Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Chronologie de l’histoire locale » La Révolution et l’Empire » 1789 - 1799 - La Révolution Française » 1789 - 1792 Des États généraux à la République » 1790 - Jarnac (Charente) - La fête de la Fédération du 14 juillet (...)

1790 - Jarnac (Charente) - La fête de la Fédération du 14 juillet 1790


D 21 janvier 2018     H 23:37     A Pierre     C 0 messages A 64 LECTURES
agrandir

Ce premier anniversaire de la prise de la Bastille se déroule partout en France dans l’euphorie de la liberté nouvelle.
A Paris, dans un climat d’union nationale, on vit une grande foule réunie autour du roi et des députés des 83 départements. Louis XVI assista à cette fête, et y prêta serment à la Nation et à la loi. L’enthousiasme y fut porté à son comble.
A Jarnac aussi, la fête fut inoubliable.

Source : Études locales : bulletin de la Société charentaise des études locales - 10/1925 - BNF Gallica

100 000 fédérés de province parmi 400 000 à 600 000 Parisiens, au Champ-de-Mars pour la fête de la Fédération.

La fête de la Fédération à Jarnac, le 14 juillet 1790

« A dix heures du matin fut d’abord célébrée, à l’Eglise Saint-Pierre, une messe du Saint-Esprit, à laquelle assistaient la Municipalité, la Garde nationale et tous les citoyens de Jarnac. De là, partirent la Municipalité et MM. les curés et vicaires, précédés d’une avant-garde, escortant la bannière de la Fédération aux couleurs de la Nation, portée par l’ayde de camp le plus ancien d’âge des officiers, et ayant pour légende : « Adhésion à la Fédération nationale le 14 juillet 1790 ». Ensuite venaient la compagnie de grenadiers et les dames vêtues en blanc et décorées de rubans aux couleurs de la Nation, que suivaient les compagnies de chasseurs et de dragons et celles de quelques enfants de dix ans ayant aussi une bannière portant la légende : « L’Espérance de la Patrie. ». Cette marche était terminée par tous les Citoyens de la commune.

« Tout ce cortège, accompagné de la musique militaire, s’est rendu dans le plus grand ordre à la place du Champ de Foire (actuellement place dé l’Hôtel-de-Ville) où était préparé un autel de forme cylindrique élevé sur trois gradins sur le devant desquels étaient inscrits : La Nation, La Loi, Le Roy ».

« La Municipalité, MM. du Clergé et l’avant-garde étaient placés derrière l’autel, ; la compagnie de gardes nationaux, les dames et les citoyens étaient rangés sur la place et le civisme le plus pur a excité les plus vifs applaudissements et les émotions les plus tendres.

« Le discours fini, à l’instant un coup de canon a annoncé cette heure attendue avec impatience, ce moment que chaque citoyen désirait de voir arriver pour s’unir à ses frères par le plus saint des serments et donner à la commune des preuves de son patriotisme. M. le Maire a prononcé le premier le serment auguste et solennel d’être à jamais fidèle à la Nation, à la Loi et au Roy, de maintenir de tout son pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée Nationale et acceptée par le Roy, de protéger, conformément aux lois, la sûreté des personnes et des propriétés, la libre circulation des grains et subsistances à l’intérieur du royaume et la perception des contributions publiques sous quelque forme que ce soit, de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la Fraternité.

« Ce serment auguste et solennel a été répété avec le plus vif empressement et le plus grand zèle par tous les membres de la municipalité et par MM. les curés et vicaires, en prononçant les mots sacrés « Je le jure. »

« La garde s’est ensuite rendue devant l’autel par section de dix-huit à vingt hommes, chaque section conduite par un officier. M. le Maire a répété le serment et chaque soldat, animé de i’amour sacré de la Patrie, a prononcé les mots : « Je le jure », avec cette noble fierté que la liberté et le désir de vivre ou de mourir pour elle et la Patrie peuvent seuls inspirer.

« Les soldats composants l’avant-garde et la troupe des enfants ont aussi prêté leur serment.

« Les dames ont également brigué le superbe avantage de montrer leur attachement à une constitution qui devait faire le bonheur de leurs enfants, jeunes encore, en prêtant le serment civique et en promettant d’élever ces tendres plantes dans les principes qui avaient rendu la patrie à la liberté.

« M. le Maire, pour satisfaire à cette noble envie, a de nouveau répété la formule du serment, et, de suite chaque mère, chaque fille, enfin toutes les citoyennes ont prêté avec noblesse et intérêt les mots sacrés du serment.

« Tous les citoyens de tout âge se sont ensuite avancés dans l’enceinte et là, devant l’autel, chacun a prononcé son serment.

« Plusieurs salves d’artillerie, au milieu des cris de joie et d’acclamation, ont annoncé la fin de la cérémonie et accompagné de la musique militaire, le cortège est retourné dans le même ordre à l’église paroissiale, où a été chanté un Te Deum en actions de grâce de cette cérémonie sainte et à jamais mémorable.

« La bannière de la Fédération a été déposée dans l’église pour gage de l’Union et de la Fraternité qui venaient d’être jurées par les citoyens de la commune et par tous les Français.

« Après le Te Deum, la Municipalité, MM. les curés et vicaires, la Garde Nationale, les dames et les citoyens se sont rendus au pré de la Font-Badan [1], où avaient été préparées des tentes pour le repas et la fête qui devaient être la suite de la cérémonie de prestation de serment.

« Pendant le repas, on a porté à la santé de la Nation, de la Loy et du Roy, de l’Assemblée Nationale des citoyens parisiens, enfin des députés de la Fédération. Cette fête, qui s’est passée dans le plus grand ordre, avec la tranquillité que doivent accompagner l’union et la concorde, a été terminée par un bal champêtre. »

Extrait de Jarnac à travers les âges, par Robert Delamain.


[1

Il existe aujourd’hui à Jarnac une "rue de la Font Badant". Le pré était sans doute dans cette zone qui est totalement urbanisée. On trouve à proximité la maison natale d’une personnalité connue, François Mitterrand.

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Jarnac - 1789-1799 Révolution française - 18e siècle - Delamain - Département Charente (16) -

Rechercher dans le site :