Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Droits seigneuriaux - Justice seigneuriale > 1465 - Taillebourg (17) : Le roi Louis XI fait saisir le château

1465 - Taillebourg (17) : Le roi Louis XI fait saisir le château

vendredi 11 mai 2007, par Pierre, 2805 visites.

Extrait du procès-verbal de la saisie de Taillebourg faite par Jean Ysoré, conseiller et chambellan du Roi, en vertu de lettres patentes datées de Paris, le 31 octobre 1465

A cette date, le seigneur de Taillebourg est Olivier de Coëtivy. Sa femme est Marie de France, fille naturelle du roi Charles VII et d’Agnès Sorel.
- Pour en savoir plus sur la généalogie de la famille de Coëtivy et ses liens avec la dynastie des Valois, voir ce site.
Nota : sur ce site sur les généalogies royales, Marie de France est prénommée Marguerite (explication à trouver). Il s’agit cependant bien de la même personne.

Cette pièce est conservée en original au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Cabinet des titres.
Publiée dans Documents historiques inédits sur le département de la Charente-Inférieure, par P. Marchegay - Paris 1874

Illustration : Allégorie de la Magnanimité par Guillaume Fillastre dans la Toison d’Or (XVe-XVIe siècles). - Bataille de Taillebourg (1242). Reddition de Hugues X de Lusignan entre les mains de Louis IX (Saint-Louis) - BNF Richelieu Manuscrits Français - Cote : 138 , Fol. 185

Nota : la scène représentée ici a lieu à Taillebourg 11 rois et 223 ans avant l’épisode raconté dans cette page

Et le lendemain, 28e jour dudit mois [novembre], nous transportâmes en la place et chatel de Taillebourg, auquel lieu nous trouvâmes les portes ouvertes, et devant la tour et donjon du chatel trouvâmes en personne ledit de Coyctivy et Madame Marie de France, sa femme, auxquels.nous dimes et notifiâmes derechef que, par le traité de la paix naguères fait, et par accords et articles contenus en icelui, entre autres choses avoit été promis et accordé que la baronnie, chatel, terre et seigneurie de Taillebourg, avec ses appartenances et dépendances quelconques, seroit baillée et délivrée es mains du Roi notre sire pour icelle bailler et délivrer à monssr le comte du Maine...

Et après lecture de nos lettres de commission, qui fut faite audit de Coyctivy, et à sa requête, lui dimes et à ladite dame sa femme, que nous prenions et mettions réaument et de fait ladite place, terre et seigneurie en la main dudit seigneur, en leur faisant commandement exprès, et à chacun d’eux, de par le Roi notre dit sire et à la peine de 1,000 mars d’or audit seigneur à appliquer, de vider la place et faire ouverture du donjon...

Et lors ledit de Coyctivy et madite dame firent faire réponse par me Pierre Loubat, licencié es lois, que aux commandements et saisines ainsi par nous faits... lui et ladite dame s’opposoient. A quoi leur fîmes réponse que... nous étoit mandé procéder nonobstant oppositions et appellations quelconques... A quoi ledit de Coyctivy et lad. dame firent réponse que desd. tour et donjon ils ne feroient aucune ouverture et qu’ils appeloient de nous en protestant d’attentats, mais que, par Dieu, nous fissions ce que mandé nous étoît ; et atant se départirent.

Et incontinent nous transportâmes devant la porte du donjon, close et fermée dedans, et illec appellames qui étoit dedans ; auquel appel un nommé Guillaume Oudry... demanda qui c’étoit, et lors répondimes que étions commissaire pour le Roy notre sire à prendre possession de la place en lui faisant commandement de nous faire ouverture. Ce que led. Oudry fit, et en entrant en icelle nous dit que, comme familier et serviteur dud. de Coyctivy, il s’opposoit à notre exploit et en tant que métier étoit appeloit de nous...

Et ce fait nous fit bailler les clefs du donjon, et après entrâmes en la tour que trouvâmes ouverte sans y trouver aucunes personnes dedans ni aucuns biens meubles ni ustensiles, réservé certaine quantité de vin qu’on disoit être es caves de lad. tour ; et lors primes et appréhendâmes réaument et de fait la possession réelle et actuelle desd. tour et donjon et de toutes les autres appartenances... et commimes gens, lad. possession prise de par ledit seigneur, pour la garde desd. donjon, chatel et terre.

Et de là nous transportâmes sur le pont de Taillebourg, étant des appartenances de lad. seigneurie, duquel pont et des tour et place étant sur icelui primes et appréhendâmes semblablement la possession sans aucune contradiction ; et nous en furent baillées les clefs par un nommé Rousselot, dit Le Picart, qui lors en avoit la garde de par led. de Coyctivy...

Et ce fait, led. jour même, environ une heure après-midi, nous transportâmes de rechef en la place de Taillebourg ou nous trouvâmes led. de Coyctivy dedans l’hôtel de Hault-Seurin, auquel et à sa personne fîmes commandement par ledlt seigneur, à semblables peines que dessus... de issir et vider led. hôtel de Saint-Seurin, étant dedans et des appartenances de lad. place, duquel nous avons semblablement pris la possession...

Lequel de Coyctivy nous fit réponse que led. hôtel de Saint-Seurin étoit son acquêt et n’étoit des appartenances dud. chatel ; et que quant au regard de lui son intention étoit de brief s’en partir, mais que l’intention de Madame sa femme n’étoit d’en issir, qui ne la mettroit dehors par force, en disant qu’il étoit appelant et qu’il protestoit des attentats. A quoi lui fimes réponse qu’il avisât bien à tout ce qu’il feroit et que tantôt après nous retournerions devers lui.

Et d’illec, à deux heures, derechef retournâmes par devers led. de Coyctivy, que trouvâmes devant led. hôtel de Saint-Seurin, auquel, et à semblable peine que dessus, fîmes commandement de vider et faire vider led. hôtel luis a famille, serviteurs et biens quelconques, pour en faire et disposer ainsi que mandé à nous étoit ; auquel commandement led. de Coyctivy fit réponse que, sans préjudice de ses protestations, il étoit content de vider led. hôtel en baillant terme et délai compétent de ce faire. A quoi le reçûmes et après lui fîmes réponse que les gens de monssr du Maine étoient arrivés naguères aud. lieu de Taillebourg, pour prendre possession de la place... et que volontiers leur en parlerions et que le lendemain lui en ferions réponse.

Et tantôt après convocames et assemblâmes la plus grande partie des gens de bien de la ville en notre logis en icelle, aux quels nous exposâmes et notifiâmes notre exploit et que, pour possession de lad. ville et portes d’icelle, nous baillassent les clefs et nous accompagnassent à en prendre la possession, ce que libéralement ils firent ; et après la possession prise à l’une des portes de la ville, baillâmes lesdites clefs en garde, de par le Roy notre sire, au nommé Mery Defilz, l’un d’eux, jusques à ce que autrement y eut été pourvu.

Et le lendemain, 29e jour dud. mois, nous transportâmes par devers led. de Coyctivy, auquel nous notifiâmes lesd. exploits. Et mêmement comme il nous avoit requis pour vider led. hôtel de Saint-Seurin terme de huit jours et que nous avions depuis parlé aux gens de monsr du Maine qui en étoient assez contents, en lui faisant les commandements comme dessus.

A quoi led. de Coyctivy nous répondit comme dessus et que nous excédions les termes de notre commission, parceque led. hôtel de Saint-Seurin n’étoit aucunement des appartenances de lad. seigneurie, et que à cette cause il protestoit et appeloit comme dessus ; mais que ce néanmoins dedans led. terme il videroit lui, sa famille et ses biens, dont nous fûmes contents et le lui octroyâmes libéralement. Toutefois, pour ce que en défaut de ce nous voyons que lesd. exploits ne seroient parfaits, nous lui notifiâmes que au cas qu’il désobéiroit à la délivrance dedans ledit jour, que nous prenions et mettions dès lors en la main du Roi notre sire tous et chacuns ses biens...


Commentaire par P. Marchegay

Suit la délivrance par le commissaire royal des objets saisis, moins le pont et la ville de Taillebourg, aux fondés de pouvoir du comte du Maine : Guillaume Leroy, sgr de Chavigny, conseiller et chambellan du comte ; Jean Mérichon, seigneur d’Huré, conseiller du roi, et Macé Gauvigneau, secrétaire du roi, dont l’intervention contribua probablement à faire prolonger le séjour de Marie de Valois dans l’hôtel de Saint-Seurin jusqu’à l’époque à laquelle Olivier de Coëtivy fut remis en possession de toute sa baronnie de Taillebourg, en vertu d’un arrêt du grand conseil, le 21 mars suivant.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.