1723 - L’abbaye de Sablonceaux (Charente-Maritime)

D 5 novembre 2012     H 00:01     A Pierre     C 0 messages A 209 LECTURES


En 1723, Jean-Jacques Amelot de Chaillou, intendant de la Généralité de la Rochelle, lance une enquête sur les établissements religieux et hospitaliers de la Généralité, dans le but d’établir une "statistique". Le questionnaire envoyé par courrier comprend 6 questions :
- historique de la fondation
- nom de l’établissement
- ordre de rattachement
- effectifs
- revenus
- charges

Nous avons dépouillé pour vous les réponses à cette enquête. Voir l’introduction de cette rubrique

Source : Archives Départementales 17 - H86 - Transcription : Pierre Collenot.

Etat de l’abbaye de Sablonceaux que donne le prieur dud. Sablonceaux à Monseigneur l’Intendant de la Rochelle en obeissant à ses ordres du 9e septembre 1723.

- 1° L’abbaye de Sablonceaux au diocese de Saintes a été fondée par Guilhaume Noeuf duc d’Aquitaine et comte de Poitou. La fondation a été autorisée et confirmée par Richard et Othon ducs d’Aquitaine et Comtes de Poitou ses successeurs.

- 2° lad. abbaye s’appelle dans le public et par le peu des actes qui luy restent, l’Abbaye de Sablonceaux.

- 3° Lad. abbaye a été dès sa fondation de l’ordre des Chanoines Réguliers de S. Augustin. Elle s’est conservée en reigles jusques en 1628 qu’elle a été reduite à sa commande après avoir été pillée et saccagée en 1618 [1] par les guerres de la Religion. La reforme des Chanoines Reguliers de Chancelade en Perigord y fut introduite par feu Monsieur de Sourdis archeveque de Bourdeaux le 25 octobre 1633.

- 4° Le poulier [pouillé] du diocese de Saintes fixe le nombre des religieux à ving et cinq. Les guerres de la Religion, qui ont desolé cette abbaye et la commande qui a été introduite ont diminué le nombre des religieux en diminuant les revenus. Le concordat de l’introduction de la reforme du 25 octobre 1633 a fixé le nombre de religieux à douze.

- 5° Le revenu de lad. abbaye peut aller à 9000#, tant pour Monsieur l’abbé que pour les religieux. Monsieur l’abbé jouit [de] tous les revenus en payant annuellement aux religieux trois mille livres par transaction du 27 juin 1722. En vertu de lad. transaction les religieux jouissent encore de la paroisse de Lillatte [2] affermée trois cens ving livres consistant en rentes, en agrieres, d’une vigne et d’un petit bois taillis qui peuvent valoir cens ving livres de revenu.

- 6° Les charges de l’abbaye peuvent etre actuelement de sept à huit cens livres que Monsieur l’abbé paye à la repvue ? de la subvention imposée sur les religieux des cinquante livres qu’ils payent.

L’abbaye de Sablonceaux est fort exposée par sa situation à de frequentes visites d’etrangers et à des despenses considerables tant pour l’hospitalité que pour l’aumone qu’on y fait aux pauvres passans et a ceux du voisinage.

L’eglise et les lieux reguliers ont presque tous été ruinés par les guerres de la Religion, les differens [proces] verbaux de visite, qui ont été faits, ont porté les despenses necessaires à faire pour mettre lesd. lieux dans un etat decent et convenable a des sommes considerables. Il est certain que trente mille livres ne sauroient sufire à faire les reparations les plus urgentes. La necessité de se mettre en seureté a forcé les religieux à commencer cette année le retablissement de leurs dortoirs. Ils ont trouvé beaucoup plus de despense à faire que n’avoient cru les entrepreneurs parce que les bastimens ayant autrefois demeuré descouvert ils se sont trouvés si mauvais quand on a voulu les remettre qu’on a été necessité d’en desmolir plusieurs jusques au fondement. Il a fallu remettre la charpente et presque refaire et il en faut faire de même de celle de l’église et des qatres batimens parce qu’elles menacent d’une ruine prochaine.

Les religieux de Sablonceaux se flattent que Monseigneur l’Intendant aura egard à la triste situation où ils sont reduits et qu’il voudra leur procurer du secours. Ils peuvent d’autant plus l’esperer qu’ils sçavent sa pieté et sa religion et qu’il est toujours pres à faire du bien. Les bienfaicts qu’ils recevront de luy seront pour eux un nouveau motif de recognoissance et ils redoubleront leurs vœux et leurs prieres pour sa prosperité et conservation.

A Sablonceaux ce 8 septembre 1723

Teyssendier, prieur de l’abbaye de Sablonceaux


Le 20 novembe 1723, l’Intendant de la Rochelle demande au prieur de refaire sa copie et d’apporter des précisions sur les revenus et charges. D’où cette seconde lettre, beaucoup plus précise, du 5 décembre 1723 :

État de l’abbaye de Sablonceaux que donne le prieur dud. Sablonceaux à Monseigneur l’Intendant de la Rochelle en obeyssance a ses ordres du 9 septembre et 20 novembre 1723.

- 1° L’abbaye de Sablonceaux au dioceze de Xaintes a été fondée par Guilhaume neufvieme duc d’Aquitaine et comte de Poitou. La fondation a été autorisée par Richard et Othon ducs d’Aquitaine et comte de Poitou ses successeurs.

- 2° Lad. abbaye s’appelle l’abbaye de Sablonceaux.

- 3° Lad. abbaye a été dès sa fondation de l’ordre des Chanoines Réguliers de S. Augustin. Elle fut conservée en reigle jusques en 1626 qu’elle a été réduite à la commande. Après avoir été pillée et saccagée en 1618 par les guerres de la Religion, la réforme des chanoines réguliers de Chancelade y fut introduite par feu Monsieur de Sourdis archeveque de Bordeaux le 25 octobre 1633.

- 4° Le poulier [pouillé] du diocese de Xaintes fixe le nombre des Religieux à ving et cinq. Les guerres de la Religion qui ont desolé cette abbaye jusques à deux fois et la Commande qui y a eté introduite ont diminué le nombre des religieux en diminuant les revenus. Le concordat de l’introduction de la réforme du 25 octobre 1633 a fixé le nombre des religieux à douze.

Le pieux abbé de Chancelade qui en est superieur general reigle le nombre des pretres ou autres religieux qui doivent composer cette communauté. D’ordinaire il y a sept pretres, quatre religieux clercs etudians en philosophie et en theologie et un frere convers. Led. sieur abbé de Chancelade a retiré les jeunes etudians et n’a laissé despuis dix mois que six pretres et un frere convers, lesd. religieux ne pouvant se loger dans les lieux reguliers qu’on refait actuellement.

A l’egard des domestiques il y a un enfant de choeur pour servir les messes et lire à table, un portier, un cuisinier, un palfrenier, un jardinier et un tailleur.

- 5° Le revenu desd. religieux est de trois mille livres que paye le sieur abbé de Sablonceaux par transaction du 27 juin 1722, receu par Lartigue notaire royal et omologué par arrest du Parlement de Bordeaux du mois d’aout de lad. année 1722. En vertu de lad. transaction, lesd. religieux jouissent des rentes et agrieres que lad. abbaye de Sablonceaux leur et a droit de percevoir dans la paroisse de l’Ilatte près Saujon. Lad. abbaye est en possession de percevoir ces rentes et agrieres sans qu’on scache le commancement et sa possession est encore fondée sur les baillettes et par les aveux et denombremens rendus aux roys le 14 janvier 1547, 14 fevrier 1606 et 5 juin 1612. Pour de bulles d’union ou des lettres patentes en particulier, on ne scait pas qu’il y en ait, d’autant mieux que les titres de lad. abbaye ont été pillés et brulés quand lad. abbaye a été pillée et saccagée par les gens de la Religion.

Ces rentes et agrieres sont affermées trois cens ving livres par contrat du 23 fevrier dernier 1723 reçu par Procheau notaire royal de Nancras.

Lesd. religieux possedent encore une vigne pres le village de Biguener dans la paroisse dud. Sablonceaux de la contenance de dix journaux ou environ dans un terroir froid et ingrat et coute presque plus qu’elle ne produit.

Lesd. religieux possedent un terroir de trente journaux de mauvais fond apellé les Ailes de la Forie Guilhou dans la paroisse de S. Romain de Benet. De ces trente journaux il y en a ving en bois taillif peu revenant et fort exposé aux ravages du public. Le reste est une terre vague et inculte. Ladite vigne et bois taillif peuvent valoir cens ving livres de revenu.

Il est encore cedé auxd. Religieux par la transaction du 27 juin 1721 une rente obituaire de quarante deux livres dix sols sur le domaine de la Rochelle, que les Roys nos souverains seigneurs ont donné aux abbés et religieux de Sablonceaux pour faire prières pour eux et fidelles trop agés. Lad. rente est portée depuis plus de deux cens ans sur lettres du Roy et recognue par les aveux et denombremens du 14 janvier 1547, 14 fevrier 1606 et 5 juin 1612. Le sieur Receveur de la Rochelle refuse néantmoins de payer et pretend qu’elle n’est pas employée pour 1722.

On ne parle point de sept à huit journaux de fond que possedent lesd. religieux en divers endroits de la paroisse dud. Sablonceaux avec une terre au village de la Guinardiere, le tout est si infertile qu’il n’y a aucun revenu depuis plus de dix à quinze ans.

- 6° Les charges desd. religieux sont extraordinaires. Leur situation à la campagne les expose à de fréquentes visites de passans et a des despenses considerables tant pour l’hospitalité que pour l’aumone qu’on y fait aux pauvres passants et à ceux du voisinage.

L’eglise et les lieux reguliers ont presque tous été ruinés par les guerres de la Religion. Les differens [proces] verbaux de visite qui en ont été faits ont porté les depenses necessaires à faire pour mettre lesd. lieux dans un etat decent et convenable à des sommes considerables. Il est certain que trente nille livres ne scauroient sufire à faire les reparations les plus urgentes. La necessité de se mettre en seureté de la vie a forcé lesd. religieux a commancer cette année le retablissement de leur dortoir. Ils ont trouvé beaucoup plus de depenses à faire que Monsieur et les entrepreneurs parce que les batimens ayans autrefois demeuré descouverts, ils se sont trouvés si mauvais quand on a voulu les remettre qu’on a necessité d’en desmolir la pluspart jusques au fondement. Il a fallu remettre la charpente et presque la refaire et il en faut faire de mesme de celle de l’eglise et des autres batimens parce qu’elles menacent d’une ruine prochaine.

Les charges que lesd. religieux suportent en leur particulier sont de cinquante livres pour la pre ? ; de plus de trois cens livres pour la nourriture et gages de leurs sept domestiques, de cens cinquante livres pour les frais du blanchissage et de la couture, de plus de quatre cens livres pour l’hospitalité ou pour l’aumone, de deux cens livres pour l’entretien du luminaire, ornemens et linge de la sacristie, de plus de cens livres pour l’entretien des batimens, de deux cens livres pour le medecin, chirurgien ou apoticaire, de cinquante livres pour l’entretien de la bibliotêque.

Il regrette que si on desduit de la somme de trois mille quatre cens quatre vingt deux livres dix sols que lesd. religieux ont de revenu, la somme de dix noeuf cent cinquante livres qu’ils ont de charges, il ne leur reste que quinze cent trente deux livres dis sols de quitte, qui fait cens ving et sept livres quatorze sols deux deniers par un pour chaque religieux, tant pour son entretien que pour sa nourriture.

Lesd. religieux se flattent que Monseigneur l’Intendant aura egard à leur triste situation et qu’il voudra leur procurer un prompt secours. Ils peuvent d’autant plus l’esperer qu’ils scavent sa piété et sa religion et qu’il est toujours pres à faire du bien. Les bienfaicts qu’ils recevront de luy seront pour eux un nouveau motif de recognoissance et ils redoubleront leurs voeux et leurs prieres pour sa prosperité et conservation.

A Sablonceaux, ce cinquieme decembre mil sept cens ving et trois.

Teyssendier, prieur de l’abbaye de Sablonceaux.


[1Cette date semble erronée, car les guerres de religion se sont achevées en 1598.

[2L’Illate, ancienne commune de Charente-Maritime, aujourd’hui rattachée à la commune du Gua

Dans la même rubrique

1723 - Généralité de la Rochelle - Enquête statistique sur les établissement religieux et hospitaliers

1723 - Le prieuré de Lanville à Marcillac-Lanville (Charente)

1723 - L’Abbaye de Fontdouce à Saint-Bris des Bois (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Récollets de Royan (Charente-Maritime)

1723 - L’Abbaye aux Dames de Saintes (Charente-Maritime) + audit fait en 2009

1723 - Le couvent des Cordeliers de Barbezieux (Charente)

1723 - Le couvent des Récollets de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Minimes de Châteauneuf (Charente)

1723 - Les Filles de la Charité dites Sœurs grises au Château d’Oleron (Charente-Maritime)

1723 - L’Abbaye de la Frenade à Merpins (Charente)

1723 - L’Abbaye de la Grâce-Dieu à Benon (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital Saint-Jacques de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Récollets de Jarnac (Charente)

1723 - L’abbaye Saint-Léonard des Chaumes à Dompierre-sur-Mer (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital de Tonnay-Charente (Charente-Maritime)

1723 - Les Filles de la Charité dites Sœurs grises à La Tremblade (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Capucins de Rochefort (Charente-Maritime)

1723 - La maison des Jésuites de Marennes (Charente-Maritime)

1723 - L’hôpital de Brouage (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Bénédictines de Cognac (Charente)

1723 - Le couvent des Capucins de Saint-Martin de Ré (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Capucins de Tonnay-Charente (Charente-Maritime)

1723 - Les Filles de la Charité de l’hôpital des orphelines de Rochefort (Charente-Maritime)

1723 - Le couvent des Cordeliers de Pons (Charente-Maritime)

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Sablonceaux - 18e siècle - Archives Départementales 17 - Ordre de Saint-Augustin -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1908 - 1909 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 7 Tome IX

2.  1506 - 1589 ? - Bernard Palissy - Biographie

3.  1900 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

4.  1694 et 1726 - Adjudication et bail de ferme des étangs de la seigneurie de Saint-Maigrin (17)

5.  1460 - Guet et garde à La Rochelle : la banlieue est mise à contribution


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux