Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Climat et calamités -> 1698 - 1742 Météo et processions à Saintes dans le journal de Michel (...)

1698 - 1742 Météo et processions à Saintes dans le journal de Michel Réveillaud

D 18 novembre 2016     H 01:47     A Pierre     C 0 messages A 191 LECTURES


De quoi en perdre son latin ! Des processions pour avoir de la pluie, des processions pour qu’elle cesse. Le bon Dieu ne sait plus où donner du nuage, et la tête de Saint Eutrope est souvent de sortie.

Extraits du journal de Michel Réveillaud, habitant de Saintes.

Michel Réveillaud n’est pas un littéraire. Son écriture est basique. Mais grâce à son journal, nous partageons 44 ans de la vie quotidienne des habitants de Saintes.
Nous avons extrait de son journal ses observations sur le climat et quelques autres événements significatifs.

Source : AHSA - T XXXXV - 1914

Gelée terrible. — Les vendanges de 1698 de mesmoire d’omme n’ont jamais esté sy médiocre et cella à cause d’une gellée qui a passé par tout le roiaume ni ayant point heu non plus de fruits et peu de grains.

Procession. — Le jeudi 30 de juillet 1699, par ordre de Monsieur l’evesque et de Messieurs du chapitre il s’est fait, an cette ville, une procession généralle, sur les sept heures du matin et à laquelle les penitans ont asisté, pour obtenir de Dieu de la pluie. On y a porté le chef de nostre illustre grand Saint Hutrope. C’est Mr Panis et Mr Aranaud (1) qui ont heu ce bonheur.

Procession. — Le dimanche 5 septembre 1700, il a esté fait an cette ville une procession généralle pour obtenir de Dieu de la pluie. On a porté le chef de nostre illustre Saint Hutrope. Après la procession il a tombé de la pluie. Monseigneur l’evesque a ordonné à tous les curés du diocèse dans faire la mesme chose. C’est Mr Panis et Mr Villevieille qui ont porté le chef (1).

Le dimanche 13 avril 1704, on n’a fait, an cette ville, une procession généralle pour obtenir de Dieu du beau temps pour la conservation des biens de la terre qui sont très endhomagés par les pluies.

Le lundi 27 juillet 1705, il c’est fait an cette ville une procession généralle qui a esté à Saint Hutrope sur les six heures du soir, à laquelle procession tous les corps ont asisté. Cette procession estoit pour demander à Dieu de la pluie, y ayant plus de trois mois qu’il n’en a tombé. Le chef de Saint Hutrope estait exposé sur l’autel.

Le lundi dix neuf juillet 1706 il c’est fait an cette ville une procession généralle de Saint Pierre à Saint Hutrope, sans pourtant avoir porté le chef, et là il s’y est dit une grande messe par Monseigneur l’evesque et cella pour demander à Dieu la pay et de la pluye.

Remarque à faire arrivée cette année et commensée le lundi 5 janvier 1709 par un froid qui nous a donné une gellée terrible et deux jours (1) après des neiges et qui ont continué pandant quatre jours, estant venus près de deux piès de haud, le froid estant sy violland que tout estoit glasé : le pain gellé, la rivière glasée à travers, les batteau estant inutille parce que le peuple passoit sur la glasse, tout le gibié mort, le vin gelé an les barriques, tout le monde ayant esté obligé de porter un reschaud à la barrique pour tirer du vin et ce froid a continué jusqu’à ce jourd’hui 23 janvier 1709, qu’il a commansé a dégelé, sans pluye, les lièvres se vandant quatre sous, et les perdrix trois sous la paire.

Le lundi dixiesme juin 1709, il c’est fait cejourd’hui par ordre de Monseigneur une procession généralle par ville, après disné, à laquelle touttes les communautés et corps ont asisté à cette procession. On ny a porté le Saint Sacrement comme à la feste de Dieu, les ruhes touttes tandues et cella pour demander à Dieu du beau temps et la cessation de la pluye, y ayant plus de quatre mois qu’il mouille, la prairie étant inondée et ancor la conservation des fruits qui sont sur la terre qui ne consistent guaire qu’an baillarge, tous les grains d’hiver estant gelés, aussi bien que tous les noyers générallement et une grande partie des arbres de chesne noir, quantité de bois taillis, tous les bois de frète, quantité d’arbre fruitiers et touttes les vieille vignes, de manière que prèsantement le bled est à 18 à 20,lv- la pochée, la mesture à quatorze livres, l’eaudevie à 150liv- Monseigneur l’evesque a commansé ce matin par dire une grande messe et a donné une bulle qui fut lue hier au sermon, le Saint Sacrement est actuellement exposé à Saint Pierre, tous les soirs la bénédiction ce donne et touttes ces memes prière ce doivent faire par tout le diocèse. La misère est sy grande qu’il ne c’est jamais tant vue de pauvre et auquel pourtant on nà pourveu par un prinsipe de devoir, touttes les communautés soit eclesiastique que fabrique ont esté taxés de manière qu’on donne le pain deux fois la semaine aux pauvres de ceste ville et des faubourt (1).

Le (blanc) de juillet 1709, il c’est levé cette nuit dernière un oragan sy terrible et sy estendu qu’il ne s’an est jamais oui parler d’un de la sorte puisqu’il a jetté quantité d’arbre à terre aussi bien que tous les frais. Il a branlé tous les arbres fruitiers qui ont resté, touttes les chanvres, et a tait un ravage terrible à touttes les maisons et antre autre sur la mer.

Remarque très fâcheuse c’est que cette nuit premier de mai 1710 il a fait une gellée terrible qui a andhommagé et presque perdu toultes les vieilles vignes et les bois taillis.

Le jeudi 10 décembre 1711, despuis deux heures du matin jusqu’à huit heures, il c’est fait et levé un oragan le plus terrible qui aie jamais paru il a longtemps, puisqu’il a ranversé des maisons, hosté de desus le cloché de Saint Pierre quatre ou cinq table de pion et sur l’eglise, jetté dans les campagnes nombre d’arbre à terre et anlevé les tuilles de dessus les batimans.

Le mercredi neuf aoust 1713, par ordre de Monseigneur l’évesque, on na commansé à faire la procession autour de l’église de Saint Pierre et on na donné la bénédiction du très (saint) sacremant et cella pour obtenir du ciel du beau tant, y ayant pus d’un mois qu’il mouille tous les jours, l’eau estant dans la prerie, ce qui fait qu’on ne peut couper les grains qui ce gaste dans les chams. Cette dévotion doit durer huit jours.

Le mardi 28 avril 1716, on na fait an cette ville une procession généralle autour de la ville où tous les corps ont assisté et cella pour obtenir du ciel de la pluie, pour la conservation des grains qui ne donent aucune bonne espérance et pour le bestail qui meurt en nabondance à cause de la grande sécheresse, y ayant quatre mois qu’il n’a plu. On n’a poin, malureusemant, porté le chef de Saint Utrope. On donne tous les soirs la bénédiction du Saint Sacreman à Saint Pierre, et avant on fait la procession tout autour de l’église en y chantant les litanie de la Sainte Vierge, et tout cella en vertu d’un mandemant de Mrs les grands vicaires, du consantemant et de l’avis de Mrs du chapitre. On na anvoyé ce mandemant par touttes les paroisses du diocèse.

Le dimanche 10 mai 1716, tout le peuple a demandé à messieurs les vicaires généraux et à M‘ le prieur de Saint Hutrope de faire une segonde procession généralle et d’y porter le chef de Mr de Saint Hutrope et en vertu du mandemant que messieurs les vicaire générau et du consantemant de Mre du chapitre, et c’est donq fait aujourd’hui une procession généralle, à laquelle tous les corps réguliers et séculliers ont asisté. Et à la porte de Saint Louis, la procession y a pris le chef de Saint Hutrope qui estoit exposé sur un ostel qu’on y avoit dresé. Le chef a esté porté par deux de messieurs de Saint Hutrope. Il y avoit douse flanbeau de sire blanche et plus de soixante albardiers pour garder le chef. Et après la procession faitte on na remis le chef sur le mesme ostel et touttes les processions, à la réserve de Messieurs de Saint Hutroppe, ont toutte esté à Saint Pierre, et là on ny a donné la bénédiction du très Saint Sacremant, et presque tout le peuple qui estoit à la procession a conduit le chef à Saint Hutrope où on y a donné la bénédiction. Et tout cella pour obtenir de Dieu de la pluie, à cause de la disposition des grains, des prés et du bestail qui meurt partout à cause de la plus grande sécheresse qui ait jamais paru.

Le mesme jour 24 may 1719, on na fait la procession autour de l’église de Saint Pierre an chantant les litanie de la Sainte Vierge, et cella pour obtenir et demander à Dieu de la pluie pour la conservation des biens de la terre, y ayant plus de deux mois qu’il n’a plu, tous les grains soufrant beaucoup.

Procession générale. — Le dimanche 4 juin 1719, la sécherese continuant toujours despuis mesme trois mois et quoiqu’on nait commansé à faire des processions dès le 24 mai dernier, autour de l’église de Saint Pierre, et qu’on donne tous les soirs la bénédiction du très Saint Sacremant, Messieurs les vicaires généraux et messieurs du chapitre ont esté d’avis, sur la demande qui leur an na esté faite, de faire une procession généralle. Et laquelle procession a esté ce jourd’hui faite sur les quatre heures après midi, et on y a porté la relique de Saint Hutrope, tous les corps et communautés ont asisté. La procession a esté prandre la relique de Saint Hutrope chez Mr Pain, à la Porte Saint Louis (1), où il y avoit un fort bel autel dresé. La relique a esté portée par MM Daubour et Bertran, religieux de Saint Hutrope. Il y avoit six belles torches alumée et plus de cent albarde. Et cella pour demander à Dieu de la pluie pour la conservation des bien de la terre parce que tous les fruits de la terre perise : les baillarge, blés d’Espagne, mil et chanvre ne pouvant venir, et les grains soufrant beaucoup, aussi bien que toute les prene et les fruit des arbres, jusque mesme aux herbes potagère des jardins, le bled augmantant tous les jours. Quoiqu’il en soit, espérons toujours dans la bonté de Dieu, qui est un bon père qui n’abandonne jamais ces enfans, lors qu’il lui sont fidelles.

Le lundi 22 avril 1720, on na fini les processions qu’on faisoit à Saint Pierre, despuis dix jours, autour de l’église et où on ni chantoit les litanie de la Sainte Vierge et cella pour obtenir du ciel de la pluie, à cause de la grande sécheresse, les blés qui périssent estant à vingt livres la pochée et la mesture à dix sept livres, le pain blanc à trois sols la livre, le bestail patisant et an mourant beaucoup, le foin très rare. Le Bon Dieu a exausé les prières des peuples en nous donnant de la pluie despuis quatre jours et qui continue. Et par honneur il arrive tous les jours des gabarrée de grain, la viande estant à quatre sol. Dieu soit loué sur toutes choses. En finisant on na donné la bénédiction du très Saint Sacremant, y aiant toujours beaucoup de monde.

Le lundi 16 juin 1720, on an a commansé à Saint Pierre à faire des prières pour obtenir de la pluie.

Procession gênéralle. — Le dimanche deuxiesme de mars 1721, il a esté fait an ville une procession généralle à laquelle toutes les comunautés, ordre et les cors ont asisté, et ce en vertu du mandemant donné par Monseigneur l’évesque et Messieurs les vicaire généraux. Et cette procession c’est faite pour demander à Dieu la cessation de la peste qui continue toujours à Marseille [1] où il y est mort cent mil asme et qui cestant beaucoup, laquelle procession marchant a antré aux pères Jacobins où Mr le doyen a donné la bénédiction du très Saint Sacremant. Et ansuite on a antré dans la chapelle de Saint Roq où on ny a chanté plusieurs oraisons. Et ansuite la procession, aveq le peuple, a sorti par la porte de l’aile et quant elle a esté arrivée à Saint Pierre on ni a aussi dit plusieurs oraisons. Et pandant ces trois jours suivant, savoir, le lundy, mardy et mercredy le Saint Sacremant a esté exposé à Saint Pierre, et tous les soirs on y a donné la bénédiction du Saint Sacremant où on y a chanté le Miserere mei avec le Tanto mergo [sic]. Cette mesme dévotion ce doit faire dans toutes les églises de la ville et des faubourg, chascune à leur tour, pandant trois jours, et cella doit durer jusqu’à la semaine sainte. Les mesme prières doivent ce faire dans toutes les paroisses du diocèse.
Prières publiques.

Le mesme jour que desus (lundy 17 mai 1723) on na commansé à faire des prières publiques dans l’église de Saint Pierre. On y chante tous les soirs les litanies de la Sainte Vierge, pour obtenir de Dieu et de sa sainte mère de la pluie. Il est remarcable que cette année il ni aura ny baillarge ni bled d’Espagne, ny millet, n’aiant presque pas plu despuis que tout cella a esté semé. Les grands grains perise tous les jours ; il y aura aussi peu de foin et peu de fruilts. Dieu soit sur tous.

Procession généralle pour obtenir de Dieu de la pluie. — Le dimanche 22 octobre 1723, il c’est fait an cette ville une procession généralle où le chef de Saint Hutrope a esté porté et à laquelle Monseigneur l’évesque a asisté, tous les corps et communostés, pour demander à Dieu de la pluie, y ayant sept mois qu’il n’a plu. Et par la sécheresse il y a très peu de grain ; les vandanges ont estés très abondantes, et beaucoup de fruit, mais les grain fort cher, et l’on ne sème poin à cause de la sécheresse. On doit donner pendant la huitaine la bénédiction du très Saint Sacremant à Saint Pierre et ansuite à Saint Hutrope.

Pluie. — Le segond désembre 1723, la pluie est venue. Dieu mersi ! y ayant sept mois qu’il n’avoit plu.

Prières pour demander à Dieu la cessation de la pluie. — Le denxier d’aoust 1725, on na commansé, à Saint Pierre, à faire des prières publiques par une procession autour de l’église, an chantant les litanies de la Sainte Vierge, et ansuite on na donné la bénédiction du très Saint Sacremant. Et cella pour demander à Dieu du beau temps, y ayant plus de deux mois qu’il pleut continuellemant, n’ayant pu trouver assez de temps pour faire les fauches et couper les grains qui donnoient la plus belle espérance qu’on pouvoit soiter, de manière qu’il y an na beaucoup qu’on na pu couper, d’autre qu’on n’a pu serrer et qui ce sont perdus, et les gerbiers qui sont deors très andhomagés par les herbes qui sont venus tout autour. Les vignes donnoient aussi peu d’espérance, à cause de la continuation des pluie. On dit qu’à Paris il an est de nxesme et que la livre de pain est à sept sols et défance d’an faille de blan.

Procession. — Le dimanche segond de septanbre 1725, il c’est fait, an cette ville, une procession généralle par la ville, à laquelle tous les corps [ont asisté]. Et cella pour demander à Dieu du beau temps. Et quand la procession a esté randue à Saint Pierre, on y a donné la bénédiction du Saint Sacremant, le Saint Sacremant esté esposé pandant trois jours. Dans toutes les esglise de la ville et faubourg il doit y avoir l’oraison de quarante heures. La prérie estant toute couverte d’eau.

Remarque. — Le huit octobre 1725, remarque à faire, c’est que la prérie est toute inondée pour une segonde fois cet esté.

Procession généralle pour demander à Dieu de la pluie. — Le dimanche, onsiesme may 1727, il c’est fait, an cette ville, une procession généralle à laquelle toutes les com- munostés et corps de compagnie ont asisté, pour demander à Dieu de la pluie, parce que tous les grains perise sur la terre, de manière que cette année il y aura peu de baillarge, blé d’Espagne, mil et chanvre. Et on doit donner la bénédiction du très Saint Sacremant à la grande église, aujourdhui, demain, mardi, et pandant trois jours aussi dans chascunes des parroisse. Et Messieurs les vicaires généraux ont donné un mandemant pour an faire la mesme chose dans toutes les parroisses du diocèse. Et deux jours après il a tombé de la pluye.

Procession généralle pour demander à Dieu la cessation des mauvais temps. — Le 24 juin, jour de Saint Jean Baptiste, il c’est fait, an cette ville, une procession généralle que la ville a demandé à Messieurs les vicaires généraux et à Messieurs du chapitre, à laquelle toutes les communautés et coi’ps de compagnie ont asisté, pour demander à Dieu la cessation de la pluie, de la gresle et du tonnaire qui continue tous les jours, despuis plus de cinq semaine et qui cause quantité de dhomage générallemant à tous les fruits de la terre, y ayant près de quatre vings paroisse dans le diocèse, toutes greslée, vignes et grains perdus. Et à l’issue de la procession on na donné à Saint Pierre la bénédiction du très Saint Sacremant, ce qui ce doit continuer demain et jeudy et ansuite dans les paroisses.

Remarque. — C’est que pandant tout le mois de janvier de 1728 il a tant plu que les eaux sont devenue sy hoste que l’on na passé en batteau an la rue de Saint Maur et au pon pour aller au bour des Dames. Toutes les caves ce sont ranplies d’eau, beaucoup de puis ont bronsé, beaucoup de grains de noyé, quantité de muraille tombés, l’eau ayant antré dans la cave de mon frère et dans celle de Mr La Jaunie. Beaucoup de personnes ont esté d’obligation d’abandonner leur maison et de faire tirer leurs vains des caves.

Prières. — Le dimanche, premier feuvrier 1728, la pluye continuant toujours, Monseigneur l’évesque, sur la représentation qui lui a esté faite par le corps de ville, a ordonné des prières et trois processions, à commanser ce jourdhui. Ce sont faite autour de l’église de Saint Pierre et finiront mardi.

Procession généralle pour obtenir de Dieu de la pluye. — Le mardy dix septiesme avril 1731, jour du segond sinode, Mr Latache, curé de Monac, a presché l’oraison sinodalle et a heu l’applaudissemant de tout le peuple. Et au premier sinode ce fut Mr le prince de Soubise qui prescha aussy très bien. Et à la fin du sermon on na fait an ville une procession généralle pour obtenir de Dieu de la pluie, y ayant plus de deux mois qu’il n’a plu, les grains et les prérie ne donnant aucune bonne espérance, procession qui a esté acordée par Monseigneur l’évesque, sur la prière et demande qu’il luy en na esté faite par Messieurs du corps de ville. A cette procession qui a esté faite après la messe de Saint Pierre et dite par Monseigneur l’évesque, tous Messieurs les curés du sinode y ont asisté en surpelit et en bonnet carré aveq Messieurs les curés de la ville et tous les corps, par la ville seulemant an ny chantant les litanies des saints.

Procession. — Le quinsiesme du dit mois, jour de Notre Dame d’aoust 1731, la procession généralle c’est faite et a passé seullemant derrière l’évesché dans la ruhe de la prison, dans la ruhe du pallais, dans la grande ruhe de Saint Michel, et cella à cause du mauvais temps, ayant plu aujourdhuy extraordinairemant y ayant près de six mois qu’il n’avoit plu.

Procession gênéralle qui s’est faite pour demander à Dieu la guérison et la cessation (sic) des bestes à corne. — Le dimanche neuf feuvrier 1732, sur la représentation et demande faite par Messieurs du corps de ville à Monseigneur l’évesque qui regarde la mortalité des bœufs et qui cestant presque partout le royaume et qui a comansé par une petite boufie qui leur vient sous la langue toute noire, et quy du matin au soir devient grosse comme une feuve et la beste à corne meurt. Mais on na trouvé un remède qui est qu’on leur rascle bien la langue aveq une cuillère d’argent jusqu’à ce que cette boufie soit destruite et on frote ansuite bien la chose aveq du vinaigre bien fort du clou de girofle, de la muscade, du poivre, du romarin, de la sauge et certaines autres herbes, et à la faveur de cella on an guérist beaucoup. Cella n’a pas laisé que de sestandre partout où cella a passé de tuer des bœufs et on regarde cella comme une maladie contagieuse de manière que Monseigneur l’évesque et Messieurs du chapitre ont esté cejourdhui an procession aux Jacobins où il s’y est dit une grande messe et quy a esté ditte par Mr Coquerel. Il y avoit une grande confusion de peuples, et ce soir, après vespres, il c’est fait une procession généralle par toute la ville où toutes les communautés et cors y ont asisté an chantant la litanie des sains, comme à l’ordinaire. L’on croit que cette procession il devoit y avoir plus de dix mil asmes. Tous les jours on dit beaucoup de messe à Saint Rocq. Fasse le ciel que les prières du peuple soient exausées.

Procession généralle. — Le dimanche 22 juin 1732, il c’est fait an cette ville une procession généralle, à laquelle toutes les communautés sécullière et régulière ont assisté, comme à l’ordinaire. Et ensuite on na donné la bénédiction du Saint Sacremant à Saint Pierre. Et demain et mardy on fera la procession autour de l’église et ansuite on donnera la bénédiction du très Saint Sacremant. Et tout cella pour demander à Dieu la cessation de la pluye qui dure despuis plus de deux mois et demi, les préries, grains et vignes sont endhommagés.

Remarque. — Remarque à faire et à resouvenir, c’est que despuis deux mois il est venu une maladie sur tout le peuple et qui s’est estendue dans toute l’Urope. On nomme cette maladie la lure, qui a commansé par un mal de teste suivie d’une fièvre et d’un gros rume. On dit qu’il y a beaucoup de mortalité de cette maladie ; à Romme, à Paris, à La Rochelle, à Rochefort, an bien d’autres villes esloignés étrangère et an bien des campagnes. Peu de personne an cette ville en ont esté examp.

Oraguan. — Le dix janvier 1735, il c’est fait, la nuit dernière, un oraguant sy terrible qu’il a fait tomber plusieurs table de pion du clocher de Saint Pierre, et sur le toit de l’église beaucoup de dhommages. Il an est arrivé la mesme chose au clocher et à l’église de Saint Utrope et aussy beaucoup de dhommages aux religieuses de Notre Dame et à l’église des pères Jacobins et an beaucoup de maison de la ville et de campagne.

Procession pour demander ci Dieu la cessation de la pluye. — Le dimanche 24 juillet 1735, la procession qui commansa vandredy dernier à Saint Pierre a fini aujourdhui. Cette procession a esté faite pandant les trois jours à Saint Pierre seullemant, après vespre ; ansuite Monseigneur a donné la bénédiction du très Saint Sacremant, et cela pour demander à Dieu la cessation de la pluye qui aporte un très grand préjudice à tous les biens de la terre. Ce qu’il y a de remarcable et de bien remarcable, c’est que dès aujourdhui et pandant qu’on faisoit la procession, le temps s’est mis au beau, ayant plu ce matin.

Remarque. — Le mardy huit de mars 1740, remarque à faire, c’est que despuis le 24 janvier dernier jusque à aujourdhuy, c’est qu’il n’a pas tombé une goûte d’eau. N’a commansé à pleuvoir qu’aujourdhui. Et pandant ces trante neuf jours il a fait des gelée terrible et qui ont causé beaucoup de dhomages. Le blé vallant treize livre la pochée, la livre de miche vallant deux sols et deux deniers, la mesture vallant huit à neuf livres.

Procession généralle pour demander de la pluye. — Le dimanche huit de may 1740, il c’est fait en cette ville une procession généralle, par la ville, pour demander à Dieu de la pluie, n’aiant presque pas plu despuis le 24 de janvier dernier, les vignes estant toultes gelées, les baillarge ne naissant poin, non plus que les blés d’Espagne, millet, chanvre, toutes les prérie n’estant pas plus avansée qu’an out.

Segonde procession généralle. — Le dimanche vingt deux de may 1740, sur la remontrance faite par Messieurs du cors de ville à Monseigneur l’évesque et qui an na conféré à Messieurs du chapitre, il c’est fait aujourdhuy sur les trois heure après midy, une segonde procession généralle, à laquelle toutes les communautés sécullière et régulière ont asisté. On ny a mesme porté le chef de Saint Hutrope aveq baucoup de sérémonie. La plupart des pénitans, estant piés nus, ont estés jusque à Saint Hutrope et sont venus aveq le chef et Messieurs les religieux. Et à la suite de cette grande sérémonie il y avoit pour la garde quantité d’ofisiers, baucoup de soldas et d’albarde. Et estan arrivé à la Porte Saint Louis où toute la procession estoit arrivée, on na exposé le sain sur un autel bien propre, qui estoit dresé à la boutique de Mr (blanc), comme à l’ordinaire. Et Monseigneur l’évesque, c’estant mis de gênons, a dit quelque oraisons, et ensuitte on na continué la procession par la ville, le chef estant porté par des moisnes de Saint Hutrope. Et le tour fait et estant arrivé à Saint Pierre, la procession s’v est arestée et Monseigneur l’évesque y a ausy dit des oraisons, et icelle toute la procession a esté conduire le chef jusque à la Porte de Saint Louis. Et là on na remis sur le mesme autel le chef, et on ni a encore chanté des oraisons. Et tout cella fait, la grande procession c’est retirée à Saint Pierre, et le chef a esté reconduit à Saint Hutrope, quy a esté reconduit par les pénitans. Cette grande procession a esté faite pour demander à Dieu de la pluye et la cessation du froit, n’ayant pas plu despuis le 24 de janvier dernier, les vignes estant presque partout gelée, les blés ausy bien que les prés donnant peu d’espérance, n’ayant que très peu de baillarge Monseigneur l’évesque a doné un mandemant pour foire des prières dans tout le diocèse.

Il y a plus de douse jours qu’on fait tous les soirs, aux pères Cordelliers, des processions, et qu’on na donné la bénédiction du très Saint Sacreman
Le dimanche seise du mois d’avril 1741, en continuant les prières qu’on fait à Dieu pour la cessation du froit et de la sécheresse, il c’est fait aujourdhui une procession généralle par toute la ville, à laquelle les communautés ordinaires ont asisté, comme à l’ordinaire. On commansa dès lundy dernier à Saint Pierre par une procession autour de l’église, et cella pendant trois jours, et les quatre jours ansuite on na fait la mesme chause dans toutes les églises de la ville et du diocèse. Tous les arbres de quelques espèces qu’ils soient, à la réserve des poumiers sont tous gellés ; point d’espérance pour les baillarges

Le mardi 2 mai il a commansé à pleuvoir.

Procession générale. — Le jeudy 5 avril 1742, on a com- mancé à faire des prierre pour obtenir de Dieu de la pluie et faire la procession autour de l’église de Saint Pierre. Il y a plus de trois mois qu’il n’y a plus il s’est fait une procession générale et à laquelle on a porté la relique de Saint Utrope et n’avoit point la mitre sur la teste....


[1La peste de Marseille n’a fait que 50.000 victimes, ce qui est déjà énorme puisque la population ne comptait que 100,000 individus. Cf La peste à Marseille, par P. Galfarel et Mr de Duranty.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Saintes - 17e siècle - 18e siècle - Catholicisme - Climat et aléas - Diaires et journaux personnels - Réveillaud Michel - Santé, maladies, épidémies -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1456 - A Gardes-le-Pontaroux (16) deux hommes d’église s’entretuent pour des gerbes de blé

2.  Herpes - Courbillac (16) – a 6th century Frankish cemetery

3.  1627 - Louis XIII contre l’intox à propos de la gabelle en Guyenne, Poitou, Saintonge & Aunis

4.  1762 - Histoire d’un insecte qui dévore les grains de l’Angoumois

5.  1638 - Jacques Boyceau de la Barauderie - Traité du jardinage


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Paléographie - Etape 1 - Je n’y comprends rien !


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux