyoit mais ni crier, ni jupper, ni renommer aucunes enseignes ni aucun seigneur.

Jus (à bas). - Toutes autres choses mises jus.

Justicier (condamner)

Jut [il] (de gésir) ; il resta.

K - 3 mots

Kai (quai).

Kas (machine de guerre).

Kieute (tapis).

L - 63 mots

Labouré (travaillé). - Nous avons tant fait et labouré envers ceux de nos métiers.

Lai (legs). - Il y pensa et fit ses lais. - Après tous ces lais ordonnés et laissés.

Laier (laisser).

Laigne (bois). - Autant que on apporteroit de fagots de laigne on auroit de blancs.

Laira [il] (il laissera).

Lairay [je] (je laisserai).

Lairoient [ils] (ils laisseraient). - Ils eurent conseil qu’ils n’en lairoient nuls entiers.

Lairoit [il] (il laisserait).

Lame (cercueil). - La cause a été pour embellir sa lame et sépulture.

Lancer (attaquer avec la lance).

Landevére (digue ; des deux mots allemands, land wehr, défense du pays. On l’applique à une levée d’hommes armés). - Nous avons plusieurs bonnes landevères, ce sont bons fossés ou digues.-En tournant et en environnant cette landevère ils trouvèrent une frète (passage).

Langager (parler, pérorer). - Le prince parloit et langageoit pour lui. - Ainsi que on langage d’armes ensemble.

Langagier (parleur). - Un sage et vaillant homme et beau langagier.

Langour (langueur). - Quand il fut chu en maladie et en langour.

Langue-fride [le] (mot traduit de l’ailemand, land fried, paix du pays ; c’est une sorte de garde nationale).

Large (généreux).

Largesse (espace large, libre). - Nous prendrons la largesse des champs aussi bien que nos ennemis ont fait.

Larrecin (larcin).

Larrecineusement (furtivement).

Lascheté, lasqueté (lassitude, lâcheté). - Les autres par lascheté traînoient leurs épées. - On y avoit vu et trouvé tant de lasqueté que on avoit petite fiance en eux.

Latinier (interprète). Et furent bien examinés des latiniers du roi, - Par le moyen d’un latinier qui remontroit les paroles de l’un à l’autre.

Léans, laiens (là-dedans).

Légaulx (légats). - Or vous parlerons des légaux de Béarn et de Foix.

Légier [de] (aisément). - De légier ils recouvreroient la ville.

Légit [il] (il lut). - Il reçut les iettres et les légit.

Légy [on] (on lut). - Depuis on légy tous ses forfaits pour lesquels il recevoit mort.

Letton (fer ; on dit encore fil de laiton). - En son vivant en beau letton il le fit former et tailler.

Lez (côté).

Li (les, à lui, à elle). - Li uns comme li autres.

Lie (joyeux).

Liement (joyeusement).

Liesce (joie).

Lige (lié par une obligation féodale),

Ligement (en hommage lige).

Lignage (famille). - Les grands bourgeois de Rennes qui étoient tous d’un lignage.

Ligner (aligner). - Comme s’ils l’eussent ligné à la cordelle.

Lin (vaisseau de ligne). - Et se boutèrent en un lin en mer. -Si fit apparenter un vaissel, qu’on appelle lin, qui va par mer de tous vents et sans périls.

Linceu (drap de lin). - Flambe ardente se bouta en ce lit, entre les linceux

Liné (fait d’étoffe de lin). - Les chemises linées et poyées étoient joignant à la chair.

Linfar (mot traduit de l’allemand, leichtferlig, méchant, prêt à tout).

Lique (espèce de bâton)

Lisirent [ils] (ils lurent ; de lire).

Lisit [il] (il lut). - Le chanoine lisit ces lettres. - On lisit ces lettres.

Litteron (petit lit). - En ce solier avoit un povre litteron, où les enfans de la povre femme gissoient.

Livré (soigné, nourri) - Et étoient leurs chevaux mal logés et mal livrés.

Lobe (moquerie, tromperie, ruse).- Mais lui fesoient très bonne chère et le tenoient de gengles et de lobes. - Et le menaçoit tant par lobes que.

Lober (railler). - Je ne le d\s mie pour vous lober.

Loer, louer (conseiller, louer). - Je loe donc que nous chevauchons. - Le royaume vous loué-je vider. - Je me loe des Bretons.

Logette (petite cabane).

Loi [la] (la magistrature). - Quand il eut renouvelé la loi, èt de tous pris la féauté et hommage.

Loien (lien). - Quelques traités ni quelques loiens de paix nt d’accord qu’il y eut.

Loier (attacher, lier). - Sa nef étoit forte et bien loiée. - Si son cousin prenoit sa fille il se loieroit avec lui de toute sa puissance.

Loier (récompense).

Loiré (de loirre, terme de fauconnerie). - Un de ses faucons étoit loiré, pour les aigles.

Loirre (leurre, terme de fauconnerie). - Et n’ai loirre de qui je le puisse réclamer.

Loirrer (leurrer, terme de chasse).

Los (louange). - Acquérir honneur, los et prix.

Losengier (flatteur). - Comment haineux et losengiers s’avancent de parler outrageusement et sans cause.

Loyer (récompense). - Mais pour ses vaillances il en eut en la fin ce loyer.

Loyer (lier). - Et loyèrent le comte Guy de Blois si avant en paroles, en lettres et en scellés comme faire le pussent et sçussent

Loudier (manant, paysan). - Un fort loudier qui l’avoit vu passer.

Louer (conseiller),

Lubriquement (légèrement). - Ce duc de Bretagne s’acquitta lubriquement et faussement envers le comte et nos gens. - Le roi de Portingal s’étoit lubriquement porté envers eux.

M - 128 mots

Mahomet (mécréant). - Et n’avoit oncques nul mahomet d’encoste lui.

Maieur, mayeur (maire ; on dit encore lord mayor en anglais). - Si dirent au maieur de la Rochelle. - En ta ville de Londres avecques le maieur a douze échevins. - Il demande le mayeur de Londres.

Maimbourg, mainbourg, mambourg (tuteur, gouverneur).

Maimbournie (tutelle). - Le roi de France, leur oncle, en devoit avoir, au nom des enfans, la mainbournie.

Mainner (mener). - Ce conseil le mainne ainsi qu’il veut.

Mains-né (puîné).

Mairain, rnerrain, merrien, meirrein (bois de charpente).

Mais (jamais plus). - lis ne pourront mais aller plus avant.

Mais que (pourvu que).

Maisonnelle (petite maison, maisonnette). - Une pauvre maisonnelle enfumée.

Maisnie, maisgnie, maisgniée, mesnie, menée (suite). - A privée maisnie ; c’est-à-dire avec peu de suite.

Maître, mire (médecin).

Maistrier (dominer, maîtriser). - Pour maistrier ceux de Paris s’il besognoit.

Maladieux (maladif).

Malandrin (enchanteur, mauvais homme). - Or regardez la nature des malandrins de te pays.

Mal-dit (maudit).

Male (méchant, mauvais, mauvaise). - Il vouloit les males gens combattre. - Maies gens, vous me priez l’épée en la main. - La journée fut grande assez et male, car elle coûta depuis deux cent mille vies.

Malement (beaucoup). - Ces murs étoient hauts malement.

Malle (mauvaise). - Il n’y vouloit mie nourrir toute la haine et malle amour que il pourroit bien.

Malivolance (malveillance). - Encore se sentoit-il en la malivolance et haine du roi de France.

Maltalent, mautalent (mauvaise intention, mauvaise volonté). - Il leur pardonnerait son mautalent.

Maltoulte (maltôte, d’où maltôtier ; de tollir, enlever : chose mal à propos, injustement enlevée).

Malvoise (vin de Malvoisie). - Vins du Rhin, de Poitou, de France, Garnaches, Malvoises, etc.

Manant (habitant, qui demeure). - Huit mille ou neuf mille manants, que bourgeois, que gens de métier. - Les hommes manants ès cités et bonnes villes ne sont pas usés ni accoutumés de guerroyer.

Mandement (commandement).

Manerier (connaître la manière).

Mangonneau (machine à jeter des pierres, et pierre lancée par cette machine).

Mansion (demeure, habitation ; à Londres le palais du lord-mayor s’appelle encore mansion-house). - Et établirent mansions et logis pour eux et leurs chevaux. - Puis retournèrent à Lourdes leur principale mansion.

Manteau (machine de siège pour mettre les soldats à couvert).

Marchander (commercer). - Les cités et bonnes villes avoient bien dit au duc que vivre et marchander les convenoit.

Marche (frontière). - Si rapporta un sauf-conduit pour durer tant comme ils seroient sur la marche.

Marchir (borner). - Northonbrelande et Galles qui marchissent assez près de là.

Marchissant (limitrophe).

Marès (marais). - Ens uns grands marès qui là sont

Marescaux (maréchal).

Mareschaussiée (prison près de Londres, Marshalsea).

Marine (rivage de la mer). - En suivait la marine. - De la marine de Gravelines jusqu’à l’Ecluse.

Marle (marne, pierre).

Marmouserie (folie). - Et entra en une telle marmouserie que le plus du temps il alloit tout seul parmi ta ville de Gand.

Marmouset (fou, favori). - Je n’ai vu nul haut seigneur qui n’eût son marmouset. - Pointez bien la chose avant pour donner crémeur au roi et à ses marmousets aussi. - Trop avoit cru au conseil de ses marmousets, parquoi son royaume avoit été en grand branle.

Maronnier (matelot). - Et exploita tant le maronnier, à l’aide de Dieu et du vent, qu’ils vinrent à Douvre. - Et disoient les Gascons à leurs maronniers.

Martinet (machine a lancer des pierres).

Martirer (martyriser). - Le roi fesoit ses gens navrer et martirer sans raison.

Mas (maison des champs).

Masuyer (fermier, qui habite un mas).

Mat, Mate (mort, faible, abattu ; de l’espagnol matar, tuer. On dit encore échec et mat). - Si ne pouvoient aller avant, car ils étoient si mates et si foibles.

Maucréer, Maucrier (croire le mal ; on dit encore maugréer, maudire). - Les Escots étoient maucriés.

Maufait (méfait).- Plusieurs larcins et maufalts.

Mautalent (mécontentement).

Mautalentif (mécontent). - Et se retrairent vers les logis tout mautalentifs.

Mauvaisté, Mauvaisetié (malice)

Medicin, Mire, Maître (médecin). - En ce temps avoit au royaume de France un très savant et sage médicin.

Mediciner (donner des médecines).

Méismes (même).

Mélancolie, Merancolie, Merencolie, Merincolie (tristesse, chagrin). -Si en eut grand’merencolie.

Mélancolier, Merencolier (méditer avec tristesse, se fâcher). - Adonc musa-t-il sur ses besognes un petit, et quand il eut merencolié un espace. - Les Anglois se commencèrent à merencolier sur le duc qui point ne venoit.

Melancolieux, Merancolieux, Merencolieux, Merincolieux (triste, froid, chagrin). - Monté sur un coursier trop melancolieux. - De quoi messire Hervey fut durement merencolieux.

Mençongier (menteur). - Nous voulons être tenu pour mençongier et déloyal si, etc,

Menestrandie, Menestandrie (musique de ménestrels). - Et entra le jeune roi en la cité de Reims bien accompagné de menestrandies. - Grand noise de trompes et de nacaires, tabours, cornets, et de toutes manières de menestrandies.

Ménestrieux (pluriel de ménestrel). - Il y eut là foison de ménestrieux.

Menre, Mendre, Maindre (moindre). - Trois cents autres hommes de menre état - La cité de Toulouse n’étoit mie pour ce temps grandement menre que la cité de Paris.

Mentre (pendant que ; conservé en italien).

Mérir (mériter, payer, rendre suivant les mérites, rendre ce qu’on mérite). - Dieu vous puisse rendre et mérir le bien et honneur que vous me voulez faire - Dieu le puisse mérir au roi et à son noble conseil. - Dieu le vous puisse mérir. - Dieu le vous puisse mérir au corps et à l’Ame.

Merveiller [se] (s’émerveiller). - Tous et toutes se merveilloient de la grandeur de la béte.

Més-aise (malaise).

Mes-avenir.

Mes-aventure.

Mes-chéance (mésaventure).

Mes-chéoir (arriver mal).

Meschef (malheur ; les Anglais ont conservé ce mot dans mischief).

Meschied - â celui qui meschied on lui mésoffre.

Meschine (fille, domestique). - Il n’y avoit dedans fors menus gens, meschines et varlets.

Mesellerie (lèpre) - Il étoit si malade de mesellerie que il tomboit tout par pièces.

Meseau (lépreux).

Mes-fiance (méfiance). ,

Meshaigner, méhaigner (maltraiter, blesser). -. Moult de morts, de meshaingniés et d’abattus.

Meshaing (mal, destruction). - Ils le couvroient de fiens, afin que on ne vit point le meshaing.

Mes-huy (aujourd’hui, à présent). - Je vous défends à non partir mes-huy. - Qu’ils ne m’envoyent mes-huy requerre. - Tenez-vous mes-huy et demain tout pourvus de vos armures.

Mésissent [ils] (missent). - Il ordonna que tous se mesissent en dévotion.

Mès-offrir (offrir mal).

Mesprendre (errer). -Et si mespris avoit envers lui, il lui amenderoit.

Mesquerdi (mercredi).

Message (messager).

Messenaire, Miessenaire (mercenaire.)

Messonner (moissonner). Et a tout messoné et cueilli devant lui.

Mestier (besoin, en espagnol menester). - Si mestier étoit. - Une chose qui est en fleur, a greigneur mestier qu’elle soit près gardée que quand elle est contournée en fruit.

Mestrier (se rendre maître). - Pour ce que les Espaignols vouloient cette nef mestrier et l’avoir.

Mesuser (mal user).- Le roi Edouard en mesusoit.

Mesvenir (mésavenir).

Mète, Mette (limites).-Sur les mettes de Flandres.

Métiers (les quatre) de Bruges, qui étoient, selon Froissart : coulettiers (culottiers), verriers, bouchers, poissonniers.

Meurdre (tuer). - Toutes ses gens meurdre en leur lit

Mie (pas).

Mirouer (miroir).

Mistrent [ils] (ils mirent ; de mettre). - Ces trois barons se mistrent au-chemin. - Ils se mistrent en ordonnance.

Mitre (monnaie). - Un pain n’y valoit que quatre mitres.

Moie, Moye (mien). - Je serai toujours appareillé de vous servir à votre honneur et à la moie.- Pour votre honneur et pour la moie.

Moie (monceau). - Adonc apportèrent-ils fagots devant la tente du roi, et en fit-on là une très grande moie. - Et là faire moies.

Moillier (épouse ; de mulier).- Et fit mourir sa moillier.

Moiste (humide).

Moleste (injure).- Et se doutoient qu’il en fit aucuns griefs et molestes à son pays.

Monadich (petit moine). - Un jeune écuyer breton moult bel enfant que on nommoit le monadich.

Monstre, Montre (revue de troupes). - Et tout ainsi comme venoient les gens d’armes ils faisoient leur monstre.

Montéplier (multiplier). - Les blancs chaperons étoient jà si montépliés.

Morel, Moreau (noir). - Monté sur un cheval morel

Moresque (monnaie espagnole égale à un florin). - Et nous vous donnerons vingt moresques. Quand le hérault ouït promettre vingt florins.

Morille (peste). - Tous mourrons de cette povre morille et sans coup férir.

Morsel (morceau). - Sitôt que le chien eut mangé le premier morsel.

Motion (sédition). .

Motte (monticule). - Et sied cette église en une motte avironnée de grands arbres, de haies et de buissons.

Moullier (femme ; de mulier).- Quand sa moullier fut couronnée à Reims. - Si votre mouillier est d’Angleterre, quoi de ce ?

Moult (beaucoup),

Moustyson (saison du moust, vin doux) - Et moult souvent par trop boire, car c’étoit au moustyson, ils avoient la foire.

Moyenne (milieu, moitié). - Et attendirent à la moyenne de mars avant qu’ils entrassent en mer. - De l’entrée de mai jusqu’en la moyenne de janvier.

Moyenneté (médiation).-Pour parler au roi d’Angleterre à cause de moyenneté.

Moyeux (jaune d’oeuf). - Pourvéances de biscuits, de farines, de moyeux d’oeufs battus en tonneaux.

Mucer, Mucier, Mussier (cacher) - Maintenant me faut mussier.

Muer (changer). - Les temps ont bien mué de mal en pis. - Or sont depuis les choses muées autrement. - Et demeuroit chacun en sa teneur sans muer ni rendre forteresse.

Muir (si je) muire (je meurs ; de mourir). - Vive Henry et muire dame Piètre ! - Nous ne voulons pas que Gaston muire.

Muisteur (tempérament froid) : - ll tient trop de la muisteur de la mère.

Murdne (meurtre). - Ils firent grands murdres. - Plusieurs autres murdres, larcins et maufaits. - Ce vilain fait et murdre les Génois l’avoient fait faire.

Murdrir (tuer).- Et tu me veux maintenant murdrir !

Murmuration (murmure).

Murtrir (tuer). - Il fit occir et murtrir de nuit son frère.

Muse (musette, instrument de musique).

Muser (méditer). - Le roi qui pensoit et musoit fortement.

My (mes). - Le roi leur dit : my enfants.

My [en] (au milieu).

N - 32 mots

Nacaire (timballe).

Nager (naviguer) - Et il se fit nager outre l’eau. - Et les autres nageoient sur huis et sur claies.

Nave, nef (vaisseau). - Ils ont toujours cinquante que galées que grosses naves. - Il demeura sur mer en naves.

Navée, navie (flotte).

Naviage (office de navieur). - Il avoit acheté l’office des rivières et du naviage.

Navier (naviguer). - Et navièrent à rive pour venir outre la Tamise.

Navieur (marin)

Navire (commerce par eau). - Il avoit bouté le navire en une nouvelle dette.

Navrure (blessure). - De laquelle navrure il mourut.

Négromantien (nécromancien).

Nenni, nennil, nennin (non).

Nequedent (néanmoins, nullement).

Nequetant (pas même). - Ils étoient tous introduits que point ne parlassent du roi Richard, sur la vie, nequetant l’un à l’autre.

Nice (ignorant). - Les plus nices et |es pis armés.

Nient (pas ; d’où niente en italien).

Nient-mains, nient-moins (néanmoins).

Nieps (neveu). - Beau nieps, puisque vous êtes si à puissance de gens d’armes.

Nigromance (nécromancie). - Voirement faut-il qu’il le sache par aucune voie de nigromance. - Ce chatel de l’OEuf ne fait mie à pren dre ni à conquerre, si ce n’est par nigromance ou par l’art du diable.

Noer (nager, passer à la nage). - Et passèrent la rivière de Lesse au noer. - Si fuirent les anciens en la riviére qui la cuidoient noer.

Noige, nege (neige).

Noise (bruit).

Noient (rien). - La séjourner ici ne nous vaut noient.

Non-caloir (négligence, nonchalence). - Il mit ce en non-caloir.

Noncier (annoncer). - Ils vinrent noncier au scieur de Coucy tout
ce que ils avoient vu. - Il en envoya tantôt noncier les nouvelles au duc de Lancastre.

Noncierre (messager ; comme emperiére empereur).

Nonne (midi)

North (nord). - Grand foison de chevaliers et écuyers du north.

Notonnier (nautonnier).

Nourrisson (nourriture, éducation). - Et de telle nourrisson ils paissoient leurs chevaux un grand temps.-La jeune fille que le comte de Foix avoit en garde et nourrisson.

Nouvelleté (nouveauté).

Nuittie (nuitée). - Ainsi se porta cette nuittie.

Nulli, nullui (personne).

O - 44 mots

O (avec). - Et puis chevaucha o le demeurant de ses gens.

Occir (tuer).

Occision (meurtre).

Ocqueniseux (accablant, tuant ; d’occir). - La saison qui est ai chaloureuse et si très ocqueniseuse du soleil.

Oez [vous] (vous entendez ; d’ouïr).

Oir (ouïr). - Ils orront.

Oiseux (oisif).-Les gens y sont tous oiseux et n’y font point de labour.

Oliettes (olivettes, petites olives).

Ombroier (se mettre à l’ombre). - Et s’en vinrent ombroier du long d’une haie.

Omniement (tous ensemble). - Ceux archers tiroient si omniement.

Opposite [à l’] (vis-à-vis).

Orains (à l’instant).

Ord, orde, ort (sale, gâté ; d’où ordure). - La terre étoit froide et orde. - Et leur remontra comment les Espaignols sont ors et pouilleux. - Par si ort temps, si froid et si pluvieux.

Ordenance (ordonnance).

Ordène (ordre, sacrement).- Il étoit religieux sans ordène.

Ordonnément (avec ordre).

Orent [ils] (ils eurent).

Oriflambe (oriflamme).

Oroloige (horloge). - Un oroloige qui sonnoit les heures vingt-quatre entre jour et nuit.

Os [je] (j’eus). - De la mort au fils du comte de .Foix, os-je à mon cour grapd’pitié.

Ose (audace). - Il mit ose et hardiment ensemble.

Ost (armée).

Ostagerie (fonctions d’otage).

Ostagier (otage).

Ostil (outil). - Ostils de cuisine.

Ostillée (maison). - Moult fut toute l’ostillée du roi réjouie de la venue des dames.

Ostoier (guerroyer).

Ostour (autour, oiseau de proie), - Le seigneur de Milan m’envoya ostours et faucons.

Ostruce (autruche).

Ot (eut). - Et on ot autre conseil.

Ot [il] (il eut).

Ot [on] (on entend). - Ainsi que de nuit on ot moult clair.

Otel (semblable).

Oterièmes (les pluriels en iêmes sont encore picards et normands). - Nous lui ôterièmes aussi bien que donné lui avons ; et metterièmes hors Jean de Bretagne son adversaire.

Otretant (autant). - Otretant bien a robeurs en mer, et plus, que par terre - Confortez-vous sur ce, otretant que pour le présent.

Ottrier (octroyer).

Ou (dans). -Ens ou chastel.

Oultre-avolés (réfugiés).

Oultre-cuidé (téméraire, qui a je l’outre-cuidance). - Et sentoient le jeune sénéchal si oultre cuidé.

Ouniement (tout à la fois). - Ils contraignoient si ouniement le pays.

Outrageux (violent).

Outréement (d’une manière outrée). - Ils vouloient outréement que le duc vînt à Gand.

Ouvrer (travailler).

Oyseuseté (oisiveté, futilité). - Il n’entend que à toutes oyseusetés et ses plaisances accomplir.

P - 177 mots

Pacti (composition). - Ils se mirent en pactis à eux. - La somme de trois mille francs que Louis Rambaud avoit reçue pour pactis des villages de là environ.

Paisson (pieu). - Et avoil envoyé ficher les paissons en terre.

Pal (pieu). - Et convient ce jeune enfant chevalier jouter de déliées lances encontre un écu que on aura mis en un pal en un pré.

Paleter (combattre aux palissades).

Paletis (combat aux palissades).

Palis (palissade). - Leur ville n’était fermée que de palis.

Palut (étang, marais). - Ils ne les pouvoient conforter, pour un grand palut d’eau et des marais qui étoient entre eux et les combattans.

Panneret (petit panier). - La finance étoit en quatre pannerets sur deux forts chevaux de somme.

Paour (peur ; de pavor). - Pour la paour de ceux de Gand. - L’enfant devint tout blanc de paour.

Papalité (papauté).

Par-accomplir (accomplir entièrement).

Parachever (achever complètement).

Par-ardoir (brûler complètement).

Par-arse (brûlée complètement).

Paraulx (pluriel de pareil). - Deux faucons pélerins si bons que on ne savoit point les paraulx.

Par-avant (auparavant).

Parchon (partage). - Et firent tous leurs parchons et leurs livrées, ainsi que à faire assaut appartenoit.

Parclos (terminé complètement, conclusion). - Ils disoient bien au parclos.

Parçon, Parchon, Pareçon (partage , portion, dot, proposition, arrangement). - Et puis fait échanges et parçons. -.Et commença ledit cardinal à mettre parçons avant.

Parçonner, Parcchonner (partager).

Parderrain (dernier des derniers).- Au parderrain, c’est-à-dire, enfin.

Pardvint (pardonne).

Parement (parade, parure). - Donc se départirent-ils de la chambre des parements. - Parées d’un parement. semblable.

Parfaire (faire complètement ; d’où perfection et parfait).

Par-fin (fin).

Par-finir (finir complétement).

Parfon, Parfond, Parfont (profond).

Par-fournir (fournir complètement).

Par-honnir (maltraiter, détruire).- Si avoit plus cher à tout par-honnir que de être en péril ni en aventure de mort tous les jours.

Parlure (langage, parlement, conférence). - Pourvu de sens, d’honneur, et de belle pariure et de grand’largesse. - Le François du quel les clercs de droit en les traités et parlures usoient.

Par-maintenir (maintenir complètement). - Il les pria qulls lui voulsissent aider à par-maintenir sa guerre.

Parmi (sous condition de). - Le roi accorda trêves parmi ce que le duc se mit, etc. - Parmi tant qu’ils envoyèrent.

Par-occire (tuer complètement).

Par-occis (tué complètement).

Par-occision (meurtre complet).

Paroi (muraille, mur). - L’huissier fit le commandement que toutes torches se missent en sus au long, près des parois.

Paroir (paraître)

Paroler (parler). - Je parole pour lui - Vous oyez comment amiablement et loyaument le roi en parole.

Parperdre (perdre entièrement).

Parroche (paroisse).- Et je envoyerai les Connétables des parroches.

Parrocheaux (paroissiens). - De belles églises parrocheaux et autres.

Parroit [il] (il paraîtrait).- Que il y parroit quarante ans à venir.

Parsieuvir (suivre). L’intention du duc éloit telle, que hâtivement il parsieuvist son neveu et seroit en Avignon de-lez lui.

Parsoigner (soigner attentivement). - Si fut la dite ville de Béthune si bien défendue et parsolgnée, que les Flamands n’y conquétèrent rien.

Parti (séparé ; de partir, diviser en parts). - Et se mettroient en parti pour savoir si sur leur avantage ils pourraient rien conquéter.

Partir (partager, prendre part). - Ils s’étoient tous partis par connétablies. - Ils se partirent en trois connétablies. - Vous partirez à notre butin. - Ils partiront à nos absolutions.

Par-tuer (tuer complètement). - Si il fut chu par les rues l’eussions par-tué et défoulé de nos chevaux.

Par-vestir (vêlir complètement),

Pas (passage). Si furent tous les pas clos en Angleterre. - Et eût volontiers vu que les pas de Flandre lui eussent été ouverts.

Pâturer (paître). - Où les bêtes pâturoient.

Paumée (soufflet avec la paume de la main). - Et lut donna une paumée. - Si très tôt que j’entendis la parole, il me donna deux paumées.

Paumoyer (lancer avec la paume de la main.)

Pavais (bouclier).

Pavaisé, Pavaissié, Paveschié, Pavesié (couvert de pavois).

Pavement (pavé). -Sur le pavement de Bergerac.

Pavescheur (soldat couvert de pavois, bouclier).

Paveschier (mettre sur le pavois).

Pavois (bouclier). - Deux cents gros varlets à lances et à pavois.

Pelu (couvert de poils).

Pénéant (pénitent, fesant penance).

Penne (drap, velours). - Draps, robes, pennes et toutes autres choses dont ils pensoient à avoir profit. - Qui menoient or, argent, draps, pennes et toutes richesses prises et levées à Bruges.

Penniau (panneau de la selle, coussin qui se met à chacun des côtés de la selle, de pannum, drap).

Pennon (étendard).

Pennonceau (petit étendard).

Pennoncier (qui porte pennon).- Tous ces bannerets et pennonciers étoient de front.

Pensieu, Pensieuf, Pensieux (pensif).- Les ambassadeurs furent tout pensieux. - L’amiral de ces nouvelles fut moult pensieuf.

Perderiesmes [nous] (nous perdrions.) - Nous perderiesmes nos corps et le nôtre.

Perdesist [il] (il perdît).- Il ne vouloil mie être nommé par quoi il perdesist son fait.

Perpétrer (commettre). - Pas n’en encoulpons leurs maîtres, fors ceux qui les ont faits et perpétrés.

Pertuis (trou, ouverture). - Mais leur feroit-on faire un pertuis au mur.

Pertuiser (percer, d’où pertuisane) - Quand ils eurent pertuisé le fort.- On pertuisoil les murs.

Pétaux (paysans enrégimentés).

Petit (peu). - Petit admirent-ils votre puissance.

Pic (instrument pour creuser un trou)

Picot (piquet).—_Ces ribaudeaux sont brouettes à longs picots de fer.

Picquenaire (soldat armé de pique). - Grand nombre d’arbalétriers, picquenaires et gens d’armes. - Ils avoient fait une embûche de plus de cent compagnons tous piquenaires.

Pieds [entre] (embarrassé ; inter pedes ou sub pedibus ; expression proverbiale pour désigner un danger imminent).

Piétaille (piétons). - Neuf mille archers, sans la piétaille.

Pieur (pire). - Et élurent le pieur des mauvais pour roi. - Les François en eurent le pieur. - Si nous fussions Sarrasins ou pieurs, si ne nous pouvoient-ils pis faire. - Les plus outrageux et pieurs de leur compagnie.

Pigne (peigne)

Pigner (peigner).

Piloter (garnir de pilotis).

Pilots (pilotis).

Piment (vin de liqueur aronatisé).

Piqueter (piquer).

Pitable (plein de pitié). - Ils sentoient bien le comte si noble et si pitable.

Plaid (procès ; en anglais, court of common-plaids.)

Plain (plat). - Ce beau plain pays d’Ostrevant.

Plain [le] (la plaine). - En ces beaux plains devers Ostrevant.

Plaindre (épargner). Rien ne les plaignit.

Plaint (plainte}. - Messire Tristan eut grands plaints de tous ses amis.

Plaisèrent (plurent). - Toutes ces choses plaisèrent grandement au duc de Bourgogne.

Plaisié, plaisié (plu, charmé, de plaire). - Dont il n’étoit mie plasié.

Plait (procès, querelle ; d’où plaider). - A peu de plait - Il avolt eu plait en Avignon devant le pape pour les dîmes de l’église de sa ville. - Adonc fut Piètre du Bois accueili, de plait et sur le point d’élre occis.

Planchon (pieu). - Et puis loiérent la corde à ce planchon.

Plançon (bois de lance, épieu, petit plant d’arbres).

Platte (métal, armure de métal), - Un coutel de plate. - Restreindre ses plates. - Le coup perça la targe, les plates et le hoqueton.

Plège (caution).

Plèger (cautionner, donner plège).- Le roi de Navarre plégea le seigneur de Labrette.

Pleige (caution).-Tu as pleige assez.

Pleinier, plenier (complet). - Et y fut le siège mis grand et pleinier, - Cour pleniere.

Plenté, planté (abondance ; en anglais, plenty).

Plentureux, plantureux (abondant)

Plentureusemen (abondamment)

Pleuve (pluie) - Les pleuves et le froid temps guerroieroient pour moi

Plommée (massue de plomb). - Là furent férus de haches et de plommées.

Plorer (pleurer). - La dame à genoux et en plorant lui dil :

Plus (la plupart).- Le plus des cornpagnons.

Pluviner (pleuvoir d’une manière fine). - Et tant pluvina jusques à prime.

Poesté (puissance). - De toutes les bonnes villes et des tenures, poestés et ressort de Flandre.

Poièmes [nous] (nous pûmes ; pluriel normand). - Nous les approchâmes de si près que bien poièmes parler à eux, et eux à nous.

Poiez [vous] (pouviez). - Si par puissance vous les poiez tenir aux champs.

Poignamment (d’une manière poignante). - Durement et poignamment il avoit écrit aux commissaires du roi de France.

Poingneis, Poignis (combat ; du mot poing).

Poindre (piquer). - Il poignit son coursier des éperons.

Poindit [il] (piqua). - Si le poindit de l’éperon un petit avant.

Poindy [il] (il piqua). - Et poindy le cheval hâtivement. - Quand il vit qu’il poindy le cheval.

Point (moment). - Quand il vit qu’il étoit point de retourner.

Poiser (peser ; de poids : de là vient le nom de la rue Quinquempoix ou Qui-qu’en poise). - Il me poise. - Ce sont choses, quoique je les aie soutenues, qui moult me grèvent et poisent.

Polz (pouces). - Une grosse planche de chêne, épaisse de quatre polz.

Ponent (occident). - Les princes de la marche de ponent. - il se fit chef de tous les François et des nations nommées le ponent.

Popelésie, popolésie (apoplexie). - Et commença fort à entrer en faiblesse de popelésie. - En disant que un défaut de maladie de popolésie, étoit prise au duc de Glocestre.

Porent [ils] (ils purent).

Posnée (orgueil). - Vous connoissez encore petitement la posnée des Gascons.

Possesser (posséder).

Postil (barrière, petite porte des villes) - Et il n’y avoit ouverts tant seulement que les postils.

Pot [il] (il put), - Il cuida retourner, mais il ne pot,

Pou (peu).

Poulaille (volaille).

Pouldrerie (poussière). Par l’effort de leurs chevaux ils feroient si grand pouldrerie sur vous et sur vos gens.

Pouldrière (tourbillon de poussière) - Et chevauchâmes tant que nous vîmes devant nous les pouldrières de nos ennemis.

Pour (à cause de).

Pourchas (intrigue).

Pourchasser (tenter).

Pourmener (poursuivre). - Tant fut cet assaut continué et pourmené.

Pourparler (préméditer).

Pourpenser (penser, méditer).

Pourpointier (faiseur de pourpoints)

Pourpos (propos, plan). - Pour rompre le pourpos du duc de Lancastre.

Pourpris (enceinte, dépendance). - Il vouloit jouir de l’héritage et des pourpris d’Espagne.

Pourrièmnes [nous] (nous pourrions, pluriel normand). - Pour toute notre puissance à présent n’en pourrièmes tant mettre ensemble.

Poursièvre, Poursuir, Poursuivir (poursuivre). - Je ne voulois mie séjourner de poursièvre ma matière.

Pourtraire, Pourtroyer (ressembler trait pour trait ; d’où portrait). - Trop bel écuyer étoit, et si pourtraioit de tous membres grandement au père. - Un clerc qui bien pourtroyoit au roi Richard de forme et de figure.

Pourvéance (provision, précaution). - Car il avoit de pourvéance les selles mises.

Pourvéy [il] (de pourvoir).

Pourvuement (complètement). - Et l’endfttèrent sagement et pourvuement.

Pouvissent [ils] (ils pussent). - Et étoit son intention qu’ils se délivrassent de prendre Evreux le plus tôt qu’ils pouvissent.

Pouvoir [à] (à force). -Et toujours ces bacques passoient gens d’armes à pouvoir.

Poyé (enduit de poix). - Les chemises linées et poyées.

Prèchement (exhortation), - Ils mirent plusieurs devises et préchements avant.

Prée (prairie). - Et sied en une belle prée où les gens vont ébattre en été. - Il suivit la chasse tant qu’il vint en une prée enclose de forts arbres.

Préfix (fixé). - Et furent tous en la cité de Chartres au jour qui préfix y étoit.

Preigne [qu’il] (il prenne). - Ne peut être que, sur le jour, ne les preigne et abatte.

Prélation .(prélature). - Pour les nobles églises et les autres prélations qui y sont

Premerain (premier ; comme derrain, dernier). - Choses qui sont si grandes ne se font pas aux premeraines requêtes.

Premier (d’abord). - Et si ce n’est premier fait.

Prendoient [ils] (de prendre).

Prensist [il] (il prit ; de prendre). - Que nul ne pillât ni efforçât maison ni prensist rien de l’autrui s’il ne le payoit - Et louoit que on prensist la forteresse.

Presbiterien (prêtre). - Je, Jean Froissart, presbiterien et chapelain à mon très cher seigneur dessus nommé.

Présompcieux, Présumpcieux (présomptueux).

Preu et Prou (suffisance, assez ; on dit encore : peu ou prou). - Dieu vous en laisse votre preu faire.- Messire Thomas, Dieu vous laist faire votre preu, cy et autre part.

Preudom (prud’homme).

Prime (première heure du jour).

Primes (avant). - Ci parle primes de la noble fête.

Prinçauté (principauté).

Princepce, Princepse (princesse).

Princeps (prince).

Principaument (principalement).

Prindrent [ils] (ils prirent). - Si prindrent congé de leurs gens. - Le bâtard et ses gens en prindrent quatre.

Privément, Privéement (en particulier).

Proesme, Proisme (parent le plus proche ; de proximus). - Car ses amis et proismes lui éloignoient.

Proismeté (proximité, parenté).

Promouvement (excitation, conseil).

Prouvande, Prouvende (prébende). - Six vingts à pleine prouvande.

Prudom (prud’homme).

Puent [ils] (ils peuvent). - Marchandises doivent et puent par raison aller en tous pays.

Puepple (peuple).

Puissedi (depuis ; de puis-ce di, ce jour). - Puissedi furent eux tous payés de ce que les chevaux montoient.

Punaisie (puanteur). - Mais vouloit que tout fût ars et non pas la cité en punaisie.

Pust [il] (de pouvoir). - Et lui eût montré de fait volontiers si il pust.

Q - 18 mots

Quafe (coiffe). - Et demeura messire Regnauld tout nud, horsmis de quafe.

Quan, Quant (autant que, combien ; mot déclinable). - Il les honora quant qu’il put. - Ne sais quants jours. - Le roi fut ne sais quants jours à Creil.

Quarrel (carreau, trait).

Quarrriau (carreau, javelot).- Il enterra dessus et y mit les quarriaux.

Quatir [se] (se reposer). - Toutes leurs blanches bêtes qui là se quatissoient. - Ils étoient quatis et arrêtés en vieilles maisons.

Quel (de qui) - Les seigneurs par quel conseil ils étoient là venus.

Quérir (chercher).

Queu (cuisinier).- Ils vouloient avoir leurs queux qui leur administroient après leurs goûts et leur appétit.

Queure [que il] (de courir). - Vous tous mettez en aventure que le peuple de ce pays vous queure sus.

Queurt [il] (court ; de courir). - Sur cette belle rivrière qui queurt à Hosque. - La rivière d’Orne qui queurt à Caen

Quingnie (cognée). - Ceux qui étoient pourvus de haches et de quingnies.

Quis (cherché). - Ce Philippe fut tant quis. - Si fut quis et la lettre fut trouvée sur lui.

Quist [il] (il chercha). - Et quist un moyen en Angleterre pour adresser les besognes.

Quistrent [ils] (ils cherchèrent). Quittement (tout-à-fait quitte). - Ils se rendirent quittement et purement.

Quitter (tenir quitte).

Quoi (tranquille).

Quoiement (tranquillement).

Quointoyer (parer, faire cointe). - Tous s’efforçoient à jolier et quointoyer leurs nefs.

R - 163 mots

Rachapter (racheter). - Point ne se vouloient rachapter ni rançonner

Racointer (rapprocher). - Voua en irez par delà et vous racointerez de vos gens et de votre pays.

Raconquir (atteindre, poursuivre).

Raconvoyer (accompagner).

Radant (rasant avec vitesse). - Et s’en venoit radant le pays.

Radement (en rasant).

Radrecier (redresser)

Rajoindre (rejoindre).

Raller (aller de nouveau, ou en arrière).

Ralliance (autour duquel on se rallie). - Il étoft des Escots le confort et la ralliance.

Ramender (amender).

Ramentevoir (rappeler). - Il n’y eut fait nul exploit qui fasse à ramentevoir. - Et je le vous ramenteverai quand nous serons venus jusques à là.

Ramposner (défier par des bravades). - Le comte l’avoit ramposné. - Et dit encore en ramposnant plus avant.

Randon (impétuosité) - Ils s’entrecontrèrent de grand randon et rompirent leurs lances. - Puis coururent de grand randon jusqu’aux tentes. - Ils férirent chevaux tous d’un randon, c’est-à-dire avec la même impétuosité.

Randonner (aller impétueusement). - Férant chevaux des éperons quant qu’ils pouvoient randonner.

Raplegier, repleger (servir de plège, de caution).

Rapoyer (appuyer, soutenir). - Les navrés rapporter ou rapoyer.

Rasouer (rasoir). - Je vous baillerai à Jausselin qui vous fera vos barbes sans rasouer.

Rate (portion ; en anglais rate : at the rate of). - Chacun pour sa rate.

Ratel (herse placée aux portes). - Ils laissèrent avaler le grand ratel.

Ratenrir (rattendrir).

Ravaler (redescendre). - Et ce cerf ravaloit par dessus les bois.

Ravigorer, revigorer, resvigourer (fortifier).

Ravine (rapidité). - Ces arcbers d’Angleterre traioient de tel ravine que grand hideur étoit à regarder. - Si s’encontrèrent de telle ravine.

Ravoir (avoir de nouveau, reprendre) - Votre messager vous le ravez. - Ils ne se pouvoient ravoir.

Ray (rayon).

Rayant (rayonnant). - Ce soleil d’or rayant étoit la devise du roi.

Rayer (briller). - Et le soleil rayoit sur les bassinets bel et clair.

Rebellement (rébellion). - En ces jours que ces aventures avinrent et ces rebellements du peuple en Angleterre.

Rebeller (révolter)

Rebombe (rebond). - Et du rebombe qu’ils firent.

Rebouter (repousser).

Reboutis (action de rebouter).

Rebracié (relevé, retroussé, prêt à agir). - Chacun étoit appareillé et rebracié pour faire ce que bon étoit. - Le roi Robert d’Ecosse étoit un grand bon homme, à uns rouges yeux rebraciés qui sembloient fourrés de sendal.

Recepter (accueillir ; d’où réceptacle).

Reconvoyer (accompagner).

Record (récit) - Que vous ferois-je long record ?

Recordance (mémoire).

Recorder (raconter, rappeler).

Recouvrer [se] (réparer).

Recouvrier, recueuvre, recouvrer, recouvre, recouvrée, recouvrance (remède, dédommagement) - Je n’y vois point de recouvrer. - Si n’en eurent oncques restitution ni recueuvre du roi de France.- Des quels dommages ils vouloient avoir recouvrée.

Recrandesist [il se] (il se rendit, de guerre lasse, s’affaiblit). - Et si un cheval des leurs recrandesist ils ne l’attendoient point.

Recréamment (mollement). - Oncques gens ne furent, qui plus lâchement et recréamment se maintindrent.

Recréance (soumission, reddition).

Recréant (caution). - Il est demeuré à Burse sur recréant du sire de Metelin.

Recréant (fatigué, las). - Par quoi on ne dit pas que les François fussent froids ni recréants de faire ce voyage.

Recréer (délivrer). - Je vous recréerai sur votre foi.

Recreu (affaibli, mis en liberté sur parole). - Ceux du Chàtel ne furent oncques si recreus, combien qu’ils fussent travaillés outre mesure. - Comme lasches et recreus.

Recueillette (lieu où on peut se retirer, se mettre à l’abri, lieu où on se réunit, réception). - Mettons-nous à recueillette et sauveté au châtel de Plancy. - Après ces recueillettes qui furent moult honorables.

Recueillir (accueillir).

Recueuvrer (renouveler ses forces). - Et puis recueuvre et le fiert sur chef.

Reculer (faire reculer), - ll et ses gens reculèrent tantôt les compagnies.

Recullis (retraite). - En ce recullis fut délivré messire Eustacbe.

Redonder (affluer, retomber). - Le royaume de France où tous les biens de ce monde redondent. - A mal nous.redonderont les haines de Jean Lyon et de Gisebrest Mathieu.

Réfection (réparation ; d’où réfectoire). - Sage homme pour entendre à la réfeotion de la ville et du châtel. - Je laisse à la chapelle Saint-George, pour tes réfections.

Refraindre (retenir). - Pour ce ne se refraignirent-ils pas de assaillir.

Refroider (refroidir). - Ne nous refroidons pas de faire la guerre. - Ils regardèrent que cet assaut ne refroidoit point.

Refuite (refuge).- il savoit les adresses et les refuites du pays.

Regard (gardien). - Le roi envoya le sire de Beaujeu peur être regard.- Il fut ordonné â être regard de toute la terre de Northonbrelande.

Regard [au] (en comparaison de).

Régime (gouvernement). - Qu’on lui baille le régime du royaume d’Angleterre.

Règlement (avec règle). - Non pas si règlement comme ils étoient avalés.

Regracier (remercier). - En le regraciant du secours que fait lui avoit.

Regrigner (s’impatienter). - Les François regrignoient moult de ce que tant duroient les dits Anglois.

Relater (raconter ; en anglais, to relate ; en français, relation). - Ils lui relatèrent la besogne. - Et relata son message bien et duement.

Relaxer (remettre ; conservé en jurisprudence). - Si fut cette journée relaxée jusques à une autre fois.

Relevée (heure du soir). - Et vint à une relevée à l’hôtel d’Artois à Paris.

Religion (ordre religieux ; la même acception s’est conservée en portugais) - Toutes les religions vinrent à processions de la cité.

Relinquir, relenquir (abandonner). - Et remontra grand mautalent à aucuns bourgeois de ce que sitôt l’avoient relinqui. - Voulez-vous que je relinquisse mon naturel seigneur pour telle merdaille que vous êtes ?

Remaindre (rester sans être terminé, être délaissé). - De ce que fol pente, assez remaint.

Remanoir (rester). - Il ne peut remanoir qu’il n’y ait besogne.

Remariage (deuxième mariage).

Remembrance (souvenir). - Et pour ce qu’il fut remembrance de la bataille on fit là une croix de pierre ; vel la.

Remenant, remanant (reste).

Remérir (récompenser, mériter). - Et vous seront bien reméris les bienfaits que faits aurez. - Si s’en suivoit bien qu’il en remérist le guerdon.

Remiré (pansé ; de mire, médecin). - Si fut Gauvain Micaille désarmé et remiré.

Remirer (regarder avec grande attention à plusieurs reprises)

Remontée, remontiére [la] (heure de remontée, après midi). - Sur la remontée ils retournèrent en leurs logis.

Renchut [il] (il retomba ; de cheoir, enchoir, r’encheoir). - Il eut plusieurs maladies qui lui sourdirent et où il renchut.

Rendage (reddition). - Après le rendage de Saint-Valery. .

Renié (renégat). - A plusieurs grands pillards françois reniés ils firent trancher les têtes.

Renoif (neuf, renouvelé ; dans le Berry au 1er mai les enfans vont encore criant : le-gui-an-neuf !) - Si se délogèrent à lendemain de l’an renoif.

Reparer, repairer (s’approcher, s’avancer, aller ; les Anglais l’ont conservé : to repair, se rendre vers). - Plusieurs chevaliers et écuyers repairoient entour le roi et entour la cour, ainsi que gens d’état repairent volontiers entour leur seigneur. - Ils reparoient dessus les murs.

Répons (placé : repositus). - Si vous n’y avez mis ni repons nulle embûche.

Repos (berceau). - La femme s’ensoigna entour le feu à un autre petit enfant qui gissoit en un repos.-Et trouvèrent le repos où le comte a voit été mis d’enfance, et le dépecèrent pièce à pièce.

Repost (secret, caché). - En appert et en repost nous ne ferons ni ne dirons. - Jean Balle et Jacques Strau furent trouvés reposts en une vieille masure.

Reprochement (reproche).

Reprouvender (approvisionner). - Vous faites grand’aumône quand vous reprouvendez et reconfortez le pauvre et affamé peuple de Gand.

Repus (caché, retiré). - Messire Waflart qui s’étoit bouté et repus entre marais et roseaux.

Requérir (attaquer). - Puis requirent les François vivement.

Requoi, requoy (secret). - Si en parlèrent entre eux en plusieurs manières, non en public, mais en requoi. - Ainsi disoient les plusieurs en requoi l’un à l’autre. - Si furent plaints en requoi. - Et bien disoit en son requoi et en son conseil.

Rére (raser). - Lors fit-il venir son barbier et se fit rère tout jus.

Resacher (retirer).

Resané (guéri ; de sanus, sain).

Resbaudir (réjouir).

Rescous (de rescoudre, délivrer). - Et les rescouez si vous voulez ou pouvez.

Rescouser [se] (se réunir). - Le jour de la Notre-Dame a une foire en cette ville où tout le pays se rescouse.

Rescouirent [ils] (Ils délivrèrent).

Rescripsit [il] (il récrivit).

Rése (levée, querelle, voyage, expédition ; en anglais to rise, s’élever). - Et eurent adonc les chrestiens rèse. - Il avoit eu son menton coupé en une rèse où il avoit un peu par avant été, et lui avoit-on fait un menton d’argent. - Une grand’rèse qui fut faite sur les ennemis de Dieu.

Réservation (réserve). - Dltes-vous que il convient réservation sur moi.

Resleescié (réjoui, remis en liesse).

Reslet (rosée) - Il faisoit ce matin un petit reslet.

Resongner (redouter). - Si resongnoit ce péril.

Respit, Repit (délai).

Respiter (épargner). - Et respita la ville d’ardoir et de piller. - Ni oncques il n’en respita homme.

Respous (caché, placé ; de repositus). - Et les autres disoient que encore étoit-il à Bruges et respous quelque part où on le pourrait trouver. - Et comment il s’étoit respous et quatis entre leurs ribaudeaulx.

Ressoigner (craindre).- Car tant ressoignoit les grands pertes et dommages que les nobles de son royaume avoient eu et reçu du temps passé par les victoires des Anglois.

Ressoigneusement (avec crainte).- Ils cheminoient tout ressoigneusement.

Ressort (autorité à laquelle rassortissent les hommes ou les choses).- Le roi d’Angleterre, comme ressort, les devoit appaiser.

Ressuite (poursuite). - Ils payèrent tout courtoisement et sans ressuite.

Restorer (rétablir). - Le jour où les maillets furent restorés.

Restorier (vengeur, celui qui restaure). - Véez ci mon petit enfant qui sera, si Dieu plait, le restorier de son père.

Restraindre (resserrer).

Resveillement (trouble).

Retargier (retarder).

Retentive (moyen de retour). - Il n’est si juste retentive que c’est d’écriture.

Retorroit ; Retolroit, Retoldroit (de retollir, retordre, reprendre).

Retraier (copier). - Les Escots se retraient par nature sur la condition des Anglois.

Retrait, Retret (cabinet de travail, rebut du bled). - Si lui demande en son retrait : Sire, que dites-vous de cette jeune dame ? - Sitôt que le roi fut rentré en son secret retrait.- Quand il issoit hors de son retrait. - Nous avons le seigle, le retrait, la paille, et buvons de l’eau.

Retrahiez-vous (retirez-vous).

Reuser (jeter). - Et tout reuser ens ès fossés.

Revel (fête, gaîté ;.au pluriel reviaulx, reviaux.)

Reveler (faire des revels). - Et quand ils eurent assez revelé et joué.

Revenrai [je] (je reviendrai).

Revenue (retour). - Vous tiendrez bien le châtel jusqu’à ma revenue. - Ceux de la ville qui savoient sa revenue.

Révéramment, Révéremment (avec respect ; de révérer).

Revoist [s’en] (retourne). - Et s’en revoist chacun en son lieu.

Rez (ras ; on dit encore rez-de-chaussée, au niveau du chemin) -Quand nous aurons abattu rez à rez le châtel.

Reze (expédition, voyage). - Ainsi se porta la reze d’Ecosse. - Délivrons-nous de faire notre reze, et chevauchons sur Angleterre.

Reze (rasé) - Et lui et les moines avoient couronnes rèzes.

Ribaudaille (troupe de ribauds).

Rïbaudeau (machine de guerre, charriots portant des canons).

Ribaut (soldat à pied, mauvais soldat).

Rieu, Ruis, Ru (ruisseau). - Des dix lances qui avoient passé le ruis.

Rieuler, Rieuller (régler). - Si se voudroit le royaume de France rieuler aussi bien ou mieux que par son conseil - Ne pensez pas que nous doions rieuller par notre peuple.

Rieulle (règle).

Riffle (pillage). - Ains gagnèrent ces compagnons qui se trouvoient en la première riffle en Castille.

Riffler (piller, raser). - Mais tout le plat pays étoit rifflé. - Ainsi comme en rifflant il entre, sans arrêter.

Riflis (mêlée, confusion).- Là eut grand riflis et grand touillis.

Rigoler (railler).

Riote (désordre, mêlée, combat ; en anglais, riot). - Adonc ditTuillier, qui ne demandoit que la riote. - Ces débats et cette riote recommençoient tous les jours.

Rioter (faire riote).

Rioteux (feseur de riotes, querelles). - Encore avons-nous avancé notre paiement pour être un petit rioteux.

Rober (voler ; d’où dérober).

Robeur (voleur).- Ce a été pour la coulpe des robeurs et pillards bretons.

Roe (roue). - Un grand engin de bois sur roes. - Et le fit mettre sur une roe comme traître.

Roie (voie) - Il entendoit bien que on donnerait an seigneur de Clisson toutes ses roies.

Roix (rets, filet). - Et furent mieux pris qu’à la roix.

Roncin (grand cheval ; en allemand, ross ; en espagnol, roncino).

Roulée (étable à cochons).

Roulleis, Roullis (espèce de fortification faite avec de gros rouleaux d’arbres.

Route (rompue ; de rupta). - Si fut sur cette fortune cette armée route.

Roy (roide). - Ces Flamands venoient roys et durs.

Royaux [les] (les princes de la famille royale. - Le comte de Flandre leur prince qui avoit été nourri parmi les royaux de France.

Roytiault (roitelet) .- Par où cuide cil roytiaulx de France entrer en Flandre ?

Rudement (roidement).

Ruin (méchant, mauvais ; d’où ruine). - Tout ce qu’il y peut avoir à présent de ruin, vos oncles l’y ont mis et bouté.

Ruine (querelle). - Et étoient les frontières en ruine ; mais point ne couraient encore l’un sur l’autre.

Ruire (crier). - Quand ils ouïrent ces archers ruire.

Ruse (intimité). - Et maintint bien cette ruse cinq à six ans.

Ruser (causer familièrement). - Si comme il avoit usage de ruser après diner.

S - 117 mots

Sablon, sabelon (sable).- Ils mirent leurs chevaux sur le sablon.

Sachée, Sachiée (sac plein).- On épandit cette sachée de grains de millet devant eux.- Et furent les sachiées à pain données et départies par connétablies.

Sacher (tirer). -Les cordes étoient sachées à mont. - Ils se desancroient et sachoient les voiles amont. - Nul ne sache argent de sa bourse, tant comme il le peut amender.

Saette, Sagette (flèche)

Saillie (sortie).

Sainti (sanctifié). - Son corps étoit sainti en la cité d’Avignon et faisoit merveilles de miracles.

Saintisme (saintissime). - La couronne dont Dieu fut couronné à son saintisme travail.

Saints (sonner les saints : c’est-à-dire sonner les.cloches comme pour la fête des saints).

Saisine (possession féodale ; mot encore usité en Ecosse).

Salvement (salut). - Et rescripsirrnt grands salvements et grands amitiés au roi de Portingal.

Sambuc (harnois). - Et étoient les seigneurs montés sur chevaux couverts de leurs sambucs et parés de leurs armes dont les houssements alloient jusques à terre.

Samis (étoffe de soie). - Et fit tendre un pavillon de vermeil samis. - Le quel pont étoit couvert d’un côté de vert et vermeil samis.

Sanguine (étoffe rouge). - Et se vétoit de sanguine et d’écarlattes.

Sanson (échanson). - Un écuyer de Picardie maître des sansons.

Sarcueil, Sarcueus, Sarcus (cercueil). Le comte étoit mis en un sarcueus et chargé sur un char. - Les os pris et lavés et embaumés et mis en un sarcus.

Sauldra [il] (de saillir). - Savoir si nul sauldra hors contre nous.

Sauldrois [je] (de saillir). - Vos gens lors sauldroient

Saulx (solde). - Toutes manières de gens d’armes y seroient reçus, à saulx et à gages. - Grand’foïson de gens, aux saulx et gages des Romains.

Sauvement (salut, en sûreté}. - Ils quéroient leur sauvement. - Ils s’en pourroient aller sauvement.-Leur fit le roi la grâce de passer parmi son ost sauvement.

Sauveté (sûreté). - Ils mirent leur prise â sauveté.

Scel (sceau)

Scet [il] (il sait). - Qui mieux y scet si le die.

Scévent [ils] (ils savent).

Scisme (schisme). - Pour le,temps que ce scisme vint en l’église.

Secoury [il ] (secourut). - Le roi de Castille ne la secoury ni conforta en rien.

Secret (confident).- Il fut moult ami et secret à monseigneur Jean de Haynaut.

Ségur (sûr). - Aussi ségur en son châtel, sans garde et sans guet, que dont qu’il fut à Londres.

Ségurement (en sécurité).

Ségurté (sécurité). - Ils démembrent en ségurté.

Seigneurier (dominer). - Pour mieux aisément à toute heure châtier et seigneurier les Parisiens. - Là où le peuple mauvais seigneurit, justice ni raison n’ont point de lieu.

Seignourer (dominer) - Tant laissèrent ces folles gens convenir que, ils furent seignourés par eux.

Selon (en suivant). - Selon le soleil - Selon la rivière.

Sémilles (semences, inventions). - Le roi est moult cruel et plein de merveilleuses sémilles.

Semon (appelé ; de semondre). - Quand ils entendirent qu’ils élofent semons des François à faire fait d’armes.

Semoncer ; Semondre (convoquer). Si les semonnoit le comte.

Semonni [il] (de semondre).

Sendail (sendal, étoffe étarlate).

Senechauldie (sénéchaussée). - La sénéchauldie de Narbonne.

Senestre (gauche).

Sépulturer (mettre dans la sépulture) - Si fit-on son obsèque en l’abbaye Saint-Denis où elle fut sépulturée moult solennellement.

Sercher (chercher). - Et seront tous lieux serchés haut et bas pour savoir que vous n’y avez mis nulle embûche.

Sereur, Suer (soeur).

Seri, Serie (serein). - La mer qui étoit belle coie et serie. - Le temps est bel et séri. - Il fesoit ce jour si quoi et si seri que la mer étoit toute paisible.

Serour (soeur}. - Mais sa serour germaine.

Serourge (beau-frère ; de sororius).

Serve (féminin de serf).

Seulent [ils] (ils ont coutume). - Ils seulent par usage muer arec eux.

Sevrer (séparer ; encore usité en parlant des enfans qu’on sépare de leur nourrice ; en anglais, to sever, et several plusieurs). - Je ne saurois sevrer les uns des autres. - Ils se sevrèrent des gens du roi et se tinrent tous ensemble.

Si (tellement). - Il attrairoit si le roi de France, que.

Sieute (sentence ; suit en anglais). - par droite sieute.

Sieu, Siev (suif).- Chandelles de sieu.

Sieute (secte, parti). - Tous d’une opinion et d’une sieute.

Sieute (suite).- Ils répondirent tous d’une sieute.

Single (simple). - Et avoit sur son chef un single chaperon de vermeille écarlate.

Single, (voile) - Tournez votre single vers. - Et tournèrent leurs singles. - Si se désancrèrent et levèrent leurs singles et se mirent aval vent.

Singler (faire voiles).

Singulière (seule, isolée). - Et ne voit que de sa puissance singulière il le puisse recouvrer.

Sirurgien (chirurgien).

Soier (scier).-Tant que il la convint soier et bouter outre.

Solacier (prendre des solas ; de solatio).

Solas (plaisir).

Solier (grenier). - Et pardessus cette maisonnette un pauvre solier au,quel on montoit par une échelle de sept échelons.

Sollacieux (plein de solas). - Elle avoit perdu bonne compagnie et sollacieuse.

Sommade (la charge d’un sommier). - On leur envoya vingt-quatre sommades de bon vin.

Sommage (bête de somme, fardeau porté sur sommiers). -Et arroutèrent leurs sommages et leurs chariages.

Sommier (bête de somme ; en italien sommaro).

Sons [nous] (nous sommes).

Sorour (soeur). - Ils avoient été enfans de sa sorour.

Sortir (prédire par le sort). - Et disoit et sortissoit bien tout ce qui avint. - Et avoient les Juifs sorti, bien cent ans auparavant.

Sotereau, (petit sot).- Tais-toi, sotereau.

Soubhayder (souhaiter). - Et se soubhaydoit lui et toute sa puissance en la ville de Commines.

Soubpris (surpris). - Et envoyèrent gardes, à la fin qu’ils ne fussent soubpris.

Soubs (sous).

Soubsterine (souterrain). - Ils allumèrent fallots et entrèrent en cette soubsterine qui étoit belle et nette.

Soubtieux (subtil).- Si Il y avoit dans l’ost des Anglois des gens soubtieux de la guerre.

Soubtivement (avec subtilité).

Soubtiver, Soubtiller. - Et toujours avisoient et soubtilloient comment ils les pourroient mieux grever.

Soudée, Soulde, Souldée (solde).- Les uns par amour et les autres par soudée. - Tous les archers et arbalétriers qui vouloient recevoir leurs souldées.

Soudoié, Soudoyer (soldat).

Souef (doux ; de suavis).- Ils chevauchèrent tout souef. - Souef étoit comme au temps de juin. - Souef et coiement, pours ouevement et coiement (locution portugaise).

Souffrance (trêve). - Si la souffrance ne fut entre les nôtres et les vôtres.

Souffrant (patient).

Souffreté (privation). - Ils avoient eu grand souffreté de pourvéances.

Souffrir (patienter).

Souhaidier (souhaiter).

Soulas (plaisir, divertissement, fêtes, festins, consolations). - Et les tint en soulas et en paroles amoureuses jusques à la nuit. - Et y furent en grand soulas

Souldre (payer ; de solvere ; on dit encore soulte).- Encore avoit le comte assez à souldre à ceux de Gand, se disoient-ils.

Soulleil (soleil). - Il étoit haute remontée et le soulleil s’en alloit tout jus.

Souloir, Souler (avoir coutume).

Souloient [ils] (ils avoient coutume de). - Ceux qui le souloient servir et incliner le fuioient.

Soult, Suelt (a coutume). - La rivière de Tuide qui anciennement suelt départir Escosse d’Angleterre.

Sourdre (sortir, s’élever, naître).- Si autres besognes ne sourdent. - grand’murmuralion sourdit.

Souspeçon, Soupeçon, Soupçon (soupçon),

Soupeçonner (soupçonner).

Souspeçonnememcnt (avec soupçon).

Sous-prendre (surprendre)

Sous-pris (surpris)

Soussides (subsides) - On les vouloit presser en soussides et en aides.

Soustenance (soutenance).

Soutieux, Soutif, Soutil (subtil).- Soutif et appert homme d’armes étoit.

Soutivement (subtilement)

Soyer (scier, couper), - Ils avoient faucilles et soyoient les bleds.

Spécialité (secret). - Il me fut dit en grande spécialité.

Subgiet (sujet). - Nous sommes subgiets à la couronne de France.

Substancieux (pluriel de substantiel). - Courtois vins et substancieux pour gens d’armes nourrir.

Subtilité, Soubtilleté, Soubtiveté (subtilité).

Suer (soeur). - Ainsi fit son ains-née suer du premier mariage.

Suffisit [il] (de suffire). - Ce suffisit bien aux dessus dits.

Suir, Suivir (suivre). - Il ne pouvoit suivir son oiseau. - Il pensoit que toutes les batailles le suissent. - Et vous pourra votre navie suivir jusques bien près de Caen.

Suite (procès, délibération ; le mot suit est encore usité en anglais).

Suppéditer (fouler aux pieds ; de sub pedes).

Sur-attendre (attendre davantage). On sur-attendit encore un petit à parlementer.

Surcot (vêtement qu’on met pardessus).

Surcroître (arriver). - Si rien surcroît à monseigneur, tantôt il le vous signifiera.

Surgien, Syrurgien (chirurgien).- Or tôt, dit le roi, aux médecins et surgiens. - Ni surgien ni médecin n’y purent oncques remédier.

Surquérir (attaquer). - Je veuil que tu ne fasses point de guerre si ils ne te surquèrent ou efforcent.

Suspeccion, Suspection, Suspicion, Souspection (soupçon). - Si par nullle suspeccion Jean Boursier l’eût sçu. - Si étoient ces osts en grand’imagination et suspection comment ils passeroient. - Point ne vouloient que les François y eussent nulle suspection de mal. - Pour mettre les François hors de toutes suspicions, ils répondirent. - Les chevaliers entrèrent en plus grand’souspection.

Sust (sud). - Il a tant venté ce vent du sust qui nous est tout contraire.

T - 98 mots

Tabar (cotte d’armes).

Tabellionner (faire rédiger par un tabellion ou notaire).- Et mit avant une lettre, tabellionnée et scellée du grand scel d’Angleterre.

Tabour, Tabourin (tambour).

Tacher (blesser). - Les chevaux furent tachés sur le dos.

Tailloir (morceau de pain servant d’assiette. - Il prit de la poudre et en mit sur un tailloir.

Taint (pâle) - Douze mille soudoyés et gens qui n’avoient de quoi vivre et qui étoient jà tout tains et pelus de famine.

Tairerez [vous] (de taire). - Vous ne vous en tairerez pas.

Talent (volonté). - Quand il vit que le duc de Normandie n’avoit talent de déloger.-Cette chose les effréa si qu’ils n’eurent talent de y aller. - Les François qui ne se véoient pas à jeu parti n’eurent talent d’attendre.

Tamaint (plusieurs).

Taner, tanner (fatiguer ; conservé par les écoliers). - Ils étoieut si tanés que plus ne pouvoient. - Les Espaignols se commençoient tous à tanner.

Tanison (fatigue ; de tanner, fatiguer). - Grand’tanison seroit à recorder. - Ceux de l’hôtel par tanison allèrent coucher.

Tantet (un peu ; on dit encore tantinet). - Allons combattre ce tantet d’Anglois. - A passer ce tantet d’eau.

Targe (petit bouclier).-La targe au cou, le glaive au poing.

Targier (mettre sous la targe et tarder).

Tarouer (terroir). - Pour et au nom d’icelui tarouer.

Tas (monceau).- Il féroit à tas, c’est-à-dire à coups redoublés.

Taye (tante, aieule). - Les héritages qui furent à leur taye madame Blanche de Lancastre.

Tayon (aïeul, oncle). - J’ai servi au roi Philippe et au roi Jean son tayon.

Tempetis (bruit). - Les corbeaux avoient mené le plus grand tempetis du monde.

Tempre (tôt), - Tard et tempre. - Mais ce fut un peu tempre.

Temprement (bientôt).

Temprer (modérer). - Ils trouvoient peu de bonnes eaux et de fraîches pour temprer leur vin.

Temptation (Tentation)

Tenant [en un] (sans discontinuer).- Ils ne virent oncques tant venter en un tenant qu’il a fait depuis deux mois. - Ni oncques les Gascons trente ans d’un tenant ne furent fermement à un seigneur.

Tençon (dispute). - Par quoi tençon ni estrif pussent mouvoir.

Tendis (temps). - Et se tint avec sa mère un tendis, puis prit congé.

Teneur, tenure (ce qu’on tient) Et demeura chacun en sa teneur ; c’est-à-dire que chacun continua à posséder ce qu’il tenoit.

Tenist [il] (tint) - Et le maire contremandé qu’il se tenist tout quoi

Tenroient [ils] (ils tiendroient).

Tenroit [il] (de tenir).- Pour savoir à laquelle élection de ces deux papes il se tenroit.

Tenurier (affaiblir). - La mer s’y commence à tenurier.

Termine (terme, époque). - En ce propre termine que l’armée d’Angleterre fut à Marault.

Terribouris (tapage). - Quand il se relevoit, et nulles armures il ne trouvoit, il menoit un tel terribouris et tel brouillis que il sembioït que tous les diables d’enfer dussent tout emporter et fussent là dedans avecques lui.

Tétée (de tète) - Le comte douta que l’écuyer ne fit sa tétée, c’est-à-dire, n’en fIt à sa tête, ne fit un coup de téte.

Tierce (troisième heure).

Tinel (cour, état de maison, cour plénière). - Le duc et la duchesse se logèrent à l’abbaye et y firent leur tinel. - Et fut là logé son corps et son tinel, et ses gens se logèrent au plus près de lui qu’ils purent. - Sa cour et son tinel tenir.

Tirois, tireis, tiris (action de tirer, comme boutis, poussis, estoquis, touillis.)

Toilier, telier (tisserand, faiseur de toiles).

Tollent [ils] (ils enlèvent ; de tollir, enlever). - Qui nous tollent et empêchent le passage. - Son héritage que vilains lui tollent.

Tollir (enlever).

Toldroit, touldroit [il] (il enlèverait) - Les François nous toldront le pont.

Tollu, tolli (pris). -Et disoient qu’il n’étoit mie bien courtois quand il leur avoit tollu leur prisonnier.

Tolt [il] (prend). - Qui lui tolt son héritage.

Tombel (tombeau).

Tonnieu, tonlieu (droit sur certaines marchandises).

Torfait (dommage). Je serois le premier à recouvrer les torfaits lesquels ou nous a faits et fait encore tous les jours.

Torse (tortueux, détourné, voie détournée ; de tordre). - Les torses voies. - Tu connois bien les torses et les adresses. - Il l’amena par voies torses et obliques et par chemins perdus.

Tortis (matériaux pour des torches). Allumer grands feux et tortis.

Touaille (serviette ; en anglais towel). - Pâtés de saumons, de truites et d’anguilles enveloppés de petites blanches touailles.-Et portoit son bras en écharpe en une touaille.

Touaillement (trouble). - En ce touaillement et en la chalenge de la duché de Guerles, mourut le gentil comte. -Ce roi Charles eut après sa création plusieurs touaillements.

Toudis (toujours).

Touiller (troubler).- Le duc de Glocestre rendoit grand’peine à tout touiller.

Touldroit (de tollir, enlever). - Le chevalier leur promit qu’il leur touldroit les têtes si...

Touldront (enlèveront ; de toldre).

Toullis, touillis, touillement (embarras)

Tourment (tourmente).

Tourtel (tourtre).

Toutes voies (toutefois)

Trahistre (traître). - L’héritage du roi d’Angleterre il ne pouvoit vendre, donner ni aliéner qu’il ne fût trahistre, laquelle chose il ne vouloit pas être.

Traictierre (traiteur ; comme on dit emperière, empereur).

Traierie (action de traire, de lancer). - Là eut grand’traierie des uns aux autres.

Traire (retirer).

Traiteur (qui traite). - Les traiteurs qui ont été pardelà la mer traiter.

Traiteur, traitour, trahitour (traître). - Oncques délit ne fut si cher amendé sur les traiteurs comme il sera. - Nous occirons tous les rebelles et traitours envers le roi d’Angleterre.

Tramis (envoyé, transmis). - Pour ce suis-je tramis en Angleterre pardevers vous. - Ils demandèrent de par qui ils étoient là tramis.

Translater (traduire, transférer),- Si fut le roi de Navarre translaté en Cambrésis.

Trau (gage, caution).- En nom de trau il avoit envoyé deux de ses fils en Angleterre.

Travaillant (voyageant).- Et monta sur haquenées travaillant très bien.

Travailler (fatiguer, voyager ; en anglais to travel) - Ce royaume d’Espagne n’est pas douce terre ni amiable à chevaucher, ni à travailler, si comme le royaume de France est.

Travailleux (fatigant).- Nous passâmes le mont de Cosse, qui est moult travailleux et mal aisé à monter.

Traveller, Travailler (voyager ; les Anglais ont conservé le mot to travel) - Le roi s’inclinoit assez à ce voyage car il travelloit volontiers et véoit nouvelles choses.- On fait le roi traveiller quand il n’est pas en état de chevaucher. - Je me trouve assez en meîlleur point en chevauchant et travellant que en séjournant.

Trébus (trébuchets, machines de guerre).- Engins, canons, trébus, esprîngoles, brigoles en arcs à tour.

Tref, Trez (pavillon).- Il fit faire le plus bel et le plus grand appareil de tentes, de trefs, de pavillons.

Trempoir (vase à mettre de l’eau). - Quatre pots d’or, quatre trempoirs d’or et six plats d’or, et pesoient cent cinquante marcs d’or.

Trenchées, Trenchis (tranchées).

Trépassement (trépas). -La femme du roi alla de vie à trépassement.

Très (dès) - Mieux vaulsist que très la première fois il eût été condamné à toujours en prison, ou fait mourir.

Tresche (danse). - Ceux de la TrémouilIe qui pour le temps menoient la tresche.

Trespas (droit de passage).- Les gens de Tournay avoient tous le trespas de ceux de Lourdes et de ceux de Mauvoisin.

Trespercer (percer à travers). - Il tresperça les mailles et la poitrine d’acier et tout ce qui étoit dessous, entrait sang de sa chair.- Et étoient si trespercés de joie que ils ne savoient auquel entendre.

Tres-tous (presque tous). - Ce sont tres-tous hauts bois et fortes forêts.

Très-tout (tout-à-fait, tout complet). - Si s’espartit très-tout l’ost en celui pays.

Treu (ravage, mal, désastre, tribut). Ils feront un grand treu en Angleterre. - Nous ferions un si grand treu en Angleterre, que. - Sans payer si grand treu que tous en seroient émerveillés. - Et ne vivent les Grecs fors que par treus.- Car partout vont Génois et Vénitiens marchander, parmi les treus qu’ils paient

Treuve [il] (Il rencontre ; de treuver). -Lafontaine a dit encore de son temps :
Sans en chercher la preuve,
Dans les citrouilles je la treuve.

De la treuve d’icelui furent les Sarrarins moult réjouis,

Trevage (trève).- ll n’avoit pu passer fors par trevage.

Tribouil (désordre, tribulation).- Quand on étoit si en tribouil en Angleterre.

Tribouler (tourmenter, faire des tribulations),

Triboulis, Triboulement (trouble, tribulation).

Trieuve (trêve). -Quand les trieuves furent faillies.

Tromper (sonner de la trompette). - If fit tromper les trompettes.

Tronche (tronc d’arbre).- Il s’en venoit devant le châtel seoir sur une tronche qui là avoit été de temps passé amenée pour ouvrer au châtel. - Aymerigot regarda et vit que le portier séoit sur une tronche de bois au dehors du châtel.

Trousser (dépouiller).- Entrementes que ces Flamands entendoient à ces chevaliers désarmer et à trousser.

Truchement, Druchement, Drugement (interprète, drogman).- Ils prirent un drugement qui bien et bel le génois parler savoit.

Truffer (moquer). - Comment ! se truffe l’évéque de nous.- Et ne s’en fesoient les Turcs que gaber et truffer. - Il semble que ces gens de France se truffent de moi.

Truie (machine de guerre).

Tuffe (homme à pied mal armé).

Tymbre (timbale).- Grand’foison de tymbres et de tabours.

Tymbre (casque, terme conservé dans le blason).

U - 2 mots

Uiseux (oisif).- Il ne se scait où employer et est envis uiseux.

Uist [il] (il eut).- Plus grand’quantité de hauts seigneurs que oncques en uist.

V - 73 mots

Vague (désert ; on dit encore : un pays vain et vague).- Une vague abbaye.

Vaillantise (acte de valeur).-Et aimoit messire Jean Chandos le dit comte de Foix pour ses vaillantises.

Vaille (valeur). - Et ce que fait en avoient étoit de nulle vaille.

Vair (fourrure de couleur gris-blanc, couleur bleue, hermine).- Fourré de vair.- Draps fourrés de vair. - Les yeux vairs et amoureux là où il plaisoit son regard asseoir.

Vaissials (vaisseaux).

Valler (rendre valide).- Et seront vallés par serment. - Supposé qu’elles fussent fermes et vallées.

Vanteux (qui se vante). - Ces François sont trop vanteux et hautains.

Variement (dissension, changement) - Le roi voyoit les variements entre ceux de Paris et le duc de Normandie. - Mieux vaudroit que Jean de Montfort demeurât duc de Bretagne que la chose fût en plus grand péril ni variement.

Varleton (petit varlet).- Le varleton convoita l’argent et le prit

Vassalement, Vassaument (bravement).

Vasselage (bravoure).

Vaulsist [il] (il valut).

Véant (voyant, spectateur)^-Et tous les véans demeurèrent sur leurs chevaux.

Véer (défendre).- Oncques ne trouvèrent homme qui leur véât le passage.- Nous ne voulons pas véer que vous ne la voyez. - On ne leur véoit rien.

Vefve (veuf).- Si demeura le roi Charles de France vefve d’elle.

Vegille (garde). - Le seigneur de La Rivière n’attendoit autre chose que les vegilles.

Velourde et Belourde (fagot).

Velouz (velours).

Velvel, Velviel (velours ; d’où l’anglois velvet).- Un surcot tout ouvert de vermeil velvel, fourré d’hermine.

Vendage (vente). - Vendage de villes et de châteaux.- Encore y dut avoir fait un autre vendage de toutes les terres de Haynaut.

Venismes [nous] (nous vînmes).

Venissiez [vous] (vous vinssiez). - Je cuidois que vous venissiez.

Ventilant (flottant au vent). - Bannières et pennons ventilans.

Ventilé (ébruité).- La matière étoit telle et si grand qu’elle demandoit à être ventilée en plusieurs manières.

Verge (ligne à pécher, bâton, fléau). - Pêcher à la verge aux poissons.

Vergette (petite lance).- Quiconque voudra jouter vienne ou envoie toucher d’une vergette la targe de guerre ou la targe de paix.

Vergogner, Vergonder (avoir honte). - On vous accuse pour vous plus blâmer et vergonder.- Si le roi de France ne le veut, elle sera vergondée à toujours mais, tant qu’elle vivra.

Vergogneux (honteux). - Les Anglois étoient moult vergogneux de ce que...

Vermaux (pluriel de vermeil).- lls envoyèrent tendre trois vermaulx pavillons, moult beaux et moult riches.

Verriére (fenêtres à verres). - Et convint une verrière rompre qui étoit derrière là pour avoir vent et air.

Vespre, Vesprée (soir)

Vesqu [il] (il vécut).- La grand’prospérité de paix où ils avoient vesqu.

Vesquesist [que il] (qu’il vécût). - Donc dirent-ils que ils vouloient que il vesquesist - S’il vesquesist il n’osât penser et mettre hors ces paroles.

Vesqui [il], il vesquist (il vécut), - Qu’elle vesquist tant qu’elle pust,

Véture (vêtement).

Veve (veuf).- Si furent le père et le fils veves de leurs deux femmes.

Vez-ci ; Véez-ci, Fect (voici).

Viage (temps de vie). - Vous lui prierez que il vous laisse parfaire votre viage.- La dame qui assignée de six mille francs tout son viage étoit sus. - Sa fflle et le fils du roi devoient tenir le viage du roi son père, tout ce pays de Galice.

Viaire (visage).- A viaire découvert. -Là fut occis messire Charles de Blois, le viaire contre ses ennemis.

Vicinage (voisinage)

Victorier (triompher, vaincre).- La couronne de laurier au chef, si comme anciennement souloient les rois faire, quand ils victorioient et vainquoient ou desconfisoient un roi en bataille.

Vidant [en] (en s’écartant). - A la seconde empeinte, ils se consuivirent, mais ce fut en vuidant.

Viez (vieux)- - Un pain qui, n’avoit pas trois semaines, y valoit uns viès gros, n’y valoit que quatre mitres. - Cent mille viès écus.

Vigille (veille ; employé encore en langage d’église).- La vigille de Noël.

Vilener, villener (maltraiter, faire honte).- Et en blama et vilena ceux de Paris.- Mais villena les messagers du saint père. - Et l’avoit l’écuyer vilené.

Vinage (droit sur le vin).

Vindication (vengeance).-La vindication étoit jetée sur Bruges.

Vireton (flèche, javelot).- Il fut trait d’un vireton et percé tout outre le basrinet parmi la tête.

Virrier (vitrier).

Visage [faire] (faire face).

Vissièmes [nous] (nous vissions, pluriel normand) - Et fut nonne avant que mus vissièmes les batailles.

Vitaille (vivres ; les Anglais prononcent de la même manière leur mot victuals).

Vitailler (vivandier). - Fors aucuns povres vitaillers qui suivoient l’ost

Vitupération (blâme).- A très grand vitupération viendrait à la ville de Gand.

Vitupére (honte, blâme).- A la confusion et vitupère du roi. - A trop grand vitupère leur tourneroit

Vitupérer (faire honte). - Le duc de Lancastre s’étoit forfait et vitupéré quand il avoit épousé sa concubine.

Vitupéreusement (honteusement).- Or sera la roine d’Angleterre recueillie vitupéreusement.

Vocable (proverbe).- Ainsi advint, et que le vocable soit voir, que on dit que, etc.

Voir, Voire (vrai, même).

Voirement (vraiment).

Vois [je] (je vais). - Sans prendre congé ni dire : je m’en vois.

Voise [qu’il] (qu’il aille). - Qu’il s’en voise un petit reposer.- Il me plaît bien que cette ordonnance voise ainsi.

Voldrent [ils], Vouldrent, Volrent (ils voulurent). - Le quel corps ils ne vouldrent oncques rendre.

Voler (chasser au vol).

Volsissent [qu’iils] (qu’ils voulussent).

Voulenturieux (qui veut faire sa volonté). - Messire Jean, évêque de Nordvich, qui étoit jeune et voulenturieux.

Voulentiers (volontiers).

Voulroi [je] (je voudrais).- Je ne le voulroie mie faire autrement.

Vueil [je] (je veux).

Vuis, Vuit (vide).- Le pays étoit tout vuis àe gens d’armes.

Vuiseuse (futilité, distraction, chose oiseuse et vicieuse).- Oncques il n’a voulu que le repos et séjour, les vuiseuses et les ébattements des dames. - Ainsi se tenoient-lls tous cois et entendoient à se loger, à boire ou à manger ou à faire autres vuyseuses. - Et retounioent tous ces profits et vuiseuses, en danses et fêtes, en boire et en manger.

Vuys (vide).- Le royaume de France n’elt pas vuys de chevalerie que ’vous ne trouviez bien à qui faire armes.

W - 3 mots

Warenne (garenne où on réunit les lapins et le gibier).- Et fesoient de la ville d’Auffrique leur warenne et la font encore.

Wason (gason).- Les chevaux mangeoieot terre pour le wason ; c’est-à-dire au lieu de gason.

Waucrer (errer çà et là).- Si waucroient parmi les champs. - Le roi et sa grosse navie waucrèrent et furent sur mer le terme de neuf semaines. - Mais commencèrent à waucrer le barge aval et amont sur la rivière.

Y - 5 mots

Yauve, Yaue, Yeaue (eau). - Ils avoient basse yeaue.

Yève (eau). -Les yèves et le froid temps.

Yre (colère).

Yré (courroucé)

Yreux (en colère).

1ère partie du glossaire (de A à H)

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1337-1453 Guerre de cent ans - 14e siècle - Glossaires - Froissart -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1048 - 1159 - Historia Pontificum et Comitum Engolismensium -2- Histoire des Evêques et des Comtes d’Angoulême

2.  1787 - La bibliothèque de Louis Alexandre Frétard, seigneur d’Ecoyeux et de Château-Chesnel

3.  1631 - 1685 - Mesures prises contre les protestants en Saintonge, Aunis, Angoumois

4.  1463 - Concession faite à Charles d’Anjou, de tous droits seigneuriaux, à Queue-de-Vache en Aunis (Marsilly 17)

5.  1805 - M. Regnaud de Saint-Jean d’Angély plaide en faveur de l’abandon du calendrier révolutionnaire


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Santonismes ou locutions saintongeaises de Bernard Palissy (1506-1589 ?)

4.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

5.  Études historiques sur la ville de Cognac et l’arrondissement, par F. Marvaud - Table onomastique


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux