Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Produits du terroir et productions locales -> Autres productions locales -> 1675 & 1732 - Eaux minérales de Saintonge et brochets borgnes d’Angoum

1675 & 1732 - Eaux minérales de Saintonge et brochets borgnes d’Angoumois

D 8 août 2009     H 17:05     A Christian     C 0 messages A 583 LECTURES


agrandir

La Saintonge ne brille pas spécialement par l’abondance ni la qualité de ses eaux minérales mais, sous Louis XIV, on en dénombrait tout de même trois, classées parmi les « eaux froides, insipides, participant d’un sel semblable au sel commun » – en leur accordant, il est vrai, assez peu de place dans le dénombrement des eaux du royaume. Un siècle plus tard, le médecin lorrain Buchoz se contente de traduire Duclos mais, totalement hors sujet, ajoute un curieux chapitre sur les brochets borgnes du trou du Gabard (16 Gurat).

Sources : Duclos (Samuel Cottereau), Observations sur les eaux minérales de plusieurs provinces de France, faites en l’Académie des sciences en 1670-1671 (1675) ; Pierre-Joseph Buchoz, Dictionnaire minéralogique et hydrologique de la France (1772).

Aquae de la Saintonge transmissae, & sub finem aestatis exceptae, hae erant : de Pons, de Montendre, & de la Frons rouilleuse.
Aqua de Pons en Saintonge.

Aqua de Pons limpida & insipida erat. In superficie ejusdem, pendente evaporatione pelliculae formabantur albae tenues & quasi arenaceae. Evaporatione peracta, exigua materiae terrestris ex fusco albae, levis, fibrosae portio reliqua fuit, salini saporis, cujus quantitas 1/3000 (?) aquae non excedebat.
Exigua salis in sedimento portio non videbatur differre a sale communi. Hoc sedimentum, a sale purgatum, & ignitum, nonnihil albicabat, nec in aceto vini distillato solvebatur.
PONS

Pons est situé en Saintonge, l’eau de la fontaine qui coule dans cet endroit, est, suivant M. Duclos, limpide & sans écumes ; pendant l’évaporation il se fait à la surface de petites pellicules blanches, minces & comme sablonneuses ; & après l’entière évaporation, il ne reste que peu de matière terrestre, grisâtre, légère, fibreuse, de saveur un peu salée ; & la quantité ne fait pas 1/3000 de celle de l’eau. Le peu de sel qui reste dans cette résidence [ce résidu], n’est pas différent du sel commun ; cette résidence salée après avoir été embrasée au feu s’est un peu blanchie, & elle n’a pas été dissoluble dans le vinaigre distillé.
Aqua de Montendre.

Aqua de Montendre limpida erat, sed si odorem consuleres, non nihil paludosa. Pendente evaporatione limpida per manebat, apparente tantum sub finem perexigua portione mucilaginis leucophaae coloris, & evaporata omni aqua minus quam aqua de Pons sedimenti reliquit, & hoc sedimentum constabat ex terra leucophaea, salsa, cujus sal aliquam cum sale communi convenientiam habebat.
MONTENDRE.

Montendre est situé dans la Saintonge, il s’y trouve une source d’une eau très-limpide, mais qui a quelqu’odeur marécageuse ; M. Duclos l’a fait évaporer, & pendant son évaporation elle est toujours restée limpide ; il a paru seulement vers la fin de cette éva-poration très-peu de mucilage gris, & après l’entiere évaporation il est aussi resté très-peu de résidence ; cette résidence étoit une terre grise, salée, dont le sel avoit beaucoup de rapport avec le sel commun ; l’Académicien que nous venons de citer place cette source dans la classe des eaux froides insipides, qui participent de quelque sel semblable au sel commun.
Aqua de Fonsrouilleuse.

Aqua de Fonsrouilleuse, prope Barbesieux, limpida, & paludosa erat : inter evaporandum limpida semper manebat, sed post evaporationem latera & fundus vasorum obducta erant aliqua parte terrae arenaceae, ex fulco nigricantis, & non nihil salsae, cujus quantitas aliquanto major erat, quam sedimenti aquae de Montendre, & minor quam aquae de Pons.
Hujus sedimenti sal eodem modo sal commune referebat.
FONS ROUILLEUSE.

Il y a auprès de Barbesieux un endroit connu sous le nom de Fons rouilleuse, & en effet il s’y trouve une fontaine qui mérite bien de porter ce nom : l’eau en est limpide, dit M. Duclos, & sent néanmoins le marécage ; quoiqu’on la fasse évaporer elle demeure toujours limpide, & son évaporation finie,les côtés & le fond des vaisseaux se trouvent légèrement enduits de quelque peu de terre sablonneuse grise-brune, un peu salée ; le sel qu’on en tire est semblable au sel commun. Nous n’avons pas de plus grands éclaircissemens sur cette fontaine.

GABARD EN ANGOUMOIS.

La fontaine de Gabard en Angoumois, quoiqu’elle ne soit pas médicinale, offre cependant un phénomène singulier qui la rend digne de nos recherches, elle mérite conséquemment de former un article particulier de ce Dictionnaire. Suivant une observation faite par M. le Marquis de Montalembert & communiquée à l’Académie, il est de fait qu’on pêche souvent dans cette fontaine des brochets aveugles & qu’il ne s’y en trouve jamais aucun qui ne soit borgne, & ce qu’il y a de plus extraordinaire, c’est que ceux qui ne sont que borgnes, le sont tous de l’œil droit, & que parmi ceux qui sont aveugles, il est visible que c’est l’œil droit qui a été attaqué le premier, puisqu’il est plus endommagé que l’autre. Cette fontaine est une espece de gouffre dont on ne peut trouver le fond & plusieurs petites isles de roseaux qui flottent à la surface, empêchent qu’on ne puisse se servir de filets pour y pêcher, ce qui en rend la pêche & très longue & très-difficile. M. de Montalambert a ajouté dans son observation qu’il s’étoit cependant trouvé assez heureux pour y avoir attrapé un jeune brochet qui effectivement se trouva borgne du côté gauche. De pareils faits sont bien dignes de l’attention d’un Physicien, il est encore à remarquer à ce sujet que la fontaine de Gabard se décharge par un assez gros ruisseau dans la Lissonne, & que malgré cette communication qui est très-facile, les gens du pays assurent qu’on ne prend jamais dans cette rivière des brochets borgnes ou aveugles, tandis qu’on n’en attrape aucun dans la fontaine qui ne le soit.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Barbezieux-Saint-Hilaire - 16 Gurat - 17 Montendre - 17 Pons - 17e siècle - 18e siècle - Eaux et forêts - Nature Environnement -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

4.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1493 – Adieu Cognac, le second paradis : un poème d’Octavien de Saint-Gelais

2.  BNF - Gallica - Conseils pour l’utiliser efficacement

3.  2013 - Histoire et Passion à l’Académie de Saintonge

4.  Le Pays des Santons -1- L’espace santon : un territoire qui a bien changé d’aspect

5.  1516 - Edit et lettres patentes de création d’une université à Angoulême, par Francois 1er


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

2.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

3.  1494 - 1808 - Archives de l’Hôpital Saint-Louis de Saint-Jean d’Angély

4.  Définitions : province, généralité, élection, intendance, sénéchaussée, diocèse - expliquez-moi

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux