Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Foi et croyances -> 1598 - Brie-sous-Matha (17) : Sorcellerie - Des mots interdits, même pour (...)

1598 - Brie-sous-Matha (17) : Sorcellerie - Des mots interdits, même pour plaisanter

D 6 novembre 2006     H 10:31     A Pierre     C 6 messages A 4859 LECTURES


agrandir

Sorcellerie, sorcier, jurons contenant le nom de Dieu : à la fin du 16ème siècle, en Saintonge (certainement comme un peu partout à cette époque), il y a des mots à éviter, si on ne veut pas avoir affaire à la justice.

Un témoignage, pris sur le vif, à Brie-sous-Matha, petit village de Saintonge.

Louys Rulland, laboureur, est traduit en justice pour avoir prononcé des mots qui n’étaient peut-être qu’une forme de plaisanterie.


2 mai 1598 à Brie : un procès entre deux habitants de la paroisse, Jehan Catherineau et Louys Rulland, tous deux laboureurs.
Le motif pourrait prêter à sourire, car il s’agit d’un échange d’injures, derrière l’église, un matin entre 10 et 11 heures, en présence de plusieurs habitants du village, réunis par le curé pour des travaux à la toiture de l’église.
Mais les mots employés par Louys Rulland sont sur un thème avec lequel il ne fait pas bon plaisanter à la fin du 16ème siècle.

Source : AD17 – 1 J 430 - Mentionné dans le chartrier de Matha ( § Bries art 21 cote 110)

La charpente du clocher de l’église de Brie-sous-Matha
Travaux de restauration faits en 2006 - Photo : P. Collenot
Texte originalTexte moderniséCommentaires et glossaire
C’est la plaincte que faict Jehan Catherineau laboureur demeurant au bourg de Brie aage de quarante huict ans ou environ dict en sa plaignance apres sermant par luy faict de dire verite que aujourdhuy sur les dix ou unze heure du matin estant au derriere de leglize dudict lieu de Brie savoir survenu le nomme Louys Rulland laboureur dudict lieu de Bries lequel de propos delibere se seroit adresse audict qui se plainct et … plusieurs propos quilz ont eu ensemble en telles parolles tu es un sorcier dont et de laquelle et plusieurs autres injures proferees audict Catherineau par ledict Rulland qui est contre le bon … et renommee dud Catherineau requiert justice luy estre administree et requiert sur ladionction de monsieur le procureur de la baronnie de Mastas offrant administrer … aux fins de la verification de la chose cy dessus et dict ne scavoir signer

signe P Gestreau notaire a Mastas et adjoinct et M Gilbert sergent royal
C’est la plainte que fait Jehan Catherineau, laboureur demeurant au bourg de Brie, âgé de 48 ans environ. Il dit dans sa plainte, après avoir fait serment de dire la vérité, qu’aujourd’hui sur les 10 ou 11 heures du matin, alors qu’il était à l’arrière de l’église de Brie, était venu le nommé Rulland laboureur au même lieu qui, de propos délibéré se serait adressé au plaignant ... et lui aurait tenu les propos suivants : "tu es un sorcier" et autres injures qui attentent à sa bonne renommée, raison pour laquelle il demande que justice lui soit rendue et requiert que la cause soit entendue par Monsieur le Procureur de la baronnie de Matha, que les faits ci-dessus soient vérifiés, etc. Il dit ne pas savoir signer.

Signé P Gestreau notaire a Matha et adjoint et M Gilbert sergent royal.
Contexte historique
Le climat est redevenu plus paisible que celui des années précédentes pendant lesquelles les guerres de religion ont ravagé la région, mais les habitants de Brie ne savent sûrement pas encore que leur bon roy Henri vient de signer, trois jours avant ce procès, l’Edit de Nantes (30 avril 1598) qui met un terme à la guerre civile et religieuse la plus meurtrière qu’ait connu la France.

Audition des témoins

Premierement

Messire Pierre Jolly prebstre cure dudict lieu de Bries et y demeurant aage de trante ans ou environ apres sermant par luy faict de dire verite sur le contenu de la plaincte dudict Catherineau pour ledict effet assigne nestre parant ne allie daulcune desdictes parties

Dict outre que aujourdhuy environ lheure de unze du matin estant au devant le grand vitraut de leglise dudict lieu de Bries auroit veu ledict Catherineau aud lieu et peu de temps apres sivoir suivant le nomme Louys Rulland aud lieu de Bries et auroict dict audict Rulland et Catherineau il faut que vous donnier chacun deux boeufz afin daller querir certain bois qui apartient a … pour parachever de couvrir leglize dud lieu de Bries aquoy ledict Rulland auroit respondu ansqui depose en telles parolles mordieu mordieu que ce sorcier de Catherineau y aille sil veut mordieu ouy en vray poursuivi que cest tout ce quil a deppoze et signe sa pleine pure et parfaicte verite signe Jolly
Premièrement,

Messire Pierre Jolly, prêtre, curé de Brie et y demeurant, âgé de 30 ans environ, après avoir fait serment de dire la vérité sur le contenu de la plainte de Catherineau. Il dit n’être ni parent ni allié des parties.

Il dit en outre qu’aujourd’hui vers les 11 heures du matin, étant devant le grand vitrail de l’église de Brie, il y aurait vu Catherineau, puis peu de temps après arriver Louis Rulland. Il aurait dit à Rulland et à Catherineau "il faut que vous donniez chacun deux bœufs pour aller chercher du bois qui appartient à [?] pour que nous finissions de couvrir l’église. Rulland aurait alors répondu en ce termes, comme il le dépose : " Mordieu, mordieu, que ce sorcier de Catherineau y aille, s’il le veut, mordieu ". C’est en vérité ce que j’ai entendu. Et c’est tout ce qu’il a déposé et il a signé en disant que c’était la pure vérité. Signé Jolly
le grand vitraut : cette expression laisse entendre qu’en 1598 le choeur de l’église de Brie n’avait plus son chevet roman d’origine. Au sujet de ce grand vitrail, un grand projet franco-québécois d’aujourd’hui
mordieu, mordieu, que ce sorcier de Catherineau y aille, s’il veut, mordieu !
Texte originalTexte moderniséCommentaires et glossaire
Jehan Gareau laboureur demeurant aud lieu de Bries aage de cinquante ans ou environ apres sermant par luy faict de dire verite et nestre parant ne allie daulcune desdictes parties et sur le contenu de la plaincte dudict Catherineau

Dict et depose que aujourdhuy environ dix ou unze heure du matin estant au derriere de leglize dudict lieu de Bries aveq ledict Catherineau seroit survenu le nomme Louys Rulland demeurant aud lieu de Bries lequel se seroit adresse de propos delibere aud Catherineau et luy a dict en telles parolles tu es un sorcier en jurant et blasphemant le nom de Dieu qui est tout ce quil a deppoze et sa deposition contient verite et a dict ne scavoir signer
Jehan Gareau, laboureur demeurant à Brie, âgé de 50 ans environ, après avoir fait serment de dire la vérité et affirmé qu’il n’est ni parent ni allié des parties. et qu’il connait l’objet de la plainte de Catherineau.

Il dit et dépose qu’aujourd’hui vers 10 ou 11 heures du matin, il était derrière l’église de Brie avec Catherineau. Louis Rulland, demeurant à Brie, serait alors venu. Il se serait adressé à Catherineau et de façon délibérée lui aurait tenu les propos suivants "tu es un sorcier", en jurant et blasphémant le nom de Dieu. C’est tout ce qu’il a à déposer, et il dit que sa déposition est la vérité. Il dit ne pas savoir signer.
Mathouin Roumaud laboureur demeurant au bourg de Bries aage de trante quatre ans ou environ et apres sermant par luy faict de dire verite dict avoir bonne congnoissance desdictes parties et nestre parant ne allie daulcune dicelles et sur le contenu de la plaincte dudict Catherineau

Dict et depose moyennant sondict sermant que aujourdhuy dix ou unze heure du matin etant derriere leglise dudict lieu de Brie avec ledict Catherineau et plusieurs autres seroit survenu le nomme Louys Rulland lequel seroit adresse audict Catherineau de quelque propos de facon quil a antendu que led Rulland diroit audict Catherineau en telles parolles tu es un sorcier qui est tout ce quil a depoze et dict sa depozition confirme et dict ne scavoir escripre
Mathouin Roumaud, laboureur demeurant à Brie, âgé de 34 ans environ, après avoir fait serment de dire la vérité, dit qu’il connaît bien les parties et qu’il n’est ni leur parent ni leur allié, ainsi que l’objet de la plainte de Catherineau.

Il dit et dépose sous serment qu’aujourd’hui à 10 ou 11 heures du matin, il était derrière l’église de Brie avec Catherineau et plusieurs autres. Serait alors survenu le nommé Louys Rulland qui se serait adressé à Catherineau et lui aurait tenu les propos suivants - qu’il a entendus - "tu es un sorcier". Et c’est tout ce qu’il a déposé. Il dit sa déposition conforme, et qu’il ne sait pas écrire.
Micheau Savarit dud lieu de Bries aage de vingt et cinq ans ou environ apres sermant par luy faict de dire verite dict avoir bonne et parfaicte congnoissance desdictes parties et nestre parant ne allie dicelles et sur le contenu de la plaincte dudict Catherineau

Dict et deppoze moyennant sondict sermant que aujourdhuy dix ou unze heure du matin estant derriere leglize dudict lieu de Bries avecq plusieurs des habitans dudict lieu de Bries entre lesquels estoit ledict Catherineau et peu de temps apres est survenu le nomme Louys Rulland demeurant audict lieu de Bries lequel cest mis a parler aux aultres et mesmement audict Catherineau de facon que ilz se seroient dit quelques propos entre lesquelz il a entendu que led Rulland a dict aud Catherineau va tu es un sorcier et dict ne scavoir autre chose sur le contenu de la plaincte dud Catherineau et sa deposition contient verite et a dict ne scavoir signer ainsi signe M Gillebert et Gestreau notaire a Mastas et adjoinct sudict
Micheau Savarit, habitant de Brie, âgé de 25 ans environ, après avoir fait serment de dire la vérité, dit qu’il connaît parfaitement les parties et qu’il n’est ni leur parent ni leur allié. ainsi que l’objet de la plainte de Catherineau.

Il dit et dépose sous serment qu’aujourd’hui à 10 ou 11 heures du matin il était derrière l’église de Brie avec plusieurs des habitants du lieu, dont Catherineau. Peu de temps après est arrivé le nommé Louys Rulland, demeurant à Brie, qui s’est mis à parler aux autres ainsi qu’à Catherineau de telle sorte que dans ses propos il a entendu Rulland dire à Catherineau "va, tu es un sorcier". Il dit ne savoir rien d’autre sur le contenu de la plainte de Catherineau, et que sa déposition contient la vérité. Il dit ne pas savoir signer.

Signé M. Gillebert et Gestreau, notaire à Matha et adjoint.
Le procureur de la baronnie de Mastas ayant veu pieces et desquelles informations a requis que Louys Rulland de Bries viene en sa personne pour estre ouy sur lesdites informations repondre aux fins et conclusions de Jehan Catherineau la partie a fin dicelle et … au present proces comme de raison faict le 3ème jour de may 1498 ainsy signe Pierre Roy Le procureur de la baronnie de Matha, au vu des pièces et des informations, a requis que Louys Rulland de Brie vienne en personne pour être entendu sur ces informations, pour répondre aux fins et conclusions de Jehan Catherineau ...

Fait le 3 mai 1498, signé Pierre Roy.

Audition de l’accusé

Audition et confession volontaire de Louys Rulland marchant demeurant a Bries aage de soixante quatre ans ou environ detenu(?) et assiste aud lieu a la requeste du procureur de la court de ceans par luy comise et comise envers la personne de Jehan Catherineau dud lieu de Bries p.. p..

Nous Nicolas Pitard juge senechal de la baronnie de Mastas ayant avec nous pour adjoinct Mr Louys Thibaud greffier de ladicte baronnie le lundy quatriesme jour de may mil cinq cent quatre vingt dix huict

Premierement apres luy avoir fait faire sermant de dire verite sur ce quil scait par nous enquis et interroge luy avons demande sil congnoissoit Jehan [Catherineau] laboureur aud lieu de Bries et si sabmedy dernier jour du present mois estant au derriere de leglize dudict lieu de Bries ledict Catherineau y survenant ledict qui confesse se seroit adresse audict Catherineau sans avoyr subject ne occasion avoir de propos delibere luy auroyt profere plusieurs injures et entre autres luy auroit dict en telles ou semblables parolles tu es un sorcier ce que ledict Catherineau requis a tesmoigne et outre jure ledict Rulland execrablement le nom de Dieu disant mordieu mordieu que ce sorcier de Catherineau y aille
Audition et confession volontaire de Louys Rulland marchand demeurant a Brie âgé de 64 ans environ détenu(?) et assisté en ce lieu à la requête du procureur de la cour de céans [pour les faits] commis par lui envers la personne de Jehan Catherineau de Brie.

Nous Nicolas Pitard juge sénéchal de la baronnie de Matha ayant avec nous pour adjoint Mr Louys Thibaud greffier de la baronnie, le lundi 4 mai 1598.

Premièrement apres lui avoir fait faire serment de dire la vérité sur ce qu’il sait, enquis et interrogé par nous, nous lui avons demandé s’il connaissait Jehan Catherineau, laboureur à Brie et si samedi, dernier jour du mois d’avril, alors qu’il était derrière l’église de Brie et Catherineau y survenant, lui Rulland qui confesse se serait adressé à Catherineau, et sans avoir ni motif ni occasion de tenir de tels propos, lui aurait proféré plusieurs injures et entre autres lui aurait dit à peu près ces paroles "tu es un sorcier", comme l’affirme et en a témoigné Catherineau, et outre que Rulland aurait juré exécrablement le nom de Dieu en disant "mordieu mordieu que ce sorcier de Catherineau y aille"
"là ou on dresse la chapuze d’icelle"
G. du Hanap, visiteur du site, me suggère cette lecture pour ce passage qui avait résisté à mes efforts de déchiffrage. Qu’en pensez-vous ?
Respond que ledict jour environ une ou deux heures apres midy estant plusieurs des habitans dudict Bries enssemble audict lieu derriere leglize dudict Bries la ou on dresse la chapuze dicelle ledict qui confesse y seroit survenu et dautant que ledict Catherineau refusant daller querir du bois avec ses boeufz et pardessus confesse luy avoyr declare a la verite en se raillant il faut que tu y aille tu es un badebe tu es un sorcier mais pourtant … car il luy declare incontinant apres que ledict Catherineau luy demanda sil vouloyt maintenir lesdictes injures quil ne vouloit prendre et quil estoit sorcier comme luy et ne jurer et ne blasphemer le nom de Dieu et en faict niance Il répond que ce jour là vers une ou deux heures de l’après-midi plusieurs habitants de Brie étaient ensemble derrière l’église, là où on dresse sa chapuze. Qu’il serait alors arrivé et que Catherineau refusant d’aller chercher du bois avec ses bœufs et il confesse en outre lui avoir déclaré - à la vérité en forme de raillerie - "il faut que tu y ailles, tu es un badebet, tu es un sorcier, mais pourtant ...". Après que Catherineau lui ait demandé s’il maintenait ses injures et qu’il était sorcier comme lui [une partie du texte à reprendre], et de ne pas jurer ni blasphémer le nom de Dieu. Et il nie avoir tenu de tels propos. chapuze : (vieux français) charpente.

badebet : Nigaud, ahuri (dép. 16 & 17). On trouve aussi bade-bec : personne qui reste bouche bée, qui est dans la lune. Nigaud (dép. 16 & 79) - Glossaire des parlers populaires de Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois.

Dans Rabelais (v. 1483-1553), Badebec est le nom de la femme de Gargantua, la mère de Pantagruel.
Luy avons remonstre quil ne confesse en verite et que par lesd informations contre luy faictes appeter au contraire et que outre lesdictes injures les jurers et blaspheme le nom de Dieu luy demandant sil en veut voir lesdictz tesmoingz sur les choses charges et informations et a declare ne scavoir signer Nous lui avons remontré (au sens de remontrance) qu’il ne dit pas la vérité et que toutes les informations recueillies auprès des témoins confirment ses jurons et blasphèmes envers le nom de Dieu. Il a déclaré ne pas savoir signer.
Respond quil a dessus dict quil a confesse la verite et quil encroira les tesmoings esdites choses charges et informations et est tout ce quil confesse et a declare ne scavoir signer Il répond comme précédemment qu’il a confessé la vérité et qu’il croira les témoins dans les choses, charges et informations. C’est tout ce qu’il confesse et il déclare ne pas savoir signer.
Avons ordonne que ledict procureur de la court de ceans eust communication de la presante audition et confession volontaire dudict Rulland ensemble desdictz piesses et informations contre luy faictes pour veues conclure ou re.. lequel verra estre affaire a aujourdhuy vu delivre appres midy
Donne faict par nous ledict Pitard juge senechal lesd jour et an que dessus signe Pitard et L Thibaud greffier
Nous avons ordonné que le procureur de la cour de céans ait communication de la présente audition et confession volontaire de Rulland, ainsi que des pièces et informations faites contre lui pour conclure ...

Donné et fait par nous, Pitard, juge sénéchal, au jour et an ci-dessus.

Signé Pitard et L. Thibaud, greffier.

Nous ne connaissons pas l’issue du procès, car la pièce du jugement final n’est pas parvenue jusqu’à nous.

Le seigneur de Matha avait conservé ces vieux papiers dans son trésor, non parce qu’il s’intéressait au sort du pauvre Rulland, mais parce que ces documents lui servaient à démontrer qu’en 1598 il était justicier de la paroisse de Brie, ce qui était contesté par le curé de Brie, quelques années auparavant.

Quoi qu’il en soit, en 1598, sous un roi présenté volontiers comme un grand jureur, il ne faisait pas bon plaisanter sur certains sujets "chauds" !!!

Trouvé sur le site DIALOGUS, ce dialogue pas tout à fait imaginaire :

Votre Majesté,

Pardonnez ma curiosité mais d’où vous viennent les expressions « ventre saint gris » et « ventre de biche » que vous prononcez souvent ?

Mes respects,

Anaïs
Dans les plaines du Béarn, 1609.

Chère Dame,

L’utilisation des noms de Dieu et de la Vierge pour la vigueur de mes emportements est une vilaine habitude de ma part. Les jurons dans notre royaume depuis le plus lointain moyen-âge sont passibles de châtiments très sévères. Par une ordonnance royale, j’ai l’intention d imposer une amende pécuniaire à tous les blasphémateurs.

C’est ainsi que les Français, dont moi-même, apprenons à contourner les Lois en camouflant en « morbleu ! », « ventre saint-gris ! » et autres formes dérivées les jurons qui sont répréhensibles.

Mes respects

Votre Roy Henry

Vos commentaires

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Brie-sous-Matha - 16e siècle - Justice - Sorcellerie -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1923 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

2.  1813 - La pêche dans la Charente et en rade d’Aix

3.  1699 - Mémoire sur la Généralité de la Rochelle - Election de Cognac

4.  Communes des départements de la Région Poitou-Charentes

5.  1555 à 1790 - Les avatars de l’Election de Niort


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux