Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Faits divers -> 1335 - Didonne (17) - Un jeu entre amis tourne mal ; préméditation ou (...)

1335 - Didonne (17) - Un jeu entre amis tourne mal ; préméditation ou accident ? la justice enquête

D 4 juillet 2008     H 22:08     A Pierre     C 0 messages A 1207 LECTURES


La Guerre de Cent Ans est proche. Didonne est sous la juridiction du Soudan de Latran (appelé aussi Soudan de Preyssac), un personnage qui fera beaucoup parler de lui sous la domination anglaise, parce qu’il contrôle la navigation dans l’estuaire de la Gironde et choisit le camp des Anglais. Une rixe entre deux amis tourne mal et Guyot de Maurin est occis d’un coup de couteau. L’enquête doit déterminer s’il y a eu préméditation ou non.

En savoir plus sur le Soudan de Latran

Source : Actes de notaires concernant l’histoire du droit criminel en Saintonge, dans la première moitié du XIVe siècle. - Paul Marchegay - 1874 - L’introduction ci-dessous, la transcription des actes et les notes sont de Paul Marchegay.

Deux grands amis, Guyot de Maurin et Galhard de la Mote, écuyers de la châtellenie de Didone [1] près Royan, jouaient ensemble. Une discussion s’élève : Guyot injurie Galhard et celui-ci prenant son couteau en donne un coup qui, peu grave en apparence, n’en est pas moins mortel. Arrêté et incarcéré par ordre de son seigneur, le Soudan de Preissac [2], le sieur de la Mote obtient du roi de France, août -1335, des lettres de grâce ; mais valables seulement s’il est prouvé que le meurtre a eu lieu par accident et sans préméditation, par meschief et sens aguayt appensé, et avec réserve aux amis du défunt de leur droit de poursuite.

Les 26 décembre et 14 mars suivants, sommé par le sergent du seigneur de Didone de comparaître à ses Assises, pour y intervenir au jugement du meurtrier, Gombaud de Maurin, frère de Guyot, refuse formellement de s’y présenter et de s’associer au procès. Après avoir motivé cette décision : quia michi constat quod a casu seu per quas de menchpet frater meus fuit occisus,... non pensatis insidiis seu d’agueyt appenssat, il sollicite même la délivrance du prisonnier, dont les injures du défunt, comme aussi l’accord dont parle le roi de France, doivent faire excuser le malheureux coup de couteau. Le surlendemain de la troisième citation [3], qui consacrait les prérogatives judiciaires du Soudan de Preissac, le procureur de celui-ci, en vertu des lettres de grâce et pressé par les amis de Galhard, procède à une enquête. Elle confirme les faits énoncés plus haut, et son résultat fut sans doute la mise en liberté du sieur de la Mote.

Trois actes originaux en parchemin, découverts dans le chartrier du duc de la Trémoille, nous ont conservé les détails de cette anecdote. Les deux premiers, rédigés en latin, émanent d’un notaire de Bordeaux, et le troisième d’un notaire de la châtellenie de Didone, qui a écrit le sien en français. Intéressants pour l’histoire du droit criminel, ils rapportent dans leur entier les discours qu’échangèrent le sergent du Soudan de Preissac et Gombaud de Maurin.

P. MARCHEGAY.

I.

Noverint universi hoc presens publicum instrumentum inspecturi quod anno Domini M°CCC°XXX° quinto, videlicet die vj° introytus mensis Januarii, regnante serenissimo principe domino nostro Philippo Dei gracia Francie rege, in mei notarii publici et testium subscriptorum presencia personaliter constituas Johannes Simeonis, serviens nobilis et potentis viri Soudani de Preyssaco, domicelli, domini de Didona, in castellaria de Didona, virtute et auctoritate quarumdam patentium litterarum dicti domini Soudani eidem servienti directarum sigilloque ejusdem domini predicti de Didona cum cera virida, ut prima facie videbatur, in pendenti sigillatarum, quarum tenor sequitur in hune modum :

« Nos Soudanus de Preyssaco, domicellus, dominus de Didona, Johanni Simeonis servienti nostro in castellania de Didona, salutem. Vobis mandamus, etiam si necesse fuerit committimus per presentes, quatinus Guombaudum Maurini, fratrem Guidonis Maurini defuncti, citetis seu etiam adjornetis ad Assisiam nostram proximam Didonie, videlicet ad diem Jovis ante instans festum beati Yllarii proximo venturum, apud Chahones [4] ut veniat et coram nobis in judicio vel judice nostro compareat, propositurus contra Gualhardum de Mota, detentum in prisione nostra occasione mortis. predicti Guidonis Maurini, quicquid proponere voluerit per viam accusacionis vel denunciacionis vel alias, prout de jure et consuetudine ad hoc fuerit admittendus, super mortern predictam. Datum sub sigillo nostro, in Castro nostro de Didona, die Mercurii post Circumcisionem Domini, anno ejusdem M°CCC°XXX°V°. »

Citavit et adjornavit dictum Guombaudum Maurini, fratrem dicti Guidonis Maurini deffuncti, in modum qui sequitur .

« Cum dictus meus predictus dominus dicti loci de Didona teneat in prisione sua apud Didonam Gualhardum de Mota, domicellum, captum et arrestatum et in suis carceribus mancipatum occasione mortis dicti Guidonis Maurini, fratris vestri, qui per dictum Gualhardum dicitur interfectus fuisse, ego adjorno vos et cito virtute litterarum predictarum, ex parte dicti domini mei de Didona, ad instantem assisiam de Didona, videlicet ad diem Jovis ante instans festum beati Yllarii proximo venturum, apud Chahones, [ut] veniatis et compareatis coram dicto domino meo de Didona, vel e jus judice assisiarum predictarum, propositurus contra dictum Gualhardum de Mota, detentum in prisione predicta, quicquid proponere volueritis per viam accusacionis vel denunciacionis vel alias, prout de jure et consuetudine, de et super morte dicti defuncti, et alias processurus ulterius quod fuerit racionis ; maxime cum dictus dominus meus de Didona et ejus judex assisie predicte sint parati vobis facere bonum justicie complementum de premissis. »

Qui quidem Gombaudus, frater dicti Guidonis deffuncti, audita citacione predicta, dicto servienti dixit et respondit in scripto in modum qui sequitur, cujus responsionis [tenor] talis est :

« Amice, et ego bene credo quod tu sis serviens dicti domini de Didona et deputatus per ipsum ad premissa facienda. Verumtamen tibi sic respondeo quod dictus Gualhardus, quem dictus dominus tuus detinet in prisione sua, dictum Guidonem fratrem meum non pensatis insidiis, seu de gueyt appensat, non interfecit ; ymo sum certus et ad plenum informatus quod accasu dictus Gualhardus dictum Guidonem interfecit, et non pensatis insidiis seu a gueyt appensat, cum dictus Gualhardus et dictus frater meus essent et fuissent semper amici. Et scio quod cum ipsi luderent insimul amicabiliter, ut amici, nulla mala voluntate nec rancore precedente, inter ipsos tum aliqua verba injuriosa ipsis ad invicem ludentibus supervenerunt. Quibus verbis motis inter dictos Gualhardum et Guidonem, fratrem meum, accidit quod dictus Gualhardus percusit cum cutello suo dictum Guidonum, fratrem meum, accasu seu perças de menhapet, ita quod frater meus mortuus est. Unde quia michi constat quod accasu seu per cas de menhapet dictus frater meus fuit occisus, et quod dictus Gualhardus dictum fratrem meum non occiderat pensatis insidiis seu de gueyt appensat, idcirco dico tibi et respondeo quod dictum Gualhardum non intendo accusare, nec denunciare contra ipsum aliquid super morte dicti Guidonis fratris mei ; ymo quipto ipsum Gualhardum de morte dicti fratris mei, et supplico et requiro dictum dominum de Didona quod dictum Gualhardum, detemptum in prisione sua occasione premissa, velit, si placeret, deliberare et expedire  »

Super quibus omnibus et singulis dictus serviens peciit et requissivit sibi fieri a me predicto notario publicum instrumentum.

Acta fuerunt hec in domo fratrum Carmelitarum Burdegalensium, anno, die, mense quibus supra ; presentibus venerabilibus discretis viris : magistro Petro Ademari licenciato in legibus, Thoma Sampsonis notario publico, Arnaldo de Puteo clerico, Forchene Seguini, Petro de Vineis, clericis, et pluribus aliis testibus ad hec vocatis.

Et me Guarsia Gonstantini, clerico Burdegalensis diocesis, auctoritate ejusdem domini nostri regis Francie notario publico, qui premissis omnibus et singulis, dum agerentur, una cum dictis testibus presens fui et hoc instrumentum publicum audivi, recepi publica[vi] et de registro meo extrahi sibi et grossari feci et in publicam formam redegi, manu propria me subscripsi signoque meo solito signavi vocatus.

II.

Noverint universi. . . [5] quod anno Domini M°CCC°XXXV°, videlicet xiiij° die mensis Marcii, . . . Joharmes Simeonis, servies nobilis et potentis viri Soldani de Preyssaco, domicelli, ... virtute et auctoritate quarumdam patentium litterarum ... quarum tenor sequitur in hunc modum : « Nos Soldanus de Preyssaco, domicellus, dominus Didonie, Johanni Simeonis servienti nostro in castellania Didonie, salutem. Cum alias tibi per nostras litteras mandaverimus citari Gumbaudum Mourini, fratrem Guidonis Mourini deffuncti, ad diem Jovis post festum Epiphanie Domini apud Chalones, ut ipsa die in assisia nostra, coram nobis vel judice nostro, in judicium, si vellet, denunciaret, accusaret seu alias offlcium nostrum sollicitaret contra Gualhardum de Mota, quem captum et arrestatum in prisione nostra tenemus, occasione mortis Guidonis Mourini de novo per ipsum interfecti, cum intimacione quod, nisi venerit ad expedicionem ipsius Gualhardi, procedemus prout de jure fuerit procedendum, et die per servientem nostrum sibi assignata coram nobis non comparuerit, nec aliquis pro eodem, et ob hoc ipsum Gumbaudum ex officio nostro posuerimus in defectu, iterato tibi mandamus, et si necesse fuerit comittimus tenore presencium, citare dictum Gumbaudum Mourin ad diem Lune post Ramos Palmarum, apud Didoniam, ut coram nobis vel judice nostro compareat, et super uno deffectu, in quo fuit die Jovis post festum Epiphanie Domini in assisia nostra en Chalones, propositurus quicquid proponere voluerit contra dictum Gualhardum, per viam acusacionis vel denunciacionis vel alias, prout de jure et consuetudine patrie fuerit admittendum super morte sepedicta. Datum sub sigillo curie nostre Didonie, die Lune post Dominicam qua cantatur Judica me, anno Domini M°CCC°XXX° quinto. »

Citavit et adjornavit dictum Gumbaudum Maurini, fratrem predicti Guidonis Maurini deffuncti, in modum qui sequitur :

« Gombaude, ego adjorno vos et cito super uno deffectu, virtute litterarum predictarum, ex parte dicti domini de Didona, [ut] ad instantem assisiam, ad diem Lune post Ramos Palmarum, apud Didoniam compareatis et veniatis coram dicto domino meo de Didona vel judice suo, propositurus et alleguaturus quicquid dicere vel proponere volueritis contra dictum Gualhardum de Mota, per viam accusacionis vel denunciacionis vel alias, prout de jure vel de consuetudine patrie fuerit admittendum super morte predicta. Alias dictus dominus meus vel ejus judex procedet ad delïberationem et expedicionem dicti Gualhardi vestra absencia non obstante. »

Et alias fecit et dixit, complevit et exequtus fuit serviens predictus quod in transcriptis litteris continetur, et earum forma in omnibus observata.

Qui quidem Gombaudus Maurini dixit et respondit servienti predicto in modum qui sequitur :

« Amice, ego scio et credo quod tu es bene serviens dicti domini de Didona et deputatus per ipsum ad hec facienda, quia alias super predictis citavistis me bis coram dicto domino de Didona vel judice suo. Verumptatem tibi sic respondeo quod dictus Gualhardus, quem dominus tuus detinet in presione sua, dictum Guidonem fratrem meum pensatis insidiis seu d’agueyt appenssat non interfecit ; ymmo sum certus et scio veritate et ad plenum sum informatus quod acasu dictus Gualhardus dictum Guidonem interfecerit et non penssatis insidiis seu d’agueyt appenssat, maxime cum dictus Gualhardus et dictus frater meus essent et fuissent semper amici. Et scio quod, cum ipsi luderent insimul et amicabiliter, ut amici, nulla mala voluntate nec rancore precedente, inter ipsos tum aliqua verba injuriosa ipsis ad invicem ludentibus supervenerunt ; quibus verbis motis inter ipsos Gualhardum et dictum Guidonem, fratrem meum, accidit quod dictus Gualhardus percussit cum cutello suo dictum Guidonem, fratrem meum, a casu seu per cas de menchept, ita quod frater meus mortuus est.

Unde quia michi constat quod a casu seu per quas de menchept frater meus fuit occisus, et quod dictus Gualhardus dictum fratrem meum non occidit pensatis insidiis seu d’agueyt appensat, idcirco dico tibi et respondeo quod dictum Gualhardum non intendo accusare, nec denunciare contra ipsum aliquid super morte dicti fratris ; ymmo quicto dictum Gualhardum de morte dicti Guidonis fratris, et supplico et requiro dictum dominum de Didona quod dictum Gualhardum, detentum in prisione sua occasione premissa, velit, si placeat, deliberare et expedire. Et si millesies citares me, millesies faciam tibi eandem responsionem ; sciens pro certo quod nolo aliquid proponere contra ipsum, ymo totaliter, ut predixi, ipsum Gualhardum de morte predicta quicto penitus et absolvo. »

Super quibus omnibus et singulis dictus serviens peciit et requisivit sibi per me, notarium publicum, fieri et concedi publicum instrumentum, in testimonium premissorum.

Acta fuerunt hec Burdegale, anno, die, mense et regnante quibus supra, presentibus :

Petro de Guto alias vocato d’Uzesta, cive Burdegalensi, Petro de la Forcada, vocato Penin, Ramundo Bonelli clerico ducatus Aquitanie, notario publico, Petro de Betorario, Sandre deu Tron, et pluribus aliis testibus ad premissa vocatis specialiter et roguatis..

Et me Guarsia Constantini … [6]

III.

En nom de Dieu, amen. A touz apparesse par cest publique instrument que l’an de grâce mil CCC trente et cinq, reignant très excellent prince Monsr Phelipe, par la grâce de Dieu très noble roy de France, le xvje jour du moys de mars, environ la heure de tyerce, au chastel de Didone, devant la meson blayere dudic chastel, en la presence des tesmoings et de moy tabellion royal dejus escript, personnaument establiz Pierre Mainart, clerc, procureur de noble homme et puyssant Soldan de Pressac, damizeau, seingneur de la Trau et de Didone, ledit procureur exhiba et demostra unes lettres seellées du seel dudit nostre sire le Roy de France de sire vert en lacz de soye, contenans la forme qui s’ensuyt.

« Phelipes par la grâce de Dieu roy de France, savoir faysons à toutz presens et avenir que, comme Galhart de la Mota, escuier, d’une part, et Guyot de Maurin, escuier, d’autre, se jouassent naguieres ensemble sens auchune male volunté qu’il eussent l’un vers l’autre, et en eux ainsi jouant avint que parolles ennuieuses sourdirent entre euls si grandement que, par meschief et sens aguayt appensé, ledit Gaylhart ocist de son coustel ledit Guyot, et pour ce est ycelli Gaylhart detenuz en la prison de Soldan de Preyssac, & de Didone, haut justicier, si comme il dit, du lieu où ledit fait avint ; et de par les amis dudit Gaylhart nous ait esté supplié que sur ce nos les layssissions adcorder aus amis dudit mort, et que parmi ledit accord nous donnerions licence audit sgr de Didone de delyvrer ledit prysonner de sa prison ; Nous considerans les chouses dessusdictes, enclinans à lur dicte supplicacion, avons donné et donnons par ces lettres, de grâce especial et de certaine science, licence ausdits amis de acorder sur ladicte mort oub leur partie adverse, et audit sgr congé et pouoir de delyvrer ledit preysoner de sadicte preyson parmy ledit acort fait entre lesdit amis, en tant comme à office de juge appartient ; tant seulement se ledit fait fut fait par meschief et sens agayt appensé, comme dit est, réservé toutevoyes le droyt de partie adverse, se elle voulloit pourseuvre ledit prysoner sus le fait de ladicte mort. Si mandons à tous noz justiciers et à chescun d’eux, si comme à li appartiendra, que, en fasent ladicte delyvrance par ledit sgr parmy les condicions dessusdictes, ils n’empeschent en riens ycelli sgr, ne au temps avenir pour celle cause ne praygnent ou metent à nostre main la justice dudit seigneur ne ne le molestent en auchune manière. Et que ce soit ferme chouse et estable à toutz jours, nous avons fait metre nostre seel en ces presentes lettres.

Donné à Paris l’an de grace mil CCC trente et cinq, ou moys d’aoust.
 »

Les quieux lettres ainsi exhibées, ledit procureur dist que les amis dudit Gaylhart li avoyent administré plusieurs tesmoings, c’est assaver Guillaume Darans, Bernart de Laubarade et P. de Lestors, lesquieux lesdit amis dudit Gaylhart li aviont requis et requerroient de jour en jour, selonc que il disoit comme procureur dudit sgr, que il les voussist examiner et requerre par lur seremens, savoir mont si ledit Gaylhart ocist ledit Guyot d’aguayt appenssé ou par cop de meschief, afin que ledit Gaylhart peust avoir son cors à délivre, comme il se soient acordé oub la partie adverse dudit Gaylhart, si comme l’om dit ; par quoy requist ledit procureur à moy notaire dejus escriptz que je voulusse voyr et oyr jurer lesdit tesmoins produit par les amis dudit Gaylhart et les atestacions de eux et de chescun de eux metre pour escript, et que de tout ce que il depouseroyent, par lurs seremens requis, ge à li ledit procureur, en nom que dessus, donnasse et autroyasse pubblic instrument. Et emprès appella ledit procureur lesdit tesmoins, les quieux jurèrent au Saint Evangile Nostre Seigneur que eux et chescun d’eux depouseroyent vérité sans mentir sur les choses que ledit procureur lur entendoit demander. Et emprès ce examina ledit procureur, en la présence de moy et des tesmoings dejus escriptz, lesdit tesmoins dessus nommez.

Et premièrement Guillaume Darans, premier garens, juré et diligemment examinez et requis par son serement se il congnest Gaylhart de la Mota et cogneut Guyot de Maurin, dist par son serement que oyl long temps a.

Requis par son serement se il savoit que il fussent malement entre eux ou eussent auchune male volunté ou rancour l’un de eux vers l’autre, dist par son serement que non, encés estoient bons amis ensemble.

Requis comment le scet, dist que, la nuyt que fut mort ledit Guyot, celli qui parle vit lesdit Gaylhart et Guyot jouans ensemble et les vit beyser très foys ou quatre.

Item requis se il vit ledit Gaylhart et Guyot aver parolles contumelieuses entre eux, dist que oyl.

Requis se ledit Galhart ferit lors ledit Guyot de son coustel, dist par son serement que il croit que oyl.

Requis se il le ferit d’agayt appensé, dist par son serement que non, mes de cop de meschief sans agayt appensé, parceque lesdit Galhart et Guyot estoient amis entre eux et conversiont ensemble et aviont conversé bien longuement sans auchune male volunté avoir entre euls.

Requis des astans, dist que luy qui parle et ledit Bernart, Vidar de Castet, Gaylhart de Preyssac et P. de Lestors.

Item requis si ledit Galhart ferit ledit Guyot un seul cop ou plus, dist que non, mes un ; et dist par son serement que il ne croit pas que de celuy cop ledit Guyot peust ne deust mourir.

Requis se ledit Guyot sangna, dist que oyl, mes trop petit.

Item requis se les chouses dessusdite il depousetz par favour ou par amour ou par auchune induction, dist par son serement que non.

Item Bernart de Loubarade, secons tesmoins, juré, requis et diligemment examinetz sur toutes les choses dessusdites et chescune d’icelles, dist par son serement en tout et par tout comme Guillaume Darans, tesmoings precedens.

Item P. de Lestors, tiers tesmoings, juré, requis et diligemment examinets sur les choses dessusdite et chescune, dist en tout et par tout comme Guillaume Darans, premier garant, sanz varier auchune chouse.

Les quieux chouses ainsi fêtes, ledit procureur dudit seingneur de Didone requist me, notaire dejus escriptz, que des chouses dessusdite et chescune d’icelles ge à ly, en nom que dessus, donasse et autroyasse pubbliq instrument, lequel du deheu de mon office ge li autroyay benignement.

Toutes les chouses dessusdite et chescune furent fêtes l’an, le reingne, le moys, le heure et lieu dessusditz, presenz : sage homme et discret mestre Guillaume Gasc sage en droit, Robbert Ayndron valet, Arnaut de Silartigue et P. de Conques, tesmoings ad ce appeletz et requis.

Et ge Guillaume Michel, clerc de la dyocèse de Xanctonge, de l’auctorité de nostre sire le Roy de France notaire pubbliq, à toutes les chouses dessusdite dementre que l’om les disoit fuy presens ; et cest present pubbliq instrument de ma propre main ay escriptz et en ceste presente pubblique forme l’ay mis et mon seing acoustumé y ay appousé, appellez et requis.


[1Charente-Inférieure, arrondissement de Saintes, canton de Saujon.

[2Père et aïeul des Soudan et Soudic de la Trau dont parle souvent Froissart, et qui s’étaient rendus anglais.

[3Elles avaient été données pour le jeudi après l’Epiphanie, le jeudi avant la St-Hilaire et le lundi après les Rameaux. Le texte de la première n’a pas été retrouvé.

[4C’est probablement le lieu qui dans la pièce suivante est nommé Chalones. Les Assises seigneuriales se tenaient tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et même dans de simples hameaux. Celui-ci appartenait à l’une des quatre paroisses de la châtellenie de Didone : Saint-Georges, Meschers, Médis et Sémussac

[5Des points remplacent les formules contenues dans la pièce précédente.

[6Le reste comme dans l’acte précédent.

Dans la même rubrique

1453 - A Aulnay (17), Charles VII amnistie un petit cordonnier devenu un drôle de paroissien

1456 - A Gardes-le-Pontaroux (16) deux hommes d’église s’entretuent pour des gerbes de blé

1459 - Une rixe tourne mal à Boutiers-St-Trojan (16) : un potier tue son beau-frère

1459 - A Varaize (17) des gens de guerre tuent un maréchal-ferrant récalcitrant

1498 - Saint-Agnant (17) révolte de la misère : le roi Louis XII pardonne

1565 - Le roi Charles IX visite l’Angoumois, la Saintonge, l’Aunis et le Poitou

1589 - Brantôme raconte le duel entre le duc d’Epernon et le vicomte d’Aubeterre

1596 : Procès de Charlotte de la Trimouille, accusée d’avoir empoisonné le Prince de Condé son mari

1627 - M. de Bouteville condamné à mort et exécuté pour s’être battu en duel

1627 - Manifs de la noblesse contre l’exécution de M. de Bouteville

1627 - Le duel de M. de Bouteville d’après les Mémoires du cardinal de Richelieu

1627 - Les derniers instants du condamné François de Montmorency, seigneur de Bouteville

1649 - Juillac-le-Coq (16) : l’exécution publique du cadavre d’une suicidée

1655 - Puybollier, près d’Echallat (16) - Séquestrée, obligée à signer un contrat de mariage et rackettée

1672 - Le duel des seigneurs de Courbon et de Miossens

1672 - Procès de Jacques de Courbon pour duel contre le comte de Miossans

1689 - Concubinage et libertinage à Bignac en Angoumois

1700 - Le voyage du Duc d’Anjou vers la couronne d’Espagne

1752 - Annonces, affiches et avis divers

1755 - Annonces, affiches et avis divers

1769 - Un krach financier à Angoulême (16), raconté par Turgot

1777 - Il met de l’arsenic dans la soupe aux choux à Mérignac (16) : un mort

1783 - 1786 - Près de Cognac, un sanglier monstrueux défie plus de soixante chasseurs

1783 - Faits divers en Saintonge et Angoumois dans les Annonces et Affiches de la Province du Poitou

1793 - 1818 - Affaires criminelles en Charente : Une auberge rouge et des chauffeurs à Fléac

1804 - Les Charentais présents au sacre de l’empereur Napoléon 1er

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Saint-Georges-de-Didonne - 14e siècle - Justice - Marchegay (Paul) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1146 - 1390 - Chronologie des actes d’organisation des communes en Saintonge, Aunis, Angoumois et Poitou

2.  1789 - Chenaud et Puymangou (24) : cahier de doléances des paroisses

3.  1650 - la présence bénédictine dans le diocèse de Saintes + carte

4.  1720 - Etat de l’hôpital de Barbezieux (Charente)

5.  1319 - Hommage féodal au seigneur de Didonne, Arnaud Bernard de Preissac


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Paléographie - Etape 1 - Je n’y comprends rien !

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux