Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Abbayes, monastères, églises et commanderies -> Angoulême - divers -> 1108 - 1161 - L’église d’Haimps (Charente-Maritime) est très (...)

1108 - 1161 - L’église d’Haimps (Charente-Maritime) est très disputée

Comtes et seigneurs locaux en conflit avec les évêques d’Angoulême

D 18 août 2012     H 16:50     A Pierre     C 0 messages A 663 LECTURES


agrandir

Guillaume Taillefer, comte d’Angoulême, en 1108, Robert de Marthon et sa famille et Pierre, fils de Baudrand, en 1110, et quelques autres, reconnaissent successivement qu’ils ont usurpé l’église d’Haimps, son cimetière, ses dépendances et ses revenus, au détriment des évêques d’Angoulême. Pour le salut de leur âme et pour éviter (ou faire lever) une excommunication, ils restituent ces biens au diocèse, sous les pontificats des évêques Girard et Hugues.
A cette époque, une église était une source de revenus divers pour ses propriétaires. Ces conflits sont donc des affaires de gros sols.

Sources :
- Girard, Évêque d’Angoulême, légat du Saint-Siège (vers 1060-1136) - Par M. L’abbé Maratu, Chanoine honoraire, curé de Rancogne – Angoulême – 1866 – Google livres
- Cartulaire de l’abbaye de Saint-Jean d’Angély - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis (AHSA) - Tome XXXIII - 1903

L’église d’Haimps, canton de Matha (17)
Photo Pierre Collenot
non daté 1001-1136.— Don de la dime d’Haimps (Aent) à Girard, évêque d’Angoulême, par Hugues Crutart et Pepin, son frère, en présence de Pétronille, femme de Hugues, et autres.— C. t. LXII, p. 553.— « Extrait d’un rouleau sur parchemin, de l’écriture du XIIe siècle, aux archives de l’abbaye. Layette I. » Ego, Hugo Crutart, presentibus et futuris notum facio quod ego et frater meus Pipini, in decima parrochie de Aent, de duobus massis, habemus decimam. Frater meus Pipinus Deo ecclesiae de Aent et domno Girardo, Engolismensi episcopo et successoribus ejus, partem suam decime duorum massorum, pro salute animae suae, dimisit et dedit. Et ego eidem Girardo et ecclesiae de Aent, medietatem decime aliorum duorum massorum, pro salute animae mea, dimisi et dedi, et partem quam frater meus dederat, concessi et dedi, ut ipse Girardus et successores sui decimam illorum duorum massorum, absque omni calumpnia, et reclamatione heredum meorum, quiete habeant et possideant. Ego etiam, in manu ejusdem Girardi, episcopi, in fide mea, promisi et plevivi, quod, nec ei nec successoribus ejus, decimam illam auferram vel imparem, nec aliquis, meo consilio. Quod si quis faceret, ego eos, bona fide, defenderem et garirem. Promisi quoque et pepigi ei, in fide mea, quod uxorem et filia mea tales haberem, ut hoc donum concederent. Et ut hoc donum firmius et certius habeatur, in hac carta, propria manu mea, signum crucis impressi. S. † Hugonis. S. † Petronille. † S. S...di. S.† Bertrandi. S. † Joannis. Huic dono interfuerunt Willelmus, thesaurarius, Arnaldus, sacerdos, Berno, organista, Caprinus.
non daté 1101-1136. — Robert de Montbron et Guillaume de Matha, son frère, confirment le don de l’église d’Haimps (Aent), fait par leur père à Girard, évêque d’Angoulême.— C. t. LXIII, p. 527.— « Extrait d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle, aux archives de l’abbaye, layette 1. » Ego, Robertus de Monteberulfi, presentibus et futuris notum facio quod pater meus, Audoinus, querelam quam habebat adversus Girardum, Engolismensem episcopum, de ecclesia de Aent, et de decima, et de aliis ad ipsam ecclesiam pertinentibus, ei finivit et dedit et concessit eidem Girardo et successoribus ejus Engolismensibus episcopis, ipsam ecclesiam et decimam, et alia pertinentia ad eandem ecclesiam, apud Sanctum Eparchium, audiente Hugone, abbate. Dedit juxta ipsam ecclesiam et alia, pater meus et frater meus Audoinus, quantum ad eos pertinebat, scilicet medietatem. Ego vero hanc helemosinam patris mei ratam esse volens, donum patris mei concedo, et, ex parte mea, dono Beato Petro et domno Girardo, Engolismensi episcopo, et successoribus ejus, predictam ecclesiam et decimam et cimiterium et terram sanctuarii et omnia ad illam ecclesiam pertinentia, ut ea ipse Girardus et successores sui episcopi in perpetuum quiete habeant et possideant, absque mea et meorum heredum reclamatione. Ego quoque Willelmus de Mastacio, frater Rotberti de Monte Berulfi, presentibus et futuris notum facio quod eandem ecclesiam de Aent, et decimam et cimiterium et terram sanctuarii et omnia ad ipsam ecclesiam pertinentia, quantum ad me pertinebat, dedi et concessi eidem Girardo Engolismensi episcopo et successoribus ejus, ul ipse et successores sui episcopi quiete habeant et possideant. Et hoc ut firmius et certius teneatur, ego Rotbertus et ego Willelmus in hac carta signum crucis impressimus propriis manibus nostris.
non daté 1101-1136. — Promesses et garanties données par Guillaume de Matha, frère de Robert de Montbron (Monte Berulfi), a Girard, évêque d’Angoulême, pour lui assurer la possession de la dime d’Haimps (Aent). — C. t. LXIII, p. 529. — « Extrait d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle aux archives de l’abbaye, layette 4. » Ego, Willelmus de Mastacio, frater Rotberti de Monte Berulfi, presentibus et futuris notum facio quod domnus Girardus, Engolimensis episcopus, C solidos Engolimensis monete mihi accomodavit, ita quod neque ei auferam neque imparem, nec aliquis, meo consilio, decimam de Aent nec homines nec asinos qui decimam colligent, capiam vel noceam. Et si quis de hominibus meis faceret, quos justificare possem, ego justificarem. Ipsi quidem Engolimensi episcopo, in fide mea, promisi et plevivi, ut sic teneam nec premedietatem frangam, donec ei vel successori suo C solidos Engolismensi monete equivalentis reddam. Et si redderem, hoc pactum tamdiu tenerem, donec ipse vel successores ejus mihi in justicia de decima defuerent. Quod si in premeditate hoc pactum in aliquo frangerem, ad ammonitionem ipsius vel successorum ejus infra XV dies emendarem. Post fidem etiam meam, Helias Azio el Gaschetus, meo jussu, fidem suam promiserunt et pleviverunt in manu ipsius Girardi episcopi, ut hoc partem teneam. Quod si aliter facerem, me talem haberent, ut, postquam ab eo vel a successoribus ejus juberent, se ponerent nec inde egrederentur, donec forisfactum meum emendatum esset, nisi licentia ipsius Girardi vel suecessorum ejus. Et ut hoc pactum firmius et certius teneatur, in hac carta, manu propria, signum crucis impressi, et Helias Azio et Gaschetus similiter fecerunt. Testes sunt Rainaudus de Moneta, Willelmus thesaurarius, Eldras, capellanus, Raimundus Scriba, Geraudus Bil, Johannes Passapaira, Raimundis de Guisales, Anfredus Scriba, Caprinus, Boerius, Arnaudus de Sereza, Berardus Pincerna. S. W. † de Mastacio. S. † Gascheti. S. † Helie Tizonis.

L’année 1108, nous assistons à la donation ou plutôt à la restitution de l’église d’Ains, sur laquelle Guillaume Taillefer, l’un de nos comtes [d’Angoulême], avait exercé jusque-là des droits qui ne paraissaient guère fondés.

1108. — Restitution faite par Guillaume Taillefer, comte d’Angoulême, à la cathedrale d’Angoulême, de l’église d’Haimps. — C. t. XXVII bis, p. 341. — Bibl.nat., col. Moreau, XLIII, fol. 174. « Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle, conservé dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean-d’Angéli. (Layette 1). »

Anno ab Incarnatione Domini MCVIII°, Indictione 1° Philippo rege Francorum regnante, ego Willelmus, agnomine Incisor-Ferri, Dei gratia Engolismensis comes, timens pro sacrilegii crimine periculum et damnationem anime mee incurrere, refutavi ac ex toto dimisi, et si quid forte juris habebam, dedi in manu Gerardi, Engolismensis episcopi, ecclesiam de Aent, in Sanctonensi pago sitam, in castellania scilicet Castri Mastacii, cum decirna ipsius ecclesie et omnibus ad eandem ecclesiam pertinentibus, que de alodio ecclesie Beatri Petri Engolismensis et de casamento Engolismensium episcoporum ex antiquo tempore fuerant. Certum enim erat ecclesiam de Aent alodium Beatri Petri Engolismensis ecclesie, et ad episcoporum Engolismensium jus pertinere. Sic autem predictam ecclesiam, cum omnibus appendiciis suis, ego Willelmus, Engolismensis comes, in manu predicti episcopi cum quadam virgula, quam forte in manu mea tenebam, refutavi, et si quid forte juris habebam,dedi ut ipse Girardus Engolismensis episcopus et omnes successores sui, Engolismenses episcopi eam quiete possideant, ut, nec ego, nec aliquis meorum heredum vel ipsum episcopum vel successores. suos inquietare presumamus, vel pro ipsa ecclesia et ejus appendiciis aliquid census vel pecunie exigere presumamus. Ut autem hec refutatio mea, sive derelictio, sive donatio, si quid juris, ut predixi, habebam, firmior maneret precepi Fulchoni, filio meo, cui castrum Mastacii me daturum disposueram ut, et ipse, concederet, et, in presentia mea et eo modo quo.ego, in manu episcopi, sepedictam ecclesiam cum omni pertinentia sua refutaveram, et ipse eum eadem. virgula refutavit. Et ut hec carta firmior et certior maneret, propria manu mea signum crucis subscripsi. Hujus autem refutacionis pacto interfuerunt Achardus archidiaconus, Arnulfus de Porta, Iterius Archimbaudi, Raimundus canonicus, Fulcho, filius comitis, Petrus Ramnufi, cliens comitis, Willelmus de Guissale, cubicularius episcopi.

S. Willelmi † Comilis. S. Fulchonis † filii Comitis.
"L’an de l’incarnation du Seigneur 1108, indiction I, sous le gouvernement de Philippe, roi de France. Moi Guillaume, surnommé Taillefer [1], par la grâce de Dieu comte d’Angoulême, craignant que le sacrilège n’exposât mon âme au péril de la damnation, j’ai abandonné entièrement et transféré à l’évêque d’Angoulême tous les droits que je pouvais avoir sur l’église d’Aent, située au territoire de Saintes, dans la châtellenie de Matha ; sur la dîme de ladite église et sur toutes ses appartenances, qui depuis longues années avaient été l’alleu de l’église de Saint-Pierre d’Angoulême et, en cette qualité, avaient fait partie de la manse des évêques d’Angoulême. Il était, en effet, certain que l’église d’Aent était l’alleu de l’église Saint-Pierre d’Angoulême, et qu’elle appartenait aux évêques de cette église. La cession de ladite église et de toutes ses appartenances, cet abandon des droits que je pouvais avoir sur elles, moi Guillaume, comte d’Angoulême, je l’ai fait en présentant audit évêque, une petite verge que j’avais par hasard à la main [2], voulant, par cette investiture, assurer à l’évêque Girard et à tous ses successeurs sur le siège d’Angoulême la paisible possession de cette église, et renonçant ainsi, mes héritiers et moi, à troubler jamais leur jouissance, à percevoir le moindre cens ou le plus léger impôt à l’occasion de cette église et de ses appartenances. Pour que cette cession, cet abandon, cette donation des droits que je pouvais avoir ait plus de force, j’ai commandé à mon fils Foulques, à qui j’avais décidé de donner la châtellenie de Matha, de faire la même cession, ce qu’il a fait en ma présence, en plaçant dans la main dudit évêque, en signe d’investiture, la même petite verge que déjà j’avais présentée à ce dernier. Et, pour que cette charte ait plus de force et de certitude, j’y ai tracé de ma propre main le signe de la croix. Les témoins de cet accord furent : Achard, archidiacre ; Arnoul de la Porte ; Itier, fils d’Archambaud ; Raymond, chanoine ; Foulques, fils du comte ; Pierre, fils de Ranulfe, écuyer du comte ; Guillaume de Guissale, camérier de l’évêque [3]."
Les monstres de la sculpture romane ne sont pas les seuls à être gloutons
Chapiteau de l’église d’Haimps - Photo Pierre Collenot

L’année 1110 commençait tout autrement dans le diocèse d’Angoulême. Le 19 janvier, à Grassac , Robert de Marthon et sa famille restituaient les biens qu’ils avaient usurpés sur l’église de Saint-Pierre d’Angoulême. Laissons la parole au seigneur de Marthon :

1111 (Mercredi 19 janvier) (n. s.). — Restitution faite par Robert de Marthon, ses frères et sa mère, à la cathédrale d’Angoulême de la quatrième partie de l’église d’Haimps avec ses dépendances.— C. t. XXVII bis, p. 349. — Bibl. nat., fonds Moreau, XLV, fol. 405. « Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle, qui est dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angély, 1ère layette étiquetée Bulles, privilèges, donations. L’original n’est plus au trésor. ».

Anno ab Incarnatione Domini MCX°, Indictione IIIa, regnante Lodovico Francorum rege, ego Rotbertus dictus de Martone et fratres mei Willelmus et Hugo, necnon et mater mea Petronilla, timentes pro sacrilegii crimine periculum et damnationem animarum nostrarum incurrere, refutavimus ac ex toto dimisimus, et si quid forte juris habebamus, dedimus in manu Domni Geraldi Engolismensis, episcopi, quartem partem de ecclesia de Aent, in Sanctonensi pago site in castellania scilicet castri Mastacii, cum quarta parte cimiterii et decima et tocius sanctuarii ad eandem ecclesiam pertinentis, que de alodio ecclesie Beati Petri Engolismensis et de casamento Engolismensium episcoporum ex antiquo tempore fuerant. Certum enim erat ecclesiam de Aent alodium Beati Petri Engolismensis esse, et ad episcoporum Engolismensium jus pertinere. Sic autem quartam partem predicte ecclesie cum omnibus appendiciis suis ex toto dimisimus, et si quid forte juris habebamus, dedimus ut ipse Girardus Engolismensis episcopus et omnes successores sui Engolismenses episcopi eam quiete possideant, ut, nec nos, nec aliquis heredum nostrorum vel ipsum episcopum vel successores suos inquietare presumamus, vel, pro dicta parte ecclesie, aliquid census vel pecunie exigere presumamus. De hac autem quarta parte ecclesie de Aent pater noster, Hugo de Martone, dedit Deo et Beato Petro et episcopis Engolismensibus justiciam quam in sepedicta quarta parte ecclesie habebat atque in fine vite sue cum sue do... disponeret, dimisit Atque adeo nos testamentum patris nostri irritum facere nolentes, exsecuti sumus. Et ut heec carta firmior et certior maneret, unusquisque nostrum propria manu signum crucis subscripsimus. Interfuerunt autem huic pacto et confinnationi hujus carte Achardus archidiaconus, Mainardus cantor, Eldradus, Willelmus Audoini canonici ; Willelmus capellanus de Monte-Berulfi ; de militibus : Petrus de Campaniac, Geraldus de.Graciaco, Willelmus Rotberti, Arnaldus Michaelis, et multi alii. Factum est hoc pactum et firmata est haee carta Graciaci XIIII Kalendas februarii. S. † Rotberti. S. † Willelmi.S.† Hugonis. S.† Petronille, matris eorum.Ego Hugo postea reclamavi quod, quando ista carta facta fuit, puer eram, sed jam vir factus perfectus concessi, et concedo sicut in ista carta continetur,et iterum propria manu signum crucis feci. S. † Hugonis. Testes sunt Richardus archidiaconus, Willelrnus thesaurarius, Rainaudus de Monenta, Willelmus Goffredi, Gaschetus Grossus, Fotcherius Merevila et multi alii tam clerici quam laici.
"L’an de l’Incarnation du Seigneur 1110, indiction III, sous le règne de Louis, roi de France, Guillaume et Hugues mes frères, ma mère Pétronille et moi, Robert de Marthon, craignant que le sacrilège ne compromît le salut de nos âmes et ne les exposât à la damnation, nous avons abandonné entre les mains du seigneur Girard, évêque d’Angoulême, tous les droits que nous pouvions avoir sur le quart de l’église d’Aent (Ains), située dans la châtellenie de Matha, en Saintonge ; sur le quart du cimetière, de la dime et du casuel de ladite église, église qui depuis longues années était l’alleu de l’église Saint-Pierre d’Angoulême, et, à ce titre, faisait partie de la manse des évêques d’Angoulême. Il était, en effet, hors de doute que l’église d’Aent était l’alleu de Saint-Pierre d’Angoulême, et qu’elle appartenait aux évêques de ce siège. Par cette cession du quart de ladite église et de toutes ses appartenances, par cet abandon entier des droits que a nous pourrions avoir, nous avons voulu assurer au même Girard, évêque d’Angoulême, et à tous ses successeurs la jouissance paisible de ces biens et renoncer, nos héritiers et nous, à troubler dans sa possession ledit évêque et ses successeurs, à percevoir sur ladite partie de cette église le moindre cens ou le plus léger impôt.

Hugues de Marthon, notre père, à la fin de sa vie, alors qu’il mettait ordre aux affaires de sa maison, avait donné à Dieu, à Saint-Pierre et aux évêques d’Angoulême, le droit de justice qu’il exerçait sur ladite partie de l’église. Ne voulant pas annuler le testament de notre père, nous avons exécuté déjà cette clause.

Et, pour que cette charte ait plus de force et de certitude , nous l’avons tous signée de notre propre main en y traçant le signe de la croix.

Furent témoins de cet accord et de la confirmation de cette charte : Achard, archidiacre ; Mainard, grand-chantre ; Eldrad, Guillaume, fils d’Audoin, chanoines ; Guillaume, chapelain de Montbron ; parmi les gens de guerre : Pierre de Campaniac (Champagnac) ; Girauld de Grassac ; Guillaume, fils de Robert ; Arnauld Michel et beaucoup d’autres.

Cet accord a été conclu, et cette charte confirmée à Grassac, le XIIII des calendes de février (19 janvier).

Moi Hugues, j’ai plus tard [4] fait observer que, lorsque cette charte a été faite, j’étais enfant ; mais aujourd’hui, homme fait, je ratifie tout ce qui y est contenu, et, en preuve, j’y ai tracé de nouveau de ma propre main le signe de la croix.
Les témoins sont : Richard, archidiacre ; Guillaume, trésorier ; Raynaud de la Monnaie ; Guillaume, fils de Geoffroy ; Gaschet le Gros ; Fotcher ou Foucher Merevita, et beaucoup d’autres personnes ecclésiastiques et laïques [5]."
Chapiteau de l’église d’Haimps (17)
Photo : Pierre Collenot

En 1112, l’église d’Angoulême acquérait de nouveaux droits sur l’église d’Ains, en Saintonge. Déjà le comte d’Angoulême, Guillaume Taillefer (1108), et les seigneurs de Marthon, Guillaume, Hugues et Bobert (1110), avaient reconnu les droits de Saint-Pierre d’Angoulême sur cette église.

1112. — Conflrmation accordée à Gérard, évêque d’Angoulême, et a ses successeurs par un nommé Pierre Baudrand, d’un don fait par Audouin d’Ostende et son frère de la moitié du droit qu’ils avaient sur l’église d’Haimps et ses dépendances, avec assurance de défendre et protéger en toute occasion ledit évêque et ses successeurs. — C. t. XIII, fol. 223. — Bibl. nat., Coll. Moreau, XLVI, fol. 434 [6].

Ego, Petrus Baudrandi, notum presentibus et futuris volo quod Aldoinus Ostendi, et Aizo, frater ejus, dederunt mihi medietatem illius juris quam habebant in ecclesia de Aent, et in decima ejus, et in omnibus ad eandem ecclesiam pertinentibus. Ego vero postea dedi Girardo Engolismensi episcopo et omnibus successoribus ejus, Engolismensibus episcopis, quicquid mihi juris dederant, et quicquid habebam in predicta ecclesia et in omnibus ad eam pertinentibus. Insuper dedi et eidem episcopo et successoribus ejus auxilium et defensionem meam, quod vulgariter Chaptenz dicitur, ut non patiar quod aliquis de conductu meo aliquod malum vel ipsi Girardo vel successoribus ejus faciat. Et si quis de meo vel alio conductu aliquod malum vel ipsi vel successoribus ejus faciat, ego eos fideliter juvem. Pactus sum etiam quod filium meum Auduinum, quando bene mecum esset, quod tunc mihi guerram faciebat, ad idem pactum ipsi Girardo et ejus successoribus haberem. Haec omnia ego Petrus firmavi manu mea in manu ejusdem Girardi episcopi, promittens, bona fide, me tenere, et pro bona fide tenenda cum osculalus sum, que magna sunt sacramenta. Et ut haec carta firmior sit propria manu mea, signum crucis feci. Interfuerunt autem huic donationi vel pacto Hugo, abbas Sancti Eparchii, Willelmus, abbas Sancti Aimandi, Eldraldus, capellanus episcopi. Acta est autem haec donatio Engolisme in camera domni Girardi, Engolismensis episcopi, anno ab Incarnatione Domini millesimo episcopi, anno ab Incarnatione Domini MCXII°, indictione Va, regnante Lodovico rege Francorum.

S. Petri † Baudrandi.
"Moi Pierre, fils de Baudrand, je veux faire savoir à tous présents et à venir qu’Audoin, fils d’Ostende, et Aizon son frère, m’ont cédé la moitié des droits qu’ils avaient sur l’église d’Aent, sa dîme et toutes ses appartenances. Tous ces droits qu’ils m’avaient donnés, et tous ceux que je possédais déjà dans ladite église et dans toutes ses appartenances, je les ai ensuite cédés à Girard, évêque d’Angoulême, et à tous ses successeurs les évêques d’Angoulême. J’ai donné de plus au même évêque et à ses successeurs mon aide et ma protection, qu’on appelle vulgairement chaptenz, m’engageant à ne pas souffrir que quelqu’un de ma seigneurie vexât ledit évêque Girard ou ses successeurs, et à voler à leur secours si quelqu’un de ma seigneurie ou d’une seigneurie étrangère se rendait coupable envers lui de la moindre violence. J’ai promis enfin de faire prendre à mon fils Audoin, quand il aura fait sa paix avec moi (alors il me faisait la guerre), le même engagement envers l’évêque d’Angoulême et ses successeurs. Moi Pierre, j’ai confirmé cet acte en mettant ma main dans celle dudit évêque Girard, lui promettant d’accomplir fidèlement toutes les clauses de ce pacte, et, comme garantie de ma sincérité, je l’ai embrassé, ce qui est un grand serment. Et, pour que cette charte ait plus de force, j’y ai tracé de ma propre main le signe de la croix. Furent témoins de cette donation ou de ce pacte : Hugues, abbé de Saint-Cybard ; Guillaume, abbé de Saint Amand ; Eldrad, chapelain de l’évêque. Cette donation a été faite à Angoulême, dans la chambre du seigneur Girard, évêque d’Angoulême, l’an de l’Incarnation du Seigneur 1112, indiction V, sous le règne de Louis, roi de France [7]."

Cette même église d’Ains [Haimps, canton de Matha] [8] fut cause d’un voyage que le légat fit l’année suivante en Poitou avec trois de ses chanoines : Ménard Cramail, grand chantre ; Pierre de Confolent et Eldrad.

Boson, frère du vicomte de Châtellerault, possédait dans le diocèse de Saintes la moitié du château de Matha. Cette propriété, que personne ne lui contestait, lui parut un titre suffisant pour s’emparer de la moitié de l’église d’Ains et de sa dîme. L’évêque d’Angoulême, dont, nous venons de le voir, Ains était la propriété, réclama contre cette usurpation ; mais Boson ne tint aucun compte de ses réclamations. Girard se vit donc dans la triste nécessité de lancer contre ce seigneur une sentence d’excommunication. Les foudres de l’Église n’effrayèrent point le coupable, et pendant longtemps encore il persévéra dans son injustice. Vint cependant l’heure du repentir, ce fut celle de la paix.

L’évêque d’Angoulême va nous dire lui-même à quelles conditions elle fut conclue, cette paix qu’il avait tant désirée.

1113. — Restitution de la moitié de l’église d’Haimps, faite à la cathédrale d’Angoulême par Boson, frère d’Aimeri, vicomte de Chatellerault, qui possédait la moitié du château de Matha, et qui était depuis longtemps excommunié pour avoir usurpé cette possession de la cathédrale d’Angoulême. — C. t. XXVII bis, fol. 351. « Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle, qui est dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angéli (lère layelte). L’original n’est plus au Trésor. » — Bibl. nat., coll. Moreau, XLVII, fol. 47.

Ego Girardus, Engolismensis episcopus et sanctae Romanae Ecclesiae legatus, notum fieri praesentibus et futuris volo quod Boso, frater Aimerici, vicecomitis Castelli-Airaldi, qui Boso medietatem Castelli-Mastacii habebat in Sanctonensi pago siti, medietatem decimae de Aent antiquitus juris Engolismensium episcoporum erat, pro qua injuria ipsum Bosonem nos diu excommunicatum tenueramus. Haec ergo controversia ita tandem finita est. Praedictus enim Boso medietatem ecclesiae de Aent et medietatem decimae, et cœmeterii, et sanctuarii, et omnium ad eamdem ecclesiam pertinentium omnino in manu nostra dimisit, et quantum dare potuit, dedit nobis, ita ut neque ipse nec aliquis suae progeniei unquam aliquid in ecclesia illa de Aent, vel in decima, vel in omnibus ad eamdem ecclesiam pertinentibus quaereret, neque in hominibus in cœmeterio manentibus, nec pro domibus suis, nec pro mansione sua in cœmeterio aliquid eis quaereret vel exigeret ; sed omnia haec libera et quieta nobis et successoribus nostris manerent. Hoc pactum quod nobis fecit, omnibus successoribus nostris Engolismensibus episcopis fecit. Et ut hoc pactum sive dimissio sive donum firmius maneret, frater ejus Aimericus, vicecomes Castelli-Airaudi, atque Petrus frater ejus, Pictaviensis canonicus, hoc concesserunt. Et ut certius et firmius maneat, tam ipse Boso quam Aimericus et Petrus canonicus, fratres ejus, propriis manibus signum crucis faciendo chartam roboraverunt. Ego vero Girardus, Engolismensis episcopus, dedi ipsi Bosoni ducentos solidos et equum aestimatione centum solidos, quo postea concedente, equus datus est. Et hoc nobis concesserunt ut nunquam pro aliqua causa hanc medietatem, quam nobis offerebant, nobis vel successoribus nostris Engolismensibus episcopis auferrent, et si quis auferret, nos ad defendendum bona fide juvarent. Aliam vero medietatem ecclesiae, vel decimae, vel cœmeterii, vel sanctuarii, non quaerebant. Interfuerunt autem huic concordiae Mainardus (Cramail) praecentor, Petrus de Confluento, EIdradus capellanus, Ildebertus subdecanus Pictaviensis, Airaudus Achardi, Goffredus Amasart, Willelmus de Guissal.

S. † Aimerici vicecomitis.

S. † Bosonis.

S. † Petri.

Facta est haec concordia in terra vicecomitis Castelli-Airaudi, in claustro Vallensis monasterii, anno ab Incarnatione Domini millesimo centesimo tertio decimo, regnante Lodovico, rege Francorum."

"Voici donc comment ce différend s’est enfin terminé. Ledit Boson a fait entre nos mains l’abandon absolu de la moitié de l’église d’Aent, de la moitié de la dîme, du cimetière, du casuel et de toutes les appartenances de cette même église, et ces droits, il nous les a transmis, autant qu’il le pouvait, de façon que ni lui ni aucun de ses héritiers ne puissent prélever la moindre redevance sur cette église d’Aent, sur la dîme, sur aucune des appartenances de cette église, sur les habitants du cimetière, soit à l’occasion de leurs maisons, soit à celle de leur séjour en ce lieu. Ce pacte qu’il a fait en notre faveur, il l’a fait également en faveur de tous les évêques d’Angoulême, nos successeurs. Et nous, Girard, évêque d’Angoulême, nous avons donné audit Boson deux cents sous et un cheval estimé cent sous."

Cette charte (sur laquelle Boson et ses deux frères, Emeric, vicomte de Châtellerault, et le chanoine Pierre, tracèrent, selon l’usage, le signe de la croix) fut faite dans le cloître du monastère de Vaux, l’an de l’Incarnation du Seigneur 1113.

Les tribulations de l’église d’Haimps ne sont pas encore terminées ...

Vers 1155. — Charte par laquelle Hugues, évêque d’Angoulême, fait connaître que Géraud Lestard et ses deux fils se sont désistés de toutes leurs prétentions sur la dime d’Haimps.— C. t. LXIII, p. 357. — « Extrait d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle aux archives de l’abbaye, layette 1. » Ego, Hugo, Engolismensis episcopus, presentes et futuros scire volo me talem concordiam fecisse cum Geraudo Lettardi et P. et W. filiis suis, quod totam querelam quam habebant super decima de Aent, finierunt et dimiserunt in manu mea, firmantes et concedentes quod neque ipsi neque aliquis successorum suorum amplius in decima illa quicquam requirant. Sed mihi et successoribus meis, Engolismensibus episcopis, predictam decimam integre et quiete habere perpetuo sinant. Hujus rei testes sunt : W. capellanus de Aento, Jordanus, capellanus de Sonaco, W. capellanus de Fossiniaco et Gereldus Crepellus. Item testis P. Charellus.
1155. — Cession faite par un nommé Géraud Crinard et ses frères, à Hugues, évêque d’Angoulême, tant pour lui que pour ses successeurs, de la dime d’Haimps et de toutes les pretentions qu’il pouvait y avoir. — C. t. LXIII, fol. 229-231. Cette pièce a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle conservé dans les Archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angély. Layette 1. L’original n’est plus au trésor. Ego, Geraudus Crinardi, et Helias et Hugo et Johannes, fratres mei, presentibus et futuris notum fieri volumus, quod omnem penitus querimoniam quam habebamus de decima de Aent adversus Engolismenses episcopos, domino Hugoni, Engolismensi episcopo, finimus et dimisivimus, et si quid juris in prenotata decima habebamus, totum prorsus, pro remedio animarum nostrarum et parentum nostrorum, Deo et sancto Petro et domino Hugoni Engolismensi episcopo, dedimus et concessimus, ut ipse et successores sui, Engolismenses episcopi, predictam decimam integre et quiete in perpetuum habeant, sine nostra et heredum nostrorum requisitione seu calumpnia vel inquietatione. Hujus rei testes sunt P. Charelli et Gumbaudus, canonici, W. capellanus de Aent, Ramnulfus Audoini, Geraldus de Marol et W. Ademari de Vaus. Factum est hoc incarnationis Dominica anno millesimo centesimo quinquagesimo quinto. S. Pe†tri Charelli. S.W. cap†ellarii de Aent. S. † W. capellani de Gorvilla.
 : S. Geraudi † Crespelli. S. Ramnulfi † Audoini. S. Geraudi† de Marol. S. W.. † Ademari de Vaus. Item S. † Gumbaudi. S. W. † de Aento.

Dans les manuscrits inventoriés par Dom Fonteneau, on trouve encore ces actes :

1161, vers le 31 mars. — Pierre Ier, évêque d’Angoulême, cède a l’abbaye de Saint-Jean d’Angely l’église d’Haimps avec toutes ses appartenances en compensation de ce que celle de Saint-Cybard d’Angoulême avait été retirée de sa dépendance. — C. t. XII, p. 341, et XXVII bis, p. 367. « Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe s. conservée dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angéli. Layette I. L’original de la charte n’est plus au trésor. ». — Gall. II, col. 456. - Arch. dép. de la Charente "Nous avons reproduit le texte de l’original conservé aux archives de la Charente. Cette pièce sur parchemin était réglée à la pointe sèche. Les mêmes conventions furent aussi rédigées par l’abbé de Saint-Jean d’Angély. Il reste des débris de cet acte original sur parchemin aux mêmes archives de la Charente, fonds Saint-Cybard, non classé. Sur ce document se lisent les signatures suivantes : « E†go Petrus engolismensis episcopus ss, — (E†)go Petrus Angeliacensis abbas ss, — † Ego Bernardus de Pardela. Les deux Ego Petrus ont été écrits de la main des souscripteurs. (Renseignements dûs à l’obligeance de M. Machet de La Martinière, archiviste-paléographe, archiviste départemental de la Charente.) Quoniam controversiarum decisiones sive alia quelibet facta de facili ab humana recedunt memoria, ego Petrus, Dei gratia, Engolismensis episcopus, ad cavendam iterate litis vexationem, concordiam que inter ecclesiam Angeliacensum et ecclesiam beati Eparchii, in presentia domini Willelmi, Dei gratia, titulo Sancti Petri ad vincula presbiteri cardinalis, et sancte sedis Apostolice legati, et nostra, et domini Mathei Andegavensis episcopi et aliorum religiosorum quamplurium virorum, facta est, duraturis commendare scriptis necessarium duximus. Cum enim Angeliacensis ecclesia ecclesiam Sancti Eparchii, ex antiqua Engolismensis episcopi et comitis donatione, ad jus suum pertinere, et per se abbatem et priorem et alias personas, in ea debere constitui assereret, e contra vero ecclesia Sancti Eparchii se ab illius subjectione prorsus liberam fore et immunem astrueret, Petrus abbas Angeliacensis et fratres sui quam plures primo apud Andegavis in presentia domini legati et nostra, presentibus etiam B. Xanctonensi episcopo et He. archidiacono et He. decano Xanctonensi, et P. beati Marcialis abbate, ecclesise Sancti Eparchii, subjectionem et obedientiam quam ab ea exigebant remittentes, omnimodam liberalitatem concesserunt. Secundo vero in capitulo beati Petri sedis Engolismensis, in presentia nostra, presentibus Geraudo, abbate Sancti Eparchii et B. priore ejusdem ecclesiae, Jordano, Bertrando, Arnaldo et Geraldo, monachis suis. Deinde tercio in capitulo Sancti Eparchii, eisdem presentibus et toto conventu. Quarto vero et ad ultimum in capitulo Sancti Joannis Angeliacensis, in festivitate Apostolorum Philippi et Jacobi, toto conventu assensum prebente, predicta libertas et subjectionis immunitas prefate ecclesiae beati Eparchii, in presentia quoque nostra, concessa est. Huic ultimae concesse liberalitati interfuerunt Geraldus abbas Sancti Eparchii et quamplures monachi sui, Bertrandus prior, Ramnulfus sacrista, Ramnulfus prior de Agerniaco, Bertrandus prior de Marciliaco, Jordanus W., vicarii. Interfuit etiam Johannes abbas Sancti Amancii, Ka. archidiaconus, Johannes thesaurarius et Gumbaudus, canonicus Engolismensis. Nos vero huic providentes transactioni, ecclesiam de Aent, cum decimis suis et omni jure suo, in recompensationem ecclesie Angeliacensi donavimus, et etiam super eodem dono contra omnes calumniatores auctoritatem et defensionem secundum justitiam, nos et successores nostros eidem exibituros, concessimus. Hec autem donatio primo a nobis apud Andegavim in presentia et manu domini legati, cum baculo Sanctonensis episcopi, facta est, presentibus Petro abbate Angeliacensi, et quampluribus monachis suis,Willelmo videlicet, cambarlenco, B. de Pardela, Willelmi de Lolai. Secundo vero in capitulo sedis Engolismensis, toto conventu assensum prebente. Tercio in capitulo Sancti Eparchii. Quarto et ad ultinum in capitulo Angeliacensis, in festivitate apostolorum Philippi et Jacobi, in facie totius conventus. Si quando etiam Cluniacensis ecclesia abbatiam Sancti Eparchii supradictam subjectionem in ea exigendo molestare temptaverit, Angeliacensis abbas et ejus successores, secundum justitiam, auctoritatem ei et defensionem in juditio prestare teneantur interesse, et quod acceperant, restituri nisi facerent. De ordine autem concordie prefate et exigentia nobis et successoribus nostris, pro ipsa ecclesia et decima, XX solidos inforciatorum in festivitate omnium sanctorum, abbas Angeliacensis et ejus successores annuatim persolvent. Hoc autem totum factum est de conlaudatione et arbitrio domini predicti legati, in cujus manu ego et uterque abbas, videlicet Angeliacensis et beati Eparchii, ut suo staremus arbitrio, et voluntati nos posuimus, anno ab Incarnatione domini millesimo centesimo sexagesimo primo, pontificatus domni Alexandri, papae tertii, anno secundo.

E†go Petrus Engolismensis episcopus. S. ego † Kalo Archidiaconus. S. ego Johannes The† saurarius. S. ego Gum†baudus canonicus. S.
1161, 31 mars.— Guillaume, cardinal, légat du Saint-Siège, en Aquitaine, corifirme le traité fait entre les abbés de Saint-Jean d’Angély et de Saint-Cybard d’Angoulême sur le don de l’église d’Haimps, avec toutes ses appartenances, à l’abbaye de Saint-Jean en compensation de ce que celle de Saint-Cybard avait été retirée de sa dépendance. — C. t. XIII, p.237. « Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe s. conservée dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angéli. L’original n’est plus au trésor. ». Quoniam litiium terminationes processu temporis a memoria facile labuntur, pravisque calumpniantium studiis in controversiam sepius consuevere deduci, ne lites extincte iterato consurgant, duraturis eas convenit apicibus commendare. Inde est quod ego Willelmus, titulo Sancti Petri ad vincula, presbiter cardinalis, sedis Apostolicae legationem in Aquitania fungens, concordiam inter dilectos fratres P. Angeliacensem et G. Sancti Eparchii abbates, consilio venerabilium episcoporum M. Andegavensis et P. Engolismensis, et P. abbatis Sancti Marcialis, aliorumque plurium a me ordinatam ut perpeluum robur et inconcessum optineat, scripto duxi merito annotandum a me. Asserebat siquidem Angeliacensis abbas ecclesiam Sancti Eparchii ex antiqua Engolismensis episcopi et comitis donatione ad jus Angeliacensis ecclesiae pertinere, et, per se et successores suos, abbatem et priorem et alias personas in ea debere constitui. E contra vero astruebat abbas Sancti Eparchii se et ecclesiam suam ab illius subjectione fore prorsus liberam et immunem.Uterque etiam in se testimonium assertionis scriptorum munimenta in medium proferebat. Cunque idem abbates elegissent litem istam pocius mediante sedari concordia quam interveniente judicio difiniri, in nostram compromittentes voluntatem firmarunt quicquid super hoc inter ipsos nostro dictaretur arbitrio, de cetero inrefragabiliter observare. Hoc etiam prasfatus Engolismensis episcopus, in cujus diocesi sita est ecclesia Sancti Eparchii, similiter compromisit. Statuimus autem de ejusdem episcopi concessione, ut Angeliacensis abbatia, ex parte abbatis Sancti Eparchii ecclesiam de Aent cum decimis et omni jure suo, salva quidem Xanctonensis episcopi justicia, in capellania ipsius ecclesiae, in perpetuum habeat, eique jam dictus episcopus Engolismensis et ejus successores super eadem ecclesia contra quoslibet calumpniatores secundum justiciam, auctoritatem et defensionem exhibeant, De constitutione autem nostra eidem episcopo pro ipsa ecclesia de Aent XX solidos inforciatorum, in festivitate omnium sanctorum, abbas Angeliacensis et ejus successores annuatim persolvent. Monachos autem Angeliacenses super querelis pretaxatis et aliis omnibus, si quas adversus abbatiam Sancti Eparchii haberent, perpetuo tacitos et contentos fore precepimus. Si quando etiam Cluniacensis ecclesia abbatiam Sancti Eparchii supradictas subjectiones in ea exigendo molestare temptaverit, Angeliacensis abbas et ejus successores secundam justiciam auctoritatem ei et defensionem in judicio prestare teneantur, interesse, et quod acceperant, restituri nisi facerent. In argumentum vero sedate litis abbas Angeliacensis scripta querelis suis amminiculantia monachis Sancti Eparchii tradidit. Et ita Engolismensis episcopus quam prenominati abbates quod fratrum suorum collegia huic concordie facerent, assentire in nostra presentia promiserunt. Actum est hoc II Kalendas Aprilis, Indictiorie octava, anno incarnationis dominice millesimo centesimo sexagesimo primo, Pontificatus Domini Papae tertii Alexandri anno secundo.

† Ego Willelmus, titulo Sancti Petri ad vincula, presbiter cardinalis et sedis apostolice legati.

† Ego M. Andegavensis episcopus.
1161. — Foulques de Mastas [Matha], frère de Guillaume, comte d’Angoulême, du consentement de Geoffroi, leur frère, se désiste des prétentions qu’il avait sur l’église et la dîme d’Haimps, données par l’évêque d’Angoulême à l’abbaye de Saint-Jean d’Angély.— C. t.XIII.p. 239, et XXVII bis, p. 371[[« Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe s. conservée dans les archives de l’abbaye de Saint-Jean d’Angéli. L’original de la charte n’est plus au thrésor. ». Ego, Petrus, Dei gratia Engolismensis episcopus, notum esse presentibus et futuris volo Fulchonem de Mastacio calumpniasse donum de ecclesia de Aent et decima Angeliacensis ecclesiae in recompensationem Sancti Eparchii a nobis assenssu et voluntate canonicorum Sancti Petri sedis Engolismensis factum, XX solidis inforciatorum retentis mihi et successoribus meis annuatim persolvendis, licet ibi nichil haberet, presertim cum illud de alodio nostro esset. Hanc calumniam idem Fulcho et Willelmus, comes Engolismensis, fratres ejus, et Goffredus, frater eorum, feria secunda,post Pentecosten, in manu nostra, apud Engolismam, perpetuo finierunt, et donum a nobis, prout dictum est, Angeliacensi ecclesiae factum, eidem ecclesiae concesserunt,et contra omnes calumpniatores defensionem se prestaturos compromiserunt. Hoc ne oblivione deleretur, assensu et voluntate eorum scripto et sigilli nostri impressione corroborari precepimus. Actum est hoc Incarnationis Dominice anno millesimo centesimo sexagesimo primo, Pontificatus domni Alexandri Papae tertii anno secundo, videntibus et audientibus Junio, abbate de Corona, Hugone de Vinzella, Beraudo, tunc temporis priore de Marestacio.

[1Ce Guillaume Taillefer est le troisième du nom, le neuvième de nos comtes héréditaires. Guillaume était de taille moyenne, mais doué d’une force herculéenne, qui justifiait son titre de Taillefer. On raconte que, dans les combats, plus d’une fois d’un coup de lance il traversa de part en part bouclier, cuirasse et cavalier, et qu’il ne fut jamais désarçonné. Après maintes batailles et maints exploits guerriers, Guillaume alla visiter le saint sépulcre. A son retour, traversant l’Allemagne, il mourut dans une abbaye appelée Ducense, où il fut inhumé (1120). (Hist. Pontif. et Comit. Engolism., cap. XXXIV et XXXV.)

[2L’investiture était accompagnée, au moyen âge, de formalités symboliques : il y avait des symboles naturels (motte de terre, touffe de gazon , rameau vert, fétu de paille) et des symboles de convention (couronne, bannière, lance, sceptre, crosse, anneau, corde des cloches, etc.).

[3D. Fonteneau, t XXVII bis, p.345

[4Ce plus tard était au plus tôt en l’année 1120, puisqu’à cette époque seulement Richard succéda à Achard dans la dignité d’archidiacre.

[5Cartul. mss. du chapitre de Saint-Pierre d’Angoulême.

[6« Cette charte a été extraite d’un rouleau en parchemin de l’écriture du XIIe siècle conservé dans les archives de l’abbaye, layette I. L’original n’est plus dans les archives de l’abbaye. »

[7Cartul. mss. du chapitre de Saint-Pierre d’Angoulême.

[8Ains et Fraignau, bourg de France, au pays d’Aunis, généralité de La Rochelle, dit Vosgien dans son Dictionnaire géographique portatif. [NDLR : Haimps n’est pas en Aunis, mais en Saintonge]

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Angoulême - 16 Grassac - 16 Marthon - 17 Haimps - 17 Matha - 17 Saint-Jean-d’Angély - 17 Vaux-sur-Mer - 12e siècle - 86 Châtellerault - Abbayes, monastères, églises - Diocèse d’Angoulême - Taillefer -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1908 - 1909 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 7 Tome IX

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1900 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1694 et 1726 - Adjudication et bail de ferme des étangs de la seigneurie de Saint-Maigrin (17)

5.  1460 - Guet et garde à La Rochelle : la banlieue est mise à contribution


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux