Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Chteaux et logis > 16 Chteaux de Charente > Histoire du chteau de Saint-Brice (16) par Paul de Lacroix (1906)

Histoire du chteau de Saint-Brice (16) par Paul de Lacroix (1906)

samedi 2 février 2008, par Pierre, 6385 visites.

Photo : P. Collenot - 10/2007

Source : Les anciens chteaux des environs de Cognac - Paul de Lacroix, bibliothcaire de la ville de Cognac. - Cognac - 1906

Le Chteau de Saint-Brice

Tout prs de l’glise de Saint-Brice, et un peu plus sur le bord de la Charente, est situ le chteau du mme nom ; construction de la fin du seizime sicle, assez lgante, leve sur terrasse avec tourelles aux extrmits de la faade, d’o la vue plonge sur la valle et rencontre a et l les paysages les plus pittoresques de la contre. Le chteau de Saint-Brice, dit M. Michon dans sa Statistique Monumentale, est connu dans l’histoire par le sjour qu’y fit Catherine de Mdicis et par les entrevues de cette princesse avec le jeune roi de Navarre, pour le mettre dans ses intrts. On montre encore l’appartement occup par la reine. D’assez bonnes peintures du temps y ont t conserves. L’histoire de Psych et de l’Amour est peinte aux lambris du plafond. Les murs sont dcors de fleurs, de fruits et de diverses arabesques.

Quant aux possesseurs de Saint-Brice, le plus ancien connu remonte Jehan de Lousme, qui en rendit hommage au prince de Galles, souverain de l’Aquitaine de par le trait de Brtigny, Saintes, le 24 aot 1363.

Un de ses descendants fut Jean de Lousme, cuyer, seigneur de Saint-Brice, qui vendit, en 1496, le domaine de Chtenet, prs Cognac, Louise de Savoie, veuve de Charles d’Orlans, mre de Franois 1er. Aprs Jean de Lousme la terre de Saint-Brice fut possde par la famille Poussard de Fors, en Poitou. Le premier fut Jean Poussard, chevalier, conseiller du roi, gentilhomme du duc d’Alenon, qui rendit hommage de sa terre de Fors au roi le 23 juin 1515. Il avait pous Catherine Gasteuil, dame de Saint-Trojan, fille de Franois Gasteuil, chevalier, seigneur dudit lieu de St-Trojan, et de Jeanne de Livenne.

Trois enfants naquirent de cette union : deux fils dont l’un fut fait chevalier de St-Jean de Jrusalem et mourut la prise de la ville de Gerbes en Barbarie, et une fille qui fut dame de Lignires en partie. Charles Poussard, l’an, succda son pre dans les seigneuries de Fors, Saint-Trojan et Lignires. II fut matre d’htel et panetier ordinaire du roi de France Charles IX et du roi et de la reine de Navarre. Il runit la terre de Saint-Trojan celle de St-Brice.

Ds le 10 mai 1540, Charles Poussard tait capitaine de Belesme, puis il fut nomm gouverneur de Dieppe et vice-amiral des ctes de Normandie. Au mois de janvier 1545, il pousa Marguerite Girard, dame de Bazoges, de laquelle il eut six enfants, dont Suzanne Poussard, qui fut dame de Saint-Trojan, et fut marie le 5 mai 1582, messire Louis d’Ocoy, chevalier, seigneur de Couvrelles, chambellan du prince de Cond.

Charles Poussard, appel M. de Fors, avait comparu la rformation de la coutume de Poitou en 1559, et mourut le 10 septembre 1582 dans son chteau de Saint-Brice, g de 80 ans. Il est presque certain que c’est lui qui a fait btir le chteau actuel de St-Brice. C’tait, en son vivant, l’un des plus et mieux rputs gentilhommes de tout le pays, dit Michel-le-Riche dans son journal. Il eut entr’autres enfants : Charles Poussard, l’an, qui fut seigneur de Fors et de Lignires, lev enfant d’honneur de Jeanne d’Albret, reine de Navarre, et servit ensuite dans les guerres de son temps ; ayant suivi le duc d’Alenon dans les Pays-Bas, il fut fait prisonnier l’affaire d’Anvers, en 1583, il a laiss postrit d’Esther de Pons, dame de Mirambeau, son pouse, qui lui apporta en dot la terre de Vigean.

Daniel Poussard, son troisime fils, eut, en partage, la terre de Saint-Brice et une partie de celle de Bazoges ; il fut mari Charlotte de Beaupoil, dont d’aprs d’Hozier, il eut Jacqueline, femme d’Alexandre Dexmier d’Olbreuse.

Ce fut sous la possession de Daniel Poussard, qu’eurent lieu dans son chteau les Confrences de St-Brice entre Catherine de Mdicis et le roi de Navarre, dont nous reparlerons ci aprs. voir cet article

Les d’Ocoy, tant devenus possesseurs de la terre de St-Trojan, eurent, aprs la mort de Daniel Poussard, celle de St-Brice.
Du mariage de Louis d’Ocoy et de Suzanne Poussard, sœur de Daniel, naquit Jean-Casimir d’Ocoy, chevalier, seigneur de Couvrelles et de St-Trojan, lequel s’unit Jeanne de La Rochefoucauld, de la branche de Bayers, prs Tonnay-Charente, le 17 mai 1616. Elle tait veuve de Charles de Bourgon de Cravois.

Les Poussard et les d’Ocoy taient protestants, Jean-Casimir fit lever Saint-Trojan, l’extrmit du jardin de son logis un temple pour la prire, auquel on arrivait par une terrasse ayant vue sur la valle de la Charente. Sous ce petit sanctuaire tait un caveau destin la spulture des membres de sa famille. Une inscription, qui se lit encore, contient ce qui suit :

Jean-Casimir d’Ocoy et Jeanne de La Rochefoucaud, son pouse, mditans la mort au milieu des dlices de la vie, et la regardant comme un passage l’immortalit, se sont difiez ce spulcre pour tmoignage de leur parfaite amiti, et en esprance de la bienheureuse rsurrection par Jsus-Christ notre Sauveur.

Le temple est aujourd’hui en ruines ; seul le caveau existe encore. A l’poque de la Rvolution, on fouilla les tombes, pensant y trouver des objets prcieux, on exhuma les ossements de trois ou quatre corps et on les porta au cimetire.

Jean-Casimir d’Ocoy, plus connu sous le nom de Couvrelles, zl protestant, fut souvent envoy par ses coreligionnaires pour assister aux conciliabules des rformistes St-Jean-d’Angly, Matha et ailleurs. Pendant le sige de Cognac, quoique g de 70 ans, il se jeta dans la place avec son fils Franois d’Ocoy, seigneur de St-Brice, et son gendre, M. de Saint-Marsault, pour, unis aux habitants, dfendre la ville contre les entreprises du prince de Cond.

Le Journal du Sige cite les d’Ocoy comme des personnes d’un grand courage (novembre 1651). Jean-Casimir d’Ocoy-Couvrelles mourut en 1654, probablement au chteau de St-Brice, laissant trois enfants de son mariage avec Jeanne de La Rochefoucauld :
 1 Franois d’Ocoy, seigneur de St-Brice, St-Trojan et autres terres, qui a pous Anne de Gombaud, d’une famille de la Saintonge ;
 2 Suzanne d’Ocoy, pouse de Benjamin Green de Saint-Marsault d’Aytr prs La Rochelle ;
 3 et Marie d’Ocoy appele Mlle de St-Trojan.

Franois d’Ocoy de St Brice, aprs la leve du sige de Cognac par le prince de Cond, la ville ayant t secourue temps par le comte d’Harcourt, se joignit aux gentilshommes de la contre, qui formrent un escadron de volontaires, sous le commandement de M. de Tracy, et prirent part contre les ennemis l’affaire de Tonnay-Charente et au combat de St-Andr-de Cubzac.

Franois d’Ocoy de St-Brice mourut en 1659, laissant :
 1 Franois-Casimir d’Ocoy, n le 26 mars 1651, en la maison noble de St-Brice  ;
 2 Marie-Anne d’Ocoy, baptise le 17 aot 1656 ;
 3 et Jeanne d’Ocoy, baptise au chteau le 22 mai 1659.

Franois d’Ocoy tait mort lors du baptme de sa fille Jeanne ; il avait t qualifi d’Ocoy de Couvrelles dans un acte du 4 juillet 1655, ce qui est un indice certain que son pre tait dcd en 1654. Nous ne trouvons plus, partir de 1659, trace de la famille d’Ocoy dans les registres protestants.

Un acte isol nous apprend que le 10 fvrier 1699, Jean-Paul de La Motte d’Ayran, chevalier de Saint-Louis, capitaine de vaisseau au port de Rochefort, pousa Cognac, dans l’glise St-Lger, Marie-Anne d’Ocoy, demeurant Cognac. Les personnes prsentes ce mariage furent le pasteur Rossel. Mme de Brmond d’Ars, ne Judith de Sainte-Maure-Jonzac, Mme de Montalembert, M. d’Ars et le prtre Reyau, cur de St-Lger.

Aprs la rvocation de l’dit de Nantes, les d’Ocoy s’taient fait catholiques. Il est probable que Marie-Anne tait la seule survivante de toute la postrit de Franois d’Ocoy, chevalier, seigneur de Couvrelles, St-Trojan et St-Brice et de Anne de Gombaud.

M. de la Motte d’Ayran, comme poux de Marie-Anne d’Ocoy, fille et hritire des sus-nomms, fit le 30 novembre 1717, aveu et dnombrement de la terre et seigneurie de Saint-Brice-sur-Charente, avec ses circonstances et dpendances, dclarant la tenir comme ci-devant la tenait et possdait, sous le devoir et hommage d’une paire de gants muance de seigneur, dame Anne de Gombaud, veuve de Franois d’Ocoy, et avant elle dfunt Daniel Poussard, cuyer, sieur dudit St-Brice, oncle de la dite dame Gombaud ; laquelle terre et seigneurie de St-Brice tait ci-devant rendue Sa Majest cause de son chteau de Merpins, sous l’hommage et dnombrement des seigneurs de la Cour, desquels ledit seigneur et ses auteurs ont ci-devant eu les droits. Et a ledit seigneur dclar que ladite terre de St-Brice peut valoir de revenu anne commune environ huit cents livres.

Le dnombrement avait t rdig par Roux, notaire Cognac, et Yvon, son collgue. La grosse, sur parchemin, de 24 rles, est aux Archives Nationales, p. 449.

M. de la Motte d’Ayran et la dame de St-Brice, son pouse, sont mentionns comme prsents un acte du mois de fvrier 1729.

Aprs la mort de Marie-Anne d’Ocoy, les terres et seigneuries de St-Brice et de St-Trojan passrent, par vente ou par hritage, la famille de Maulevrier. On peut fixer cette possession entre 1734 et 1736.

Un acte de l’tat-civil constate que le 21 septembre 1737, fut inhum St-Brice dans le souterrain dont l’ouverture est dans la sacristie et presque sous le banc de M. de Maulevrier, seigneur de St Brice, le fils dudit seigneur, mort aussitt ondoy, et qui devait avoir pour parrain Mgr Lon de Beaumont, vque de Saintes, et pour marraine Mme d’Echillay, sa grand’mre.

Le seigneur de St-Brice et de St-Trojan, mentionn plus haut, s’appelait Henri-Alexandre Guitton de Maulevrier, officier de la Marine, qui avait pous, vers 1725, Marie-Victoire de Beaumont, la nice, il est probable, de Lon de Beaumont, vque de Saintes.

Au mois de septembre 1739, le possesseur de St-Brice fit baptiser sa fille, ne le 18 de ce mois au chteau, sous le nom de Marie-Victoire de Maulevrier.

Le 17 mars 1744, baptme d’une autre fille appele Anne-Rosalie, fille de messire de Maulevrier, ancien officier de la marine, et de Marie-Victoire de Beaumont ; le parrain fut Jean-Franois de Beaumont, capitaine de cavalerie, et la marraine Anne-Rosalie de Maulevrier, tante de la baptise .

Au mois de mai 1748, St-Brice, M. de Maulevrier prsenta au baptme une fille de M. de Jarnac de Gardpe, avec Mme Busquet, veuve d’un maire de Cognac.

Le seigneur de St-Brice mourut le 14 dcembre 1763, l’ge de soixante-huit ans, et fut inhume le lendemain dans le caveau situ au-dessous de la sacristie, en prsence de MM. Dexmier, cur d’Ars et archiprlre de Prignac ; Cleveret, cur de St-Trojan ; Coffre. cur de St-Brice ; Delfour, cur de Javrezac ; Baduel, cur de Boutiers, et autres personnes.

Au mois de juin 1764, Charles-Lon de Maulevrier, seigneur de Saint-Brice, fils an de dfunt Alexandre de Maulevrier, fut prsent en l’glise d’Ars la crmonie du mariage de messire Jacob de Bremond, marquis d’Ars, avec Mlle Marie-Judith de Bremond, sa cousine.

Le 17 juillet 1767 Mlle Marie-Victoire de Maulevrier pousa M. de Labarre de Larivaux, ancien lieutenant des vaisseaux du roi, en prsence de Charles-Lon de Maulevrier, capitaine au rgiment Dauphin-dragons, et de demoiselle Anne-Rosalie de Maulevrier, ses frre et sœur ; de dame Charlotte d’Apelvoisin de la Roche du Maine, marquise de Nesmond, cousine germaine de la marie ; de messire Guillaume des Maisons, docteur de Sorbonne, vicaire gnral du diocse de Saintes ; de Jacques Hardy, avocat, chevin de l’htel-de-ville de Cognac, curateur conseil desdits sieur et demoiselle de Maulevrier. Ce mariage fut clbr en l’glise de St-Brice.

Quelque temps aprs, mademoiselle Anne-Rosalie de Maulevrier pousa messire Jean-Baptiste des Nanots, cuyer, conseiller au Parlement de Bordeaux.

Le 2 octobre 1777, naquit de cette union Jules-Lon-Marie des Nanots, lequel fut baptis Saint-Brice le mme jour, et que l’on dit fils lgitime de messire des Nanots, conseiller au Parlement de Bordeaux, seigneur de St-Brice et de St Trojan. Le parrain fut Pierre-Jules Dudon, procureur-gnral au Parlement de Bordeaux, reprsent, et la marraine Mme de Labarre, tante du baptis.

M. des Nanots tait issu d’une ancienne famille de Guienne. La magistrature tait hrditaire dans la famille des Nanots. Celle de Maulevrier, non moins recommandable, avait embrass la profession des armes. C’tait une ancienne famille de la Saintonge, dont la noblesse remontait 1480.

Le 18 aot 1778, M. des Nanots assista, avec sa femme et sa belle-sœur, madame de Labarre, un baptme St-Brice.

M. Charles-Lon de Maulevrier, capitaine au rgiment Dauphin-dragons, inspecteur des compagnies de milice cheval des les et cte de Saint-Domingue, avait pous demoiselle Catherine-Rose Lecomte. Le 25 octobre 1786 eut lieu, St-Brice, le baptme de leur fille, nomme Znobie-Amlie. Le parrain fut Honor-Lon de Maulevrier, son frre, et la marraine Mlle de Jarnac de Gardpe.

M. des Nanots et sa famille passrent les premires annes de la Rvolution au chteau de St-Brice.

Un peu plus tard ils vendirent leurs terres de Saint-Trojan et de Saint-Brice M. de Launay. Celui-ci a habit durant une longue priode le chteau, et sur la fin de sa vie il a, par testament, lgu ses biens M. le gnral de Bremond d’Ars, qui a fait sa rsidence au chteau de Saint-Brice, aprs sa mise la retraite et y est dcd le 23 janvier 1894, ancien snateur de la Charente.

Aprs la mort de Madame la gnrale de Bremond d’Ars, ses hritiers ont vendu le chteau de Saint-Brice et ses dpendances M. Ren Otard de La Crange, qui l’a habit plusieurs annes, mais, la suite d’un deuil cruel, l’a quitt avec regret.

Le chteau de Saint-Brice est aujourd’hui [1906] possd par M. Jean Hennessy, ngociant Cognac, qui en a agrandi les jardins et fait planter de nouveaux massifs, qui s’allient mieux avec les buis trois fois centenaires qui dcorent la partie orientale de cette ravissante demeure.

Messages

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.