Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Descriptions des provinces et départements -> Aunis -> Histoire de la ville de la Rochelle et du Pays d’Aulnis - (...) -> L’Aleu alias Laleu (La Rochelle 17), par Louis-Etienne Arcère (...)

L’Aleu alias Laleu (La Rochelle 17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

D 1er février 2009     H 02:22     A Pierre     C 0 messages A 1677 LECTURES


Avec Arcère, vous saurez quelle est la grande différence entre un Alleu et un Fief. Une donnée fondamentale pour comprendre la notion de propriété à l’époque féodale.

Laleu est aujourd’hui un quartier de la Rochelle. Au XVIIIème siècle, il y avait là des maisons de campagne des Rochelais.

Voir : Carte satellite des lieux décrits par Louis-Etienne Arcère

Source : Histoire de la ville de la Rochelle et du Pays d’Aulnis - Louis-Etienne Arcère - La Rochelle - 1754 - Books Google

L’Aleu

La Paroisse de l’Aleu est située au voisinage de la Rochelle, à l’Ouest de cette Ville. Les maisons de Campagne y forment par leur réunion un assez grand Bourg.

Le mot Aleu Alodium ou Allodium, signifie un bien attaché à une famille, un fonds, un champ qu’un François possédoit, comme lui étant venu de ses ancêtres. L’Aleu lignifie encore plus souvent un Domaine possédé en propriété absolue où la directité & l’utilité se trouvent reunies sans reconnoître d’autre puissance supérieure que la Souveraineté ; ce qui distingue l’Aleu du Feudum Feodum, Fief qui n’étoit dès l’origine qu’un bénéfice militaire pour servir à la guerre, & qui ne passoit pas du pere au fils, sans une concession particulière des Rois.

Alodium pris dans les deux sens qu’on vient d’expliquer, peut être appliqué à l’Aleu. Il est certain que ce Domaine étoit un des biens patrimoniaux des anciens Seigneurs de Chatel-aillon. Isambert qui établit à l’Aleu en 1077 les Moines de Cluni, en jouissoit comme d’un bien possédé avec la plénitude de propriété ; cette terre étoit tenue conséquemment en franc-aleu. Le Pere Sirmond dans ses notes sur les lettres de Geofroi, Abbé de Vendôme, assure que cette raison a fait appeller Aleu, ou les Aleus, plusieurs terres du Royaume : retinent que hodie priscum Alodii vocabulum vici aliquot in Gallia quos, quia liberae conditionis erant, Alodia & Alodos appellabant.

La Paroisse de l’Aleu est présentement couverte de vignobles. Il y avoit anciennement des bois, & une forêt nommée nemus Fleuriacense & Boscum Floridum. Boisfleuri qu’on avoit commencé à essarter dès le onzième siecle pour y planter des vignes. Les Moines de Cluni établis à l’Aleu étoient usagers dans cette forêt. [1]

La Paroisse de l’Aleu s’étend le long d’une côte hérissée de falaises, & qui étoit autrefois plus accessîble qu’elle ne l’est présentement, puis-qu’il y avoit des Ports, comme on le voit par l’arrêt de 1388, dont on a déjà fait mention.

Ces ports vraisemblablement étoient formés par une double chaîne de falaises qui s’avançoient vers la mer, & laissoient ainsi entr’elles des enfoncements. L’Océan que les vents de sud-ouest & d’ouest rendent furieux, a ruiné ces remparts naturels, & détruit les retraites des Navires.

Il n’y a de remarquable sur cette côte que la Repentie, passage ordinaire pour aller en l’Isle de Ré, & le Promontoire de Chef-de-Baie, vulgairement Chef-de-Bois. Ce Cap formé de rochers extrêmement hauts, termine la branche Septentrionale de la Baie de la Rochelle, ou de cette partie de la mer qui se trouve resserrée entre cette pointe & celle de Coureilles, laquelle est beaucoup moins allongée. Comme le parage oh la baie commence & où les Vaisseaux viennent mouiller est assez près de la pointe dont il est question ici, on a donné à cette pointe le nom de Chef-de-Baie, & par corruption Chef-de-Bois, dit la Popeliniere, à cause d’un bouquet d’arbres placés autrefois sur cette hauteur, & que les matelots découvroient de loin.

Louis XIII. en 1628, assiégeant la Rochelle, fit élever sur la pointe de Chef-de-Baie, une batterie qui donnoit sur la rade. En 1690, on en raccommoda les retranchemens qu’on a remis en meilleur état dans la dernière guerre.

Les premiers Seigneurs de l’Aleu qui nous soient connus, sont comme on l’a déjà dit, les Seigneurs de Chatel-aillon, tels qu’Isambert qui vivoit en 1077, & Guillaume de Mauleon qui donna aux Moines de l’lsle d’Aix en 1189, tout ce qu’il possédoit dans son vieux Fief de l’Aleu, quidquid habebam in Alodio in feuo vetulo [2].

Avant l’an 1262, Guillaume Sire de Mauzé jouissoit de la Terre de l’Aleu [3]. Guillaume son fils lui succéda. Après la mort de celui-ci, Letice de Mauzé sa sœur fut Dame de l’Aleu. Après Letice, on trouve Regnaud de Precigni son fils, Regnaud II. du nom, qui mourut en 1334, Regnaud III. du nom, décapité en 1353. Celui-ci avoit échangé [4] vers l’an 1350o, avec Charles de Castille, Connétable de France, Marans la Bretiniere & l’Aleu, contre les terres de Chilly & de Longjumeau. Cet échange n’eut pas lieu. Guillaume après la mort de Regnaud son frère posséda cette Terre. Les filles de Guillaume étant mortes sans enfans, Marguerite sa sœur en devint propriétaire. Celle-ci épousa Godemar de Liniere. Un Arrêt du Parlement, en date du 12 Mai 1386, nous apprend que Florie de Liniere sa fille avoit intenté sa demande contre Guillaume l’Archevêque, Seigneur de Partenai, pour lui faire restituer les deux quints de l’Aleu & de l’Houmeau, dont les trois autres quints appartenoient à Godemar son frère.

Pour faire connoître la cause de la transmission de ce Domaine à Guillaume l’Archevêque, on observera que Jeanne fille de Guillaume de Precigni avoit fait une donation de ses biens à Guichardin d’Angle son mari ; qu’après la mort de Jeanne, Isabelle sa sœur femme de Pierre de Sainte-Maure avoit contesté la validité de cette donation ; que le Procès avoit été terminé par une transaction qui laissoit la jouissance de l’Aleu & de l’Houmeau à Guichardin , à Guichard son pere, & au survivant ; que le pere ayant survécu à son fils, avoit joui de ces deux terres, qui avoient été dans la suite confisquées à cause de sa révolte & données par le Duc de Berri à Guillaume l’Archevêque. Celui-ci avoit cédé ces deux terres à Peronelle, Vicomtesse de Thouars, femme de Clément Rouault, dit Tristan. Peronelle fut condamnée par l’arrêt ci-dessus mentionné à restituer les deux quints des deux Terres à Florie de Liniere, veuve de Jean le Meingre, Maréchal de Bouciquault. Il paroît que les mêmes motifs ont dû faire décider la même chose pour les trois autres quints, en faveur de Godemar de Liniere. Il y a apparence que soit par arrêt ou par transaction, ces trois quints lui furent restitués.

On ne voit pas la suite des possesseurs ni des deux quints, ni des trois autres quints de ces deux terres. Il paroît par les titres de la Maison de Gamache que les Duplessis enfans de Clément Rouault, avoient encore droit sur l’Aleu en 1397 ; d’où l’on peut conclure que Peronelle de Thouars aura eu vraisemblablement l’Aleu par cession de Godemar de Liniere, & qu’elle l’aura donné dans la suite à Clément Rouault son mari.

On lit dans l’Histoire généalogique des grands Officiers de la Couronne [5], que Louis Sire d’Amboise, en 1424, plaidoit conjointement avec Adrien de Maillé son beau-frere, & Jaqueline d’Amboise sa sœur, tant en leur nom, que comme héritiers de Pierre, Seigneur d’Amboise, neveu de Peronelle de Thouars. Ils avoient repris le Procès contre le Procureur Général « au sujet de la Chatellenie & des Terres de l’Aleu & de Loubineau proche la Rochelle » (lisez l’Houmeau) Surquoi survint Arrêt du Parlement séant à Poitiers, du 5 Août 1424, qui leur adjugea les fruits & revenus de ces terres en donnant caution, & ordonna qu’ils produiroient tous leurs titres, le premier Avril, pour juger la cause définitivement. Louis d’Amboise ayant embrassé le parti des Anglois, Charles VII. fit saisir ses terres qui lui furent rendues quelques années après.

En 1459, Louis de Crussol étoit Seigneur de l’Aleu , qu’il avoit acheté depuis peu de Louis d’Amboise, Vicomte de Thouars, pour le prix & somme de 6000 écus d’or, à foi & hommage lige de François Comte de Dunois, & de Longueville, comme Seigneur de Chatel-aillon, dont l’Aleu est une dépendance.

Des Lettres patentes du 18 Janvier 1470, portent don au Comte de S. Pol du droit que le Roi avoit aux Seigneuries de l’Aleu & de l’Houmeau, ce qui ne doit pas s’entendre de la totalité de ces deux Terres.

François de Crussol, Seigneur de Beaudiner, l’a été aussi de l’Aleu : Galiot de Crussol, fils de Charles Vicomte d’Uzès & de Jeanne de Genouillac, par transaction faite avec son frère en 1566, eut les Terres de l’Aleu & du Plomb.

On compte parmi les autres Seigneurs de l’Aleu en 1630, Paul Yvon, duquel il nous reste un ouvrage de Mathématiques.

En 1650, Pierre Yvon, fils du précédent, Seigneur de Lozieres, Conseiller du Roi en ses Conseils & Direction de ses Finances.

En 1690, Renée Magdeleine de Rambouillet, fille mineure de René de Rambouillet & de Magdeleine Henri.

N. Trudaine, Conseiller d’Etat, Intendant des Finances, est actuellement Seigneur de l’Aleu.


[1Arch. de l’Oratoire

[2Arch. de l’Orat.

[3Gén. des Chateîg. pag. 170.

[4Mém. ms. de M. J. de F. A. P. G.

[5Tom. 7, p. 122 ;

Dans la même rubrique

Esnandes (17) par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Brouage (17) par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

L’ile de Ré (17) et l’ile de Loix, par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

L’ile d’Aix (17) et l’ile Madame, par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

L’ile d’Oléron (17) par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Châtelaillon (17) par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Surgères (17) par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Queue-de-Vache alias Coup-de-Vague à Marsilly (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Le Plomb, à l’Houmeau (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Nieuil alias Nieul-sur-Mer (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Marans (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Dompierre-sur-Mer (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Saint-Xandre et Puilboreau (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Aitré alias Aytré (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Angoulins (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Clavette (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

La Jarne (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Périgni alias Périgny (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Sainte-Soule ou Sainte-Soulle (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Forges (17) et Ardillières (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Bourgneuf (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Ciré, alias Ciré-d’Aunis (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Fourras alias Fouras (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

La Rochelle (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

La Banlieue de la Rochelle (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Monmeillan, ville d’Aunis engloutie par la mer, par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Rochefort (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Benon (17) et son Comté, par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Nuaillé alias Nuaillé-d’Aunis (17) et Saint-Sauveur, par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Mauzé alias Mauzé-sur-le-Mignon (79), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

Pauléon alias Poléon, à Saint-Georges-du-Bois (17), par Louis-Etienne Arcère (1698-1782)

1224 - 1758 - Chronologie des gouverneurs de La Rochelle et du pays d’Aunis

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 La Rochelle - Arcère Louis-Etienne (1698-1782) - Province Aunis -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1146 - 1390 - Chronologie des actes d’organisation des communes en Saintonge, Aunis, Angoumois et Poitou

2.  1789 - Chenaud et Puymangou (24) : cahier de doléances des paroisses

3.  1650 - la présence bénédictine dans le diocèse de Saintes + carte

4.  1720 - Etat de l’hôpital de Barbezieux (Charente)

5.  1319 - Hommage féodal au seigneur de Didonne, Arnaud Bernard de Preissac


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Paléographie - Etape 1 - Je n’y comprends rien !

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux