Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Mer, fleuves, rivires et marais > Rivires de Saintonge, d’Aunis et d’Angoumois > 1494 - La Touvre, rivire : L’affranchissement des cygnes, droits de pche et de page

1494 - La Touvre, rivire : L’affranchissement des cygnes, droits de pche et de page

lundi 3 novembre 2008, par Pierre, 1403 visites.

Cette affaire un peu touffue de confrontation de droits seigneuriaux de pche et de page afferms Jehan de la Gresille, nous fait dcouvrir le traitement de faveur accord aux cygnes de la Touvre au XVme sicle. Des cygnes affranchis ...

Source : Bulletin historique et philologique du Comit des travaux historiques et scientifiques - Anne 1889 - BNF Gallica

Poule d’eau sur la Touvre
Les cygnes de la Touvre

Ce fleuve de Touvre, disait Corlieu, est clbr par nos potes franois pour sa beaut et un infini nombre de cygnes que les comtes d’Angoulme y avoient d’anciennet affranchis, dputant officiers pour la garde d’iceux, chose qui estoit grandement belle voir ; mais prsent la race en est perdue par l’injure des guerres.

La Touvre n’est autre que le Bandiat et la Tardoure reparaissant ensemble aprs un parcours souterrain d’une deux lieues. C’tait l’Arthuse de l’Angoumois et ses cygnes avaient une place dans sa mythologie.

Dj au temps de Corlieu, c’est--dire il y a trois sicles, la Touvre avait perdu ses htes superbes ; mais la tradition en a conserv le souvenir jusqu’ nous. Seulement il vaudrait mieux pour eux que leur mmoire et pri ; car l’opinion commune aujourd’hui est que les potes qui ont chant la Touvre ont pris ou nous ont donn pour des cygnes un palmipde beaucoup moins noble.

En mme temps qu’elle met nant ce doute injurieux, la pice ci-jointe nous fait connatre le moyen dont on usait autrefois pour affranchir les cygnes et prcise les conditions d’existence de ceux de la Touvre sous le rgime fodal, dans lequel ils taient entrs.

La Touvre n’est pas nomme dans cette charte, mais elle est suffisamment indique par ce fait que Folpougne, limite du fief concd, est sur la rive gauche de cette rivire.

A.-F. Livre, Bibliothcaire-archiviste de la ville de Poitiers, correspondant du Ministre de l’Instruction publique.

5 mars 1493 (1494)

Charles, conte d’Angoulesme, seigneur d’Espernay et de Romorantin, per de France, au seneschal d’Engoulmois ou son lieutenant, maistre des eaulx et fourests de nostre do cont, et nos procureur et receveur illec et chacun d’eulx, salut et dilection.

Nostre bien aym Jehan de la Grsille, marchant et nostre homme de foy, nous a fait dire et remonstrer que luy et ses prdcesseurs, dont il a droit et cause, ont accoustum avoir et tenir de nous et de nos prdcesseurs contes d’Angoulesme foy et hommage, entre aultres choses, l’exploict de peschaige en nostre rivire de Charente avec leur exploit pour pescher en nos deffens, depuis la font Sainct Pierre jusques la trache de Follepoigne, et o ledit de la Grsille a droit et peult mectre et gecter nasses et cloux, anguilleretz, vergeats, vergeadeaux et panthene, et que nul aultre fors luy n’a exploit de faire ; avec ce a droit d’avoir et prandre le XIe denier de paige de Sainct-Cybart avec le paige de tous et chascuns les fruicts et oblis qui sont portez en la val Sainct-Cybart ; pour raison desqueulz droiz et aultres comprins par sondit hommaige il nous est tenu de faire, poyer et rendre pluseurs grans charges, qui luy estoyent et sont de plus grant mise que la recette dudit hommaige, tant la pesche de nostre estang de Sainct-Michel que de nos deffens de Charante, que lever les nytz de nos signes et leur eschauder les halles pour les garder de vouller. Et, en ce faisant, faire les despens aux sept poissonniers tenans leurs exploicts de nous ; aussi recevoir d’eulx et faire apporter en nostre chastel d’Angolesme les loches et gardons qu’ils nous sont tenus par chacun an et par chacun dimanche de caresme, ainsi que plus amplement appert par sondit fi et hommage ; et, combien que par cy devant il ayt tres bien fait et continu lesdictes charges et encores fait de jour en jour, et que ja pia luy eust t faicte dlivrance de sesdits droiz et devoirs par nostre tres chre et redoubte dame et mre en son conseil, et que par ce il ne deust estre inquit ne molest en sesdits droiz, ce nantmois les fermiers de nostre page d’Angoulesme, au moyen de ce que ledit exposant, qui ne joissoit pas dudit unzime denier, avoit acoustum prandre et lever en lieu de ce le peage des huylles, gresses, cherves et cordaige, luy ont donn et donnent de jour en jour plusieurs empeschemens, aussi les fermiers de nos ayves l’ont empesch et empeschent en sesdits exploicts, et cause de ce s’estoient meuz pluseurs procs et dbats ; requrant luy estre par nous sur ce pourveu et le faire et permettre joir desdits droiz, offrant nous faire entretenlr et continuer les dits services.

Veue laquelle requeste, eussions commis et depputl certains commissaires des gens de nostredit conseil pour veoir less drois et titres dudit suppliant, eulx enqurir de ses posssessions, ensemble de tout ce que nostre procureur vouldroit dire, monstrer et prouver au contraire ; ce qui eust est faict et le tout rapport en nostre conseilh, par lequel avons fait veoir et visiter tout ce qui a est mis et produict d’un coust et d’autre, et trouv le fait dudit suppliant estre suffisamment prouv.

Scavoir faisons que, oy sur ce la rapport de nostredit conseil, par l’advis et dlibration d’icelluy, et parce que difficile chose seroit audit supplianr prandre et lever appart et adevis ledit unzime denier dudit page de Sainct Cybart et dont pourroient naistre et yssir pluseurs questions et dbatz entre nos fermiers et luy, Nous audit suppliant pour luy et les siens avons dlivr et dlaiss pour nous et nos successeurs, en lieu d’icelluy unziesme denier et pour tous autres drois qu’il avoit et advouhoit de nous audit page de la val Sainct-Cybard, la unzime partie de tout notre grant page d’Angoulesme en ce que ledit grant peaige pourra valloir par chacun an jusques la somme de trente cinq livres ou au-dessous, et de ce que ledis grant paige pourra excder ou estre afferm oultre ladite somme de trente cinq livres tournois ledit suppliant ne prandra riens pour icelle unzime partie avoir et prandre par ledit suppliant et les siens par les mains de nos fermiers dudit page par le temps advenir ; aussi luy avons dlivr et dlivrons ledict exploict de pescher nasses et cloux, anguilleretz, vergeats et vergeadeaulx et de tendre panthenes en nosdits deffens depuis ladite trache de Foilepoigne jouxte et scelon la teneur de son fi et hommage et duquel exploit aultre ne pourra esdits deffens fors luy et les siens tenans ledit fief, si ce n’est que ce fust pour nostre maison ou plaisir et par nostre exprs commandement, en nous faisant par ledit suppliant et sesdits hoirs ses devoirs et services accoustums et contenuz en sondit fi icy dessus dclair, lequel, quant l’article dudit page, il sera tenu pour l’advenir corriger et remectre en substance scelon la teneur de ceste prsente dlivrance.

Si vous mandons et enjoignons, et chacun de vous si comme luy appatiendra que de noz prsente declaracion et dlivrance vous laisss, faictes et permects ledit suppliant joyr et user plainement et paisiblement sans en ce luy faire mectre ou donner ne souffrir estre fait, mis ou donn aulcun destourbier ou empeschement ; car tel est nostreplaisir. En tesmoing de ce nous avons sign ces prsentes de nostre main et tielles faict mectre nostre scel.

Donn Angoulesme le Ve jour de mars l’an de grce mil CCCC quatre vingts et treze.

Ainsi sign Charles ; Maclou, pour monseigneur le conte, les srs de Seligny et de Mursay, maistres d’ostelz, le prsident et le sr de la Magdelaine ce prsens ; et scell en cire rouge simple queuhe de parchemin pendant. Beric par coppie collacionne.

(Archives de la Charente ; Fonds de Saint-Cybard, expdition signe Bric, contemporaine de l’original.)

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.