Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Faits divers -> 1453 - A Aulnay (17), Charles VII amnistie un petit cordonnier devenu un (...)

1453 - A Aulnay (17), Charles VII amnistie un petit cordonnier devenu un drôle de paroissien

D 3 janvier 2010     H 21:54     A Pierre     C 0 messages A 614 LECTURES


agrandir

A Aulnay, il pille le tronc de l’église pour quelques pièces, et vole quinze ou seize œufs ; à la Couronne, il s’en prend à la bourse d’une marchande de cierges ; à Limoges, il dérobe un couteau à un mercier. Emprisonné à Aulnay, il fait appel à la clémence du roi : "voulans misericorde preferer à rigueur de justice", Charles VII lui accorde son pardon, "pourveu qu’il sera batu de verges ès dictes prisons". Un document particulièrement vivant et révélateur du mode de vie au 15ème siècle.

Source : Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, publiés par Paul Guérin - Société des archives historiques du Poitou - Tome XXXII - 1905 - BNF Gallica

MCCXXXVIII

Rémission accordée à Léonard Chétif, compagnon cordonnier, fixé successivement en différentes localités de Poitou, Limousin et Saintonge, prisonnier à Aulnay pour différents vols, dont l’un commis dans l’église de cette ville. (JJ. 185, n° 305, fol. 211 V.)

Juin 1453.

Charles, etc.

Savoir faisons à tous, presens et avenir, nous avoir receue l’umble supplicacion des parens et amis charnelz de Leonnard Chetif, aagé de xxv. ans, natif de la ville de Crousant en la conté de la Marche, detenu prisonnier ès prisons d’Aunay, contenant que, lui estant en l’aage de xvi. ans ou environ, il s’en parti dudit lieu de Crousant et s’en vint au lieu de Chauvigny en Poictou, auquel lieu il aprint le mestier de cordouennerie en l’ostel de Marsault Cachon, et après ce qu’il eut demouré audit lieu de Chauvigny l’espace de deux ans ou environ, s’en ala au lieu de Charroux, ou pays de la Basse Marche, et depuis a demouré en pluseurs autres lieux de Poictou et de Limosin, faisant son dit mestier.

Et est avenu que quinze jours avant la feste de Penthecouste derrenierement passée, lui et ung nommé Jehannin Picquart, tondeur de draps, demourant à Limoges, Jehanne Frecignaulde, femme dudit Picquart, avecques la fille de laquelle Frecignaulde ledit Leonnart, prisonnier, est fiancé trois ans ou environ, partirent dudit lieu de Limoges pour aler au pardon qui a esté à Xainctes, le lendemain de la Penthecoste.

Auquel lieu de Xainctes ilz arrivèrent le vendredi avant la feste de Penthecouste et se logèrent ès forsbours dudit lieu du cousté devers les Dames religieuses [1], à l’enseigne de l’Espée et y demeurèrent jusques au jeudi ensuivant, environ heure de midy, qu’ilz s’en partirent dudit lieu de Xainctes et s’en vindrent à coucher à Taillebourg, et le lendemain à disner en ceste ville de Saint Jehan d’Angely, auquel lieu de Saint Jehan d’Angely, ilz demeurèrent jusques à la vigille de la Feste Dieu derrenierement passée, qu’ilz s’en alèrent touz ensemble audit lieu d’Aunay, où ilz arrivèrent environ heure de vespres et se logèrent chex ung nommé Jenneton, et le jour de la Feste Dieu ledit Leonnard et les dessusnommez alèrent oïr la messe en l’eglise parrochialle dudit lieu d’Aunay, et disnèrent chex leur dit hoste.

Et quant il fut au soir, alèrent oïr vespres en ladicte eglise, et incontinent que vespres furent dictes et que le peuple fust yssu hors de ladicte eglise, et qu’il n’y demoura seulement que ledit Leonnard, icellui Leonnard vit devant l’image Nostre Dame estant en ladicte eglise une boete ronde de boys fermée d’une claveure de fer laquelle boete il print et bruta pour savoir s’il y avoit argent ou non.

Et, pour ce qu’il cogneut qu’il y avoit de l’argent dedans, il l’arracha avec les mains et le clou qui tient la charnère ou couplet du couvercle de la dicte boete et ce fait, print certaine quantité de doubles et esterlins estans en icelle, dont il n’est recors du nombre, lesquelz doubles et esterlins il meist en sa main.

Et pour ce que le secretain de la dite eglise vit et apparceut comme ledit Leonnard avoit prins les diz doubles et esterlins en ladicte boete, commença à crier à haulte voix au larron.

Par lequel cry le curé de la dicte eglise et ses vicaires, ledit secrestain et autres vindrent audit Leonnard et le prindrent au corps.

Et ainsi qu’il les vit venir, il mist les diz doubles et esterlins en sa bouche, où il les tint par aucun temps.

Et après ce, l’un des diz chappellains qui apparceut qu’il avoit les diz doubles et esterlins en sa bouche, les luy osta et incontinent le mistrent hors de la dicte eglise.

Et tantost vindrent les officiers de la justice dudit lieu d’Aunay qui le mistrent en prison, où il a depuis demeuré et y est encores.

Et aussi ledit jour, luy et ung nommé Jehan Moreau, recouvreur, natif du païs de Berry, estant lors audit lieu d’Aunay, avec lequel icellui Leonnard avoit beu à la taverne ledit jour, alèrent ensemble en l’ostel dudit curé d’Aunay et prindrent ou truel ou pressouer dudit curé quinze ou seze oefz, lesquelz ledit Leonnard mist en son chappeau et les apporta en une petite chappelle estant ou cimistère dudit lieu d’Aunay.

En laquelle chappelle il laissa les diz oeufz et son dit chappeau, en esperance de les aler querir devers le soir.

Et avec ce a dit et confessé que, par avant ce que dit est et la vigille de la feste Nostre Dame de septembre derrenierement passée, luy estant au lieu de la Couronne, auquel avoit lors grant assemblée de gens pour le pardon qui y estoit, il print, environ l’eure de mynuit, en la bourse d’une bonne femme estant lors en l’eglise dudit lieu de la Couronne, certaine somme d’argent montant à quinze ou vingt solz, et pour ce que la dicte bonne femme sentit et apparceut qu’il luy avoit prins son dit argent, se escria en disant au larron moiennant lequel cry il gecta ledit argent qu’il avoit prins en ung pannier, ouquel ladicte bonne femme avoit des chandelles de cire pour vendre.

Et incontinent survindrent des religieux dudit lieu de la Couronne, qui le prindrent et le mirent ès septz où il fut jusques au lendemain.

Et pour ce que ladicte femme ne se plaignoit point de luy, ledit abbé le laissa aler.

Et en oultre sept ou huit jours paravant qu’il partist dudit lieu de Limoges pour venir audit lieu de Xaintes, il marchanda avec ung mercier demourant audit lieu de Limoges, près des banqs dudit lieu, nommé Lepicart, ungs cousteaux garniz d’argent et pour ce que ledit Picquart ne les lui voult bailler pour le pris qu’il en offroit, ainsi que icellui mercier entendoit à faire sa marchandise à ung homme de guerre qu’il ne congnessoit, ledit Leonnard print iceulx cousteaulx et les emporta.

Et depuis les a baillez à la mère de sadite fiencée.

A l’occasion desquelz cas, ledit Leonnard est detenu prisonnier, comme dit est, ès prisons dudit lieu d’Aunay, et par ce est en voye de y estre rigoureusement pugny par justice.

Et pour ce nous ont lesdis supplians humblement supplié et requis que, attendu que ledit Leonnard est simple homme et estoit à l’eure qu’il fist les diz cas souffreteux et indigent, que en autres cas il est homme bien famé et renommé, non attaint ou convaincu d’aucun vilain cas, blasme ou reprouche, il nous plaise sur ce luy impartir noz grace et misericorde.

Pour quoy nous, attendu ce que dit est, voulans misericorde preferer à rigueur de justice, audit Leonnard, prisonnier, avons ou cas dessus dit remis, quicté et pardonné, etc.

Si donnons en mandement, par ces presentes, aux seneschaulx de Xanctonge et de Limosin et à tous noz autres justiciers, etc., pourveu qu’il sera batu de verges ès dictes prisons.

Donné à Saint Jehan d’Angely, ou mois de juing l’an de grace mil CCCC. cinquante trois, et de nostre règne le XXIe.

Ainsi signé
Par le roy, l’evesque de Magalonne maistre Guy Bernard et autres presens.
De La Loère.
Visa.
Contentor.


[11. L’abbaye de Notre-Dame hors des murs de Saintes, monastère de femmes de l’ordre de Saint-Benoît, fut fondé, en 1047, par Geoffroy Martel, comte d’Anjou, et Agnès. son épouse, duchesse d’Aquitaine. L’abbesse, à cette époque, était Jeanne de Villars, de 1438 à 1484. (Gallia christ., t. II, col. 1127, 1129.)

Dans la même rubrique

1335 - Didonne (17) - Un jeu entre amis tourne mal ; préméditation ou accident ? la justice enquête

1456 - A Gardes-le-Pontaroux (16) deux hommes d’église s’entretuent pour des gerbes de blé

1459 - Une rixe tourne mal à Boutiers-St-Trojan (16) : un potier tue son beau-frère

1459 - A Varaize (17) des gens de guerre tuent un maréchal-ferrant récalcitrant

1498 - Saint-Agnant (17) révolte de la misère : le roi Louis XII pardonne

1565 - Le roi Charles IX visite l’Angoumois, la Saintonge, l’Aunis et le Poitou

1589 - Brantôme raconte le duel entre le duc d’Epernon et le vicomte d’Aubeterre

1596 : Procès de Charlotte de la Trimouille, accusée d’avoir empoisonné le Prince de Condé son mari

1627 - M. de Bouteville condamné à mort et exécuté pour s’être battu en duel

1627 - Manifs de la noblesse contre l’exécution de M. de Bouteville

1627 - Le duel de M. de Bouteville d’après les Mémoires du cardinal de Richelieu

1627 - Les derniers instants du condamné François de Montmorency, seigneur de Bouteville

1649 - Juillac-le-Coq (16) : l’exécution publique du cadavre d’une suicidée

1655 - Puybollier, près d’Echallat (16) - Séquestrée, obligée à signer un contrat de mariage et rackettée

1672 - Le duel des seigneurs de Courbon et de Miossens

1672 - Procès de Jacques de Courbon pour duel contre le comte de Miossans

1689 - Concubinage et libertinage à Bignac en Angoumois

1700 - Le voyage du Duc d’Anjou vers la couronne d’Espagne

1752 - Annonces, affiches et avis divers

1755 - Annonces, affiches et avis divers

1769 - Un krach financier à Angoulême (16), raconté par Turgot

1777 - Il met de l’arsenic dans la soupe aux choux à Mérignac (16) : un mort

1783 - 1786 - Près de Cognac, un sanglier monstrueux défie plus de soixante chasseurs

1783 - Faits divers en Saintonge et Angoumois dans les Annonces et Affiches de la Province du Poitou

1793 - 1818 - Affaires criminelles en Charente : Une auberge rouge et des chauffeurs à Fléac

1804 - Les Charentais présents au sacre de l’empereur Napoléon 1er

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 1422-1461 Charles VII le Victorieux - 16 La Couronne - 17 Aulnay - 17 Saintes - 15e siècle - 87 Limoges - Cordonnier - Faits divers - Justice -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1789 - Fouquebrune (16) : cahier de doléances de la paroisse

2.  Notice sur la ville de Ruffec (16)

3.  Étienne Contant, émigrant au Québec au 17ème siècle, de Migron plutôt que de Burie (suite)

4.  1486 - 1549 - Documents sur la justice criminelle en Saintonge et Aunis

5.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - 16ème siècle - 1500-1549 - Table chronologique des sources

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1562 et 1568 - Pillage de l’abbaye de La Couronne par les protestants

5.  Les enceintes urbaines et villageoises de Saintonge et d’Aunis


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux