Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Comprendre le passé > Grands textes > 1258 - 1259 - Le Trait de Paris entre Louis IX et Henri III Plantagenet

1258 - 1259 - Le Trait de Paris entre Louis IX et Henri III Plantagenet

samedi 6 décembre 2008, par Pierre, 7176 visites.

Ce trait de paix, favorable aux intrts du roi de France, aura des consquences lourdes pour la Saintonge, coupe en deux moitis thoriquement en paix l’une avec l’autre. Une tape essentielle d’une histoire dont les effets se feront sentir jusqu’ la Rvolution.

Un document crit dans une langue franaise dcouvrir, avec un commentaire, un glossaire et une carte pour faciliter sa comprhension.

Source : Mmoires de la Socit des antiquaires de Normandie - Tome XVI - Anne 1852 - Books Google et BNF Gallica

On trouvera successivement sur cette page :
 le texte du trait de paix de Paris du 28 mai 1258
 le texte de sa ratification par Henri III Plantagent, le 13 octobre 1259. Ce second texte claire le premier.
 une carte montrant l’volution des possessions anglaises de 1154 (Henri II Plantagent) 1258 (Henri III Plantagent)

Louis IX (Saint Louis)

Le 28 mai 1258, le roi d’Angleterre Henri III Plantagent signe avec Louis IX, le trait de Paris, qui est ratifi le 4 dcembre 1259 avec l’hommage de Henri III Louis IX.

Louis IX rtrocde Henri III la suzerainet sur le Limousin, le Prigord, la Guyenne, le Quercy, l’Agenais et la Saintonge au sud de la Charente. Mais le roi d’Angleterre s’engage, pour ces possessions, rendre au roi de France l’hommage fodal d au suzerain.

Le roi de France conserve par ailleurs la Normandie et les pays de Loire (Touraine, Anjou, Poitou et Maine). Ces riches provinces ont t confisques par son aeul Philippe Auguste au pre de Henri III, le roi Jean sans Terre.

Par ce trait quitable, tiss de concessions rciproques et appuy par les victoires des armes franaises Saintes et Taillebourg, le roi de France apparat comme le monarque le plus puissant d’Occident.

Le trait de Paris met fin ce que l’on appelle parfois la premire guerre de Cent Ans. Ce conflit entre la France et l’Angleterre avait dbut au sicle prcdent avec le mariage d’Alinor d’Aquitaine et du futur roi d’Angleterre Henri II Plantagent.

Source : Wikipdia

Trait de Paris, 28 mai 1258

Texte original Commentaire et glossaire
C’est la forme de la pais qui est devise entre les rois de France et de Angleterre. pais : paix

devise : convenue (c’est le devis avant la ratification qui aura lieu en 1259)

Li rois de France dorra au roi de Angleterre toute la droiture que li rois de France a et tient en ces III esvechiez s citez, c’est dire de Limoges, de Caors et de Pierregort, en fiez et en domaines, sauf l’omage de ses frres se il aucune chose i tienent dont il soient si home, et sauves le choses que li rois de France ne puet metre hors de sa main par letres de lui ou de ses ancesseurs, lesqueus choses li rois de France doit purchacier bone foi vers ceus qui ces choses tiennent que li rois d’Engleterre les ait dedenz la Toz Sains en I an, ou faire lui eschange avenable l’esguart de prodes homes qui soient nomez d’une part et d’autre, le plus convenable au profit de li parties. li rois : le roi

dorra : donnera

toute la droiture : tous les droits

Caors : Cahors - Pierregort : Prigord

ancesseurs : anctres, prdcesseurs

purchacier : acheter ou racheter ?

Toz Sains : la Toussaint

en I (chiffre 1 romain) an : dans l’anne venir.

prodes homes : ce sont des "prud’hommes", arbitres indpendants et dignes de foi.

E uncore li devant diz rois de France dorra roi d’Engleterre la value de la terre de Agenois en deniers chacun an, selonc ce qu’elle sera prise droite value de terre par prodes homes nomez d’une partie et d’autre ; et sera la paie faite au Temple Paris chacun an la quinzainne de l’Acension la moiti et la quinzainne de la Toz Sainz l’autre ; s’il avenoit que cette terre eschaist de la contesse Johanne de Poitiers au roi de France o ses oirs, il seroit tenuz ou ses oirs de rendre la au roi d’Engleterre ou ses oirs, rendue la terre il seroit quittes de la ferme ; , s’ele venoit autres qu’au roi de France ses oirs, il dorroit au roi d’Engleterre lo fi de Agenois ovec la ferme devant dite ; , s’elle venoit en demaine au roi d’Engleterre, li rois de France ne seroit pas tenuz de rendre celle ferme ; , se il estoit egard par la cort le roi de France que por la terre de Agenois deust li rois d’Engleterre metre ou rendre aucuns deners par raison de gagiere, li rois de France rendrait ces deners, ou li rois d’Engleterre tendret auroit la ferme tant qu’il eust eu ce qu’il auroit mis por celle gagiere. eschaist : choie

oirs : hritiers

lo fi : le fief

deners : deniers, de l’argent

auroit la ferme : l’aurait en fermage

gagiere : engagement, obligation

De rechief. il sera enquis en bone foi de plain la requeste le roi d’Engleterre par prodes homes ce esleuz d’une part et d’autre, se la terre que li cuens de Poitiers tient en Cahorsin de par sa fame fu do roi d’Engleterre done ou balllie ovec la terre de Agenois par mariage ou par gagere o tot ou partie sa suer qui fu mre le conte Raymond de Tholose dairrenement mort ; s’il estoit trov qu’il eust einsi est, celle terre eschaoit au roy de France ou ses hoirs do dcs la contesse de Poitiers, il la donroit au roi d’Engleterre ou ses hoirs ; s’elle eschait autre, il eut trov par celle enqueste totevoies que elle eust est einsi done ou baillie cum il est dit desus, aprs le dcs la contesse de Poitiers, il donroit le fi au roi d’Engleterre ses hoirs, sauf l’omage de ses frres, se il aucune chose i tenoient, tant cum il vivroient. cuens : comte

suer : sœur

dairrenement : dernirement, rcemment

hoirs : hritiers

De rechief, aprs le dcs le conte de Poitiers, li rois de France ou ses hoirs roi de France dorra roi d’Engleterre ou ses oirs la terre que li cuens de Poitiers tient ores en Xanttonge outre la rivre de la Charente, en fiez an domaines qui soient outre la Charante, s’elle eschaeit au roi de France o ses hoirs ; s’elle ne li eschaoit, il porchacera en bone manere par eschainge ou autrement, que li rois d’Engleterre et ses hoirs l’aient, o il li fera avenable eschange l’esgart de prodes homes qui serunt nom d’une part d’autre. ores : maintenant

il prochacera : il poursuivra ? plutt rachtera

Le sort de la Saintonge se joue dans ce paragraphe : la Charente va servir de nouvelle frontire entre les deux royaumes. La Saintonge est donc coupe en deux : la moiti nord au roi de France, la moiti sud au roi d’Angleterre.

E de ce que li rois de France dorra roi d’Engleterre ses hoirs en fiez et en demainnes, li rois d’Engleterre si oir feront homage lige au roi de France et ses hoirs rois de France, ausi de Bordiaus, et de Baionne, et de Gascoigne, et de tote la terre que il tient de la mer d’Engleterre en fiez et en demaines, des illes, s’aucune en i a que li rois d’Engleterre tiengne qui soient du roiaume de France ; tendra de li comme pers de France et dus de Aquitaine ; de toutes ces choses devan dites fera li rois d’Engleterre servises avenables juqu’ tant que il fust trov queus servises les choses devroient, et lors il seroit tenuz de fere les tieus cum il seroient trov ; de l’omage de la cont de Bigorre, de Armeignac de Faianat, soit ce que droiz en sera. pers de France : pair de France

dus de Aquitaine : duc d’Aquitaine

Faianat : Fzensac (en Armagnac)

Derechief, li rois de France dorra au roi d’Engleterre ce que Vc chevalier devroient couster raisonablement tenir II anz, l’esgart des prodes homes qui seront nomez d’une part et d’autre , ces deners sera tenus paier li rois de France Paris au Temple VI paies par II anz : c’est savoir la quinzainne de la Chandeleur qui vient prochainement la premire paie, c’est dire la sisiesme partie, a la quinzainne de l’Ascension ensuiant l’autre paie, la quinzene de la Toz Sainz l’autre, ausi des autres paies en l’an ensuiant ; de ce dourra li rois de France ses lettres pendenz et lo Temple ou l’Ospital ou ambdeus emsemble em pleige ; li rois d’Engleterre ne doit ces deners despendre fors queu u servise Deu ou de l’iglise ou au profit du roiaume d’Engleterre, e par la veue des prodes homes de la terre esleuz par lo roi d’Engleterre et par les hauz homes de la terre. ce que Vc chevalier devroient couster tenir II anz : Le prix de 2 annes d’entretien de 500 chevaliers. Cette somme fut fixe 134,000 livres tournois. Pour le paiement de cette somme, on trouve plusieurs quittances de Henri III copies au Tr, des Ch., reg. XXX, n. IIIIcXXX - IIIIcXXXVIII.

pleige : garantie. Les sommes sont payer aux Templiers de Paris, selon le calendrier indiqu ici.

E par ceste pais fesant quittera li rois d’Angleterre et si dui fit roi de France ses enceseurs et ses hoirs et ses frres se li rois d’Angleterre ou si anciseur aucune droiture ont ou orent unques en chose que li rois de France tiengne ou tenist unques ou si anciseur ou si frre, c’est savoir en la duch en tote la terre de Normandie, en la cont et en tote la terre d’Anjo, de Turaine et du Maine, en la cont et en tote la terre de Poitiers ou aillors en aucune part du roiaume de France, s illes s’aucune en tiennent li rois de France ou si frre on autre d’eus, touz arrrages ; ausi quittrent li rois d’Engleterre et si dut fil tot ceus qui de par le roi de France ou de par ses anciseurs ou de ses frres tiennent aucune chose, par don, par eschange, ou par vente, ou par achat, ou par accenssement, ou en autre semblable manire, en la duch et en tote la terre de Normandie, en la cont et en tote la terre d’Anjo, et de Torene et dou Maine, et en la cont et en tote la terre de Poitiers ou aillors en aucune part ou raume de France ou s illes desus dites, sauve au roi d’Engleterre ses hoirs lor droiture s terres dont il doit faire au roi de France homage lige par ceste pais, si cum il est desus devisez, sauf ce que li rois d’Engleterre puisse demander sa droiture, si la cuide avoir en Agenois, et avoir la se la cort le roi de France le juge, ausi de Cahorsin. si dut fil : ses deux fils

Anjo, et Torene : Anjou et Touraine

Ce paragraphe dfinit les territoires que la couronne d’Angleterre restitue la France : le duch de Normandie, les comts d’Anjou, de Touraine, du Maine et du Poitou, ainsi que, sous des conditions particulires, les comts d’Agen et de Cahors.

Ces provinces taient dj tenues par le roi de France depuis leur confiscation Jean-sans-Terre par Philippe Auguste, en 1202. Le trait de Paris entrine leur retour la couronne de France.

E dorra li rois d’Engleterre au roi de France les letres qu’en dit que il a du roi Richart, son frre, de quitance de toutes ces choses par eschange que il en ot, se il puet ces letres trouver ou avoir ; s’il ne les puet avoir ne trover, il dorroit ses lettrez pendenz au roi de France des barons et des prelaz et des prodes homes qui i furent, de tesmongnage de la quintance que li rois Richart en fist. se il puet : s’il peut

Le roi d’Angleterre s’engage fournir au roi de France les titres qui vont avec ces territoires.
E aura encore ou serement s letres pendens le roi d’Engleterre, que puis celle quitance nulle droture il ne li dona en nulle de ces choses, ceste meisme quittance au roi de France aus autres devan diz fera li rois d’Engleterre ferre sa suer, la contesse de Leicestre, pro (sic) soi et por ses hoirs et les enfanz meismes de ceus qu’il en requerra. letres pendens : lettres patentes (pendens semble indiquer le sceau)
E li rois de France clamera ausi quitte au roi d’Engleterre se il ou si anceseur li firent onques tort de tenir son fi sanz li faire homage et sanz li rendre son servise, et touz arrrages. Allusion au refus de Jean-sans-Terre, pre de Henri III, de faire hommage au roi de France.
E pardunrunt et quitterunt li uns l’autre touz mautalanz de contenz et de guerres et touz damages et toutes mises qui ont fait ou faites de c ou de l en guerres ou en autres manires. mautalanz de contenz : cause de contentieux
E por ce que ceste pais fermement establement sanz nulle enfraingnance soit tenue torjors, li rois d’Engleterre et si II fil et sa soeer, la contesse de Leicestre, et si anfant jurront ces choses tenir tant comme chascun apartendra ; ce tenir obligeront eus et leur oirs par leur letres pendenz ; de ce dorra seurt li rois d’Angleterre des chevaliers des terres devan dites meismes que li rois de France li dorra, et des villes, selonc ce que li rois de France l’en requerra , et la forme de la seurt des homes et des villes por le roi d’Engleterre sera tele : Il jurrunt que il ne donrunt ne consuel, ne force, ne aide, par quoi li rois d’Angleterre ne si hoir venissent encontre la pais ; s’il avenoit (que Dex ne vuelle ) que il venissent encontre, il ne le vossissent amender puis que li rois de France ou si oir rois de France les en auroient fet requerre, cil qui la seurt auroient fete, dedenz les III mois que li rois de France les en auroit fait requerre seroient tenu d’estre aidant au roi de France ses oirs contre le roi d’Engleterre et ses oirs, juques tant que ceste chose fust amende souffisaument l’esgart de la cort le roi de France ; sera renovele ceste seurt de X anz en X anz la requeste du roi de France ou de ses hoirs rois de France. si II fil : ses deux fils

sa soeer : sa sœur

E ausi de ceste pais tenir li rois de France obligera soi et ses hoirs par ses letres pendanz jurera, li et ses filz ainnez ou si II fil ainzn la pais tenir en bone foi tant cum chacun apartendra. seurt : sret, garantie

si II fil ainzn : ses deux fils ains.

Original scell des sceaux d’Eude, archevque de Rouen, et de Raoul, archevque de Tarantaise, au Trsor des Chartes, Angleterre, III, n. 4 , carton J. 629.

Un vidimus et confirmation de ce trait, par Henri III, le 20 mai 1259 , se trouve dans la nouvelle dition de Rymer ; mais on y cherche vainement le texte de la ratification que nous allons publier ci-aprs

La ratification de saint Louis a t publie en latin et en franais, dans cette mme collection, et en franais par M. Bonnin , Reg. visit. archiep. Rothum., p. 763. La transcription de ce document dans le registre d’Eude Rigaud tmoigne la part qu’il prit la conclusion de cet important trait. L’apposition du sceau de ce prlat l’acte qu’on vient de lire en est une preuve. Enfin ce fut lui qui le 3 dcembre 1259 lut publiquement Paris, dans le jardin du roi, le texte dfinitif du trait. Reg. visit., p. 349)


En jaune : les possessions anglaises en 1154

Ratification par Henri III, le 13 octobre 1259

Henris par la grce de Dieu, rois d’Angleterre, sires d’Illande et dux de Aquitaine, nous faisons savoir touz ceaus qui sunt et qui venir sunt, que nous, par la volent de Dieu, ovec nostre chier cousin le noble roi Loeys de France avons pais faite et afferme en ceste manire : c’est savoir, que il done nous et noz hoirs et noz successors toute la droiture que il avoit et tenoit en ces trois eveschis et s citez, c’est dire de Limoges, de Caorz et de Pierregort, en fiez et en demaines, sauf l’omage de ses frres, se il aucune chose i tiennent dont il soient si homme, et sauves les choses que il ne puet metre hors de sa main par letres de lui ou de ses ancessors, lesqueles choses il doit porchacier en bone foi vers ceus qui ces choses tiennent que nous les aions dedenz la Touz Sainz en un an, ou faire nous eschange couvenable l’esgart de prodes homes, qui soient nonmez d’une part et d’autre, le plus couvenable au profit des deus parties.

Et encore li devant diz rois de France nous dorra la value de la terre de Agenois en deniers chascun an, selonc qu’elle sera prisie droite value de terre de prodes homes nomez d’une part et d’autre ; et sera faite la paie Paris au Temple chascun an la quinzainne de l’Ascension la moiti, et la quinzainne de la Touz Sainz l’autre ; et s’il avenoit que celle terre eschaist de la contesse Jehane de Poitiers au roi de France ou ses hoirs, il serait tenuz ou ses hoirs de rendre la nos ou noz hoirs, et rendue la terre il serait quite de la ferme ; et se ele venoit autres que au roi de France ou ses hoirs, il nous dorroit le fi de Agenois ovec la ferme devant dite ; et s’elle venoit en demaine nous, li rois de France ne serait pas tenuz de rendre celle ferme ; et se il estoit esgarde par la court le roi de France, que pour la terre de Agenois avoir deussiens metre ou rendre aucuns deniers par raison de gagiere, li rois de France rendrait ces deniers, ou nouz tendrions et aurions la ferme tant que nos eussiens eu ce que nous aurions mis pour cele gagiere.

De rechief, il sera enquis en bone foi et de plain, nostre requeste, par prodes homes d’une part et d’autre ce elleuz, se la terre que li cuens de Poitiers tient en Caorsin de par sa fame, fu dou roi d’Engleterre donee ou baillie ovec la terre de Agenois par mariage ou par gagiere, ou tote ou partie, sa suer qui fu mre le conte Raymon de Tholose darrenement mort ; et s’il estoit trouv qu’il eust ainsi est, et celle terre li eschaoit ou ses hoirs dou dcs la contesse de Poitiers, il la donroit nous ou noz hoirs ; et se elle eschaoit autre, et il eit trouv par celle enqueste totevois que elle eust einsi est done ou baillie si conme il est dit desus, aprs le dcs la contesse de Poiliers il donroit le fi nous et nos hoirs, sauf l’omage de ses frres, se il aucune chose i tenoient, tant conme il vivroient.

De rechief, aprs le dcs le conte de Poitiers, li rois de France ou ses hoirs rois de France donra nous et noz hoirs la terre que li cuens de Poitiers tant ores en Xantonge outre la rivire de la Charente en fis et en demaines qui soient outre la Charente, s’elle li eschaoit ou ses hoirs et se elle ne li eschaoit il porchaceroit en bone manire ou autrement que nous ou noz hoirs l’aions, ou il nous feroit avenable eschange l’esgart de prodes homes qui seront nomez d’une part et d’autre.

Et de ce que il donra nous et noz hoirs en fiez et en demaines, nos et nos hoirs li ferons homage lige et ses hoirs rois de France, et ausi de Bordiax , de Baionne et de Gascoingne , et de toute la terre que nous tenons del mer d’Engleterre en fiez et en demaines, et des illes s’aucunes en i a que nos teignons qui soient du roiaume de France ; et tendons de lui comme per de France et dux de Aquitainne ; et de toutes ces choses devant dites li ferons nos servises avenables jusques tant que il fust trouv queus servisez les choses devroient, et lors nous serions tenu de fere les lex comme il seroient trouv.

De l’onmage de la cont de Bigorre, de Armeignac et de Foiensat, soit ce que droit en sera. Et li rois de France nous claime quite se nous ou nostre anceseur li feismes onques tort de tenir son fi sanz li fere homage et sanz lui rendre son servise, et touz arrrages. De rechief, li rois de France nouz dorra ce que cinq cenz chevaliers devroient couter raisonablement tenir deus anz l’esgart de prodes homes, qui seront nomez d’une part et d’autre ; et ces deniers sera tenuz paier Paris au Temple sis paies par deus anz : c’est savoir, la quinzaine de la Chandeleur qui vient prochainement la premire paie, cest dire la sisiesme partie, et la quinzaine de l’Ascension ensuivant l’autre paie, et la quinzaine de la Touz Sainz l’autre, et ausi des autres paies en l’an ensuivant ; et de ce dorra li rois de France le Temple ou l’Ospilal ou anbedeus ensemble en plge ; et nos ne devons ces deniers despendre fors que u servise Dieu ou de l’yglise ou au profit dou roiaume de Angleterre, et ce par la veue des prodes homes de la terre esleuz par le roi d’Angleterre et parles hauz homes de la terre.

Et par ceste pais faisant avons quit et quitons, du tot en tot, nos et nostre dui fil, au roi de France et ses ancessors et ses hoirs et ses successors et ses frres et leur hoirs et lor successors, pour nous et pour noz hoirs et pour noz successors, se nous ou nostre ancessor aucune droiture avons ou eusmes onques en choses que li rois de France tiengne ou tenist onques ou si ancesor ou si frre, c’est savoir en la duche et en tote la terre de Normendie, en la cont et en toute la lerre d’Anjou, de Tourainne et dou Mainne, et en la cont et en toute la terre de Poitiers et aillors en aucune partie du roiaume de France, ou s illes s’aucunes en tient li rois de France ou si frre ou autres de par eus, et touz arrrages.

Et ausi avons quitt et quittons, nous et nostre dui fil, touz ceux qui de par le roi de France ou de par ses ancessors ou de ses frres tiennent aucune chose, par don ou par eschange, ou par vente, ou par achat, ou par ascensement, ou en autre semblable manire, en la duche et en toute la terre de Normendie, en la cont et en toute la terre d’Anjou, de Touraine et dou Maine , et en la cont et en tote la terre de Poitiers ou ailleurs en aucune partie dou roiaume de France ou s illes desus dites, sauf nous et noz hoirs nostre droiture s terres dont nos devons fere homage lige au roi de France par ceste pais, si comme il est desus devis, et sauf ce que nous poissiens demander nostre droiture, se nous la cuidons avoir en Agenois, et avoir la se la court le roi de France le juge, et ausi de Caorsin.

Et avons pardon et quitt, li uns l’autre, et pardonons et quittons touz mautalanz de contanz et de guerres et touz arrrages et toutes issues qui ont est eues ou qui purent estre eues en toutes les choses devant dites, et touz domages et toutes mises qui ont est fait ou faites de c ou de l en guerres ou en autres manires.

Et pour ce que ceste pais fermement et establement sanz nulle enfraignance soit tenue touz jorz, li rois de France a fait jurer en s’ame par ses procureurs especiax ce establiz, et si dui fil ont jure ces choses tenir tant comme chascun apartendra, et ce tenir ont obligi eus et leur hoirs par leur letres pendanz.

Et nos de ces choses tenir sonmes tenuz de doner seurt au roi de France des chevaliers des terres devant dites meismes que il nous done, et des viles selonc ce que il nous requerra.

Et la forme de la seurt des homes et des villes pour nous sera telle : il jurrunt qu’il ne donront ne conseil ne force ne aide, par quoi nos ne nostre hoir venissen encontre la ps ; et s’il avenoit (que Dex ne vuelle) que nous ou nostre hoir venissen encontre, et ne le vousisson amender puis que li rois de France ou si hoir roi de France nous en auroient fet requerre, cil qui la seurt auroient faite, dedenz le trois mois que les en auroient fet requerre, seroient tenu d’estre aidant au roi de France et ses hoirs contre nous et nos hoirs, jusque tant que ceste chose fust amende soufisanment l’esgart de la court le roi de France ; et sera renouvele ceste seurt de dis ans en dis anz la requeste du roi de France ou de ses hoirs rois de France.

Et nous ceste pais et ceste composicion, entre nous et le devant dit roi de France aferme, et toutes les devant dites choses et chascune, si conme elles sunt desus contenues, prometons en bone foi, pour nous et pour noz hoirs et pour nos successors, au devant dit roi de France et ses hoirs et ses successors laiaument et fermement garder, et que nous encontre ne vendrons, par nous ne par autre, en nulle manire, et que riens n’avons fait ne ne ferons par quoi les devant dites choses, toutes ou aucune, en tout ou en partie, aient mains de fermet.

Et pour ce que ceste pais fermement et establement sanz nulle enfraignance soit tenue touz jourz, nous ce oblijons nous el noz hoirs, et avons fait jurer en nostre ame par noz procureurs en nostre prsence ceste pais, si conme ele est desus devise et escrite tenir en bone foi tant conme nous apartendra, et que nous ne vendrons encontre, ne par nous ne par autre.

Et en tesmoignage de toutes ces choses, nous avons fait au roi de France ces letres pendanz seeles de nostre seel. Et ceste pais et toutes les choses qui sont desus contenues par nostre conmandement especial ont jur Eddward et Eadmont, nostre fil, en nostre prsence, garder et tenir fermement, et que il encontre ne vendront par els ne par autre.

Ce fu don Londres le lundi prochain devant la feste saint Luc l’evangeliste , lan de le Incarnation Nostre Seignour mill CC cinquante nuevisme, et mois de octouvre.

(Original scell au Tr. des Ch., Angleterre, III, n. 8, carton J. 629. Copie dans le reg. XXX, n IIIIcXXVII.)


La lettre de Henri III fut ratifie le mme jour par plusieurs des barons anglais. Le texte de cette ratification se trouve, mais bien incorrect, dans la nouvelle dition de Rymer, I, I, 390. L’original scell en est conserv en double exemplaire au Tr. des Ch., Angleterre, III, n. 10 et 10 bis. Les noms des barons sont ainsi orthographis sur cet original : Boneface , arcevesque de Cantorbir, primaz de tote Angleterre ; Walt’, evesque de Wirecestr’ ; Simon de Monfort, conte de Leicestr’, Rich’ de Clare, conte de Glocestr’ et de Hertfort ; Rog’ le Bigot, conte de Norfolch et mareschal de Angleterre ; Humfroi de Boun, conte de Herefort et de Essex’ ; Guillaume de Forz, conte de Albemall’ ; Jehan de Plessiz , conle de Warewik ; Hug’ le Bigot, justice de Angleterre ; Pierres de Savoie ; Rog’ de Mortemer ; Jehan Mansel, trsorier de Everwik ; Ph’ Basset ; Rich’ de Grey ; James de Aldithee. et Pierres de Monfort : conseillers nostre seignor le roi de Angleterre.


Voir en ligne : Base Archim du Ministre de la Culture : le Trait de Paris

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.