Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Grands thèmes d’histoire locale » Faits divers » 1627 - Les derniers instants du condamné François de Montmorency, seigneur (...)

1627 - Les derniers instants du condamné François de Montmorency, seigneur de Bouteville


D 13 novembre 2012     H 17:24     A Pierre     C 0 messages A 588 LECTURES
agrandir

En 1627, François de Montmorency, seigneur de Bouteville, qui s’était acquis une haute réputation à la cour comme duelliste (il avait figuré dans vingt-deux duels), avait été, à la suite d’un de ces combats, obligé de se réfugier à Bruxelles ; mais s’étant pris de querelle avec le marquis de Beuvron, il déclara qu’il se battrait contre lui, en plein midi, sur la place Royale, à Paris.- Le combat eut lieu le 12 mai, jour de l’Ascension. Bouteville avait pour second François de Rosmadec, comte des Chapelles, qui tua son adversaire, le marquis de Bussy d’Amboise. Le combat fini, ils prirent la fuite ; mais Bouteville et des Chapelles furent arrêtés à Vitry, conduits à Paris, condamnés à mort et exécutés.

Source : La correspondance littéraire – Paris – 1858-1859 – Google livres

Au sujet de cet évènement, voir sur Histoire Passion

Voici sur leurs derniers moments un petit document inédit qui ne manque pas d’intérêt. Il est intitulé :

Procez verbal de la Caluze, commis du greffe criminel, de ce que dirent les sieurs de Bouteville et comte des Chapelles, duellistes, après qu’il leur eust prononcé l’arrest de mort et quand il retourna l’après disnée pour l’execution d’iceluy.

« L’an mil six cens vingt sept, le mardy vingt-deuxiesme juin, après l’arrest de mort prononcé par moy Pierre Caluze, faisant la principale charge du greffe criminel de la cour, à messire François de Montmorency, seigneur de Bouteville, et François de Rosmadecq, comte des Chapelles, ledit de Bouteville m’a dit en souriant que, puisqu’il falloit mourir, qu’il étoit prest de souffrir la mort, et que cela ne l’estonnoit, et ledit des Chapelles, élevant ses yeux au ciel, a dit qu’il suplioit tous ceux qui étoient là de sortir, afin qu’ils eussent loisir de penser à Dieu sans interromption. A été fait sortir tout le peuple qui étoit en la chapelle et laissés avec les Pères Gondran et Fombert, de la compagnie des Pères de l’Oratoire, pour leur réconciliation.

« Dudit jour de relevée.

« Étant descendu en la chapelle de la Conciergerie, ai trouvé lesdits de Bouteville et comte des Chapelles avec monsieur l’évesque de Nantes (l) et lesdits Gondran et Fombert, et remontrai auxdits de Bouteville et des Chapelles que j’estions (sic) là pour l’exécution de l’arrêt que leur avois prononcé le matin, et enquis si maintenant ils ne s’estoient pas remis à la volonté de Dieu, et s’ils ne vouloient pas que le peuple chantât un Salve et fît prière pour eux en la manière accoutumée, a été répondu par ledit de Bouteville que oui et qu’il étoit prêt d’obéir ; et par ledit sieur comte des Chapelles a été dit en ces mots : « Vous êtes l’ange Gabriel qui nous annoncez les bonnes nouvelles, qui sont celles de la mort, et prierons Dieu pour vous. » Et s’est prosterné en terre, la baisant et mis en prière ; et à eux demandé s’ils avoient quelque chose à me dire pour la décharge de leur conscience, m’ont dit d’une voix que non. Les prières faites, ont été menés en la place de Grève, où le Salve Regina chanté, l’arrêt a été exécuté et les corps délivrés, suivant le mandement a moi apporté par le sieur chevalier du guet. - Ainsi signé : CALUZE. »

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Bouteville - 17e siècle - Justice - Montmorency (de) -

Rechercher dans le site :