Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Lois, us et coutumes -> Coutumes d’Angoumois, d’Aunis et de Saintonge - Textes (...) -> 1197 ? - Les bons usages et les bonnes costumes et les bons jugemenz de la (...)

1197 ? - Les bons usages et les bonnes costumes et les bons jugemenz de la commune d’Oleron.

D 27 décembre 2008     H 02:40     A Pierre     C 1 messages A 820 LECTURES


Toutes les versions de cet article : [English] [français]

A partir du 12ème siècle, sous l’administration anglaise, un petit nombre de villes ou de communautés obtient le "droit de commune" : La Rochelle en 1174, l’île d’Oleron en 1197, Saintes et Saint-Jean d’Angély en 1199, Niort et Angoulême en 1204, Cognac en 1215, l’île de Ré en 1242.

A ce jour, c’est le plus vieux texte en langue saintongeaise présenté sur ce site . Certains disent que cette charte de commune aurait été consentie aux oléronais par Aliénor d’Aquitaine en personne (image).

Il provient d’un livre en langue anglaise, et nous donne ainsi l’occasion d’en présenter sur Histoire Passion une version bilingue (et peut-être même trilingue)

La table des matières. Le texte des articles viendra progressivement.

Source : The Black Book of the Admiralty - Vol 2 - Sir Travers Twiss - London - 1873 - BNF Gallica

Au sujet des chartes des communes, voir :
- 1174 - 1242 - Les "Etablissements de Rouen", charte des "communes" en Saintonge, Aunis et Angoumois
- 1146 - 1390 - Chronologie des actes d’organisation des communes en Saintonge, Aunis, Angoumois et Poitou

Table des matières.

ChapChap
- Prologue l. De sazine
i. De la cort au mayor li. De garior
ii. Des guarenz lii. Daus convenanz
iii. Quant recors de cort est demandez liii. De fons de terre par tengue
iv. Quant le defenderes passera o son saigrement. liv. Dau mayre
v. Quant la plainte defaut de saigrement prendre. lv. Qui fretet nef dautre
vi. Quant le defenderes défaut de saigrement prendre Ivi. Quant hom achatet vin dautre
vii. De fons de terre. lvii. Quant filz om baillon de son pere est citez
viii. De héritage baillé a cens lviii. Quant hom de la commune plaidest contre home qui ne seit pas de la commune
ix. Qui ne desacuset garanties lou ser avant lix. De plaiz de fonz de terre davans lo maior
x. Dome trove en malefaite. lx Daver cos et demores par plait
xi. De bestes qui sont trove en malefaite lxi Qui veit a conseil dautre
xii. Des amandes de bestes prises lxii Quant sires demande la cort de son home
xiii. Quant home se mariet lxiii. Quant dui sunt parseners en un vaisseau
xiv. De oscle lxiv. Quant plusors sunt parseners en un vaisseau
xv. Qui vent son héritage lxv. Li marines aront la meite de choze prise deffors vaisseau.
xvi. Daus quatre seignors lxvi. De sauners
xvii. De saigrement lxvii. Quant bataille se fait par champions
xviii. Quant plusors hommes on fit un meffait lxviii. Daus causes criminaus
xix. Quant li servant dun prodome est citez lxix. Quant bataille se deit faire cors à cors
xx. De mestre autre pur sey. lxx. De bestes prises
xxi. De avoer guarion lxxi. Quant hom est pris en malefaite
xxii. Quant home vent sau a autre lxxii. Quant en ses vignes trobit malefaite
xxiii. De enfant medre de age lxxiii. De vignes
xxiv. De la garde denfant de menur age lxxiv. De bataille cors à cors en Oleron
xxv. Du bail dau pere lxxv. Ceu est péage des Jues
xxvi. Si édifice portet ruine Ixxvi. Ceu sunt les devors des nefs
xxvii. De home, qui n’est de la commune lxxvii. Quant nez levent daus rez
xxix. Quant le prevos apelet autre Ixxviii. De duy compaignons
xxx. Quant hom met autre en fiances lxxix. Du mayor
xxxi De brandoner les prez lxxx. De marchez et de convenanz
xxxii De beste estachee lxxxi. De garenz a prover baton ou tort
xxxiii Des palus lxxxii. De nez sur encre
xxxiv. D’estorement de nef lxxxiii. De parceners de nef
xxxv. De bonnes lxxxiv. Quant chaptaus est arestez en Oleron
xxxvi. De Sabbattees lxxxv. Si le sire volt prendre vile
xxxvii. Daus garenes Ixxxvi. Quant marineaus deffaut a sa nef garder
xxxviii. De l’espece de coniz lxxxvii. Un parconner en une nef poet vendre sa partie
xxxix. D’avoir essie a heritage enclos entre autres lxxxviii De maistre de la nef.
xl Dau mayre lxxxix. De femes mie recegues a faire saigrement de sa mayn
xli. De malefaite de verger clos xc De truylz
xlii. De difference de verger clos et de declos xci. De molin
xliii. Qui meffait en la forest d’Availle xcii. De chemins
xliv. Quant la plainte proposet plushors demandes xciii. Quant hom trovet sa chose sor autre
xlv. De jor assigne xciv. De gest de nef
xlvi. Quant hom parlet por autre xcv. La nez paiet lo quillage et lo grant lomant
xlvii. Quant olest guerre en Oleron xcvi. Le avers payet lo affiage
xlviii. Quant hom est traiz par garantage xcvii. La nefz paie lo plankage
xlix De fiance
Pere Roberz, Sire André Bicharz, Sire Pere Darceaus, Sire Helies Darceas, Sire Pere Gauter, Don Iohan Roberz, et maint autre prodome (1) borgois, que gardeiant et mainteniant les bons usages et les bonnes costumes et les bons iugemenz de lor ancesors, qui tau sunt oblamandement (2) aprove quil i ont apres fet, si com vos orrez en cest present escript segant que li diz maires (3) fist compiler et aioster par Guillaume Guischos, adone clerc de la commune doleron. prodome : prudhommes

(2) oblamandement : ob lo mandement = avec le mandement

(3) maires : nominatif singulier – génitif et accusatif singulier : mair.

- i - De la cort au mayor - En la cort au mayor silom est citez a ior, li iorz nest souceanz sil nest de lespace de vii. iors. Si li citez demande ior de conseil (1) il laura de vii. iorz. si d’onques nest hom erranz a cuy hon deit faire dreit pie estant por tote choze et sil demandet conseil (2) de la cort, il laura, et li donera raisonable salere.

Si la plainte est de fonz de terre (3) et olen seit guarde demandee, ele ensera donee de vii. iors, et apres ert li plaiz par lespace dautre vii. iorz.

Si la plainte (4) defaut de la guarde mostrer, li mayres ya v. sols de guages ; si licitez (5) defaut de veer la guarde, il nen aura ia plus guarde, mes il nen rendra ia autre guage. Si li citez deffent que onques ne fut citez, o lert cregu au citeor, et sil est convencuz par lo garentage au citeor ou en autre manere, li citez ert en la merci au mayor de lix. solz dangeuins.

Si li citez ou la plainte liquaucunques seit (6) convencuz on plait de fonz de terre, il est en la merci au maior de lix. sols dangeuins (7). Si li citez o la plainte, li quaus qui seit, convencuz en plait de fonz de terre, il est en la merci dau mayor de lix. sols en quauque manere que la choze apparechet davant lou mayor, ou par prove ou par conoissance, et par ceu se devent apleger (9) li demanderes et li defenderes, quar si li vns ou li autres nesteit pas de la comune, et li vns fust conveneuz de plait de fonz de terre, li maires ne lo poyret pas peignorer par son gage par ceu que il ne sereit pas de la commune. Li mayres dera terme de vii. iors a payer la depte qui sera conegue par dauant luy, et si adonques ne paict li deptres la dite depte au chief daus vii. iorz, li maires fera bailler de la chose au deptre tant au creencer qui vaudra ses devers ou plus. Et quant li creencers aura guarde les guages par lespace de vii. iors, li maires comandera au creencer quil vendet les gages desus diz a la veue de son commandement ; et si li dit gage ne valent tant com la depte monte, li maires li fera bailler daus gages dau deptor tant qui vaugent lo remaignent de la depte au creencer, et lo sur plus que vaudrant li guage sera rendu au deptor.
(1) ior de conseil : consilium seu dies consilii, qui concedebatur reo ut ei de actori respondiendo caveretur (Ducange) L’expression « jor de conseil » est fréquemment employée dans Le Conseil de Pierre de Fontaines, le plus ancien recueil de lois françaises.

(2) …

(3) fonz de terre : fonz est un mot gascon venant du latin fundus signifiant propriété terrienne diverse. Plainte : réclamation ou demande.

(4) la plainte : ici, le plaignant

(5) licitez : li citez : le défendeur

(6) liquaucunques seit : li quaucunque seit

(7) dangeuins : d’Angevins : sols frappés à Angers, par les rois d’Angleterre, alors comtes d’Anjou.

(8) apleger : du latin applegiare : fournir des gages (engagement)

- ii – Des guarenz - Si hom avouet guarenz davant lou mayre, eles seront oyes et convent que eles seent de la comune, nesmayns (1) par vsage i recet hon ben autres que Ion conoyschet estre leyaus genz, et si li garent ne volent venir par celuy qui les avouet, si eles sunt de la commune, li mayres les deit contraindre de venir, neis encore si cilz qui les trait nest pas de la commune, et si les garenties ne sunt pas de la comune et eles ne vougent (2) venir par lo mayor, li mayres y puet metre tau conseil, qui se il se clamet apres a luy daucun de la commune il nelen fera ia dreit, ou se il on feit il len puet deloigner iuquez il ait fet amande a celuy qui lo avoot aguarent dau demage, sil lia recegu par defaute de son garentage. Si la plainte défaut davant lo mayre ou mest son plaint en pouz (3) sanz lezer do mayor, li mayres nia point de gage. Mas se il se clamet derrechef (4), li mayres li pout parloigner (5) son plait decique il ayt rendu son gage de la defaute. Si li citez deffaut ob garantie qui seist citee davant lo mayre, li mayres ya v. sols degage de quaucunque choze que li plaiz seit. Si li deffenderes est convencuz, il est en la merci dau mayor de lix. sols, sau tant que se il conoyt sanz nulle deffense ou neya poynt de gage, mas rendra sa demande au demandeor, si donques li plaiz nest de baton (6), et sil est de baton et li citez seit convencuz par sa conoysance ou par garenz, la plainte ya v. sols damande et li mayres cinquante et neuf sols de gage, si donques nest honeste persone cil qui aura este batuz, et sil est honeste persone, lamande sera iugee a la volonte dau mayre et daus esqueuins segont lou baton, qui aura este faiz. (1) nesmayns : néanmoins

(2) vougent : autre forme de vaugent : ne veulent pas

(3) en pouz : quelquefois écrit « en pos », avec le même verbe « mettre », dans le sens de sub pedibus mittere, laisser tomber.

(4) derrechef : de rechief : de nouveau

(5) parloigner : syn. deloigner : proroger

(6) baton : probablement une contraction de batison : action de battre.

- iii - Quant recors de cort est demandez - Si recors de cort est demandez devant lou mayor, il ert donnez encore neis (1) de ceu qui aureit este feitz en autre cort, dont la cort fust faillie (2) davant lo mayor. Mas il sereit oiz de lautre cort, et ceu fait et iuge on plait de Arnaut Darceaus et de Pere Durant dau Maresdous sur chozes, qui aveent este menees davant le prevost, dont la cort esteit puys venue davant lo mayor, et par esguart de la cort au mayor fut oyz le recort dau prevost. Vns esqueuins vaut doues garenties, por ceu que yl a fait dous saygremens (3) a la comune. (1) encore neis : encore moins

(2) faillie :

(3) dous saygremens : deux serments.

- iv. - Quant le defenderes passera o son saigrement. - Si la plainte ne avoet en sa demande garenties, ne recort, ne de prodeshomes, ne autre prove, li deffenderes passera o son saigrement de sey ou de son mesage (1) encore neys se il deffent ensi ceu nest pas vers que ge sache. Et ceu fut iuge on plait de Sire Giraut Dastingues et de Pere do Solac. Et de refiance (2) dau saigrement faire dau premer dialuns (3) que sera empres lou plait en xv. iorz, et se il dit quil nen puet doner fiances et que yl plevira (4) sa fey que nen puet doner fiances, et que yl sera au ior dau saigrement fere, et se il deffaut dau saygrement fayre yl est convencus de la demande et det a la plainte v. sols de gage, et en est en la merci envers lou mayour de lix. sols, et encore neys, si en fait paiz ou li est mis en pos sanz lou lezer dau mayor, yl est en meisme merci. (1) son mesage : message, procureur, celui qui est chargé des affaires d’un autre.

(2) refiance : probablement écrit pour refuiance : refus

(3) dialuns : ce mot se retrouve plus loin dans le ms. L’éditeur n’a pas pu établir son sens exact.

(4) plevira : plever, engager (Roquefort)

- v. - Quant la plainte defaut de saigrement prendre - Si la plainte deffaut dau saigrement prendre il pert sa demande, mas li mayres nia point de gage sur luy, si donques nia envolope (1) deffensse on plait. Si cum issi, tu me dez v. sols de loer de mon chevau que ge to loay, et li deffenderes dit, ge ne te dey pas les v. sols, car tu me prestas lou chevau, or est iuge que la plainte dit, ge deffent que ge ne te prestay pas lou chevau, or est iuge que la plainte, qui deffent lou prest, deit feire i. saigrement. (1) envolope : mot probablement mal écrit
- vi. - Quant le defenderes défaut de saigrement prendre - Si cilz, qui le deit recever deffaut, il est convencuz de la demande et est en la merci daus diz gages de v. sols et de lix. sols, et si tot recet lou saigrement, si est il en meisme merci, par ceu que il lia fet iurer la soe choze que il liavet deffendu premerement.
- vii. - De fons de terre - Si en plait de fonz de terre demande li citez finement de lignage, il lo deit aver, mais yl deit norner lo lignage. Si femme est citée davant lo mayor et ele ayt mariz, il en aura la cort se il est raigne, et si li mariz nest on pais yl sera atenduz par xl. iors et non plus.
- viii. - De héritage baillé a cens - Si héritages est baillez a cens, li lignages lou puet retenir ausi cum achat, mas ceu nest pas de lanciene costume.

En achat si est ensi, li achateres deit semondre lou lignage que li pait ses deners dedens vii. iors, et si adomques lo lignages li payet, yl puet retenir la choze vendue, mas si adoncques na payet, il ni a point de recousse, et la recousse deit estre faite en tau manere, quar cil qui veost recoyre deit mostrer les deners touz en apert, et deit dire, si eci na assez deners, ge vos forniray mayntenant toto vostre paye.

Si aucuns dau lignage est fors dau pays, apres ceu que yl vendra yl puet rescoyre la choze dedenz vii. Iors, mais si esteit plus de i. an et i. ior sanz deffensse fait, preiudice mas ore ne fait pas entre parenz, et ceu nest pas de lanciane costume, quar la chartre de la franchize nen excepte negun.
Dans le Glossaire du Droit Français p. r De Laurière il est dit : L’auteur du Grand Costumier et autres anciens ont prit les termes "Fonds de terre" pour le premier cens, appellé dans les anciennes chartres, fundus terrae.

Raigne : du Latin ratiocinari.
- ix. - Qui ne desacuset garanties lou ser avant - Si cil qui avoet garenties dit en tau manere quant li iorz, li ert assignez, ge y auray ceu que ge porrray, si au ior assigne yl nen trait negune garentie et avant le ior ne les desacuse, yl est en defaute de sa prove et pert sa demande. Et sun dit en tau manere on ior au mayor, se ge ne puys aver mes garens au ior assigne, epetez les moy avenir si tot ne les ha au ior assigne, il nest pas ainz les contraindra li mayres si cum desus est dit, et si ne sunt ou pays les garenties, eles seront attendues par xl. iorz, et non plus.

Si li traieres daus garenties les traiet au ior assigne, et li aversayres ni seit mie ne ne se seit desacusez soceablement, li traieres ha gaigne sa demande et li averseres est conveincuz sanz ceu que ia seent oies les guarenties. Ne li guarenz nont nule renz de celuy qui les ha trait, ne iornees, ne despens.
- x. - Dome trove en malefaite - Si home est trovez en male faite il nen rent point de gages, mes amande la male faite a lesme et a la veue des prodeshomes, et si tant est que cil, qui le trobet en la male faite, li vost oster sa pignore et il la deffent, lautre la li puet oster par force eu tirant et en enpaignant sanz luy autrement batre ; et si li maufaiteres force la pignore, yl deit rendre a lautre v. sols de gage, et au seignor cuy envendra la clamor, se il est li mayres, lix. sols.
- xi. - De bestes qui sont trove en malefaite - Si bestes cheualines, si cum cheuau, egues anes et anesses, muls et mules, et autres bestes cheualines sont trobees en malefaite. Si eles sunt enpaitrees cil cuy aura este faite la malefaite aura sus cheacune beste v. sols de gage, ou li ert amandee la malefaite par lesme(1) et par la veue de prodeshomee, lou quau yl vodra, mas il mostrera premerement par lo saigrement de sey ou de son mesage ou vii. iorz qui li ert assignez ou plait, or il trouba la beste faisant la malefaite. Mas sil ne puet mostrer la malefaite present ni par prodeshomes qui laient avant veue enquauque manere que ceu seit, si cum si a este fait empre(2), et li prez seit fauchet(3) ainz que ait este veue la malefaite, ou enquaucunque manere que seit que ne paresche(4) la malefaite si que ne puchet estre veue, li apelez en ert quiptes de la demande, et ceu fut feit on plait de Bonin Durant et de Guillame Durant.

Si li sires de ta beste la veaut affiancer, li querelans en deit ben prendre fiances aus costumes dau pais, e est atendre que la fiance est tengue, que li sires de la beste facet dreit au claim de la malefaite a lesgart dau pais, qui est taus cum vos avom desus dit.
(1) lesme, l’esme. du Latin aestimatio.

(2) empre, en pre, du Latin praedium.

(3) fauchet, du Latin falx.

(4) paresche, parer, paroître, Roquefort. Apparechet est utilisé plus bas.

- xii. - Des amandes de bestes prises - En totes maneres de bestes, se il ya garde qui les guardet et eles entrent en male faite et isont prises, e les rendent autre tau dreit cum les empaitrees(1) et li gage sunt apele gage de bele garde. Si olest boves ou vache il deit ii. deners de gage, ou amande ; la male faite. Si est anes ou anesse, muls ou mule, il deit i. dener de gage ou amander la male faite. Si sunt oveilles(2) ou porcs ou autres meimes bestes, le iii. devent i. dener de gage, ou amandent la malefaite.

Si sunt chen ou chat, ou noyrim dostau(3), il nen devent point de gage, mes amander la malefaite. Et est assaver que si cil qui sera li chens o li chaz lou veaut forbenir(4) por la malefaite a la plainte, yl le puet bien fere et ia ne len fera autre amande. Mas la plainte lo puet de qui est avant ocire ou faire ocire,

Si dizent li plus or que iaus ne geline(5), chapons, ne pouzins(6) aut despaice entor la maison a lor seignor ou a lor dame tant com lor sires ou lor dame porra geter i. of desus lo fest de sa meison dendreit lo fougier en touz senz, mas il y aura oste(7) doues cobles de chebronc(8) et ert la fest toute nue.

Si cil qui prendra la beste en sa malefaite la met en prison il ne la deit mie batre ne maumener(9) ne espleiter, neis(10) que se il lespleitet, le ior que il lespleitera li deit doner a manger a son cost, mes autrement ne li dera ia a manger se il set cuy est la beste, mas mandera au seignor de la beste que yl li enveit a manger en la prison ; et sil ne set cuy est la beste, il la fera crier, et tant li dera a manger au cost de son seignur ; et si la beste mouret en la prison sanz defaute dau quereillant, il nen amandera ia rens de la beste nest mains ert amandee au quereillant la malefaite, ou en quauque manere que seyt que non apparechet la malefaite, si que ne puchet estre veue, li appelez en est quiptes de la demande et ceu fut fait on plaint de Bonin Durant et de Guillame Durant.
_ (1) empaitrees, empestrees, du Latin impedire, se laisser prendre en piège, Roquefort.

(2) oueilles du Latin ovis, un mouton.

(3) noyrim dostau. Selon La Somme Rural, tom. II, tit. xl., a fine wat leviable in certain districts upon geese taken as trespassers : “Item pour le foue d’oyes, six deniers, pourtant qu’il n’y en ait que dix, si plus eu y avoit, lors serait l’amende de trois sols."

(4) forbenir : forbannir.

(5) geline, gallina, from gallina, une poule.

(6) pouzins, poussins, petits poulets.

(7) osté : oté.

(8) chebrons : chevrons.

(9) maumener : maltraiter, Roquefort.

(10) neis : du Latin nisi, ni.

Vos commentaires

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Île d’Oléron - 12e siècle - Aliénor ou Eléonore d’Aquitaine - Langages - Lois et coutumes -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1610 - Agrippa d’Aubigné pleure la mort d’Henri IV, son roi et compagnon d’armes

2.  1801 - Statistique du Département de la Charente par le citoyen Delaistre, préfet

3.  1603-1626 - Angoulême (16) : Menaces de contagion. La voirie. Prospérité momentanée. Le fisc ; la misère ; mortalité

4.  1010 - 1343 - La Saintonge du Moyen-Age révélée par les cartulaires des abbayes

5.  1789 - Etriac (16) : cahier de doléances de la paroisse


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Études historiques sur la ville de Cognac et l’arrondissement, par F. Marvaud - Table onomastique

4.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)

5.  Herpes - Courbillac (16) – a 6th century Frankish cemetery


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux