Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Mer, fleuves, rivires et marais > Rivires de Saintonge, d’Aunis et d’Angoumois > 1797 - Un nouveau projet pour la navigation intrieure en Charente-Infrieure et Cha

1797 - Un nouveau projet pour la navigation intrieure en Charente-Infrieure et Charente

jeudi 12 février 2009, par Pierre, 1251 visites.

Le projet remonte bien avant 1797. Il renat priodiquement, chaque fois qu’il y a des menaces sur la navigation ctire : la cration d’un rseau intrieur de canaux permettant de relier tous les points importants du pays. En 1797, voici une nouvelle version. A la lecture des prconisations techniques, on comprend vite que ce n’est pas pour demain.

Source : La Thorie des torrens et des rivires, contenant les moyens les plus simples d’en empcher les ravages, d’en rtrcir le lit & d’en faciliter la Navigation, le Hallage & la Flottaison. Accompagn d’une discussion sur la Navigation intrieure de la France. Et termin par le projet de rendre Paris, Port maritime, en faisant remonter la voile, par la Seine, les Navires qui s’arrtent Rouen.
Ouvrage mis a la porte de tout le monde. A l’usage des Ingnieurs & des lves des Ponts & Chausses, par le citoyen Fabre, Ingnieur en chef des Ponts & Chausses, au Dpartement du Var. - A Paris – An V - 1797 - Books Google

Plusieurs documents sur ce mme thme sont prsents sur Histoire Passion. Voir :
 1699 - Mmoire sur la Gnralit de la Rochelle par l’intendant Michel Bgon
 1756 - Brouage (17) par Louis-Etienne Arcre
 1775 - Louis XVI veut amliorer la navigation sur le fleuve Charente

Mais ce n’est pas tout ; il faut encore procurer le mme avantage Bordeaux, autre point central essentiel. Cette place pourroit, la vrit, communiquer avec les valles du Rhin, de la Somme, de la Seine & de la Loire, par le canal du Midi, & par le Rhne pris la hauteur de Saint-Gilles (511. 5. & 9., 512. 2. & 14., 513 & 516.}. Mais l’inspection de la carte fait voir qu’il y a des routes moins longues qui peuvent remplir cet objet, en vivifiant les pays intermdiaires. C’est de quoi nous allons nous occuper.

Pour tablir une communication entre Bordeaux & la valle de la Loire ;

 1. On passera, de la Gironde, la rivire de Seugne par le moyen d’un canal projett par le citoyen Lallemand [1].

 2. On rendra hallable la Seugne par quelqu’un des moyens prescrits aux n. (476, 477 & 479), & l’on aboutira, par cette voie, la Charente.

 3. De l’embouchure de la Seugne, on remontera la Charente jufqu’ Civrai, en ayant soin de la rendre hallable aux endroits o elle ne le sera pas ( 476, 477 & 479 ).

 4. A cette hauteur, on passera dans la rivire de Clain par le canal projett de jonction de cette rivire avec la Charente, de Civrai Vareilles.

 5. On rendra le Clain hallable (476, 477 & 479) depuis Vareilles, jusqu’ son embouchure, &, en le descendant, on arrivera la Loire, Montmoreau, d’o l’on pourra communiquer avec tous les pays situs sur son cours, depuis Paimbœuf jusqu’ Digoin.

On doit remarquer en passant, qu’arriv la Charente (i*. & 1. ), on pourra, par cette rivire , communiquer avec Rochefort.

476. Canaux latraux substituer aux rivires trop rapides

Puisqu’il est avantageux, pour le hallage, que le courant ait le moins de pente possible, il suit qu’on peut amliorer celui des rivires qui ont trop de rapidit, comme le Rhne, la Haute-Loire & la Garonne, en leur substituant des canaux latraux dont la pente sera telle qu’il conviendra de la leur donner pour faciliter les transports, & dont, les chtes qui en rsulteront seront rachetes par des cluses. Ces sortes d’ouvrages runiront beaucoup d’avantages que n’ont pas les rivires dont nous parlons. Car, outre que la pente y sera moindre, ils auront constamment la mme profondeur d’eau, & le courant y aura toujours la mme vitesse. D’ailleurs on y sera l’abri des accidens des crues.

Il est donc trs-essentiel, pour le hallage de remonte, de substituer des canaux latraux, aux rivires qui ont trop de rapidit. Ces canaux doivent tre regards comme des rivires artificielles substitues aux rivires naturelles, & qui n’ont aucun des inconvniens de ces dernires.
477. Cas o l’on peut, par barrage, rendre hallable une rivire,

Si l’on suppose qu’une rivire, dont la pente est trop forte pour le hallage de remonte, ait des bords assez levs pour ne pas faire craindre les inondations, on peut diminuer cette pente & faciliter le hallage en barrant, par intervalles, son lit par des dversoirs (183 & 184). Dans ce cas, on produira des chtes aux dversoirs, & il faudra les racheter par des cluses, ainsi que nous l’avons dj dit au n. 444. Mais nous devons observer que ce moyen n’est praticable que sur les petites rivires. Car, lorsque les rivires sont considrables, les ouvrages seroient excessivement coteux, & il vaudroit beaucoup mieux, sous tous les rapports, leur substituer des canaux latraux (476).
479. Ce qu’il faut faire lorsque la rivire n’a pas assez de profondeur d’eau.

Si la pente d’une rivire est compatible avec le hallage, mais que la profondeur des eaux y soit insuffisante, on pourra pas augmenter cette profondeur & rendre la rivire parfaitement hallable, en rtrcissant son lit par intervalles & en se conformant ce que nous avons dit, ce sujet, dans la section prcdente.

[1Il s’agit peut-tre du projet prsent dans l’ouvrage Vœux d’un citoyen sur la navigation intrieure, d’o dpendent uniquement les grands progrs de l’agriculture et du commerce, par Allemand. Paris, 1787 ; 1 vol. in-4. br.

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.